Combien de temps peut vivre une personne atteinte d'un cancer du foie de grade 4 avec métastases

Teratoma

Le foie est un site de métastases préféré. Cela s'explique par le fait que l'organe a un grand réseau vasculaire et est équipé d'une énorme veine porte. Les dommages secondaires peuvent être dus à la germination de tumeurs malignes des poumons, de l'estomac, des glandes mammaires, des intestins, du pancréas.

Les métastases hépatiques sont un problème mondial sur lequel travaillent des experts du monde entier. Malheureusement, une personne ne peut pas détecter immédiatement une lésion secondaire. Les cellules cancéreuses pénètrent dans l'organe par la voie lymphogène ou hématogène (par le sang). Le danger des métastases est qu'il s'agit d'un signe clair de la présence à long terme d'une tumeur cancéreuse..

Toutes les cellules atypiques sont initialement saines et fonctionnent normalement. Cependant, à la suite d'une défaillance génétique, ils dégénèrent. Cela peut se produire sous l'influence de facteurs internes et externes. Les cellules cancéreuses commencent à se diviser de façon incontrôlable. Ils forment un tissu incompétent dont les dommages à la paroi entraînent la germination et la propagation de la tumeur.

Les cellules atypiques se propagent d'abord aux organes adjacents, puis pénètrent dans les vaisseaux sanguins, ce qui conduit au fait qu'elles sont transportées dans tout le corps. Tous ne parviennent pas à survivre et à s'implanter dans d'autres tissus. Seul un petit nombre de cellules cancéreuses peuvent le faire. Cependant, ils sont les plus malins et les plus difficiles à traiter..

Les métastases sont uniques et multiples. La deuxième option est caractérisée par la progression rapide de la pathologie. Si la tumeur est unique, cela ne signifie pas du tout qu'elle est de petite taille. Avec le développement rapide du processus, le néoplasme est bien palpable et très différent d'un parenchyme sain.

À mesure que les cellules atypiques augmentent, des symptômes désagréables apparaissent, qui sont également caractéristiques de nombreuses autres pathologies du foie et de la vésicule biliaire. Les gens se plaignent de douleurs dans l'hypochondre droit, de jaunissement, de nausées et de démangeaisons cutanées. Le processus pathologique s'accompagne d'une augmentation de la température corporelle, d'une perte de poids, d'une pâleur.

Un symptôme caractéristique est l'ascite (accumulation de liquide dans le péritoine) et l'expansion des veines sur la paroi antérieure de la cavité abdominale. La courte durée de vie de ces patients s'explique par une longue évolution asymptomatique et, par conséquent, un diagnostic tardif. Cependant, les métastases hépatiques ne sont pas une phrase. Malgré le fait que la pathologie est difficile à traiter, avec des mesures opportunes, on peut espérer un pronostic positif.

Les statistiques des cinq dernières années ont montré que le traitement du cancer avec des métastases hépatiques s'est amélioré. Dans certains cas, la survie a augmenté de cinquante pour cent. Ensuite, nous obtiendrons une réponse à la question principale de notre article sur combien vivent avec des métastases hépatiques.

Quelle maladie?

L'oncologie hépatique est le plus souvent une maladie secondaire. Cela est dû au fait que le corps remplit la fonction de filtrage du sang pour tout le corps, de sorte que la pénétration des métastases dans le foie est un phénomène très courant. Les ganglions tumoraux métastatiques secondaires dans la glande peuvent ne pas se manifester pendant longtemps. Fondamentalement, lorsque les premiers symptômes se produisent, la formation maligne atteint déjà des tailles qui interfèrent avec l'écoulement normal de la bile. Dans le cancer de grade 4, l'organe est incapable de remplir sa fonction directe..

Types de maladies

L'oncologie est une tumeur divisée selon les types suivants:

  • Carcinome. Les métastases de ce type de pathologie ne commencent à apparaître qu'à 3 degrés de progression. Pendant la croissance des métastases dans le foie, la stagnation de la bile se produit.
  • Cholangiocarcinome. Les statistiques sur le nombre de personnes atteintes d'un cancer des voies biliaires montrent une survie jusqu'à 2 ans.
  • Hépatoblastome. Le pronostic de combien ils vivent avec ce type de cancer dépend de la nature radicale de l'opération et de la sensibilité du corps au traitement après résection. Si la suppression de l'éducation est effectuée, la pathologie est traitable, la récupération se produit dans 60%.
  • Sarcome. Le plus souvent, des métastases hépatiques apparaissent à partir de sarcomes gastro-intestinaux ou d'utérus. Le cancer du foie avec métastases a le pire résultat, avec une durée de vie maximale de 12 mois.

Régime

La nutrition alimentaire contribue à accélérer la restauration d'un organe endommagé par les métastases et à réduire le risque de récidive tumorale. Après le traitement, il est conseillé aux patients d'abandonner la consommation d'aliments gras. Au lieu de cela, vous devez manger quotidiennement des légumes frais, des fruits, des herbes, qui sont une source de vitamines.
Le soja, qui, comme l'ont montré des études récentes, inhibe le développement des cellules cancéreuses, doit être introduit dans l'alimentation du patient. Il est recommandé de consommer environ 10 g de blé germé par jour. Cette plante élimine la carence en micro et macro éléments. Manger du blé germé n'est pas prescrit aux patients âgés.

Il est recommandé de boire des thés, des jus de betteraves, de pommes et de carottes. Ces derniers ont un effet antioxydant..

6 mois après la fin du traitement, les patients doivent prévoir des jours de jeûne. Selon les médecins, un refus temporaire de nourriture stimule le système immunitaire.

Raisons de l'éducation


Une mauvaise nutrition peut déclencher un néoplasme.
La principale cause profonde qui contribue au développement du processus oncologique n'a pas été établie. L'oncologie survient souvent en raison de métastases hépatiques. Les médecins ne mettent en évidence que plusieurs facteurs provoquants:

  • Hépatite sous une forme chronique. Le processus oncologique se produit dans un contexte de dommages viraux et progresse souvent au stade 3 avec des métastases.
  • Cirrhose. La maladie contribue à la cicatrisation des tissus de la glande, à une violation de sa fonctionnalité, et affecte également le matériel génétique des cellules, modifiant leur structure.
  • Le régime alimentaire de l'homme. Certains aliments peuvent provoquer des changements anormaux dans les cellules des organes..
  • Helminthiasis. L'intoxication du corps conduit à la formation de l'oncologie.
  • Abus de substances nocives, comme l'alcool ou les drogues.

Le cancer du foie de grade 4 n'est pas traitable; le patient peut se sentir mieux et prolonger sa vie pendant plusieurs mois.

Diagnostique

Pour établir un diagnostic précis, un examen complet du patient est nécessaire. Tout d'abord, ils reconnaissent les plaintes, le cycle de vie, font attention à la nourriture, aux mauvaises habitudes, aux maladies concomitantes.

Ensuite, le médecin effectue un examen physique du corps. Lors de l'examen, lors de la détection d'un foie dense, hypertrophié et douloureux, il écrit une référence pour diagnostic en laboratoire.

La recherche en laboratoire comprend:

  • Échographie du foie. La numérisation vous permet d'identifier rapidement la zone affectée avec des métastases.
  • Test sanguin général et biochimique.
  • Dosages des marqueurs tumoraux des alpha-foetoprotéines.
  • Diagnostiquer une augmentation des saignements - un coagulogramme.
  • Analyse biochimique d'un niveau accru de transaminases, d'une diminution des protéines, de la quantité de bilirubine.
  • Pour une visualisation approfondie, une tomographie, une imagerie par résonance magnétique ou une tomodensitométrie est effectuée. Grâce à ce qu'ils connaissent la taille, la structure et la localisation de la tumeur.
  • Biopsie. Sous contrôle échographique, perforez le tissu affecté pour une analyse histologique..
  • Pour résoudre la question de la possibilité d'un traitement chirurgical, une laparoscopie diagnostique est réalisée. Avec une augmentation multiple, le médecin estime la propagation du processus malin.
  • Peut-être le rendez-vous de radiographie, fluorographie, scintigraphie pour détecter les métastases individuelles.

