7 signes de cancer du poumon

Mélanome

Par cancer du poumon, on entend une tumeur épithéliale maligne. Les formes de la maladie se distinguent par la propagation des métastases, une tendance à reprendre les manifestations de la maladie à un stade précoce et la diversité clinique générale.

Le plus souvent, les premiers symptômes du cancer du poumon ne provoquent pas d'anxiété chez les patients, ils ne diffèrent pas par leur caractère. Ceux-ci inclus:

  • toux non systématique;
  • fatigue;
  • diminution de l'appétit;
  • une forte diminution du poids corporel;
  • à des stades plus avancés, une toux avec des stries sanguines est associée, un essoufflement;
  • lorsque les métastases atteignent les organes et les tissus, une douleur est observée.

Nous pouvons dire que la présence de tout signe déterminant de cancer est pratiquement absente, c'est-à-dire qu'il est presque impossible de diagnostiquer la maladie en recherchant les premiers signes de cancer du poumon. Cela se justifie par le fait que les poumons sont totalement dépourvus de terminaisons nerveuses et que la présence de 26% de tissu pulmonaire sain est suffisante pour fournir à l'organisme la bonne quantité d'oxygène. La croissance tumorale dure plus d'un an - c'est un long processus qui peut prendre jusqu'à dix ans..

Il existe plusieurs étapes dans le développement du cancer du poumon:

  • Stade biologique - le temps écoulé entre la formation d'une tumeur et les premiers signes des examens radiographiques.
  • Le stade asymptomatique est l'absence de symptômes, il existe des signes de cancer qui peuvent être détectés par rayons X.;
  • Stade clinique - les premiers symptômes du cancer du poumon apparaissent.

Au cours des deux premières périodes du début du processus oncologique, le patient ne remarque pas encore de détérioration de sa santé. Le traitement et l'aide prophylactique sont rarement recherchés à ce stade, donc un diagnostic rapide à un stade précoce est considéré comme difficile.

Les premiers signes de cancer du poumon se manifestent par une simple diminution de l'activité du patient, une fatigue rapide due aux activités quotidiennes normales, une perte d'intérêt, un état dépressif, une diminution des performances et l'apparition d'une faiblesse.

Au fur et à mesure qu'il progresse, le cancer se déguise souvent en bronchite, inflammation des voies respiratoires, infections virales, pneumonie, etc. Il y a une augmentation systématique de la température corporelle, une restauration du régime et encore une augmentation de la fièvre. La prise de médicaments pendant le traitement interrompt le symptôme de malaise, mais le processus est répété périodiquement pendant plusieurs mois. Ces symptômes du cancer du poumon obligent les patients qui sont au moins un peu inquiets pour leur santé à consulter un médecin, mais il est assez difficile d'identifier une tumeur à ce stade.

L'apparition d'un essoufflement, d'une insuffisance pulmonaire, de problèmes de rythme cardiaque, de douleurs thoraciques indiquent la présence d'un cancer du poumon, et déjà au deuxième ou au troisième stade. Cela est dû à la perte importante de lobes entiers des poumons due au processus respiratoire, qui entraîne sans aucun doute des conséquences qui affectent la santé du patient..

Quant à la toux, au stade précoce de la maladie elle est rare et sèche et ressemble à une toux, sans crachats (en cas de cancer central). De plus, la toux gêne de plus en plus le patient, devient saccadée. Lorsque du sang apparaît dans les expectorations, une personne consulte généralement un médecin immédiatement.

Avec des stries de sang dans les expectorations, la plupart des patients ont des douleurs thoraciques, précisément du côté où la tumeur est ensuite détectée.

Une autre preuve de l'état avancé de la tumeur est la difficulté de faire passer la nourriture dans l'œsophage, qui ressemble à une inflammation masquée de l'œsophage. Cela est dû au fait que l'œsophage est contraint par des métastases dans les ganglions lymphatiques, ce qui conduit à une violation de la facilité de mouvement des aliments.

Lorsque les métastases atteignent les nerfs intercostaux, de nombreuses douleurs ne font qu'intensifier. L'intensité du seuil de douleur dépend également de la façon dont le processus est impliqué dans la cage thoracique.

Il convient de noter que souvent les symptômes du cancer du poumon ne sont pas directement liés à cet organe, indiquent le quatrième stade du cancer du poumon, lorsque les métastases se propagent aux organes ou tissus voisins, perturbant leur fonctionnement normal. Cela conduit au fait que les patients se tournent vers un cardiologue, un thérapeute, un ophtalmologiste, un orthopédiste et d'autres spécialistes de profil étroit, ne soupçonnant pas la véritable cause de la maladie.

Cancer du poumon périphérique - les principaux symptômes et les premiers signes

Cette forme de la maladie progresse longtemps sans symptômes, ce qui complique grandement le processus d'identification de la maladie. La tumeur se développe en organes situés à proximité et augmente rapidement en volume. Les premiers signes de cancer du poumon de ce type sont des douleurs thoraciques périodiques et un essoufflement. Plus l'essoufflement du patient est important, plus la taille de la tumeur dans le corps est grande. Il convient de noter que chez la plupart des patients atteints de cancer, un essoufflement est observé, et chez un patient sur dix, c'est l'un des premiers symptômes.

Une douleur dans la poitrine de type constant ou transitoire inquiète près de la moitié des patients. Le plus souvent, la douleur thoracique est localisée du côté où se trouve la tumeur.

Cancer du poumon à petites cellules - difficulté de détection précoce

Cette forme de cancer, qui fait référence à l'histologie, se caractérise par la pénétration précoce des métastases dans les tissus et les organes et est presque toujours maligne. Le cancer du poumon à petites cellules se produit rarement, mais se manifeste par une intoxication et un essoufflement.

Cancer du poumon - symptômes et signes chez les femmes et les hommes

En développement rapide, cette terrible maladie détruit la vie des hommes et des femmes. L'apparition de signes vifs uniquement aux derniers stades de son développement réduit les chances de correction du patient. Il est important de connaître les symptômes du cancer avant de commencer le traitement..

Les premiers signes du cancer du poumon

La maladie se développe secrètement pendant une longue période. La tumeur commence à se former dans les glandes et les muqueuses, mais les métastases envahissent très rapidement tout le corps. Les facteurs de risque de néoplasmes malins sont:

  • la pollution de l'air;
  • fumeur;
  • infections virales;
  • causes héréditaires;
  • conditions de production néfastes.

Au début, les signes de la maladie ne provoquent pas de peur - ils sont similaires à l'inflammation du système respiratoire. Les symptômes du cancer du poumon précoce comprennent:

  • fatigue;
  • diminution de l'appétit;
  • toux sèche;
  • légère perte de poids;
  • fatigue
  • augmentation de la température;
  • transpiration
  • baisse des performances;
  • mauvaise haleine.

Cet organe a une particularité - il n'y a pas de terminaisons nerveuses, lorsqu'il est exposé auquel l'apparition de la douleur est probable - au début de la maladie, il n'est pas observé. La complexité du diagnostic de cette période est associée à:

  • l'emplacement du néoplasme sous le tissu osseux;
  • la similitude de la densité des cellules saines et malades;
  • manque de ganglions lymphatiques visibles signalant un problème.

Cancer du poumon de stade 4 - symptômes avant la mort

Une tumeur peut se développer à grande vitesse et entraîner la mort en un an. La raison en est l'absence de signes spécifiques aux premiers stades de la maladie, lorsque le traitement est possible. Si un cancer du poumon de stade 4 est observé, les symptômes avant la mort sont très prononcés. La période est caractérisée par:

  • toux la nuit;
  • une dépression;
  • somnolence chronique;
  • manque d'appétit;
  • perte de poids sévère;
  • apathie;
  • délirer;
  • manque de concentration;
  • crachats purulents avec du sang;
  • difficulté à avaler;
  • gonflement des jambes;
  • maux de tête sévères.

Comment se manifeste le cancer du poumon de stade 4? Ses symptômes dépendent de la prévalence des métastases. Un patient adulte s'affaiblit, dans un degré d'épuisement extrême. Les signes d'oncologie pulmonaire de la dernière étape sont déterminés, ce qui entraîne la mort:

  • taches veineuses sur les jambes;
  • hémorragie pulmonaire;
  • douleurs thoraciques intolérables;
  • suffocation;
  • perte de vision;
  • hémorragies cérébrales;
  • pouls filamenteux.

