Comment augmenter le sang après la chimiothérapie

Lipome

La chimiothérapie est très efficace dans de nombreux types de cancer, cependant, cette méthode de traitement a un grand nombre d'effets secondaires. Pendant la procédure, des médicaments peuvent être utilisés pour combattre les formations tumorales, mais ces médicaments tuent simultanément les tissus et les cellules saines du corps. Parallèlement à cela, l'image globale de l'état du sang change, et souvent ses performances peuvent sérieusement se détériorer. Cela affecte l'état général du patient: il se sent pire, l'immunité diminue et le corps devient plus sensible aux maladies. Dans de telles situations, la question se pose de savoir comment améliorer la situation et comment augmenter le sang après la chimiothérapie.

Raisons de la détérioration

Dans le traitement des tumeurs cancéreuses, les soi-disant cytostatiques sont utilisés - des substances qui affectent agressivement certains groupes de cellules. En règle générale, les médicaments chimiothérapeutiques n'affectent que les cellules à multiplication rapide, qui comprennent les cellules cancéreuses, mais pas la majorité des cellules tissulaires. Cependant, dans le corps, il existe plusieurs types de cellules qui se développent normalement assez rapidement et qui souffrent le plus pendant la chimiothérapie. Tout d'abord, nous parlons de cellules de moelle osseuse..

  • La moelle osseuse est responsable de la formation du sang: grâce à elle, le sang humain est constamment mis à jour et enrichi en cellules sanguines.
  • Les cellules de la moelle osseuse se divisent très rapidement et, par conséquent, les cytostatiques les affectent avec les cellules tumorales, ce qui provoque de nombreux effets secondaires.
  • En conséquence, une occurrence fréquente pendant et après la chimiothérapie est une déplétion sanguine, une grave diminution de ses indices. Dans le sang, la concentration de presque tous ses éléments constitutifs, notamment les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes, diminue rapidement..

Les conséquences d'une baisse de l'hémogramme sont assez graves. Pour éviter d'autres maladies, pendant et après la chimiothérapie, une personne se voit prescrire un traitement d'entretien, mais vous pouvez partiellement vous aider à récupérer. Bien sûr, après avoir consulté un médecin.

Comment se manifeste le déficit d'éléments

Différentes cellules sanguines ont des objectifs différents et leur carence se manifeste de différentes manières. Connaître ces symptômes est très important: de cette façon, une personne pourra comprendre ce qui se passe avec son corps et comment améliorer son état..

ESR Cet indicateur signifie «vitesse de sédimentation érythrocytaire» et montre à quelle vitesse les globules rouges se déposent au fond du tube après avoir échantillonné l'analyse et ajouté certaines substances. Après la chimiothérapie, l'ESR est augmentée: les globules rouges deviennent plus petits en raison d'une altération de la fonction hématopoïétique, car ils se déposent plus rapidement. Comme ce sont les globules rouges qui sont responsables de la distribution des nutriments dans tout le corps, leur carence provoque des symptômes d'anémie: faiblesse, fatigue, vertiges, tachycardie et essoufflement. Ces manifestations sont associées au fait que le sang ne remplit pas la fonction principale - transférer les nutriments aux cellules, à la suite de quoi ils «meurent de faim».

  • Si les érythrocytes diminuent avec l'hémoglobine, cela indique le développement d'une anémie. Cependant, cette condition est considérée comme la norme pour les patients souffrant d'oncologie..
  • Dans les formes sévères de la maladie, une transfusion de globules rouges est prescrite.

Globules blancs. Ces éléments sanguins font partie intégrante du système immunitaire. Les globules blancs sont divisés en de nombreuses sous-espèces (neutrophiles, éosinophiles, lymphocytes, basophiles) et sont généralement responsables de la recherche et de l'élimination des micro-organismes pathogènes. Différentes sous-espèces se spécialisent dans différents agents pathogènes, et la carence de l'un d'entre eux entraîne de graves problèmes avec le système immunitaire. En raison de l'action de la chimiothérapie, la concentration de leucocytes diminue, de sorte que les patients cancéreux souffrent souvent d'une immunodéficience sévère. Même les infections les plus simples auxquelles une personne en bonne santé peut facilement faire face peuvent devenir fatales dans des conditions d'immunodéficience.Par conséquent, les personnes subissant une chimiothérapie doivent être constamment surveillées par des médecins et prendre les médicaments qui leur sont administrés..