Symptômes et stades

Il est scientifiquement prouvé que les métastases se propagent au foie plus souvent qu'aux autres organes. Les symptômes dépendent du stade du cancer et de l'état du système immunitaire, c'est-à-dire que plus la pathologie est négligée, plus les signes apparaissent et la défense immunitaire de la personne s'affaiblit. Avec le cancer du foie de grade 4, les métastases se propagent dans tout le corps..

Première étape


Au stade initial du cancer du foie, une personne est souvent accompagnée de fatigue.
La formation maligne ne s'étend pas aux vaisseaux sanguins. La tumeur est de petite taille, ce qui complique grandement le diagnostic. Plus souvent des métastases hépatiques avec cancer de l'estomac ou des intestins. Les symptômes de la maladie sont flous et les manifestations se produisent au niveau psycho-émotionnel. Les principaux symptômes sont les suivants:

  • prostration;
  • apathie;
  • légère douleur périodique dans l'hypochondre droit.

Deuxième étape

Le processus oncologique s'étend au système circulatoire, plusieurs tumeurs se forment qui peuvent occuper 50% de la taille de l'organe, les métastases hépatiques ne se produisent pas, la manifestation de la pathologie est renforcée et de nouveaux symptômes sont ajoutés. Ceux-ci inclus:

  • vomissements, vomissements;
  • diminution de l'appétit;
  • perte de poids;
  • déplacement des limites anatomiques de l'organe;
  • pire douleur, surtout pendant l'effort physique.

Troisième étape

Si des métastases sont apparues, la pathologie est difficile. Les médecins distinguent les sous-étapes suivantes:

  • A - l'organe est affecté par plusieurs tumeurs, le processus n'affecte pas le système lymphatique et les vaisseaux sanguins.
  • B - l'oncologie s'étend à la surface externe ou aux organes adjacents.
  • C - le processus affecte la majeure partie de la glande, couvre le système lymphatique. Selon les statistiques, en moyenne, pas plus de 20% des patients vivent avec des métastases depuis plus de 5 ans.


Un gonflement des extrémités indique une complication de la maladie.
Ainsi que le cancer du foie, dont les métastases se sont propagées à l'extérieur du corps, auront certaines caractéristiques. La manifestation oncologique progresse, les symptômes sont prononcés. Les principaux symptômes sont:

  • jaunissement de la peau et des protéines oculaires;
  • gonflement des extrémités;
  • rougeur des paumes;
  • réseau capillaire prononcé sur le visage;
  • haute température.

Quatrième degré

Le cancer du foie de stade 4 se caractérise par sa propagation dans tous les organes internes. Le nombre de tumeurs et l'emplacement peuvent être différents. Cancer opéré du 4ème degré avec métastases qui pénètrent dans les poumons et le cerveau montrent des signes juste avant la mort du patient. Symptômes du cancer du foie stade 4:

  • minceur sévère;
  • douleur intense;
  • gonflement dans tout le corps;
  • une augmentation de la cavité abdominale;
  • modification de l'élasticité et de la couleur de la peau.

Le dernier stade du cancer est considéré comme le plus grave, en plus des principaux symptômes, des manifestations de déficience fonctionnelle d'autres organes et systèmes peuvent survenir..

Vaincre la classification

Les métastases hépatiques sont classées comme suit:

  • éloigné - le nœud s'est élevé loin de l'objectif initial de l'éducation;
  • hématogène - a été transféré par le flux sanguin;
  • implantation - cellules cancéreuses transférées accidentellement dans d'autres tissus;
  • orthograde - la source lymphogène a transféré le matériel malin du foyer initial vers le côté du flux sanguin naturel;
  • rétrograde - le transfert a été effectué dans la direction opposée du flux sanguin.

L'attaque du foie par des métastases se produit en plusieurs étapes. Tout d'abord, les cellules malignes se déposent et quittent l'organe. Ensuite, il y a une infiltration accrue de l'organe initialement affecté, puis les cellules nocives pénètrent dans la lymphe ou le sang. Les cellules cancéreuses circulent ensuite à travers le sang ou le lit lymphogène..

À la fin, les cellules malignes se fixent à la paroi vasculaire et pénètrent dans l'organe, où le début d'une nouvelle invasion tumorale.

Traitement des maladies


La nutrition est un élément important du traitement de la maladie..
Le taux de survie au cancer est faible, l'espérance de vie moyenne du patient est d'environ 3 à 5 ans. La thérapie comprend un effet complexe. Un régime spécial est prescrit pour le cancer du foie de stade 4. Le régime alimentaire est élaboré de manière à fournir au corps humain toutes les substances nécessaires. L'impact principal est considéré comme une intervention chirurgicale. La résection du foie se fait avec de petits foyers du processus oncologique. Après résection et avant la chirurgie, une cure d'exposition ou d'exposition aux produits chimiques est prescrite. La chimiothérapie du cancer du foie de stade 4 ne fera que prolonger l'existence d'une personne malade, le pronostic de survie est faible. Et à la dernière étape, une thérapie de soutien est effectuée pour aider à soulager l'état du patient avant la mort..

Combien vivent?

La mort d'un cancer du foie est courante. L'oncologie est difficile à traiter et, en règle générale, le diagnostic est posé aux derniers stades de développement. Le cancer du foie de stade 4 est plus souvent inopérable et, par conséquent, le pronostic de guérison est mauvais. Le résultat le plus favorable est considéré dans les deux premiers stades de la maladie. En respectant toutes les recommandations du médecin traitant, le nombre de patients qui ont survécu au jalon de 5 ans est de 40%. En cas de cancer du foie de grade 3, l'espérance de vie d'une personne est d'environ 6 à 8 mois. Les statistiques sur la façon dont ils vivent avec un cancer de stade 4 montrent que moins de 10% vivent plus de 2 ans après le diagnostic.

Cirrhose du foie

Il existe plusieurs raisons pour le développement d'un processus cancéreux dans le foie. Tout d'abord, des facteurs négatifs de l'extérieur, qui conduisent à une perturbation de l'organe et, par conséquent, au développement de tumeurs malignes. Ces facteurs comprennent:

  1. Hépatite chronique.
  2. L'abus d'alcool.
  3. La présence d'infections parasitaires.
  4. Facteur héréditaire.
  5. Apport d'aflotoxines, etc..

Mais la principale cause de cancer est la cirrhose. En règle générale, dans le contexte de cette maladie chronique, les cellules cancéreuses se développent. Et en médecine, ce chiffre est de 60 à 85%.

Avec la cirrhose, vous pouvez vivre de nombreuses années. Mais la personne sera accompagnée du risque de dégénérescence de la maladie en tumeur maligne. Si l'oncologie s'est néanmoins développée, une pharmacothérapie est prescrite, mais la présence de telles pathologies graves ne mène pas à une bonne fin.

Rappelez-vous également que l'humeur d'une personne joue un rôle important dans le succès du traitement, n'abandonnez pas. La médecine ne s'arrête pas et de nouvelles méthodes de traitement des tumeurs cancéreuses apparaissent chaque année.

En médecine, il existe des cas de guérison miraculeuse. Et tout cela parce que la personne était à l'écoute positive. L'aide de proches et leur soutien sont très importants pour une personne malade. Tout cela donne une chance de récupération..

Adénocarcinome rectum T4N2M1, métastases

Le traitement principal de l'adénocarcinome rectal est chirurgical. Dans la clinique K-test, afin d'obtenir de bons résultats dans le traitement du cancer colorectal, le traitement commence par un traitement antitumoral. Le meilleur résultat en combinaison avec la chimiothérapie et le chauffage avec l'hyperthermie générale. La température élevée et la chimiothérapie permettent d'obtenir un effet objectif sous forme de régression à la fois de la tumeur primitive et des métastases hépatiques dans le foie.

Patient: patient P.
Âge 47 ans

En janvier 2000, le patient avait un mélange de sang et de mucus dans les fèces. En mars, un épisode de saignement intestinal a été constaté. L'examen a révélé un cancer de la partie mi-ampullaire du rectum T4N2M1, de multiples métastases dans le foie. Conclusion histologique n ° 2546,2611 - adénocarcinome tubulaire-papillaire hautement différencié du rectum.

