Prévisions après chirurgie pour l'adénocarcinome utérin de l'endomètre modérément différencié (de bas grade)

Lipome

La maladie est diagnostiquée principalement en 45-60 ans. Une tumeur est souvent détectée chez les jeunes filles, ce qui aggrave le pronostic. Les différences entre l'adénocarcinome et les néoplasmes bénins de l'utérus sont la possibilité de métastases et d'une croissance agressive.

Âge et géographie

La catégorie d'âge «préférée» de la pathologie est celle des femmes ménopausées, de 55 à 69 ans. Ils représentent 70% des maladies nouvellement diagnostiquées. 25% du nombre total de patientes sont des femmes préménopausées, les 5% restants appartiennent à la part des jeunes femmes qui n'ont pas atteint l'âge de 40 ans.

La plupart des patients sont des femmes européennes à peau blanche vivant dans les villes. Chez les représentants noirs, la pathologie est presque 2 fois moins courante. Les prévisions pour la race blanche sont généralement plus favorables que pour les femmes afro-américaines, cependant, cette caractéristique est plus probablement associée à la visite tardive chez le médecin chez les femmes noires. La population féminine urbaine est deux fois plus malade que les femmes rurales.

Classification

Actuellement, la classification histologique internationale est la suivante:

  • adénocarcinome de l'endomètre;
  • adénocarcinome à cellules claires;
  • carcinome squameux;
  • carcinome épidermoïde glandulaire;
  • adénocarcinome séreux;
  • cancer mucineux;
  • cancer indifférencié.

La croissance tumorale peut se dérouler sous un type exophytique, endophytique ou mixte. Si l'on considère les statistiques de localisation de la tumeur utérine, le plus souvent elle se situe dans le corps et le bas de l'organe, moins souvent dans le segment inférieur.

Le degré de différenciation tumorale est d'une grande importance, indiquant le niveau de malignité. Les prévisions de la vie d’une femme dépendent de cet indicateur. Allouer:

  1. adénocarcinome utérin hautement différencié (G1) - la variante la moins maligne;
  2. adénocarcinome utérin modérément différencié (G2);
  3. adénocarcinome utérin de bas grade (G3) - haut grade.

Le tableau reflète schématiquement les pronostics de diverses formes de cancer de l'utérus:

Perspectives favorablesPronostic défavorable
DifférenciationG1G2 - G3
ÉtapejeIII - IV
HistologieAdénocarcinome endométrioïde utérinCellule claire, adénocarcinome séreux, cancer squameux et mucineux glandulaire
PropagéZone limitéeUne tumeur commune, avec une transition vers le col de l'utérus
Embolisation vasculaireInvisibleil y a

Classification selon le système FIGO (Fédération Internationale de Gynécologie et Obstétrique):

Stade 0 - préraglage, l'endomètre est atypiquement hyperplasique.

Stade I - la tumeur est localisée dans l'utérus:

IA - localisation de la tumeur dans l'endomètre;

IB - la tumeur se développe de l'endomètre au myomètre 1 cm, sans compter la couche séreuse.

Stade II - la tumeur affecte le corps et le cou.

Stade III - la tumeur se développe au-delà des frontières de l'utérus, mais est située dans le bassin.

IIIA - la tumeur se propage, se développant dans la membrane séreuse, des métastases apparaissent (appendices, ganglions lymphatiques),

IIIB - affecte la fibre paramétrique, peut métastaser dans le vagin.

Stade IV - localisé à l'extérieur du bassin, déterminé par l'invasion de l'intestin, de la vessie.

En outre, avec la classification FIGO, le cancer de l'endomètre est mis en scène selon le système TNM. Les deux classifications sont pertinentes et se complètent, vous permettant de choisir les tactiques thérapeutiques les plus optimales.

Espèces d'adénocarcinomes non énodométrioïdes

La défaite de la couche musculaire plus profonde se produit moins fréquemment et son identification est difficile en raison de la difficulté de prélever des échantillons de tissus. En cas de lésion du muscle et d'autres couches du corps utérin, on distingue les types d'adénocarcinome non endométrioïdes:

  • séreuse, dont le développement n'est pas associé à une surabondance d'oestrogène. Elle est très agressive et maligne. Elle capture des structures papillaires et glandulaires. Les cellules atypiques se caractérisent par la présence d'une forme arrondie, ayant un gros ou plusieurs noyaux. Il y a une tendance à une reproduction rapide;
  • cellule claire, qui affecte les glandulocytes et les structures glandulaires. Le degré de malignité est déterminé par le type de changement cellulaire et une prévision d'une issue possible de la maladie est faite. La survie à cinq ans est de l'ordre de 34 à 75%;
  • mucineux, caractérisé par la présence d'une grande quantité de mucine dans les cellules et de multiples cavités kystiques. Se compose de nœuds avec des bordures floues floues. Ce type d'adénocarcinome n'est pas traitable par radiothérapie. Il existe une probabilité très élevée de développer une rechute et des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux;
  • squameux, qui est rarement rencontré, plus souvent dans le contexte de la présence d'un cancer du col de l'endomètre;
  • mixte, qui est diagnostiqué lorsque plusieurs types de cellules de la tumeur sont détectés.

Types de développement

Bien que les causes exactes du développement du cancer de l'utérus restent à ce jour floues, il est bien établi que la maladie appartient à la catégorie des pathologies hormono-dépendantes. Il existe 2 types de cancer de l'endomètre.

  • Le type 1 fait référence aux 2/3 de tous les cas identifiés de cancer de l'utérus. La maladie survient à la suite des effets des œstrogènes sur l'endomètre, une hyperplasie se développe qui, en l'absence de traitement, se transforme en adénocarcinome. Il est important qu'avec ce type de développement, la tumeur se différencie bien et ait des pronostics favorables..
  • La maladie de type 2 est moins courante (¼ de tous les cas). La pathologie n'est pas associée à l'action des œstrogènes, donc l'hyperplasie de l'endomètre n'est pas observée. Il est extrêmement difficile de différencier une telle tumeur, par conséquent, le pronostic dans ce cas est défavorable.

Dans la littérature médicale, il existe également des descriptions du 3ème type de développement de la maladie, à savoir une tumeur génétiquement héritée. Il est extrêmement rare, peut être combiné avec des tumeurs de l'intestin et fait référence à des adénocarcinomes de bas grade. Un tel pronostic d'adénocarcinome utérin est extrêmement défavorable.

Formes

L'adénocarcinome est caractérisé par un niveau différent de différenciation cellulaire: formes hautement différenciées, modérément différenciées et peu différenciées du processus oncologique.

Très différencié

Une forme similaire d'adénocarcinome utérin est caractérisée par le fait que ses structures cellulaires malignes et anormales ne diffèrent pratiquement pas des cellules utérines saines normales.

Ce type de cancer est souvent caractérisé par la nature superficielle de la propagation dans la couche myométriale..

Si un adénocarcinome hautement différencié ne s'étend pas au-delà du myomètre, la probabilité de sa métastase n'est que de 1%.

