Quelle est la différence entre l'adénome de la prostate et le cancer de la prostate

Mélanome

Beaucoup d'hommes croient que l'adénome de la prostate et la prostatite sont une maladie et les diagnostiquent indépendamment en présence de plusieurs symptômes. En médecine, ces deux maladies, bien qu'elles perturbent le fonctionnement du même organe, ont une étiologie d'origine complètement différente. La prostatite survient à la suite d'une infection et l'adénome se produit en raison de la prolifération des tissus qui forment la glande de la prostate, entraînant une tumeur. L'adénome est une formation bénigne qui n'affecte pas l'état et le fonctionnement des autres organes et ne provoque pas la survenue de métastases.

Le cancer de la prostate diffère de l'adénome en ce qu'il s'accompagne de la croissance d'une tumeur maligne. Si un homme reçoit un diagnostic d'adénome, le développement d'un cancer est peu probable. Une tumeur maligne affecte le plus souvent les tissus glandulaires de la prostate des hommes, dont l'âge est de 50 à 60 ans, et seulement dans des cas isolés est diagnostiquée chez les plus jeunes. Le cancer de la prostate parmi le nombre total de tumeurs malignes est observé dans 4% des cas.
Limite quotidienne dépassée. Le quota sera réinitialisé à minuit, heure du Pacifique (PT). Vous pouvez surveiller votre utilisation des quotas et ajuster les limites dans la console API: https://console.developers.google.com/apis/api/youtube.googleapis.com/quotas?project=945876105402

Les causes

Les raisons exactes provoquant le cancer de la prostate, les scientifiques ne peuvent pas encore les nommer. On sait seulement qu'en présence de certains facteurs, la probabilité que cette maladie augmente. Ces raisons comprennent un fond hormonal instable, l'effet régulier des cancérogènes sur le corps, une consommation insuffisante d'aliments contenant des fibres, une hyperplasie prostatique et un facteur génétique..

Symptômes

Les tumeurs bénignes et malignes au tout début du développement présentent des symptômes similaires, il est donc difficile de les distinguer sans examen supplémentaire. Des signes alarmants dans les deux cas peuvent être des mictions fréquentes mais difficiles, une sensation de vidange incomplète de la vessie. Dans le cas d'un adénome, les symptômes peuvent ne pas s'aggraver et le cancer s'accompagne d'une perte de poids, de l'apparition de douleurs caractéristiques dues à la croissance d'une tumeur maligne.

Les cellules d'une tumeur maligne se développent lentement, il arrive donc souvent qu'un homme ne se tourne pas vers des spécialistes au stade initial. Il y a des cas où une personne est décédée d'une autre maladie, et après cela, la présence d'un cancer de la prostate a été détectée à différents stades.

Classification du cancer

  1. Adénocarcinome - une formation résultant de la prolifération de l'épithélium glandulaire.
  2. Le carcinome épidermoïde résulte de la prolifération des cellules squameuses.
  3. Le cancer tubulaire se développe dans des canaux étroits avec un secret spécifique.
  4. Le cancer alvéolaire se produit dans les sections terminales du tissu glandulaire de la prostate..

Contrairement à l'adénome bénin, qui se développe dans la partie centrale de l'organe, les cellules cancéreuses apparaissent dans 90% des cas dans les parties périphériques de l'organe. Dans le même temps, l'adénome et le cancer ne sont observés que dans 25% des cas.

Étapes

Le cancer de la prostate a plusieurs stades de développement. Le plus souvent, le premier stade du cancer de la prostate est détecté par hasard si un homme est examiné pour d'autres maladies..

Dans la deuxième étape, le patient ne ressent aucun changement de santé: la miction n'est pas altérée, aucune douleur n'est observée. Le deuxième stade du cancer peut être détecté par biopsie. Détection possible d'un nœud dense dans la prostate lors d'un examen rectal.

Le troisième stade est caractérisé par une hématurie, une gêne, des mictions fréquentes. La maladie est facilement diagnostiquée par une biopsie. Dans certains cas, des métastases se forment dans la zone des ganglions lymphatiques pelviens. Une tumeur maligne augmente progressivement, perturbant la base de la vessie, les parois du bassin, la cavité des vésicules séminales.

La quatrième étape s'accompagne de troubles dysuriques. Une forte probabilité de formation de manifestations métastatiques affectant les os et les organes internes. Un examen révèle une grosse tumeur. Le taux de phosphatase acide augmente dans le sérum sanguin.

Les métastases affectent les ganglions iliaques, les os situés près de la prostate, les organes voisins - les poumons, le foie. Une tumeur maligne pendant très longtemps ne peut être exprimée par aucun symptôme, elle est donc détectée lors d'examens associés à d'autres maladies. Ce n'est que dans les dernières étapes, le bien-être empire, le poids diminue. Une détérioration significative du bien-être est associée à l'apparition de métastases.

Diagnostic

Pour détecter le cancer de la prostate le plus tôt possible, les hommes eux-mêmes doivent contrôler la régularité des examens préventifs par un urologue. Parmi les méthodes permettant de diagnostiquer, les plus couramment utilisées sont l'examen échographique de la prostate, l'examen rectal, le test sanguin pour la présence d'antigène prostatique spécifique.

L'examen doit être effectué au moins une fois par an. Si après un certain temps il y avait une gêne dans la région pelvienne, vous devriez répéter la visite chez un spécialiste. La moindre suspicion de cancer de la prostate est prétexte à une biopsie. Cette méthode vous permet de diagnostiquer une maladie dangereuse dans les premiers stades, dont dépend le succès du traitement..

Parmi les méthodes de diagnostic, la tomodensitométrie, la radiographie, l'urographie excrétrice peuvent être utilisées. Une attention particulière lors de l'examen doit être accordée à la cavité de l'espace rétropéritonéal afin de détecter les manifestations métastatiques, si elles sont déjà apparues.

Traitement

La méthode de traitement et les chances de guérison dépendent de la nature et du stade de la maladie. Si un adénome est détecté, la récupération est presque garantie. La tumeur maligne dans les derniers stades est beaucoup plus difficile à guérir..

Au premier stade, la tumeur est observée en dynamique. En cas d'augmentation de la germination des cellules malignes, une prostatectomie accompagnée d'une radiothérapie est efficace. Cette méthode est considérée comme la plus efficace dans le traitement du cancer de la prostate et vous permet de vous débarrasser de la tumeur même lorsque les cellules cancéreuses se sont développées sur 10 ans. Le nombre de patients guéris après une prostatectomie radicale est d'environ 80 à 90%.

La radiothérapie et la chimiothérapie médicamenteuse peuvent être utilisées pour se débarrasser de la tumeur. Le nombre de médicaments, leur type et leur intensité de traitement se forment en fonction de la complexité de la maladie. La thérapie peut être modifiée pendant le traitement, l'état de la tumeur est observé dans la dynamique.

Le cancer de la prostate détecté aux premier et deuxième stades est guéri dans presque 100% des cas. Le cancer détecté au quatrième stade laisse moins de chances de vivre. La tâche principale est d'identifier la tumeur à un stade précoce, de sorte que tous les hommes devraient régulièrement visiter l'andrologue pour un examen. Cela aidera à prévenir la mort si un cancer de la prostate est détecté..