Le 30 mai 2000, le patient a été admis à la clinique K-test. L'état de gravité modérée, des douleurs constantes dans le rectum, une faiblesse générale, une perte de poids de 12 kg en 3 mois ont été notés. Avec la rectoscopie, il est déterminé qu'une tumeur d'un diamètre de 6 cm avec des sites d'ulcération est située sur la paroi postérieure du rectum. L'échographie a confirmé plusieurs métastases dans le foie jusqu'à 40 mm, avec une TDM dans le foie, plusieurs métastases sont déterminées, la taille maximale des foyers est de 35 × 30 mm.

Adénocarcinome rectal: traitement de l'hyperthermie

06/02/2000, 1 séance d'hyperthermie générale a été réalisée avec polychimiothérapie (5-fluorutacile, leucovorine, doxorubicine) avec une température maximale de 42,7 ° C. Dans la période posthyperthermique, une anémie du premier degré, une leucopénie du premier degré ont été notées. Après la fin du traitement de désintoxication, le 4e jour.

Réadmis à la clinique 3 semaines après la première séance d'hyperthermie générale. La douleur a diminué, il y a périodiquement un mélange de sang dans les fèces. Dans le test sanguin, une anémie du premier degré est enregistrée. Lors de l'échographie de contrôle dans le foie, le nombre de lésions métastatiques a diminué, une diminution de la taille des métastases à 30 mm a également été notée, ce qui correspond à une régression partielle.

23/06/2000, 2 séances d'hyperthermie générale avec chimiothérapie ont été réalisées. La température maximale est de 42,69 ° C. La période posthyperthermique sans particularités. Le patient est sorti le troisième jour.

La prochaine admission à la clinique dans 2 mois. Subjectivement, le patient note une amélioration significative de l'état général. Avec la rectoscopie, une diminution de la taille de la tumeur à 4 cm a été notée. Avec l'échographie de contrôle dans le foie, les métastases n'ont pas été déterminées. La tomodensitométrie a confirmé une régression complète des métastases hépatiques. Ainsi, après 2 séances d'hyperthermie, une régression complète des métastases hépatiques et une régression partielle de la tumeur rectale primaire ont été enregistrées.

Le 24 août 2000, 3 séances d'hyperthermie générale avec chimiothérapie ont été réalisées. La température maximale est de 42,7 ° C. Dans la période posthyperthermique, une augmentation transitoire de l'AAT, une anémie du premier degré et une leucopénie du premier degré ont été notées. Après le traitement de désintoxication et la normalisation des paramètres de laboratoire a été libéré le jour 4.

Le patient a de nouveau été admis à la clinique K-test 1,5 mois après 3 séances d'hyperthermie générale.

Avec une échographie de contrôle dans le foie, les métastases ne sont pas déterminées.

10/05/2000, la 4ème séance d'hyperthermie générale avec chimiothérapie. La température maximale est de 42,8 ° C. Dans la période posthyperthermique, une hépatite toxique de gravité modérée, une anémie du degré II, une leucopénie du degré II se sont développées. Après le traitement de désintoxication et la normalisation des paramètres de laboratoire a été libéré le jour 7.

Chirurgie pour adénocarcinome du rectum

Compte tenu de la régression partielle de la tumeur primitive du rectum et de la régression complète des métastases hépatiques qui en résulte, le patient a subi une intervention chirurgicale - laparotomie. Au cours de l'audit a révélé: dans le foie, les métastases ne sont pas déterminées, la couleur du foie est normale. La tumeur est située sous le plancher pelvien, le long d'un. noeuds métastatiques denses supérieurs de rectalis jusqu'à 2,5 cm de taille Une opération radicale a été réalisée - résection abdominale-anale du rectum avec libération. 12/9/2000, l'anus s'est formé. Période postopératoire sans complications.

La conclusion histologique n ° 10884/894 - adénocarcinome du rectum avec des foyers de degré de différenciation moyen et faible. Dans la tumeur, une pathomorphose thérapeutique du degré II est exprimée. Dans 4 ganglions lymphatiques sur 9 - métastases cancéreuses, dans 2 ganglions lymphatiques sur 4 - nécrose étendue.

Résultats du traitement de l'hyperthermie

Le patient a été examiné 7 mois après la chirurgie. État satisfaisant, rien à redire. L'échographie hépatique et la TDM ont confirmé la préservation d'une régression complète des métastases hépatiques.

Examiné 2 ans 5 mois après le traitement combiné. Lorsque l'examen des données pour la rechute et la dissémination n'a pas été révélé.

31/01/2003, le patient est vivant, sans signe de progression d'adénocarcinome rectal.

Dans cette observation, une régression partielle des métastases hépatiques a été notée après la première séance d'hyperthermie. Une régression complète des métastases hépatiques en combinaison avec une régression partielle de la tumeur primitive a été enregistrée après la deuxième séance de traitement. Cela a créé les conditions d'une opération radicale. Après le traitement combiné, une rémission à long terme a été obtenue - 2,5 ans à partir du moment de la chirurgie radicale et 2,8 ans à partir du moment de la détection d'une régression complète des métastases hépatiques.

Cancer du foie métastatique

Le cancer du foie métastatique est une tumeur secondaire du foie qui résulte de la propagation de cellules malignes à partir du foyer principal situé dans un autre organe. Elle s'accompagne de symptômes non spécifiques de cancer (hyperthermie, perte de poids et appétit), d'une augmentation du foie et de ses douleurs à la palpation. Aux stades ultérieurs, le foie devient grumeleux, une ascite, une jaunisse progressive et une encéphalopathie hépatique se produisent. Le diagnostic est posé en tenant compte de l'anamnèse, des symptômes cliniques, des résultats des études de laboratoire et instrumentales. Traitement - chimiothérapie, embolisation, ablation par radiofréquence, chirurgie.

ICD-10

informations générales

Le cancer métastatique du foie est la lésion métastatique la plus courante dans le cancer. Il est observé chez environ 1/3 des patients atteints de tumeurs malignes de localisation variée. Il est détecté chez un patient sur deux souffrant d'un cancer de l'estomac, d'un cancer du côlon, d'un cancer du poumon et d'un cancer du sein. Aux stades initiaux, il est asymptomatique, ce qui complique le diagnostic en temps opportun, en particulier avec une évolution latente simultanée de la tumeur primaire.

Jusqu'à récemment, le cancer métastatique du foie était considéré comme inopérable, quels que soient le type, la taille, la localisation et le nombre de lésions secondaires, mais aujourd'hui ce point de vue est progressivement revu. Le traitement est effectué par des spécialistes dans le domaine de l'oncologie, de la gastro-entérologie et de la chirurgie abdominale.

Causes des métastases hépatiques

Le cancer du foie métastatique est particulièrement fréquent dans les néoplasmes viscéraux, car le sang des organes abdominaux pénètre dans le foie par le système de la veine porte. Il s'agit d'une complication courante du cancer de l'estomac, du cancer du pancréas, du cancer de la vésicule biliaire et du cancer du côlon. Dans le même temps, les cellules malignes peuvent pénétrer dans le foie et à partir d'organes qui ne sont pas drainés par le système de la veine porte. Le cancer du foie métastatique survient souvent avec le cancer du poumon, le mélanome et le cancer du sein, et est souvent diagnostiqué avec un cancer de l'ovaire, un cancer de la prostate et des tumeurs rénales..

Les néoplasmes malins qui métastasent rarement le foie comprennent le cancer de la vessie, le cancer du pharynx, le cancer de la bouche et le cancer de la peau. Dans certains cas, le cancer métastatique du foie peut être difficile à distinguer d'une tumeur d'un organe primaire. Des dommages secondaires dans de tels cas peuvent être suspectés par l'apparition précoce d'une ascite, due à la colonisation de la cavité abdominale par des cellules malignes. Les patients atteints d'un néoplasme secondaire dans le foie meurent souvent d'un cancer de la péritonite, n'ayant pas le temps de vivre pour voir une augmentation significative de l'organe.