Modérément différencié

L'adénocarcinome utérin de différenciation modérée se caractérise par une grande variété de structures cellulaires anormalement modifiées.

Le développement et la propagation de ce type de formation de cancer sont presque identiques à l'adénocarcinome hautement différencié.

Cette forme d'adénocarcinome utérin ne diffère que par le fait qu'un nombre significativement plus élevé de cellules sont impliquées dans le processus oncologique.

Un tel adénocarcinome est caractérisé par une gravité plus élevée de la lésion. Elle court un grand risque de développer divers types de complications et de processus pathologiques secondaires. Le cancer se propage avec le flux lymphatique vers les fractions des ganglions lymphatiques pelviens.

Des métastases lymphogènes sont observées dans 9% des cas d'adénocarcinome modérément différencié. Et chez les jeunes patients, jusqu'à 30 métastases ne sont pas observées du tout.

Bas grade

L'adénocarcinome à faible différenciation représente le troisième stade du cancer de l'utérus, en termes de paramètres histologiques.

Pour cette forme de cancer de l'utérus, la présence d'un polymorphisme prononcé des structures cellulaires est caractéristique. Un tel cancer se caractérise par un degré élevé de malignité, qui se manifeste par la formation rapide et à grande échelle de tissus anormalement modifiés..

Une telle forme cancéreuse se caractérise par une issue peu favorable, car la probabilité de métastases ganglionnaires régionales est presque inévitable.

Habitudes alimentaires et cancer de l'utérus

Au début de la documentation, nous avons mentionné que l'incidence des tumeurs utérines malignes dans les pays occidentaux est beaucoup plus élevée que dans l'Est. Il y a un lien avec les habitudes alimentaires - chez les femmes qui mangent des aliments gras, la maladie survient plus souvent que chez celles qui préfèrent les légumes et les fruits. La plupart des patients atteints d'adénocarcinome et d'autres types de la maladie ont des kilos en trop, sont obèses.

Autres facteurs

  • Nous énumérons les facteurs qui augmentent le risque de développer un adénocarcinome:
  • L'absence d'au moins une naissance dans la vie.
  • Ménopause après 52 ans.
  • Postménopause avec spotting.
  • Diabète.
  • Hypertension.
  • Prédisposition héréditaire.

Les causes

Facteurs étiologiques exacts non établis.

Les facteurs suivants augmentent la probabilité de formation d'adénocarcinome de l'endomètre utérin:

  1. Prédisposition héréditaire (présence de proches parents de cancers des intestins, des ovaires, des glandes mammaires ou d'autres organes).
  2. Exposition aux rayonnements ionisants. Possible en cas d'accident radiologique, de radiothérapie et d'exposition régulière aux rayons X.
  3. La présence de maladies somatiques (diabète sucré, hypertension artérielle).
  4. Obésité.
  5. Histoire de l'accouchement et de la grossesse.
  6. Apparition tardive de la ménopause.
  7. La présence de tumeurs hormonales.
  8. L'utilisation de drogues toxiques.
  9. Utilisation prolongée et incontrôlée de médicaments à base d'œstrogènes.
  10. Troubles métaboliques et endocriniens.
  11. Hyperestrogénisme (augmentation des niveaux d'oestrogène).
  12. Syndrome des ovaires polykystiques.
  13. La présence de kystes endométrioïdes.
  14. La présence de polypes et de tumeurs bénignes (adénomes).
  15. Adénomatose.
  16. Maladie hépatique sévère.
  17. Effets cancérigènes sur le corps.

Symptômes 1 à 2 étapes

Comme d'autres pathologies oncologiques, le cancer de l'endomètre n'a pas un tableau clinique riche. Il peut être suspecté chez les femmes ménopausées si la patiente se plaint d'une décharge pathologique des voies génitales. À ce stade du développement de la tumeur, les plaintes de taches sont extrêmement rares..

Chez une femme en préménopause, le médecin peut soupçonner un cancer de l'endomètre si elle se plaint de saignements menstruels longs et abondants, ainsi qu'en présence d'écoulement sanglant entre les menstruations. Mais il est extrêmement difficile de soupçonner la maladie, car la plupart des femmes ne demandent tout simplement pas d'aide. Souvent, chez les jeunes femmes, une tumeur est diagnostiquée lors de l'examen de l'infertilité, du dysfonctionnement ovarien.

Mesures préventives

Il n'y a pas de prévention spécifique du cancer. L'essentiel est d'identifier le néoplasme aux premiers stades de développement. Cela aidera les visites régulières chez le gynécologue à des fins d'examen préventif..

Le corps féminin est vulnérable. Il est nécessaire de surveiller attentivement la santé, de perdre des kilos en trop à l'aide de charges sportives et d'une bonne nutrition (une alimentation stricte minera l'immunité et perturbera les processus métaboliques), abandonnera l'alcool et la nicotine. Les médicaments, y compris les contraceptifs oraux, doivent être choisis avec votre médecin.

La maladie est prévenue par la naissance du bébé et l'allaitement. La poussée hormonale pendant l'accouchement a un effet positif sur la santé des femmes. L'allaitement maternel est la prévention du cancer du sein.

Symptômes 3 à 4 étapes

Si le patient n'a pas consulté un gynécologue depuis longtemps, en présence d'un adénocarcinome à un stade précoce, la maladie commence à progresser, ce qui affecte la dynamique du développement des symptômes. une faiblesse générale apparaît et se développe, il y a une place pour une perte de poids non motivée. Ces patients peuvent perdre de 8 à 20 kg en 3 à 4 semaines, mais parfois il n'y a pas de changements physiques. Les saignements et les taches sont typiques de la maladie à ce stade et peuvent être présents entre la menstruation et la période postménopausique.

En présence de métastases distantes (os, foie, poumons), le tableau clinique caractéristique de la destruction de l'organe cible se forme: douleur dans le système musculo-squelettique, fractures pathologiques, douleur dans le foie, éventuellement développement d'un ictère, douleur thoracique, toux non motivée.

Les avantages de la laparoscopie sur la chirurgie ouverte

La laparoscopie est une façon alternative et moderne de mener des opérations. Inconvénients - lors d'une résection laparoscopique du rein, le risque d'ischémie rénale peut augmenter. Une telle méthode chirurgicale d'interventions chirurgicales réduit les traumatismes, réduit le niveau de douleur après la chirurgie, donne le meilleur résultat esthétique, raccourcit la période de rééducation, le calendrier des patients à l'hôpital.

Pendant la laparoscopie, le chirurgien fait une incision, un laparoscope est attaché au corps du patient, avec lequel l'opération est effectuée.

Un certain nombre de méthodes pour effectuer une intervention chirurgicale fermée sont décrites - la méthode d'embolisation et l'exposition aux radiofréquences. Dans le premier cas, l'artère centrale qui alimente la tumeur est pincée, après quoi la mort naturelle des tissus se produit en raison de la fin de l'apport des oligo-éléments nécessaires à la tumeur.