Traitement du cancer de la prostate au Centre d'oncologie d'Ichilov

Dans le centre israélien d'oncologie Ihilov, le cancer de la prostate est traité à l'aide de méthodes innovantes modernes. Il s'agit notamment de l'ablation de la prostate (prostatectomie radicale) à l'aide du dernier modèle de chirurgien robot DaVinci Xi. Ces opérations se caractérisent par un risque moindre de complications postopératoires, une réduction du temps de récupération. Une chirurgie laparoscopique pour enlever la prostate est également effectuée, qui est effectuée après 3-4 petites piqûres.

Parallèlement à la chirurgie, la radiothérapie, y compris la curiethérapie, est largement utilisée pour traiter le cancer de la prostate dans le centre de cancérologie. Au cours de cette procédure, de minuscules capsules - des «grains» contenant des matières radioactives - sont introduites dans le tissu prostatique. Dans certains cas, la curiethérapie peut être une alternative à la chirurgie. Un patient peut également recevoir une radiothérapie à distance en utilisant la technologie Rapid Arc. Habituellement, un tel traitement est effectué en combinaison avec une hormonothérapie..

Si vous souhaitez en savoir plus sur le traitement du cancer de la prostate en Israël, au Centre d'oncologie d'Ichilov, consultez notre site Web. Là, vous pouvez obtenir des conseils d'un médecin expérimenté.

Comment le cancer de la prostate est-il traité à différents stades et quelles méthodes sont les plus efficaces

Le cancer de la prostate est un problème auquel tout homme peut être confronté. À ce jour, il n'existe ni méthode fiable de prévention de cette maladie, ni moyen fiable de savoir à l'avance quel est le risque de rencontrer une catastrophe dans chaque cas. Cependant, les médecins ont déjà appris à reconnaître le cancer de la prostate aux tout premiers stades et à traiter avec succès les tumeurs. Par conséquent, si l'oncologue suggère la présence d'un cancer de la prostate - ne vous précipitez pas pour désespérer, car les chances de guérison sont élevées.

Stades et caractéristiques de l'évolution du cancer de la prostate

La prostate est un petit organe (de la taille d'une balle de ping-pong) situé à la base de la vessie. Sa fonction principale est la synthèse de la sécrétion, qui fait partie du sperme, et la participation au processus d'éjaculation.

Le cancer de la prostate implique l'apparition et l'augmentation de la taille d'une tumeur capable d'une croissance rapide et de métastases (transfert de cellules malignes vers d'autres organes et tissus). Cette maladie peut survenir à tout âge, mais dans la grande majorité des cas, elle est diagnostiquée chez l'homme de plus de 60 ans.

Le cancer de la prostate est le troisième cancer le plus fréquent chez les hommes en Russie après le cancer du poumon et le cancer de l'estomac. On le trouve chez l'un des quinze hommes de plus de 40 ans. Chaque année, un million de personnes reçoivent un diagnostic de tumeurs malignes de la prostate dans le monde et environ un tiers d'entre elles meurent à cause de cette pathologie..

Pourquoi le cancer de la prostate se développe-t-il? On sait que cela est associé à des modifications du contexte hormonal, à une prédisposition génétique, à la malnutrition et à l'influence de certains autres facteurs, dont le rôle n'est pas encore pleinement établi.
À partir du moment où la première cellule cancéreuse apparaît, l'apparition de symptômes qui conduisent l'homme à une consultation avec un médecin, généralement plusieurs années s'écoulent. Pour cette raison, souvent le patient est vu par un oncologue avec une tumeur négligée et envahie par la croissance qui est difficile à guérir..

Au total, il est de coutume de distinguer quatre stades du cancer de la prostate:

  • Le stade 1 est caractérisé par la petite taille de la tumeur, l'absence d'implication des ganglions lymphatiques dans le processus pathologique (les cellules cancéreuses peuvent y arriver avec le flux lymphatique) et le bien-être du patient. En règle générale, à ce stade, le cancer de la prostate est détecté par hasard - lors du traitement d'une autre maladie de la glande. Le pronostic de la vie du patient est favorable, le traitement ne prend pas beaucoup de temps..
  • Le cancer de la prostate de stade 2 signifie que la tumeur a augmenté de taille. Il peut être sondé - lors d'un examen rectal (la prostate est adjacente à la paroi avant du rectum, de sorte que le médecin peut l'atteindre avec un doigt). Dans ce cas, les symptômes de la maladie ne se manifestent souvent toujours pas. Par conséquent, il est si important de subir régulièrement un examen préventif par un urologue. Environ 80% des patients atteints d'un cancer de la prostate diagnostiqués au stade 2 se rétablissent.
  • Le stade 3 de la maladie est caractérisé par la croissance de la tumeur au-delà de la membrane de la prostate. Les cellules cancéreuses se trouvent dans les ganglions lymphatiques du bassin et dans certains organes voisins. À ce stade, le patient ressent généralement une gêne: la miction est perturbée en raison de la déformation de la glande, une douleur dans le périnée apparaît. La chirurgie ne suffit plus pour vaincre une tumeur, c'est pourquoi les oncologues utilisent souvent des tactiques combinées, combinant différentes approches de la destruction des cellules cancéreuses. La survie à ce stade du cancer de la prostate est inférieure à 40%..
  • Le stade 4 implique qu'en plus de la prostate, le cancer a affecté des organes distants ou des ganglions lymphatiques. Des métastases peuvent être trouvées dans les os, les poumons, le foie, etc. Si le patient est une personne âgée souffrant de maladies chroniques sévères, les médecins décideront d'abandonner l'opération en faveur de méthodes de thérapie douces qui prolongeront la vie et soulageront la souffrance du patient, même si elles n'aideront pas à vaincre le cancer.

Traitements contre le cancer de la prostate

La façon dont le traitement du cancer de la prostate se déroulera ne dépend pas seulement du stade de la maladie. Le type de tumeur est important - il est déterminé par biopsie, en prélevant plusieurs échantillons de tissus et en les examinant au microscope. Certains types de cancer - par exemple le carcinome à cellules polymorphes de la prostate - sont sujets à une croissance agressive rapide, le développement d'autres est influencé par les hormones. Un oncologue expérimenté prend en compte toutes ces circonstances, ainsi que l'avis du patient lui-même, avant de décider des tactiques thérapeutiques.

Un rôle important est joué par l'équipement technique de la clinique. Ce n'est un secret pour personne que de nombreuses technologies et médicaments modernes ne sont tout simplement pas disponibles dans les centres nationaux de cancérologie ou sont au stade de la mise en œuvre. Et même des approches classiques telles que l'ablation chirurgicale de la prostate peuvent différer considérablement, ce qui affecte non seulement le succès du traitement, mais également la qualité de vie du patient.

Chirurgie

La prostate est un organe important, mais un homme adulte est tout à fait capable de vivre sans elle. Par conséquent, si le cancer ne s'est pas propagé aux organes et tissus voisins et que l'état du patient permet une intervention chirurgicale, l'oncologue recommandera à l'homme une prostatectomie radicale - ablation de la prostate. Dans les premiers stades de la maladie, cette approche vous permet de récupérer complètement en peu de temps (le séjour à l'hôpital prend environ 7 jours).

