Comment déchiffrer les analyses des marqueurs de tumeurs ovariennes

Lipome

Les marqueurs du cancer de l'ovaire sont des substances dont l'excès signale la présence d'une tumeur maligne dans le corps. L'analyse de cet indicateur doit être effectuée auprès des femmes qui soupçonnent l'évolution du cancer. Les tests sanguins pour les marqueurs tumoraux ne sont pas la seule méthode de diagnostic de la maladie et sont effectués en combinaison avec d'autres méthodes d'examen..

La description

Cette substance est produite par le corps lorsqu'un néoplasme malin apparaît sur l'un des organes. Normalement, le marqueur tumoral ovarien chez la femme est présent en petites quantités, avec le cours d'oncologie, sa concentration augmente. C'est une cellule de composition protéique située dans les tissus de l'endomètre de l'utérus, du liquide séreux des appendices, de la structure de la vésicule biliaire, des reins et des organes digestifs.

Comment se préparer au test des marqueurs de tumeurs ovariennes

Pour donner du sang pour la recherche, vous devez vous préparer soigneusement. Le non-respect des règles recommandées pour exécution immédiatement avant l'analyse entraîne la réception d'un résultat incorrect. Avant de vérifier les marqueurs de la tumeur ovarienne, les opérations suivantes sont effectuées:

  • refus de prendre tout médicament - pendant 5-7 jours;
  • respect d'un régime alimentaire composé de produits facilement digestibles, refus d'alcool - en 4-5 jours;
  • le dernier repas au plus tôt 8 heures avant l'étude.

Le sang est donné le matin aux marqueurs des tumeurs du cancer de l'ovaire et de l'utérus à jeun. L'indicateur varie en fonction du jour du cycle menstruel, il est donc préférable de diagnostiquer immédiatement après la fin des menstruations. Avec l'aménorrhée, l'analyse est autorisée à tout moment..

Déchiffrer les résultats

Si vous soupçonnez une oncologie ovarienne, une femme doit passer plusieurs types de marqueurs tumoraux à la fois - cela augmente le contenu informatif de l'étude. Les valeurs ne doivent pas dépasser les indicateurs suivants:

  • CA-19-9 - 37 unités / ml;
  • CA-125 - 35 unités / ml;
  • CEA - 20 unités / ml.

À des taux plus élevés, la présence d'un néoplasme est diagnostiquée, dont la nature est déterminée par un examen supplémentaire. Lorsque la norme est dépassée, le cancer des appendices est détecté plusieurs fois.

Caractéristiques

Lors du déchiffrement du marqueur du cancer de l'ovaire, CA-125 et autres, les caractéristiques individuelles de la femme sont prises en compte. Il y a une chance d'obtenir de faux résultats. Pour la précision de l'étude, il est nécessaire de prendre en compte la présence des conditions suivantes:

  • période de menstruation;
  • ménopause;
  • Grossesse et allaitement;
  • maladies génitales bénignes.

La présence d'un marqueur tumoral ovarien dans les limites normales n'indique pas toujours l'absence de cancer. Au premier stade de l'oncologie, l'augmentation de la concentration de ces substances est minime, de sorte que, lors d'un test sanguin, la maladie n'est pas détectée.

En l'absence de ces facteurs et d'un résultat positif de la recherche en oncologie, d'autres types de diagnostics sont nécessaires. Une analyse répétée avec des indicateurs identiques, dépassant légèrement la norme du marqueur tumoral ovarien, indique un kyste ou une tumeur de nature bénigne. Une augmentation de la concentration de substances signale un cancer.

CA-125

Le CA-125 est un marqueur tumoral ovarien, dont le test sanguin est le plus informatif parmi les autres marqueurs tumoraux pour détecter une tumeur maligne. Son augmentation est observée chez 80% des femmes atteintes de cette pathologie.

Pathologies non accompagnées par la croissance du CA-125:

  • kystes fonctionnels - néoplasmes résultant d'irrégularités menstruelles;
  • tumeurs bénignes congénitales.

L'augmentation du marqueur tumoral CA-125 avec des kystes ovariens peut indiquer une tumeur maligne, le cours de l'endométriose. Cet indicateur est également probable lors de l'étude pendant les menstruations..

Le dépassement de la norme du marqueur tumoral ovarien CA-125 est observé chez les femmes atteintes de certaines maladies. Ceux-ci inclus:

  • fibromes utérins - la présence d'une tumeur sous-muqueuse;
  • inflammation des organes génitaux internes;
  • endométriose - avec une augmentation du volume de l'endomètre, une augmentation du CA-125 se produit;
  • maladie hépatique sévère;
  • péritonite, colite ulcéreuse, etc.;
  • chirurgie récente sur les organes du péritoine et du bassin;
  • appendices polykystiques.

Une augmentation significative de l'ovarien et du marqueur oncien utérin CA-125 se produit dans le cancer des organes génitaux féminins, y compris les glandes mammaires. Ce symptôme peut également indiquer un processus oncologique dans le tractus gastro-intestinal ou dans les poumons..

Autres tests de laboratoire

Parallèlement à la vérification CA-125, d'autres indicateurs de substances similaires sont également utilisés. Il est recommandé à une femme de donner du sang pour l'analyse de plusieurs marqueurs tumoraux du cancer de l'ovaire en même temps afin d'augmenter l'efficacité du diagnostic. Leurs types:

TitreLa description
HE-4Il se trouve dans l'épithélium de la partie accessoire des ovaires. Il est nécessaire de stimuler l'activité des spermatozoïdes lorsqu'ils pénètrent dans l'utérus. Augmente avec le développement de tumeurs épithéliales.
HCGNormalement, il commence à augmenter immédiatement après la conception. En l'absence de grossesse, il est considéré comme un signe de cancer, le plus souvent - des formes embryonnaires de la tumeur.
ACEAugmente généralement avec des lésions hépatiques malignes, mais peut augmenter avec le développement de l'oncologie.
REAEn l'absence de pathologies n'apparaît que pendant la grossesse. L'augmentation indique l'apparition d'une tumeur maligne des appendices. Identifie un stade précoce de métastase.
EstradiolHormone ovarienne produite dans la première phase du cycle menstruel. Il peut augmenter considérablement en cas de dysfonctionnement des appendices. Pas un signe précis d'oncologie.

Lors d'une analyse qui a montré une augmentation des marqueurs de tumeurs ovariennes dans un contexte de déséquilibre hormonal, une tumeur appendice productrice d'hormones est diagnostiquée.

Toutes les études sont menées simultanément. Pour évaluer la dynamique de la pathologie, une analyse des marqueurs tumoraux est re-prescrite après un certain temps..

Autres méthodes de diagnostic en oncologie

Vérifier le niveau de marqueurs du cancer de l'ovaire ne suffit pas pour détecter le cancer. D'autres méthodes de diagnostic en laboratoire et instrumentales devraient être appliquées:

  1. Échographie pelvienne. Inspection des organes génitaux internes et voisins, détermination de leur taille, en présence d'une tumeur - son type et son diamètre.
  2. Examen gynécologique. Évaluation de l'état et de la taille de l'utérus et des appendices par palpation, détection de la douleur, des kystes et des tumeurs.
  3. Dopplerométrie. Elle est réalisée lors de l'échographie. Contrôle de l'activité du flux sanguin, accumulation de vaisseaux sanguins, détection de leur localisation atypique.
  4. IRM ou TDM. Examen détaillé de l'état des organes génitaux, des ganglions lymphatiques voisins, des vaisseaux sanguins, de la structure tumorale.
  5. Laparoscopie diagnostique. Il est prescrit pour l'examen d'un néoplasme oncologique et un prélèvement de biopsie pour un examen histologique. Ce dernier vous permet de déterminer avec précision le type de tumeur, son degré de malignité.

Le diagnostic est déterminé par les résultats d'un examen approfondi. La maladie est caractérisée par le type de tumeur, le degré de sa malignité, la présence de ses métastases et la germination dans les organes voisins.

La méthode est-elle efficace

La méthode de détermination des marqueurs tumoraux du cancer de l'ovaire n'est considérée efficace que si plusieurs conditions sont remplies. Les experts recommandent ce qui suit:

  • étude de la concentration de plusieurs types de marqueurs tumoraux à la fois;
  • effectuer un examen complet - un examen gynécologique, une échographie, une biopsie, des tests sanguins, etc.
  • mise en œuvre de toutes les étapes de préparation avant le diagnostic;
  • réexamen en présence d'analyses anormales.

Après élimination ou résection des ovaires par le marqueur tumoral CA-125, l'efficacité du traitement est déterminée.

Sous réserve de toutes les règles d'analyse, cette méthode de recherche est considérée comme efficace. Avec son aide, la localisation du cancer est déterminée, moins souvent - le type de tumeur et son degré d'agressivité.

L'analyse des marqueurs tumoraux des ovaires doit être réalisée dans le cadre d'un examen complet. C'est l'un des types de diagnostic les plus efficaces qui peuvent détecter l'évolution précoce du cancer des appendices. Si un niveau accru de CA-125 est détecté, des études supplémentaires doivent être effectuées..

Comment identifier le cancer de l'ovaire aux premiers stades et après?

Le diagnostic précoce du cancer de l'ovaire est l'une des principales tâches des examens préventifs du cancer. Les tumeurs des glandes génitales féminines sont le deuxième cancer le plus fréquemment diagnostiqué dans le domaine de la gynécologie. La détection en temps opportun vous permet d'appliquer une thérapie aux premiers stades de la maladie et d'augmenter les chances de succès du traitement et de rémission à long terme de 2 à 3 fois.

Les symptômes du cancer de l'ovaire

Les premiers stades du carcinome ovarien sont pratiquement dépourvus de certains symptômes. Il est possible de diagnostiquer un petit néoplasme uniquement à l'aide de marqueurs tumoraux, avec des examens réguliers tenant compte de l'appartenance du patient à un groupe à risque ou avec un examen transvaginal accidentel.

Au fur et à mesure que le carcinome se développe, les symptômes de la présence d'une tumeur dans les organes pelviens apparaissent progressivement et, le plus souvent, ils ne diffèrent pas extérieurement des signes de kystes et de néoplasmes bénins.

Avec le développement d'une tumeur maligne des ovaires chez une femme, ces signes et troubles apparaissent comme:

  • douleurs constantes dans le bas de l'abdomen, inconfort dans le vagin pendant les rapports sexuels;
  • fatigue chronique, faiblesse;
  • épuisement physique et mental, perte d'appétit, états dépressifs;
  • trouble de la digestion (avec propagation du processus pathologique aux tissus intestinaux);
  • problèmes de miction;
  • brûlures d'estomac, nausées;
  • une sensation de pression dans l'abdomen;
  • gonflement de l'abdomen dû à l'accumulation de liquide dans la cavité abdominale;
  • la violation du cycle menstruel est possible (pour les tumeurs de type stromal ou aux stades avancés du processus cancéreux) et l'apparition d'écoulement sanglant entre les menstruations.

En plus des symptômes ci-dessus, le patient peut ressentir une augmentation déraisonnable de la température, en particulier le soir et la nuit, une augmentation du rythme cardiaque et un gonflement des jambes associé à une compression mécanique des veines du bassin avec un néoplasme en croissance.

Dans ces cas, le médecin n'a pas le droit de supposer uniquement une tumeur ovarienne, car la symptomatologie est caractéristique d'un certain nombre de pathologies du tractus gastro-intestinal et du système urinaire, mais elle est obligée de référer le patient à un examen complet.

Diagnostic de la tumeur ovarienne

En cas de suspicion de cancer génital, un examen complet des organes pelviens et de l'ensemble du corps est nécessaire pour établir un diagnostic précis. Ainsi, non seulement la présence, mais aussi le stade de développement de la maladie, la nature du flux sanguin dans le néoplasme et la présence de métastases dans les tissus entourant les ovaires sont déterminés.

Le diagnostic du cancer de l'ovaire comprend:

  • examen et palpation de l'abdomen;
  • inspection approfondie utilisant des techniques instrumentales;
  • études du domaine de la localisation tumorale par des méthodes matérielles.