Lymphocytes Dans l'ensemble, une carence en lymphocytes signifie la même chose qu'une carence en d'autres cellules immunitaires - une sensibilité accrue aux infections et une immunité réduite. Les lymphocytes se déplacent dans le corps non pas avec du sang, mais avec la lymphe, cependant, leurs indicateurs souffrent également pendant la chimiothérapie: ils sont produits dans la moelle osseuse de la même manière. Comme avec d'autres types de globules blancs, leur carence peut conduire à un état dangereux d'immunodéficience, le patient doit donc surveiller son état et être observé par un médecin.

Plaquettes. Si d'autres cellules sanguines sont responsables de la nutrition et de la neutralisation, la tâche des plaquettes est d'assurer une coagulation sanguine normale. C'est grâce à eux que les blessures sur le corps peuvent guérir facilement et rapidement. Les propriétés des plaquettes permettent au corps d'éviter des saignements graves et des dommages. Comme les autres cellules, les plaquettes souffrent pendant la chimiothérapie et leur carence se manifeste par un certain nombre de symptômes. Une personne prenant des cytostatiques facilite les ecchymoses et les ecchymoses. Les muqueuses peuvent saigner, se couvrir d'ulcères ou de fissures qui guérissent longtemps et difficilement. Même une égratignure peut prendre beaucoup plus de temps que d'habitude.

  • Un degré faible et modéré de thrombocytopénie (manque de plaquettes dans le sang) ne nécessite pas de traitement spécial et les patients atteints de cette réaction ne sont pas soustraits à la chimiothérapie.
  • Si une personne présente une grave carence en plaquettes, une transfusion peut être indiquée. Dans de tels cas, la thérapie est parfois arrêtée jusqu'à ce que le corps soit suffisamment rétabli pour continuer à résister à l'influence des cytostatiques.

En particulier, en raison de ces effets, la chimiothérapie n'est effectuée que sous la supervision d'un médecin. Le spécialiste sera en mesure de suivre rapidement l'évolution des symptômes alarmants et de prendre les mesures nécessaires pour que le patient ne s'aggrave pas..

Récupération de sang

Après la fin du traitement (et parfois pendant celui-ci), une personne a besoin d'une longue période de récupération, pendant laquelle les indicateurs de son corps reviendront à la normale. Pendant tout ce temps, il devrait rester sous le contrôle de médecins, dont l'aide devrait accélérer le traitement et conduire à une guérison complète..

Pour augmenter la numération sanguine après la chimiothérapie, plusieurs médicaments sont utilisés, dont chacun doit être discuté avec un médecin avant utilisation.

Médicaments Une approche intégrée est nécessaire pour augmenter la numération globulaire.

  • Si le niveau de leucocytes diminue, la température augmente. Afin que le patient ne développe pas d'immunodéficience aiguë, des médicaments sont utilisés pour restaurer ces particules. Aujourd'hui, il existe plusieurs médicaments avec différents niveaux d'exposition, dont le but commun est d'éliminer la carence en globules blancs. Certains d'entre eux sont utilisés pour un manque sévère d'éléments, d'autres pour des moyens faibles ou moyens. Les médicaments sont prescrits strictement par un spécialiste. De plus, des complexes de vitamines sont prescrits.
  • La carence en globules rouges peut également être éliminée avec des médicaments. Pour cela, des médicaments appelés érythropoïétines sont utilisés, mais si la carence est critique, du sang ou des globules rouges sont transfusés au patient. En outre, des procédures similaires sont effectuées après la fin d'un cours de chimiothérapie. La transfusion est efficace, mais des procédures trop fréquentes peuvent conduire au fait que le patient aura une sensibilisation, donc des réactions allergiques.
  • S'il n'y a pas assez de plaquettes dans le corps et que la coagulation sanguine est réduite, le patient se voit d'abord prescrire des médicaments qui augmentent la coagulation. De plus, des médicaments sont utilisés pour améliorer le trophisme dans les tissus et stimuler les processus de récupération dans le corps. Des substances qui augmentent le nombre de plaquettes sont également utilisées, ainsi que des complexes de vitamines.