Pendant ce temps, il est important de se rappeler que nous parlons de graves interférences avec le corps, qui sont associées à un risque pour la vie, et entraînent également des conséquences désagréables. Ainsi, les patients éprouvent souvent des problèmes de miction pendant plusieurs mois après la chirurgie, plus de la moitié des hommes se plaignent de la disparition d'une érection.

Une option douce pour le traitement chirurgical du cancer de la prostate est la chirurgie laparoscopique, dans laquelle la prostate est retirée par de petites incisions - quelques millimètres de long seulement. En conséquence, le risque de complications postopératoires est réduit et la procédure elle-même est beaucoup plus facilement tolérée par le patient..

Dans les pays où la médecine est avancée, par exemple en Israël, aux États-Unis, l'opération est réalisée à l'aide de systèmes robotiques innovants, tels que Da Vinci.

Cryochirurgie

Une alternative à la chirurgie traditionnelle peut être la cryochirurgie des tumeurs de la prostate. Cette méthode est applicable aux premiers stades de la maladie, lorsque le cancer n'a pas encore dépassé l'organe. Pendant la manipulation, des aiguilles spéciales sont insérées dans la prostate à travers le patient, par lesquelles de l'argon liquide ou de l'azote pénètre. Les basses températures détruisent les tissus de la glande et le médecin, à l'aide d'ultrasons, contrôle que l'effet n'endommage pas les organes voisins. En conséquence, le fer n'a pas à être retiré (bien que ses fonctions soient irréversiblement violées). Ces dernières années, la cryochirurgie a été de plus en plus proposée comme traitement principal du cancer de la prostate, qui convient aux patients de tous âges..

Radiochirurgie

L'un des principaux domaines de traitement opérationnel du cancer de la prostate. Cela implique l'utilisation du système Cyber-Knife. La méthode est basée sur l'effet d'un faisceau de rayonnement focalisé sur la tumeur, ce qui conduit à sa destruction locale tout en maintenant l'intégrité des tissus adjacents. Un avantage important de la méthode est son indolence absolue et l'absence de blessures: immédiatement après la procédure, le patient peut quitter l'hôpital.

Radiothérapie

Si la tumeur est agressive ou s'est développée au-delà de la prostate, ainsi que dans les cas où le patient est trop faible pour la chirurgie, l'appareil de radiothérapie peut devenir une alternative au scalpel. Tout d'abord, les rayons X tuent les cellules qui se divisent rapidement - et les cellules cancéreuses sont sujettes à une croissance incontrôlée. Par conséquent, lors des séances de radiothérapie, la tumeur diminue et les tissus affectés par les cellules malignes sont "propres".

La radiothérapie est prescrite en tant que méthode de traitement distincte et en complément de l'opération: avant ou après l'intervention. Il peut s'agir à la fois d'une radiothérapie externe (lorsque le patient se trouve sous l'émetteur) et d'une radiothérapie interne, lorsque des granules radioactifs spéciaux sont introduits dans le corps du patient.

La radiothérapie externe a également ses propres variétés. Les oncologues cherchent à minimiser l'effet néfaste des rayonnements sur les tissus corporels, ils essaient donc de diriger le faisceau de rayonnement vers la tumeur aussi précisément que possible. Ils sont assistés par des méthodes telles que la radiothérapie conformationnelle 3D, la radiothérapie à intensité modulée (IMRT), la radiothérapie stéréotoxique (SBRT) et la radiothérapie par protons. Chacune de ces approches présente des avantages et des inconvénients. La radiothérapie entraîne souvent des troubles de la miction persistants et une dysfonction érectile..

La radiothérapie interne (curiethérapie) augmente considérablement l'effet du rayonnement en réduisant la distance entre sa source et les cellules cancéreuses. Les granules radioactifs utilisés pour la procédure contiennent de l'iode radioactif, du palladium et d'autres produits chimiques qui peuvent affecter les tissus environnants pendant une longue période. Selon la méthode, ces granules peuvent rester dans le corps pendant plusieurs mois (curiethérapie continue) ou uniquement pendant les séances de traitement (curiethérapie temporaire).

Chimiothérapie

La chimiothérapie est généralement utilisée dans les situations où le cancer s'est propagé dans tout le corps, vous devez donc faire face à la maladie à l'échelle mondiale. Les médicaments utilisés pour traiter les tumeurs malignes de la prostate sont prescrits en cours, suite aux résultats du traitement et au développement d'effets secondaires. Les agents chimiothérapeutiques ont un effet néfaste non seulement sur le cancer, mais également sur les tissus sains. Par conséquent, les patients subissant un tel traitement souffrent souvent de troubles digestifs, de faiblesse, de perte de cheveux et de maladies infectieuses..

Immunothérapie

Ce type de traitement vise à activer l'immunité du patient. Les cellules cancéreuses sont étrangères à notre corps, mais grâce à des mécanismes adaptatifs spéciaux, elles sont capables d'échapper à la réponse immunitaire..

Les préparations pour la thérapie immunitaire sont faites individuellement - en laboratoire, les cellules sanguines du patient sont «entraînées» à reconnaître une tumeur, puis le vaccin résultant est introduit dans le corps. Malheureusement, les oncologues n'ont pas encore été en mesure d'atteindre une efficacité élevée de cette technique, elle est donc souvent utilisée comme auxiliaire, ainsi qu'aux stades avancés de la maladie..

Traitement hormonal du cancer de la prostate

Étant donné que la croissance tumorale est souvent déclenchée par l'action des hormones sexuelles mâles, aux stades avancés du cancer de la prostate, les médecins peuvent prescrire des médicaments qui bloquent la synthèse de ces substances. Habituellement, nous parlons de l'administration à vie de produits pharmaceutiques. Un tel traitement signifie une castration médicale: la fonction sexuelle se dégrade dans son contexte. En combinaison avec d'autres méthodes - par exemple, la radiothérapie - la prise d'hormones peut conduire à une guérison complète pour les patients contre-indiqués dans la prostatectomie radicale. Dans le même temps, la castration du médicament est réversible - après le retrait du médicament.

Les options de traitement du cancer de la prostate sont diverses et, chaque année, il existe des informations sur de nouvelles approches efficaces. En d'autres termes, il n'y a presque aucun cas désespéré où la médecine est impuissante à aider le patient. Il est important de trouver un médecin qui choisit une tactique thérapeutique efficace. Ne désespérez pas - la victoire sur le cancer dépend en grande partie de vous.

Comment se manifeste le cancer de l'adénome de la prostate??

Le carcinome de la prostate est une maladie dont la détection remet en cause non seulement les capacités sexuelles d'un homme, mais toute sa vie. Le cancer de l'adénome de la prostate est le type de tumeur maligne le plus courant chez les hommes. Il est diagnostiqué principalement chez l'homme après 60 ans..

Ainsi, selon les statistiques, le cancer de la prostate survient chez les hommes de 35 ans dans 0,01% des cas, chez les 60 ans, dans 1% des cas, chez les 75 ans, un tel diagnostic survient dans 12,5% des cas, soit tous les huitièmes. À partir de là, il n'est pas hors de propos de subir régulièrement un examen médical et de passer les tests nécessaires pour un diagnostic et un traitement en temps opportun.

Ravi de vous revoir sur le blog, chers lecteurs. En contact avec Alexander Burusov et aujourd'hui, je vous suggère de parler en détail d'une maladie aussi grave que le cancer de la prostate.