Le cancer de l'ovaire peut être déterminé par des formations denses à surface tubéreuse, qui sont détectées lors d'un examen bimanuel à travers le vagin ou le rectum sur l'un ou les deux ovaires. Aux stades ultérieurs du néoplasme, ils peuvent se développer dans les tissus périnatals et les parois intestinales. Aucune tumeur de petite taille n'est détectée lors de l'examen.

Méthodes diagnostiques instrumentales

La laparoscopie - l'introduction d'un tube mince par une incision dans le péritoine - est utilisée pour un examen approfondi de la zone touchée. L'image est transmise au moniteur, ce qui permet aux médecins d'évaluer avec précision la propagation du processus tumoral et l'état des organes internes avec un traumatisme minimal pour le patient.

Si nécessaire, des manipulateurs sont insérés à travers le tube dans le corps, ce qui coupe une partie du néoplasme pour une analyse histologique (tissulaire).

La collecte de biomatériaux est appelée biopsie. En règle générale, une biopsie est réalisée pour enlever la tumeur, cependant, s'il y a des contre-indications à la chirurgie, les chirurgiens évaluent d'abord le degré de malignité du néoplasme, examinant un morceau de tissu prélevé pendant la laparoscopie ou la ponction.

L'analyse histologique évalue le type et le degré de différenciation des cellules prélevées. Jusqu'à 90% des cas de cancer de l'ovaire surviennent dans des néoplasmes épithéliaux..

Les tumeurs épithéliales (carcinomes) sont divisées en groupes en fonction des caractéristiques structurelles des cellules. On distingue les types de néoplasmes séreux, muqueux, endométrioïdes, à cellules légères et indifférenciés. Le taux de croissance et le risque de métastases des carcinomes indifférenciés sont plusieurs fois plus élevés que pour les tumeurs d'autres espèces.

Important! Le degré de différenciation est évalué à l'aide d'un score de Gleason spécial.

Les tumeurs ovariennes peuvent se développer ou métastaser sur les parois intestinales.Par conséquent, avec un cancer avancé, une coloscopie, un examen interne du gros intestin, est souvent prescrite. Comme lors de la laparoscopie, un tube en fibre optique est inséré à l'intérieur du corps, qui transfère les données au moniteur.

Méthodes de recherche sur le matériel pour le cancer génital

Parmi les méthodes de recherche matérielle qui ne nécessitent pas de préparation préalable et d’incisions dans le corps du patient, le diagnostic par ultrasons, l’imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie, ainsi que la radiographie, sont largement utilisés..

L'échographie avec suspicion de tumeurs ovariennes malignes est réalisée pour plusieurs organes à la fois: tous les organes du bassin, des glandes mammaires et de la cavité abdominale. L'étude clarifie la présence d'ascite et la quantité de liquide accumulé, la présence ou l'absence de néoplasmes dans la poitrine du patient, ainsi que la taille et l'étendue du processus de cancer.

Pour une évaluation précise, une étude transvaginale avec Doppler est nécessaire: elle permettra non seulement d'évaluer le stade du processus et l'état des vaisseaux des tissus environnants, mais aussi de prédire le taux de croissance tumorale par la nature du flux sanguin dans le néoplasme et l'ovaire affecté.

La tomographie est la méthode la plus précise pour obtenir des données sur:

  • la propagation du processus tumoral;
  • son déploiement;
  • configurations;
  • métastases aux tissus environnants et aux ganglions lymphatiques.

Le résultat de l'IRM sont des images en trois dimensions de la zone touchée et d'autres organes du petit bassin, selon lesquelles le médecin prévoit une thérapie supplémentaire et évalue l'opérabilité du néoplasme.

La tomodensitométrie peut être combinée avec une technique de recherche par émission de positrons. Avant la procédure, le patient reçoit une injection intraveineuse d'une solution radioactive d'un monosaccharide spécifique, qui est activement consommé par les tissus tumoraux. Ainsi, les foyers du processus cancéreux sont clairement visibles sur les images.

Les métastases du cancer de l'ovaire peuvent se propager aux poumons et aux organes abdominaux (y compris le foie).

Un examen aux rayons X vise à trouver des foyers secondaires de la tumeur de la glande génitale dans les poumons et le péritoine, ainsi qu'à éliminer la probabilité de cancer gastro-intestinal métastatique, qui forme des foyers secondaires dans les ovaires.

Marqueurs de tumeurs du cancer de l'ovaire

Des tests pour des marqueurs tumoraux spécifiques, des substances spécifiques produites par la tumeur, sont également utilisés pour déterminer le cancer de l'ovaire. Habituellement, plusieurs marqueurs sont utilisés dans le diagnostic des néoplasmes malins - primaire, secondaire et plusieurs autres.

Dans le cancer de l'ovaire, le principal est le CA125, le secondaire est le HE-4 et les autres sont le CEA et l'AFP.

L'antigène CA-125 appartient au groupe des glycoprotéines. Normalement, il est présent dans l'endomètre, ainsi que dans le liquide utérin, mais ne se trouve pas dans le sang. Un changement de concentration de zéro à 100 unités par millilitre (avec une valeur normale allant jusqu'à 35) peut être dû à l'endométriose, aux infections génitales et à certaines maladies systémiques.

Cet antigène n'est pas très sensible et spécifique: la présence d'un cancer de l'ovaire est indiquée par une augmentation de la valeur normale de la concentration d'antigène d'au moins deux. Le CA-125 est également utilisé dans le diagnostic des tumeurs malignes du sein, du tractus gastro-intestinal, des poumons et d'autres organes..

Le marqueur HE-4, appartenant également au groupe des glycoprotéines, est normalement produit par les cellules épithéliales des organes du système reproducteur et respiratoire, et dans le cas du processus oncologique dans les ovaires - par les cellules tumorales. La valeur normale de la concentration de HE-4 ne dépasse pas 70 pmol / L; dans la période postménopausique, la valeur peut doubler.

Cette protéine est plus précise et plus spécifique que le CA-125, car son niveau de concentration augmente principalement avec les tumeurs cancéreuses de l'endomètre et des ovaires, beaucoup moins souvent - avec des processus oncologiques dans la poitrine et les poumons. L'inconvénient de l'utilisation de HE-4 est que ce marqueur tumoral ne détecte pas les néoplasmes germinogènes et mucoïdes.

Parmi les causes non oncologiques de l'augmentation des protéines oncomarquantes figurent la fibrose kystique, l'inflammation des systèmes génital et urinaire, les kystes ovariens, les tumeurs bénignes de l'utérus et l'insuffisance rénale.

Des marqueurs tumoraux supplémentaires sont principalement utilisés pour surveiller l'efficacité de la thérapie anticancéreuse..

En plus des tests pour les marqueurs spécifiques aux organes, il est également nécessaire d'étudier le sang du patient pour une concentration de gonadotrophine bêta-chorionique et d'oestrogène. Des niveaux élevés d'hCG en dehors de la grossesse et une production excessive d'œstrogènes indiquent un néoplasme.

Diagnostic précoce du cancer de l'ovaire et des groupes à risque de maladie

Pour déterminer un néoplasme dans la poitrine ou l'utérus aux premiers stades, dans certains cas, un examen régulier par un spécialiste d'un profil approprié suffit. Cependant, comment déterminer le début du processus tumoral en l'absence de symptômes graves et la capacité de détecter le compactage lors d'un examen oncologique régulier?

Pour détecter le cancer de l'ovaire, le diagnostic doit consister en une échographie transvaginale de la région pelvienne et un test sanguin pour les marqueurs tumoraux. Au cours d'une étude transvaginale, le médecin peut détecter la présence d'une tumeur sans indiquer le degré de son oncogénicité.

Dans les études régulières, le principal marqueur tumoral des ovaires - CA 125 est utilisé comme substance spécifique à l'organe. Si les concentrations normales d'antigène sont dépassées, une deuxième analyse et un diagnostic différencié du processus oncologique sont prescrits pour exclure un résultat faussement positif.

Un examen complet régulier est généralement recommandé pour les femmes à risque de développer un cancer. Les conditions dans lesquelles il est justifié d'appartenir à un tel groupe comprennent:

  1. plusieurs cas de cancer familial ou de mutations dans les gènes BRCA1 et BRCA2;
  2. le début de la ménopause jusqu'à 50 ans;
  3. âge supérieur à 65 ans (les patientes de ce groupe d'âge représentent plus de 50% du nombre total de femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire);
  4. recevoir un traitement de substitution par extradiol sans administration concomitante de progestérone;
  5. saignements dans la période postménopausique, non dus à des pathologies utérines;
  6. processus inflammatoires chroniques dans les organes pelviens, infertilité;
  7. la présence de néoplasmes bénins dans l'utérus et les glandes génitales;
  8. interventions chirurgicales pour les tumeurs bénignes en préménopause et après avec préservation d'au moins un des ovaires;
  9. obésité et diabète.

Les patientes atteintes d'un cancer du sein qui suivent un traitement ou une rémission sont également souvent considérées à risque. Des études montrent que la présence de mauvaises habitudes (tabagisme, consommation d'alcool) et l'exposition aux rayons UV n'augmentent pas le risque de la plupart des types de néoplasmes malins dans les ovaires.

Le diagnostic précoce des processus tumoraux et leur traitement en temps opportun peuvent augmenter les chances de survie à 5 ans jusqu'à 94%, et la prévention - principalement la nutrition avec une teneur réduite en graisses animales et une proportion importante de fibres - réduit le risque de la maladie elle-même.

En cas de risque héréditaire et hormonal élevé, des mesures de traitement préventif sont justifiées (y compris l'ablation de l'utérus et des ovaires).

Nous serons très reconnaissants si vous l'évaluez et le partagez sur les réseaux sociaux

La norme d'un test sanguin pour le marqueur tumoral CA-125 chez la femme

À ce stade du développement de la médecine, diverses maladies peuvent être confirmées ou exclues à l'aide d'un simple test sanguin. En raison de la découverte de nombreux tests, il est difficile de dire quand et quel type de recherche doit être fait..

L'indication de marqueurs tumoraux permet d'identifier et de confirmer la présence de néoplasmes. Divers facteurs autres que les tumeurs affectent le résultat de l'analyse. Vous devez connaître et suivre les règles pour réussir le test. En gynécologie, le marqueur tumoral le plus important pour les tumeurs ovariennes est le CA-125..

Les marqueurs tumoraux et leur signification

Les oncomarkers sont des protéines spécifiques produites par des tumeurs malignes ou des tissus normaux en quantité supérieure aux valeurs autorisées en raison des cellules cancéreuses.

Avec leur aide, il est impossible de poser un diagnostic précis, cependant, la détection de ces substances dans le sang et / ou l'urine vous permet de:

  • suspecter un cancer et sa localisation;
  • distinguer une tumeur maligne d'une tumeur bénigne;
  • étudier l'efficacité de la thérapie tumorale;
  • récidive précoce de la maladie;
  • détecter les métastases avant leur manifestation clinique.

Types de marqueurs tumoraux

Actuellement, les scientifiques ont identifié plus de 200 types de marqueurs tumoraux, tous les néoplasmes sécrètent leurs antigènes.