Les vitamines sont un élément important de la récupération des médicaments après la chimiothérapie. Si le corps a suffisamment de nutriments, il revient à son état normal beaucoup plus rapidement. Par exemple, la B12 et les suppléments de fer aident à éliminer l'anémie..

Nutrition. Une bonne nutrition aidera à restaurer un corps affaibli et à augmenter la numération sanguine. Le régime alimentaire après la chimiothérapie doit comprendre des aliments riches en nutriments et facilement absorbés par l'organisme..

  • Le régime alimentaire peut comprendre l'utilisation de poisson cuit ou cuit, de bouillon de poulet et de boeuf, de fruits de mer, ainsi que de légumes frais: betteraves, carottes, citrouilles. Ces produits aident à augmenter le nombre de globules blancs et sont riches en nutriments, ce qui signifie qu'ils aideront à ramener le corps à la normale..
  • Il est recommandé d'inclure des fruits et légumes rouges, du vin et du poisson dans votre alimentation quotidienne. Pour le petit déjeuner, il est préférable de manger du sarrasin, cuit à la vapeur le soir avec de l'eau bouillante. Il sera utile de manger des fruits, des graines germées, des noix. Les verts ont un bon effet sur les niveaux d'hémoglobine. De plus, pour son élevage réussi, ils recommandent un mélange nutritif de noix, miel, abricots secs, raisins secs, pruneaux, figues et citron. Le mélange est très nutritif, il contient beaucoup de substances utiles et il aide parfaitement à augmenter l'hémoglobine.
  • Quant aux recettes de la médecine traditionnelle, puis pour augmenter le nombre de plaquettes, la teinture de millefeuille, le jus d'ortie se boit.

Lorsque l'hémoglobine est faible, la chimiothérapie prescrit généralement un régime qui implique de manger un grand nombre d'aliments contenant du fer, de l'acide folique et de la vitamine B12. Bien sûr, si le corps est trop faible pour digérer des aliments trop nutritifs, certains aliments devront être abandonnés, mais en général, les médecins ne recommandent pas de couper trop le régime alimentaire. Une alimentation trop rigide peut amener le corps à être encore plus affamé de nutriments..

Faites appel à un spécialiste. Bien sûr, en ce qui concerne l'augmentation de l'hémogramme, il est préférable de consulter votre médecin. C'est lui qui prescrira les médicaments nécessaires, analysera l'état, aidera à comprendre si une transfusion est nécessaire, s'il est nécessaire de prendre des médicaments ou, dans un cas particulier, un régime spécial peut être supprimé. Des spécialistes compétents qui examinent attentivement l'état de santé du patient et sélectionnent la stratégie de traitement appropriée pour lui peuvent être trouvés via le service Doctors Online. Nous sommes toujours prêts à fournir à nos visiteurs des informations importantes et utiles qui aideront dans le traitement des maladies dangereuses et dans le rétablissement d'une santé normale après la thérapie.

Faible nombre de globules blancs après la chimiothérapie

Les leucocytes faibles dans le sang après la chimiothérapie sont le résultat du traitement médicamenteux des tumeurs malignes. Les cellules cancéreuses se divisent activement et nécessitent une grande quantité de nutriments. Pour supprimer leurs fonctions vitales, des médicaments cytotoxiques sont introduits qui arrêtent la croissance des néoplasmes et contribuent à leur élimination..

Les médicaments pour la chimiothérapie anticancéreuse n'ont pas d'effet sélectif: en plus des cellules malignes, les tissus et les organes sains en souffrent. Tout d'abord, la fonction de la moelle osseuse est inhibée, le nombre de leucocytes diminue. La leucopénie peut avoir des conséquences graves, jusqu'à la mort du patient. Augmenter les globules blancs après la chimiothérapie anticancéreuse est un problème grave dans le traitement des patients cancéreux.

Globules blancs - types et fonctions

Les globules blancs sont contenus dans une quantité de 4 000 à 9 000 dans un millilitre de sang. Il existe deux principaux types de leucocytes: ceux contenant des granules dans le cytoplasme (granuleux) et sans inclusions, les agranulocytes. Dans chaque groupe, les sous-espèces sont distinguées.