Les causes de la maladie

Il n'y a pas de réponse à la question, quelles sont les principales causes de l'apparition de tumeurs malignes dans le corps humain. Un certain nombre d'oncologues soutiennent que le développement d'un carcinome n'est possible que sur la glande affectée, qui n'est pas en mesure de fonctionner normalement en raison de maladies chroniques ou d'autres changements, ce qui provoque une violation du processus de formation correcte des cellules.

Les facteurs les plus courants sont:

  • Perturbation du fond hormonal. Il n'est pas rare qu'un patient ait un grand nombre d'hormones qui provoquent la croissance de la prostate et la formation de cellules mutées. Sur cette base, cette maladie est appelée formation hormono-dépendante.
  • Adénome de la prostate et autres formations bénignes qui provoquent une augmentation du nombre de cellules inutiles. Puisqu'ils ne sont pas nécessaires, une mutation se produit en eux.
  • Prostatite. Il contribue à la violation de la circulation sanguine et de la carence en oxygène.
  • En outre, le cancer de l'adénome de la prostate peut se développer en raison d'une attaque bactérienne sur les cellules de la glande. Cela peut provoquer des changements génétiques dans le noyau cellulaire, ce qui entraînera sa mutation ultérieure. Dans de tels cas, un adénome de la prostate non dangereux est un cancer à l'avenir..

Il existe également un certain nombre de conditions précancéreuses qui, plus souvent que d'autres, se transforment en cancer. Ils n'ont pas d'échelle d'âge et peuvent survenir à la fois à l'âge adulte et être de nature génétique:

  • Hyperplasie prostatique atypique chez l'homme (adénose atypique). Il se caractérise par l'apparition au centre de la glande de nodules, à l'intérieur desquels le processus de division cellulaire et de croissance est beaucoup plus élevé qu'à d'autres endroits. De plus, ils se caractérisent par un changement de leur structure. Si des cellules avec de gros noyaux sont trouvées, les experts disent que cette condition est au bord de la normale. Et si dans cet état le corps est exposé à des catalyseurs mutagènes, la probabilité que ces cellules se transforment en cancer augmente considérablement.
  • Néoplasie intraépithéliale (hyperplasie avec malignité). Cela se caractérise par une croissance cellulaire importante dans certaines zones de la prostate. Au fil du temps, leur similitude avec les cellules de l'organe devient minime et il y a une chance de leur transformation en cellules cancéreuses.

Cependant, même si un homme a au moins l'une des maladies susmentionnées, cela ne signifie pas qu'il développera une tumeur maligne au fil du temps. Cela nécessite la présence de certains facteurs:

  • manger beaucoup d'aliments gras et de viande rouge,
  • alcool et tabagisme,
  • contact constant et étroit avec les zones à forte teneur en cadmium,
  • la présence de maladies sexuellement transmissibles,
  • activité sexuelle irrégulière,
  • immunité réduite,
  • prédisposition génétique,
  • la présence d'infections virales telles que le cytomégalovirus, l'herpès de type 2, le rétrovirus.

Les principaux symptômes du carcinome de la prostate

Aux premiers stades, il est impossible de détecter le cancer de la prostate chez l'homme. Il ne peut être suspecté qu'en raison de la détection accidentelle dans le sang d'une teneur élevée en antigène prostatique spécifique (PSA).

Les signes évidents de cancer de la prostate n'apparaissent que lorsque la maladie s'est propagée aux organes voisins - l'urée et les intestins:

  1. Le premier facteur en présence d'une maladie telle que le cancer de l'adénome de la prostate est une augmentation de la taille de l'organe, ce qui entraîne une pression sur l'urée et son irritation. Cette condition est caractérisée par:
  • envie fréquente d'aller aux toilettes le jour et la nuit,
  • la patience aux toilettes cause certaines difficultés,
  • crampes douloureuses assez importantes et brûlures pendant la miction,
  • incontinence urinaire,
  • douleur dans l'os pubien et le périnée.
  1. Si la prostate commence à fermer le canal de sortie d'urine du corps, ce qui crée des difficultés pour son retrait, vous pouvez détecter les symptômes suivants:
  • complications au début du processus de miction,
  • rupture de l'écoulement d'urine,
  • goutte d'urine à la fin du processus de miction,
  • il n'y a pas de sensation de vide de l'urée.
  1. En cas de diminution du tonus de l'urée, les muscles abdominaux sont attirés par les toilettes. Cependant, la miction est à peine courante et longue.
  2. Douleur dans la région lombaire, ainsi que le développement de la lithiase urinaire. Ces symptômes se produisent parce que l'urée est pleine et que l'urine remonte. Cela contribue à l'expansion des uretères et des systèmes pelviens du bassin.
  3. Dans le cas où la maladie est allée trop loin, la sortie de la vessie est complètement fermée et l'écoulement d'urine du corps devient impossible. Dans ce cas, un appel urgent est nécessaire à un spécialiste qui mettra un cathéter pour la sortie d'urine.
  4. La présence d'écoulement sanglant dans l'urine et le sperme indique une lésion tumorale des vaisseaux de l'urètre, de l'urée ou des testicules.
  5. Les signes de gonflement des organes génitaux ou des jambes indiquent la propagation de la tumeur aux ganglions lymphatiques inguinaux.
  6. Des signes d'impuissance peuvent être observés si la maladie s'est propagée aux terminaisons nerveuses..
  7. Si la tumeur se propage aux intestins du patient, la constipation et la douleur lors de la vidange peuvent perturber.
  8. S'il s'est propagé aux os et qu'il y a des métastases, le patient ressentira des douleurs dans le bassin et la colonne vertébrale.
  9. Les néoplasmes malins dans le foie provoquent une sensation de lourdeur dans le quadrant supérieur droit et la peau jaune, et la propagation de la maladie dans les poumons provoque une toux sèche.

Mesures diagnostiques et traitement

Comme indiqué ci-dessus, il est possible de diagnostiquer une tumeur dans les premiers stades uniquement par hasard, par conséquent, les mesures diagnostiques dans ce cas ne visent qu'à déterminer le stade de la maladie. Pour ce faire, les spécialistes ont recours à:

  • Un test sanguin qui détermine l'antigène prostatique spécifique (PSA),
  • Palpation de l'organe à travers l'anus. Ce type d'inspection aidera à déterminer sa taille, la présence de scellés et d'autres indicateurs,
  • Échographie de la prostate grâce à l'introduction d'un capteur spécial dans le rectum. Cette méthode montrera plus en détail les néoplasmes, leur position et leur taille.,
  • Biopsies d'organes si des néoplasmes sont détectés et que l'antigène prostatique est élevé. Une telle analyse aidera à déterminer le caractère bénin de la tumeur.,
  • CT et IRM, si l'analyse précédente a donné un résultat positif pour la malignité de la tumeur. De tels tests aideront à déterminer plus précisément la taille de la tumeur et à montrer la présence de métastases..

Si le patient a été diagnostiqué d'un carcinome de la prostate, le traitement est de nature individuelle et est déterminé en fonction du stade. Dans le même temps, des indicateurs tels que l'âge, les maladies présentes à l'heure actuelle, le stade de développement de la tumeur et les préférences des patients sont nécessairement pris en compte.