Symptômes à différents stades

Comment reconnaître le cancer du poumon? Le processus de développement de la maladie est généralement divisé en 4 étapes, qui ont leurs propres caractéristiques. Au premier stade, le cancer du poumon - dont les symptômes et les signes sont faiblement exprimés aux stades initiaux - est concentré en un seul endroit. Un petit néoplasme mesure moins de 3 cm, il n'y a pas de métastases, les manifestations caractéristiques sont:

  • toux sèche;
  • la faiblesse;
  • perte d'appétit;
  • malaise;
  • augmentation de la température;
  • mal de crâne.

Dans la deuxième étape, les symptômes du cancer du poumon sont plus prononcés, ce qui est associé à la croissance de la taille de la tumeur, à sa pression sur les organes voisins, à l'apparition des premières métastases aux ganglions lymphatiques. La maladie se manifeste:

  • hémoptysie;
  • respiration sifflante pendant la respiration;
  • perte de poids;
  • fièvre;
  • toux accrue;
  • douleurs à la poitrine;
  • la faiblesse.

Au stade 3, les symptômes sont plus bénins, ce qui diffère du quatrième, qui s'accompagne de douleurs insupportables et se termine par la mort. La tumeur se propage loin, métastases étendues, les symptômes sont plus intenses qu'au deuxième stade. Des signes de cancer apparaissent:

  • augmentation de la toux humide;
  • sang, pus dans les expectorations;
  • difficulté à respirer
  • dyspnée;
  • difficulté à avaler;
  • hémoptysie;
  • forte perte de poids;
  • épilepsie, troubles de l'élocution, à petites cellules;
  • douleur intense.

Hémoptysie

En raison de la destruction de la muqueuse des bronches, lésions par une tumeur des vaisseaux, des morceaux de tissu commencent à se séparer. L'hémoptysie avec cancer du poumon se caractérise par l'apparition de:

  • gros caillots de couleur rouge vif;
  • petites traces de sang individuelles;
  • gelée couleur framboise;
  • hémorragie pulmonaire - qui entraînera rapidement la mort.

Expectorations

L'excrétion ressemble à un mucus transparent épais, qui se détache difficilement lorsque ce symptôme apparaît pour la première fois. Avec le développement d'une tumeur, les expectorations dans le cancer du poumon changent. Elle peut être:

  • mousseux, avec des stries de sang - avec œdème;
  • écarlate brillant - accompagne la destruction des vaisseaux sanguins;
  • avec pus - avec le développement de complications;
  • semblable à la gelée de framboise - accompagne la décomposition des tissus.

Toux - à quoi ça ressemble

Ce symptôme caractéristique de la maladie est une réponse à l'irritation des récepteurs par une tumeur en expansion. Le cancer du poumon sans toux ne se produit pas, mais sa manifestation change à mesure que le néoplasme se développe:

  • premier - sans cause, sec, prolongé, provoquant des difficultés respiratoires;
  • puis - avec l'ajout d'expectorations - de mucus visqueux ou liquide;
  • plus loin - l'apparition de pus, de sang dans l'écoulement.

Puisqu'il n'y a pas de terminaisons nerveuses dans l'organe, la réponse à la question «les poumons font-ils mal avec le cancer?» Sera négative. Tout commence par des métastases tumorales dans les organes voisins. La douleur survient en raison de la pression sur les terminaisons nerveuses, peut s'intensifier avec la tension, l'inspiration et avoir le caractère:

  • piquer;
  • avec brûlure;
  • compressif;
  • avec engourdissement;
  • stupide;
  • ceinture;
  • aigu;
  • local.

Les symptômes du cancer du poumon chez les hommes

Étant donné que les hommes sont à risque, la maladie est souvent diagnostiquée avec eux. Lorsque le cancer commence, les symptômes et les premiers signes sont flous. Tout se déroule avec l'apparition d'une toux sans cause prolongée. Les signes de cancer du poumon chez les hommes commencent à augmenter rapidement, se produisent:

  • voix rauque;
  • dyspnée;
  • diminution de la vitalité;
  • siffler en respirant;
  • gonflement du visage;
  • perturbation du rythme cardiaque;
  • difficulté à avaler;
  • une augmentation des ganglions lymphatiques axillaires;
  • une dépression;
  • vertiges;
  • douleur lors de l'inhalation;
  • mal de crâne;
  • fatigue.

Chez les femmes

Contrairement à la maladie des hommes, les premiers symptômes du cancer du poumon chez les femmes - l'envie de tousser - commencent plus tôt. Dans les premiers stades, ils sont également absents. Les symptômes commencent par une toux sèche, devenant progressivement humide, avec des sécrétions muqueuses. La suspicion de cancer survient lorsque:

  • essoufflement à des charges légères;
  • perte de poids;
  • manque d'appétit;
  • diminution de la déglutition;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques;
  • sang dans les expectorations;
  • fièvre
  • augmentation de la température;
  • ictère - avec atteinte hépatique par métastases.

Comment diagnostiquer le cancer du poumon

Pour un diagnostic précoce des maladies, la population adulte est tenue d'effectuer un examen fluorographique tous les deux ans. Si des pannes sont détectées, des procédures supplémentaires sont effectuées pour faire la distinction entre l'oncologie et la tuberculose. Comment diagnostiquer le cancer du poumon? Il existe plusieurs méthodes:

  • Radiographie - la toute première, accessible et informative à un stade précoce;
  • tomodensitométrie - détermine la taille et la position de la tumeur, aide à voir les métastases loin du foyer de la maladie.

Lorsque le patient est contre-indiqué aux rayons X, l'IRM est prescrite. Lors de l'examen, de petites tumeurs sont détectées, la taille des ganglions lymphatiques internes est déterminée.

Les signes de cancer sont précisés par des études supplémentaires:

  • test sanguin pour les marqueurs tumoraux;
  • bronchoscopie - révèle des violations dans les lumières des bronches, a la capacité de prendre du matériel pour une biopsie, détermine la présence d'une tumeur;
  • la biopsie tissulaire est une technique précise pour détecter l'oncologie, mais après une telle intervention, la croissance des cellules cancéreuses est susceptible d'accélérer.

Cancer du poumon

Le cancer du poumon est une maladie accompagnée du développement d'une tumeur maligne dans les poumons..

Le cancer du poumon, dont les symptômes peuvent être absents pendant longtemps, survient principalement en raison du tabagisme, et sa détection, précisément en raison de l'absence de symptômes, sans méthodes prophylactiques pour l'examen de la zone considérée, survient souvent déjà à des étapes graves du processus.

Pour correspondre aux statistiques mondiales et russes sur le cancer: 12% des patients russes atteints de pathologies cancéreuses souffrent précisément d'un cancer du poumon. Parmi les cas mortels dus à des tumeurs malignes, le cancer du poumon en Russie représente 15% des cas. La situation, selon les experts, est presque critique. Vous devez également identifier le fait que le cancer du poumon est davantage une pathologie masculine. Parmi tous les néoplasmes malins chez les hommes, le cancer du poumon représente un quart des cas, tandis que chez les femmes seulement un douzième.

Causes et facteurs de risque

Le principal facteur fiable et éprouvé dans le développement du cancer du poumon est le tabagisme. Ces dernières années, un nombre considérable de recherches ont été menées dans ce sens. Maintenant, il n'y a aucun doute - environ 88% des cas sont liés au tabagisme.

Quel est le secret? Dans l'effet cancérogène du tabagisme, qui est dû à la présence de bicarbonates polycycliques aromatiques dans la fumée (produits de combustion du tabac). De plus, la fumée de tabac contient des agents cancérigènes supplémentaires, notamment des dérivés de la nicotine - par exemple, des nitrosamines.

Selon des données récemment publiées par l'OMS, le tabagisme augmente le risque de cancer du poumon chez les femmes de 12 fois et chez les hommes de 22 fois.

On ne peut que mentionner le tabagisme passif. Des scientifiques américains ont découvert que chez les personnes souvent en contact avec des fumeurs, le développement d'un cancer est observé 32% plus souvent. Une relation directe a également été trouvée entre la survenue d'un cancer du poumon et l'augmentation du nombre de cigarettes fumées par jour (2 paquets = 25 fois plus de risques) et la durée du tabagisme. Relation inverse observée avec la qualité du tabac.

