Des questions

Sarcome

Les oncomarkers sont des substances spéciales qui sont détectées dans les tests sanguins ou urinaires chez les patients atteints de néoplasmes malins. À l'aube de cette étude, il a été suggéré d'utiliser des marqueurs tumoraux pour le diagnostic précoce et le dépistage du cancer..

En fait, tout s'est avéré beaucoup plus compliqué, par exemple, une augmentation du niveau de nombreux marqueurs tumoraux n'est pas associée à des processus malins et, de plus, elle peut se manifester normalement chez les personnes en bonne santé. Il a également été révélé que chez de nombreux patients avec un diagnostic de néoplasme malin déjà établi, le niveau de marqueurs tumoraux reste normal ou augmente légèrement.

Aujourd'hui, la définition des marqueurs tumoraux pour un diagnostic précoce est utilisée pour un nombre limité de nosologies. Ils sont principalement utilisés pour des diagnostics supplémentaires et une surveillance dynamique de l'efficacité du traitement et de la progression de la maladie..

Quels marqueurs tumoraux sont utilisés pour diagnostiquer le cancer de l'estomac

CA-19-9

Ce marqueur est produit par les cellules épithéliales du tractus gastro-intestinal. En conséquence, dans les tumeurs provenant de ces cellules, le niveau de CA19-9 augmente de manière significative. La plupart des indicateurs changent avec le cancer du pancréas, mais peuvent augmenter avec le cancer du côlon, du foie, des voies biliaires et de la vésicule biliaire, la pancréatite, la fibrose kystique. Ainsi, compte tenu de la faible sensibilité et spécificité, cet indicateur n'est pas utilisé pour l'autodiagnostic et la surveillance..

CEA (cancer-embryonic antigen) - protéine, marqueur tissulaire de l'oncopathologie. Il est utilisé dans le diagnostic des tumeurs du côlon, mais peut être efficace dans le cancer gastrique. Normalement, ses indicateurs sont extrêmement bas, mais en présence d'un néoplasme malin, son niveau augmente fortement.

CA 72-4

Le CA 72-4 est une glycoprotéine située à la surface de l'épithélium du tube digestif pendant le développement intra-utérin. Chez l'adulte, il apparaît avec un cancer colorectal, un cancer de l'estomac et d'autres tumeurs malignes. Cependant, chez 6,7% des patients, son augmentation a été détectée en présence de tumeurs bénignes..

La sensibilité au cancer gastrique est de 40 à 46% et plus le marqueur tumoral est élevé, plus le processus malin est courant, c.-à-d. il y a une corrélation avec la scène. Après l'élimination radicale du cancer, le CA 72-4 revient à la normale dans les 3-4 semaines. Quant aux métastases, ce marqueur cancéreux du cancer gastrique est plus sensible que le CEA ou le CA 19-9. La détermination du CA 72-4 est effectuée pour évaluer les chances de survie chez les patients avec un diagnostic établi de carcinome gastrique. Plus le marqueur tumoral est élevé, plus le stade de la maladie est élevé.

Quels sont les marqueurs tumoraux du cancer de l'estomac?

En général, les tests pour les marqueurs tumoraux du cancer gastrique ne sont pas très sensibles et spécifiques. Cela signifie que des résultats normaux ne garantissent pas l'absence de tumeur et qu'une augmentation des résultats ne signifie pas la présence d'un cancer. Cependant, avec une augmentation du niveau du marqueur tumoral des dizaines de fois, la probabilité de cette augmentation.

La valeur diagnostique de l'étude des marqueurs tumoraux augmente avec l'étude simultanée de plusieurs indicateurs, par exemple CA 19-9 et CEA, ou CA 72-4 et CEA. Mais pour l'auto-diagnostic du cancer de l'estomac, ils ne peuvent toujours pas être utilisés.

CA 19-9

Les valeurs de référence du marqueur tumoral CA19-9 sont comprises entre 0 et 34 U / ml. De tels indicateurs sont observés chez 95% des personnes en bonne santé..

Une augmentation du niveau de marqueur tumoral peut indiquer les maladies suivantes:

  • Cancer du pancréas. Plus le niveau de CA 19-9 est élevé, plus le processus pathologique est courant. La concentration la plus élevée est observée en présence de métastases éloignées, c'est-à-dire au 4ème stade de la maladie.
  • Cancer de l'estomac.
  • Cancer du colon.
  • Carcinome hépatique.
  • Cancer des voies biliaires et de la vésicule biliaire.
  • Cancer des ovaires.

De plus, une augmentation du niveau de ce marqueur tumoral est observée pour certaines maladies bénignes:

  • Hépatite.
  • Cirrhose du foie.
  • Pancréatite.
  • Cholélithiase.
  • Fibrose kystique.

Les valeurs CEA de référence sont les suivantes:

  • Pour les non-fumeurs en dessous de 3,8 ng / ml.
  • Pour les fumeurs - 0-5,5 ng / ml.

Ce sont des niveaux d'AEC normaux caractéristiques des personnes en bonne santé, mais ce résultat est également possible en présence d'une tumeur insensible à ce test..

Une augmentation du niveau de ce marqueur tumoral peut être observée dans les maladies malignes et bénignes. Tumeurs malignes:

  • Cancer du colon.
  • Cancer de l'estomac.
  • Cancer du poumon.
  • Cancer du sein et du pancréas.
  • Cirrhose du foie.
  • Hépatite.
  • Polypes intestinaux.
  • Maladie inflammatoire chronique de l'intestin, comme la colite ulcéreuse.
  • Certaines maladies pulmonaires, dont la tuberculose.
  • Pathologies auto-immunes.

CA 72-4

Valeurs de référence du marqueur tumoral CA 72-4 0-6,9 U / ml. L'indicateur d'analyse normal est typique des personnes en bonne santé, une augmentation de sa valeur est observée dans les cas suivants:

  • Cancer de l'estomac.
  • Certaines formes de cancer de l'ovaire.
  • Cancer colorectal.
  • Cancer du poumon.
  • Hépatite.
  • Cirrhose du foie.
  • Kyste de l'ovaire.
  • Inflammation du tube digestif.

Indications pour la nomination d'une analyse des marqueurs tumoraux de l'estomac

  • Une méthode supplémentaire pour diagnostiquer la maladie.
  • Suivi de la dynamique du processus pathologique (progression de la maladie).
  • Contrôle du traitement.
  • Contrôle des rechutes.

Préparation pour les marqueurs du cancer gastrique

Les tests de dépistage des marqueurs cancéreux du cancer de l'estomac sont donnés strictement à jeun, le dernier repas ne doit pas être antérieur à 8 heures avant le prélèvement sanguin.

Pour la recherche, le sang veineux est prélevé par ponction veineuse. Aucune autre formation requise.

Fiabilité et fiabilité des marqueurs tumoraux du cancer gastrique

La fiabilité et la fiabilité des résultats dépendront des aspects suivants:

  • Caractéristiques de la collecte et de la manipulation du matériel avant la livraison au laboratoire.
  • Systèmes et équipements de diagnostic utilisés pour l'analyse.
  • La présence de maladies concomitantes pouvant entraîner une augmentation de la concentration des marqueurs tumoraux étudiés.

Pour obtenir des résultats fiables, il est recommandé de passer des tests dans des laboratoires accrédités, dans lesquels sont établies les étapes préanalytiques et analytiques de la recherche, ainsi qu'un contrôle qualité interne et externe.

Interprétation des résultats des marqueurs tumoraux du cancer gastrique

Attribuer et interpréter les résultats des tests pour les marqueurs tumoraux devrait être un médecin ayant une expérience dans le diagnostic et le traitement du cancer de l'estomac. L'interprétation est effectuée sur la base des données d'examen, des antécédents médicaux et de la présentation clinique. L'utilisation isolée de marqueurs tumoraux pour le dépistage ou la détection du cancer gastrique est inacceptable.

Les marqueurs normaux des tumeurs gastriques ne garantissent pas l'absence de tumeurs malignes. Ces résultats peuvent être au stade précoce du cancer, lorsque le niveau du marqueur n'a pas encore augmenté ou qu'il existe des tumeurs qui n'entraînent pas une augmentation de son niveau..

Des résultats accrus nécessitent également un examen supplémentaire, car ils peuvent indiquer la présence d'une tumeur d'un endroit différent ou d'une maladie non cancéreuse. Dans les cas douteux, l'étude des marqueurs tumoraux du cancer gastrique est prescrite en dynamique. L'augmentation de son niveau indique la présence d'une maladie évolutive, une diminution du niveau du marqueur indique une récupération.