Si le patient a plus de 70 ans, la présence de maladies du cœur, des vaisseaux sanguins et des poumons peut devenir une contre-indication au traitement d'une tumeur maligne, car elle peut être beaucoup plus dangereuse que l'oncologie elle-même. Le traitement peut être retardé indéfiniment si la tumeur est petite et ne se développe pas. Ensuite, le patient est soumis à un examen tous les six mois à un an, en fonction de la fréquence à laquelle il sera nécessaire pour chaque patient individuellement.

Traitement des tumeurs

Le traitement chirurgical d'une tumeur, à savoir la prostatectomie radicale (ablation complète de la prostate) est la méthode de traitement la plus courante. Il est le plus souvent utilisé si le patient a moins de 65 ans..

Si la maladie n'a pas dépassé l'organe, elle est vaincue à 100%. Si cela va aux organes voisins, ils effectuent toujours une intervention chirurgicale, cependant, le pronostic pour une récupération complète est beaucoup moins. Dans ce cas, la radiothérapie et la chimiothérapie sont également prescrites..

Chimiothérapie

La chimiothérapie implique la destruction des cellules mutées à l'aide de médicaments médicaux hautement toxiques. L'action de ces médicaments vise à détruire les noyaux des cellules qui se divisent trop rapidement.

Cette méthode de traitement est utilisée si le patient présente une maladie aux stades 3 ou 4, lorsque la taille du néoplasme est trop importante et que les métastases ont déjà commencé. La chimiothérapie est effectuée en cours sous forme de prise de comprimés ou d'injection du médicament dans le sang, qui dure environ 6 mois.

Radiothérapie

La radiothérapie est la lutte contre une maladie à l'aide de rayons X gamma, bêta et autres rayonnements. Un tel rayonnement détruit l'ADN des cellules mutées qui, après exposition, perdent leur capacité à se diviser. La radiothérapie est réalisée à l'aide d'un appareil spécial: un accélérateur linéaire, et est appelée radiothérapie à distance.

Un tel traitement est prescrit si la tumeur de l'adénome de la prostate est de grande taille et s'il existe des métastases. Un cours dure environ 2 mois et est indolore.

Cependant, une meilleure façon serait d'introduire une substance radioactive, qu'il s'agisse d'iridium ou d'iode radioactif, directement dans la prostate elle-même. Cette méthode est appelée curiethérapie, et si elle est effectuée, le néoplasme malin meurt et les cellules saines reçoivent une dose minimale de rayonnement..

Traitement médical

De plus, les médicaments jouent un rôle important, car cette maladie est hormono-dépendante. Par conséquent, la prise de médicaments vise à réduire la teneur en hormones androgènes, ainsi qu'à réduire la sensibilité des néoplasmes à leur action.

Cela permet à la maladie de conduire à une rémission. La prise de médicaments est prescrite à la fois dans les premiers stades et dans les derniers, d'autant plus que pour les hommes plus âgés, les médicaments sont le seul moyen possible de lutter contre la maladie.

Pronostic du cancer de la prostate

Si la maladie est détectée au premier stade, le pronostic du patient est favorable et le cancer sera guérissable, car le traitement sera opportun, ce qui garantit une récupération de près de 100% avec une préservation complète du potentiel sexuel.

La détection d'un cancer de l'adénome de la prostate aux stades 2 ou 3 suggère un traitement plus long et plus difficile. Ici, le résultat final sera affecté non seulement par les qualifications de l'oncologue, mais également par les indicateurs vitaux du patient lui-même, tels que la santé physique et l'âge. Si l'on fait la moyenne de tous les indicateurs, il s'avère qu'avec une maladie de stade 2, le patient peut vivre 15-20 ans, et avec un stade 3 - 5-10 ans.

Il est généralement admis que si le cancer de la prostate est au stade 4, le pronostic est mauvais. Le patient peut vivre environ 3 ans. Cependant, la persistance du traitement et un irrésistible désir de vivre vous aideront dans la lutte contre la maladie et vous permettront d'être avec vos proches et amis pendant plus de 5-7 ans.

Mesures préventives

Malgré le fait qu'il n'y ait pas de cause exacte d'une formation maligne, ainsi qu'une garantie à 100% d'une guérison complète, les mesures préventives contre cette maladie ne seront pas superflues:

  • une alimentation équilibrée, limiter la consommation de viande grasse, augmenter la consommation de fruits et légumes,
  • éviter les nitrates, les additifs alimentaires et les colorants, ne pas fumer ni boire d'alcool,
  • activité physique,
  • sommeil sain,
  • activité sexuelle régulière,
  • examen médical régulier.

Ces événements aideront non seulement à renforcer votre immunité, mais ajouteront également de la vitalité et de l'énergie qui vous aideront à ne pas perdre votre force et votre santé masculines, et une maladie comme le cancer de la prostate vous contournera..

Symptômes du cancer de la prostate symptômes, traitement

Le cancer de la prostate (carcinome) est l'une des causes courantes de décès parmi la population masculine non seulement de la Fédération de Russie, mais aussi de nombreux pays développés du monde.

CONTENU (cliquez sur le bouton à droite):

Facteurs de risque

La glande de la prostate subit une dégénérescence maligne chez les hommes en âge de prendre leur retraite, bien que la maladie insidieuse soit actuellement observée chez les 45-55 ans de la moitié «forte» de l'humanité.

Le carcinome de la prostate peut se développer au fil des ans, bien que certaines de ses variétés se développent rapidement.

La genèse du carcinome conduit inévitablement à la formation de métastases, qui atteignent parfois le tissu osseux distal des membres.

Au moment où ils atteignent l'âge de la retraite, déjà 1% des hommes souffrent de cette maladie.

À l'âge de 75 ans, déjà 13% de la moitié masculine, avec d'autres maladies somatiques, ont également un cancer de la prostate.

Après 40 ans, chaque homme devrait subir un examen annuel régulier par un urologue..

Après 50 ans - cet examen doit être inclus pour lui-même comme obligatoire.

Sources de cancer de la prostate

Les causes du carcinome de la prostate aujourd'hui peuvent être comptées plus d'une douzaine.

Une association fiable de la maladie a été trouvée avec certains d'entre eux, d'autres sont au stade de la preuve, mais déjà marqués comme des facteurs provoquants.

Le risque le plus probable d'un cancer de la prostate est:

  1. Écarts par rapport au fond hormonal normal. Il existe des preuves directes de l'effet d'une concentration élevée d'hormones sexuelles mâles sur la nucléation d'un nodule malin dans le tissu glandulaire de la prostate. D'autres causes sont révélées par les niveaux hormonaux élevés de testostérone et de son analogue, par conséquent, la concentration de cette hormone est la principale cause de la maladie. En règle générale, la maladie affecte la prostate avec une modification naturelle des niveaux hormonaux liée à l'âge, c'est-à-dire plus fréquent dans la vieillesse.
  2. Prédisposition héréditaire à la pathologie. Si dans l'arbre généalogique les hommes avaient un cancer de la prostate, un jeune, à partir de 35 ans, doit subir des analyses de sang, des échographies et consulter un urologue chaque année.
  3. Apport insuffisant en fibres, pectines contenues dans les légumes et les fruits et préférence pour les graisses animales dans les aliments.
  4. Prostatite chronique non traitée.
  5. Obésité corporelle et diabète.
  6. Tabagisme et abus d'alcool.
  7. Vivre dans une zone polluée.
  8. Apport insuffisant ou mauvaise absorption de vitamine D.
  9. Contact prolongé avec les sels de cadmium (imprimeurs, travaux liés à la production de produits en caoutchouc et soudure).
  10. Stérilisation d'un homme avec vasectomie (ligature des tubules séminifères porteurs de sperme). Directement, une telle relation n'a pas été prouvée comme un facteur provoquant la survenue de néoplasmes malins de la prostate, mais des médecins expérimentés remarquent de tels cas dans la pratique médicale.

