Adénocarcinome pulmonaire: causes, symptômes, diagnostic, traitement, pronostic à tous les stades

Teratoma

Parmi d'autres processus oncologiques dans le système respiratoire, un tiers des cas sont des adénocarcinomes, et certains scientifiques pensent qu'au moins 40%. Chez les non-fumeurs, les processus cancéreux dans les poumons se déroulent le plus souvent précisément dans ce scénario. Lors de l'examen histologique, l'adénocarcinome se manifeste par des nœuds de teinte brune, grise et jaunâtre avec des éléments transparents séparés. Souvent, la forme périphérique est accompagnée d'une cicatrice.

Types et types

L'adénocarcinome des poumons est un concept collectif qui combine plusieurs variétés de processus cancéreux. Avec l'adénocarcinome ordinaire, le tissu contient des papilles, des tubes, des structures solides et acineuses, y compris des cellules qui génèrent des muqueuses. Les glandes hautement différenciées sont combinées avec des.

La forme acineuse est souvent formée d'éléments glandulaires qui diffèrent les uns des autres par leur taille et leur forme. L'adénocarcinome papillaire est une forme de la maladie dans laquelle les papilles, les tubercules se forment à l'intérieur de complexes de glandes et de tubules. La version solide est similaire aux processus de cancer à grandes cellules. Avec un tel adénocarcinome des poumons, les éléments glandulaires et papillaires ne se forment pas. Une telle maladie est mal différenciée, tandis que les types acineux et papillaires appartiennent au groupe à différenciation élevée.

L'adénocarcinome des poumons est une grosse cellule géante claire, associée à des cellules glandulaires et plates. Tumeur carcinoïde possible.

Comment remarquer?

Lorsque la maladie commence à peine à se développer, il n'y a pas de manifestations caractéristiques. La tumeur grossit, progressivement le patient commence à s'inquiéter d'une toux inexpliquée. Dans ce cas, les expectorations sont libérées en grandes quantités, souvent avec un mélange de sang. Essoufflement inquiétant, mal de poitrine, la voix est perturbée. Avec l'adénocarcinome des poumons, les ganglions lymphatiques deviennent plus gros. L'incidence de la pleurésie, la pneumonie augmente. Souvent, le patient note une température légèrement élevée. Il y a une forte perte de poids.

Sur quoi compter?

Le pronostic de l'adénocarcinome pulmonaire avec détection tardive de la maladie est défavorable, surtout si aucun traitement approprié n'est pratiqué. En moyenne, une demi-année est nécessaire pour doubler la taille d'une tumeur. Comme le néoplasme se développe rapidement, il se caractérise par la propagation active des métastases dans tout le corps.

Avec l'adénocarcinome, le tissu osseux, le foie et les glandes surrénales souffrent. Infection cérébrale possible. La survie à cinq ans est estimée à 15% en moyenne.

Aide au patient

Le traitement de l'adénocarcinome pulmonaire est sélectionné en fonction du degré de progression de la maladie. S'il est possible d'identifier la formation au stade initial, le patient est envoyé en chirurgie. Le médecin détermine les caractéristiques de la localisation du processus tumoral, les dimensions de la formation. En évaluant les informations reçues, ils décident s'il est plus efficace dans un cas particulier de retirer complètement un segment, un lobe pulmonaire ou un organe. Pour minimiser le risque de rechute, les ganglions voisins du système lymphatique doivent être retirés.

Au stade 4, l'adénocarcinome des poumons ne peut pas être guéri par une méthode opératoire. Aux étapes précédentes, une telle intervention peut être contre-indiquée pour diverses raisons. S'il est impossible d'opérer, le patient se voit prescrire une chimiothérapie, une radiothérapie. L'objectif principal de l'événement est de ralentir la progression de la condition..

Caractéristiques de la propagation de la maladie

Comme le montrent les études statistiques, le plus souvent, ils apprennent de leur propre expérience ce qu'est l'adénocarcinome pulmonaire, les hommes. On sait que le risque de développer la maladie est plus élevé si la personne au travail est obligée d'entrer en contact avec des facteurs dangereux et nocifs. La probabilité de développer un cancer est plus grande si une personne fume. Le nombre de femmes atteintes d'adénocarcinome est nettement inférieur à celui du sexe fort.

Comme les médecins l'ont établi, en étudiant ce qu'est un adénocarcinome des poumons, la maladie est provoquée par une abondance de facteurs. Parmi eux, le tabagisme - cette mauvaise habitude, comme l'ont clairement montré des études spécifiques, augmente le risque de cancer de plusieurs dizaines de fois. Le danger est plus élevé si une personne boit régulièrement, mange des aliments contenant des agents cancérigènes, se trouve dans un espace poussiéreux pendant une longue période ou est forcée de travailler avec de l'amiante.

Remarque!

La probabilité d'adénocarcinome pulmonaire périphérique est plus élevée si une personne vit dans une situation environnementale défavorable, près des autoroutes, des installations industrielles et mange également de la nourriture et de l'eau sales. Il y a plus de dangers si le salon est contaminé par le radon, les poumons ont été exposés aux rayonnements ionisants.

Des études ont montré que la probabilité d'oncologie est plus importante si une personne souffre de maladies pulmonaires chroniques ou a une prédisposition génétique à l'oncologie. Le plus souvent, l'adénocarcinome est détecté chez les personnes de plus de soixante ans. Les facteurs secondaires incluent l'utilisation de médicaments hormonaux..

Symptômes

Comme il n'y a pas de symptômes caractéristiques de l'oncologie, l'adénocarcinome est rarement détectable au stade initial. On sait que chez certains patients l'appétit a disparu à un point tel que les gens ont complètement refusé la nourriture. Parfois, une faiblesse très prononcée dérange, la capacité de travail est réduite, une personne est très fatiguée. L'après-midi, il s'endort souvent, le poids diminue progressivement. Dans les études de laboratoire, vous pouvez remarquer une diminution progressive du sang des corps rouges. Toutes ces manifestations sont caractéristiques de diverses maladies oncologiques, peuvent indiquer leur approche ou des processus atypiques qui ont déjà commencé.

Si vous laissez les manifestations primaires sans surveillance, d'autres symptômes d'oncologie se rejoignent progressivement. L'adénocarcinome manifeste une gêne dans la poitrine. Les ganglions lymphatiques se développent surtout sous la mâchoire et dans la fosse axillaire. Si l'adénocarcinome s'accompagne de maladies des voies respiratoires, il est de plus en plus difficile de les guérir de temps en temps..

Au fil du temps, le processus du cancer conduit à la formation de métastases. Les caractéristiques de l'apparence à ce stade sont déterminées par la localisation des foyers secondaires. À ce stade, l'adénocarcinome pulmonaire est très difficile à traiter..

Pas à pas

Le stade primaire de l'adénocarcinome est une petite tumeur de taille, située strictement dans les poumons. La deuxième étape est une petite tumeur, les ganglions lymphatiques à proximité sont affectés par des métastases. La troisième étape - l'infection du poumon complètement, des métastases sont observées dans le système lymphatique.