Pathanatomie

Avec le cancer du foie métastatique, les formes nodales prédominent. Les foyers peuvent être simples ou multiples, localisés au centre du foie ou à sa surface. Le diamètre des métastases varie de plusieurs millimètres à plusieurs centimètres. Avec de multiples foyers de cancer du foie métastatique, le foie dit de "châtaignier" peut être détecté - un organe recouvert de nombreux néoplasmes ressemblant à des noisettes. Parfois, les tumeurs secondaires se développent principalement au centre de l'organe, ne sont pas détectées par la palpation et ne deviennent visibles que dans l'incision.

La structure histologique du cancer du foie métastatique correspond généralement à la structure de la lésion primaire. La plupart des métastases sont des nœuds blanchâtres de forme ronde ou irrégulière. Dans le cancer de l'ovaire primaire, plusieurs foyers brillants de consistance molle aux contours clairs sont généralement détectés dans le foie. Avec le cancer rénal à cellules claires, la consistance des ganglions métastatiques du cancer du foie n'est pratiquement pas différente de la consistance du tissu organique normal. Les nœuds sont brun clair, les contours sont clairs. Dans les néoplasmes endocriniens primaires, la couleur des métastases va du blanchâtre ou jaunâtre au brun foncé. Cohérence - un tissu hépatique un peu plus dense. Comme dans d'autres cas, les métastases ont des contours clairs.

Moins courante est la différence entre les caractéristiques pathologiques de la tumeur primitive et du cancer du foie métastatique, en raison de différences dans le degré de différenciation des cellules malignes. Parfois, la différenciation histologique des lésions primaires et métastatiques est une tâche difficile en raison de la similitude de la structure du processus primaire dans le foie et des tumeurs de localisation extrahépatique. Un problème similaire peut survenir, par exemple, pour distinguer les métastases de l'adénocarcinome du tube digestif et du cancer cholangiocellulaire du foie, qui ont une structure similaire.

Symptômes des métastases hépatiques

Aux stades précoces, le cancer métastatique du foie est asymptomatique. Les patients peuvent présenter des signes communs de cancer: faiblesse, fatigue, fièvre, diminution de l'appétit et perte de poids. À la palpation, une légère augmentation du foie est déterminée. Le foie est dense, parfois douloureux. Dans certains cas, l'auscultation révèle du bruit. Élargissement possible de la rate.

La jaunisse est généralement absente ou légère, à l'exception du cancer métastatique du foie situé à proximité des voies biliaires. Une augmentation du niveau de lactate déshydrogénase et de phosphatase alcaline est détectée. Il y a souvent une ascite précoce due à l'ensemencement simultané du péritoine. Aux stades ultérieurs du cancer du foie métastatique, une hypertrophie marquée des organes, une jaunisse croissante et une encéphalopathie hépatique sont observées. De nombreux patients n'ont pas le temps de faire face à ces symptômes. La cause du décès est une péritonite cancéreuse due à de multiples métastases dans la cavité abdominale.

Diagnostique

Le diagnostic est établi sur la base d'une anamnèse (présence de cancer), de plaintes, de données d'examen objectives, des résultats d'études instrumentales et de laboratoire. Les patients suspectés d'un cancer du foie métastatique sont référés pour une échographie et une TDM. Dans la plupart des cas, ces méthodes sont assez efficaces, cependant, avec de petites métastases et des changements hépatiques causés par des tumeurs bénignes et des maladies chroniques non tumorales, des difficultés de diagnostic sont possibles.

Pour évaluer la fonction hépatique, un test sanguin biochimique est prescrit. Dans les cas douteux, le cancer métastatique du foie est confirmé sur la base des résultats d'une biopsie hépatique. Pour augmenter la précision du diagnostic, une biopsie peut être réalisée sous la supervision d'une échographie ou lors d'une laparoscopie..

De plus, un patient atteint d'un cancer du foie métastatique est référé pour une échographie des organes abdominaux, une radiographie pulmonaire, une TDM du cerveau et d'autres études pour détecter des tumeurs secondaires dans d'autres organes. Si des métastases hépatiques sont détectées pendant le traitement initial et que le cancer sous-jacent est asymptomatique, un examen approfondi est prescrit.

Traitement du cancer du foie métastatique

Méthodes chirurgicales

Pendant longtemps, le cancer métastatique du foie a été considéré comme la preuve d'une issue presque fatale. En raison des particularités de la structure et de la vascularisation de l'organe, les interventions chirurgicales étaient associées à un risque opérationnel élevé, de sorte que la résection hépatique dans la première moitié du 20e siècle était très rare. L'amélioration des techniques chirurgicales et l'émergence de nouvelles méthodes de traitement ont permis de changer l'approche du traitement du cancer métastatique du foie, bien que le problème de l'augmentation de l'espérance de vie avec cette pathologie reste extrêmement urgent.

Les meilleurs résultats à long terme du traitement chirurgical sont observés chez les patients atteints de cancer du côlon. Malheureusement, seulement 10% environ des cancers métastatiques du foie peuvent être opérés au moment du diagnostic. Dans d'autres cas, les opérations ne sont pas indiquées en raison d'une tumeur surdimensionnée, de la proximité du néoplasme avec de gros vaisseaux, d'un grand nombre de foyers dans le foie, de la présence de métastases de localisation extrahépatique ou de l'état grave du patient.

Ces dernières années, la liste des indications pour la chirurgie du cancer du foie métastatique s'est allongée. Les oncologues recommandent parfois une résection en présence de métastases non seulement dans le foie, mais aussi dans les poumons. L'opération est réalisée en deux étapes: d'abord, le foyer dans le foie est retiré, puis dans le poumon. Les données statistiques sur l'évolution de l'espérance de vie au cours de ces interventions ne sont pas encore disponibles..

Thérapie antitumorale

En cas de cancer du foie métastatique inopérable, la chimiothérapie est indiquée. Les patients se voient prescrire du 5-fluorouracile (parfois en association avec du folinate de calcium), de l'oxaliplatine. L'espérance de vie moyenne après un traitement médicamenteux varie de 15 à 22 mois.

Dans certains cas, la chimiothérapie peut réduire la croissance tumorale et subir une intervention chirurgicale pour un cancer du foie métastatique, qui était considéré comme inopérable avant le traitement. La résection est possible chez environ 15% des patients. L'espérance de vie est la même que pour les tumeurs initialement opérables. Dans tous les cas, après l'ablation du cancer du foie métastatique à long terme, l'apparition de nouveaux foyers secondaires dans divers organes est possible. Avec les métastases hépatiques opérables, une deuxième résection est réalisée. Avec des dommages métastatiques à d'autres organes, une chimiothérapie est prescrite..

Méthodes mini-invasives

Parallèlement aux interventions chirurgicales classiques et à la chimiothérapie, avec le cancer du foie métastatique, l'embolisation de l'artère hépatique et de la veine porte, la radio-ablation, la cryodestruction et l'introduction d'alcool éthylique dans le néoplasme sont utilisées. À la suite de l'embolisation, la nutrition de la tumeur est perturbée, des changements nécrotiques se produisent dans les tissus. L'introduction simultanée d'agents chimiothérapeutiques à travers un cathéter vous permet de créer une très forte concentration de médicaments dans le tissu tumoral, ce qui augmente encore l'efficacité de la technique. La chimioembolisation peut être utilisée comme méthode indépendante de traitement du cancer du foie métastatique ou utilisée au stade de la préparation du patient à la résection d'un organe.

L'ablation par radiofréquence, la cryodestruction et l'introduction d'alcool éthylique ont également pour but la destruction des tissus tumoraux. Les experts notent la promesse de ces méthodes, mais ne présentent pas de statistiques sur les changements de survie après leur utilisation, il est donc toujours difficile d'évaluer les résultats à long terme.