Les marqueurs tumoraux les plus couramment utilisés dans le diagnostic comprennent:

  • Alpha-foetoprotéine (AFP) - est déterminée pour détecter le carcinome hépatique, la formation de métastases d'oncopathologies d'autres organes et pour surveiller l'efficacité du traitement;
  • Antigène embryonnaire du cancer (AEC) - une protéine sécrétée par les cellules embryonnaires, sa détection chez un adulte permet de détecter le cancer colorectal avec une précision de plus de 50%, de surveiller la rechute postopératoire et de déterminer le stade du cancer;
  • La gonadotrophine chorionique humaine (hCG) est un marqueur qui augmente pendant la grossesse (c'est l'augmentation de l'hormone qui confirme sa présence). En cas d'augmentation du nombre d'hommes et de femmes non enceintes, un cancer testiculaire ou ovarien peut être présumé, respectivement;
  • Antigène prostatique spécifique (PSA) - un polypeptide dont le niveau élevé permet à un patient de suspecter une tumeur bénigne de la prostate ou un cancer de la prostate;
  • Le CA 15-3 (marqueur de tumeur du sein) est un marqueur très spécifique qui vous permet de diagnostiquer le cancer du sein dans les premiers stades, d'évaluer l'efficacité de la thérapie et d'identifier les rechutes et les métastases dans la première période;
  • CA 19-9 (marqueur du cancer du pancréas) - une glycoprotéine qui n'a pas une spécificité suffisante, convient pour étudier la dynamique du développement tumoral et le diagnostic différentiel avec d'autres formations pancréatiques;
  • CA-125 - glycoprotéine spécifique de haut poids moléculaire, marqueur tumoral utilisé dans le diagnostic du cancer de l'ovaire et de ses métastases;
  • HE 4 (protéine sécrétoire épididymaire) - glycoprotéine, augmentation de la production de HE4 détectée dans le cancer de l'ovaire et de l'endomètre, rarement dans l'adénocarcinome pulmonaire; plus sensible que le CA-125 et utilisé avec lui pour confirmer la présence d'un cancer de l'ovaire.

Qu'est-ce que le SA-125?

CA-125, ou mucine-16, antigène glucidique 125 est un antigène situé sur les membranes des cellules cancéreuses ovariennes.

Les tumeurs ovariennes sont un problème gynécologique grave dans tous les groupes d'âge des patientes..

Dans aucun organe humain, une telle diversité histologique de tumeurs n'existe comme dans les ovaires.

La protéine CA-125 fait référence à un type spécifique d'épithélium, normalement trouvé dans le tissu endométrial des femmes en bonne santé en âge de procréer.

Dans cette situation, les changements de CA-125 dépendent de la phase du cycle menstruel: une légère augmentation de son niveau est observée pendant les menstruations (en particulier en présence d'endométriose), ainsi que pendant la grossesse normale au cours du troisième trimestre.

Physiologique est le contenu de CA-125 dans le liquide utérin, alors qu'il ne pénètre pas dans la circulation sanguine. Des quantités minimales de glycoprotéine peuvent être trouvées dans les tissus mésothéliaux des organes de la poitrine et des cavités abdominales. Les valeurs de référence (seuil) des protéines dans les diagnostics de laboratoire peuvent atteindre 35 U / ml.

Qui doit être testé?

  1. Tout d'abord, ce test doit être passé à chaque femme qui surveille sa santé. À des fins de dépistage, l'analyse est effectuée pour la détection précoce et le traitement le plus efficace du cancer. Plus tôt une augmentation du niveau de marqueur tumoral est détectée, plus grandes sont les chances de succès du traitement de la maladie.
  2. Il est important de réussir le test aux femmes dont les proches ont reçu un diagnostic de cancer. À cette fin, il est recommandé de faire l'analyse une fois par an..
  3. Si une femme a déjà été diagnostiquée avec des néoplasmes bénins, tels que le léiomyome, fibromyome, kystes ovariens fonctionnels, lésions néoplasiques, le médecin peut prescrire un test sanguin pour les marqueurs tumoraux afin de diagnostiquer et de différencier les tumeurs.
  4. Obligatoire est le passage du test pour les femmes qui ont révélé des symptômes de néoplasme malin. Cependant, n'oubliez pas qu'une analyse positive des marqueurs tumoraux n'est pas spécifique et une confirmation à cent pour cent du cancer, donc des méthodes instrumentales d'investigation supplémentaires (échographie, biopsie du tissu tumoral, IRM) seront prescrites.
  5. Après avoir diagnostiqué une tumeur maligne et effectué des traitements conservateurs (chimiothérapeutique, radiothérapeutique) et chirurgicaux (élimination radicale), le médecin prescrit des tests sanguins répétés pour les marqueurs tumoraux CA-125. Ceci est fait pour évaluer l'efficacité de la thérapie..
  6. Dans l'analyse ultérieure, elle est réalisée pour détecter les métastases dans les organes distants, ainsi que pour la détection précoce de la récidive tumorale. Pour ce faire, le test est effectué mensuellement la première année après le traitement, puis 1 fois en 2 mois pendant la deuxième année et 1 fois en 3 mois la troisième année. En l'absence de rechutes et de métastases, le test est effectué 1 à 2 fois par an jusqu'à la fin de la vie d'une femme.

Comment faire une analyse pour le marqueur tumoral?

Pour obtenir le résultat de test le plus précis pour le marqueur tumoral, vous devez préparer et respecter des règles simples mais très importantes:

  1. Le sang d'une veine doit être prélevé à jeun, le patient ne doit pas manger 8 heures avant de prendre du sang pour analyse. Seule l'eau est autorisée parmi les boissons pour éviter la distorsion des résultats..
  2. Il vaut mieux faire le test le matin, entre 8 et 11 heures.
  3. Une femme doit abandonner l'alcool et fumer au moins trois jours avant le test.
  4. Immédiatement avant le test, vous devez vous calmer, car la tension nerveuse, ainsi que la nicotine et l'alcool, peuvent affecter le résultat final.
  5. Pendant plusieurs jours avant l'analyse, vous ne pouvez pas vous engager dans une activité physique intense.
  6. Il est nécessaire d'exclure la réalisation des procédures médicales (physiothérapie, massages, échographie) 3-4 jours avant le test.
  7. Il est très important de surveiller le régime alimentaire pendant une semaine avant le test: refusez les aliments gras, frits et épicés.
  8. Consultez un médecin au sujet de la prise de médicaments avant le test, car certains d'entre eux peuvent affecter le résultat de l'analyse.
  9. Si une femme a des maladies inflammatoires, le test doit être reporté et réussi après leur élimination complète..
  10. Vous ne pouvez pas effectuer de test pendant les menstruations, car comment cette période peut s'accompagner d'une augmentation physiologique du marqueur tumoral sanguin.

Déchiffrer les résultats de l'analyse du CA-125

Après un prélèvement sanguin, elle est envoyée dans un laboratoire, où ils déterminent le niveau de marqueur tumoral. Après avoir obtenu certains chiffres, une étape très importante et cruciale commence - déchiffrer les résultats. Elle nécessite un haut niveau de professionnalisme pour une vérification précise du diagnostic et, par conséquent, le bon traitement du patient..

Résultats:

  1. Les valeurs seuils de protéines dans les diagnostics de laboratoire peuvent atteindre 35 U / ml.
  2. Dans des conditions normales, en l'absence de pathologie, le niveau de marqueur tumoral varie de 10 à 15 U / ml.
  3. Une augmentation de son niveau à 35 U / ml est observée chez les femmes pendant les menstruations, ainsi qu'au premier trimestre de la grossesse.
  4. Si une femme lors d'un examen de dépistage a révélé une augmentation du niveau du marqueur tumoral CA-125 au-dessus de 35 U / ml, ne faites pas de conclusions hâtives et pensez au pire pronostic.

Indicateurs d'analyse CA-125

Une augmentation de l'antigène CA-125 dans le sang à 100 U / ml peut être causée par divers processus non tumoraux dans le corps d'une femme:

  • changements inflammatoires dans la cavité abdominale (hépatite chronique et cirrhose du foie, pancréatite chronique, péritonite),
  • bassin (pelviopéritonite),
  • anomalies ovariennes kystiques,
  • endométriose,
  • annexite,
  • autres infections gynécologiques, pleurésie, maladies auto-immunes.

Anomalie kystique ovarienne

Les kystes ovariens ne sont pas de véritables tumeurs, car en présence de croissance blastomateuse (cellulaire) dans les tissus n'est pas observée.

Ils se forment en raison d'un retard ou d'une accumulation dans la cavité de divers contenus, la sécrétion de glandes. Des kystes peuvent se former en raison du ramollissement des tissus dû à une hémorragie, une nécrose.

La présence de kystes chez une femme peut affecter le niveau du marqueur tumoral CA-125 dans le sang, qui commence à atteindre 60-70 U / ml (jusqu'à 100 U / ml).

La différenciation correcte des kystes ovariens, la détection rapide, l'examen des patientes sont très importants. Pour confirmer avec précision le diagnostic, un examen bimanuel et une échographie des organes génitaux féminins sont effectués..

Après un diagnostic correct, le médecin sélectionne les tactiques de traitement les plus appropriées: du conservateur et de l'expectative (les kystes fonctionnels peuvent se résoudre eux-mêmes) au chirurgical.

Endométriose

Cette maladie est bénigne et se caractérise par la présence de glandes et de cellules endométriales (tissus à l'intérieur de l'utérus) à l'extérieur de l'utérus.

Dans 75% des cas, elle est observée chez les femmes âgées de 25 à 50 ans, quelle que soit sa localisation. La fréquence de l'endométriose chez les femmes en période de reproduction et ultérieure est en moyenne de 10 à 15%.

Le niveau de marqueur tumoral CA-125 dans le sang avec cette pathologie peut atteindre 100 UI / ml, ce qui est nettement supérieur à la normale.

Étant donné que la maladie est répandue, il est nécessaire de bien la différencier des néoplasmes malins lors de la détection de niveaux élevés de protéine CA-125.

L'examen histologique du matériel de biopsie, ainsi que les données de l'échographie des organes génitaux féminins, peuvent y contribuer..

Fibromes utérins

Une tumeur bénigne se développe à partir du tissu musculaire lisse de l'utérus et se classe première en fréquence parmi les tumeurs du système reproducteur féminin.

Selon les statistiques, 20% des femmes de plus de 30 ans ont des fibromes utérins de différentes tailles.

La tumeur, en règle générale, ne se produit pas avant la puberté, se développe uniquement pendant l'âge reproducteur et régresse après la ménopause.

Les scientifiques attribuent son développement aux troubles hormonaux dans le corps d'une femme.

Après le développement de cette pathologie, l'indicateur du marqueur tumoral CA-125 dans le sang peut atteindre 90-110 U / ml.

Pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire de subir un examen bimanuel et une échographie des organes génitaux féminins. Seul un examen approfondi et le professionnalisme élevé d'un médecin aideront à identifier la cause de l'augmentation du marqueur tumoral et à prendre les mesures nécessaires pour traiter la pathologie.

La première étape de la prise en charge des patients atteints de fibromes utérins consiste à clarifier la forme et le taux de croissance de la tumeur. En fonction de cela, les tactiques de traitement du patient sont choisies. La composante principale du traitement conservateur est l'hormonothérapie avec des progestatifs..

En présence de tumeurs de grande taille, de développement de complications de l'utérus et des organes adjacents, un traitement chirurgical est indiqué.

Marqueur de tumeur de grossesse

Dans certains cas, vous pouvez déterminer les niveaux accrus de protéine CA-125 avec une grossesse normale au premier trimestre.

Cela est dû au fait que pendant cette période, le corps féminin subit des changements hormonaux importants, des changements généraux dans le corps, une instabilité émotionnelle.

Par conséquent, une augmentation du niveau d'antigène CA-125 dans le sang est un changement physiologique. De plus, les cellules fœtales sont capables de produire cet antigène, ce qui augmente son taux sanguin.

Pour les raisons ci-dessus, le niveau de protéine CA-125 peut atteindre un seuil de 35 U / ml dans le sang et même le dépasser légèrement. Cependant, cette situation ne nécessite qu'une surveillance attentive du niveau d'antigène, un examen supplémentaire de la femme. À l'avenir, il est obligatoire de faire un nouveau don de sang pour analyse.

Ménopause (ménopause)

Après le début de la ménopause (arrêt des menstruations), le corps de la femme devient plus vulnérable en raison d'un changement du métabolisme hormonal.

L'identification d'un indicateur accru du marqueur tumoral CA-125 dans le sang pendant cette période ne sera plus caractéristique de la grossesse, des irrégularités menstruelles, de l'endométriose (la maladie régresse) ou des anomalies kystiques ovariennes fonctionnelles.

La détection des écarts par rapport aux valeurs normales nécessite des études supplémentaires: échographie des organes génitaux féminins, examen bimanuel, passage répété du test pour les marqueurs tumoraux dans le sang.