Cependant, non seulement la fumée de tabac a un effet cancérigène. Aujourd'hui, il est prouvé que des substances telles que l'arsenic, le béryllium, l'amiante, les hydrocarbures, le chrome et le nickel sont également capables de provoquer la croissance des cellules tumorales. N'oubliez pas le rayonnement. Ce sont les cancérogènes les plus courants, en fait, il y en a beaucoup plus... De plus, beaucoup d'entre eux n'ont pas encore été complètement étudiés..

Ainsi, 4 facteurs les plus importants peuvent être identifiés:

  • Fumeur;
  • Prédisposition génétique;
  • Facteurs environnementaux et conditions de travail;
  • Maladie pulmonaire chronique.

Types de cancer

  1. Cancer du poumon à petites cellules - survient dans 20% des cas, a une évolution agressive. Elle se caractérise par une progression et des métastases rapides, une dissémination précoce (propagation) des métastases aux ganglions lymphatiques du médiastin.
  2. Cancer du poumon non à petites cellules:
    • Adénocarcinome - observé dans 50% des cas, se propage à partir du tissu glandulaire des bronches, plus souvent dans les premiers stades sans symptômes. Il se caractérise par une production d'expectorations abondante..
    • Le carcinome épidermoïde survient dans 20 à 30% des cas, est formé de cellules plates dans l'épithélium des petites et grandes bronches, à la racine des poumons, se développe et se métastase lentement.
    • Le cancer indifférencié est caractérisé par des cellules cancéreuses atypiques élevées.
  3. Autres types de cancer:
    • les carcinoïdes bronchiques sont formés à partir de cellules productrices d'hormones (asymptomatiques, difficiles à diagnostiquer, à croissance lente).
    • tumeurs des tissus environnants (vaisseaux sanguins, muscles lisses, cellules immunitaires, etc.).
    • métastases de tumeurs localisées dans d'autres organes.

Cancer du poumon à petites cellules

A obtenu ce nom en raison de la forme des cellules, il est également appelé cancer du poumon neuroendocrinien. Appartient aux formes les plus agressives de cancer du poumon. Elle survient principalement chez les hommes fumeurs de plus de 40 ans. La détection de cette maladie ne représente pas plus de 25% de toutes les variétés histologiques de cancer.

Caractéristiques biologiques du cancer à petites cellules:

  • petites tailles (seulement deux fois plus grandes qu'un lymphocyte - cellules sanguines);
  • malignité;
  • croissance rapide, doublement actif du volume en 30 jours, par rapport à d'autres formes de cancer - plus de 100 jours;
  • sensibilité des récepteurs des cellules cancéreuses à la chimiothérapie et à la radiothérapie.

Il existe plusieurs types de cancer à petites cellules:

  • cellule d'avoine;
  • intermédiaire;
  • combiné.

Les tumeurs à petites cellules sont capables de produire certaines hormones (ACTH, antidiurétique, hormone de croissance).

Les symptômes cliniques du carcinome à petites cellules ne sont pas fondamentalement différents des autres formes de cancer du poumon, à l'exception du fait que la pathogenèse se développe rapidement et que les manifestations visibles pour le chercheur sont rares.

Cancer du poumon non à petites cellules

Ce groupe de maladies oncologiques se distingue des formes à petites cellules par des caractéristiques histologiques. Manifesté cliniquement:

  • fatigue;
  • syndrome pulmonaire (essoufflement, toux, hémoptysie);
  • perte de poids progressive.

Comprend environ 80% de tous les patients atteints de maladies malignes.

Il existe trois principales formes histologiques de cancer non à petites cellules:

  • squameux;
  • grande cellule;
  • adénocarcinome.

La maladie se caractérise par une évolution subclinique de la pathogenèse jusqu'au stade 2-3. Par exemple, environ 30% des patients reconnaissent leur diagnostic en 3 étapes, environ 40% en 4 étapes.

La maladie se caractérise par l'évolution rapide des dernières étapes. En cinq ans, seulement 15 à 17% des patients restent en vie.

Les premiers signes du cancer du poumon

Il est très important d'identifier la maladie aux premiers stades du développement de la tumeur, alors que le plus souvent, l'évolution au début de la maladie est asymptomatique ou présente des symptômes faibles..

Les symptômes du cancer du poumon ne sont pas spécifiques et peuvent survenir dans de nombreuses autres maladies, mais le complexe de symptômes peut être l'occasion de consulter un médecin pour un examen plus approfondi du cancer.

Selon l'étendue de la lésion, sa forme, son emplacement et son stade, les premiers signes de cancer du poumon peuvent être différents. Cependant, il existe un certain nombre de symptômes communs, en présence desquels on peut le soupçonner:

  1. Toux. Sec, fréquent, mordant, paroxystique, puis mouillé avec une sécrétion abondante de crachats épais (muqueux ou purulents).
  2. Dyspnée. Elle se manifeste par un effort physique insignifiant: plus une tumeur est affectée, plus l'essoufflement apparaît. Dyspnée possible en tant qu'obstruction bronchique, accompagnée d'une respiration sifflante bruyante.
  3. Hémoptysie. Il est rare et se manifeste par l'apparition de veines ou de caillots sanguins dans les expectorations, une décharge abondante d'expectorations mousseuses ou gélatineuses est possible, dans de rares cas des saignements abondants, ce qui peut entraîner une mort rapide du patient.
  4. Douleur. La douleur peut être diverse: de périodique à aiguë paroxystique et constante. La douleur peut être donnée à l'épaule, au cou, à l'estomac. De plus, la douleur peut s'intensifier avec une respiration profonde, une toux. La douleur ne cesse pas de prendre des analgésiques non narcotiques. Par l'intensité de la douleur, on peut juger du degré de dommages aux poumons et aux autres organes de la poitrine.
  5. Augmentation de la température. Un symptôme courant du cancer. Il peut s'agir d'un symptôme temporaire (comme avec ARVI) ou récurrent (parfois les patients ne font pas attention à ce symptôme).
  6. Symptômes courants Diminution de l'appétit, perte de poids, fatigue, troubles du système nerveux et autres.

Symptômes du cancer du poumon

Les manifestations cliniques du cancer du poumon dépendent de manière significative de l'emplacement du nœud tumoral primaire.

Cancer du poumon central

Une tumeur provenant de la membrane muqueuse de la grande bronche se manifeste assez tôt. Avec sa croissance, il irrite la muqueuse des bronches, provoque une violation de la perméabilité bronchique et de la ventilation du segment, du lobe ou du poumon entier sous forme d'hypoventilation et d'atélectasie. Par la suite, la germination des troncs nerveux et de la plèvre, la tumeur provoque une douleur et une altération de l'innervation du nerf correspondant (phrénique, récidivant ou vague), ainsi que l'image de l'implication de la plèvre dans le processus tumoral. Rejoindre les métastases conduit à l'apparition de symptômes secondaires des organes et des systèmes affectés.

Lorsque la tumeur se développe dans les bronches, une toux apparaît, d'abord sèche, puis avec des crachats légers, parfois avec un mélange de sang. L'hypoventilation du segment pulmonaire se produit, puis son atélectasie. Les expectorations deviennent purulentes, ce qui s'accompagne d'une augmentation de la température corporelle, d'un malaise général, d'un essoufflement. La pneumonie cancéreuse se joint, qui est relativement facile à guérir, mais qui revient souvent. La pneumonie cancéreuse peut être associée à une pneumonie cancéreuse, accompagnée de douleur.

Si la tumeur germe le nerf de retour, l'enrouement se joint en raison de la paralysie des muscles vocaux. Les dommages au nerf phrénique provoquent une paralysie du diaphragme. La germination du péricarde se manifeste par des douleurs cardiaques.

La défaite de la tumeur ou de ses métastases de la veine cave supérieure provoque une violation de l'écoulement de sang et de lymphe de la moitié supérieure du tronc, des membres supérieurs, de la tête et du cou. Le visage du patient devient gonflé, avec une teinte cyanotique, les veines gonflent sur le cou, les bras, la poitrine.

Cancer du poumon périphérique

Une tumeur périphérique au stade initial est asymptomatique en raison de l'absence de terminaisons douloureuses dans le tissu pulmonaire. À l'avenir, le ganglion tumoral se développe, les bronches, la plèvre et les organes adjacents germent; par la suite, des caries et des saignements peuvent survenir au centre de la tumeur.