Prévoir

La résection d'une métastase unique jusqu'à 5 cm peut augmenter la survie moyenne à cinq ans des patients atteints d'un cancer colorectal jusqu'à 30-40%. En cas de lésions multiples, le pronostic après traitement chirurgical du cancer métastatique du foie est moins favorable, cependant, avec l'ablation de tous les foyers, une survie à trois ans moyenne de 30% est atteinte. La mortalité en période postopératoire est de 3 à 6%. Dans les tumeurs malignes primitives d'autres localisations, à l'exception du cancer colorectal (cancer du poumon, cancer du sein, etc.), le pronostic après résection des métastases hépatiques est moins optimiste..

Le taux de mortalité des patients atteints d'un cancer du foie métastatique utilisant des méthodes mini-invasives est d'environ 0,8%. Dans les cas avancés où le traitement chirurgical, la chimiothérapie, l'embolisation, la radioablation ou la cryodestruction ne sont pas possibles en raison de l'état grave du patient, des agents symptomatiques sont prescrits pour atténuer les manifestations de la maladie. L'espérance de vie dans le cancer du foie métastatique dans de tels cas ne dépasse généralement pas plusieurs semaines ou mois..

Carcinome hépatique - qu'est-ce que c'est, causes et traitement

Un néoplasme malin du foie provenant des cellules épithéliales est appelé carcinome hépatique ou cancer primitif du foie. La formation d'une tumeur commence par le processus de transformation des cellules hépatiques normales en cellules tumorales et leur division active ultérieure. Le cancer est considéré comme une maladie dangereuse en raison de sa progression rapide..

Qu'est-ce que le carcinome du foie et ses types

Cette maladie est plus fréquente chez l'homme que chez la femme, et très rarement chez l'enfant. Le carcinome hépatique est indiqué par la CIM10 - C22.0.

Principales cliniques en Israël

Les carcinomes hépatiques sont divisés en types, en tenant compte de la localisation et du degré de développement tumoral:

  • le carcinome hépatocellulaire du foie est la principale lésion du foie de nature maligne, caractérisée par un développement rapide - des premiers symptômes à la mort, 2 à 4 mois passent;
  • le carcinome fibrolamellaire est un type de cancer primitif du foie, lorsque l'on observe une fibrose sévère du parenchyme et le développement de cellules anormales par type d'oncocytes. Ce type de tumeur se caractérise par un développement lent et un pronostic plus favorable à la survie;
  • le carcinome hépato-cholangiocellulaire est un type rare de tumeur dans laquelle les transformations pathologiques affectent non seulement le tissu hépatique, mais également les voies biliaires;
  • le cholangiocarcinome hépatique est une anomalie rare dans laquelle un processus cancéreux se produit dans les voies biliaires. Le développement de la tumeur commence lorsque les cellules cancéreuses capturent les parois des voies biliaires et que leur reproduction active commence;
  • l'adénocarcinome du foie est une tumeur maligne qui provient du tissu glandulaire, mais généralement l'adénocarcinome se développe pendant les métastases en présence d'un cancer primaire dans d'autres organes (utérus, intestins, poumons, ovaires);
  • cystadénocarcinome du foie - cette tumeur est formée comme un kyste des voies biliaires intra et extrahépatiques;
  • Le carcinome neuroendocrinien est la forme la plus rare de carcinomes hépatiques, qui se développe dans les cellules hépatiques produisant des substances hormonales. Il survient chez les hommes et les femmes avec la même fréquence. Il se caractérise par un degré élevé de malignité..

Par le type de transformations macroscopiques dans le foie, on peut distinguer:

  • forme nouée. Le néoplasme est représenté par plusieurs nœuds situés dans une ou les deux parties du foie;
  • forme massive. Une tumeur n'a qu'un seul gros nœud, ou un nœud avec des métastases.
  • forme diffuse. La tumeur se compose de nombreux petits nœuds tumoraux (carcinomatose).

Sur la base des caractéristiques de l'évolution clinique, il existe une autre classification des carcinomes hépatiques. Les formes de carcinome suivantes peuvent être distinguées:

  • comme un abcès. Ce type se caractérise par une décomposition rapide des cellules hépatiques. De tels néoplasmes ne sont retrouvés que chez 5% des patients;
  • semblable à une cirrhoïde. Ce type de carcinome est le résultat d'une cirrhose compliquée - alcoolique ou virale. La maladie a une évolution rapide et des symptômes vifs. Ce type de maladie est diagnostiqué dans un quart des cas de carcinome hépatique;
  • cystique. Ce type de tumeur ressemble à une capsule remplie de liquide. Il est diagnostiqué chez 5% des patients. Aux premiers stades de développement, les symptômes sont absents;
  • avec un cours masqué. Il est formé en raison de la croissance de tumeurs situées dans d'autres organes;
  • hépatonécrotique. Ce type est caractérisé par la présence de régions nécrotiques dans les ganglions tumoraux ou dans les tissus voisins. Identifier dans 10% des cas;
  • hépatomégalique. Ce carcinome se développe très rapidement - en moins de six mois, une issue fatale.

Les tumeurs suivantes se distinguent par le degré de différenciation:

  • très différencié;
  • moyen différencié;
  • bas grade;
  • indifférencié.

Raisons de l'apparence

Les facteurs de risque qui peuvent provoquer des mutations dans les cellules hépatiques normales sont divers. Ceux-ci inclus:

  • la présence de mauvaises habitudes. Les personnes qui consomment de grandes quantités d'alcool, les fumeurs ont un risque accru de CHC (carcinome hépatocellulaire);
  • la présence d'une cirrhose du foie;
  • hépatite virale;
  • Diabète;
  • hérédité;
  • utilisation de stéroïdes anabolisants;
  • infestations parasitaires. L'infection du foie par des parasites et la survenue d'invasions helminthiques (schistosomiase, opisthorchiase) peuvent conduire à des mutations hépatocytaires et au développement d'un cholangiocarcinome;
  • travaux dangereux, contact prolongé avec des produits chimiques.

Il existe d'autres facteurs qui contribuent au cancer, mais dans une moindre mesure:

  • prendre des contraceptifs hormonaux à base d'œstrogènes;
  • sexe masculin;
  • antécédents d'hépatose grasse;
  • plus de 40 ans;
  • la présence de pathologies cardiovasculaires;
  • cholélithiase.

On suppose que l'aflatoxine B1, contenue dans un type spécial de champignons aspergillose, que l'on trouve sur le blé, les céréales et le riz (lorsque les conditions de stockage des céréales sont violées - ils sont stockés dans une humidité élevée) peut avoir un effet négatif sur l'organe..

Stades de développement de la maladie

Le développement du carcinome se produit par étapes. En fonction de la luminosité des symptômes et de la nature des transformations dans les tissus, 4 degrés de la maladie sont déterminés:

Le stade 1 de la tumeur est caractérisé par une petite taille de tumeur. Il n'affecte pas les vaisseaux sanguins et ne s'étend pas aux tissus normaux. A la palpation, il est impossible de le déterminer.

Stade 2 - la tumeur atteint une taille de 50 mm, le système vasculaire est entraîné dans le processus du cancer, il n'y a pas encore de lésions des ganglions lymphatiques.

Stade 3 - la tumeur augmente encore plus, vous pouvez détecter plusieurs foyers de cellules anormales. Les vaisseaux sont gravement atteints, dans d'autres organes il y a des métastases (pancréas, vésicule biliaire).

Stade 4 - il y a une défaite du système lymphatique. Des saignements internes peuvent survenir, une dégradation de la psyché due à la propagation de métastases dans le cerveau.

Ne perdez pas votre temps à chercher un prix de traitement du cancer inexact.

* Ce n'est que si des données sur la maladie du patient sont obtenues que le représentant de la clinique pourra calculer le prix exact du traitement.

Symptômes de carcinome

Le carcinome à un stade précoce se caractérise par l'absence de symptômes. Le patient peut ne ressentir ni douleur ni aggravation avant le dernier stade de la maladie.

Les manifestations cliniques de ce type de carcinome sont similaires aux signes courants de pathologies des voies biliaires:

  • troubles gastro-intestinaux avec apparition de selles molles, flatulences, nausées;
  • diminution de l'appétit et perte de poids rapide;
  • somnolence constante, fatigue, fatigue;
  • anémie;
  • une légère augmentation de la température;
  • une sensation de lourdeur et d'inconfort dans l'hypochondre droit;
  • ascite.