Initialement, des taux très élevés de marqueurs tumoraux, surtout si leur valeur est dépassée plusieurs fois, avec un degré de probabilité élevé indiquent la présence d'un processus malin, mais ne le garantissent pas à 100% et de plus ne permettent pas d'établir le type de néoplasme.

Le plus informatif dans le cancer gastrique a une étude dynamique des marqueurs tumoraux. Une diminution de leur niveau indique un traitement efficace, la normalisation des indicateurs est notée après une opération radicale.

Si, après traitement, le niveau du marqueur tumoral commence à augmenter, cela indique soit une rechute de la maladie, soit sa progression. Si les indicateurs décuplent, cela peut indiquer des métastases éloignées.

Causes du cancer gastrique

Comment et pourquoi le cancer de l'estomac se développe n'est pas complètement clair. Mais il a été prouvé que certains facteurs augmentaient la probabilité d'une tumeur. Ceci comprend:

  • Gastrite atrophique chronique, en particulier dans le contexte des processus hyperplasiques de l'épithélium. Cette maladie a été détectée chez 60% des patients atteints d'un cancer gastrique. De plus, la localisation du processus était importante. Par exemple, lorsque l'atrophie est située dans l'antre de l'estomac, les risques de développer un cancer augmentent de 18 fois et, avec des lésions totales des organes, de 90 fois.
  • Infection à Helicobacter pylory La probabilité de développer un cancer gastrique chez ces patients est 3 à 4 fois plus élevée par rapport aux indicateurs de la population générale.
  • Caractéristiques nutrition. La teneur dans le régime alimentaire d'un grand nombre de plats épicés, épicés, marinés, salés, de la restauration rapide, des viandes fumées et des graisses augmente statistiquement de manière significative la probabilité de tumeurs gastro-intestinales, y compris l'estomac.
  • La présence de polypes adénomateux. Ces néoplasmes ont un risque relativement élevé de malignité, il est donc recommandé de les retirer en temps opportun..
  • Fumeur.
  • Une histoire d'ulcère gastrique. Avec la localisation de l'ulcère dans le corps de l'estomac, le risque de développer des néoplasmes malins augmente de 2 fois.
  • La présence d'opérations sur l'estomac dans l'anamnèse. Augmente le risque de cancer 4 fois.
  • Maladie de Menetrie, caractérisée par une gastropathie hypertrophique ou une gastrite hyperplasique à plis gigantesques.
  • Consommation excessive d'alcool et alcoolisme.
  • Anémie pernicieuse. L'anémie maligne, qui se développe en raison de l'impossibilité d'assimiler la vitamine B 12. Elle s'accompagne également d'états d'immunodéficience, ce qui augmente le risque de développer une tumeur maligne de 10%.
  • Prédisposition héréditaire. La présence de tumeurs malignes de l'estomac chez les parents de sang les plus proches augmente le risque de développer un cancer de cette localisation de 5 à 20%. On pense que c'est de cette maladie que Napoléon Bonaparte et son père sont morts en leur temps.
  • Immunodéficience.
  • Travailler avec des cancérogènes.

Un test sanguin pour le cancer de l'estomac - indicateurs

L'ac de l'estomac, comme tous les autres organes, ne peut pas être diagnostiqué sur la base des seuls symptômes..

Afin de confirmer le diagnostic, le médecin doit prescrire une série d'examens, parmi lesquels un test sanguin. Avec une "mauvaise" numération sanguine, un spécialiste détermine la présence d'un cancer.

Types de tests sanguins

Le plus courant est un test sanguin général. Il est prescrit pour diverses maladies, afin de déterminer l'évolution de la maladie et de contrôler l'efficacité du traitement.

Avec des lésions cancéreuses dans le corps, un certain nombre de changements dans la composition du sang se produisent, mais pour déterminer les processus pathologiques d'un test sanguin général ne suffit pas.

Un diagnostic présumé d'oncologie du cancer gastrique peut être établi avec plusieurs tests sanguins:

  • analyse générale;
  • recherche biochimique;
  • détecter certains marqueurs tumoraux.

Les changements dans la composition du sang permettent au médecin de suspecter une pathologie, et des examens instrumentaux sont nécessaires pour confirmer. Vous devez savoir que pour une détection précise du cancer, une biopsie est effectuée pour détecter les cellules malignes..

Analyse sanguine générale

Une analyse générale est un test sanguin prélevé d'un doigt ou d'une veine vide. Une attention particulière en cas de suspicion d'oncologie gastrique est accordée aux indicateurs suivants:

  • ESR (vitesse de sédimentation des érythrocytes). Cet indicateur augmente presque toujours avec l'oncologie. La vitesse de sédimentation normale ne dépasse pas 15 mm / h. Avec une forte augmentation, un processus actif de nature inflammatoire est déterminé. Lors de la conduite de thérapies antibactériennes, les paramètres ESR caractéristiques des néoplasmes malins ne changent presque pas..
  • Le nombre de globules blancs. Aux premiers stades, le niveau de leucocytes diminue ou reste normal. À mesure que la maladie progresse, le nombre de globules blancs augmente considérablement..
  • Niveau d'hémoglobine. Dans la plupart des cas, avec l'oncologie de l'estomac, l'hémoglobine tombe en dessous de 90 g / l. Cela est dû à la consommation humaine de moins de nutriments, car une formation maligne interfère avec la digestibilité complète des aliments. Aux stades ultérieurs, l'anémie est associée à l'effondrement du néoplasme et à des saignements.
  • Le niveau de globules rouges. Le nombre de globules rouges dans le cancer gastrique est réduit à 2,3 g / l.

Ces changements apparaissent dans de nombreuses autres maladies, dont la plupart sont traitées avec succès. Par conséquent, il n'est pas recommandé d'évaluer indépendamment les résultats du test..

Recherche biochimique

Des études de biochimie sont menées pour tester le fonctionnement des organes internes. Des changements dans certains indicateurs peuvent indiquer dans quels organes des troubles pathologiques se produisent et quels systèmes corporels sont affectés.

En utilisant cette analyse, le développement de lésions cancéreuses peut être déterminé. Le sang pour la biochimie est prélevé dans la veine cubitale, toujours le matin et l'estomac vide.

Avec le cancer gastrique, un certain nombre de changements sont révélés dans l'analyse biochimique du sang:

  • Réduction des protéines totales. Dans les cancers, la protéine totale peut tomber en dessous de 54 g / l. Les protéines sont composées d'albumine et de globuline. Avec l'oncologie de l'estomac, la quantité d'albumine diminue considérablement et les globulines, au contraire, augmentent.
  • Augmentation des niveaux de lipase. La lipase est une enzyme nécessaire à la décomposition des aliments. Son augmentation se produit en cas de pénétration d'une tumeur maligne de l'estomac dans le pancréas.
  • Augmentation de la phosphatase alcaline. Si elle augmente, cela indique la présence de néoplasmes malins se développant dans le corps.
  • Augmentation de l'activité des aminotransférases.
  • Changement du cholestérol. Dans le cancer gastrique, selon l'emplacement des foyers secondaires, le taux de cholestérol peut augmenter ou diminuer..
  • Faible taux de glucose.
  • Augmentation des niveaux de bilirubine. Ce pigment indique le fonctionnement d'un organe tel que le foie, mais avec un cancer de l'estomac, sa défaite est également possible..

Aux premiers stades du développement de tout processus cancéreux, la biochimie sanguine ne change en rien. Mais à mesure que la maladie progresse, les indicateurs des composantes s'écartent de plus en plus des normes.

Habituellement, si des changements dans l'analyse biochimique sont détectés qui indiquent une possible oncologie, le médecin traitant peut prescrire une deuxième étude.

Études de coagulation

Le système de coagulation sanguine est un système complexe qui comprend un certain nombre de sous-systèmes:

  • Système de coagulation. Dont les composants sont responsables de la coagulation (coagulation si nécessaire).
  • Système d'anticoagulation. Ses composants sont responsables du processus d'anticoagulation.
  • Système fibrinolytique, assurant la dissolution des caillots sanguins. Ce processus est appelé fibrinolyse..

Avec le développement d'un cancer gastrique de diverses formes, une thrombose se produit. Il est exprimé comme une augmentation des valeurs sanguines, telles que TV, APTT, PTI.