L'option la plus négligée est le quatrième stade de la maladie. Des études peuvent détecter des métastases dans les ganglions lymphatiques, divers organes internes. L'évolution thérapeutique est extrêmement complexe, la probabilité de décès est élevée. Certes, les techniques modernes les plus efficaces offrent une certaine chance de guérison..

Quelques recherches

Soupçonnant un adénocarcinome, le médecin prescrit une radiographie. Cette approche est la plus simple, disponible dans presque toutes les cliniques, et vous permet de déterminer la présence dans les poumons d'une zone douteuse qui peut se révéler être une tumeur. Il y a des cas fréquents où un patient est référé à une radiographie du fait d'un suspicion d'adénocarcinome, mais pour d'autres raisons, et seulement par hasard, il est possible de détecter une formation maligne.

Pour clarifier le cas en utilisant l'IRM, CT. Actuellement, ces méthodes fournissent les informations les plus précises et détaillées sur l'état du patient. Le médecin étudie les poumons sous différents angles, projections. Sur la base des informations reçues, il est possible de déterminer quelle méthode de traitement donnera les meilleurs résultats. IRM, TDM - méthodes par lesquelles des métastases peuvent être détectées, le cas échéant.

Clarifier l'état

Le diagnostic par ultrasons est une autre méthode populaire qui vous permet d'évaluer l'état du patient. À l'heure actuelle, l'échographie est effectuée pour toutes les personnes qui soupçonnent un adénocarcinome. On pense que l'échographie en soi pour identifier un diagnostic précis n'est pas informative, mais fournit des informations supplémentaires concernant les méthodes de diagnostic ci-dessus.

La biopsie est une méthode d'analyse extrêmement importante. Sans une telle étude, il est impossible de diagnostiquer avec précision une tumeur de tout type. Des échantillons de tissus sont prélevés sur le patient pour l'examen histologique afin de déterminer le niveau de malignité, en particulier les cellules atypiques. Lors d'une biopsie, une bronchoscopie est réalisée, étudiant l'état de l'arbre bronchique de l'intérieur. Cela vous permet d'obtenir les informations les plus précises sur le développement du processus..

Différenciation

Un haut niveau de différenciation est possible. Dans ce cas, les cellules atypiques qui composent un adénocarcinome sont aussi proches que possible de celles saines dans leur structure. À un stade précoce, une telle maladie ne se manifeste pas. Il y aura des symptômes communs, mais beaucoup n'y prêtent pas attention, confondant une maladie oncologique avec un rhume, une fatigue chronique. En général, un haut niveau de différenciation des cellules atypiques indique un bon pronostic..

Un niveau modéré de différenciation des cellules tumorales signifie des écarts importants par rapport à la structure normale. Un tel adénocarcinome est dangereux, peut provoquer des complications. Forte probabilité d'infection métastatique des organes internes.

Un adénocarcinome de bas grade est diagnostiqué si les cellules atypiques sont très différentes des cellules saines. Il est extrêmement difficile pour un médecin d'évaluer la structure de l'éducation, les caractéristiques de son développement, ce qui signifie qu'il est difficile de choisir un cours thérapeutique réussi. L'adénocarcinome de bas grade est sujet à une croissance explosive et à une agressivité accrue. Le pronostic pour elle est le plus défavorable.

Règles de thérapie

Le meilleur pronostic est pour celui qui est allé chez le médecin à un stade précoce. Le résultat devrait être positif. À un stade précoce, l'adénocarcinome répond bien au traitement si le patient suit le cours développé par un spécialiste. Le médecin envisage des mesures pour éliminer complètement les cellules dégénérées du corps. L'objectif du cours est de fournir au patient une espérance de vie maximale. S'il est impossible de guérir, la thérapie est choisie de sorte que les symptômes de la maladie soient tolérés relativement facilement et aussi indolore que possible..

La chirurgie est possible au premier, deuxième stade d'un néoplasme tumoral. Une mesure efficace sera s'il n'y a pas de métastases aux organes distants. Si la propagation dans tout le corps a commencé, l'efficacité de l'opération est trop faible, donc dans la plupart des cas, cette approche du traitement n'est pas pratique.

Nuances de cas

L'adénocarcinome peut être localisé dans une variété d'organes et de tissus du corps humain. L'exception est les vaisseaux et le tissu conjonctif. Bien que dans la plupart des cas, le cancer se trouve chez les personnes de plus de 60 ans, tous les groupes d'âge sont susceptibles de tomber malades. Les caractéristiques de la manifestation de l'adénocarcinome chez les enfants et les adultes, les adultes et les personnes âgées ne sont pas différentes.

Dans certains cas, il est possible de soupçonner un adénocarcinome par des expectorations, qui se caractérise par une odeur désagréable. Des traces de cellules atypiques peuvent être trouvées dans les sécrétions. Dans la pratique, en raison des expectorations, seul un faible pourcentage de patients se tournent vers les médecins. Parfois, les patients sont préoccupés par un gonflement du cou, du visage. Peut voix rauque. Si l'adénocarcinome se développe très rapidement, la probabilité de saignement interne augmente.

Le traitement de l'adénocarcinome n'est possible que dans une clinique spécialisée avec l'utilisation de produits pharmaceutiques et d'appareils spéciaux. L'automédication d'un tel cancer à la maison ne peut pas réussir en principe, ce ne sera qu'une perte de temps précieux, accélérera l'issue fatale.

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome pulmonaire et combien de temps une personne vivra-t-elle

Jusqu'à trente-cinq pour cent des personnes atteintes d'un cancer des poumons souffrent d'adénocarcinome pulmonaire. Il s'agit d'un cancer qui se développe à partir du tissu glandulaire des bronches et des poumons. La composition des cellules néoplasiques est constituée de structures glandulaires, interconnectées. Le plus souvent, la tumeur est localisée à la surface des petites bronches, mais parfois elle affecte également les grosses bronches. Dans les cas graves, l'ensemble du système broncho-pulmonaire est affecté.

Trois fois plus souvent, le développement du processus de cancer est enregistré chez les hommes âgés de cinquante à soixante ans. Au cours de ce type de cancer, de nombreux nodules apparaissent dans les poumons avec différentes tailles et densités. Les néoplasmes sont principalement de couleur grise, mais parfois ils peuvent avoir une teinte blanche ou brun jaunâtre. Aussi dans les tumeurs, il y a des cellules qui n'ont pas de couleur, donc certaines zones du néoplasme sont transparentes.

Les causes

Contrairement à d'autres maladies oncologiques dont l'étiologie n'est pas entièrement comprise, les scientifiques peuvent presque complètement répondre à la question «pourquoi le cancer du poumon apparaît-il». Les causes et facteurs de cette pathologie oncologique comprennent:

  • effets cancérigènes de la fumée de tabac avec le tabagisme actif et passif;
  • Dépendance à l'alcool;
  • abus de malbouffe (épicé, salé, gras et malbouffe);
  • vivre dans des zones écologiquement polluées;
  • travaux dangereux;
  • maladies pulmonaires chroniques.