Les cellules granulaires sont constituées des types de globules blancs suivants:

La fonction principale des leucocytes est de protéger le corps de tout ce qui est dangereux et étranger: infections, corps étrangers, organes transplantés, cellules mutées. Les neutrophiles représentent 50% du nombre de globules blancs. Ils ont la capacité de pénétrer à travers les parois des vaisseaux sanguins et d'absorber les micro-organismes au centre de l'inflammation.

Monocytes, macrophages, grandes cellules - leur part dans la composition des globules blancs est de 10%. Ils absorbent les corps étrangers, les zones de nécrose. Les lymphocytes - les principaux éléments du système immunitaire, représentent jusqu'à 40% du nombre total de leucocytes.

Basophiles - un petit groupe de globules blancs, contiennent de l'héparine, qui dilue le sang, dissout les caillots sanguins dans les vaisseaux. La fonction des basophiles est d'assurer l'accès des phagocytes à la lésion. Les éosinophiles produisent et absorbent l'histamine - une substance impliquée dans les réactions inflammatoires qui régulent la réponse immunitaire du corps, empêchant les réactions allergiques excessives.

Les causes

Les médicaments utilisés pour traiter les néoplasmes malins sont de puissants poisons cellulaires. Le premier agent cytotoxique était un dérivé d'un agent de guerre chimique - le gaz moutarde. La chimiothérapie anticancéreuse repose sur l'hypothèse que les cellules tumorales en division sont endommagées par les médicaments plus que les structures moins actives des tissus sains.

Les médicaments pour le traitement du cancer nuisent à toutes les formations à croissance rapide. Plus les cellules de l'organe se divisent, plus la probabilité d'un effet dommageable est élevée. Les globules rouges circulent dans le sang assez longtemps - 6-8 semaines. L'anémie chez les patients cancéreux est relativement rare. La durée de vie des globules blancs est de 3 à 4 jours et leur composition numérique doit être restaurée en continu. Par conséquent, la leucopénie se développe beaucoup plus souvent que l'anémie. La chimiothérapie se déroule en cours, par intermittence, permettant aux organes endommagés de reprendre les fonctions perdues, d'augmenter les globules blancs après la chimiothérapie.

Selon la gravité, en fonction du nombre de leucocytes dans un millilitre de sang, la leucopénie se distingue:

  • sévère - le nombre de leucocytes inférieur à 1 000;
  • gravité modérée - 1 000-3 000;
  • légère - globules blancs extrêmement bas - 3000-4 000.

L'état des organes internes a une grande influence sur le nombre de leucocytes après la chimiothérapie. La présence de maladies des reins, du foie, des organes endocriniens, de l'épuisement, d'une carence en vitamines, ralentit l'élimination des toxines, renforce l'effet des poisons. Chez les jeunes patients, il est plus facile d'augmenter le nombre de leucocytes après la chimiothérapie que chez les personnes âgées. La leucopénie se développe souvent avec une rechute de la tumeur.

Crucial est le choix des médicaments pour la chimiothérapie. La surveillance du nombre de cellules sanguines est une condition préalable à la thérapie cytostatique. L'art du médecin est de choisir la dose optimale qui supprime les cellules malignes, mais ne provoque pas d'effets secondaires.

Symptomatologie

Une diminution du nombre de leucocytes est détectée du 7 au 10ème jour après la fin de la chimiothérapie selon les résultats d'un test sanguin détaillé. Il est nécessaire de compter non seulement le nombre total de globules blancs, mais aussi toutes leurs variétés. Si les globules blancs du même type sont tombés, alors pour un diagnostic plus précis, une biopsie de la moelle osseuse du sternum est examinée.

Les manifestations cliniques de la leucopénie au cours de la période initiale peuvent être:

  • faiblesse générale;
  • vertiges;
  • diminution de l'appétit;
  • augmentation de la température corporelle;
  • hypertrophie de la rate, ganglions lymphatiques périphériques.

Si elles ne sont pas traitées, les infections se joignent:

  • bronchite, pneumonie;
  • rhinite, otite moyenne, sinusite;
  • furonculose, herpès;
  • entérite, colite;
  • infections respiratoires aiguës.