Valeur CA-125 pour le cancer de l'ovaire

Le but principal du test pour le CA-125 dans le sang est de confirmer ou d'exclure en laboratoire la présence de néoplasmes malins chez les femmes.

En cas de développement d'un cancer de l'ovaire, l'indice d'antigène CA-125 augmente de plus de 5 fois par rapport au seuil, atteignant ainsi des chiffres de plus de 100 U / ml. N'oubliez pas qu'avec le cancer de l'ovaire, le niveau d'antigène CA-125 peut être normal..

Ceci, à son tour, ne doit pas être considéré comme une exception définitive au cancer. Le diagnostic ne peut être établi qu'après une double analyse avec une augmentation de la dynamique.

Pour clarifier le diagnostic, en présence d'indicateurs controversés de la protéine CA-125, il est utile de passer le test de HE-4, qui est plus sensible. Un test combiné avec le calcul d'un indice spécial vous permet d'identifier l'oncopathologie à un stade précoce, ainsi que de différencier les tumeurs malignes du bassin des bénignes.

Aux premiers stades du cancer, le CA-125 augmente légèrement ou ne change pas. Avec la croissance de la tumeur et la progression des stades de la maladie, son taux sanguin peut dépasser la norme. Une analyse de cet antigène peut être utilisée pour prédire l'évolution de la maladie: si, après le début du traitement, le niveau diminue, les patients ont une survie significativement augmentée.

Il est très important de surveiller une femme après le traitement au stade de rémission de la tumeur. Pendant cette période, le niveau de protéine CA-125 est réduit à zéro. L'augmenter même jusqu'à une valeur seuil peut signifier une rechute avant même sa manifestation clinique. Cette condition nécessite un examen approfondi..

Dans le cas de l'établissement d'un niveau constant d'antigène après le début du traitement, on peut juger d'une mauvaise réponse au traitement en cours et de la croissance continue de l'oncopathologie.

Résultats faussement positifs dans l'évaluation du CA-125

Lors de l'évaluation du niveau d'antigène CA-125, les résultats faussement positifs entraînent des maladies sans origine tumorale. Ils sont appelés ainsi car le but principal du test est de confirmer et de montrer la présence d'un cancer.

Ces pathologies comprennent:

  • maladies inflammatoires de la cavité abdominale (péritonite, hépatite chronique, pancréatite chronique);
  • maladies inflammatoires pelviennes (pelviopéritonite);
  • maladies inflammatoires de la cavité thoracique (pleurésie);
  • maladies auto-immunes;
  • infections génitales féminines.

Des méthodes d'examen supplémentaires aident à différencier ces maladies et oncopathologies. Il est important de confirmer et de guérir en temps opportun, ou d'exclure tout dommage aux organes internes.

Que peut indiquer le marqueur tumoral SA-125??

Lors de la détection initiale d'un niveau élevé de protéines, il est nécessaire d'effectuer un diagnostic différentiel qualitatif et détaillé avec d'autres maladies oncologiques.

La protéine CA-125 n'est pas strictement spécifique au cancer de l'ovaire, elle est également détectée dans un certain nombre d'autres oncopathologies:

  • cancer mammaire,
  • utérus, endomètre,
  • pancréas,
  • poumons,
  • foie et estomac.

En l'absence de signes de cancer de l'ovaire à l'échographie, à l'IRM, à l'examen histologique du matériel de biopsie, il est nécessaire d'effectuer des diagnostics supplémentaires des pathologies des autres organes énumérés ci-dessus..

Lors de l'attribution d'une analyse à un oncomarker, une femme doit prendre au sérieux la préparation avant qu'elle ne soit effectuée, sinon le résultat et une interprétation ultérieure peuvent être incorrects.

Les facteurs suivants peuvent affecter le test, alors soyez prêt:

  • manger avant l'accouchement;
  • boire et fumer en quelques jours;
  • l'utilisation de café, de thé avant la livraison;
  • usage de drogues;
  • réussir des études échographiques et radiographiques;
  • manger des aliments épicés, gras et frits;
  • stress;
  • menstruation.

Après avoir éliminé ces facteurs, il reste à déchiffrer correctement le tableau des résultats d'analyse. Cela nécessite un excellent spécialiste et des méthodes de recherche supplémentaires. Si nécessaire, le test est répété.

De plus, une analyse pour HE-4 peut également être attribuée. Nous ne devons pas oublier que l'absence ou la présence d'un niveau élevé d'antigène ne peut pas complètement exclure ou confirmer la formation d'une tumeur maligne.

Un diagnostic rapide et les bonnes tactiques de traitement sont la clé d'un rétablissement efficace et rapide du patient!

Marqueurs du cancer de l'ovaire: caractéristiques, décodage, prix

Les ovaires sont une paire de gonades femelles, produisant non seulement des ovules et fournissant la conception, mais aussi maintenant des niveaux hormonaux normaux. Avec une lésion maligne des ovaires, le travail de tout l'organisme est perturbé. Pour confirmer le processus oncologique, un test sanguin est effectué, dans lequel un marqueur tumoral du cancer de l'ovaire est détecté. En cas de cancer confirmé, une intervention chirurgicale est prescrite.

Oncomarkers - qu'est-ce que c'est?

Oncomarkers - structures protéiques présentes dans le sang, confirmant le processus oncologique dans le corps. Par la présence d'un marqueur spécifique, il est possible d'établir où le néoplasme malin est localisé. De plus, en analysant le sang à la recherche de marqueurs tumoraux, un oncologue détermine l'efficacité de la thérapie..

Types de marqueurs tumoraux du cancer de l'ovaire

Le développement de marqueurs tumoraux commence lorsque les cellules ovariennes normales sont remplacées par des cellules malignes. Une quantité importante de formations protéiques apparaît dans la circulation sanguine et d'autres fluides corporels. À mesure que la tumeur se développe, la synthèse des protéines marqueurs augmente..

Pour le diagnostic du cancer de l'ovaire, les marqueurs suivants sont déterminés:

  • CA125 et HE4 sont les principaux;
  • ACE et CEA - mineur;
  • HCG - facultatif.

Les valeurs de ces marqueurs dans le sang du patient sont diagnostiquées. Pour confirmer le diagnostic, le médecin peut envoyer la femme à des tests instrumentaux et de laboratoire supplémentaires.

Il convient de noter que le CA125 isolé ne convient pas pour détecter le cancer au stade initial, car il a une faible sensibilité. Par conséquent, dans l'analyse du sang, CA125 est déterminé en combinaison avec HE4. Avec la comptabilité intégrée des marqueurs, la fiabilité du test sanguin est de 90%.

Indications pour l'étude

L'analyse des marqueurs tumoraux ne se fait pas simplement à la demande du patient. Il doit y avoir des motifs pour la procédure. Le médecin envoie le patient pour analyse à:

  • confirmer la pathologie oncologique des ovaires ou de l'utérus;
  • surveiller l'évolution de la maladie, prévenir sa récurrence;
  • évaluer l'efficacité de la thérapie prescrite;
  • vérifier si l'opération a réussi, si le néoplasme est complètement coupé.

Analyse sur CA125

Il est utilisé pour détecter le cancer génital. Grâce à l'analyse chez 80% des patients, le processus oncologique est détecté au stade initial.

Le CA125 est une structure qui est un composé d'une protéine complexe et d'un polysaccharide. C'est le seul marqueur qui signale le plus précisément le développement d'un néoplasme malin dans les tissus épithéliaux de l'ovaire. Cependant, des protéines peuvent être présentes dans le sang d'une femme en bonne santé, mais en petites quantités. La propagation de la substance à travers le corps se produit par le plasma sanguin et d'autres fluides corporels..

N'essayez pas de décrypter indépendamment les résultats de l'analyse sur CA125. Vous devriez consulter un médecin spécialiste, car une augmentation de la valeur du marqueur n'est pas toujours un signal pour le développement d'un cancer. Un kyste ou une tumeur bénigne peut provoquer une augmentation de l'indicateur.

Pour clarifier le diagnostic, le médecin envoie le patient à des tests de diagnostic supplémentaires. Une forte probabilité d'une maladie oncologique, si la valeur de CA125 est deux fois la norme.

Pour contrôler le déroulement du processus pathologique, prévenir les rechutes ou l'apparition de métastases, l'analyse sur CA125 est effectuée à plusieurs reprises.

Analyse sur HE4

Il est effectué en plus de l'analyse pour CA125, vous permet de clarifier le diagnostic.

HE4 est la deuxième entrée dans la catégorie WFDC. Il est localisé dans les tissus épithéliaux de la section accessoire des glandes génitales. Normalement, une femme active l'interaction de l'ovule et du sperme, a un effet antimicrobien et anti-inflammatoire. La synthèse des protéines est améliorée dans les lésions ovariennes malignes, réparties dans tout le corps grâce aux fluides biologiques.

Analyse AFP

L'alpha-foetoprotéine est une glycoprotéine dont l'augmentation signale une lésion maligne du foie. Cependant, cette protéine est également sensible aux cellules cancéreuses des gonades..

Analyse CEA

L'antigène embryonnaire du cancer est une protéine synthétisée dans le corps des femmes enceintes. Dans un corps sain, une femme non enceinte est absente. La présence de protéines dans le sang en dehors de la grossesse est un signal pour le développement d'une tumeur cancéreuse chez 90% des patientes. Grâce à l'analyse, des métastases tumorales précoces peuvent être détectées..

La gonadotrophine chorionique humaine à faible concentration est présente dans le corps de chaque femme. Normalement, la substance augmente au cours du premier trimestre de la grossesse. Il soutient le travail du système immunitaire de la mère, aide le corps féminin à porter le fœtus en toute sécurité.

Cependant, ce marqueur est sensible aux cancers embryonnaires, donc, parfois, une augmentation de l'hCG est un signal pour le développement de néoplasmes malins dans les gonades.

Valeurs des marqueurs tumoraux dans des conditions normales et pathologiques

Le CA125 chez une femme en bonne santé ne dépasse pas 35 U / ml. Une légère augmentation des protéines est observée pendant la grossesse et les jours menstruels.

Le marqueur HE4 a des taux inégaux pour les femmes d'âges différents. Donc, pour le patient:

  • jusqu'à 40 ans, le taux normal est de 60,5 pmol / l;
  • 40 - 50 ans - 76,2;
  • 51 - 60 ans - 74,3;
  • 61 - 70 ans - 82,9;
  • après 70 ans - 104,0.

Si HE4 augmente quel que soit l'âge, vous pouvez parler en toute confiance du cancer des ovaires, de l'utérus ou du sein.

La protéine AFP devrait normalement varier de 5 à 10 UI / ml.

L'AEC dans le sang d'une femme en bonne santé ne dépasse pas 3 ng / ml. Avec un néoplasme bénin, l'indicateur peut augmenter à 10 ng / ml. Avec un néoplasme malin, la protéine est significativement plus élevée que la normale, et dans la plupart des cas, une augmentation signale une lésion métastatique des ganglions lymphatiques.

HCG en dehors de la grossesse est normalement de 6,2 mU / L. Chez les femmes enceintes, la valeur de la substance n'est pas la même dans les différents trimestres de gestation.

Quelles maladies augmentent les marqueurs tumoraux?

La présence de marqueurs tumoraux dans le sang est nécessairement le signe d'un processus pathologique. Mais pas nécessairement un processus malin. Grâce à l'analyse des marqueurs tumoraux ci-dessus, vous pouvez identifier:

  • pathologies oncologiques des ovaires (en particulier la forme épithéliale);
  • néoplasmes malins dans l'utérus et les trompes de Fallope;
  • lésions cancéreuses du foie, des organes du système digestif;
  • néoplasmes malins dans les glandes mammaires.

De plus, une augmentation des marqueurs tumoraux est notée dans les réactions inflammatoires, les formations bénignes dans l'utérus et les appendices. Les protéines peuvent être élevées dans le lupus érythémateux systémique et d'autres maladies auto-immunes.