La prédisposition héréditaire est d'une grande importance. Une personne est plus susceptible de souffrir d'un cancer du poumon si quelqu'un de la famille a déjà eu la maladie.

Classification

Les tumeurs des poumons sont classées par degré de différenciation. Et donc une personne peut être diagnostiquée avec:

Plus ce degré est élevé, plus le processus oncologique est malin et plus le pronostic est mauvais pour le patient. Les néoplasmes hautement différenciés produisent activement du mucus, avec une différenciation modérée, la structure de la tumeur est glandulaire-muqueuse, dans la tumeur peu différenciée, des cellules polygonales formant du mucus sont présentes.

Étapes

Par la taille de la tumeur et le degré de propagation du processus oncologique, il existe quatre stades de cancer du poumon:

  1. Dans la première étape, la taille du néoplasme est inférieure à trois centimètres. La tumeur est localisée dans un segment et ne métastase pas..
  2. Au deuxième stade, la taille de la tumeur ne dépasse pas 6 centimètres. Le néoplasme est également limité à un segment, mais il peut y avoir des métastases dans les ganglions lymphatiques broncho-pulmonaires.
  3. Au troisième stade, la tumeur mesure plus de six centimètres de diamètre, les cellules malignes sont localisées sur un lobe du poumon, il y a des métastases dans les ganglions lymphatiques de la bifurcation ou de la région paratrachéale.
  4. Le cancer du poumon du quatrième degré est le plus grave, un autre poumon est également affecté, le processus malin va aux structures voisines. Les métastases peuvent affecter des organes distants; une pleurésie cancéreuse se produit.

Plus l'examen est effectué tôt, plus les chances de guérison sont grandes, car avec une augmentation du stade de la maladie, le pronostic empire.

Symptômes

Dans les premiers stades, les symptômes de l'adénocarcinome pulmonaire sont absents ou si insignifiants que le patient n'y prête pas attention. Les premières manifestations du cancer du poumon glandulaire ne sont pas typiques et peuvent survenir avec de nombreuses autres maladies:

  • une personne se fatigue rapidement;
  • la capacité de travail diminue;
  • envie constante de dormir;
  • perte d'appétit;
  • perte de poids et épuisement.
  • du sang apparaît dans les expectorations;
  • la toux constante commence par des expectorations abondantes;
  • gonflement du visage et du cou;
  • fait constamment mal derrière la poitrine;
  • la personne devient apathique;
  • l'essoufflement se produit même avec un effort mineur;
  • les ganglions lymphatiques régionaux deviennent enflammés;
  • une pneumonie et une pleurésie se développent souvent, qui sont difficiles à traiter.

De plus, les symptômes dépendent des organes affectés par les métastases. Si vous ne faites pas attention aux premiers signes, le cancer du poumon glandulaire peut devenir quatre fois plus en un an.

Diagnostique

Afin d'identifier la maladie, un diagnostic en pneumologie est nécessaire:

  1. Études en laboratoire - cytologie des expectorations, analyse sanguine générale et biochimique, analyse des marqueurs tumoraux;
  2. Ponction biopsie tumorale pour examen histologique;
  3. Examen radiographique de la poitrine;
  4. Résonance magnétique ou tomodensitométrie;
  5. Bronchoscopie - examen avec un bronchoscope;
  6. Diagnostic échographique pour détecter les métastases.

Si les patients sont diagnostiqués avec un adénocarcinome pulmonaire, puis après l'examen, la nomination de mesures thérapeutiques.

Méthodes de traitement

La guérison d'un patient atteint d'un adénocarcinome pulmonaire dépend du stade du cancer, de l'âge du patient et de son état de santé. Le plus souvent, un traitement complexe est effectué, qui comprend une intervention chirurgicale, une radiothérapie et une chimiothérapie. Avec cette approche, vous pouvez obtenir le meilleur résultat, prolonger la vie d'une personne ou même la débarrasser d'un néoplasme.

Intervention chirurgicale

Si la tumeur a été détectée à un stade précoce de développement et a une petite taille, une intervention chirurgicale peut alors guérir complètement le patient et sauver la plupart des organes. Le volume de l'opération est déterminé par l'emplacement et la taille du néoplasme. Il existe trois types de traitement chirurgical:

  1. Avec une segmentectomie, le médecin retire un ou plusieurs segments d'organes touchés par le néoplasme. Autrement dit, une tumeur est réséquée avec une partie des cellules qui l'entourent.
  2. Pendant la lobectomie, un lobe du poumon est retiré..
  3. Avec la pulmonectomie, une ablation complète du poumon est effectuée, ce qui a affecté le processus oncologique..

Avec l'un de ces types d'intervention chirurgicale, l'ablation des ganglions lymphatiques régionaux, c'est-à-dire ceux qui appartiennent à la zone thoracique, est effectuée. Avant l'opération, les médecins évaluent l'état du deuxième poumon. Si elle ne fonctionne pas assez bien, alors l'intervention chirurgicale est contre-indiquée et les médecins n'ont recours qu'à la chimie et à la radiothérapie.

Radiothérapie

L'irradiation est effectuée de manière à ne pas endommager les tissus sains. Pour cela, un cyber-couteau est utilisé, qui affecte directement la tumeur par rayonnement, après que le médecin a déterminé ses coordonnées et sa taille. L'irradiation est effectuée simultanément de différents côtés du néoplasme, ce qui permet de détruire ses cellules.

Chimiothérapie

Un traitement efficace est la chimiothérapie. Le médecin prescrit au patient des médicaments qui tuent non seulement les cellules de la tumeur principale, mais également les néoplasmes métastatiques. Avant la chirurgie, la chimiothérapie aide à réduire la taille de la tumeur et après la chirurgie, elle aide à prévenir les rechutes. L'inconvénient de la chimiothérapie pour l'adénocarcinome est que les médicaments agissent agressivement non seulement sur les cellules pathologiques, mais aussi sur les cellules saines..

Méthodes traditionnelles de médecine

Les remèdes populaires dans la lutte contre le cancer ne peuvent servir que de thérapie supplémentaire. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer le traitement principal prescrit par le médecin. La médecine alternative peut être utilisée pour arrêter les nausées et autres effets secondaires de la chimiothérapie. Une recette efficace consiste à récolter des herbes médicinales:

  • La graine de lin;
  • marguerites;
  • couleur pomme;
  • fleurs orange;
  • feuilles d'ortie;
  • feuilles d'aloès séchées;
  • racine de ginseng.

Toutes les plantes doivent être broyées, mélangées et brassées. Ce thé est consommé avec du miel (s'il n'y a pas d'allergie) quotidiennement et beaucoup.

Il convient de rappeler que l'utilisation de toute prescription de médecine traditionnelle doit être coordonnée avec le médecin traitant, car l'automédication ne peut qu'aggraver la situation et entraîner de graves complications et conséquences..