Dans le cancer du poumon, les symptômes locaux suivants peuvent être observés: toux, excrétion des expectorations, enrouement, syndrome de gonflement de la veine cave supérieure et déplacement médiastinal, et symptômes d'invasion tumorale des organes voisins. Un tableau clinique particulièrement caractéristique, en rapport avec la localisation, est la manifestation d'un cancer du sommet du poumon avec le syndrome de Pankost.

Avec pleurésie cancéreuse, un syndrome de compression du poumon par exsudat.

Les symptômes communs incluent une détérioration générale de l'état du corps, caractéristique du développement de tumeurs malignes: intoxication, essoufflement, faiblesse, perte de poids, fièvre. Pour le cancer du poumon, la perturbation du métabolisme du calcium, la dermatite et la déformation des doigts sont également ajoutées comme des pilons.

Aux stades avancés, les symptômes de lésions métastatiques des organes vitaux, ainsi que les processus de décomposition de la tumeur et du tissu pulmonaire, l'obstruction bronchique, l'atélectasie et les hémorragies pulmonaires lourdes qui rejoignent la tumeur,.

Étapes

Face au cancer du poumon, beaucoup ne savent pas déterminer le stade de la maladie. En oncologie, lors de l'évaluation de la nature et du degré de la maladie cancéreuse du poumon, 4 stades de la maladie sont classés.

Cependant, la durée de chaque étape est strictement individuelle pour chaque patient. Cela dépend de la taille du néoplasme et de la présence de métastases, ainsi que de la vitesse de la maladie.

  • Stade 1 - la tumeur mesure moins de 3 cm et se situe à l'intérieur des limites d'un segment du poumon ou d'une bronche. Il n'y a pas de métastases. Les symptômes sont difficiles à voir ou pas du tout..
  • 2 - une tumeur jusqu'à 6 cm, située dans les limites d'un segment du poumon ou des bronches. Métastases uniques dans les ganglions lymphatiques individuels. Les symptômes sont plus prononcés, une hémoptysie apparaît, une douleur, une faiblesse, une perte d'appétit.
  • 3 - la tumeur dépasse 6 cm, pénètre dans d'autres parties du poumon ou des bronches voisines. Nombreuses métastases. Les symptômes sont du sang ajouté dans les expectorations mucopurulentes, un essoufflement.

Comment se manifestent les 4 derniers stades du cancer du poumon?

À ce stade du cancer du poumon, la tumeur se métastase dans d'autres organes. La survie à cinq ans est de 1% pour le carcinome à petites cellules et de 2 à 15% pour le carcinome non à petites cellules

Le patient présente les symptômes suivants:

  • Douleurs respiratoires constantes avec lesquelles il est difficile de vivre.
  • Douleur thoracique
  • Perte de poids et appétit
  • Le sang se coagule lentement, des fractures se produisent souvent (métastases osseuses).
  • L'apparition d'attaques de toux sévère, souvent avec libération de crachats, parfois avec sang et pus.
  • L'apparition d'une douleur intense dans la poitrine, qui indique directement des dommages aux tissus voisins, car il n'y a pas de récepteurs de la douleur dans les poumons eux-mêmes.
  • Les symptômes du cancer comprennent l'haleine et l'essoufflement, si les ganglions lymphatiques cervicaux sont touchés, des difficultés à parler.

Pour le cancer du poumon à petites cellules, qui se développe rapidement et affecte rapidement le corps, il n'y a que 2 stades de développement:

  • stade limité, lorsque les cellules cancéreuses sont localisées dans un poumon et les tissus situés à proximité.
  • stade extensif ou extensif, lorsque la tumeur se métastase à l'extérieur du poumon et aux organes distants.

Diagnostique

Le diagnostic du cancer du poumon s'effectue en plusieurs étapes. Si des changements pathologiques (concentration, compactage, diminution du volume pulmonaire, augmentation du schéma pulmonaire, etc.) sont détectés sur la fluorographie ou la radiographie des organes thoraciques, les images sont attribuées dans des projections supplémentaires avec une augmentation multiple dans différentes phases du cycle respiratoire.

Le patient subit une tomodensitométrie pour déterminer la présence de métastases et l'état des ganglions lymphatiques..

La bronchoscopie est une méthode de recherche efficace, mais pas avec tous les types de tumeurs. Donc, c'est absolument inutile pour détecter un cancer périphérique.

Si nécessaire, un examen bronchologique endoscopique est effectué, et avec un cancer périphérique, le diagnostic peut être clarifié à l'aide d'une biopsie ciblée transthoracique (à travers la poitrine) sous contrôle radiographique.

Si toutes ces méthodes ne permettent pas de poser un diagnostic, alors recourir à la thoracotomie (ouvrir la poitrine). Dans ce cas, un examen histologique urgent est effectué et, si nécessaire, le site de croissance de la tumeur est immédiatement retiré. Ainsi, la procédure de diagnostic entre immédiatement dans le traitement chirurgical de la maladie.

Traitement

Les méthodes standard de traitement du cancer du poumon sont les suivantes:

  • ablation chirurgicale de la tumeur;
  • chimiothérapie - l'introduction de médicaments chimiques intraveineux qui inhibent la croissance des cellules tumorales.
  • radiothérapie - exposition à des cellules altérées avec des types de rayonnement durs.

Appliquer ce qui précède comme seule méthode ou en combinaison. Certaines formes, comme le carcinome à petites cellules, ne se prêtent pas aux méthodes chirurgicales, mais sont sensibles à la chimiothérapie.

Chimiothérapie

Les tactiques de la chimiothérapie de masse sont déterminées par la forme de la maladie et le stade de la cancérogenèse.

Les cytostatiques courants sont des médicaments pharmacologiques capables d'inhiber la croissance des cellules cancéreuses: cisplatine, étoposide, cyclophosphamide, doxorubicine, vincristine, nimustine, paclitaxel, carboplatine, irinotécan, gemcitabine. Ces médicaments sont utilisés avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur. Dans certains cas, la méthode a un bon effet thérapeutique. Les effets secondaires après utilisation de cytostatiques sont réversibles.

Relativement récemment introduit dans l'utilisation pratique:

  • traitements hormonaux;
  • méthodes immunologiques (cytocinétiques) de lutte contre le cancer du poumon.

Leur utilisation limitée est associée à la complexité de la correction hormonale de certaines formes de cancer. L'immunothérapie et la thérapie ciblée ne vous permettent pas de lutter efficacement contre le cancer du corps avec une immunité brisée.

Les effets de la chimiothérapie

Les effets secondaires peuvent inclure des nausées, des vomissements ou de la diarrhée et une perte de cheveux. De plus, tous les troubles accompagnent les plaies sur la muqueuse buccale, il y a une sensation de fatigue accrue. De plus, la fonction hématopoïétique de la moelle osseuse souffre, les globules blancs et l'hémoglobine diminuent, diverses infections peuvent se joindre.

Il existe des médicaments qui minimisent les effets secondaires, ils sont capables de tout prévenir, y compris les nausées. Avant d'utiliser des médicaments de chimiothérapie, il est préférable de refroidir les racines des cheveux, cet effet les affecte plus que favorablement. Après l'annulation des médicaments, les cheveux repoussent et poussent encore plus vite qu'auparavant.

Comme traitement d'appoint dans le traitement du cancer du poumon, le TSA, qui est un médicament naturel. Seulement avant d'utiliser ce médicament, une consultation spécialisée ne sera pas superflue, car, comme tout autre médicament, il a ses propres contre-indications. ASD 2 lui-même pour le traitement du cancer du poumon est utilisé en interne, mais une utilisation locale est également possible..

Des traitements prometteurs contre le cancer du poumon

Radiothérapie

  • Exposition aux rayonnements contrôlée visuellement à une cellule cancéreuse ou à une technologie (IGRT). Il consiste à irradier la cellule endommagée, sa correction instantanée après une exposition suffisante et à déplacer la charge vers la zone adjacente du tissu endommagé.
  • Contactez l'exposition aux rayonnements ou la technologie de curiethérapie. Il consiste à délivrer au tissu tumoral des substances spéciales qui améliorent l'effet ciblé sur les cellules endommagées.
  • Technologie Smart Knife. Le principe est l'action parfaitement précise d'un cyber couteau sur l'accumulation de cellules endommagées.