Lorsque l'hypercoagulation se produit, l'activation de la fibrinolyse est déclenchée en raison de mécanismes compensatoires. Cela est nécessaire pour dissoudre les caillots sanguins. Par conséquent, avec le cancer gastrique, les niveaux d'antithrombine et d'antithromboplastine augmentent.

Test sanguin pour les marqueurs tumoraux

Si les études menées suggèrent le développement de tumeurs malignes dans l'estomac, le patient se voit attribuer des tests sanguins pour les marqueurs tumoraux.

Avec l'oncologie gastrique, un écart par rapport à la norme de l'oncomarqueur, désigné CA125, est déterminé. C'est une glycoprotéine de haut poids moléculaire qui est un antigène. À une certaine concentration, il est également détecté dans le sang d'une personne en bonne santé, auquel cas il est de 36 unités / ml.

L'antigène augmente avec la formation de formations malignes et bénignes. Mais en oncologie, cet indicateur du marqueur tumoral augmente assez fortement et est d'environ 100 unités / ml.

Dans les tumeurs cancéreuses de l'estomac, l'antigène CA19-9 est également déterminé. Ce marqueur oncologique est souvent utilisé comme indicateur qui indique l'efficacité du traitement. Normalement, la concentration de C19-9 est inférieure à 38 unités / litre, et avec le développement de l'oncologie de l'estomac, la valeur de l'antigène dépasse 400 unités / litre. Avec la croissance de ce type de marqueur tumoral après un traitement chirurgical du cancer gastrique, la formation de foyers secondaires de néoplasme malin se produit.

La valeur diagnostique du marqueur tumoral est qu'il peut détecter le cancer dans les premiers stades. Il est important d'observer l'évolution de ces indicateurs dans la dynamique, car le taux de leur concentration pour chaque patient est déterminé individuellement. L'étude est réalisée à jeun. Le matériau à analyser est le sang veineux.

Un test sanguin pour le cancer de l'estomac est une étude de base qui vous permet d'évaluer la gravité de l'état général et de montrer le degré de perturbation des organes internes. Aux premiers stades du diagnostic, il est recommandé de commencer l'examen par de simples tests de laboratoire..

Cancer gastrique: une analyse des erreurs médicales

I.V. EGOROV, docteur de la plus haute catégorie, candidat aux sciences médicales MMA du nom de LEUR. Sechenova

Dans le monde, le carcinome gastrique est l'une des causes les plus courantes de décès par maladies malignes. Ce fait a été enregistré dans les rapports de l'OMS il y a plus d'un quart de siècle et nous rencontrons aujourd'hui sa triste constance. Par conséquent, la vigilance des médecins vis-à-vis de cette maladie est assez élevée. Cependant, son diagnostic dans les premiers stades reste faible, et pas seulement en Fédération de Russie, où le système d'examen clinique a décliné et où le travail avec les groupes à risque pour le dépistage de l'examen endoscopique n'est pratiquement pas effectué, mais aussi à l'étranger.

En conséquence, des symptômes minimes ou leur absence complète au cours de la période potentiellement curable de la maladie conduisent au fait que les patients consultent le médecin trop tard. Cependant, avec l'établissement prématuré de ce formidable diagnostic, étrangement, la situation inverse, bien souvent non moins dramatique, coexiste avec un surdiagnostic du cancer gastrique.

Nous donnons deux cas:

Patient Z., 47 ans. Reçu le 5 mars 01? Déchargé 23/03/01 g.

Pendant 2 mois, il éprouve une gêne croissante dans l'abdomen (sans spécifier l'emplacement exact), des selles molles jusqu'à 5-6 fois par jour, l'apparition de plaies douloureuses et de bouche sèche, des ongles cassants, des douleurs dans les grosses articulations, un gonflement de l'articulation du genou droit et une faiblesse croissante. La patiente, selon ses mots, souffre de gastrite chronique. L'appétit a commencé à diminuer de façon marquée, a commencé à perdre du poids.

Lorsque vous contactez la clinique examinée par un thérapeute. De l'œsophagogastroduodénoscopie proposée (EGDS) a refusé, se référant à l'augmentation du réflexe de vomissement. Une radiographie de l'estomac a été réalisée (03/01/01), dans laquelle, selon la patiente, un ulcère à l'estomac a été mis en évidence, et donc elle a été hospitalisée. La carte ambulatoire délivrée par le mari de la patiente décrit les images: «L'estomac contient un peu de liquide avant l'étude. La bulle de gaz est transparente. Les plis de la muqueuse se dilatent dans la partie supérieure du corps, dans les parties restantes du calibre habituel. Sur la paroi arrière de la partie centrale de l'estomac, il y a deux défauts de remplissage arrondis de forme irrégulière d'un diamètre d'environ 1,5 cm avec des contours clairs qui sont interconnectés. Au centre de l'un d'eux se trouve un dépôt non intense de suspension de baryum d'un diamètre d'environ 3 mm. Les contours d'un estomac bien rempli sont uniformes, clairs, ses parois sont partout élastiques, symétriques et profondément péristaltiques. L'évacuation initiale est opportune. Ampoule et boucle du duodénum 12 (duodénum) sans caractéristiques.

CONCLUSION: L'image radiographique correspond à une petite formation tumorale de l'estomac avec ulcération.

Le patient est envoyé en hospitalisation avec un diagnostic de «cancer de l'estomac au 1er siècle» examiner et résoudre plus avant la question de nouvelles tactiques thérapeutiques.

Données objectives. L'état de gravité modérée. Température corporelle 36,5 ° C Normostenik. Asthénisé. Le tonus musculaire et la turgescence cutanée sont légèrement réduits. La peau est sèche, pâle. Les muqueuses visibles sont pâles. En bouche dure et gencive inférieure à droite, aphtes simples. Pas de gonflement. Les ganglions lymphatiques périphériques ne sont pas hypertrophiés. L'articulation du genou droit est configurée en raison d'une exsudation modérée; le volume des mouvements actifs et passifs y est réduit en raison de la douleur. Le bruit de percussion au-dessus de la poitrine est pulmonaire; dans les parties inférieure postérieure et inférieure latérale, il acquiert une teinte semblable à une boîte. Respiration vésiculaire avec léger affaiblissement sous les angles des omoplates. Pas de respiration sifflante. Fréquence respiratoire 18 par minute. Les limites du cœur ne sont pas déplacées par percussion. Les bruits cardiaques sont quelque peu étouffés, un court murmure systolique doux au-dessus de l'apex. Le rythme est correct, le pouls est de 84 battements par minute. Pression artérielle 120/70 mm RT. Art. L'abdomen est généralement mou, gonflé. Douleur modérée le long des sections descendantes et sigmoïdes du côlon, une douleur sévère dans l'épigastre est déterminée. Le péristaltisme est entendu. Le foie n'est pas hypertrophié, légèrement douloureux à la palpation. Symptôme Ortner faiblement positif. Le symptôme de frappe est négatif des deux côtés. Miction gratuite, peu fréquente.

Avant l'examen, il a été décidé de ne pas prescrire de traitement médicamenteux.

Dans le test sanguin (06.03.), Hémoglobine 98? G / l, leucocytes 12.7? 109 / l (stab neutrophiles 3%, neutrophiles segmentés 72%, éosinophiles 4%, lymphocytes 17%, monocytes 4%), plaquettes 235-109 / l, ESR 64 mm / h. Dans l'analyse de l'urine, aucune anomalie n'a été trouvée. Dans un test sanguin biochimique (03.03.), Une augmentation significative des paramètres du test du thymol (18.2 U) et des enzymes hépatocellulaires (transaminase aspartique - 114? U / l, alanine transaminase? - 108? U / l, gamma-glutamine transpeptidase - 212 U / l), une diminution du taux de fer sérique (6,3 µmol / l); d'autres indicateurs? - dans les limites normales. Dans l'analyse des matières fécales (03.03.), Un grand nombre de fibres musculaires striées, de grosses gouttelettes, de l'amidon; aucun œuf d'helminthes n'a été détecté. Une conversation a eu lieu avec le patient sur la nécessité d'une endoscopie. Elle a accepté l'étude..