Prévision et prévention

Le pourcentage de survie pour l'adénocarcinome pulmonaire dépend du degré de malignité de la tumeur, où elle est localisée, de l'âge du patient, à quel stade du traitement de la maladie a été commencé et comment le corps y a répondu. Avec le cancer du poumon de stade 4, le pronostic est le plus défavorable, car la chirurgie à ce stade ne donne pas de résultats appropriés et n'est pas incluse dans la liste des mesures de traitement. Seuls deux ou trois pour cent des patients se remettent d'une radiothérapie et d'une chimiothérapie..

Après le traitement de la troisième étape, pas plus de dix pour cent des personnes peuvent espérer une survie de cinq ans. Si une résection totale du poumon avec les tissus et les ganglions lymphatiques touchés a été réalisée, le taux de survie atteint trente pour cent. La thérapie au premier stade donne un résultat de survie à cinq ans de 60 à 70%.

La prévention de la maladie consiste à éviter les facteurs susceptibles de donner une impulsion au processus oncologique dans les poumons:

  • arrêter de fumer;
  • moins dans les pièces mal ventilées;
  • un traitement rapide et correct des maladies virales;
  • adhérer à une bonne nutrition;
  • ne pas entrer en contact avec l'arsenic, l'amiante, le nickel et d'autres produits chimiques, et si le travail implique un contact avec eux, alors respecter les règles de sécurité et subir une inspection périodique.

Un mode de vie sain avec une activité physique régulière contribue à réduire considérablement le risque d'adénocarcinome pulmonaire.

Adénocarcinome pulmonaire

L'adénocarcinome du poumon (cancer du poumon glandulaire) est une tumeur non à petites cellules qui est diagnostiquée dans 40% de toutes les maladies pulmonaires oncologiques. Le principal danger de ce processus pathologique est que, dans la plupart des cas, il est asymptomatique. Les hommes du groupe d'âge de 50 à 60 ans sont les plus sensibles à la maladie. Avec un traitement rapide, il ne provoque pas de complications.

Étiologie

Les cliniciens notent que cette maladie est le plus souvent diagnostiquée chez les hommes, ce qui peut être dû aux coûts de main-d'œuvre, à la consommation excessive de nicotine et d'autres produits du tabac.

L'étiologie de cette maladie est bien connue. Les facteurs prédisposants du processus oncologique sont les suivants:

  • fumeur;
  • consommation excessive d'alcool;
  • la consommation systématique d'aliments gras, épicés, salés et rapides;
  • caractéristiques environnementales du lieu de résidence (situé à proximité des installations industrielles, mauvaise situation environnementale en général);
  • inhalation de substances toxiques;
  • hormonothérapie à long terme;
  • maladie pulmonaire chronique;
  • prédisposition génétique.

Il convient de noter qu'un adénocarcinome pulmonaire modérément différencié peut également se développer chez les personnes ayant des antécédents de tabagisme minimum ou chez celles qui ne fument pas du tout. Avec un système immunitaire affaibli, il suffit d'être un fumeur passif pour être à risque.

Classification

Selon le degré de différenciation, les formes suivantes de la maladie sont distinguées:

  • moyennement différenciée;
  • très différencié;
  • bas grade.

Une forme très différenciée comprend les affections avec formation active de mucus. Pour une forme modérée, le développement d'une structure glandulaire-muqueuse est caractéristique. L'adénocarcinome pulmonaire de bas grade est caractérisé par la présence de cellules polygonales formant du mucus..

En outre, en fonction de l'étendue de la lésion, quatre étapes du développement du processus oncologique sont distinguées:

  • d'abord - il n'y a pas de métastases, la taille de la tumeur ne dépasse pas 3 centimètres;
  • le second - la taille de la tumeur atteint 6 centimètres, la présence de métastases dans les ganglions broncho-pulmonaires est diagnostiquée;
  • le troisième - la taille de la tumeur est supérieure à 6 centimètres, le processus oncologique capture tout le lobe du poumon;
  • quatrième - le processus tumoral se propage au deuxième poumon, le développement de la pleurésie cancéreuse commence.

Le traitement est plus efficace au premier ou au deuxième stade de la maladie pulmonaire. Si le patient est diagnostiqué avec un quatrième degré de la maladie, il n'est pas du tout question d'une guérison complète. La thérapie dans ce cas vise à soutenir la vie du patient.

Symptomatologie

Au stade initial de développement, la maladie, dans la plupart des cas, est asymptomatique. De plus, le tableau clinique peut différer des signes généraux, selon l'emplacement de la tumeur et le stade de la lésion..

À mesure que la pathologie se développe, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • toux prolongée avec crachats, qui a une odeur désagréable;
  • inconfort et douleur dans la poitrine;
  • manque d'air;
  • température corporelle instable;
  • gonflement du visage et du cou;
  • fatigabilité rapide;
  • perte d'appétit et, par conséquent, une forte perte de masse;
  • enrouement de la voix;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques;
  • pleurésie fréquente.

Si la tumeur se développe rapidement, le patient peut développer une hémorragie pulmonaire. Avec un tel tableau clinique, vous devriez immédiatement consulter un médecin. L'automédication est strictement contre-indiquée.

Diagnostique

Le diagnostic précoce de cette maladie vous permet de guérir presque complètement le patient. Cependant, cela est pratiquement impossible, car au stade initial, la maladie est asymptomatique.

Dans un premier temps, le médecin procède à un examen personnel et vérifie les antécédents médicaux du patient, si l'état de santé le permet. Pour un diagnostic précis, les méthodes de recherche suivantes sont utilisées:

  • TDM et IRM de la poitrine;
  • analyses sanguines générales et biochimiques;
  • cytologie des expectorations;
  • radiographie pulmonaire;
  • fluorographie;
  • biopsie;
  • bronchoscopie;
  • prélèvement de sang pour les marqueurs tumoraux.

Sur la base des résultats des tests, le médecin peut déterminer avec précision la sous-espèce et le stade de développement de ce processus pathologique.

Traitement

Le traitement de l'adénocarcinome pulmonaire n'a de sens qu'aux stades initiaux du processus oncologique. En général, les tactiques de traitement sont choisies en fonction de l'emplacement et du degré de dommages au poumon droit ou gauche.

En règle générale, le traitement du cancer glandulaire peut comprendre les éléments suivants:

  • intervention opérationnelle;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie.

Séparément, le traitement chirurgical doit être mis en évidence. Selon le degré de dommage, l'une des méthodes suivantes est utilisée:

  • segmentectomie - ablation seulement de la partie affectée du poumon;
  • lobectomie - ablation du lobe du poumon;
  • pulmonectomie - ablation d'un organe entier.

En règle générale, le dernier type d'intervention opérable n'est utilisé qu'au troisième, parfois au quatrième stade. Il convient de noter que l'opération n'est pas effectuée si les métastases sont proches de la trachée ou si le patient présente des maladies concomitantes du système cardiovasculaire.

La pharmacothérapie, en tant que type de traitement distinct, avec cette pathologie n'est pas utilisée. En règle générale, le médecin prescrit certains médicaments après la chirurgie afin que le corps du patient se rétablisse le plus rapidement possible. L'utilisation de la médecine traditionnelle, dans ce cas, est hors de question.