Au stade 4 du carcinome, il y a une douleur constante ou sourde dans le côté droit, qui s'intensifie pendant l'effort physique, avec une flexion et un changement de position du tronc. Ces manifestations douloureuses sont associées à une compression par une tumeur des organes voisins.

De plus, dans les derniers stades, les signes d'intoxication du corps augmentent, accompagnés de perturbations hormonales, d'une diminution du taux métabolique, de l'apparition d'une fièvre, d'une éruption cutanée, d'une jaunisse (en raison de la pénétration de produits biliaires dans la circulation systémique).

Lorsque vous observez au moins l'un des signes de carcinome, vous devez consulter un médecin.

Diagnostic de la maladie

Pour diagnostiquer un carcinome, les examens suivants sont effectués:

  • examen physique du patient et prise d'antécédents. Un examen numérique permet de détecter la présence d'ascite, d'ictère obstructif, d'hépatomégalie - symptômes indirects de carcinome hépatique;
  • Ultrason
  • CT avec un agent de contraste;
  • IRM
  • angiographie;
  • un test sanguin pour déterminer la quantité d'alpha-foetoprotéine vous permet de confirmer le carcinome dans 80% des cas;
  • test sanguin biochimique (taux d'urobiline, bilirubine, AST et ALT, protéine);
  • coagulogramme;
  • test sanguin pour les marqueurs tumoraux, les anticorps contre les virus de l'hépatite.
  • biopsie.

Pour différencier le carcinome du foie avec d'autres tumeurs malignes, une scintigraphie est effectuée..

Traitement du carcinome

Traitement de la pathologie - complexe: intervention chirurgicale, médicament, alimentation.

La pathologie est difficile à traiter, car le diagnostic aux stades initiaux est difficile. Le schéma thérapeutique du patient est déterminé en fonction du stade de la maladie, du type de tumeur et de l'état de santé général.

Aux stades initiaux du développement de la maladie, une intervention chirurgicale est utilisée. Dans le processus d'excision, seuls les tissus affectés sont retirés, la plupart de l'organe est conservé. Mais la résection n'est efficace qu'avec une petite tumeur.

Si la tumeur affecte la moitié de l'organe, une hémi-hépatectomie est réalisée - excision de 50% de l'organe. Le reste de la glande est restauré à sa taille d'origine au fil du temps. Après la chirurgie, une radiothérapie est prescrite pour détruire les cellules tumorales restantes et prévenir les rechutes.

En plus de la méthode chirurgicale, il existe d'autres façons de traiter le carcinome hépatique:

  • chimiothérapie - traitement du cancer par perfusion de produits chimiques. La chimiothérapie est utilisée à tous les stades de la maladie, y compris cette dernière pour supprimer le développement incontrôlé de la tumeur et prolonger la vie;
  • ablation - l'effet sur le néoplasme à l'aide de micro-ondes, d'alcool, de gaz froids. En conséquence, le carcinome est détruit et le développement de la maladie ralentit;
  • radioembolisation - une méthode dans laquelle des nanoparticules de radio-isotopes sont introduites qui détruisent les cellules cancéreuses dans l'artère hépatique;
  • l'embolisation est une méthode par laquelle des substances spéciales sont injectées par voie intraveineuse qui bloquent le flux sanguin vers la tumeur. Cette méthode est utilisée pour les grosses tumeurs inopérables (plus de 5 cm)..

Lorsque le carcinome est représenté par de nombreux petits nœuds et que les fonctions organiques sont gravement altérées, la transplantation est utilisée. Une greffe d'organe est réalisée lorsqu'il n'y a pas de métastases dans d'autres organes. Une personne en parfaite santé peut devenir donneur pour un patient, généralement c'est un parent.

De plus, l'utilisation de l'immunothérapie pour le carcinome montre une bonne efficacité..

Régime alimentaire et méthodes alternatives de traitement du carcinome

Avec l'oncologie, un ajustement alimentaire est nécessaire. Il est conseillé aux patients ayant un diagnostic similaire de minimiser la charge sur le corps, de consommer de la nourriture en petites portions et souvent. Le tableau présente les aliments dont l'utilisation est autorisée ou strictement interdite.

Sont interditsPermis
aliments gras, épicés, fritsproduits laitiers: une petite quantité de fromage cottage
viande et poisson gras, abatsviande maigre et poisson
aliments en conserve, très salésles œufs
margarine, huile de cuissonfruits et légumes frais
café et thé forts, boissons gazeuses, alcoolbouillie: riz, sarrasin, millet
soupe aux champignons, bortsch à l'oseille, bouillons riches, cornichonsjus de betteraves ou de carottes, compotes non acides
pâtisseries de pâte feuilletée ou pâtisseriesoupes de céréales
pain blanc frais, gâteaux à la crème grassepetite choucroute

En oncologie hépatique, il est recommandé d'utiliser des aliments bouillis, cuits à la vapeur et cuits au four. Les bonbons sont mieux à remplacer par des guimauves, du miel, de la confiture.

Dans le traitement du carcinome, les remèdes populaires peuvent être utilisés comme traitement supplémentaire. Teintures bien connues de propolis ou de pruche.

Vidéo connexe:

Pronostic de la maladie

Le pronostic de survie dans le carcinome hépatique dépend du stade de la maladie, du niveau d'insuffisance hépatique et des caractéristiques individuelles du corps. Lors du diagnostic d'un carcinome aux stades 1-2, après un traitement chirurgical, il y a une chance de survie à 5 ans. Mais la plupart des patients vivent en moyenne trois ans.

Le carcinome inopérable du stade 3-4 ne donne pas une chance pour une longue vie. Avec la progression de la maladie, le patient s'attend à la mort dans les 4 mois d'une intoxication cancéreuse ou de saignements internes étendus.

Vous souhaitez obtenir un devis pour le traitement?

* Seulement à condition d'obtenir des données sur la maladie du patient, le représentant de la clinique pourra calculer l'estimation exacte du traitement.

Prévention des maladies

Pour la prévention de la maladie, les recommandations suivantes doivent être respectées:

  • vacciné en temps utile contre les virus de l'hépatite;
  • mener une vie saine: arrêter de boire de l'alcool et arrêter de fumer;
  • traiter en temps opportun une maladie du foie;
  • mange correctement;
  • utiliser un équipement de protection en contact avec des produits chimiques;
  • subir périodiquement une échographie abdominale et passer des tests.

Vidéo connexe:

Question Réponse

Que signifie une tumeur métastatique du foie??

Une tumeur métastatique du foie est un cancer du foie secondaire qui se développe à la suite de la propagation de cellules malignes à partir d'une lésion primaire située dans un autre organe..

Adénocarcinome (cancer glandulaire) - symptômes, types, traitement

Si un adénocarcinome se produit, de quoi il s'agit et de la durée de vie d'une personne atteinte de ce diagnostic, vous pouvez en savoir plus si vous vous familiarisez avec des informations générales sur la maladie, ses symptômes et les méthodes de traitement. Des études statistiques montrent que le cancer le plus fréquent est l'adénocarcinome..

Dans la pratique médicale, le terme "cancer" signifie le développement d'une tumeur maligne dans n'importe quelle zone du corps humain. En oncologie, on distingue un grand nombre de variétés de tumeurs bénignes et malignes, dont le développement est possible dans toutes les parties du corps humain.

Qu'est-ce que l'adénocarcinome?

L'adénocarcinome est un processus oncologique conduisant à la formation d'une tumeur maligne dans les cellules épithéliales et glandulaires. Cette maladie est également appelée «cancer glandulaire», et étant donné que presque tout le corps humain est constitué de cellules glandulaires, presque tous les tissus et organes sont affectés par la tumeur:

Les adénocarcinomes se présentent sous différentes structures, avec un potentiel cellulaire différent pour la croissance et la reproduction, de sorte que ces tumeurs sont divisées en groupes en fonction de leur structure et de leur origine. Le pronostic des patients atteints de cette maladie dépend d'un certain nombre de facteurs, dont le principal est le stade de développement de la tumeur au moment du diagnostic.