Chimiothérapie moderne

  • Étiquetage des cellules cancéreuses (technologie PDT) avec des substances qui augmentent la sensibilité à l'exposition externe au laser et éliminent les dommages aux tissus sains.

Le principal inconvénient des nouvelles technologies est qu'elles affectent la pathogenèse développée, mais n'empêchent pas les mutations pathologiques.

Opération

Un traitement chirurgical du cancer du poumon peut être la dernière paille à laquelle un homme qui se noie peut s'emparer. Mais il est possible de retirer la tumeur par chirurgie, généralement aux stades 1 et 2 avec NSCLC.

En outre, la chirurgie pulmonaire pour le cancer est réalisée en fonction des facteurs pronostiques de la maladie, dans lesquels le stade de la maladie est pris en compte, conformément à la classification internationale du TNM, en fonction de la structure cellulaire de la tumeur et du degré de sa transformation maligne, de la pathologie concomitante et des indicateurs des organes et systèmes vitaux sont pris en compte. Une question logique peut se poser pour savoir si le cancer du poumon est traité par chirurgie? Il ne peut être répondu sans ambiguïté, oui, qu'en combinaison avec d'autres méthodes qui se complètent.

Il convient de noter que si la localisation anatomique de la tumeur peut être complètement supprimée, l'opération n'est pas toujours possible en raison de l'état de santé du patient. Avec la LMR, la chirurgie est moins courante que peu claire avec le CBNPC, car les tumeurs à petites cellules sont rarement localisées dans la même zone.

Le choix de la chirurgie dépend de la taille et de l'emplacement de la tumeur.

Il existe plusieurs types d'intervention chirurgicale, les chirurgiens ouvrent la poitrine et effectuent:

  • résection cunéiforme du poumon (une partie d'un lobe du poumon est enlevée);
  • lobectomie - ablation du lobe du poumon;
  • pulmonectomie - ablation complète du poumon;
  • lymphadénectomie - ablation des ganglions lymphatiques.

Enlever le poumon du cancer est une procédure assez compliquée et angoissée et les conséquences peuvent être les plus imprévisibles. Pendant la chirurgie, il est nécessaire de recourir à l'anesthésie générale, à l'hospitalisation du patient et à une surveillance dynamique pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Après la chirurgie, des problèmes respiratoires, un essoufflement et une faiblesse peuvent survenir. Les risques pendant la chirurgie comprennent des complications telles que des saignements, des infections et des complications générales d'anesthésie.

Si une personne souffre d'une forme respectable de cancer du poumon non à petites cellules, il s'agit généralement des stades 1 à 3, auquel cas le scalpel du chirurgien est la méthode de choix. Il est seulement important de considérer toutes les contre-indications de la chirurgie.

La prévention

La prévention du cancer du poumon comprend les recommandations suivantes:

  • Arrêter de mauvaises habitudes, principalement le tabagisme;
  • Respect d'un mode de vie sain: une bonne nutrition riche en vitamines et une activité physique quotidienne, des promenades au grand air.
  • Traiter en temps opportun les maladies bronchiques afin qu'il n'y ait pas de transition vers une forme chronique.
  • Aération de la chambre, nettoyage humide quotidien de l'appartement;
  • Le contact avec des produits chimiques nocifs et des métaux lourds doit être réduit au minimum. Pendant le fonctionnement, il est impératif d'utiliser des équipements de protection: respirateurs, masques.

Si vous présentez des symptômes décrits dans cet article, assurez-vous de consulter un médecin pour un diagnostic précis..

Prévision pour la vie

En cas de cancer du poumon non traité, 87% des patients décèdent dans les 2 ans suivant le diagnostic.

Lors de l'utilisation de la méthode chirurgicale, 30% de survie des patients sur 5 ans peuvent être atteints. La détection précoce d'une tumeur peut augmenter les chances de guérison: au stade T1N0M0, elle atteint 80%. Le traitement combiné chirurgical, radiologique et médicamenteux peut augmenter la survie à 5 ans de 40% supplémentaires.

La présence de métastases aggrave considérablement le pronostic.

Igor

salut! Peut-être que quelqu'un connaît un bon oncologue-pulmo nologa. Depuis plus d’un an, je suis traité pour le rhume, la bronchite, la pneumonie - du diagnostic au diagnostic - depuis l’atélectasie de l’été dernier dans le lobe inférieur du poumon droit, une augmentation progressive des «cordes» minces entourées de très petits foyers. Des douleurs déjà intenses sont apparues, mais elles m'ont mis sur une «pneumonie cryptogène auto-organisatrice». J'aimerais obtenir le bon diagnostic. Il n'est peut-être pas trop tard pour prolonger, ou du moins pour vous faciliter la vie.

7 premiers signes de cancer que 90% des gens ignorent

Les gars, nous mettons notre âme dans Bright Side. Merci pour,
que vous découvriez cette beauté. Merci pour l'inspiration et la chair de poule..
Rejoignez-nous sur Facebook et VK

Le corps humain est conçu pour nous envoyer des signaux sous forme de symptômes afin que nous comprenions que quelque chose ne va pas. Malheureusement, beaucoup ferment souvent les yeux sur ce que le corps essaie de dire, pensant que tout ira bien.

Bright Side a recueilli plusieurs signes de cancer, qui doivent être pris au sérieux. Après tout, pour gagner, vous devez savoir quoi combattre.

Si vous remarquez les manifestations et symptômes suivants chez vous ou chez vos proches, ne tirez pas de conclusions prématurées sur la base de l'autodiagnostic, car de nombreux symptômes peuvent apparaître en raison d'autres maladies. Contacter un spécialiste pour une consultation suivie d'un examen complet.

L'apparition de néoplasmes est l'un des signes du cancer de la peau et du sein. Autres symptômes:

  • Joints dans la poitrine et sous les aisselles.
  • Irritation ou éruption d'origine inconnue non associée à une réaction allergique aux aliments ou aux cosmétiques.
  • L'apparition d'un ulcère pleureur au milieu du néoplasme.
  • Croissance et changement de forme des grains de beauté.

Une toux prolongée est l'un des signes d'une maladie pulmonaire, qui s'accompagne de divers symptômes:

  • Perte d'appétit.
  • Une forte diminution du poids corporel.
  • Aux stades plus avancés du cancer du poumon, une toux avec expectoration de sang et essoufflement apparaît.

Dans la plupart des cas, les éruptions cutanées ne sont pas liées à l'oncologie, cependant, l'expérience clinique suggère une certaine dépendance:

  • Un néoplasme dans l'utérus provoque des démangeaisons dans la région génitale.
  • Le cancer du cerveau peut survenir avec des démangeaisons dans les narines.

Symptômes et signes du cancer du poumon: comment ils peuvent se manifester?

Cancer du poumon - un groupe de tumeurs malignes qui se développe dans le tissu épithélial du poumon.

L'absence de diagnostic rapide et de traitement ultérieur conduit à la formation de l'oncologie. Les métastases à d'autres parties du corps surviennent généralement lors d'un cancer du poumon, ce qui dans la plupart des cas rend le traitement impossible..

Le cancer du poumon s'est développé au fil des ans. La mortalité par cancer du poumon est de 85%. La plupart des fumeurs sont touchés par cette maladie. 75% des maladies sont causées par le tabagisme.

De plus, l'émergence d'un cancer du poumon contribue au travail dans certaines industries, notamment dans le travail du bois, l'acier, l'amiante et d'autres. Le cancer du poumon est dû à des agents cancérigènes qui, lorsqu'ils pénètrent dans les poumons, ont la capacité de changer l'ADN, ce qui entraîne l'apparition de cellules cancéreuses.

Quels sont les signes de la maladie

Une mortalité élevée chez les personnes atteintes d'un cancer du poumon est très largement associée à un traitement intempestif de la maladie. L'une des raisons pour lesquelles les gens ne consultent pas immédiatement le médecin est les symptômes du cancer du poumon, qui peuvent également survenir dans diverses maladies respiratoires..

Autrement dit, aux premiers stades du cancer du poumon, les symptômes sont très facilement confondus avec les signes ou les conséquences d'autres maladies, telles que la bronchite prolongée, la toux résiduelle, etc. Et seulement dans les derniers stades, certains symptômes apparaissent si clairement qu'une personne va chez le médecin avec un soupçon de cancer.