Prévoir

Les meilleurs pronostics pour le traitement sont donnés si le patient est diagnostiqué avec une maladie de stade 1-2. L'opération ou l'un des types de thérapie ci-dessus donne des résultats positifs. La survie globale est de 60 à 70%.

Avec une maladie oncologique au troisième stade, les pronostics ne sont pas réconfortants. L'opération peut entraîner une récupération partielle. Selon les statistiques, le taux de survie global à ce stade du cancer est de 20 à 25%.

Le quatrième stade de l'adénocarcinome pulmonaire a des pronostics extrêmement négatifs. L'opération, dans ce cas, n'est pas effectuée. La thérapie vise uniquement à maintenir la vie humaine. Le taux de survie est de 2-3%.

La prévention

Il est beaucoup plus facile de prévenir le cancer du poumon glandulaire que de le traiter. Afin de minimiser le risque de développer ce processus oncologique, les règles de prévention suivantes doivent être appliquées dans la pratique:

  • arrêt complet du tabagisme;
  • éviter un séjour prolongé dans des pièces poussiéreuses et mal ventilées;
  • traitement opportun et approprié des maladies virales;
  • nutrition adéquat;
  • activité physique régulière modérée;
  • éviter tout contact avec des agents cancérigènes dangereux, tels que l'arsenic, le radon, l'amiante, le nickel.

Aussi, il ne faut pas oublier le passage régulier de la fluorographie. Cela aidera à détecter la maladie à un stade précoce, ce qui permet de la guérir complètement. Dès les premiers symptômes, vous devriez consulter un médecin et ne pas être traité indépendamment.

Adénocarcinome pulmonaire

Articles d'experts médicaux

L'adénocarcinome pulmonaire est considéré comme l'une des formes les plus courantes de cancer du poumon non à petites cellules. Une telle maladie survient dans environ 40% des néoplasmes pulmonaires malins diagnostiqués. Vraisemblablement, il se produit dans les grandes structures cellulaires bronchiques, mais lorsqu'il est détecté, il est défini comme un cancer du poumon périphérique avec une évolution asymptomatique.

Code ICD-10

Causes de l'adénocarcinome pulmonaire

Selon les statistiques, le plus souvent, la maladie est détectée chez les patients masculins. Cela peut s'expliquer par les caractéristiques de l'activité professionnelle (travail dans des industries dangereuses, inhalation de substances chimiques et toxiques) et une plus grande propension aux mauvaises habitudes. Chez les femmes, seuls certains types de la maladie sont plus souvent détectés - par exemple, la forme bronchopulmonaire d'adénocarcinome.

Les facteurs prédisposants à la formation de tumeurs sont considérés:

  • longue histoire de tabagisme (il est prouvé que l'inhalation quotidienne de goudron et de nicotine augmente le risque de tumeurs de 20 à 30 fois);
  • alcoolisme;
  • caractéristiques environnementales de la zone de résidence (grandes installations industrielles à proximité, autoroutes, ainsi que des indicateurs insatisfaisants de l'eau, de l'atmosphère, du sol);
  • erreurs dans la nutrition (utilisation accrue de substances cancérigènes - produits semi-finis, restauration rapide, graisses, aliments frits);
  • séjour prolongé dans des pièces à air pollué (poussière, suie, etc.);
  • travaux liés à la production et à l'exploitation de l'amiante;
  • exposition régulière au radon dans les poumons, en raison de la particularité de la situation géographique;
  • dommages radioactifs aux poumons;
  • maladies infectieuses et virales chroniques des poumons;
  • prédisposition héréditaire.

La plupart des diagnostics d'adénocarcinome pulmonaire sont posés aux patients après 60 ans, donc l'âge peut également être considéré comme prédisposant aux facteurs de la maladie..

En outre, l'utilisation continue incontrôlée de médicaments hormonaux pour le traitement d'autres pathologies dans le corps peut être considérée comme une cause secondaire du développement de la maladie..

Les symptômes de l'adénocarcinome pulmonaire

Malheureusement, les maladies malignes dans la plupart des cas ne se révèlent pas avec des symptômes spécifiques, et l'adénocarcinome pulmonaire ne fait pas exception.

Parmi les signes non spécifiques de l'oncologie, on peut appeler:

  • diminution ou disparition de l'appétit;
  • faiblesse générale, fatigue, baisse des performances;
  • somnolence
  • perte de poids;
  • anémie progressive.

A l'avenir, la symptomatologie grandit, s'intensifie, de plus en plus de nouveaux signes apparaissent:

  • toux sans cause, souvent avec une petite quantité de crachats;
  • essoufflement pendant l'activité physique, avec le temps et au repos;
  • douleur et état inconfortable derrière le sternum;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques sous la mâchoire, sous les aisselles, etc.;
  • une légère augmentation de la température corporelle;
  • maladies pulmonaires souvent récurrentes qui répondent extrêmement mal au traitement.

Si des métastases se développent - des cellules filles de la tumeur qui se propagent dans tout le corps - alors les symptômes dépendront de l'organe dans lequel se trouvent les métastases.

Où est-ce que ça fait mal?

Quels soucis?

Étapes de l'adénocarcinome pulmonaire

L'efficacité des mesures thérapeutiques dépend directement de la propagation de la maladie dans tout le corps. Sur cette base, on distingue 4 étapes du processus tumoral:

  • au premier stade, la malignité des tissus ne quitte pas les poumons;
  • au deuxième stade, la tumeur est petite, jusqu'à 60 mm, mais les métastases pénètrent dans les ganglions lymphatiques;
  • au troisième stade, la tumeur recouvre complètement tout le lobe pulmonaire, des métastases dans les ganglions lymphatiques sont présentes;
  • au quatrième stade, une lésion du deuxième poumon est observée et des métastases sont également retrouvées dans des organes distants.

En raison de la rareté des symptômes, l'adénocarcinome pulmonaire de stade 4 est le plus souvent détecté. Cependant, une telle pathologie peut également être traitée avec succès avec des méthodes modernes..

Diagnostic de l'adénocarcinome pulmonaire

Le diagnostic rapide des néoplasmes malins permet de rendre le traitement plus efficace, et en oncologie, c'est un point très important. Bien sûr, cela dépend beaucoup du patient lui-même, qui doit demander de l'aide à temps.