IMPORTANT: Une forme négligée de prostatite infectieuse peut également entraîner un cancer de la prostate..

Le tableau clinique de la pathologie

Les premiers stades du carcinome ne sont détectés que par un test sanguin pour un antigène spécifique de la prostate, dont le niveau augmente rapidement avec une tumeur maligne.

Aucun symptôme ou signe de carcinome à ce stade n'est détecté. Les plaintes commencent beaucoup plus tard, lorsque la tumeur a un effet compressif sur la vessie ou le rectum, ou envoie des métastases à ces organes.

L'apparition des symptômes commence progressivement, de nouveaux commencent à s'ajouter aux premiers signes de la maladie. Le développement d'une tumeur peut prendre plusieurs années..

Pris séparément, le symptôme n'indique pas directement un carcinome de la prostate, mais l'examen d'un urologue ne doit pas être négligé..

Tout d'abord, une augmentation de la taille de la prostate est observée. L'organe élargi a un effet compressif sur les parois de la vessie.

L'irritation des récepteurs de la paroi de l'organe urinaire provoque un certain nombre de symptômes du système urinaire:

  • si normalement un homme peut se lever 1 fois la nuit pour vider une vessie remplie, alors avec une hyperplasie, les visites nocturnes aux toilettes urinaires deviennent plus fréquentes (2 fois ou plus);
  • pendant la journée, la miction est effectuée presque toutes les heures avec de petites portions d'urine excrétées;
  • l'envie d'uriner devient très forte, leur confinement entraîne de grands efforts;
  • lorsque la vessie est vide, des douleurs et des brûlures sont notées dans l'urètre;
  • inconfort et douleurs douloureuses dans la région pubienne et le périnée;
  • incontinence urinaire.

Avec un effet plus important de l'hypertrophie de la prostate sur l'urètre, des obstacles surviennent avant l'excrétion normale de l'urine, se manifestant par les symptômes suivants:

  • difficultés avec le processus de miction au tout début;
  • le flux d'urine est interrompu plusieurs fois;
  • goutte à goutte d'urine à la fin de la miction;
  • il n'y a aucune sensation de vidange complète de la vessie.

Avec le développement ultérieur du carcinome de la prostate, l'intensité des symptômes suivants augmente:

  1. La lenteur du jet pendant la miction, pour une sortie d'urine plus rapide, vous devez forcer les muscles abdominaux, car le ton du tissu musculaire lisse de la vessie est réduit.
  2. Une excrétion incomplète d'urine conduit à son mouvement dans la direction opposée et à l'apparition de douleurs lombaires, souvent associées à la formation de calculs rénaux lors de la stagnation de l'urine. Le reflux d'urine peut également avoir un effet d'éclatement sur le bassin rénal et l'uretère.
  3. Des cas particulièrement graves d'excrétion d'urine sont associés à son retard complet. Dans ce cas, des mesures d'urgence sont nécessaires pour insérer un cathéter à travers la lumière de l'urètre et le sphincter de la vessie dans sa cavité. Sinon, l'ivresse du corps va commencer, dont les prévisions sont défavorables. Un cathéter peut être inséré par un professionnel de la santé ou un membre de la famille formé à cette procédure..
  4. Si des sécrétions sanguines sont détectées dans le sperme ou l'urine, une conclusion est tirée au sujet des dommages aux vaisseaux hypertrophiés de la prostate de la vessie, de la prostate ou de l'urètre.
  5. L'apparition d'un œdème dans les jambes, le scrotum et les organes génitaux externes indique généralement des dommages aux ganglions lymphatiques de l'aine par des cellules malignes (la formation de métastases en elles).
  6. La violation des selles et l'apparition de difficultés sous forme de constipation et de douleur perceptible indiquent la pénétration de métastases dans le rectum.
  7. La détection de la dysfonction érectile dans le carcinome de la prostate indique des dommages au nerf sensoriel, qui a des terminaisons de récepteur dans les organes génitaux externes.
  8. Au dernier stade du cancer de la prostate, les métastases pénètrent dans les os du bassin et de la colonne vertébrale, provoquant une douleur insupportable.
  9. Les organes des cavités abdominales et thoraciques peuvent subir des métastases. Si une toux survient avec un carcinome de la prostate, cela indique des lésions pulmonaires causées par des cellules malignes. Avec des métastases au foie, une jaunisse est détectée (le foie cesse de faire face aux fonctions) et une douleur intense dans l'hypochondre droit.

Les degrés et les stades du cancer de la prostate

Les concepts de «stade de cancer» et de «degré de cancer» varient. Le degré de cancer est discuté au niveau histologique et cytologique, conduisant une étude des métamorphoses morphologiques de la masse cellulaire de la prostate..

Avec une biopsie, il est possible d'établir avec précision le diagnostic de carcinome, à partir du 1er degré de changements morphologiques.

Le niveau de changements dans l'utilisation du concept de "stade de cancer" est plus élevé: histologique, organe, niveau des systèmes organiques, etc..

Si un cancer de la prostate est suspecté, il est important de déterminer non seulement le degré pour s'assurer que le diagnostic et la nature des changements morphologiques dans les cellules sont corrects, mais aussi le stade, qui est important pour détecter les métastases.

Il existe 5 degrés de cancer de la prostate:

  1. Initiale (G1), caractérisée par une transformation morphologique très lente des cellules. Pas toujours en mesure de considérer la transformation cellulaire.
  2. Au deuxième degré (G2), les cellules altérées sont déjà nettement différentes des cellules saines, avec un léger encombrement dans un foyer (formation de nœuds). Le traitement du carcinome de la prostate du 2e degré est plus rapide et avec un minimum de dommages pour le corps.
  3. Le troisième degré d'oncologie (G3) est caractérisé par la présence de cellules de morphologie et de structure différentes. Si elle n'est pas traitée, la tumeur grossit à travers la partie supérieure de la prostate, présentant des cellules malignes aux tissus et organes adjacents..
  4. Au quatrième degré du carcinome de la prostate (G4), la plupart des cellules sont difficiles à différencier, elles sont atypiques pour la prostate.
  5. Le degré final de formation tumorale (G5) est caractérisé par une non-différenciation absolue de la masse cellulaire, qui est complètement atypique.