Pour s'assurer que l'augmentation des marqueurs tumoraux n'est pas un signe du processus oncologique, le patient doit subir des tests de diagnostic supplémentaires.

Index des Roms - qu'est-ce que c'est?

Si les marqueurs tumoraux sont normaux, la patiente peut se détendre: elle n'a certainement pas de cancer. Mais si les indicateurs des marqueurs protéiques sont tels qu'une maladie oncologique est suspectée, alors l'indice Roma est calculé. Cet indice est un indicateur numérique prédisant le cancer de l'ovaire. Lors de la prévision, l'âge du patient est pris en compte.

Chez les patientes préménopausées:

  • un indice supérieur à 11,4% - la probabilité de développer un cancer est élevée;
  • inférieur à 11,4% - faible probabilité.

Chez les patientes ménopausées:

  • un indice supérieur à 29,9% - la probabilité de pathologie oncologique est élevée;
  • inférieur à 29,9% - faible probabilité.

Le calcul de l'indice est effectué par un médecin spécialiste dans une formule complexe.

Les femmes préménopausées courent un risque élevé de développer des tumeurs malignes du système reproducteur. Dans la période préménopausique, le fond hormonal change, à cause duquel des kystes apparaissent dans les ovaires et d'autres formations bénignes dans les organes génitaux qui peuvent se transformer en tumeurs malignes.

Où et comment donner du sang pour analyse?

Pour que les résultats de l'analyse s'avèrent fiables, les patients doivent savoir comment se préparer à l'intervention, comment donner du sang. La préparation implique:

  • refus de nourriture 8 heures avant le prélèvement de sang;
  • exclusion du régime quelques jours avant la procédure sucre, sel, alcool;
  • refus de cigarettes une heure avant de prendre le biomatériau.

L'analyse du sang prélevé est effectuée dans les 4 à 5 heures. Différentes institutions médicales ont leur propre calendrier de publication des résultats. Dans les cliniques commerciales, le patient peut obtenir des résultats en 2 heures.

L'analyse est disponible dans les centres de cancérologie et les cliniques commerciales. Un médecin privé peut même venir au domicile du patient pour collecter des biomatériaux.

L'analyse de chaque marqueur tumoral a son propre coût. Ainsi, l'analyse sur CA125 coûte 800 - 900 roubles, sur HE4 - environ 1300 roubles. Le prix de l'analyse pour ACE est d'environ 1200 roubles, pour CEA - une moyenne de 650 roubles.

Signes et symptômes du cancer de l'ovaire, comment diagnostiquer la maladie

Cancer de l'ovaire ou cancer de l'ovaire (de: ovaire - ovaire) - un groupe diversifié de néoplasmes malins du système reproducteur féminin.

Dans la structure des maladies gynécologiques oncologiques, le cancer de l'ovaire occupe la 1ère place en termes de mortalité, devant le cancer de l'endomètre et le cancer du col de l'utérus combinés.

Un pronostic défavorable est associé à un diagnostic tardif et à l'absence de différences claires entre le cancer de l'ovaire et les tumeurs ovariennes bénignes..

Comment reconnaître une maladie dangereuse à un stade précoce? Y a-t-il des signes avant-coureurs? Lisez à ce sujet et bien d'autres choses importantes et utiles pour chaque femme dans notre article..

Cancer de l'ovaire - qu'est-ce que c'est?

Ovaire (gauche et droite) - une glande sexuelle complexe produisant des hormones, un organe apparié du système reproducteur féminin.

Les ovaires sont situés sur le plancher inférieur de l'abdomen d'une femme - dans la région pelvienne des deux côtés de l'utérus.

En savoir plus sur la structure et les fonctions de l'organe dans un article de synthèse sur les ovaires.

L'emplacement des ovaires dans le corps d'une femme
La structure structurelle de l'ovaire

La composition des tissus cellulaires de l'ovaire d'une femme est très complexe et variée. Cet organisme combine les structures d'une grande variété de domaines fonctionnels et de propriétés biologiques..

Il n'est pas surprenant que les tumeurs ovariennes soient le groupe de néoplasmes le plus diversifié dans leur structure histologique. Ils sont conditionnellement divisés en:

  1. Épithéliales - sont formées à partir de cellules atypiques (mutations accumulées) de l'épithélium tégumentaire de l'ovaire et sont:
    • Séreux
    • Mucineux
    • Endométrioïde
    • Cellule lumineuse
    • Tumeurs de Brenner
    • Mixte
  2. Non épithélial - proviennent de tout autre tissu de l'ovaire, à l'exception de l'épithélium du tégument. Distinguer:
    • Tumeurs de stroma du volet génital (généralement hormono-actives):
      - tumeurs à cellules granulosa ou à cellules granulosa-stromales (produisent des œstrogènes)
      - androblastomes (tumeurs des cellules de Sertoli et Leydig, produisent des androgènes),
      - ginandroblastomes (actifs androgènes),
      - tecoms (oestrogène-actif),
      - tumeurs non classifiées du stroma de la moelle génitale.
    • Tumeurs des cellules germinales - se développent à partir des cellules germinales primaires, les ovocytes. Malins comprennent:
      - dysgerminomes,
      - non-dysgerminomes (tumeur du sac vitellin, cancer embryonnaire, choriocarcinome, polyembryome, tératome immature, tumeur à cellules germinales mixtes)
  3. Cellule lipidique
  4. Gonadoblastomes
  5. Tumeurs non classifiées

La plupart des tumeurs ovariennes peuvent avoir une évolution différente:

  • Bénin
  • Potentiellement malin (tumeurs borderline)
  • Malin

Le cancer de l'ovaire n'est pas une pathologie unique, mais tout un groupe de maladies. Par ce terme collectif, on entend l'une ou l'autre tumeur maligne de l'ovaire, de diverses origines, propriétés biologiques et cliniques..

Les carcinomes (adénocarcinomes), néoplasmes malins de nature épithéliale, représentent jusqu'à 90% des cancers de l'ovaire.

Les tumeurs ovariennes malignes non épithéliales sont rares - jusqu'à 10% de tous les cas.

Les principaux types histologiques de tumeurs malignes de l'ovaire

Le cancer de l'ovaire est divisé en:

  • Primaire - est extrêmement rare, dans pas plus de 4% des cas.
    Les tumeurs ovariennes malignes primitives comprennent:
    - carcinome indifférencié,
    - dysgerminome,
    - carcinome embryonnaire,
    - charionépithéliome,
    - tératome immature,
    - gonandroblastome.
  • Secondaire - la variante la plus courante du cancer de l'ovaire: elle représente jusqu'à 80 à 85% de tous les cas.
    Ici, le cancer se développe dans le contexte d'une tumeur maligne d'une tumeur bénigne ou borderline déjà existante (cystome, cystadénome) de l'ovaire
  • Métastatique - représente jusqu'à 20% des lésions d'organes malins.
    Une telle tumeur est une métastase cancéreuse éloignée d'une localisation différente: sein, estomac, intestins, poumon, foie, vésicule biliaire, etc..

Cancer de l'ovaire - code ICD-10,
Code ICD-O - déchiffrement

Le code pour les tumeurs ovariennes malignes selon la CIM-10 est l'un:
C56 Tumeur maligne de l'ovaire

Plus informatif est le code ICD-O pour les tumeurs ovariennes (ICD-O), qui reflète:
- topographie (localisation) de la tumeur,
- sa structure morphologique (histologique)
- et la nature du cours (bénin ou malin).

Code de décodage selon ICD-O

Code topographique des ovaires de la CIM-O:
C56.9 Ovaire

Le code morphologique (histologique) de la tumeur selon la CIM-O ressemble à ceci:
_ _ _ _ / _

_ _ _ _ /... - les quatre premiers chiffres - l'index numérique à quatre chiffres de l'affiliation histologique de la tumeur

... / _ - nombre sous la fraction - code de caractère tumoral:
... / 0 - bénigne (cystome *, ou plutôt - cystadénome, adénome)
... / 1 ​​- tumeur limite de malignité indéfinie (on ne sait pas comment elle se comportera plus loin - comme bénigne ou comme maligne)
... / 2 - cancer in situ (cancer pré-invasif)
... / 3 - une version maligne d'une tumeur ovarienne particulière (adénocarcinome)
... / 6 - tumeur maligne de l'ovaire de localisation secondaire (carcinome métastatique)

* cystome - le nom obsolète du cystadénome (tumeur kystique ovarienne bénigne)

Code tumeur de la CIM-O:
C56.9, 8441/0 - signifie qu'il s'agit d'un cystadénome séreux bénin situé dans l'ovaire
(synonymes: kyste séreux ovarien, cystome séreux, adénome séreux-microcystique, tumeur bénigne séreuse-kystique ovarienne)

Code tumeur de la CIM-O:
C56.9, 8441/3 - signifie qu'il s'agit d'un cystadénocarcinome ovarien séreux (cancer ovarien séreux)

Classification du cancer de l'ovaire

Selon la structure histologique, plusieurs types de cancer de l'ovaire sont distingués:

  • Séreux - la forme la plus courante de la maladie, survient dans 70% des cas
  • Endométrioïde - les carcinomes endométrioïdes se produisent rarement (un peu plus de 10% des cas), sont détectés aux premiers stades, ont généralement un faible potentiel malin
  • Mucineux
  • Cellule claire
  • et etc.
Les principaux types de cancer de l'ovaire

Quel âge a le cancer de l'ovaire??

Ces ou d'autres néoplasmes bénins et malins des ovaires peuvent apparaître chez les femmes et les filles de tout âge..

  • Chez les filles, les filles et les jeunes femmes de moins de 25 ans, plus souvent diagnostiquées avec des tumeurs malignes germinogènes
  • Les néoplasmes stromaux sont caractéristiques des femmes de moins de 40 à 50 ans - environ 7% de toutes les tumeurs malignes de l'organe
  • Les carcinomes endométrioïdes surviennent chez les femmes en âge de procréer, souffrant généralement d'infertilité, et sont considérés comme un produit de malignité des kystes ovariens endométrioïdes.
  • Les carcinomes épithéliaux (séreux, mucineux, à cellules claires, etc.) sont la forme la plus courante de cancer de l'ovaire (85 à 90% de tous les cas de la maladie). La grande majorité de ces tumeurs sont détectées chez les femmes de 45 à 75 ans.

La plupart des cas de cancer de l'ovaire surviennent chez les femmes ménopausées et ménopausées..
L'âge moyen des patients est de 63 ans.