La deuxième méthode laparoscopique est l'ablation par radiofréquence. Une partie spécifique de la tumeur est affectée par une température de 50 à 100 degrés. Il est créé à l'aide d'ondes radio haute fréquence. L'électrode tue les cellules tumorales autour desquelles se forme la nécrose. Après 4 semaines, le tissu nécrotique se résorbe, une cicatrice se forme au site de la tumeur.

Méthodes de diagnostic

Les méthodes de diagnostic actuelles du cancer de l'utérus sont les suivantes:

  • Examen cytologique.
  • Curetage diagnostique séparé.
  • Biopsie.
  • Échographie Doppler transvaginale, transrectale.
  • Tomodensitométrie.
  • Imagerie par résonance magnétique.
  • Tomographie par émission de positrons.

En particulier, l'IRM et la TEP-TDM en période préopératoire sont d'une grande importance, ce qui permet d'évaluer avec précision l'état des ganglions lymphatiques, la présence ou l'absence d'invasion tumorale.

Traitement

Avec l'adénocarcinome utérin, le traitement dans chaque cas est développé individuellement et est déterminé par le stade de la maladie. Examinons plus en détail les méthodes utilisées. Le plus optimal est la chirurgie. Il peut être utilisé séparément ou en combinaison avec la radiothérapie, la chimiothérapie et l'hormonothérapie. Si le patient a des contre-indications absolues pour la chirurgie, la radiothérapie est prescrite selon le schéma.


Utérus à distance avec tumeur exophytique

Je met en scène

À ce stade de la maladie, le traitement commence par une intervention chirurgicale, qui peut être effectuée en utilisant différentes méthodes. En plus de la disparition de l'utérus, des ganglions lymphatiques, un gros omentum peut être retiré si, pendant l'opération, cela devient nécessaire. Selon si une lymphadénectomie a été réalisée, les tactiques de surveillance continue et de traitement prophylactique du patient sont déterminées.

Étape II

Dans 30% des cas au stade II de la maladie, des métastases dans les ganglions lymphatiques de la région pelvienne sont détectées. Les soins chirurgicaux sont effectués dans le volume suivant: extirpation de l'utérus, appendices + lymphadénectomie pelvienne et lombaire. Le traitement adjuvant après la chirurgie dépend de la quantité d'intervention.

III - IVe étape

Un plan de traitement individuel est élaboré pour chaque patient, qui commence presque toujours par la chirurgie. La cytoréduction chirurgicale (ablation de la majeure partie du néoplasme) est complétée par la chimiothérapie et la radiothérapie par la suite. Habituellement, après plusieurs cours de chimiothérapie, une radiothérapie est effectuée. Répétez ensuite le cours de chimiothérapie.

L'hormonothérapie complète le traitement complet effectué à presque toutes les étapes. Dans chaque cas, les indications sont déterminées individuellement par le médecin traitant.

Diagnostique

Pour déterminer le type de cancer, les experts impliquent un certain nombre d'activités de recherche. Le patient est prescrit:

  • biopsie utérine;
  • examen gynécologique;
  • hystéroscopie;
  • Échographie des organes de la région génitale féminine et de la cavité abdominale;
  • test sanguin.

De plus, la tomodensitométrie et l'IRM sont utilisées pour détecter la présence de métastases et pour clarifier l'image générale du processus inflammatoire. Le but de ces activités est de déterminer les indicateurs suivants:

  • type d'éducation;
  • degrés de sa différenciation;
  • stades de progression d'une réaction pathologique.

Après avoir déterminé correctement le diagnostic, il s'avérera offrir le schéma thérapeutique le plus efficace et donner un pronostic précis pour l'avenir..

Biopsie de l'endomètre

Cette méthode de diagnostic est une étape importante pour déterminer le type de néoplasme. Avec son aide, il est possible d'identifier le type de tumeur en fonction de la structure morphologique. Une biopsie est un échantillonnage d'une particule de tissu pour examen. Cette manipulation est ensuite complétée par un curetage séparé du canal cervical et de l'utérus.

Échographie transvaginale

Grâce à l'utilisation d'une telle technique d'examen, il sera possible de déterminer plus précisément l'état des organes à l'intérieur du petit bassin. Cette méthode de diagnostic aide les patients à détecter la pathologie uniquement dans la phase de nucléation..

Prédictions officielles et importance de la prévention

Tout patient qui a une tumeur maligne de l'utérus est préoccupé par le taux de survie après le traitement. Lors de l'analyse des statistiques, les conclusions suivantes ont été tirées sur la survie à 5 ans selon le stade de la maladie:

  • Étape 1 - 85 - 90%;
  • Étape 2 - 70 - 75%;
  • Étape 3 - 30 - 35%;
  • Étape 4 - environ 5%.

Bien sûr, le taux de survie est beaucoup plus élevé dans les formes hautement différenciées que dans les cas où la différenciation tumorale est faible..

Nous voulons nous concentrer sur l'importance des mesures préventives. Chaque femme devrait subir des examens préventifs chaque année, surveiller son poids corporel, contrôler sa tension artérielle et sa concentration en glucose. En présence de pathologies chroniques, il est nécessaire de mettre en œuvre méthodiquement les recommandations des médecins. Et toujours être extrêmement attentif à votre santé.

Étiologie

Les causes exactes de la tumeur, la médecine moderne n'a pas révélé. Cependant, les experts ont déjà pu déterminer quels facteurs peuvent devenir prédisposants au développement de néoplasmes malins dans les organes pelviens chez la femme:

  • en surpoids;
  • maladies du système endocrinien;
  • les femmes qui n'avaient pas de travail;
  • la présence d'ovaire polykystique;
  • hormonothérapie transférée;
  • le début de la ménopause après 50 ans;
  • néoplasmes malins du sein précédemment transférés;
  • prédisposition génétique (le patient est en relation directe avec une tumeur maligne des organes pelviens);
  • moins souvent - hypertension.

Divers facteurs cancérigènes peuvent également provoquer la manifestation d'une maladie, à savoir l'utilisation excessive de fast-food, de mauvaises habitudes, le travail en production dans des conditions de travail nocives, l'exposition à des agents toxiques, etc..

Causes et symptômes de l'adénocarcinome utérin et espérance de vie moyenne des patientes

L'adénocarcinome utérin (carcinome de l'endomètre) est un néoplasme malin, dont la localisation est observée dans la couche muqueuse de l'utérus - endomètre. Pendant longtemps, elle peut être asymptomatique, raison pour laquelle elle est souvent diagnostiquée aux stades ultérieurs. Actuellement, des taux de croissance significatifs du carcinome de l'endomètre sont observés chez les patientes âgées de 40 à 50 ans.

Causes du carcinome de l'endomètre

Ce type de malignité est une tumeur hormono-dépendante. Les tissus de l'endomètre ont tendance à changer de façon cyclique tout au long de la vie sous l'influence des hormones sexuelles. En particulier, une augmentation de la production d'oestrogène augmente les risques d'un processus atypique.