Contrairement aux degrés de néoplasme malin de la prostate, il existe 4 stades de développement de la maladie:

  1. L'échographie ou l'examen de palpation de la glande du patient ne donne aucun résultat. Les changements ne sont détectés qu'au niveau microscopique avec une biopsie d'organe. Un état similaire de la glande est caractéristique de la première étape de la pathologie.
  2. Au deuxième stade, la formation nodulaire devient déjà perceptible lors de l'examen des ultrasons. La taille de la formation pathologique ne permet pas encore de dépasser la prostate et le nœud se limite à la capsule de l'organe exocrine.
  3. La troisième étape est caractérisée par la sortie de la tumeur au-delà des frontières de la glande dans les organes voisins. Les métastases se trouvent dans la vessie, les tissus du rectum.
  4. Le dernier stade du cancer, le quatrième, est le plus dangereux pour la santé de l'homme, car les métastases se propagent aux organes distants: les poumons, le foie, les os et les ganglions lymphatiques. Le patient ressent de l'épuisement, la miction passe rarement sans cathéter, une douleur intense est notée non seulement lors de la vidange de la vessie.

Le plus souvent, les ganglions lymphatiques et le tissu osseux sont affectés par des métastases..

Les cellules malignes pénètrent facilement dans ces organes, formant des tissus spécifiques au type de cancer qui s'y trouve..

La prolifération des métastases est le phénomène le plus dangereux dans la pratique oncologique. Si, avant leur apparition, un traitement conservateur ou chirurgical a un effet positif sur la santé du patient, puis avec le début de leur formation, le traitement et le pronostic de la maladie que dans certains cas, le patient retrouve sa santé.

Se débarrasser complètement des métastases en fonctionnement est au-delà du pouvoir de tout, même le chirurgien oncologue très célèbre et expérimenté.

Définition diagnostique de la maladie

Au moindre soupçon de dysfonction de la prostate, le patient doit immédiatement contacter un urologue.

L'examen commence par une histoire et une palpation rectale de la prostate..

Un urologue avec palpation des doigts peut détecter une hyperplasie des glandes, dont les options peuvent être multiples:

  • carcinome de la prostate;
  • adénome des glandes (hyperplasie bénigne);
  • l'apparition de pierres dans l'organe exocrine.

Avec des tailles normales de la glande, un examen supplémentaire est prescrit - mesurer la concentration d'antigène prostatique spécifique dans le sang.

Il s'agit de la technique de diagnostic la plus fiable pour déterminer la présence d'une tumeur maligne ou de ses cellules individuelles..

Lors de l'indication d'un test sanguin du cancer de la prostate et des résultats de la palpation, un certain nombre de procédures supplémentaires sont effectuées pour déterminer la taille de la tumeur, le type de cancer, la présence de métastases:

  1. L'échographie de la prostate aide à identifier les limites claires de la tumeur, sa taille exacte. La procédure est effectuée à l'aide d'un transducteur à ultrasons inséré à travers l'ampoule rectale..
  2. L'imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie sont effectuées avec un diagnostic oncologique établi pour obtenir les tailles volumétriques de la prostate et la localisation des métastases..
  3. Une biopsie par aspiration à l'aiguille fine est prescrite pour un diagnostic non spécifié, lorsque la nature du néoplasme n'est pas définie. Les cellules sont prélevées dans différentes parties de la glande, après quoi le frottis est coloré avec des colorants et une analyse histologique de l'échantillon est effectuée..

Comment guérir le cancer de la prostate?

Le schéma de traitement des patients n'implique pas le même algorithme pour tous les patients.

L'urologue, en consultation avec le patient, propose une ablation chirurgicale de la tumeur, s'il n'y a pas de contre-indications à l'opération (âge sénile, affections sévères des systèmes nerveux, cardiovasculaire et respiratoire).

Sinon, la chirurgie causera plus de tort au patient qu'une tumeur existante.

Avec le cancer de la prostate, les étapes 1-2 des méthodes de traitement radicales peuvent être évitées.

Le traitement médicamenteux doit être surveillé régulièrement par les résultats de l'échographie et d'autres méthodes de diagnostic. Le report du traitement pour une certaine période de temps en médecine a été appelé «tactiques d'attente».

Traitement chirurgical

Si un patient atteint d'un cancer de la prostate n'est pas âgé de plus de 65 ans et n'a aucune contre-indication à l'opération pour retirer la prostate, il doit donner son consentement à une prostatectomie radicale.

Le patient reçoit une anesthésie générale. Dans certains cas, une anesthésie péridurale ou vertébrale est réalisée en l'absence de sensibilité du bas du corps.

La durée de l'opération ne dépasse généralement pas 150-200 minutes.

Le fer est éliminé par une incision dans le périnée ou la partie pubienne de l'abdomen..

Avec la localisation d'un néoplasme malin uniquement dans la capsule de la prostate, le cancer ne peut être éliminé que par cette méthode. Avec la croissance du carcinome dans les parois de la vessie et du rectum, des méthodes supplémentaires d'élimination par chimiothérapie et une méthode radiologique seront nécessaires.

Un équipement moderne tel que "Da Vinci" vous permet d'effectuer une ablation chirurgicale des tumeurs de la prostate grâce à une ponction spéciale qui guérit rapidement.

Dans ce cas, le médecin effectue l'opération de manière automatique avec contrôle et surveillance du robot, ce qui élimine le risque de retrait avec des inexactitudes manuelles.

Procédure chimiothérapeutique

La méthode de traitement est basée sur les effets toxiques des produits chimiques sur les cellules malignes..

Le mécanisme de l'effet destructeur sur les cellules cancéreuses est basé sur l'arrêt de leur prolifération.

Les produits chimiques détruisent le fuseau, le noyau et les membranes des cellules malignes, ce qui arrête leur croissance et leur division et provoque une mort massive des tissus pathologiques.

La faisabilité de la chimiothérapie est justifiée aux stades 3 et 4 du néoplasme malin de la glande, lorsque les limites de la tumeur s'étendent au-delà de la capsule de la prostate et que les métastases pénètrent dans les organes distants.

Une chimiothérapie est prescrite sous forme de perfusion intraveineuse ou de prise de pilules..

Des préparations telles que le paclitaxel, entrant dans la circulation sanguine, sont transportées dans tout le corps par la circulation sanguine, recherchent les cellules cancéreuses et entraînent leur mort. Plusieurs cours de chimiothérapie ainsi que des pauses durent environ 6 mois.

Les raisons de la faible applicabilité de la méthode chimiothérapeutique aux stades 1 et 2 du cancer sont l'effet toxique des médicaments sur toutes les cellules du corps et les effets secondaires indésirables (chute complète des cheveux, nausées, malaise).

Méthode radiologique

L'irradiation à l'aide de différents rayons (rayons X, particules β, rayons γ, neutrons) entraîne un vieillissement prématuré et la mort des cellules malignes du fait de la destruction de l'ADN du noyau. La destruction du noyau s'accompagne également de l'incapacité de la cellule à se diviser..

Un dispositif d'émission de rayonnement dans les services de radiologie est appelé accélérateur linéaire.

Une méthode spécifique impliquant un accélérateur linéaire est appelée radiothérapie à distance. La méthode est utilisée pour le carcinome de la prostate aux stades 3 ou 4, lorsque des métastases dans d'autres organes sont détectées.

Destiné à la destruction d'une tumeur de la prostate et des vaisseaux lymphatiques.

Dans les cinq jours de la semaine, le patient est exposé à 15 minutes d'exposition. La durée du cours de traitement radiologique dure 2 mois.

À la fin de la procédure, le patient est soumis à un repos de deux heures dans un hôpital, après quoi il peut rentrer chez lui.