Le cancer de l'ovaire est une maladie des femmes principalement de plus en plus âgées, bien qu'il ne fasse pas exception chez les jeunes

Les causes de la maladie

Il existe plusieurs hypothèses pour le développement de la maladie:

  • Perturbation de l'hypothalamus (la structure du cerveau qui régule l'activité neurohormonale du système nerveux central)
  • Effet accru des œstrogènes, stimulant la prolifération pathologique et la métaplasie de l'épithélium ovarien superficiel
  • Prédisposition génétique (pour les formes héréditaires de cancer de l'ovaire)
  • Changements atypiques dans les cellules de la partie fimbriale des trompes de Fallope (se produisent souvent dans le contexte d'une inflammation lente et prolongée des appendices)
  • Accumulation de mutations spontanées dans les cellules d'organes

Facteurs de risque importants de cancer de l'ovaire:

  • Début précoce des règles chez les filles (premières règles) et ménopause tardive
  • Ménarche tardive et ménopause précoce
  • Refus d'accouchement (fonction reproductrice non réalisée)
  • Infertilité (incapacité à concevoir pendant 5 ans ou plus)
  • Endométriose (a prouvé la relation entre le cancer ovarien à cellules claires et l'endométrioïde avec cette pathologie)
  • L'utilisation de dispositifs intra-utérins (DIU)
  • Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK, syndrome de Stein-Leventhal)
  • Hormonothérapie substitutive par œstrogène postménopausique (augmente le risque de développer un cancer ovarien séreux et endométrioïde)
  • Tabagisme (prouvé être associé à l'apparition de tumeurs mucineuses)
  • Obésité (indice de masse corporelle supérieur à 30)
  • Transport de mutations génétiques VRCA1, VRCA2, P53, STK11 (syndrome de Peitz-Jägers), syndrome de Lynch (cancer colorectal héréditaire non polypeux), RAD51C, DICER, etc..
  • Cas de parents de sang (femmes et hommes) de cancer du sein, de l'endomètre (corps utérin), des ovaires, des reins, de l'estomac, des poumons, du côlon
  • Stimulation de la fonction ovarienne (ovulation)
  • Une alimentation riche en graisses et en glucides légers
  • Diabète de type 2
  • Salpingoophorite chronique (pour le cancer séreux)
  • Effets cancérigènes de l'amiante sur l'organisme
  • Masses ovariennes bénignes (kystes, cystadénomes)

Stades du cancer de l'ovaire

Stage FIGOTNM StageBrève description
1 (I)T1N0M0La tumeur (T) est limitée au tissu d'un ou des deux ovaires.
Aucune lésion ganglionnaire détectée (N0).
Il n'y a pas de métastases à distance (M0).
2 (II)T2N0M0Une tumeur affecte un ou deux ovaires, trompes de Fallope et / ou utérus, se trouve le long du péritoine dans la cavité pelvienne.
3 (III)T3N1M0Une tumeur affecte un ou deux ovaires, trompes de Fallope.
On le trouve dans le péritoine, à la surface du foie, de la rate.
Il y a une lésion des ganglions lymphatiques rétropéritonéaux et inguinaux.
Il y a des métastases dans le grand omentum, à l'intérieur du péritoine.
4 (IV)T4N1M1Une tumeur affecte un ou deux ovaires.
Il y a une tumeur des ganglions lymphatiques à l'extérieur de la cavité abdominale.
Il y a des métastases hépatiques, des métastases à distance (M1) vers d'autres organes abdominaux.
Cellules malignes trouvées dans le liquide pleural.

Depuis le 1er janvier 2014, la FIGO a établi des sous-étapes pour chaque stade de la maladie. Une description détaillée des sous-étapes sera donnée dans les articles suivants..

À quelle vitesse le cancer de l'ovaire se développe-t-il??

L'épithélium tégumentaire de l'ovaire est très similaire à l'épithélium des trompes de Fallope, du péritoine, du péricarde et de la plèvre, et l'ovaire lui-même n'est pas isolé de la cavité abdominale par la membrane du tissu conjonctif séreux.

Cela détermine les propriétés agressives du cancer de l'ovaire:
sa progression rapide,
distribution d'implantation le long du péritoine et
métastases abdominales.

La transition de la maladie du stade latent 1 au stade 3-4 sévère est rapide. Une tumeur peut donner des métastases à distance et germer dans les organes voisins en seulement 4 à 12 mois.

Les premiers signes du cancer de l'ovaire

En raison de la longue période de latence, le cancer de l'ovaire est appelé un tueur silencieux..

En règle générale, les stades localisés et complètement guérissables du processus tumoral n'apparaissent pas. La femme malade se sent en parfaite santé et ne va pas chez le médecin.

Les premiers signes du cancer de l'ovaire peuvent ressembler à des affections non liées à la gynécologie, par exemple l'ostéochondrose, la gastrite, le syndrome du côlon irritable, la cystite.

Rétrospectivement, une fois le diagnostic établi, les patients ont rappelé qu'ils périodiquement:
"Dos douloureux",
"Tiré" dans le bas-ventre,
"Seethed" et fait mal "l'estomac entier".
Et:
une miction rapide ou difficile a été observée,
il y avait des plaintes d'infertilité,
la douleur est survenue pendant les rapports sexuels.

Les symptômes du cancer de l'ovaire

La croissance de manifestations évidentes de la maladie est toujours associée à la propagation de la tumeur au-delà de l'ovaire affecté..

Les symptômes et les plaintes cliniques, obligeant le patient à consulter un médecin, parlent des 3-4 derniers stades de la maladie:

  • Problèmes gastro-intestinaux:
    - la nausée
    - flatulences
    - sensation de satiété ou de ballonnement, satiété rapide des aliments
    - perte d'appétit
    - constipation
    - obstruction intestinale
  • Trouble urinaire:
    - une sensation de pression sur la vessie,
    - difficulté à uriner (en serrant une tumeur de l'urètre),
    Douleur à la miction,
    - fausse envie d'uriner
  • Malaise croissant, faiblesse
  • Augmentation à long terme de la température corporelle de 37,5 à 38 degrés (condition subfébrile)
  • Ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale)
  • La caractéristique de l'ascite est une augmentation de la taille de l'abdomen (estomac de grenouille)
  • Douleurs sourdes et sourdes dans le bas de l'abdomen, se transformant en une douleur intense dans l'abdomen, le bas du dos
  • Un écoulement sanglant dans le cancer de l'ovaire peut se produire lorsqu'une tumeur se développe dans l'utérus. Ou avec des tumeurs des cellules de la granulosa actives aux œstrogènes qui causent:
    Irrégularités menstruelles,
    - coagulation du sang, saignement utérin acyclique, reprise des "menstruations" après le début de la ménopause,
    - hyperplasie de l'endomètre
  • Gonflement des jambes
  • Lorsque le liquide s'accumule dans la cavité pleurale:
    - essoufflement
    - toux
    - une sensation de lourdeur, une compression dans la poitrine

Il est évident que les symptômes énumérés ne sont pas spécifiques à la seule pathologie gynécologique. Par conséquent, une femme atteinte d'un cancer ovarien avancé peut ne pas consulter un gynécologue, mais un médecin d'une spécialisation différente..

Comment le cancer de l'ovaire "fait mal"?

Parfois, la maladie se manifeste par une soudaine douleur aiguë et coupante dans l'abdomen, redonnant au rectum. Une telle douleur peut être associée à une torsion des jambes de la tumeur ou à une rupture de la cavité kystique..

Dans d'autres cas, le cancer se manifeste par un malaise général et des crampes chroniques et d'intensité variable dans tout l'abdomen, le bas de l'abdomen, dans le bas du dos.

Patiente L., 62 ans, après le début de la ménopause, le gynécologue n'a pas été observé.

L. est venue chez le gastro-entérologue avec des plaintes de douleurs abdominales. Après l'examen (gastroscopie, test Helicobacter pylori), elle a subi un traitement infructueux avec des antibiotiques et des gastroprotecteurs.

Des problèmes digestifs non résolus et des douleurs abdominales croissantes ont forcé L. à se tourner vers un autre gastro-entérologue plus expérimenté.

Après avoir étudié les antécédents médicaux et examiné attentivement la patiente, le médecin l'a envoyée chez un gynécologue.

Actuellement, une femme subit un traitement actif chez l'oncologue gynécologique..

Diagnostic confirmé: cancer séreux de l'ovaire, stade 3.

Diagnostic du cancer de l'ovaire

La détection précoce des stades initiaux du processus malin dans l'ovaire reste le talon d'Achille dans la prévention et le traitement réussi de cette formidable oncopathologie.

Il n'y a pas de norme généralement acceptée pour le diagnostic non chirurgical de la maladie. Par conséquent, le cancer ovarien localisé est généralement une découverte opératoire..

Les premiers symptômes du cancer de l'ovaire à ses stades initiaux peuvent être cachés derrière:

  • maladie inflammatoire persistante et non réactive des appendices utérins
  • infertilité
  • Irrégularités menstruelles
  • nœuds sous-muqueux des fibromes utérins

Examen gynécologique

L'examen sur une chaise avec un examen rectovaginal à deux mains peut révéler une formation volumétrique dans le petit bassin d'une valeur peu claire.

Cette méthode n'est pas très informative pour détecter les premiers stades du cancer primaire et est difficile pour les patients en surpoids..

Est-il possible de déterminer le cancer de l'ovaire par échographie??

Au premier stade d'un examen gynécologique, absolument tous les patients doivent subir une échographie des organes pelviens sur un appareil de niveau expert.

Si un gros néoplasme est détecté, l'échographie transvaginale doit être complétée par un balayage transabdominal.

L'échographie moderne en mode de cartographie Doppler couleur et énergie peut détecter et distinguer efficacement les variantes localisées du cancer de l'ovaire Trois types structurels de tumeurs ovariennes

  • Tumeur kystique - est une capsule tapissée de cellules tumorales, remplie de contenu liquide, muqueux ou sanglant
  • Kystique solide - un tissu tumoral dense se forme dans lequel se trouve une cavité (ou plusieurs cavités) à contenu liquide ou semi-liquide
  • Solide - l'ensemble du néoplasme est constitué d'un tissu tumoral dense

Une dépendance directe de la taille de la tumeur ovarienne au stade du processus malin n'a pas été établie.

Signes échographiques du cancer de l'ovaire

  • La taille des ovaires varie (asymétrie marquée)
  • Le contour de l'ovaire élargi n'est pas partiellement visualisé.
  • Signes de tumeur kystique maligne:
    - formation arrondie, les bords sont assez nets, les contours sont uniformes;
    - structure anéchoïque, avec plusieurs cloisons de différentes épaisseurs et épaississements inégaux
  • Signes d'une tumeur solide kystique maligne:
    - formation arrondie, les bords sont assez nets, les contours sont uniformes;
    - structure anéchogène, le plus souvent à cloisons, avec des inclusions échogènes le long de la surface interne de la capsule de formation et le long des cloisons;
    - un composant solide de structure hyperéchogène, forme ronde régulière / irrégulière, contours clairs / flous
  • Signes d'une tumeur solide maligne:
    - la formation d'une forme ronde ou irrégulière;
    - les contours sont clairs / flous, inégaux;
    - l'échogénicité de l'éducation est réduite;
    - des inclusions anéchogènes simples de forme arrondie sont détectées à l'intérieur de la formation
  • Dans la composante kystique, 4 excroissances papillaires solides ou plus sont souvent trouvées
  • La tumeur contient de nombreuses (plus de 5) inclusions échophiles non linéaires avec une échostructure hétérogène
  • Dans les tissus de l'ovaire, des zones d'hypervascularisation, une vascularisation élevée du composant solide et des cloisons tumorales sont déterminées
  • Le flux sanguin du néoplasme dans les CDC est fortement exprimé:
    - augmentation du débit sanguin artériel et veineux,
    - débit maximal élevé de flux sanguin veineux intratumoral,
    - diminution de la résistance du flux sanguin artériel de la périphérie au centre de la tumeur
Carcinome ultrasonore de l'ovaire: stadification du cancer de l'ovaire par échographie.

Stade présomptifCaractéristique échographique
1Une masse kystique avec des excroissances papillaires est visualisée dans l'ovaire..
2Dans l'ovaire, une formation kystique est visualisée avec des croissances papillaires étendues, avec une violation de l'intégrité de la capsule.
Une petite quantité de liquide se trouve dans l'espace arrière.
3-4Dans la région ovarienne, un conglomérat tumoral d'une structure solide kystique, de forme irrégulière, avec des bordures floues et des croissances le long du contour externe est visualisé.
Germination tumorale dans l'utérus, métastases dans le grand omentum, le foie peut être déterminé.
Dans 80 à 90% des cas, l'ascite est déterminée..
Cancer ovarien métastatiqueUne petite formation tubéreuse solide est visualisée dans un ou les deux ovaires.
Les contours sont clairs, sans soudure avec l'utérus.

Un kyste ovarien peut-il devenir cancéreux?

Tout kyste ovarien et cystadénome bénin persistant (ne régressant pas pendant 3 à 6 mois) peut devenir malin avec le temps..

Les kystes simples à chambre unique ont un faible potentiel malin et sont plus susceptibles de guérir indépendamment ou de rester stables..

Les tumeurs solides kystiques à plusieurs chambres avec des excroissances papillaires et papillaires grossières pariétales dans la cavité kystique sont toujours suspectes en termes de malignité et nécessitent le diagnostic le plus approfondi.

En règle générale, le cancer secondaire résulte de cystadénomes séreux, tératoïdes et pseudo-mucineux (kystes) de l'ovaire. Les cystadénomes mucineux sont malins dans environ 17% des cas.