Selon l'endoscopie (06.03.): L'œsophage et la sortie du cardia ne sont pas modifiés. L'estomac a une quantité modérée de mucus. La membrane muqueuse est rose pâle, avec une atrophie focale au fond. Dans le tiers supérieur de l'estomac le long de la paroi arrière, il y a deux «plates-formes» de la muqueuse infiltrée jusqu'à 1 et 2,5 cm de diamètre (du matériel de biopsie a été prélevé). Les plis sont de taille moyenne, les murs sont élastiques. L'angle de l'estomac n'est pas déformé. Le portier marche librement. Ampoules KDP et rayons post-ampoules sans caractéristiques.

CONCLUSION: Une image des stades initiaux de la gastrite atrophique. La présence d'une tumeur dans le corps de l'estomac ne peut être exclue..

Le lendemain, une échographie des organes abdominaux a été réalisée, qui a révélé des modifications diffuses du parenchyme hépatique.

Lorsque la radiographie pulmonaire (07.06.) Le phénomène de pneumosclérose modérée. Aucune ombre focale et infiltrante n'a été trouvée. Organes médiastinaux - sans caractéristiques.

Examen histologique: des coupes de la muqueuse gastrique contiennent des granulomes à cellules épithélioïdes avec quelques cellules géantes de Pirogov-Langhans. Autour des granulomes, une zone d'infiltration granulocytaire périfocale prononcée.

CONCLUSION: Formation de granulomatose de la muqueuse gastrique.

La détection de la gastrite granulomateuse a nécessité une coloscopie obligatoire, qui a été effectuée un jour plus tard. Selon le protocole reçu (08.03.), La muqueuse du côlon avait l'aspect caractéristique d'un «pavé pavé». Dans les régions descendantes et sigmoïdes, de nombreux ulcères aphteux superficiels et plus profonds ont été visualisés. Dans l'étude d'échantillons de biopsie dans des zones de tissu non modifié, les phénomènes d'œdème et d'infiltration neutrophile massive de la muqueuse, de microabcès cryptiques, de granulomes à cellules épithélioïdes ont été trouvés.

Selon les données cliniques, instrumentales, de laboratoire et pathomorphologiques, le diagnostic du patient ne fait aucun doute.

DIAGNOSTIC CLINIQUE FINAL:

principale: maladie de Crohn, évolution chronique impliquant l'estomac et le côlon;

complication du diagnostic principal: intoxication et syndromes anémiques.

Le patient a reçu une thérapie appropriée. La condition s'est légèrement améliorée en quelques jours: les douleurs abdominales ont diminué, les selles sont devenues moins fréquentes, les phénomènes de gonarthrite ont régressé, la numération des globules rouges s'est améliorée; le patient s'est intensifié. À l'avenir, la santé a continué de s'améliorer lentement et le patient est sorti dans un état relativement satisfaisant..

L'identification de la gastrite granulomateuse est une situation extrêmement rare. Mais encore moins courante est une lésion granulomateuse isolée de l'estomac. En règle générale, des changements morphologiques similaires devraient se produire dans d'autres organes. Le cercle de diagnostic différentiel comprend la tuberculose, l'histoplasmose, la bérylliose, les réactions aux corps étrangers. Mais en premier lieu, la sarcoïdose et la maladie de Crohn. Le diagnostic, bien sûr, n'est établi que morphologiquement.

La sarcoïdose est une maladie granulomateuse systémique d'étiologie inconnue, caractérisée par des troubles immunologiques avec accumulation de lymphocytes activés et de macrophages dans les organes et les tissus. Les localisations intrathoraciques et les poumons sont la localisation la plus fréquente du processus. Le tractus gastro-intestinal (GIT) est impliqué extrêmement rarement et toujours secondairement après des dommages au système respiratoire. Dans notre cas, la radiographie n'a détecté aucun changement suspect dans les poumons et le médiastin.

Dans la maladie de Crohn, ce n'est pas si rare, en plus de l'iléon distal, d'autres sections du tractus gastro-intestinal sont incluses dans le processus: principalement le côlon, puis l'estomac. Les granulomes en développement dans l'estomac sont visualisés radiologiquement et endoscopiquement comme une tumeur infiltrante de petite taille, qui a provoqué à plusieurs reprises une résection gastrique injustifiée. Par conséquent, pour confirmer le diagnostic, un examen de l'intestin semblait nécessaire. Après avoir étudié les échantillons de biopsie, de nombreuses plaintes du patient sont devenues claires..

Patient J., 57 ans. Reçu le 11 avril à 17 h 05. Décédé le 13/04/00 à 04h10.

La collecte de l'anamnèse est difficile en raison de la gravité de l'état et de l'intelligence réduite du patient. Préoccupé par la toux et la douleur à l'estomac. Au cours de la dernière année, il a perdu beaucoup de poids, n'a pratiquement pas d'appétit, est dégoûté des aliments à base de viande, souvent des "rots pourris". Presque non traité. Il est difficile de nommer les maladies transférées. Deux fois purgèrent une peine criminelle en prison. L'abus d'alcool.

Données objectives: état grave. Température corporelle 37,3 ° C La peau et les muqueuses sont pâles avec une teinte ictérique. Cachectique. La conscience est claire, orientée en lieu et en temps, mais quelque peu inhibée. Les ganglions lymphatiques ne sont pas hypertrophiés. Pas de gonflement. Sur la poitrine, un son de percussion boxy. Respiration difficile dans la région interscapulaire, dans les sections inférieures des deux côtés - vésiculaire affaiblie. Pas de respiration sifflante. Fréquence respiratoire 20 par minute. Pendant l'examen - une toux saccadée. Les bruits cardiaques sont sonores, au-dessus de l'apex il y a un murmure pansystolique calme, le rythme est correct, la fréquence cardiaque est de 88 à 90 par minute. Pression artérielle 115/70 mm RT. Art. L'abdomen est mou, douloureux dans l'épigastre et le mésogastre, où la grande courbure de l'estomac déplacé dense est palpable (en raison de l'épuisement général). Le foie de 4 cm fait saillie sous le bord de l'arc costal, le bord est dense, lisse, légèrement douloureux. Le symptôme d'Ortner est positif. Le péristaltisme est entendu. Le symptôme de frappe est négatif. Il n'y a pas de dysurie.

Dans un test sanguin (11.04.) Prises par cito, hémoglobine 72 g / l, leucocytes 15,3 × 109 / l (neutrophiles segmentés 43%, éosinophiles 2%, lymphocytes 48%, monocytes 7%), granularité toxigène des leucocytes, ESR 58 mm / h.

Une radiographie des organes thoraciques (12.04.) A révélé un syndrome de dissémination totale avec des phénomènes de légère infiltration aux apex des deux poumons. Selon l'expert, la radiographie était compatible avec la tuberculose pulmonaire miliaire.

Radiographie de l'estomac (12.04.): L'œsophage et le cardia sont librement passables, non modifiés. Sur toute la grande courbure de l'estomac le long des parois avant et arrière, un défaut de remplissage étendu avec une surface inégale (bosselée) est déterminé. Les parois de l'estomac au niveau du défaut sont rigides. À la palpation, l'estomac est déplacé, un péristaltisme lent n'est observé que dans les parties intactes de l'estomac. Dans la section de l'antre le long de la paroi avant, il y a un dépôt de baryum - une niche d'ulcère jusqu'à 2 cm de diamètre avec des bords surélevés. Ampoule et boucle KDP non modifiées.

CONCLUSION: Le schéma radiologique correspond à un cancer gastrique exophytique-infiltrant avec ulcération.

Compte tenu de l'identification d'une pathologie combinée, le patient se préparait à être transféré dans un hôpital pour tuberculose après avoir consulté un médecin TB. Un traitement symptomatique a été prescrit. Cependant, la nuit, des saignements d'estomac abondants sont soudainement apparus, se manifestant par le méléna, et le patient est décédé dans les 15 minutes.

DIAGNOSTIC CLINIQUE FINAL:

principal: cancer gastrique de stade IV avec ulcération;

complication du principal: intoxication par le cancer. Cachexie. Déficience en fer. Saignement gastrique du 14/04/00;

Connexes: tuberculose pulmonaire miliaire. Bronchite obstructive chronique, stade de rémission. Emphysème. DN II Art. Alcoolisme chronique.

À l'autopsie, en plus des lésions pulmonaires, plusieurs tubercules miliaires de la muqueuse gastrique ont été trouvés en combinaison avec des tubercules solitaires à différents stades de la décomposition caséeuse et deux ulcères tuberculeux de l'estomac, dont l'un avait une artère arrozée au fond. La couche sous-muqueuse le long de la plus grande courbure, où les changements spécifiques les plus importants ont été notés, était enflée et infiltrée par des neutrophiles et des lymphocytes, parmi lesquels des cellules épithélioïdes et des cellules géantes de Pirogov-Langhans ont été trouvées. Une nécrose du fromage a également été détectée dans les ganglions lymphatiques régionaux par rapport à l'estomac.