Toutes les formes d'infections bactériennes et virales sont possibles, les maladies chroniques sont exacerbées. Il est nécessaire d'annuler la chimiothérapie, ce qui entraîne la progression du cancer sous-jacent.

Traitement

L'élévation des globules blancs après la chimiothérapie est assez difficile. Les patients atteints de leucopénie doivent être isolés des sources possibles d'infection. Des mesures doivent être prises pour protéger les patients contre les infections nosocomiales. Le traitement doit être complet.

Pour augmenter les globules blancs après la chimiothérapie, vous avez besoin de:

  • thérapie diététique;
  • traitement médical;
  • remèdes populaires.

La nutrition pour la leucémie doit contenir des acides aminés, des vitamines nécessaires à la synthèse des globules blancs. La protéine est composée de plats à base de soja, de poisson. Consommez beaucoup de légumes verts, de légumes et de fruits. Produits qui augmentent le taux de globules blancs dans le sang: sarrasin, gruau de blé, riz, œufs. Vous ne pouvez pas manger des aliments contenant des sels de métaux lourds qui inhibent la formation de sang - plomb, cobalt, aluminium (champignons, légumineuses). Apport calorique: 3500 kcal. Manger 4 à 5 fois par jour.

Les médicaments utilisés pour élever les globules blancs appartiennent à différents groupes pharmacologiques.

Le médicament est prescrit en fonction de la gravité de la leucopénie:

  • si doux, le méthyluracile, le batilol, le nucléinate de sodium sont utilisés;
  • avec une moyenne - "Leikovorin", "Betaleikin";
  • dans les cas graves - Leikomaks.

Les médicaments du dernier groupe sont créés par des méthodes de génie génétique, ce sont des facteurs qui stimulent la synthèse des leucocytes. L'utilisation de tels médicaments a considérablement augmenté l'efficacité du traitement d'une pathologie telle que le faible nombre de globules blancs.

Vous pouvez rapidement augmenter les globules blancs après la chimiothérapie avec des remèdes populaires en utilisant des formulations de vitamines à partir de jus fraîchement pressés de pommes, de betteraves et de tomates. Les produits apicoles sont efficaces - propolis, miel naturel et cellulaire. Perga, pollen de fleurs - précieux produits apicoles naturels, riches en oligo-éléments, huiles essentielles, vitamines. Mélanger avec du miel dans des proportions égales, prendre 1 cuillère à soupe 3 fois par jour, boire du lait.

  • les grains d'avoine sont versés avec de l'eau chaude;
  • insister pendant 6-8 heures;
  • prendre une cuillère à soupe 4 fois par jour.

À partir d'herbes médicinales, préparez des décoctions préparées comme suit:

  • les feuilles fraîches de plantain sont écrasées;
  • presser le jus;
  • faire bouillir pendant 3 minutes;
  • bouillon réfrigéré prendre 1 cuillère à soupe 3 fois par jour.

Lors du traitement avec des produits naturels, une condition préalable doit être respectée: les méthodes alternatives ne peuvent pas être utilisées pour traiter le cancer. Les herbes médicinales, les infusions, les décoctions ont un effet symptomatique - antipyrétique, analgésique, aident à restaurer le nombre de globules blancs. Dans la nature, il n'y a aucun moyen qui puisse endommager ou détruire une cellule cancéreuse..

La chimiothérapie est une méthode de traitement largement utilisée en oncologie qui inhibe la croissance des cellules malignes en division active. La conséquence inévitable de l'effet cytotoxique des médicaments anticancéreux est la leucopénie. Réduire le nombre de globules blancs à des valeurs critiques menace la vie du patient, nécessite l'abolition du traitement de la maladie sous-jacente. La leucopénie est un grave problème d'oncologie clinique..

Ces dernières années, des méthodes de chimiothérapie ont été développées et sont introduites dans la pratique clinique pour éviter l'effet toxique des médicaments sur l'hématopoïèse. Ce sont des médicaments ciblés, qui comprennent des anticorps monoclonaux qui agissent sélectivement sur une cellule maligne et n'affectent pas les tissus sains. Il y avait de l'espoir de se débarrasser des patients cancéreux de la leucopénie, une amélioration significative des résultats du traitement de cette catégorie sévère de patients.