Indice de risque de malignité (IRM)

Pour évaluer le risque de malignité de la formation volumétrique ovarienne, voir l'indice de risque de malignité IRM.

La sensibilité de cette méthode est de 78%..

Pour calculer l'IRM, vous devez multiplier les indicateurs suivants:

  • Le niveau de marqueur tumoral CA-125 (selon les résultats d'un test sanguin du patient)
  • Scores échographiques
  • Points de ménopause

Signes échographiques de la formation kystique ovarienne (pour le calcul des scores échographiques):

  1. Multi-chambre
  2. Il y a une composante solide (excroissances papillaires, papilles, etc.)
  3. Bilatéral (dans les deux ovaires)
  4. Ascite, fluide dans l'espace adjacent
  5. Métastases suspectées
Calcul des scores échographiques:

Combien de signes échographiques y a-t-il (sur les cinq énumérés ci-dessus)Points
Personne0
Il n'y en a qu'un (n'importe lequel)1
2-5 signes3
Âge du patientPoints
Préménopause (à partir de 45 ans avant la ménopause)1
Post-ménopause3

Formule de calcul IRM:
IRM = (scores échographiques) x (scores ménopausiques) x (CA 125)

IRM normal ≤ 200

Une augmentation de l'IRM supérieure à 200 est un signe de cancer de l'ovaire. Il est impératif de référer le patient à un oncologue pour une consultation et un examen plus approfondi..

IRM - Imagerie par résonance magnétique

Une méthode plus précise dans le diagnostic du cancer de l'ovaire (par rapport à l'échographie):

  • IRM d'amélioration du contraste
  • IRM de diffusion (pondération diffuse) (DWI) - réalisée sans utilisation d'agents de contraste et permet d'effectuer l'étude même pour les patients présentant une insuffisance rénale ou des allergies aux médicaments de contraste

Indication pour l'IRM en pathologie ovarienne:

  • La tumeur kystique détectée par échographie ne peut être attribuée à une tumeur maligne ou bénigne
  • Pour déterminer plus précisément la localisation du processus tumoral, la relation avec d'autres organes
  • Pour rechercher des métastases et des ganglions lymphatiques affectés
  • Pour la stadification tumorale préopératoire

PET-CT - tomographie par émission de positons

La TEP-TDM n'est pas utilisée pour le diagnostic initial du cancer de l'ovaire (à ce stade, la méthode donne beaucoup de faux positifs).

Cependant, le PET-CT est la méthode de choix pour détecter la récidive de la tumeur, en particulier en combinaison avec une surveillance dynamique du marqueur tumoral CA-125..

Laparoscopie

La laparoscopie est une opération moderne moins traumatisante (par ponction de la paroi abdominale). Il permet un diagnostic approfondi, en particulier des premiers stades de la maladie..

Objectifs de la laparoscopie diagnostique:

  • Examen des organes pelviens et du péritoine sous agrandissement multiple
  • Biopsie - obtenir un échantillon de tissu anormal (biopsie) pour examen histologique, déterminer l'histotype de la tumeur et confirmer le diagnostic
  • Une évaluation objective de la taille de la tumeur et de la prévalence du processus tumoral
  • Prélèvement de liquide ascitique et / ou abdominal pour examen cytologique (diagnostic de lésions microscopiques du péritoine avec des cellules cancéreuses)
  • Échographie endoscopique avec biopsie ciblée des ganglions lymphatiques à aiguille fine
Laparoscopie diagnostique du cancer de l'ovaire

Parfois, une laparoscopie diagnostique médicale est prescrite pour éliminer un kyste ovarien complètement «inoffensif». Mais pendant l'opération, des doutes surgissent quant à sa bonne qualité. Ensuite, une biopsie d'urgence urgente est réalisée, tout le tissu extrait est envoyé pour l'histologie. D'autres tactiques de traitement dépendent des résultats de l'examen histologique.

Pour exclure le cancer d'un endroit différent ou pour identifier les métastases du cancer de l'ovaire, la patiente fait l'objet d'études complémentaires:

  • Échographie de la cavité abdominale
  • Échographie thyroïdienne
  • Échographie des régions cervico-supraclaviculaire et rétropéritonéale, ganglions lymphatiques
  • Mammographie
  • Scanner (avec contraste intraveineux) de la poitrine, de l'abdomen
  • Gastroentéroscopie, radiographie de l'estomac
  • Coloscopie
  • Cystoscopie
  • et etc.
Retour à la table des matières

Quelle est la méthode de diagnostic la plus précise??

Le matériel pour l'histologie est obtenu rapidement, plus souvent pendant la laparoscopie.

Est-il possible de déterminer le cancer de l'ovaire par une analyse sanguine générale?

Un test sanguin clinique et biochimique de routine est effectué pour évaluer l'état général du corps et des organes internes du patient.

La numération sanguine pour le cancer peut rester normale ou changer, comme pour de nombreuses autres maladies non cancéreuses.

Il est impossible de détecter le cancer de l'ovaire par un test sanguin clinique général seul..

Analyse des marqueurs tumoraux, CA-125

Les marqueurs tumoraux sont des substances protéiques spéciales - antigènes ou produits vitaux anormaux, y compris les cellules tumorales (les tissus sains du corps les produisent en petites quantités ou pas du tout).

En tant qu'évaluation supplémentaire de la formation de volume de nature peu claire détectée lors de l'échographie des organes pelviens, la quantité de marqueur CA-125 dans le sérum sanguin est le plus souvent déterminée.

La valeur de cet indicateur dans le diagnostic initial du cancer de l'ovaire ne doit pas être surestimée. Après tout, il change en fonction du jour du cycle menstruel, peut augmenter pendant la grossesse, dans le contexte de maladies gynécologiques complètement bénignes ou avec un cancer d'un endroit différent.

Raisons possibles de l'augmentation du marqueur tumoral CA-125 dans le sérum sanguin Le but officiel du CA-125 est de surveiller l'efficacité du traitement du cancer de l'ovaire confirmé histologiquement

Certaines tumeurs ovariennes ne produisent pas du tout de CA-125. Dans de tels cas, le niveau de marqueur tumoral restera normal même avec des stades avancés de cancer..

Le marqueur tumoral HE-4 est considéré comme le plus sensible en termes de détection du cancer épithélial de l'ovaire..

Dans le diagnostic des stades précoces du cancer de l'ovaire, la «combinaison» de marqueurs fonctionne mieux: CA-125 et HE-4

CaractéristiqueCA-125HE-4
Norme pour une femme en bonne santéjusqu'à 35 unités / mlPréménopause:
- jusqu'à 70 pmol / l Postménopause:
- jusqu'à 140 pmol / l
Les premiers stades du cancer épithélial de l'ovairePromu uniquement dans
50% des cas
Promu à
80-90% des cas
Cancer d'un autre endroitÇa arriveÇa arrive
EndométriosePromuNorme
Maladies inflammatoires de la région génitalePromuNorme
Kyste bénin, cystome ovarienPlus souvent promuPlus souvent la norme
Marqueur tumoralQuelles tumeurs ovariennes peuvent augmenter?
CA-19-9Mucineux
β-hCGGerminogène
AFP
(α-foetoprotéine)
Germinogène
Inhibin-BCellule granulosa
Stromal

Le diagnostic de cancer de l'ovaire n'est établi que sur la base d'un examen histologique, et non sur la base du marqueur tumoral (quelle que soit sa hauteur).

Vous avez trouvé un cancer de l'ovaire - quel est le pronostic?

Critères d'évaluation du pronostic et des tactiques de traitement du cancer de l'ovaire:

  1. Stade du cancer
  2. Le degré de différenciation tumorale
  3. Type de carcinome / adénocarcinome (tumeur de type 1 ou de type 2)
1. Le pronostic du stade de la maladie
  • Stade 1 - en cas d'ablation radicale de la tumeur, la récupération est possible. Taux de survie à cinq ans de 85 à 60%
  • Stade 2 - taux de survie à cinq ans de 50%
  • Étape 3-4 - une guérison complète est impossible (le cancer devient une maladie chronique). L'objectif du traitement est de maintenir la rémission la plus longue possible. Taux de survie à cinq ans de 15 à 5%
2. Prévision du degré de différenciation tumorale
  • Tumeur frontalière (GV) - pronostic favorable de bas grade
  • Très différencié (G1) - malignité faible, bon pronostic
  • Modérément différencié (G2) - pronostic modérément malin, peu clair
  • Bas grade (G3) - haut grade, mauvais pronostic
  • Indifférencié, aplasique (G4) - pronostic agressif et difficile
3. Pronostic par type de carcinome

Type de carcinome ovarienType de cancer de l'ovaireLa description
Prévoir
1 type
Bas grade
Serous LG
Mucineux
Endométrioïde LG
Cellule claire
Faible agressivité.
Il est asymptomatique depuis longtemps.
Plus souvent détecté aux premiers stades.
Elle se développe à partir de tumeurs ovariennes bénignes et limites (kystes séreux ou mucineux, kystes endométrioïdes).
Le pronostic d'un traitement adéquat est favorable..
Type 2
Haut grade
Serous NG
Endométrioïde NG
Indifférencié
Carcinosarcome
Très agressif.
Détecté le plus souvent aux stades ultérieurs.
Les raisons du développement ne sont pas claires.
Mutations héréditaires caractéristiques BRCA1 / 2, TP53
Pronostic défavorable.

Traitement du cancer de l'ovaire

Une combinaison de chirurgie et de chimiothérapie est utilisée pour traiter la maladie (la «chimie» est effectuée dans presque tous les cas, même après une chirurgie radicale).

Le cancer de l'ovaire peut-il être guéri sans chirurgie?

Non vous ne pouvez pas.
Même si l'état initial de la patiente est très mauvais et que l'opération est dangereuse, elle reçoit d'abord plusieurs traitements de chimiothérapie. Et puis, après avoir amélioré les indicateurs de santé, ils s'efforcent de retirer chirurgicalement le volume maximal possible de tissu tumoral.

Types d'opérations pour le cancer de l'ovaire

Le volume de traitement chirurgical des tumeurs ovariennes pour chaque cas de la maladie est individuel.

Toutes les opérations peuvent être divisées en deux groupes:

  1. Conservation (conservation) - avec préservation de la fonction de procréation
  2. Cytoreductive

Enregistrer les opérations

Dans des cas exceptionnels, chez les jeunes patientes atteintes d'une tumeur ovarienne maligne ou limite, les tactiques chirurgicales visent à maintenir la fertilité.

Pré-requis pour un fonctionnement en douceur:

  • 1Un stade de la maladie
  • La pathologie de l'endomètre est exclue (selon les résultats du curetage diagnostique de l'utérus ou de la biopsie de la sonde endométriale)
  • Tumeur hautement différenciée (G1)
  • Patiente nullipare de jeune âge, intéressée à maintenir la fertilité
  • Après un traitement doux, il est réaliste de procéder à un suivi approfondi.

Portée standard de l'opération d'économie:

  • Annexectomie unilatérale - ablation de l'ovaire affecté avec la trompe de Fallope
  • Résection (biopsie) du deuxième ovaire
  • Omentectomie - ablation partielle ou complète du grand omentum

Chirurgie cytoréductrice

Qu'est-ce que la cytoréduction??
Il s'agit d'une grande opération abdominale. Elle est réalisée par laparotomie, c'est-à-dire pour accéder à la cavité abdominale, pratiquer une incision dans la paroi abdominale antérieure avec un scalpel.

But de la chirurgie cytoréductrice:

  1. Ablation chirurgicale du volume maximal possible d'une tumeur maligne primitive et de ses métastases
  2. La mise en scène finale de la maladie

Le volume standard de cytoréduction dans le cancer de l'ovaire (réalisé sans échec, quel que soit le stade de la maladie):

  • Extirpation de l'utérus avec appendices - ablation complète de l'utérus avec ablation bilatérale des ovaires et des trompes de Fallope
    un plus
  • Omentectomie - ablation complète du grand omentum

Après avoir effectué le volume opératoire standard, une révision approfondie de la cavité abdominale est effectuée:
- Prélever des frottis (frottis) sur le péritoine ou des échantillons de liquide d'ascite pour un examen cytologique.
- Toutes les zones du petit et du gros intestin, le dôme du diaphragme, le mésentère, le péritoine, la vessie, les autres départements et organes de la cavité abdominale sont examinés. Les zones suspectes sont biopsiées.
- Si des métastases dans les ganglions lymphatiques sont détectées, elles sont supprimées.
- Les sections de l'intestin envahies par les tumeurs, les autres structures et organes de la cavité abdominale sont retirées chaque fois que possible.
- En cas de cancer mucineux, l'appendice est retiré (au moindre signe de sa défaite).