Dans l'observation donnée, la radiographie et le tableau clinique correspondaient si bien au carcinome gastrique que les cliniciens n'ont même pas suggéré une possible association de pathologie gastrique avec une tuberculose nouvellement diagnostiquée...

Comme toujours, lors de l'analyse d'une erreur médicale, la question se pose de savoir s'il était possible de poser un diagnostic correct au cours de la vie du patient. Et la réponse est plutôt décevante. Et le fait n'est pas seulement que le patient était à l'hôpital un peu plus d'une journée. Et ce n'est pas que les quelques données anamnestiques, habitus et caractéristiques instrumentales ont naturellement et sans équivoque conduit le médecin à cela, qui s'est avéré plus tard être une conclusion incorrecte. La raison principale est la rareté exceptionnelle de la tuberculose gastrique, d'une part, et ses manifestations "pseudotumorales" classiques, d'autre part..

La première description de la tuberculose gastrique a été donnée par Barkhausen en 1824, avant la découverte du bacille tuberculeux par R. Koch. Au cours du siècle suivant, le nombre de ces observations a augmenté régulièrement: en 1933, Benjamin a recueilli 225 cas dans la littérature mondiale. Cependant, récemment, une telle localisation de la tuberculose est presque introuvable. En tout cas, dans les périodiques médicaux russes depuis 10 ans, nous n'avons pas trouvé de tels messages. Les conditions préalables à une lésion beaucoup plus rare de l'estomac par rapport aux intestins sont bien connues: le petit nombre de follicules lymphatiques dans la paroi de l'estomac, la résistance de la muqueuse intacte à l'infection, en partie l'action bactéricide de l'acide chlorhydrique et les propriétés protectrices de la couche muqueuse. «En partie», car le plus souvent, l'infection se produit de manière hématogène, et non à la suite de l'ingestion du pathogène avec des expectorations.

Habituellement, la tuberculose gastrique se présente sous la forme d'un ulcère chronique résistant au traitement standard, se propageant lentement et impliquant rarement la couche musculaire. À ce stade, un jugement se pose souvent sur le processus du cancer. Le développement de la tuberculose miliaire ou solitaire et les formes hyperplasiques de lésions sont également décrits avec une fréquence égale. Presque tous les changements ci-dessus ont été trouvés chez notre patient. Sur le plan radiologique et, surtout, avec l'endoscopie, elle est finement tubéreuse, parfois rigide, avec des défauts ulcératifs, saignant facilement la muqueuse simule une maladie néoplasique (surtout lorsque le «tubercule» n'est pas encore établi). Si une image similaire est complétée par l'émaciation, l'anorexie, l'état subfébrile et l'anémie du patient, même avec la tuberculose détectée, les stéréotypes cliniques prévaudront sur la logique du diagnostic.

Avec le cancer gastrique, des symptômes minimes ou leur absence complète dans la période potentiellement curable de la maladie conduisent au fait que les patients consultent le médecin trop tard. Cependant, avec l'établissement prématuré de ce formidable diagnostic «en toute sécurité», la situation inverse coexiste, souvent non moins dramatique - le surdiagnostic du cancer gastrique.

Nous avons examiné deux cas rares, on pourrait dire casuistiques, de diagnostic différentiel de cancer gastrique. Il était une fois, M.P. Konchalovsky a écrit: "Le diagnostic ressemble à un film, qui est divulgué de manière inégale et différente en raison du fait qu'il le déploie actuellement... Le diagnostic est individuel à la fois par rapport au patient et au médecin." En analysant les histoires de cas présentées, nous avons une fois de plus été convaincus de l'importance de «dérouler le film» avec soin et impartialité de chaque souffrance humaine spécifique.

Un test sanguin pour le cancer de l'estomac: indicateurs et normes

Analyse sanguine générale

Il s'agit d'un prélèvement sanguin à jeun d'un doigt. Si un processus malin se développant dans l'estomac est suspecté, il est nécessaire de surveiller ces indicateurs:

  1. ESR Cette valeur est toujours augmentée avec un processus malin. Cette valeur doit être chez une personne en bonne santé à 15 mm / h. Si l'étude montre une forte augmentation de cet indicateur, il y a une inflammation dans le corps humain;
  2. Globules blancs. Ces données au stade initial de la formation d'une tumeur de nature atypique, en règle générale, restent normales ou, au contraire, diminuent même légèrement. Cependant, à mesure que la tumeur se développe, cette valeur augmente. De plus, le cancer du liquide biologique a révélé un contenu atypique de formes jeunes;
  3. Hémoglobine. En présence d'une pathologie maligne, l'hémoglobine chute souvent au niveau de 90 g / l. Cela est dû à une diminution de l'apport en nutriments, du fait que la tumeur de la mère bloque l'absorption normale des aliments. Lorsqu'une métastase étendue se produit, la survenue d'une anémie est associée à une carie tumorale. Les produits de décomposition empoisonnent le corps, ce qui provoque une diminution de l'hémoglobine;
  4. Goutte de globules rouges. Avec les pathologies cancéreuses, cet indicateur tombe à 2,4 g / l.

Des modifications de ces valeurs dans le sang sont également possibles en raison d'autres pathologies. De plus, la plupart d'entre eux peuvent être traités avec succès. Au vu de quoi, il ne vaut pas la peine d'analyser des données obtenues de manière indépendante.

Le cancer de l'estomac, comme tout autre organe, ne peut pas être diagnostiqué sur la base des seuls symptômes de la maladie. Pour confirmer le diagnostic, le médecin prescrit une série d'examens, une prise de sang est également obligatoire.

Sur la base des changements dans la numération sanguine normale, un spécialiste détermine la probabilité de développer un processus malin.

Le test sanguin le plus courant est son analyse générale..

Cet examen est prescrit pour diverses maladies, et il vous permet de déterminer non seulement comment se déroule la maladie, mais sert également de contrôle de l'efficacité du traitement.

Avec une lésion maligne du corps, certains changements dans la composition du sang se produisent, mais une analyse générale pour les identifier ne suffit pas.

Un diagnostic présumé de cancer gastrique peut être établi lorsque plusieurs types de tests sanguins sont effectués à la fois, ils comprennent:

  • Analyse générale.
  • Recherche biochimique.
  • Détection de marqueurs tumoraux spécifiques.

L'évaluation de tous les changements dans la composition du sang ensemble permet au médecin de soupçonner une maladie ou une autre, pour la confirmation de quels examens instrumentaux sont également nécessaires. Il ne faut pas oublier que le cancer ne peut être exposé avec précision que lorsque des cellules cancéreuses sont détectées, ce qui nécessite une biopsie..

Une analyse générale est une étude du sang à jeun d'un doigt, moins souvent d'une veine. En cas de suspicion de cancer gastrique, une attention particulière est accordée aux indicateurs d'un test sanguin général comme l'ESR, le nombre de leucocytes dans le sang et le taux d'hémoglobine.

  • L'ESR augmente presque toujours avec les néoplasmes malins. La vitesse de sédimentation des érythrocytes ne doit normalement pas dépasser 15 mm / h. Une forte augmentation de l'ESR indique qu'un processus inflammatoire actif est présent dans le corps. Les indicateurs de SLE caractéristiques du cancer changent peu pendant l'antibiothérapie.
  • Les globules blancs au stade initial du cancer restent normaux ou diminuent légèrement. À mesure que la maladie progresse, le nombre de leucocytes augmente considérablement, tandis que de nombreuses formes jeunes se trouvent dans le sang.
  • Avec le cancer gastrique, dans la plupart des cas, l'hémoglobine tombe en dessous de 90 g / l. Cela se produit du fait qu'une personne consomme moins de nutriments, la tumeur interfère avec la pleine absorption des aliments. Aux derniers stades du cancer, l'anémie est associée à la carie de la tumeur et aux saignements.
  • Le nombre de globules rouges tombe à 2,4 g / l.

Ces changements se produisent avec d'autres maladies, dont la plupart sont traitées avec succès. Par conséquent, n'évaluez pas vous-même les résultats d'un test sanguin.

Un test sanguin biochimique est effectué pour vérifier le fonctionnement des organes internes. Un changement dans certains indicateurs indique directement dans quels changements pathologiques se produisent les organes, quels systèmes corporels souffrent.