Les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées pour identifier la tumeur ou clarifier le diagnostic:

  • La radiographie pulmonaire est l'une des procédures les plus populaires pour détecter les tumeurs malignes dans les poumons. Les tumeurs sont souvent détectées accidentellement - par exemple, pendant la fluorographie prophylactique.
  • L'imagerie par résonance magnétique et calculée est considérée comme la méthode la plus moderne pour obtenir des informations lorsqu'un médecin peut examiner et évaluer l'état du système respiratoire sous différents angles. Cela donne l'image la plus complète de la pathologie, avec l'échelle du néoplasme, la propagation et les métastases.
  • L'examen échographique est également la procédure n ° 1 dans le diagnostic de la maladie, cependant, son contenu d'information en oncologie est quelque peu surestimé..
  • L'examen bronchoscopique est effectué à l'aide d'un appareil spécial - un endoscope. L'appareil se compose d'un tube en fibre optique élastique équipé d'un appareil vidéo et d'un appareil d'éclairage. Le tube est inséré intratrachéalement et aide à examiner l'état interne de la trachée avec l'image affichée sur le moniteur.
  • Un test sanguin pour le contenu des marqueurs tumoraux indique la présence de maladies malignes dans le corps.
  • Une biopsie est une étude très importante et fondamentale, sans laquelle il est difficile d'imaginer l'oncologie moderne. L'essence de la méthode consiste à prélever un élément du tissu affecté lors de son examen approfondi. À partir de l'échantillon prélevé, il est possible de déterminer avec précision la malignité du processus. Le matériel d'analyse est prélevé simultanément à la bronchoscopie, ou par ponction transthoracique (ce qui est moins souhaitable et n'est effectué qu'en dernier recours).

Ce que vous devez examiner?

Comment sonder?

Quels tests sont nécessaires?

Différenciation de l'adénocarcinome pulmonaire

Les tumeurs cancéreuses peuvent différer par divers signes et paramètres, par conséquent, elles sont souvent divisées en certains types, types et sous-espèces.

Par exemple, selon les caractéristiques distinctives des cellules malignes de saines aux tumeurs, plusieurs catégories de différenciation sont utilisées. Soit dit en passant, les structures cellulaires hautement différenciées et normales ne sont pratiquement pas différentes.

Le terme "adénocarcinome pulmonaire hautement différencié" explique le fait que la transformation intracellulaire consiste uniquement en un changement de la taille du noyau cellulaire - son allongement est observé. Cela suggère que cette forme de la maladie ne se manifeste pendant longtemps avec aucun symptôme jusqu'à ce qu'elle atteigne une certaine taille. Des signes non spécifiques peuvent certainement être présents - c'est la faiblesse générale, l'apathie, la perte d'intérêt pour la nourriture, l'émaciation, l'érythrocytopénie.

Un adénocarcinome pulmonaire très différencié est retrouvé dans 60% de tous les cas de lésions malignes du système pulmonaire, et le plus souvent chez les hommes. Cette pathologie peut prendre la forme d'un nodule ou d'une tumeur de taille considérable. Il peut se produire sous forme acineuse (avec une prédominance de la structure glandulaire) ou sous forme papillaire (avec une structure papillaire). Les deux courants sont sujets à une formation accrue de mucus..

Comme nous l'avons dit plus haut, la maladie n'apparaît pas au premier abord. Un peu plus tard, les premiers signes apparaissent:

  • la libération d'une grande quantité de crachats, éventuellement avec des particules de pus ou de sang;
  • crises de toux, fièvre (ne répondant pas aux antipyrétiques conventionnels);
  • essoufflement, à la fois pendant l'exercice et au repos.

Un adénocarcinome pulmonaire modérément différencié ressemble à une maladie hautement différenciée par la nature du processus. Cependant, dans ce cas, il y a un changement prononcé dans les structures cellulaires. Maintenant, ils sont relativement faciles à distinguer des cellules normales, car le nombre de cellules à structure atypique et celles qui passent par la phase de division augmentent régulièrement, et il est impossible de ne pas les remarquer.

De plus, l'adénocarcinome modérément différencié est plus grave que les autres, avec un risque élevé de développer des maladies et des conséquences concomitantes. Cette forme de tumeur est sujette aux métastases, principalement dans le flux lymphatique et dans les ganglions lymphatiques les plus proches. Fait intéressant, chez les patients de moins de 30 ans, les métastases avec adénocarcinome pulmonaire ne sont pratiquement pas observées..

L'adénocarcinome pulmonaire de bas grade est caractérisé par un développement cellulaire primitif. Ces structures sont difficiles à comparer avec tous les tissus du corps, par conséquent, l'évaluation de la structure et du mécanisme de développement de cette tumeur est difficile. Cependant, un néoplasme de bas grade a le plus haut degré de malignité. La tumeur se développe très rapidement et peut déjà se propager dans tout le corps au cours de la période initiale de son développement. Bien entendu, cette forme d'adénocarcinome est considérée comme la plus défavorable quel que soit le stade de croissance..

Qui contacter?

Traitement de l'adénocarcinome pulmonaire

Le traitement de l'adénocarcinome pulmonaire peut consister en une ablation chirurgicale de la tumeur, une chimiothérapie et une radiothérapie. Le plus souvent, ces méthodes thérapeutiques sont utilisées en combinaison - l'oncologue détermine le schéma thérapeutique en fonction des résultats des tests et des études du patient.

Comme pour les autres tumeurs malignes, l'objectif du traitement est d'éliminer complètement la tumeur ou, si cela ne peut être fait, de prolonger la vie du patient, en allégeant ses souffrances..

Intervention chirurgicale nécessairement utilisé dans les adénocarcinomes de stade I et de stade II, c'est-à-dire dans environ 10-30% des maladies. Si le processus de propagation des métastases aux organes distants a déjà commencé, il n'est plus nécessaire de compter uniquement sur la chirurgie. De plus, la chirurgie peut ne pas être possible si la tumeur maligne est située près de la trachée, ou si le patient est diagnostiqué avec une maladie cardiaque sévère.

Le type d'intervention pulmonaire est sélectionné en fonction de la taille et de l'emplacement du néoplasme. Par exemple, le chirurgien peut retirer une partie du lobe pulmonaire, le lobe entier ou complètement un poumon. Dans le même temps, les ganglions lymphatiques affectés par le processus sont supprimés..

La période de réadaptation chez les patients postopératoires n'est pas facile, les patients ont besoin de soins attentifs, éventuellement pendant plusieurs mois. Au début, les opérés avaient des difficultés à respirer, un essoufflement, des douleurs thoraciques. Les patients âgés ont besoin d'une rééducation plus longue.

  • La radiothérapie est utilisée avant ou après la chirurgie. L'essence du rayonnement est l'utilisation de rayons spéciaux qui peuvent détruire les cellules cancéreuses. Dans la plupart des cas, la radiothérapie est associée à une chirurgie et à une pharmacothérapie..

De plus, au lieu des rayons, une curiethérapie peut être prescrite. Cette méthode est une forme de radiothérapie lorsqu'une substance qui émet des radiations est placée directement dans l'organe affecté sous forme de granules. Un énorme avantage de cette méthode est que le rayonnement n'affecte pas la tumeur de l'extérieur, c'est-à-dire qu'il n'a pas besoin de surmonter les couches de tissus sains. Pour cette raison, la curiethérapie a beaucoup moins d'effets secondaires et de complications..

La radiothérapie peut être utilisée si le patient pour une raison quelconque refuse une intervention chirurgicale, ou si l'opération devient impossible ou vide de sens. Les effets secondaires après la radiothérapie sont une sensation de faiblesse constante, de fatigue, une augmentation du degré de sensibilité aux maladies infectieuses, une violation de la coagulation sanguine.