Un autre effet secondaire plus petit et un effet thérapeutique plus important sont obtenus par une autre méthode radiologique - la brachiothérapie, après quoi les tissus qui fonctionnent normalement sont irradiés avec un effet minimal, et le tissu pathologique du néoplasme meurt.

A cet effet, des éléments radioactifs sont utilisés: l'iode 131 ou l'iridium. L'exposition aux rayonnements se fait sous anesthésie.

Il existe plusieurs méthodes d'exposition aux rayonnements sans utiliser d'instruments. Dans de tels cas, les aiguilles des éléments radioactifs sont implantées pendant une journée ou des granules sont laissés pendant plusieurs jours dans la prostate..

La dernière réalisation en radiologie est le traitement aux ultrasons à haute fréquence.

Dans les cliniques étrangères, cette méthode est utilisée plus souvent. Un faisceau dirigé d'ultrasons à haute fréquence détruit les molécules de protéines formées dans les cellules cancéreuses. La technologie est appelée HIFU.

Les méthodes modernes de radiologie permettent le traitement du cancer de la prostate aux degrés de développement initial et avancé.

Thérapie médicamenteuse

Avec une diminution de la concentration de testostérone dans les tissus de la prostate, les processus de croissance des cellules pathologiques diminuent. Les hommes âgés, ainsi que les contre-indications pour un traitement radical, prennent des médicaments hormonaux.

L'hormonothérapie est également indiquée pour les stades avancés du cancer avec propagation des métastases; la vie du patient dans ce cas est prolongée, mais pas aussi longtemps que pour les cancers de stade 1 ou 2.

L'objectif de l'hormonothérapie est de réduire artificiellement les niveaux élevés d'androgènes, de sorte que les médicaments hormonaux suivants sont désormais utilisés:

Antagonistes sélectifs des hormones de libération gonadotropes.

Des préparations telles que le diéthylstilbestrol, Honwan, Fosfestrol, Dimestrol, Firmagon, le propionate de diéthylstilbestrol et d'autres effectuent le blocage de l'activité de la testostérone pendant longtemps par différents mécanismes.

Lorsqu'ils inhibent la croissance des cellules cancéreuses, les médicaments contribuent également à l'acquisition par les cellules pathogènes de la différenciation (plus grande similitude avec les cellules prostatiques normales).

Analogues synthétiques de l'hormone hypophysaire.

Ils ont pour objectif de réduire la concentration de testostérone à tel point que par analyse hormonale du sang, une conclusion erronée peut être tirée quant à l'absence de testicules chez le patient.

Une forte baisse du niveau d'hormones mâles est instable: après quelques semaines, la concentration de l'hormone remonte. Apprenez à stimuler la testostérone vous-même.

Dans ce groupe, les médicaments hormonaux Lucrin, Decapeptil ou Diferelin ont fait leurs preuves..

Ils sont utilisés en conjonction avec des analogues des hormones hypophysaires, ce qui fournit le plus grand effet thérapeutique dans le carcinome de la prostate.

Les médicaments les plus courants dans ce groupe sont Niftolid, Flutaplex, Casadex, Anandron.

La liste ci-dessus n'indique pas son utilisation pour un patient..

Si Casadex produira l'effet thérapeutique approprié, l'utilisation d'autres agents hormonaux est inappropriée.

Lors de l'utilisation d'agents hormonaux, il est souvent possible de maintenir la libido et la fonction érectile.

Les hommes de moins de 60 ans reçoivent généralement des hormones et une cryothérapie (exposition de la prostate à de basses températures).

À l'aide de cristaux de glace formés dans des cellules malignes, il est possible de les détruire. Un effet similaire a une combinaison de l'utilisation d'agents hormonaux avec des méthodes radiologiques..

Des anticorps synthétiques qui ressemblent à ceux naturels et ont pour fonction de combattre les structures cancéreuses ont été introduits en Occident au cours de la dernière décennie..

À cette fin, des vaccins sont créés pour lutter contre les cellules cancéreuses. En Russie, ce traitement n'est pas encore devenu un flux de masse..

Une méthode prometteuse pour introduire des virus qui reconnaissent les cellules cancéreuses et les détruisent. La technique est efficace dans les premiers stades de la maladie.

L'utilisation de médicaments de type ECHO 7 Rigvir à des stades ultérieurs n'est pas exclue afin de détruire les métastases et d'arrêter la croissance du carcinome.

Déjà, la technologie de traitement vous permet de prolonger la durée de vie jusqu'à 15 ans. De nouvelles souches de virus permettront de poursuivre les travaux sur l'extension de la durée de vie.

La médecine traditionnelle dans la lutte contre le cancer

Les recettes populaires qui ont fait leurs preuves dans le traitement du cancer de la prostate utilisent des plantes de houblon, des chatons de saule, des fruits de reine des prés, des racines de réglisse, des fleurs de thé de saule, des brins de thuya.

Certaines parties de la plante sont utilisées sous forme d'infusion ou de décoction. Ils n'ont recours aux remèdes populaires que comme traitement complémentaire aux principales méthodes décrites ci-dessus par un médecin..

Autres traitements

S'il n'y a pas d'autres options de traitement, le patient se voit proposer de castrer un ou les deux testicules (orchidectomie).

Psychologiquement, une telle opération est difficile pour les hommes, bien que les changements morphologiques après l'opération soient invisibles (insertion de prothèses testiculaires, réservation du cordon spermatique).

Suivre un régime

Avec le carcinome de la prostate, les aliments riches en graisses animales, les viandes fumées, la salinité, les bonbons, les boissons contenant de l'alcool, les aliments raffinés et les aliments épicés sont exclus des aliments.

Il est plus recommandé de manger des produits végétaux, des céréales, des fruits de mer, du poisson et des viandes maigres, des baies, des herbes, des produits laitiers.

Pronostic de la maladie

Avec une augmentation du stade du cancer, le pronostic empire. Si le cancer au stade 1, guéri avec succès, ne limite pas la vie du patient, alors au stade 2, il est possible de prolonger la vie des patients de 15 ans, en 3 - par 5, en 4 - jusqu'à 3 ans, s'il n'y a pas de miracle lorsque le médicament ne peut pas expliquer aucun signe de maladie après le stade 4.

Prévention du cancer de la prostate

Il n'existe aucun moyen précis d'éviter le cancer de la prostate, mais les facteurs provoquant son apparition ont été identifiés.

Le risque de développer un cancer de la prostate est moindre si une personne:

  • réglez correctement votre alimentation;
  • évite les cancérogènes;
  • aspire à un mode de vie sain;
  • bien dormir systématiquement;
  • subit régulièrement des analyses de la prostate et du sang;
  • mène une vie sexuelle régulière et distribue correctement l'activité physique tout au long de la journée.

Le traitement du carcinome de la prostate a récemment commencé à s'améliorer grâce à l'utilisation de méthodes innovantes qui sont audacieusement utilisées dans les cliniques israéliennes et occidentales..

Tout cancer fait toujours peur et le carcinome de la prostate ne fait pas exception. Dans ce cas, il est très important d'identifier les maladies aux premiers stades, il y aura alors plus de chances de se débarrasser de la maladie.

Il serait insensé de dire que l’automédication et l’utilisation de méthodes alternatives peuvent.

Seul un traitement professionnel complet dans des hôpitaux spécialisés peut vaincre cette tumeur maligne. Ne sois pas malade!