Les causes

Les causes exactes de la pathologie sont difficiles à établir, mais les médecins identifient certains facteurs pouvant provoquer la formation de telles tumeurs:

  • aliments malsains;
  • mauvaises habitudes, en particulier tabagisme et abus d'alcool;
  • obésité;
  • prédisposition génétique;
  • conséquences des procédures chirurgicales;
  • utilisation prolongée de certains groupes de médicaments;
  • exposition à des substances cancérigènes et radioactives;
  • changements hormonaux dus au vieillissement naturel.

Selon la localisation, un facteur provoquant peut être supposé. Par exemple, les fumeurs ont souvent un cancer des glandes salivaires et les ulcères peuvent provoquer un cancer de l'estomac. Avec des changements hormonaux dans le corps, le développement d'un cancer de la prostate ou de l'utérus est possible.

Classification

Les adénocarcinomes sont formés à partir de l'épithélium, qui sécrète diverses substances, telles que des enzymes, du mucus ou des hormones. Le plus souvent, l'épithélium tumoral est similaire à l'épithélium d'organe normal, où il se trouve, ce qui permet aux médecins d'identifier facilement la source de la néoplasie. Mais dans certains cas, les cellules cancéreuses ont de nombreuses différences par rapport au tissu d'origine, et donc, l'origine exacte de la croissance néoplasique n'est déterminée que de manière conditionnelle.

Le degré de différence ou de similitude de l'épithélium tumoral est déterminé par la différenciation des cellules. Plus le niveau de différenciation est élevé, plus le pronostic est favorable pour le patient. À leur tour, les tumeurs de bas grade se développent plus intensément et se métastasent tôt.

Selon les caractéristiques histologiques, les niveaux de maturité suivants des adénocarcinomes sont distingués:

  • très différencié;
  • moyennement différenciée;
  • bas grade.

Les cellules des néoplasmes hautement différenciés sont très similaires à celles des tissus sains. À cet égard, il existe des cas fréquents où des médecins inexpérimentés font des erreurs lors du diagnostic, confondant une tumeur cancéreuse avec une autre pathologie.

Très différencié

Une telle tumeur est capable de former des structures similaires aux cellules matures des glandes ou des muqueuses. Si des tubules similaires aux canaux glandulaires se forment à partir des cellules - tumeurs tubulaires. Le principal symptôme d'un adénocarcinome hautement différencié est une similitude significative avec les tissus normaux..

Modérément différencié

Ce sont des néoplasmes malins, caractérisés par des cellules de formes et de tailles différentes, qui se divisent de manière intense et incontrôlable. La structure de l'épithélium tumoral devient désordonnée, tandis que le nombre prédominant de fragments de néoplasie perd leur organisation cellulaire.

Bas grade

Le type de cancer glandulaire le plus défavorable. Les cellules d'une telle tumeur ne mûrissent pas, alors qu'il y a une division et une prolifération constantes. Plus le degré de différenciation est faible, plus le risque de séparation des cellules malignes de l'accumulation générale est élevé, à la suite duquel elles commencent à se propager à travers le corps à travers le sang et la lymphe.

Types de lieux d'enseignement

En fonction de la localisation du néoplasme, ces types d'adénocarcinomes se distinguent:

  • Adénocarcinome intestinal - une tumeur peut se former dans n'importe quelle partie de l'intestin. Il s'agit d'une tumeur invasive infiltrante qui se développe rapidement dans les tissus et organes voisins..
  • Adénocarcinome de l'œsophage et de l'estomac - une tumeur se forme à partir de la membrane épithéliale de l'œsophage affecté. Dans le nombre prédominant de cas, un néoplasme est diagnostiqué dans la moitié masculine de la population.
  • Adénocarcinome hépatique - un néoplasme provient du tissu épithélial des voies biliaires. Une telle tumeur peut être primaire (formée directement dans le foie) ou secondaire (apparaît en raison de métastases provenant d'autres régions du corps), et les foyers secondaires sont plus souvent détectés. La tumeur est sujette aux métastases..
  • Adénocarcinome rénal - également une maladie appelée carcinome à cellules rénales, qui provient du tissu épithélial des tubules rénaux. Un néoplasme s'infiltre dans le système vasculaire d'un organe et peut métastaser vers les os et les organes distants (cerveau, foie, poumons, etc.).
  • Adénocarcinome de la vessie - est formé de l'épithélium glandulaire des parois internes de l'organe, tandis que le néoplasme peut être infiltré dans le tissu conjonctif sous-muqueux et les couches des membranes musculaires. Plus souvent, la maladie est détectée chez l'homme, en relation avec les caractéristiques anatomiques de la vessie.
  • Adénocarcinome de la prostate - dans 95% des cas de cancer de la prostate, c'est l'adénocarcinome qui est diagnostiqué. La tumeur est caractérisée par une croissance lente sans apparition de symptômes cliniques. Dans certains cas, son développement peut durer jusqu'à 15 ans sans provoquer de suspicion chez les patients. Le traitement d'une tumeur de la prostate est effectué par des procédures chirurgicales, en retirant l'organe. Après l'ablation de la prostate, le pronostic de la plupart des patients est favorable..
  • Adénocarcinome utérin - un néoplasme est formé de cellules glandulaires de l'endomètre. La tumeur est plus souvent observée chez les femmes de 40 à 65 ans. À un stade précoce de développement, les patients ont plus de chances de guérir avec succès, mais avec la progression, le pronostic empire. La thérapie de l'adénocarcinome utérin est effectuée par des spécialistes dans le domaine de l'oncologie et de la gynécologie.

Selon l'emplacement et la forme de l'adénocarcinome, son traitement et son pronostic de survie peuvent varier. Il existe également une classification en fonction des cellules qui composent la tumeur:

  1. L'adénocarcinome mucineux est une tumeur rare constituée de cellules kystiques épithéliales qui produisent du mucus (mucine). Selon le degré de malignité, elle est divisée en G1, G2, G3 et G. La partie principale de la tumeur est constituée de mucus. L'adénocarcinome mucineux peut être localisé dans n'importe quel organe du corps humain. Tumeur sujette aux rechutes et aux métastases.
  2. Cellule légère - le plus souvent métastases et affecte le plus souvent les reins d'une personne. Cette espèce est mal connue et difficile à traiter..
  3. Endométrioïde - une tumeur se développe à partir de l'endomètre, se développant progressivement dans les tissus plus profonds.
  4. Papillaire - lorsque les papilles se forment à partir des cellules cancéreuses, ces néoplasmes sont appelés papillaires.
  5. Séreux - la tumeur est constituée de cellules séreuses et est très agressive.
  6. Cellule sombre - se compose de fibres épithéliales-glandulaires.
  7. Petit acinar - affecte souvent la prostate et se compose d'acini (petits lobes de la prostate).
  8. Endocervical - se développe dans l'épithélium cervical endocervical.
  9. Adénocarcinome de Meibomian - se développe dans les glandes sébacées.

Symptômes

Aux premiers stades de développement, les symptômes de l'adénocarcinome peuvent ne pas apparaître, ce qui provoque un diagnostic tardif de la maladie. Il est souvent possible de déterminer la présence de l'oncologie par hasard lorsque les patients consultent un médecin pour d'autres problèmes. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les premiers signes peuvent survenir aux endroits de sa localisation, tout en se manifestant sous forme de douleur et d'augmentation des ganglions lymphatiques.

  • douleur persistante ou paroxystique dans le péritoine;
  • douleur lors d'une selle;
  • douleur dans le foie;
  • violation de l'acte de défécation sous forme de constipation ou de diarrhée;
  • diminution du poids corporel total et perte d'appétit;
  • nausées avec rafales de vomissements après les repas;
  • augmentation de la température corporelle;
  • la présence de sang et de mucus dans les fèces;
  • une occlusion intestinale.

Lorsque la tumeur est localisée dans l'œsophage, les patients ont une violation de la déglutition avec douleur, une salivation excessive et un rétrécissement de l'œsophage.