Chimiothérapie pour l'adénocarcinome pulmonaire vous permet d'arrêter le développement de cellules malignes, d'empêcher leur division et de provoquer leur mort. Plus de soixante types de médicaments de chimiothérapie sont connus. Les plus célèbres d'entre eux sont les suivants:

  • Cisplatine
  • Carboplatine
  • Gemcitabine
  • Vinorelbine
  • Paclitaxel
  • Docétaxel.

Le plus souvent, ces médicaments ne sont pas pris séparément, mais en combinaison les uns avec les autres. Les médicaments sont prescrits à la fois sous forme de comprimés et sous forme d'injections intraveineuses. Le calcul des doses pendant la chimiothérapie est une décision purement médicale, car il est assez difficile de déterminer la quantité exacte du médicament: si la dose est trop faible, le traitement deviendra inefficace et les doses excessives sont lourdes de toxicité sévère et d'apparition d'effets secondaires prononcés. En règle générale, la dose est calculée en fonction de la valeur de PPT - la surface du tronc du patient. Le PPT est calculé individuellement à l'aide d'une formule spécialement dérivée, où les indicateurs clés sont le poids corporel et la taille du patient.

En outre, l'une des méthodes de dosage peut être considérée comme déterminant la quantité d'un agent chimiothérapeutique dans le plasma sanguin sur une certaine période de temps, avec ajustement ultérieur de la dose pour une action optimale. Vous pouvez donc calculer l'effet toxique minimal du médicament dans le contexte d'un traitement efficace de la tumeur.

Cours de traitement médicamenteux dure généralement plusieurs jours. À la fin du cours, le patient bénéficie d'une pause pour récupérer et atténuer les symptômes d'intoxication, après quoi le traitement est repris. Le nombre total de procédures est calculé individuellement.

Il est connu que les médicaments chimiothérapeutiques provoquent souvent des effets secondaires, bien que les médecins affirment que ces manifestations peuvent être contrôlées. De quels effets secondaires parlons-nous?

  • Augmenter la sensibilité du corps aux infections - cette condition se manifeste généralement après une semaine à la fin du cours, atteignant un maximum après 2 semaines. Après cela, l'immunité commence à récupérer et se normalise avant de reprendre le traitement. Ce processus est contrôlé par un prélèvement de sang périodique pour analyse: si l'image du sang n'est pas satisfaisante, d'autres procédures peuvent retarder.
  • L'apparition d'hématomes et de saignements est le résultat d'une détérioration de la coagulation sanguine due à une diminution du nombre de plaquettes. Cette condition représente un danger assez grave, car le saignement des tissus peut se transformer en un saignement complet, ce qui nécessite des soins médicaux immédiats.
  • L'anémie est un effet secondaire très courant. L'anémie se produit en raison d'une diminution du niveau de globules rouges et, par conséquent, de l'hémoglobine, qui se manifeste par une sensation de fatigue constante, de faiblesse et d'apathie.
  • Les crises de nausées et de vomissements peuvent commencer de façon inattendue. Dans de tels cas, vous devez consulter un médecin qui vous prescrira des médicaments qui élimineront ce problème..
  • La stomatite et les gencives douloureuses sont éliminées par des bains de bouche réguliers. Pour éviter les blessures mécaniques inutiles de la muqueuse buccale, vous devez manger de la nourriture en purée et boire suffisamment de liquide riche en calories.
  • La perte de cheveux est un effet secondaire fréquent et très désagréable, en particulier pour les patientes. Vous pouvez demander au médecin de remplacer le médicament qui provoque cet effet, ou de mettre et de porter une perruque ou un foulard. Dans la plupart des cas, la racine des cheveux est restaurée quelques mois après le dernier traitement.

Le traitement de l'adénocarcinome n'affecte pas toujours également les patients: un patient a une réaction douloureuse aux radiations, tandis que l'autre n'a pas de conséquences négatives. Quelqu'un souffre des effets secondaires des médicaments, mais pour quelqu'un, ils sont parfaitement adaptés. C'est pourquoi les médecins insistent sur une approche individuelle du traitement: il est important d'écouter le médecin et de suivre toutes ses recommandations.

Adénocarcinome pulmonaire - qu'est-ce que c'est, symptômes et traitement

L'adénocarcinome pulmonaire est une tumeur formée à partir du tissu glandulaire des poumons et des bronches. En règle générale, le néoplasme est situé à la surface des petites bronches, mais il peut également être localisé sur les grosses bronches.

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome pulmonaire?

Cette pathologie se manifeste sous la forme de petits nodules situés dans les poumons. Ces nodules ont différentes tailles, densité et couleur. Le plus souvent, les nodules ont une couleur grise, mais il y a des teintes blanches ou brun jaunâtre. De plus, certaines cellules qui n'ont pas de couleur peuvent se trouver dans la tumeur, de ce fait, une partie du néoplasme peut être transparente..

Principales cliniques en Israël

L'adénocarcinome pulmonaire (code ICD10-C34) fait référence à des tumeurs se développant à partir de dérivés de cellules épithéliales, cette pathologie a une évolution maligne, un type de croissance invasif et peut produire des métastases. Le cancer commence à se développer à partir des glandes tapissant la surface de l'arbre bronchique.

Ce type de cancer affecte le système respiratoire et peut entraîner la mort en très peu de temps. Une telle pathologie est courante, - parmi toutes les pathologies pulmonaires, l'adénocarcinome est détecté chez 10 à 30 patients sur cent. La localisation périphérique et la capacité de malignité rapide sont à l'origine d'une mortalité accrue et, en l'absence de traitement adéquat, la tumeur peut se développer deux fois.

Les poumons sont recouverts d'une membrane séreuse, appelée plèvre viscérale, constituée d'une seule couche de mésothélium. Les organes sécrètent les voies respiratoires et la section respiratoire. Le poumon gauche se compose de 2 parties, la droite - de trois.

Causes de la tumeur

Les causes et les facteurs de risque de l'apparition de cette oncologie comprennent:

  • prédisposition génétique;
  • maladies pulmonaires chroniques;
  • abus de malbouffe (salé, épicé, gras);
  • tabagisme - actif et passif;
  • exposition chronique aux rayonnements;
  • travailler dans des industries dangereuses;
  • consommation d'alcool;
  • mode de vie sédentaire;
  • vivre dans une zone défavorisée sur le plan environnemental.

Classification des maladies

L'adénocarcinome pulmonaire peut être classé selon le degré de différenciation dans les types suivants:

  • bas grade;
  • moyennement différenciée;
  • très différencié.

Plus le degré de différenciation est élevé, plus le processus cancéreux est dangereux et plus le pronostic est mauvais pour le patient. Les tumeurs hautement différenciées produisent rapidement du mucus, une différenciation modérée implique la structure glandulaire-muqueuse de la tumeur, des cellules polygonales formant du mucus sont présentes dans la tumeur faiblement différenciée.