Les premiers signes du cancer du poumon:

  • toux persistante, qui peut d'abord être sèche, à un stade ultérieur accompagnée de flegme;
  • essoufflement même avec de petites charges;
  • douleur en respirant profondément ou en toussant;
  • crachats contenant du sang (dans les premiers stades, le sang a une couleur pourpre, et dans les derniers stades, la couleur change en framboise);
  • fatigue, apathie, diminution marquée de l'activité;
  • manque d'appétit et, par conséquent, perte de poids.

Les premiers signes de cancer du poumon sont la toux et les expectorations. En plus des signes de la maladie ci-dessus, d'autres peuvent se produire qui sont moins fréquents, mais indiquent également une maladie. Ceux-ci comprennent une voix rauque, des difficultés à avaler, des douleurs sous les côtes et la poitrine, un gonflement du cou ou du visage et une douleur intense à l'épaule qui s'étend à tout le bras..

Si une personne fume ou travaille dans un lieu de travail dangereux et remarque certains des symptômes, elle doit définitivement subir un diagnostic. La douleur dans la poitrine n'apparaît pas immédiatement, la raison en est l'absence de terminaisons douloureuses dans le tissu pulmonaire.

De toutes les formes, il convient de souligner le périphérique qui se développe dans le tissu pulmonaire, c'est pourquoi les symptômes de la maladie apparaissent plus tard.

Selon le stade du cancer du poumon, les symptômes varient. Si les premiers signes décrits ci-dessus ont été ignorés et que le traitement n'a pas été commencé, le développement de la maladie entraîne une forte détérioration de l'état du patient. Les organes les plus proches de la tumeur sont affectés par des métastases..

Le plus souvent, les métastases pénètrent dans le cerveau, les glandes surrénales, la moelle osseuse, le foie et d'autres parties du corps. À mesure que la maladie progresse, des signes externes de cancer du poumon commencent à se manifester..

Les symptômes qui apparaissent avec la progression de la maladie:

  • douleur osseuse
  • troubles du système nerveux;
  • jaunissement de la peau ou des yeux, pouvant éventuellement acquérir un teint gris;
  • violation du cœur;
  • œdème de la moitié supérieure du corps, à la fois externe et interne, qui interfère avec le mouvement des aliments;
  • expansion des veines saphènes de la poitrine.

Un développement ultérieur de la maladie améliore les symptômes ci-dessus. Les médecins séparent les yeux des signes externes de cancer du poumon.

Ce que vous devez savoir sur la maladie?

Diagnostique

Les cancérogènes qui pénètrent dans les poumons et causent le cancer sont fumés en grande quantité par les personnes et les travailleurs de certaines industries qui traitent du radon, de l'arsenic, du nickel, du chrome, de la suie, du goudron et d'autres substances..

Ils constituent un groupe à risque. Si vous, ou quelqu'un de vos proches, faites partie d'un tel groupe, il est important de connaître une recommandation: une fois par an, il est nécessaire de faire un diagnostic. Pour le diagnostic, il suffit de faire une fluorographie ou une radiographie. Après avoir examiné l'image, le médecin pourra tirer certaines conclusions..

Les signes radiologiques du cancer du poumon sont généralement plus clairs que les symptômes, ce qui permet de poser un diagnostic plus clair. L'avantage du diagnostic est qu'il aide à détecter le cancer du poumon aux premiers stades de développement, lorsque le traitement est possible. Ignorer les diagnostics annuels est fortement déconseillé, afin d'éviter d'éventuelles conséquences.

Tout d'abord, le patient est envoyé pour une fluorographie afin d'évaluer la présence d'anomalies dans les poumons, ainsi que pour un test sanguin. Si une toux avec crachats est observée, un échantillon de crachats est prélevé pour analyse de la présence de cellules cancéreuses..

Si les tests ne font qu'augmenter la suspicion de développer un cancer du poumon, le patient est envoyé pour une bronchoscopie, où un tube est inséré dans sa gorge, ce qui est nécessaire pour examiner l'intérieur des voies respiratoires.

Cette opération est réalisée sous anesthésie. Suivi d'une tomodensitométrie et d'une biopsie percutanée, qui aideront à trouver l'endroit exact où le cancer se développe, ainsi qu'à déterminer le degré de la maladie.

Traitement du cancer du poumon

Dans les premiers stades du cancer, le traitement donne dans la plupart des cas un résultat positif, mais dans la plupart des cas, les médecins font face à des stades ultérieurs du cancer.

Après avoir effectué un diagnostic complet des métastases du corps, déterminé le stade du cancer et l'emplacement particulier de la tumeur, le médecin prescrit un traitement en fonction de la situation. On peut prescrire aux patients une chimiothérapie, des médicaments ciblés, une chirurgie et une radiothérapie..

La prévention de cette maladie est principalement nécessaire aux hommes.

Étant donné que les cancérogènes sont la principale cause de cancer du poumon, la première chose à faire est de minimiser leur entrée dans les poumons et les voies respiratoires. Si une personne fume, elle doit renoncer à cette habitude le plus rapidement possible, sinon le traitement sera inutile et la maladie progressera. De plus, la fumée secondaire aggrave également la situation..

Si vous vivez dans une zone industrielle où la pollution de l'air est élevée, vous devez vous en protéger autant que possible en installant des filtres ou des purificateurs d'air à la maison. Vous pouvez également voyager plus souvent dans la nature. Selon les statistiques, dans les zones rurales, les risques de cancer du poumon sont 75% inférieurs à ceux d'une ville où l'air est pollué.

Parmi les fruits, je veux souligner les pommes qui aident à réduire le cancer de 50%. Et n'oubliez pas un style de vie actif. Les athlètes et les personnes ayant un style de vie actif sont beaucoup moins sensibles au cancer..

Et cet article concerne le carcinome épidermoïde du pénis. Des fois ça arrive.

Cancer du poumon

Le cancer du poumon est une tumeur qui se développe à partir du tissu tapissant l'intérieur de la surface des bronches, des bronchioles et des muqueuses des glandes bronchiques - l'épithélium. Dans la plupart des cas, le cancer du poumon se développe chez les hommes après 60 ans. Cette maladie est la plus courante de toutes les maladies oncologiques: il y a plus d'un million de nouveaux cas de cancer du poumon chaque année, et ce nombre augmente.

Les symptômes du cancer du poumon

Si une radiographie pulmonaire est effectuée chaque année, dans la plupart des cas, le diagnostic peut être posé à un stade plus précoce, lorsque le pronostic semble le plus optimiste..

Ceci est particulièrement important car il n'y a pratiquement aucun symptôme en raison duquel un cancer peut être suspecté à un stade précoce. La façon dont le cancer du poumon se manifeste dépend de divers facteurs: le stade de développement de la tumeur, sa localisation dans le poumon, les troubles qu'elle provoque, etc. Le cancer du poumon peut être masqué par diverses maladies. Par exemple, cela ressemble parfois à une pneumonie à long terme et difficilement traitable. Une tumeur en croissance peut provoquer une toux, des écoulements muqueux ou des expectorations mucopurulentes. Parfois, il y a un mélange de sang dans les expectorations - cela se produit avec une inflammation de la membrane muqueuse de la bronche affectée. Ces patients ont des douleurs thoraciques, un essoufflement, un enrouement.

En raison du fait que la tumeur sécrète des substances nocives, d'autres symptômes de cancer du poumon apparaissent, qui peuvent être pris pour des manifestations de maladies complètement différentes. Ce sont la fatigue, la capacité de travail réduite, la faiblesse, la fièvre (généralement faible) et la perte de poids..

Symptômes de la tumeur de Pancost

Le cancer de l'apex du poumon (tumeur de Pancost) en raison de la proximité d'autres organes et troncs nerveux provoque souvent des symptômes plus prononcés: faiblesse des muscles de la main, douleur dans la ceinture scapulaire, sur la face avant de la poitrine et entre les omoplates, également dans la zone de la main ou de l'avant-bras ou la sensibilité est perturbée, les muscles s'atrophient. Malheureusement, de tels symptômes désorientent souvent le médecin et une personne passe du temps à traiter l'ostéochondrose cervicothoracique inexistante.

Cela peut-il être évité? Oui. Il suffit de faire attention au syndrome de Horner. En raison de la défaite des ganglions sympathiques cervicaux, la paupière supérieure d'un collyre (ptose), d'un élève (myose) se rétrécit et la transpiration d'un seul côté du visage (anhidrose) est considérablement réduite. En outre, la voix d'une personne peut devenir rauque en raison de dommages au nerf laryngé récurrent.