Si l'adénocarcinome est grand et se développe dans le foie, les symptômes dans le haut de l'abdomen et l'ascite sont les symptômes. Chez les patients également, le blanc des yeux jaunit, la peau et les muqueuses.

Le développement d'un adénocarcinome dans le rein entraîne une augmentation de l'organe affecté, l'apparition de sang dans l'urine et des maux de dos. De plus, du sang dans l'urine et des difficultés à uriner peuvent indiquer une tumeur dans la vessie.

Stades d'adénocarcinome

En fonction de la propagation des métastases d'adénocarcinome, on distingue cinq stades de la tumeur en oncologie:

  • Stade 0 - les cellules néoplasiques malignes ne se propagent pas au-delà de l'épithélium où elles se sont formées;
  • Stade 1 - la taille de la tumeur ne dépasse pas 2 cm;
  • Stade 2 - un néoplasme de plus de 2 cm, avec une seule métastase aux ganglions lymphatiques régionaux;
  • Stade 3 - il y a une tumeur qui germe sur toute l'épaisseur de la paroi de l'organe affecté, tandis que les cellules cancéreuses se propagent aux tissus et organes voisins;
  • Stade 4 - la tumeur se métastase aux organes distants et au système lymphatique.

Lors du diagnostic du cancer aux 4 stades de progression, les prévisions pour les patients sont décevantes.

Diagnostique

Pour un diagnostic précis de l'adénocarcinome, un certain nombre d'études sont nécessaires, notamment:

  • examen général du patient et prise d'antécédents;
  • recherche en laboratoire;
  • fluoroscopie;
  • endoscopie;
  • échographie (échographie);
  • examens tomographiques (TDM et TEP).

Les méthodes de traitement de l'adénocarcinome ne sont déterminées qu'après un diagnostic précis et l'établissement du stade de développement tumoral.

Recherche en laboratoire

Les tests de laboratoire comprennent:

  • analyse générale du sang et de l'urine;
  • analyse fécale;
  • analyse biochimique du sang et de l'urine;
  • examen histologique des biomatériaux tumoraux prélevés par biopsie.

Les matières fécales sont examinées pour détecter les impuretés sanguines. Une analyse biochimique du sang et de l'urine est nécessaire pour déterminer la présence de leucocytose.

Fluoroscopie

Un examen aux rayons X est nécessaire pour déterminer l'emplacement de la tumeur et les complications possibles. Pour ce faire, les patients reçoivent préalablement une injection d'agents de contraste spéciaux qui s'accumulent dans la tumeur et sont visibles sur les radiographies.

Examen endoscopique

Examen interne des organes affectés à l'aide d'un appareil optique avec rétro-éclairage. Ces études comprennent:

  • laparoscopie - utilisée pour examiner les ganglions lymphatiques, le foie, les reins et le péritoine;
  • œsophagoscopie - examen de l'œsophage;
  • sigmoïdocopie - examen de l'intestin;
  • lymphadénoangiographie - examen des ganglions lymphatiques rétropéritonéaux;
  • cystoscopie - utilisée pour examiner la vessie.

Une coloscopie intestinale peut également être réalisée lors du diagnostic..

Etude échographique

À un stade précoce de progression, la lésion initiale peut être détectée par échographie. Cette étude vous permet également de déterminer l'augmentation des ganglions lymphatiques, la propagation des cellules malignes dans les parois et le degré de dommages aux organes. L'échographie est la principale méthode de diagnostic du cancer des reins et de la vessie..

Etudes de tomographie

Les plus informatifs lors du diagnostic des adénocarcinomes sont la tomodensitométrie (TDM) et la tomographie par émission de positons (TEP). La réalisation de ces études permet de déterminer avec précision la configuration des lésions, la taille des métastases et leur localisation.

Traitement de l'adénocarcinome

Selon le stade de développement de la tumeur et le degré de propagation, le traitement de l'adénocarcinome peut être effectué par différentes méthodes. La méthode de thérapie la plus efficace est un complexe de procédures chirurgicales, de chimiothérapie et de radiothérapie. Les méthodes de traitement de l'adénocarcinome sont déterminées uniquement sur la base des résultats de toutes les mesures diagnostiques.

Chirurgie

Quel que soit le type d'adénocarcinome, la principale méthode de traitement est la chirurgie, au cours de laquelle une résection partielle de l'organe atteint ou son excision complète peut être effectuée. Par exemple, lorsqu'un diagnostic de cancer intestinal est diagnostiqué, la zone affectée peut être partiellement enlevée ou le rectum complètement excisé avec la sortie anale.

Avant d'effectuer des interventions chirurgicales, les patients se voient prescrire un cours de physiothérapie et des médicaments spéciaux nécessaires pour augmenter l'efficacité de l'opération et soulager l'état du patient après celle-ci. Si le patient présente des contre-indications à l'opération, les oncologues prescrivent un traitement avec d'autres méthodes de traitement..

Radiothérapie

Personnes malades, la nomination d'une radiothérapie est recommandée pour réduire la douleur dans la période postopératoire. L'irradiation n'est effectuée comme principale méthode de traitement que si l'opération est contre-indiquée pour une raison quelconque. La radiothérapie est généralement prescrite comme l'un des composants d'un traitement complexe, pour réduire les métastases et le risque de rechute..

Chimiothérapie

La chimiothérapie est prescrite lorsque les cellules cancéreuses se propagent à d'autres organes. La chimiothérapie peut être choisie comme principale méthode de traitement pour prolonger la vie du patient, en cas de contre-indications à une intervention chirurgicale en fin de développement ou de rechute. S'il est impossible d'effectuer une résection et une transplantation du foie avec un adénocarcinome, le plus grand effet pendant le traitement peut être obtenu précisément de la chimiothérapie. Grâce à l'introduction de médicaments de chimiothérapie dans le néoplasme, les cellules cancéreuses cessent de croître.

Traitement combiné

La conduite d'un traitement combiné implique un complexe qui comprend:

  • radiothérapie;
  • l'opération;
  • chimiothérapie postopératoire.

Typiquement, un tel complexe est prescrit pour les métastases et l'infiltration tumorale dans les tissus et organes adjacents. Un traitement complexe ralentit considérablement la croissance cellulaire et réduit la probabilité de rechute.

Traitements innovants

Dans le cas d'un adénocarcinome malin sous une forme bénigne, il se prête bien aux méthodes de thérapie modernes, qui comprennent:

  • chirurgie mini-invasive par laparoscopie, sans risque d'endommagement de la couverture externe;
  • radiothérapie ciblée avec administration ciblée de médicaments de chimiothérapie;
  • tomothérapie - est réalisée par tomodensitométrie et scanner 3D, pour un contrôle précis de la zone de dissection et la localisation des limites de la zone excisée.

La détection précoce d'une tumeur et le traitement avec des méthodes de traitement modernes augmentent considérablement les chances du patient de guérir avec succès.

Le pronostic pour le diagnostic de la maladie aux derniers stades de développement dépend de nombreux facteurs, bien que souvent décevant.

Prévoir

Le diagnostic opportun de la tumeur est un facteur fondamental dans un pronostic favorable pour les patients atteints de cette maladie. Si le néoplasme commence à métastaser, l'espérance de vie moyenne ne dépasse pas 4 mois. Selon l'emplacement de la tumeur, les pronostics des patients diffèrent:

  • Avec une lésion de l'œsophage de stade 1-2, une survie à 5 ans est observée chez 60% des patients. Dans les périodes ultérieures, la mort est possible dans 25% des cas.
  • Dans le cas de l'adénocarcinome mucineux, l'espérance de vie moyenne est d'environ 3 ans.
  • Avec l'adénocarcinome hépatique, la survie n'est observée que chez 10% des patients. Si la maladie a été détectée aux premiers stades de développement, cet indicateur passe à 40%.
  • Les adénocarcinomes de la vessie dans 98% des cas sont traités avec succès avec des méthodes modernes de thérapie.

Malheureusement, il n'existe aucun moyen exact d'empêcher le développement de cette tumeur, mais afin de détecter en temps opportun un néoplasme, il est important de subir un examen médical régulièrement. Cela augmentera considérablement les chances de guérison..