Le premier facteur de risque est l'âge, les femmes âgées après la ménopause sont plus à risque d'adénocarcinome utérin que les patientes en âge de procréer. L'utilisation de l'hormonothérapie substitutive et des œstrogènes pour retarder la ménopause est également un facteur provoquant dans la formation du cancer de l'endomètre.

Les femmes qui n'ont pas accouché sont souvent sensibles à la maladie, car la grossesse est associée à une augmentation du taux d'hormone progestérone, qui a un effet anticancéreux protecteur. Les patients ayant un poids corporel accru sont sujets à la pathologie en raison de quantités excessives d'œstrogènes produites par le tissu adipeux.

Les oncologues distinguent également un groupe de patients qui sont également prédisposés au développement d'un carcinome utérin - les femmes qui ont eu un début précoce de règles et le développement tardif de la ménopause.

Les experts notent que les facteurs de risque de cancer de l'endomètre sont très similaires aux causes du cancer du sein.

Symptômes et signes

Une période suffisamment longue de la maladie ne se fait pas sentir, les symptômes sévères sont absents. Un signe d'avertissement chez les femmes pendant la ménopause est un saignement utérin. Les patients plus jeunes se caractérisent par des saignements menstruels prolongés avec une abondante décharge. Cependant, un tel saignement n'est pas un symptôme non ambigu de la maladie, ce sont souvent les premiers signes d'autres pathologies gynécologiques.

La dysfonction ovarienne, le manque de grossesse, les irrégularités menstruelles sont d'autres signes de carcinome de l'endomètre. De plus, avec un processus malin, les pertes vaginales changent. Souvent, ils deviennent abondants, séreux, avec une odeur âcre.

Avec la propagation des cellules atypiques, un syndrome douloureux apparaît, dont la localisation se situe dans la région lombaire et les organes pelviens. Souvent, les douleurs sont persistantes, paroxystiques.

Une proportion assez importante de patients sollicite une aide médicale pour le développement des dernières étapes de l'oncologie et le début du processus de métastase. Les principales plaintes de la femme:

perte d'appétit, faiblesse, perte de poids, perturbation du système digestif. Dans certains cas, il y a une augmentation du volume de l'abdomen dans le contexte du développement de l'ascite - accumulation de liquide dans l'espace abdominal.

Diagnostic de l'adénocarcinome utérin

Le diagnostic repose sur un certain nombre de mesures diagnostiques:

  • examen gynécologique;
  • tests de laboratoire
  • diagnostics instrumentaux.

Biopsie par aspiration souvent pratiquée - la méthode la plus simple et la plus abordable pour le diagnostic du cancer de l'utérus. Un inconvénient important de l'étude est la faible teneur en informations dans les premiers stades du processus pathologique, moins de 50%.

Un examen échographique des organes pelviens est prescrit afin de détecter les changements dans les tissus de l'endomètre. L'hystéroscopie a le contenu d'information maximum. La manipulation est un examen endoscopique, effectué à l'aide d'un appareil spécial et d'un tube flexible avec une caméra placée dans la cavité vaginale. L'étude permet non seulement au médecin de visualiser clairement l'état de l'endomètre, mais également de prélever des échantillons de tissus pour une analyse histologique. La procédure n'est pas entièrement confortable, elle peut donc être réalisée sous anesthésie générale / locale.

De plus, une analyse des marqueurs tumoraux est réalisée. Les marqueurs tumoraux sont des substances qui aident à déterminer la présence de certains types de tumeurs atypiques. Leurs concentrations sont évaluées dans le sang veineux ou d'autres fluides corporels..

Une augmentation de la concentration du marqueur tumoral correspondant dans le sang est généralement directement proportionnelle au nombre de cellules tumorales dans le corps. Lors du traitement (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie ou hormonothérapie), la valeur du marqueur tumoral devrait diminuer. Une surveillance régulière d'un marqueur tumoral peut indiquer le succès du traitement utilisé (il y aura une faible concentration du marqueur lors du diagnostic) ou s'il y a un risque élevé de récidive tumorale (une augmentation d'un marqueur précédemment bas carbone).

Dire sans ambiguïté sur la présence du processus oncologique n'est possible que lors d'une étude approfondie.

Quel médecin contacter?

Le diagnostic initial est réalisé par un gynécologue. En cas de suspicion d'un processus oncologique, le patient est redirigé vers un spécialiste spécialisé - oncologue-gynécologue.

Stade de l'adénocarcinome utérin

En pratique oncologique, acceptez de distinguer quatre stades de l'adénocarcinome utérin:

  • Première étape. Lors du diagnostic, une tumeur est détectée dans le corps de l'utérus, tandis que les tissus environnants ne seront pas affectés..
  • Deuxième étape. La propagation du processus tumoral à la région cervicale.
  • Troisième étape. La tumeur se propage aux tissus voisins, les ganglions lymphatiques régionaux sont affectés, des métastases apparaissent.
  • La quatrième étape. Le processus malin s'étend au-delà de l'utérus, affecte d'autres organes du petit bassin et le système digestif.

Articles populaires:

Formes de carcinome de l'endomètre

Adénocarcinome hautement différencié

C'est un type de tumeur maligne de l'utérus, qui se développe dans l'épithélium glandulaire. Il est considéré comme l'une des formes de cancer les plus bénignes, qui se prête bien aux effets thérapeutiques. Dans ce cas, nous parlons d'une légère différence entre les cellules saines et les cellules atypiques.

Une femme de 50 ans entrée en phase de ménopause risque de développer cette tumeur. Ce type de cancer est diagnostiqué plus souvent que les autres formes, dans près de 85% des cas..

Avec un endocarcinome très différencié, le risque de métastases est minime, ne dépassant pas 1%. La principale cause de l'oncologie est l'influence hormonale..

Endocarcinome modérément différencié

Ce n'est pas aussi courant que le premier type, mais le diagnostic de ce type de tumeur est plus difficile. Les cellules atypiques ont une structure diversifiée et se multiplient rapidement. Des changements pathologiques sont observés dans les tissus musculaires et les muqueuses.

En outre, il se distingue par un degré élevé de développement de complications et de difficultés de traitement, dans le cas d'une tumeur à une date ultérieure.

Une tumeur modérément différenciée se propage à travers le système lymphatique, affecte les ganglions lymphatiques du bassin. Des métastases sont observées dans 9% des cas de détection de cette forme de cancer..

Endocarcinome de bas grade

C'est un type de l'une des tumeurs les plus malignes dans lesquelles il y a un changement tissulaire atypique prononcé. Le néoplasme a la forme de bandes et de masses de forme irrégulière. Dans certains cas, le contenu mousseux du cytoplasme cellulaire peut être détecté..

Avec cette forme, le pronostic de la maladie est le moins favorable, des métastases surviennent dans 85% des cas. Aux étapes 3-4, les chances de récupération ne dépassent pas 5%.