En apparence, forme, structure histologique, on distingue les types d'adénocarcinomes suivants:

  1. adénocarcinome mucineux du poumon - est considéré comme le type de tumeur le plus rare et le plus dangereux;
  2. némucineux;
  3. type mixte - mucineux à némucineux;
  4. solide avec de la mucine;
  5. acinar;
  6. bronchiolaire alvéolaire;
  7. papillaire;
  8. avec des sous-types mixtes;
  9. adénocarcinome à cellules claires;
  10. cellule cricoïde;
  11. fœtale très différenciée.

Vous voulez connaître le coût d'un traitement contre le cancer à l'étranger?

* Ayant reçu des données sur la maladie du patient, le représentant de la clinique pourra calculer le prix exact du traitement.

Stades de la maladie

Il existe quatre stades de cette maladie:

Stade 1 - la taille de la tumeur est inférieure à 3 cm Le néoplasme est situé dans un segment et ne métastase pas.

Stade 2 - la taille de la tumeur ne dépasse pas 6 cm, elle est également située dans un segment, mais peut donner des métastases aux ganglions lymphatiques broncho-pulmonaires.

Stade 3 - une tumeur d'un diamètre de plus de 6 cm, ses cellules sont dans le même lobe du poumon, il y a un foyer de métastases dans les ganglions lymphatiques des zones de bifurcation ou paratrachéales.

Le cancer de ce dernier - 4 degrés - affecte le deuxième poumon, le processus tumoral se propage aux structures voisines. Au 4ème stade, les métastases affectent les organes distants, une pleurésie cancéreuse apparaît.

Symptômes de la maladie

Aux premiers stades, aucun signe d'adénocarcinome pulmonaire n'est observé ou insignifiant. Les premières manifestations ne semblent pas typiques et sont similaires aux symptômes de nombreuses autres maladies:

  • somnolence;
  • fatigabilité rapide;
  • diminution ou manque total d'appétit;
  • diminution des performances;
  • épuisement, perte de poids soudaine.

À mesure que la taille de la tumeur augmente, d'autres signes de la maladie se rejoignent:

  • toux persistante prolongée avec libération de crachats abondants;
  • hémoptysie;
  • gonflement du visage et du cou;
  • douleur derrière la poitrine;
  • apathie;
  • essoufflement même avec de petites charges;
  • inflammation des ganglions lymphatiques régionaux;
  • le développement de l'anémie;
  • augmentation de la température jusqu'à 37 degrés;
  • l'apparition de pneumonie et de pleurésie, difficiles à traiter.

Diagnostic de la maladie

Dans un premier temps, le médecin analyse les plaintes du patient et recueille une anamnèse. De plus, pour le diagnostic, les études suivantes sont réalisées:

  • analyse des expectorations pour la cytologie;
  • test sanguin général, biochimique, sur marqueurs tumoraux;
  • biopsie de ponction pour l'histologie;
  • radiographie pulmonaire;
  • IRM, CT;
  • Ultrason
  • bronchoscopie.

Traitement des maladies

Le plus souvent, un traitement complexe est prescrit, qui consiste en une intervention chirurgicale, une chimiothérapie et une radiothérapie. Le traitement combiné peut obtenir le meilleur résultat..

Lorsqu'une tumeur est détectée à un stade précoce de la formation et qu'elle est petite, une intervention chirurgicale peut guérir complètement le patient et préserver une grande partie de l'organe. L'étendue de l'opération dépend de l'emplacement et de la taille de la tumeur. Trois types de chirurgie sont déterminés:

  • segmentectomie - le médecin retire un ou plusieurs segments du poumon affectés par le cancer;
  • lobectomie - un lobe du poumon est excisé;
  • pulmonectomie - une excision absolue du poumon est effectuée.

Simultanément à l'un de ces types d'intervention chirurgicale, une excision est faite de ganglions lymphatiques régionaux, c'est-à-dire liés à la zone thoracique. Avant d'effectuer l'opération, les médecins évaluent le deuxième poumon. S'il ne remplit pas assez bien ses fonctions, la chirurgie n'est pas effectuée, puis a recours à la chimie ou à la radiothérapie.

Pour l'irradiation, un cyber-couteau est utilisé, qui affecte le rayonnement directement sur la tumeur.

La chimiothérapie est considérée comme un traitement efficace. Médicaments prescrits qui tuent les cellules non seulement de la tumeur principale, mais aussi des métastases résultantes. La thérapie chimique effectuée avant la chirurgie peut réduire la taille de la tumeur et menée après qu'elle peut prévenir la récurrence de l'adénocarcinome.

La survie en présence d'adénocarcinome pulmonaire dépend de son stade et de sa forme..

De nombreuses méthodes innovantes sont utilisées pour lutter contre cette pathologie. Ces méthodes incluent la thermothérapie, une procédure dans laquelle un scanner de volume est utilisé qui scanne la zone affectée et vous permet de déterminer avec précision le montant de la chirurgie. La thérapie ciblée, dans laquelle les médicaments utilisés ciblent spécifiquement les cellules tumorales, a fait ses preuves..

Ne perdez pas votre temps à chercher un prix de traitement du cancer inexact.

* Ce n'est que si des données sur la maladie du patient sont obtenues que le représentant de la clinique pourra calculer le prix exact du traitement.

Méthodes alternatives après l'application de la chimiothérapie

Les méthodes alternatives de lutte contre le cancer ne peuvent servir que de thérapie supplémentaire. Ils ne sont pas en mesure de remplacer le traitement de base. Des méthodes de médecine alternative peuvent être utilisées pour arrêter les nausées et autres effets secondaires de la chimiothérapie..

Une recette efficace est la collection suivante d'herbes médicinales:

  • graines de lin;
  • feuilles d'ortie;
  • camomille;
  • racine de ginseng;
  • fleurs d'oranger;
  • couleur pomme;
  • feuilles d'aloès séchées.

Tous les ingrédients sont broyés, mélangés et brassés. Ce thé se boit quotidiennement avec du miel en l'absence d'allergies..

L'utilisation de toute prescription de médecine traditionnelle est convenue au préalable avec le médecin, car l'automédication peut aggraver la situation et entraîner de graves complications et conséquences..

Vidéo connexe:

Pronostic de la maladie

Le pronostic de survie dépend du degré de malignité de la tumeur, de son emplacement, de l'âge du patient, du stade de traitement de la maladie et de la réaction du corps au traitement. Avec le cancer du poumon du dernier stade, le pronostic est le plus défavorable.

Le troisième degré de cancer après le traitement donne une chance à un taux de survie à cinq ans de 10% des patients. Avec une résection pulmonaire totale avec tissus et ganglions lymphatiques atteints, le taux de survie atteint 30%. La thérapie au premier stade de la maladie donne une chance de survie à cinq ans chez 60 à 70% des patients.

Prévention des maladies

La prévention de la maladie consiste à éviter les facteurs pouvant être à l'origine de l'apparition de l'oncologie dans les poumons:

  • arrêter de fumer;
  • traitement opportun et approprié des maladies virales;
  • nutrition adéquat;
  • ne pas entrer en contact avec l'amiante, l'arsenic, le nickel et d'autres produits chimiques, en respectant les règles de sécurité.