Le degré de radicalité de la chirurgie cytoréductrice:

  • Cytoréduction complète - toutes les zones visibles de la tumeur ont été enlevées pendant la chirurgie
  • Optimal - le volume de la tumeur résiduelle (non excisée) ne dépasse pas 1 cm
  • Sous-optimal - la taille du tissu tumoral résiduel 1-2 cm
  • Non optimal - tumeur résiduelle de plus de 2 cm

L'avantage le plus tangible dans le traitement du cancer de l'ovaire est précisément la cytoréduction. Cette opération radicale complexe peut durer jusqu'à 12 heures.

Pour augmenter les chances d'élimination complète de la tumeur commune, certains patients atteints de stades sévères de cancer 3C-4 se voient d'abord prescrire plusieurs (2-3) cycles de chimiothérapie néoadjuvante.

Les tâches de la "chimie" préopératoire sont de réduire la taille de la tumeur, d'entraîner la mort partielle des cellules tumorales, d'augmenter les chances de cytoréduction complète.

Après la chirurgie cytoréductrice, une chimiothérapie adjuvante est réalisée visant à détruire les cellules tumorales individuelles réparties dans tout le corps et les micrométastases tumorales invisibles à l'œil.

Traitement médicamenteux du cancer de l'ovaire - la chimiothérapie est-elle obligatoire?

La chimiothérapie après une chirurgie cytoréductrice complète peut dans certains cas ne pas être effectuée à condition:

  • 1Un stade de cancer
  • Stade 1B de l'histotype à cellules non claires du cancer hautement différencié (G1)
Chimiothérapie intraveineuse

Pour toutes les patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire, à partir du stade 1C, 6 cycles de chimiothérapie thérapeutique postopératoire contenant du platine sont obligatoires.

La combinaison optimale de chimiothérapie intraveineuse 1 (première) ligne:
Dérivé de platine + Taxanes

  • Carboplatine + paclitaxel
  • Cisplatine + Paclitaxel
  • Cisplatine + docétaxel
  • Carboplatine + paclitaxel

La combinaison précédente «dérivé de platine + cyclofasfan» pour la chimiothérapie de la ligne 1 pour le cancer de l'ovaire n'est pas recommandée en raison d'une efficacité clinique moindre.

Pour le traitement de 3-4 stades, le médicament ciblé Bevacizumab est ajouté au schéma de chimiothérapie intraveineuse.

En cas de cytoréduction incomplète (optimale ou sous-optimale), des agents chimiothérapeutiques peuvent être injectés directement dans la cavité abdominale du patient.

  • La concentration du médicament antitumoral dans la cavité abdominale avec l'administration intrapéritonéale est 17 fois plus élevée qu'avec l'administration intraveineuse
  • Le contact direct de la tumeur résiduelle avec un agent cytotoxique est atteint (le médicament pénètre directement dans la tumeur à une profondeur de plusieurs millimètres)
  • Toxicité élevée et effets secondaires gastro-intestinaux et neurologiques prononcés associés, douleur, altération de l'hématopoïèse
HIPEC - Chimiothérapie intrapéritonéale hyperthermique

La chimiothérapie à chaud HIPEC est un «supplément d'amélioration» pour la chirurgie cytoréductrice incomplète.

La cytoréduction en association avec HIPEC est une procédure très complexe, risquée et longue (de 3 à 16 heures). Mais parfois, c'est le seul moyen d'étendre et d'améliorer la qualité de vie d'une patiente atteinte d'un cancer ovarien tardif.

L'essence de la méthode:
Immédiatement après la cytoréduction (le patient est toujours dans la salle d'opération, sous anesthésie générale), la cavité abdominale avec des foyers inopérables de la tumeur est temporairement fermée, remplie d'une solution d'un agent antitumoral chauffée à 39-42 degrés et «lavée» pendant une longue période (jusqu'à 1,5 heure) en utilisant une technologie de pointe instrumentation.
Ensuite, la chimio-solution est pompée et l'opération est enfin terminée.

Comment la «chimie chaude» peropératoire est-elle parfaitement illustrée dans la vidéo:

  • Traitement direct de la tumeur résiduelle avec des doses élevées de cytostatique
  • Amélioration de l'efficacité du médicament en augmentant la «capture» de la chimiothérapie chaude avec des cellules tumorales
  • Augmentation significative de la survie sans maladie à 5 ans, en particulier chez les patients atteints d'un cancer de stade 3 (un bon pronostic augmente à 60%)
  • Elle est limitée par la taille des nœuds (la méthode est recommandée pour les tumeurs résiduelles ne dépassant pas 5 mm)
  • Tous les produits de chimiothérapie ne conviennent pas à une utilisation à des températures élevées.
  • Nécessite un équipement spécial et des qualifications appropriées du personnel médical

La chimiothérapie intrapéritonéale hyperthermique est nécessairement complétée par une «chimie» adjuvante ultérieure de 1ère ligne.

Évaluation de l'efficacité de la première ligne de chimiothérapie

Elle est déterminée par le niveau de marqueur tumoral CA-125 dans le sang du patient:

  • Réponse complète au traitement: le CA-125 est tombé à des valeurs normales
  • Réponse partielle: le niveau de CA-125 a diminué de 50% par rapport à son indicateur avant traitement et reste à ces valeurs pendant 28 jours ou plus

Avec une réponse partielle, la chimiothérapie d'entretien avec l'un des médicaments autres que le platine se poursuit..

Après avoir terminé le traitement, la femme est sous le contrôle des médecins.

Suivi post-traitement

1 fois en trois mois au cours des 2 premières années. Recherche:

  • Test sanguin pour CA-125
  • Examen gynécologue
  • Échographie des organes pelviens et de la cavité abdominale

1 fois en 4 mois au cours de la 3ème année d'observation (mêmes études).

1 fois en 6 mois les années suivantes (les mêmes études).

Rechute du cancer de l'ovaire - symptômes et traitement

Les tumeurs malignes de l'ovaire sont insidieuses et tenaces. Même après un traitement réussi, dans 70% des cas, la maladie revient dans les 3 premières années.

Signes d'une "rechute marqueur" de la tumeur:

  • Pour les patients ayant une réponse complète à une chimiothérapie antérieure: une augmentation du marqueur tumoral CA-125 est 2 fois ou plus supérieure à la normale, dans deux analyses ou plus prises avec un intervalle de plus d'une semaine
  • Pour les patients ayant une réponse partielle à une chimiothérapie antérieure: une augmentation du marqueur tumoral CA-125 de 2 fois ou plus par rapport au niveau le plus bas «personnellement établi», dans deux analyses ou plus prises avec un intervalle de plus d'une semaine

La simple montée du marqueur tumoral CA-125 (aucun autre signe de rechute n'a été trouvé, le patient se sent bien) n'est PAS une raison pour reprendre le traitement. L'efficacité du traitement précédent et la durée de l'intervalle «libre» sont évaluées par un changement du marqueur tumoral.

Symptômes cliniques de récidive du cancer de l'ovaire

  • Retour de faiblesse, malaise général
  • L'apparition d'une satiété précoce avec de la nourriture
  • Douleur dans l'abdomen de nature différente (crampes, etc.)
  • Rétention de gaz intestinaux, ballonnements asymétriques
  • Difficulté à déféquer, constipation
  • Vomissement
  • Une augmentation du volume de l'abdomen (avec ascite)
  • Essoufflement, essoufflement (avec épanchement pleural)

La recherche d'une éventuelle progression de la croissance tumorale commence par:
- «marqueur de rechute»;
- l'apparition de l'un des signes ou plaintes ci-dessus;
- résultats suspects à l'échographie.

Pour visualiser une tumeur récurrente en utilisant:

  • CT ou IRM avec contraste
  • IRM de diffusion
  • PET CT

Indications pour le prochain traitement:

  • Détection visuelle de nouveaux ganglions tumoraux (récurrents) sur CT ou IRM
  • La croissance des foyers tumoraux résiduels
  • Détérioration du bien-être du patient, apparition de plaintes et de symptômes cliniques, associés objectivement à la reprise de la croissance tumorale

Le choix du traitement optimal pour le processus malin de retour pour chaque patient est individuel et dépend de nombreux facteurs:
- à partir de la durée de l'intervalle "libre",
- de la situation clinique,
- sur la nature et l'étendue des traitements antérieurs,
- et etc.

Si la maladie est revenue après 12 mois ou plus à partir de la fin du traitement précédent (l'intervalle «libre» est supérieur à 12 mois), alors un schéma possible serait:

  • Chirurgie cytoréductrice secondaire (dans le cas d'une tumeur opérable)
  • Chimiothérapie combinée postopératoire: Carboplatine + Paclitaxel (ou Gemcitabine) + Bevacizumab

Si la maladie est revenue plus tôt (l'intervalle «libre» est supérieur à 6, mais inférieur à 12 mois), alors une chimiothérapie combinée avec une préparation au platine est prescrite avec une autre cytostatique auparavant inutilisée.

Si la tumeur est réapparue dans les six premiers mois suivant la fin du traitement précédent (l'intervalle «libre» est inférieur à 6 mois), le patient reçoit alors une monochimothérapie sans dérivés du platine et un traitement palliatif symptomatique.

Algorithme de traitement du cancer de l'ovaire Retour au sommaire

La radiothérapie est-elle obligatoire pour le cancer de l'ovaire??

L'efficacité de la radiothérapie pour le cancer de l'ovaire est faible.

Par conséquent, une irradiation palliative à distance sur des foyers tumoraux en croissance est utilisée en cas de défaillance de nombreuses lignes de chimiothérapie.

Remèdes populaires - vaut-il la peine d'essayer?

De toute évidence, il est impossible de guérir une maladie maligne super-agressive à l'aide de remèdes populaires seuls..

Prévention du cancer de l'ovaire

Aucune méthode efficace de prévention du cancer de l'ovaire n'a été développée.

Mesures pour réduire les risques de développer la maladie:

  • Examen clinique annuel par un gynécologue en combinaison avec une échographie pelvienne et des tests sanguins pour les marqueurs tumoraux CA-125 + HE-4
  • Détection et ablation chirurgicale en temps opportun des tumeurs ovariennes bénignes et limites

Facteurs qui réduisent le risque de cancer de l'ovaire:

  • Apport en COC
  • Familles nombreuses
  • Ligature des trompes (stérilisation des trompes)
  • Ablation bilatérale des trompes de Fallope
  • Ablation bilatérale des ovaires et des trompes de Fallope
  • Ablation antérieure de l'utérus (hystérectomie)

Prévention du cancer héréditaire de l'ovaire

Pour identifier le vecteur de mutations géniques propices au développement d'un cancer héréditaire de l'ovaire, une étude génétique est en cours..

  • Pour les porteurs de mutations du gène BRCA1, l'ablation bilatérale préventive des ovaires et des trompes de Fallope est recommandée à l'âge de 35-40 ans
  • Pour les porteurs de mutations du gène BRCA2 - ablation préventive bilatérale des ovaires et des trompes de Fallope âgés de 40 à 45 ans
  • Pour les porteurs de mutations dans les gènes P53, STK11, RAD51C et les gènes de réparation de l'ADN (syndrome de Lynch), l'ablation bilatérale préventive des ovaires et des trompes de Fallope est recommandée après l'achèvement du plan de procréation

Si la patiente refuse une intervention chirurgicale proactive, une autre méthode de prévention du cancer de l'ovaire pourrait être pour elle un apport à long terme de contraceptifs oraux combinés.