Endocarcinome endométrioïde

Elle survient dans 65 à 70% des cas de diagnostic de cancer de l'endomètre. Elle se développe souvent en présence d'hyperplasie endométriale, ainsi qu'après stimulation par des préparations d'œstrogènes. Métastases - les lésions tumorales secondaires ne se développent pas si souvent. Avec un traitement rapide, le pronostic est le plus favorable. Les chances de guérison aux étapes 3-4 sont de près de 25%.

Quel est le traitement?

Chaque patient reçoit un traitement individuel, qui dépend du type de tumeur, du degré du processus malin et de l'état réel de la femme. L'avantage est donné à l'intervention chirurgicale. Le traitement chirurgical implique l'ablation de la masse tumorale, généralement le seul moyen de traiter les tumeurs. L'opération est prescrite pour les étapes 1-2 du processus oncologique, avec 3 la question de la chirurgie est décidée individuellement.

En tant que méthode opératoire, l'hystérectomie (ablation de l'utérus), la panhistérectomie (ablation de l'utérus avec appendices), l'annexectomie (ablation de l'utérus et des ovaires par laparoscopie) peuvent être utilisées..

La radiothérapie est utilisée comme étape préparatoire avant la chirurgie, et un cours est également effectué après la chirurgie.

La chimiothérapie, qui est un traitement d'appoint, est également utilisée. En règle générale, elle est réalisée après la chirurgie pour réduire le risque de rechute.

L'hormonothérapie ne peut être utilisée que pour certaines tumeurs sensibles aux hormones. Ce traitement, comme la chimiothérapie, n'est qu'une technique auxiliaire. Il vise à réduire la croissance de l'éducation et à réduire la possibilité de récurrence.

De plus, le traitement biologique du cancer est considéré comme une méthode relativement nouvelle, plus souvent pratiquée en Allemagne et en Israël. L'effet biologique est basé sur l'utilisation de médicaments spéciaux qui ont un effet spécifique sur la tumeur, l'endommageant. Un exemple classique est le médicament Bevacizumab, qui bloque le néoplasme de la production de ses propres vaisseaux sanguins et perturbe ainsi sa nutrition.

De plus, des méthodes de thérapie palliative sont utilisées pour améliorer la qualité de vie du patient.

Prévision et prévention

Il est difficile de prédire avec précision l'évolution du processus malin. Le facteur déterminant est le stade du cancer, sa forme et l'état général de la femme.

Il est difficile de dire exactement combien de temps une personne avec un tel diagnostic vivra. La survie pendant une période de cinq ans ou plus au premier stade de l'endocarcinome est de 97%, au second - 80%. Elle est plus difficile aux stades 3-4, où la survie à 5 ans est de 55% et 15%. Le risque de rechute est de près de 70% et il se produit pour la première fois 3-4 ans après avoir suivi un traitement.

À ce titre, la prévention du cancer n'existe pas. Les femmes doivent consulter régulièrement un gynécologue, subir une échographie et traiter en temps opportun les maladies pelviennes.

Radiothérapie pour le cancer de l'endomètre de stade 1 - ANTI-CANCER

L'adénocarcinome utérin est une tumeur maligne de l'endomètre, le plus souvent localisée au fond de l'utérus. La maladie peut survenir longtemps sans symptômes cliniques. Les femmes en âge de ménopause se plaignent généralement de saignements fréquents, les patients plus jeunes souffrent de menstruations excessivement lourdes.

Au fur et à mesure que le processus pathologique se propage chez les femmes, on note une augmentation de l'estomac, l'apparition de douleurs dans la région lombaire, des pertes vaginales et des symptômes non spécifiques de cancer (faiblesse, perte de poids, perte d'appétit). Pour établir un diagnostic précis dans la clinique d'oncologie de l'hôpital Yusupov, un patient est examiné, des études de laboratoire et instrumentales sont prescrites. Sur la base des résultats diagnostiques de chaque patient, les spécialistes de la clinique élaborent un programme de traitement individuel, qui peut consister en chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie.

Les causes de l'adénocarcinome utérin

L'adénocarcinome utérin fait référence aux tumeurs hormono-dépendantes. En raison d'une augmentation des niveaux d'oestrogène, la prolifération des cellules endométrioïdes est augmentée, ce qui augmente considérablement le risque de développer des néoplasmes malins.

La probabilité de développer un adénocarcinome utérin est significativement plus élevée en présence des facteurs provoquants suivants associés aux changements hormonaux dans le corps de la femme:

  • début précoce des menstruations;
  • apparition tardive de la ménopause;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • tumeurs ovariennes productrices d'hormones;
  • obésité (la synthèse des œstrogènes se produit dans le tissu adipeux);
  • utilisation à long terme de médicaments contenant des œstrogènes à fortes doses.

L'adénocarcinome utérin se développe souvent chez les femmes souffrant d'hypertension et de diabète.

Cependant, la présence de troubles hormonaux et métaboliques n'est pas toujours un facteur obligatoire, qui précède certainement la survenue de cette oncopathologie. Près d'un tiers des patients ne présentent pas les troubles ci-dessus.

D'autres facteurs de risque pour les oncologues comprennent l'absence de grossesse, d'accouchement, d'activité sexuelle, ainsi qu'une prédisposition héréditaire. De plus, l'adénocarcinome utérin accompagne souvent l'adénomatose utérine et la polypose.

La prévention

Il n'y a pas de mesures spéciales pour prévenir cette maladie. Mais il existe des recommandations d'oncologues qui peuvent réduire la probabilité de développer un adénocarcinome. Nous les listons:

  • Le contrôle du poids. Le surpoids ou la minceur augmentent le risque de tumeurs.
  • Nutrition adéquat. 60% de fibres dans l'alimentation quotidienne et l'exclusion des aliments avec des additifs chimiques (colorants, conservateurs, etc.) réduisent la probabilité de cancer.
  • Manière saine. Le refus de mauvaises habitudes et une activité physique modérée, une alternance optimale de travail et de repos contribuent à maintenir la résistance de l'organisme aux facteurs pathogènes.
  • Traitement des maladies aiguës et chroniques. Aucun processus infectieux et inflammatoire ne peut être ignoré, même s'il suit une évolution lente.
  • Inspections programmées. Au moins une fois par an, chaque personne devrait consulter des spécialistes spécialisés pour surveiller la santé dans la dynamique. Cette règle permet de suspecter et de détecter le processus cancéreux à un stade précoce et de mener un traitement efficace..

L'adénocarcinome hautement différencié doit être considéré comme une maladie insidieuse et dangereuse, il est donc important de détecter une tumeur au début de son développement. Tout inconfort dans le bien-être ne doit pas être ignoré, même avec les moindres problèmes de santé, il est important de consulter un spécialiste.

Êtes-vous intéressé par un traitement moderne en Israël? Merci d'avoir pris le temps de répondre au sondage. L'opinion de chacun est importante pour nous..