En utilisant cette analyse, vous pouvez également établir la probabilité de développer un cancer.

Le sang destiné à la biochimie est prélevé dans la veine cubitale. Cela se fait généralement le matin, car une personne ne doit rien manger pendant au moins 8 heures.

Avec le cancer gastrique dans un test sanguin biochimique, un certain nombre de changements sont révélés, à savoir:

  • Diminution de la protéine totale. Dans les néoplasmes malins, le niveau de ce composant sanguin descend en dessous de 55 g / l. Les protéines sont composées de globulines et d'albumine. Avec le développement des cellules cancéreuses, la teneur en albumine est également considérablement réduite, leur nombre devient inférieur à 30 g / l. Les globulines au contraire augmentent.
  • Une augmentation de la lipase, une enzyme nécessaire à la dégradation des aliments, se produit lorsqu'une tumeur maligne de l'estomac pénètre dans le pancréas.
  • Une augmentation de la phosphatase alcaline indique que des tumeurs se développent dans le corps.
  • Augmentation de la glutamyl transpeptidase (gamma GT).
  • Augmentation de l'activité des aminotransférases - AlAT, AsAT.
  • Changement du cholestérol. Selon la localisation des foyers secondaires dans le cancer gastrique, le cholestérol diminue ou, au contraire, augmente.
  • Faible taux de glucose.
  • Augmentation des niveaux de bilirubine. Ce pigment indique généralement le fonctionnement du foie, mais avec un cancer gastrique, des dommages à cet organe sont également possibles..

Aux stades initiaux, tout processus oncologique n'a presque aucun effet sur la biochimie sanguine, mais à mesure que le cancer progresse, les composants sanguins s'écartent de plus en plus de la norme. Habituellement, lorsqu'un changement dans l'analyse biochimique indique un processus malin possible, le médecin prescrit une deuxième étude.

Le système de coagulation sanguine est un système complexe composé de:

  • Système de coagulation. Ses composants sont responsables de la coagulation, c'est-à-dire de la coagulation du sang, si nécessaire.
  • Le système anticoagulant, les composants de ce système sont responsables de l'anticoagulation.
  • Le système fibrinolytique assure la dissolution des caillots sanguins qui se sont déjà formés. Ce processus est appelé fibrinolyse..

Avec le développement d'un cancer gastrique de diverses formes, une thrombose accrue se produit. Cela se traduit par une augmentation des valeurs sanguines telles que APTT, TV, IPT.

Les mécanismes compensatoires en cas d'hypercoagulation déclenchent l'activation de la fibrinolyse, nécessaire à la dissolution des caillots sanguins. Par conséquent, avec le cancer gastrique, une augmentation de l'antithrombine et de l'antithromboplastine est détectée.

Si les tests effectués suggèrent le développement chez une personne d'une lésion maligne de l'estomac, alors il peut lui être attribué un test sanguin pour les marqueurs tumoraux.

Dans le cas du cancer gastrique, un écart par rapport à la norme de l'oncomarqueur, appelé CA 125, est détecté: il s'agit d'une glycoprotéine de haut poids moléculaire, qui est essentiellement un antigène. Il peut être détecté à une certaine concentration dans le sang d'une personne en bonne santé, auquel cas il est d'environ 35 unités / ml.

L'antigène refuse d'être surestimé dans la formation de tumeurs malignes et bénignes. Mais avec le cancer, l'indicateur de ce marqueur tumoral augmente assez fortement et est supérieur à 100 unités / ml.

Dans le cancer gastrique, l'antigène CA 19-9 est également déterminé. Ce marqueur tumoral est souvent utilisé comme indicateur indiquant l'efficacité du traitement. Normalement, la concentration de C 19-9 est de 10 à 37 u / l, avec le développement d'une tumeur maligne dans l'estomac, la valeur de l'antigène atteint 500 u / l.

Si une augmentation de ce type de marqueur tumoral est observée après un traitement chirurgical du cancer, cela indique la formation de foyers secondaires d'une tumeur maligne.

Cette maladie s'accompagne d'une anémie posthémorragique. Par conséquent, il y a une diminution de l'hémoglobine et du nombre de globules rouges, qui peuvent être suivis par la dynamique dans l'analyse générale. Cela est dû à une mauvaise absorption des ions fer par les parois de l'estomac, c'est-à-dire un dysfonctionnement. Avec la décomposition de la tumeur, une augmentation du niveau de leucocytes et d'ESR se produit. Le nombre de monocytes dépasse la norme.

des globules rouges

Avec des tumeurs à l'estomac, l'hémoglobine tombe à 90 g / l ou moins. Cela est dû à la mauvaise digestibilité du fer par les parois de l'estomac..

En outre, les substances qui sont libérées pendant la désintégration de l'effet toxique de la tumeur sur les globules rouges, affectant négativement leur hémolyse, l'augmentant. Le taux de régénération des globules rouges est réduit. Lorsque la carie, le saignement se produit, ils entraînent la perte et la réduction du nombre de globules rouges.

Si une carence ou une absence de suc gastrique se joint à cela, cela conduit à un processus altéré de digestion de la viande et prive ainsi le patient des acides aminés nécessaires.

Il est également possible le développement d'un processus tel que l'hyperglobulie, qui ressemble à un fort épaississement du sang. De ce fait, une hypoxémie peut survenir, ce qui provoque à son tour une augmentation de l'érythropoïèse.

globules blancs

Au stade initial de la maladie, une légère diminution ou le maintien de la norme précédente du nombre de globules blancs est noté. Avec le développement ultérieur du processus oncologique, son niveau fluctue. Si la température corporelle est normale, une leucopénie est notée, c'est-à-dire un nombre normal de globules blancs.

Au dernier stade du cancer gastrique, le nombre de leucocytes monte à 10 000-12 000 / mm3

Au dernier stade de la maladie, c'est-à-dire pendant la période de décroissance, une augmentation de la température commence, une augmentation des saignements gastriques. Dans ce cas, une augmentation de la leucocytose à une marque de 10 000 à 12 000 / mm3 de sang est possible. Mais fondamentalement, une numération leucocytaire modérée est observée - 8000-10000 / mm3. Le nombre de neutrophiles montre une augmentation.

En outre, le principal indicateur de l'étude est le taux de sédimentation érythrocytaire, qui augmente considérablement dans les processus tumoraux. Mais cela peut également signifier la présence de processus inflammatoires dans le corps. Aux taux normaux, sa valeur ne dépasse pas 15 mm / h. Autrement dit, son augmentation signifie de graves problèmes de santé. Et sa réduction ne peut pas être obtenue avec un traitement antibactérien s'il est associé à l'oncologie.

Cet indicateur est d'une grande importance dans le diagnostic du cancer. Mais son suivi doit être effectué en dynamique, c'est-à-dire qu'une augmentation constante et sans cause de l'indicateur peut signifier un foyer tumoral.

Sang et changements possibles dans l'analyse contre le cancer de l'estomac

Chaque année, le nombre de personnes atteintes d'une maladie aussi dangereuse que le cancer de l'estomac augmente. Une telle pathologie est un néoplasme malin qui se développe à partir de la muqueuse gastrique. Le plus souvent, le cancer de l'estomac est détecté chez les hommes que chez les femmes et la plupart des personnes âgées de 40 à 45 ans en tombent malades.

Une telle maladie est suffisamment problématique pour être diagnostiquée uniquement sur la base des plaintes des patients et des symptômes émergents. Pour confirmer le diagnostic, les experts prescrivent une variété d'études, dont une obligatoire est un test sanguin pour le cancer de l'estomac.

Le cancer gastrique est l'un des cancers les plus courants.

Le lieu principal pour la formation d'une tumeur maligne avec une telle pathologie est les cellules épithéliales de la muqueuse gastrique.

Les statistiques montrent que les premiers signes de cancer apparaissent chez les personnes qui abusent de mauvaises habitudes.

Cela signifie que la pathologie est souvent détectée chez les patients qui violent le régime alimentaire et préfèrent les fast-foods, les aliments épicés et fumés..

Une autre cause fréquente de cancer de l'estomac est la consommation d'alcool, et en particulier la vodka. De plus, la mauvaise situation environnementale dans laquelle vit une personne peut provoquer l'apparition d'un néoplasme malin. De plus, les situations de stress constantes et les dépressions nerveuses deviennent souvent un facteur provoquant dans le développement de la maladie..