Symptômes du cancer du poumon périphérique

Dans de rares cas, un syndrome paranéoplasique peut signaler qu'une tumeur est apparue ou a commencé à apparaître dans le corps. Il s'agit d'un complexe de diverses manifestations qui surviennent non pas à cause de l'effet direct de la tumeur sur le tissu, mais à travers la production de diverses substances par les cellules cancéreuses. Avec le cancer du poumon plus souvent qu'avec tout autre cancer, le syndrome paranéoplasique affecte le système nerveux. Cela se manifeste en particulier par des difficultés à marcher, une mauvaise coordination, des problèmes de maintien de l'équilibre, il devient difficile pour une telle personne d'avaler, son discours est brouillé. De plus, il peut y avoir une détérioration de la mémoire, du sommeil, de la vision, etc..

Le syndrome paranéoplasique comprend parfois une augmentation des niveaux de calcium. Dans certains cas, une tumeur peut même produire des hormones qui, dans un corps sain, synthétisent le pancréas et les glandes parathyroïdes, l'hypophyse et l'hypothalamus. C'est pourquoi le médecin doit porter une attention particulière aux signes avant-coureurs afin de procéder à un examen approfondi et, éventuellement, de détecter un cancer du poumon à un stade précoce..

Habituellement, le premier symptôme de la maladie est une toux sèche persistante. S'il s'inquiète depuis plusieurs semaines et n'est pas associé à des maladies allergiques ou infectieuses, vous devez consulter un médecin et passer un examen. Un autre signe précoce est une augmentation de la température corporelle. Habituellement, il est insignifiant, jusqu'à 37,5 degrés, mais persiste longtemps. Les symptômes non spécifiques tels que la fatigue, la faiblesse et les affections fréquentes sont dérangeants. Ces manifestations sont souvent attribuées à la bronchite et à la pneumonie.

Des sifflements se produisent pendant la respiration, la voix devient rauque. Au fil du temps, la toux devient plus douloureuse, pendant laquelle les expectorations disparaissent, dans lesquelles vous pouvez remarquer un mélange de sang. C'est certainement une raison pour subir un dépistage du cancer du poumon..

Il n'y a aucun récepteur de douleur dans le tissu pulmonaire. Par conséquent, dans les premiers stades de la douleur, il n'y aura pratiquement aucune douleur. Ils surviennent périodiquement et passent rapidement. Plus tard, lorsque la tumeur a le temps de se développer fortement, de se propager à la plèvre et aux nerfs intercostaux, des douleurs douloureuses prolongées dans la poitrine inquiètent. Ils peuvent se propager à l'épaule, à l'extérieur du bras.

L'apparition d'un essoufflement indique que la tumeur affecte une grande quantité de tissu pulmonaire, ce qui provoque la contraction de la surface respiratoire. Ce symptôme peut être associé à une pleurésie exsudative..

Types de cancer du poumon

Pour déterminer le pronostic et choisir une méthode de traitement, le médecin doit connaître la structure histologique de la tumeur. Pour ce faire, une biopsie des bronches ou du poumon est effectuée, c'est-à-dire qu'un petit morceau de tissu est prélevé lors de la bronchoscopie (examen de la surface interne de la trachée et des bronches à l'aide d'instruments optiques spéciaux) ou de la thoracoscopie (examen de la cavité pleurale par une perforation de la paroi thoracique). Après cela, un échantillon de tissu spécialement traité et coloré est examiné au microscope et le type de tumeur est déterminé. Il est important d'avoir des «verres» et des «blocs» avec des échantillons de tissus avec vous si vous décidez de demander conseil à une autre clinique afin de pouvoir les voir vous-même et prendre votre décision..

En fonction du type de cellules, on distingue:

  • carcinome à petites cellules (cellule d'avoine, cellule d'avoine combinée, cellule intermédiaire);
  • cancer du poumon squameux ou épidermique (de bas grade, kératinisé, non kératinisé);
  • adénocarcinome pulmonaire (acineux, papillaire, cancer broncho-alvéolaire, cancer solide avec formation de mucine);
  • carcinome à grandes cellules (cellule géante, cellule claire);
  • carcinome épidermoïde glandulaire;
  • cancer des glandes bronchiques (adénocystique, mucoépidermoïde, etc.).

Il existe d'autres variétés plus rares de cancer du poumon - il y en a au moins vingt. Une tumeur peut contenir différents types de cellules. Si les poumons ont des métastases, alors les cellules qui les composent ressembleront aux cellules de la tumeur de la mère.

Dans 40% des cas, les tumeurs malignes du poumon sont représentées par des adénocarcinomes, qui sont formés à partir de cellules productrices de mucus. La plupart du temps, les adénocarcinomes pulmonaires se trouvent chez les fumeurs ou chez les personnes qui ont fumé. Cependant, chez les non-fumeurs, il s'agit également du type de cancer du poumon le plus courant. De plus, c'est l'un des types de tumeurs malignes les plus courants chez les jeunes.>

L'adénocarcinome est une tumeur maligne à croissance relativement lente. Les chances de le trouver dans les premiers stades sont assez élevées. Cependant, ceci est individuel, chez certains patients, un tel cancer se comporte de manière plus agressive.

Pour sélectionner le schéma thérapeutique optimal pour un patient présentant une évolution atypique de la maladie, nous utilisons des bases de données internationales qui incluent des cas provenant de grandes cliniques d'oncologie, des résultats de recherche médicale et des articles scientifiques. En cas de doute sur l'évaluation de l'analyse histologique, nous nous tournons vers nos collègues étrangers: nous numérisons les images des coupes histologiques et les envoyons à la clinique partenaire. Dans les 2 à 5 jours, nous obtenons un deuxième avis d'expert avec une conclusion histologique et une option de schéma thérapeutique.

Grâce aux réalisations de la science, avant même le début du traitement, il est possible de déterminer la sensibilité de la tumeur à la chimiothérapie. L'analyse moléculaire vous permet de développer un plan plus efficace de lutte contre le cancer du poumon. Dans la clinique européenne, nous utilisons exactement une telle approche: elle donne les meilleures chances de réussite du traitement.

Cancer central et périphérique

Mais lors du choix d'un traitement, il est très important de considérer non seulement le type de cellules: l'emplacement de la tumeur est également d'une grande importance. Il existe un cancer du poumon central et périphérique. Avec le cancer central, les grosses bronches (principales, lobaires et segmentaires) sont affectées, avec les bronches périphériques - plus petites.

À son tour, quatre types de carcinome pulmonaire périphérique sont distingués:

  • Nœud sous-pleural - cette option comprend la tumeur de Pancost.
  • Noeud intralobar.
  • Formes diffuses et miliaires.
  • Forme de cavité.

De plus, le cancer médiastinal est isolé séparément - ces tumeurs malignes dans les poumons sont généralement petites, mais se métastasent rapidement aux ganglions lymphatiques du médiastin.

L'endroit où la tumeur se développe est également un facteur important dans la détermination des tactiques de traitement. S'il se développe dans la lumière des bronches (cancer exophytique), il peut alors obstruer partiellement ou complètement la lumière. Ensuite, le développement d'une pneumonie secondaire est très probable. Si la tumeur se développe dans l'épaisseur du tissu pulmonaire (cancer endophytique), cela n'affecte pas la perméabilité des bronches pendant un certain temps. Un cancer ramifié se produit également - la tumeur est située autour des bronches et rétrécit uniformément la lumière. Pour enfin avoir une idée de la nature de la croissance tumorale, vous devez retirer le tissu chirurgicalement et l'étudier.

Le cancer périphérique est de trois types principaux:

  1. gonflement rond ou nodulaire;
  2. cancer de type pneumonie - n'a pas de frontières claires et ressemble à la pneumonie dans les symptômes;
  3. cancer du poumon au sommet (tumeur de Pancost).

Il existe également des formes atypiques qui présentent diverses caractéristiques des métastases. Pour évaluer la prévalence du cancer du poumon, la classification TNM est utilisée dans le monde entier. Grâce à elle, il est possible de systématiser diverses situations cliniques, de déterminer les tactiques de traitement, et également de faire un pronostic du développement de la maladie - et tout cela, en fonction des caractéristiques anatomiques de la tumeur.