Classification de l'adénocarcinome utérin

Selon la classification histologique internationale moderne, l'adénocarcinome utérin est divisé en plusieurs types:

  • adénocarcinome endométrioïde utérin;
  • adénocarcinome utérin à cellules claires;
  • adénocarcinome squameux de l'utérus;
  • carcinome épidermoïde glandulaire de l'utérus;
  • adénocarcinome séreux utérin;
  • adénocarcinome mucineux de l'utérus;
  • adénocarcinome utérin indifférencié.

À ce jour, il existe trois types connus de croissance de cette formation maligne:

  • exophytique (la croissance tumorale est dirigée vers la cavité utérine);
  • endophyte (une invasion tumorale dans les tissus adjacents est notée);
  • mixte (combine des signes de croissance exophytique et endophytique).

Selon les statistiques médicales, une tumeur utérine affecte le plus souvent le corps et le bas de l'organe, moins souvent le segment inférieur.

Le niveau de tumeur maligne et, par conséquent, le pronostic de la vie, est déterminé en fonction du degré de différenciation du néoplasme:

  • adénocarcinome utérin endométrioïde très différencié: le pronostic est le plus favorable, car cette variante de la tumeur est la moins maligne. L'adénocarcinome utérin de haut grade est plus facile à traiter, car à ce stade, la structure de la plupart des cellules tumorales n'est pas rompue;
  • adénocarcinome utérin endométrioïde modérément différencié: le pronostic est plus défavorable, car le degré de malignité est augmenté;
  • adénocarcinome utérin de bas grade: le pronostic est mauvais, car cette tumeur a le plus haut degré de malignité. L'adénocarcinome utérin de bas grade est un néoplasme avec un polymorphisme cellulaire prononcé et de multiples signes de changements pathologiques dans les structures cellulaires, donc le traitement est difficile.

En fonction de la prévalence du processus pathologique, 4 stades d'adénocarcinome utérin sont distingués:

  • la première étape - lorsque la tumeur est localisée dans le corps de l'organe, sans se propager aux tissus voisins;
  • la deuxième étape - avec la propagation de la tumeur au cou de l'organe;
  • la troisième étape - la fibre environnante est impliquée dans le processus pathologique, des métastases peuvent être détectées dans le vagin et les ganglions lymphatiques régionaux;
  • la quatrième étape - avec la germination de la tumeur en dehors de la zone pelvienne (vessie ou rectum et l'apparition de métastases distantes.

Signes histologiques

L'adénocarcinome mucineux est rare dans le contexte d'une incidence générale de cancer génital. La structure de la tumeur est similaire au remodelage mucineux des ovaires et de la coquille externe du canal cervical - endocervix. Une formation maligne convertit les cellules normales en quelque chose de similaire à un épithélium intestinal cubique. La structure du tissu est déformée: les glandes de l'adénocarcinome sont agrandies, le cytoplasme est rempli de sécrétion mucineuse et est appauvri en glycogène. Néanmoins, la stratification et les cellules sont clairement définies - le degré de différenciation est élevé.

L'adénocarcinome mucineux est caractérisé par un faible degré d'atypie, l'activité mitotique est également faible. Pour déterminer l'origine du cancer, il faut d'abord exclure la présence de formation d'endocervix.

Diagnostic spécial

En plus de l'histologie, il existe une étude immunohistochimique visant à établir l'antigène tumoral. Grâce à la méthode, la présence de récepteurs hormonaux et d'enzymes est établie, la présence d'éléments malins dans divers tissus et organes, le degré de différenciation est déterminé et les tactiques de traitement sont largement déterminées. L'adénocarcinome mucineux pendant la méthode montre une réactivité à la vimentine et à l'antigène embryonnaire cancéreux (CEA).

Les symptômes de l'adénocarcinome utérin

L'insidiosité de l'adénocarcinome utérin est qu'elle se prolonge pendant longtemps sans symptômes. Les femmes ménopausées devraient être alarmées par l'apparition de saignements utérins. En âge de procréer, cette maladie peut se manifester en périodes excessivement lourdes et longues.

Les saignements ne sont pas un symptôme pathognomonique de l'adénocarcinome utérin, car ce symptôme peut accompagner un certain nombre d'autres maladies gynécologiques (par exemple, l'adénomyose et le fibromyome), mais ce symptôme devrait provoquer une vigilance et être la raison pour aller chez le médecin pour des études approfondies. Les saignements utérins dans la période postménopausique sont particulièrement dangereux. De plus, chez les patients âgés atteints d'adénocarcinome utérin, des blancs abondants et aqueux peuvent être libérés du vagin..

Les jeunes femmes atteintes d'adénocarcinome utérin se plaignent souvent d'un dysfonctionnement du cycle menstruel, d'une infertilité, d'un abdomen élargi sans cause, de l'apparition de saignements menstruels prolongés et abondants, de douleurs constantes et douloureuses dans le bas du dos. Un signe pronostique défavorable, qui indique que le processus malin s'est propagé de manière significative ou que la carie de la tumeur a commencé - écoulement vaginal fétide.

Des douleurs dans le bas du dos et le bas de l'abdomen apparaissent avec la propagation d'un adénocarcinome utérin. La douleur peut être persistante ou paroxystique..

Souvent, les patients, ignorant la présence d'une maladie cancéreuse grave, se tournent vers un gynécologue au stade de la germination et des métastases.

Les plaintes possibles des patientes atteintes d'adénocarcinome utérin à un stade avancé et avancé comprennent une perte d'appétit, une faiblesse, une perte de poids, un gonflement des jambes et une hyperthermie.

En cas d'invasion tumorale dans les parois de la vessie ou des intestins, la défécation et la miction sont altérées chez les patients, le volume de l'abdomen augmente considérablement, une ascite peut se développer.

Prévoir

Signes pronostiques défavorables affectant l'issue et l'évolution de la maladie:

  • l'âge du patient;
  • la présence d'un foyer d'adénocarcinome mucineux dans le tissu sous-jacent;
  • grande taille du néoplasme;
  • le degré de différenciation des éléments cellulaires;
  • des dommages à l'ensemble de l'organe, y compris le cou;
  • la présence de métastases aux organes voisins, le péritoine;
  • contamination des ganglions lymphatiques;
  • faible pourcentage de récepteurs hormonaux.

En général, le pronostic de l'adénocarcinome mucineux ne diffère pas du type de tumeur endométrioïde. Plus tôt un diagnostic est établi et que le traitement commence, plus le taux de survie à cinq ans et la qualité de vie sont élevés. Cependant, la probabilité de récidive et de métastases de la forme mucineuse est assez élevée.

Diagnostic de l'adénocarcinome utérin

Lors du diagnostic, les spécialistes se concentrent sur les données d'un examen gynécologique, les résultats des études en laboratoire et instrumentales. Parmi les méthodes de diagnostic en laboratoire, on peut distinguer une biopsie par aspiration, qui peut être effectuée à plusieurs reprises en ambulatoire. Les inconvénients de cette méthode incluent un faible contenu d'information dans les premiers stades de l'oncopathologie.