La pratique médicale montre que le pourcentage d'oncologie est beaucoup plus élevé chez les hommes et les femmes qui fument.

Les spécialistes identifient également les conditions précancéreuses qui peuvent provoquer le développement d'une pathologie:

  • gastrite atrophique chronique
  • ulcère gastroduodénal
  • lésions polypes dans l'estomac
  • anémie pernicieuse
  • états d'immunodéficience

L'apparition de certains symptômes du cancer de l'estomac est déterminée par l'emplacement de la tumeur dans le corps humain. Dans le cas où un néoplasme se produit dans la section supérieure adjacente à l'œsophage, les patients se plaignent de l'apparition des symptômes suivants:

  1. augmentation de la salivation
  2. problèmes avec la promotion du fourrage grossier à travers l'œsophage
  3. inconfort lors de la déglutition
  4. accès de nausées et de vomissements
  5. crachats fréquents

Lorsque la tumeur est située dans la partie inférieure de l'estomac, il y a une sensation de lourdeur dans l'abdomen et des vomissements avec la libération d'aliments digérés. Lorsque la lésion est située au milieu de l'estomac, les symptômes caractéristiques n'apparaissent pas longtemps.

Un critère diagnostique très important est un test sanguin pour le cancer de l'estomac, dont les indicateurs indiquent avec précision la présence d'un processus malin.

Les études de laboratoire ne sont pas la seule définition du cancer, mais ce sont les données sur lesquelles le médecin construit sa conclusion.

Le cancer de l'estomac se traduit par de multiples symptômes pathologiques, des ulcérations, une carie du néoplasme, une intoxication générale du corps. De plus, le patient souffre de nombreux troubles digestifs et métaboliques. Les tests de laboratoire sont basés sur l'identification de tels processus..

En règle générale, une étude clinique et biochimique est d'abord prescrite, et selon le degré de changement de leurs données, le médecin détermine déjà la nécessité d'autres tests ou l'utilisation de méthodes de diagnostic matériel.

Sur la base de la totalité des résultats obtenus, le spécialiste émet un avis d'expert sur l'application d'une méthode de traitement particulière.

Très souvent, des études du plasma sanguin et de ses éléments uniformes sont utilisées pour contrôler l'efficacité du traitement appliqué.

Si un cancer est suspecté, le médecin recommande:

  • recherche clinique;
  • analyse biochimique;
  • étudier les caractéristiques du système de coagulation sanguine;
  • études du niveau des marqueurs tumoraux généraux et spécifiques.

Le décodage des indicateurs de test donne une image assez claire de l'état du patient. Habituellement, selon le degré de changement des paramètres, le médecin est capable non seulement de soupçonner la présence d'une tumeur, mais également de déterminer le degré de sa négligence et de son effet sur le corps.

Ils visent à clarifier la sécurité du corps, à établir la présence de processus inflammatoires, de troubles existants et de changements pathologiques observés.

Les données obtenues au cours des études en laboratoire indiqueront au spécialiste la direction d'un diagnostic différentiel supplémentaire lors de l'obtention de résultats douteux.

Analyse sanguine générale

Habituellement, une combinaison de deux méthodes principales est requise, qui comprend une numération globulaire et une ESR pour le cancer de l'estomac. Leur totalité est appelée analyse clinique..

Le biomatériau est généralement prélevé dans une veine, mais parfois il peut être prélevé sur un doigt.

Le diagnostic se fait par la modification des indicateurs suivants:

  1. ESR ou ROE, comme on l'appelle parfois, dans le cancer gastrique. Il représente la vitesse de réaction ou de sédimentation des érythrocytes. Chez une personne en bonne santé, elle se situe à moins de 15 mm / h. À mesure que le nombre augmente, une inflammation se développe dans le corps.
  2. Le niveau de leucocytes dans le plasma est généralement de 4 à 9 000 / μl. Avec un processus tumoral prononcé, leur nombre augmente fortement en raison d'une réponse immunitaire prononcée.
  3. Les globules rouges ne doivent pas dépasser 2,4 g / l. Pour les femmes, l'indicateur ne dépasse pas la marque de 3,6-4,8 millions / µl. Pour les hommes, 4-5,3 millions / µl sont enregistrés. Avec le développement du cancer, il chute fortement, car une intoxication grave du corps entraîne la destruction des globules rouges. Le saignement gastrique interne dû à l'ulcération de la tumeur affecte également.
  4. L'hémoglobine diminue à un taux de 90 g / l. avec une norme de 120-160 g / l. Les changements dépendent des troubles digestifs et des pertes de sang.

Un test sanguin biochimique pour indiquer un cancer de l'estomac n'est pas moins important. Il vous permet d'étudier les caractéristiques des processus physiologiques dans le corps, l'état du système digestif et les caractéristiques de la structure du plasma.

L'étude indique avec précision dans quel système la défaillance s'est produite et détermine également les indicateurs quantitatifs et qualitatifs des changements existants. Ils suggèrent l'emplacement de la tumeur et le degré de son influence sur le corps du patient.

Selon les données de base, un gastro-entérologue est capable de juger de la présence d'un cancer et de la négligence du processus..

Les indicateurs suivants sont pertinents.

CritèreNormeNiveau de cancer gastriqueFacteurs pathologiques
Protéines totales65-84 g / l.gt; 55 g / lLes albumines chutent et les globulines montent
Lipase0-187 unités / l.gt; 187 unités / l.
Phosphatase alcalinejusqu'à 260 unités / l.gt; 260 unités / l.
GGT42-71 unités / l.gt; 42-71 unités / l.Avec le développement d'une tumeur, une violation de la sécrétion biliaire se produit, ainsi qu'un dysfonctionnement du travail d'autres formations anatomiques du tractus gastro-intestinal
ALT, AST30-45 unités / l.gt; 30-45 unités / l.
Cholestérol3,4 à 6,4 mmol. / L.Le niveau peut être augmenté ou diminué selon l'emplacement de la tumeur
Glucose3,4-5,6 mmol. / L.gt; 3,4-5,6 mmol / L.

Dans les cas où le médecin, selon les résultats de deux études précédentes, comprend que la probabilité de cancer de l'estomac est très élevée, il étudie le niveau de marqueurs tumoraux.

Le terme fait référence aux composés qui sont libérés après la décomposition des cellules cancéreuses ou des substances résultant du développement d'une tumeur.

Il existe des marqueurs tumoraux spécifiques. Ceux-ci inclus:

  1. CA-125, qui est le plus souvent détecté dans le cancer gastrique. L'étude est basée sur l'établissement du niveau de glycoprotéine de haut poids moléculaire. Normalement, ses nombres ne dépassent pas 35 unités / ml. Un niveau suffisant pour poser un diagnostic est généralement d'environ 100 unités / ml. Cependant, il augmente avec le développement d'une inflammation du foie ou du pancréas, du cancer du système reproducteur féminin, des intestins, du pancréas, des formations kystiques, de la péritonite.
  2. Le CA 19-9 chez une personne en bonne santé varie de 10 à 37 unités / litre. En présence d'une tumeur de l'estomac, sa concentration augmente fortement, atteignant 500 unités / litre. Par conséquent, il sert généralement de critère clair pour la réussite du traitement..
  3. Le CA 72-4, un composé protéique, est généralement de l'ordre de 6,9 ​​unités / ml, mais augmente de manière significative avec le cancer de l'estomac.
  4. CA 50 (normal 23 unités / l) augmente significativement avec l'oncologie du système digestif.

Quels tests indiquent la présence d'un processus malin peuvent être trouvés dans cette vidéo..

Souvent avec des symptômes indiquant l'apparition d'une tumeur, une analyse du système de coagulation sanguine est également réalisée. Il comprend des indicateurs d'un coagulogramme, des facteurs anticoagulants et du système de fibrinolyse.

Si le patient développe un cancer de l'estomac, à la suite de saignements fréquents ou au cours de la vie d'un néoplasme malin, les paramètres qui augmentent la thrombose augmentent. Par conséquent, un excès des indicateurs APTTV, PTI, TV est enregistré.

Dans le même temps, les processus fibrinolytiques sont intensifiés pour stabiliser l'ensemble du système SC et prévenir l'embolie. La concentration d'antithrombine et d'antithromboplastine augmente.

Il existe également une analyse génétique pour la détection des néoplasmes malins dans l'estomac. Il vise à fixer la présence de gènes mutés MLH1 et CDH1..