Cancer du poumon à petites cellules

Le cancer du poumon à petites cellules est le plus malin de tous. Une telle tumeur se développe non seulement rapidement, mais métastase également activement. Il existe un certain nombre d'autres caractéristiques désagréables de ce type de cancer..

  1. Si la tumeur se développe à l'intérieur des bronches, elle peut provoquer une atélectasie («affaissement» d'une partie du poumon) et une pneumonie obstructive (inflammation) avec toux, fièvre et douleurs thoraciques.
  2. Avec la décomposition de la tumeur, il existe un danger de pneumothorax - lorsque l'air pénètre dans la cavité pleurale (cavité étanche à l'air entre les feuilles de la plèvre qui recouvrent la surface des poumons).
  3. Si, dans les derniers stades, la tumeur, qui se propage, implique la plèvre, cela peut provoquer un hémothorax. Avec cette condition, le sang s'accumule dans la cavité pleurale.

Ces situations sont souvent extrêmement dangereuses pour la vie humaine et il est souvent impossible de se passer de soins chirurgicaux urgents..

Stades du cancer du poumon

Le stade du cancer du poumon est déterminé conformément à la classification généralement acceptée du TNM:

  • La lettre T indique la taille de la tumeur primaire. Les désignations sont 1, 2, 3 et 4. Il s'agit d'une très petite tumeur située dans les couches supérieures de la muqueuse des voies respiratoires. T4 - Cancer qui se développe dans les organes voisins.
  • N - la propagation du cancer aux ganglions lymphatiques voisins. N0 signifie qu'il n'y a pas de foyers dans les ganglions lymphatiques. Les nombres 1, 2 et 3 caractérisent différents degrés d'implication des ganglions lymphatiques.
  • M - la présence de métastases distantes. Un des deux nombres peut être attribué à cette lettre: 0 - il n'y a pas de métastases distantes, 1 - des métastases distantes sont détectées.

La classification des stades est quelque peu différente dans le cancer du poumon non à petites cellules et à petites cellules. Dans le NSCLC, en fonction des caractéristiques de T, N et M, cinq étapes sont distinguées, elles sont indiquées par des chiffres romains:

  • Stade 0: "cancer en place", alors que les ganglions lymphatiques ne sont pas affectés et qu'il n'y a pas de métastases à distance. C'est la situation la plus favorable, caractérisée par le meilleur pronostic pour le patient..
  • Stade I: la tumeur est uniquement dans les poumons, ne se développe pas dans les organes voisins, les ganglions lymphatiques ne sont pas affectés et il n'y a pas de métastases à distance.
  • Stade II: avec la tumeur primaire dans les poumons, il existe des foyers dans les ganglions lymphatiques voisins.
  • Stade III: lésions dans les ganglions lymphatiques du médiastin. Ce cancer est appelé localement répandu..
  • Stade IV: une tumeur maligne se propage aux deux poumons, des cellules cancéreuses se trouvent dans le liquide dans la cavité pleurale et la cavité péricardique (péricarde), ou des métastases à distance sont détectées.

Dans le cancer du poumon à petites cellules, le système TMN est également utilisé, mais en pratique clinique, la division en deux étapes est plus importante:

  • Distribuée localement: une tumeur ne se trouve que d'un côté, n'affecte qu'une partie du poumon et les ganglions lymphatiques voisins.
  • Fréquent: le cancer se propage à d'autres organes, il y a des métastases à distance.

Comment reconnaître le cancer du poumon à un stade précoce?

Lorsque le cancer du poumon central est à un stade précoce, il est très difficile à reconnaître. Inspection du thérapeute, les études aux rayons X sont inefficaces. Si vous faites à une telle personne une bronchoscopie avec une biopsie, alors le diagnostic correct peut être posé. Parfois, la tomodensitométrie aide à reconnaître la maladie aux premiers stades..

Si le cancer est périphérique, une biopsie est impossible, car se rendre à un endroit suspect en utilisant la bronchoscopie ne fonctionnera tout simplement pas. Par conséquent, une biopsie à l'aiguille transthoracique est effectuée, c'est-à-dire qu'un morceau de tissu est prélevé à travers une ponction dans la paroi thoracique. S'il y a des foyers dans la zone du médiastin (partie de la cavité thoracique située entre le sternum, la colonne vertébrale, le diaphragme, la plèvre et les surfaces des poumons), une médiastinoscopie est effectuée (examen de biopsie par incision dans le cou). Parfois, il est impossible de se passer de thoracoscopie diagnostique et de thoracotomie (ouverture de la cavité thoracique). Pour clarifier l'étendue de la tumeur, diverses méthodes de diagnostic sont utilisées: échographie, bronchoscopie, tomodensitométrie multispirale, résonance magnétique et tomographie par émission de positons, ainsi que des études sur les radionucléides. Sans cela, il est impossible de choisir la meilleure approche pour traiter un patient particulier..

Ce qui augmente le risque de cancer du poumon?

À l'heure actuelle, la relation entre le cancer du poumon et le tabagisme ne fait aucun doute. Cela est particulièrement vrai pour le carcinome épidermoïde central et à grandes cellules: dans 70 à 95% des cas, ces patients fumaient ou fumaient. Le Centre international de recherche sur le cancer a conclu que les fumeurs sont 10 fois plus susceptibles de développer un cancer du poumon. La fumée de tabac contient une masse de substances cancérigènes. Il s'agit en particulier du polonium 210, des hydrocarbures polyaromatiques (naphtylamine, 2-toluidine, benzpyrène, 4-aminobiphényle), du nickel, de nombreux composés N-nitrosés, etc. Plus une personne fume longtemps, plus ses risques sont élevés. En plus du tabagisme, certains facteurs professionnels affectent négativement la probabilité de développer un cancer du poumon: par exemple, une exposition prolongée à l'amiante et à d'autres substances dangereuses. La probabilité de cancer du poumon dépend également de la pollution de l'air par des agents cancérigènes..

Est-il possible de réduire le risque?

La meilleure façon de réduire la probabilité de développer un cancer du poumon est d'arrêter de fumer et d'éviter la fumée secondaire. Selon les rapports, après 10 ans sans fumer, les risques deviennent minimes. Si une personne travaille dans une industrie «nocive», il est impératif de protéger les voies respiratoires du contact avec la poussière d'amiante et les métaux lourds.

Métastases pulmonaires

Environ un patient sur cinq présentant des métastases pulmonaires développe une toux, une hémoptysie, un essoufflement, des douleurs thoraciques, une fièvre à des valeurs faibles et une perte de poids. Souvent, l'apparition de ces symptômes suggère que le processus est allé assez loin. Dans la plupart des cas, les métastases peuvent être détectées par radiographie, qui est effectuée deux fois par an après le traitement de la tumeur primaire. Si des métastases sont trouvées, il est nécessaire de mener une série d'études importantes pour sélectionner la méthode de traitement la plus appropriée. Nous parlons d'informatique, de résonance magnétique et de tomographie par émission de positrons des organes thoraciques, ainsi que de bronchoscopie.

Différentes étapes du traitement du cancer du poumon

Aux premiers stades, la chirurgie est le principal traitement du cancer du poumon. Si la tumeur est petite, vous pouvez retirer la petite partie du poumon dans laquelle elle se trouve - effectuez une résection en forme de coin ou une segmentectomie. Dans la plupart des cas, ils effectuent une lobectomie (ablation du lobe du poumon) ou une pneumectomie (ablation de tout le poumon) - cela aide à réduire le risque que les cellules cancéreuses restent dans le poumon, ce qui peut ensuite provoquer une rechute.

L'intervention chirurgicale peut être complétée par un cours de chimiothérapie, radiothérapie. Si l'on soupçonne que le cancer aurait pu se propager aux ganglions lymphatiques voisins, ils sont également supprimés..

À partir du stade III, l'ablation chirurgicale de la tumeur n'est pas toujours possible. Cependant, chez certains patients, une chirurgie cytoréductrice peut être effectuée, au cours de laquelle le chirurgien essaie de retirer autant de tissu tumoral que possible..

Avec un cancer du poumon inopérable aux stades ultérieurs, les principales méthodes de traitement sont la chimiothérapie, la radiothérapie, l'immunothérapie.

En savoir plus sur le traitement et la chimiothérapie du cancer du poumon à la Clinique européenne.