Si des symptômes suspects sont détectés lors du dépistage, un examen échographique des organes pelviens est prescrit pour identifier les processus volumétriques et les changements structurels pathologiques de l'endomètre.

L'hystéroscopie est l'une des méthodes les plus informatives dans le diagnostic de l'adénocarcinome utérin. Cette méthode instrumentale implique non seulement l'examen de la surface interne de l'organe, mais également la réalisation d'une biopsie ciblée des zones modifiées, un curetage diagnostique séparé du canal cervical et de la cavité utérine avec un examen histologique ultérieur de la biopsie.

Pour évaluer la prévalence du processus malin, pour identifier les ganglions lymphatiques affectés et les métastases à distance, l'imagerie par résonance magnétique ou calculée, qui fait partie d'un examen de dépistage de l'adénocarcinome utérin suspecté.

Les experts classent l'adénocarcinome en plusieurs variétés:

  1. Endométrioïde - l'oncopathologie utérine la plus courante, qui représente environ 75% des cas de cancer. Une telle tumeur ne se développe dans la couche myométriale que superficiellement, par conséquent, lorsqu'elle est détectée aux stades initiaux, elle diffère par les données pronostiques positives;
  2. Squamous - formé principalement à partir de structures squameuses, est très rare, se développe généralement contre le cancer du col utérin;
  3. Forme papillaire - est une tumeur formée d'une combinaison de croissances papillaires (papillomes), par conséquent, une formation extérieurement similaire ressemble à du chou-fleur.

Adénocarcinome endométrioïde utérin: traitement

Dans la clinique d'oncologie de l'hôpital de Yusupov, plusieurs méthodes de traitement des patientes diagnostiquées "d'adénocarcinome utérin hautement différencié" sont utilisées. Le pronostic de survie à cinq ans est particulièrement favorable lors de la conduite d'un traitement complexe - une combinaison d'intervention chirurgicale, de radiothérapie et de pharmacothérapie. Les oncologues de l'hôpital Yusupov sélectionnent individuellement les tactiques de traitement, l'intensité et le temps d'application de chaque composant du traitement complexe pour chaque patiente avec un diagnostic d'adénocarcinome utérin de l'endomètre. Le pronostic après la chirurgie est favorable si la maladie a été détectée aux premiers stades de développement.

Dans le processus de détermination de la faisabilité d'une intervention chirurgicale pour un adénocarcinome utérin de stade III, des facteurs pronostiques défavorables sont pris en compte.

Le traitement chirurgical du cancer de l'endomètre utérin dans la clinique d'oncologie de l'hôpital de Yusupov est effectué à l'aide d'une hystérectomie ou panhistérectomie (ablation avancée de l'utérus et annexectomie, ablation de la fibre pelvienne et des ganglions lymphatiques régionaux).

La radiothérapie (radiothérapie à distance ou curiethérapie utérine) est utilisée comme méthode préparatoire pendant la période préopératoire, ainsi qu'après la chirurgie.

Le traitement chimiothérapeutique et l'hormonothérapie sont des méthodes auxiliaires qui corrigent le fond hormonal du corps de la femme et réduisent le risque de récidive de l'adénocarcinome utérin, car après avoir partiellement retiré l'utérus, l'adénocarcinome peut réapparaître.

La chimiothérapie implique l'utilisation de cytostatiques. L'hormonothérapie est réalisée à l'aide de médicaments qui affectent les récepteurs des œstrogènes et de la progestérone dans les néoplasmes malins..

Les patients atteints d'un adénocarcinome de grade IV ne conviennent pas à la chirurgie. Pour le traitement, des techniques chimiothérapeutiques et radiothérapeutiques modernes sont utilisées..

Vie future

Le pronostic de survie dépend du stade du cancer, du degré de malignité, de la présence ou de l'absence de métastases, de l'âge et de l'état du patient..

Habituellement, l'adénocarcinome utérin d'origine hormonale est facilement traité et une rémission complète est obtenue. Avec un cancer autonome, il est plus difficile d'obtenir un effet positif, mais il est possible.

La maladie est plus difficile à tolérer par les personnes âgées. Le jeune corps résiste mieux à l'oncologie.

Pour les patients qui ont commencé le traitement aux premiers stades de la maladie, le pronostic peut atteindre 98%. La troisième étape se caractérise par un processus plus sérieux, donc 30 patients sur 100 survivent au cours des 5 premières années.Au stade terminal de l'oncologie, le taux de survie atteint jusqu'à 5%.

Adénocarcinome de l'endomètre utérin: métastases

Les métastases d'adénocarcinome utérin se propagent à travers le système lymphatique, cependant, dans les derniers stades, la voie hématogène de leur propagation peut se joindre.

Tout d'abord, le processus métastatique affecte les ganglions lymphatiques des groupes iliaques et internes, puis les ganglions lymphatiques du groupe hypogastrique.

Les premiers signes de métastases chez les femmes en âge de procréer sont des taches intermenstruelles, chez les femmes en âge de ménopause - écoulement peu abondant qui survient après un stress physique.

Dans la vieillesse, la présence d'écoulement purulent de saccharose peut indiquer la présence de métastases..

L'activation du processus métastatique se manifeste par des douleurs constantes ou des crampes dans la région lombaire ou l'abdomen lombaire.

L'adénocarcinome de l'endomètre utérin est beaucoup plus facile à traiter s'il est détecté aux premiers stades de développement. Par conséquent, il est important que chaque femme visite régulièrement un gynécologue pour identifier et commencer le traitement de cette oncopathologie en temps opportun..

Un examen complet utilisant des équipements modernes de haute technologie est proposé par l'hôpital Yusupov. Les femmes atteintes d'un adénocarcinome diagnostiqué se voient prescrire un traitement utilisant les dernières méthodes médicales pour vaincre une maladie aussi grave que l'adénocarcinome utérin hautement différencié. Les témoignages de patients de l'hôpital de Yusupov confirment l'efficacité du traitement, qui est prescrit et contrôlé par des spécialistes hautement qualifiés de la clinique d'oncologie.

Julia Vladimirovna Kuznetsova

Régime

La nutrition avec un adénocarcinome hautement différencié doit poursuivre plusieurs objectifs: saturer le corps avec les substances et les micro-éléments nécessaires, maintenir l'immunité et la force du patient et empêcher le développement de l'anorexie et de l'épuisement. Il est recommandé d'inclure des aliments légers riches en fibres et en vitamines dans l'alimentation..

La nourriture doit toujours être fraîche. La méthode de préparation est l'ébullition ou le ragoût. La nourriture est fractionnée, toute la nourriture est servie en petites portions jusqu'à 6 fois par jour. La température de l'aliment doit correspondre à la température corporelle du patient. Il est important d'observer le régime de consommation - au moins 2 litres d'eau par jour.

La liste des produits autorisés comprend la viande diététique, le poisson, les produits laitiers, les céréales, les fruits et légumes. Toute nourriture en conserve, grasse, frite, fumée, etc., est interdite..