Selon les résultats de l'analyse, le médecin juge que la personne a une prédisposition héréditaire au cancer.

Un diagnostic précoce augmente considérablement les chances du patient de guérir la maladie jusqu'à guérison complète.

Si une personne présente une demande dans un établissement médical public, elle a la possibilité de subir gratuitement presque toutes les procédures de la police d'assurance médicale obligatoire.

Le prix des tests dans une clinique privée est de:

  1. Étude clinique - environ 300 roubles.
  2. Biochimique - 260 roubles.
  3. CA 19-9 - 800 roubles.
  4. CA 125 - 755 roubles.
  5. CA 72-4 - 1110 roubles.
  6. CA 50 - 630 roubles.
  7. REA - 825 roubles.
  8. Le coagulogramme élargi - 750 roubles.

Le diagnostic de la plupart des pathologies est basé sur les résultats des analyses. Les maladies oncologiques ne font pas exception.

Dans les grandes cliniques, à l'aide de certaines études de laboratoire, les spécialistes sont en mesure d'identifier la pathologie à un stade précoce, ce qui permet une récupération complète.

Test sanguin pour le cancer gastrique: général et biochimique, marqueurs tumoraux, indicateurs

Une telle étude du fluide biologique est réalisée pour analyser le travail de tous les organes du patient. Si des changements dans les données sont observés, cela suggère que des processus atypiques se produisent dans les organes ou les systèmes du corps.

À l'aide d'études biochimiques, il est possible d'établir la probabilité de développement de phénomènes oncogènes. Le matériel biologique est prélevé dans une veine située dans la zone ulnaire. Avant de passer le test, le patient ne doit pas manger de nourriture pendant 8 heures.

La suspicion d'une pathologie maligne survient lorsque les données suivantes sont modifiées:

  • diminution des protéines totales. Dans le cancer, le taux tombe en dessous de 55 g / l. De plus, comme vous le savez, la protéine est constituée d'albumine et de globuline. À son tour, avec l'oncologie, l'albumine tombe à 30 g / l. Mais l'indice de globuline au contraire augmente;
  • augmentation de la lipase. Il est nécessaire pour la décomposition des aliments. Et s'il y a une formation, l'indice de lipase augmente, ce qui est lourd de propagation de la tumeur à d'autres organes;
  • augmentation de la phosphatase alcaline. Une augmentation de cet indicateur signale le développement de tumeurs dans le corps humain;
  • les indicateurs de cholestérol chez un patient varient. Selon l'emplacement de la pathologie, le cholestérol peut augmenter ou diminuer.

De plus, en cas de suspicion d'un processus malin dans les résultats de la biochimie, les données gamma GT, Alat, Asat seront augmentées et la bilirubine augmentera. Ce pigment indique un éventuel cancer secondaire ou primaire du foie..

Malheureusement, le développement initial du cancer ne se trahit pratiquement pas et n'affecte pas la biochimie du fluide biologique. Cependant, avec le développement d'une pathologie mortelle, la numération sanguine revient à la normale. À la lumière de laquelle, avec les changements révélés dans cette analyse, le médecin prescrit des diagnostics instrumentaux supplémentaires.

Ce test sanguin est également assez important..

Les facteurs suivants peuvent parler de la possibilité de la présence et du développement du processus tumoral:

  1. Protéines totales. Normalement, son indicateur varie entre 64 et 84 g / l. Avec la pathologie, l'indicateur diminue à 55 g / l et moins.
  2. L'albumine descend également en dessous de 30 g / l.
  3. Les globulines, au contraire, ont tendance à augmenter, de 20 g / l.
  4. L'activité de l'aminotransférase et de la phosphatase alcaline augmente.
  5. La coagulabilité augmente également.
  6. Augmentation de l'activité de l'aminotransférase.
  7. Les niveaux de cholestérol peuvent varier, oscillant entre faible et élevé. Cela dépend directement du stade de la maladie..
  8. La glycémie diminue.
  9. La bilirubine, au contraire, monte. Cet indicateur de la santé du foie. Mais avec le cancer de l'estomac, un organe voisin peut être affecté..
Un test sanguin biochimique pour le cancer de l'estomac est extrêmement important

L'analyse biochimique vise à examiner le fonctionnement normal des organes internes. Si des écarts importants par rapport à la norme sont constatés, cela peut indiquer un dysfonctionnement de leur fonctionnement. C'est également une manifestation possible de métastases dans certaines zones. Leur localisation peut également être notée selon l'analyse biochimique. Mais le plus précisément déterminé par des méthodes instrumentales.

Aux stades initiaux des manifestations et des changements dans le test sanguin n'est pas observé. Mais à mesure que la maladie progresse, les écarts deviennent plus prononcés. Si au cours d'un examen aléatoire, le médecin note des anomalies, une deuxième analyse est prescrite.

Séparément, un test de coagulation sanguine est effectué. Avec différentes formes de cancer, un indicateur différent est observé pour cette analyse. Cela dépend également du stade de la maladie. Mais dans l'ensemble, la thrombose est notée sous une forme accrue.

Dans certains cas, des processus de compresseur sont déclenchés, dans lesquels il y a une augmentation de l'antithrombine et de l'antithromboblastine.

Test sanguin pour les marqueurs tumoraux

Si, selon les données obtenues, le médecin soupçonne la présence d'une maladie qui affecte l'estomac, il prescrit en outre une analyse des marqueurs tumoraux. Pour les cancers de l'estomac, une étude sera menée sur CA 125.

C'est lui qui agit comme antigène. En très petite quantité, cette substance est libérée dans le sang humain. Et si le patient est en parfaite santé, l'antigène sera égal à 35 unités.

Cette valeur sera augmentée en présence de toute formation dans le corps. De plus, si une personne a un cancer, l'indicateur du marqueur tumoral augmentera de plus de 100 unités.

En plus du CA 125, avec un processus malin survenant dans l'estomac, une étude est également menée sur l'antigène CA 19-9. Cette valeur est utilisée comme une évaluation pour l'analyse de l'efficacité de la chimiothérapie. Cet antigène devrait être de 10 à 37 unités / litre. Avec les lésions cancéreuses, la valeur peut augmenter jusqu'à 500 unités..

De plus, si la valeur considérée après la chirurgie a augmenté, il est possible de juger de l'apparition de plusieurs foyers secondaires.

Si le patient soupçonne un processus oncologique, une analyse des marqueurs tumoraux est effectuée. Si les indicateurs de certains d'entre eux ont des écarts par rapport à la norme, alors nous pouvons parler de la présence d'un cancer de l'estomac.

L'un de ces marqueurs tumoraux est le CA 125. Il mesure également la concentration des cellules cancéreuses. Le CA 125 est une glycoprotéine de haut poids moléculaire qui est un antigène. Le niveau déterminant de cette composante est de 35 u / L. Chez une personne en bonne santé, cet indicateur présente des fluctuations dans toutes les directions, mais elles sont petites.

Il convient de noter qu'une augmentation de cette valeur peut augmenter avec les néoplasmes malins et bénins. Mais les indicateurs dans ces cas sont très différents. Dans les tumeurs bénignes, la concentration de réactif CA 125 ne dépasse pas 100 u / L. Une tumeur maligne donne une grande réaction et la valeur monte à plus de 100 unités / l.

Test de marqueur tumoral - l'un des tests sanguins pour le cancer de l'estomac

Peut également être utilisé pour déterminer le cancer de l'estomac CA 19-9. Il s'agit d'un antigène glucidique. Ce composé est produit par des cellules de carcinome pancréatique ou des cellules de cancer gastrique. Vous pouvez également utiliser ce marqueur tumoral pour surveiller le traitement et son efficacité..

Si le niveau de CA 19-9 est constamment élevé, même après la chirurgie, cela peut signifier une rechute de la maladie ou une métastase très courante. La norme de l'indicateur de concentration dans le corps varie approximativement dans la plage de 10 à 37 unités / litre. Si un processus oncologique est observé dans le corps, il est possible d'augmenter à une valeur de 500 unités / l.

Bien que le contenu informatif des examens soit assez controversé, dans le tableau général de l'examen clinique, il peut être indicatif. Un test sanguin ne peut pas remplacer les méthodes de recherche matérielle. Mais il est nécessairement inclus comme méthodes supplémentaires. Sur eux, vous pouvez suivre la dynamique de la thérapie en cours et l'état du corps dans son ensemble. Il existe également des signes de métastases..