Le respect des principes alimentaires aide le corps du patient à récupérer plus rapidement après la thérapie et à éviter les rechutes.

Bibliographie

  • CIM-10 (Classification internationale des maladies)
  • Hôpital Yusupov
  • Cherenkov V.G. Oncologie clinique. - 3e éd. - M.: Livre médical, 2010.-- 434 p. - ISBN 978-5-91894-002-0.
  • Shirokorad V.I., Makhson A.N., Yadykov O.A. État des soins oncourologiques à Moscou // Oncourologie. - 2013. - n ° 4. - art. 10-13.
  • Volosyanko M. I. Méthodes traditionnelles et naturelles de prévention et de traitement du cancer, Aquarium, 1994
  • John Niederhuber, James Armitage, James Doroshow, Michael Kastan, Joel Tepper Abeloff’s Clinical Oncology - 5th Edition, eMEDICAL BOOKS, 2013

Variétés et stades de la pathologie

L'adénocarcinome de la prostate est caractérisé par la présence de plusieurs espèces. Le plus souvent distingué:

  1. Pathologie hautement différenciée. Avec cette maladie, un léger changement dans les cellules acineuses est observé, donc son pronostic est favorable. Le stade précoce du processus pathologique est caractérisé par une évolution assez lente. Un tel adénocarcinome peut être une cellule sombre et une cellule claire..
  2. Adénocarcinome modérément différencié. Si le traitement de la maladie est effectué en temps opportun, son pronostic est favorable. Le développement d'un néoplasme est observé à l'arrière de l'organe.
  3. Petit adénocarcinome acineux. La survenue du processus pathologique est observée simultanément à plusieurs endroits. Après un certain temps, les îles de cellules cancéreuses fusionnent en une seule tumeur.
  4. Cellules qui ont une faible différenciation. Cette maladie est une tumeur agressive localisée dans la glande prostatique. Au cours de la pathologie, la propagation des cellules acineuses dans le tissu le plus proche est observée. L'adénocarcinome est caractérisé par une structure muqueuse, ainsi que par la propagation rapide des métastases..

Il existe également 4 stades de la maladie.

IMPORTANT! Si un patient est diagnostiqué avec un adénocarcinome de la prostate, il est impératif de déterminer son type, ce qui permettra de prescrire un traitement rationnel.

Immunothérapie - une méthode postopératoire efficace pour lutter contre le cancer

La chimiothérapie et la radiothérapie sont des méthodes inefficaces pour lutter contre le cancer du rein. La seule façon d'arrêter la propagation de la maladie et d'améliorer votre pronostic de survie est de prendre des interférons. L'immunothérapie, comme les méthodes énumérées ci-dessus, ne fonctionnera pas si l'oncologie des reins est négligée. Pour que le traitement médicamenteux donne un résultat, il est nécessaire que le patient soit diagnostiqué avec un cancer au stade initial, la tumeur ne dépasse pas 4 cm, les métastases étaient localisées exclusivement dans les poumons.

Lors du choix d'un médicament, la ligne thérapeutique, les risques pour le patient sont pris en compte. La thérapie systémique peut causer des dommages irréparables, une personne mourra des effets secondaires.

Caractéristiques du développement du cancer hypernephroïde

L'essence de la maladie est l'apparition d'une tumeur dans la substance corticale. La cellule cancéreuse prend une forme polygonale - s'unissant en groupes, ils créent des lobules et une tumeur apparaît. Le mécanisme de formation de tumeurs est complexe - il ne s'agit pas seulement de cellules génétiquement modifiées, des facteurs négatifs doivent agir sur elles pour que l'oncologie se développe. La prédisposition génétique est l'une des causes les plus courantes de cancer hypernephroïde..

La métastase accélérée de ce type d'oncologie est associée à la méthode de distribution des cellules affectées. Pour le carcinome à cellules rénales, une méthode de métastase lymphogène et hématogène caractéristique. Les métastases lymphogènes sont associées à la propagation de tumeurs cancéreuses à travers la lymphe, hématogènes à travers la circulation sanguine à travers les vaisseaux sanguins.

Afin d'éviter la voie figurative des métastases, la biopsie rénale est interdite dans les carcinomes à cellules claires. La transmission par implantation n'est pas caractéristique de l'oncologie rénale.

Une nouvelle augmentation de l'efficacité du traitement du cancer du rein est associée au développement d'un vaccin antitumoral. Le principe d'action est similaire au travail de tout vaccin antiviral - une réponse immunitaire à un antigène. Un certain nombre de théories ont été avancées pour expliquer pourquoi le cancer malin ne répond pas à un antigène - c'est la capacité de provoquer une immunosuppression ou un faible niveau d'immunogénicité. Les préparations immunitaires sont basées sur des cellules tumorales allogéniques modifiées et non modifiées..

Malgré les tentatives infructueuses de créer un vaccin efficace, tous les instituts oncologiques continuent de travailler sur une immunothérapie spécifique.

Étapes de Gleason

L'échelle de Gleason (somme) est une méthode d'évaluation différenciée du cancer de la prostate à la suite d'un examen histologique. Des valeurs faibles indiquent des formes de cancer très différenciées et des valeurs élevées indiquent un faible grade; plus l'échelle est élevée, plus l'issue de la maladie est mauvaise.

Pour évaluer l'adénocarcinome, un patient prélève un échantillon de cellules glandulaires (biopsie). Deux fragments les plus appropriés se distinguent du matériau obtenu, qui sont ensuite évalués sur une échelle de 5 points: 1 point signifiera un degré élevé de différenciation et 5 points - un faible. Les estimations des deux matériaux totalisent le montant de Gleason, dont les résultats peuvent varier de 2 à 10 points.

Les montants possibles ont été répartis en 3 groupes:

  • jusqu'à 7 points - cancer lent. Le patient a d'énormes chances de réussir son traitement et de se rétablir complètement.
  • 7 points - degré moyen d'agressivité contre le cancer.
  • plus de 7 points - une augmentation rapide de l'adénocarcinome, une forte probabilité de métastases précoces.

Après un traitement chirurgical, ces indicateurs peuvent diminuer ou augmenter..

Interprétation des index

La valeur numérique de l'indice est désignée par la gradation (G). Au total, l'échelle de Gleason comporte 5 gradations, selon lesquelles une tumeur est formée de:

  • G1 - petites glandes homogènes avec de légers changements nucléaires;
  • G2 - grappes de glandes séparées par le stroma, mais situées à proximité les unes des autres;
  • G3 - glandes de différentes tailles et structures; le stroma et les tissus proximaux peuvent être infiltrés;
  • G4 - cellules atypiques; l'infiltration des tissus voisins se produit;
  • G5 - couches de cellules atypiques indifférenciées.

Cette différenciation du cancer de la prostate vous permet de déterminer l'évolution du cancer et de choisir le traitement le plus approprié et le plus compétent dans chaque cas..