Comment restaurer la numération sanguine après la chimiothérapie: conseils utiles

La chimiothérapie est assez efficace dans un certain nombre d'oncopathologies, mais une technique similaire a de nombreux effets indésirables..

La chimiothérapie est effectuée avec des médicaments actifs contre les tumeurs et les processus cancéreux, mais avec les cellules malignes, ces médicaments détruisent les structures corporelles saines..

Après un traitement chimiothérapeutique, toutes les zones vitales du corps souffrent: la racine des cheveux tombe, l'état général s'aggrave et le statut immunitaire diminue, des lésions intra-organiques toxiques se produisent, les processus digestifs sont perturbés et l'image générale des changements sanguins.

Par conséquent, le patient a besoin d'une longue rééducation.

La norme des leucocytes, des plaquettes, de l'hémoglobine et des globules rouges

La chimiothérapie affecte négativement les structures de la moelle osseuse, qui sont à l'origine du processus hématopoïétique..

Normalement, chez les adultes, ces composants dans le sang sont contenus en de telles quantités:

SubstanceNorme
globules blancs4,0-9,0 * 109 / L
HémoglobineFemmes - 120-150 g / l

Hommes - 130-170 g / l

des globules rougesFemmes - 3,5-4,7 * 10¹² / l

Hommes - 4.0-5.0 * 109 / L

Plaquettes180-320 * 109 / l

Ces paramètres sont considérés comme normaux pour la population adulte, mais sous les effets toxiques des médicaments anticancéreux, ils changent considérablement, provoquant de graves problèmes de santé comme l'anémie, la leucopénie, etc..

Numération sanguine après la chimiothérapie

Au cours du traitement chimiothérapeutique, le patient se voit constamment prescrire des analyses de sang pour surveiller les moindres changements dans la composition du sang. Normalement, la formule sanguine change considérablement sous l'influence des toxines..

  • Globules blancs. Le niveau de leucocytes au cours du traitement de chimiothérapie est considérablement réduit, ce qui peut être très dangereux pour le patient, car son statut immunitaire diminue fortement. En conséquence, le patient devient sans défense, même contre les micro-organismes et les agents infectieux les plus simples. Par conséquent, une augmentation des globules blancs après la chimiothérapie est une tâche importante et nécessaire..
  • Hémoglobine. La chimiothérapie inhibe la fonction hématopoïétique (hématopoïèse). Le patient a une forte baisse de l'hémoglobine à des niveaux critiques et une grave anémie se développe. L'hémoglobine tombe surtout après une combinaison d'effets radiologiques et chimiothérapeutiques ou lorsqu'un cours de chimiothérapie est répété. La normalisation du taux d'hémoglobine augmente considérablement les chances de récupération précoce du patient, car la survie des patients cancéreux dépend directement de l'hémoglobine.
  • Des globules rouges. Étant donné que les toxines pendant la chimiothérapie inhibent les processus de formation de sang, le contenu des globules rouges dans le sang d'un patient atteint de cancer est également réduit. Il développe une érythrocytopénie prononcée, qui s'accompagne d'une forte diminution de la force et d'une fatigue rapide..
  • Plaquettes. Le nombre de plaquettes est également réduit, une thrombocytopénie aiguë se développe. Cette condition est extrêmement dangereuse pour le patient, car la coagulation sanguine chez le patient est pratiquement nulle et la plus petite plaie peut provoquer des saignements graves avec une grande perte de sang. Des ecchymoses apparaissent sur la peau du patient, des saignements des gencives et du nez et des saignements dans le tube digestif.

Comme vous pouvez le voir, l'image du sang devient très dangereuse pour la santé du patient atteint de cancer, par conséquent, des mesures urgentes doivent être prises pour restaurer le sang après un traitement chimiothérapeutique.

Comment récupérer?

La récupération d'une formule sanguine nécessite une approche intégrée.

Si une forte diminution des cellules leucocytaires se produit, alors les indicateurs de température augmentent, le patient atteint de cancer s'inquiète des rougeurs autour des plaies formées sur la peau, des diarrhées sévères, des douleurs dans le larynx et des éruptions cutanées.

Une diminution du nombre de plaquettes entraîne des saignements des gencives, des saignements utérins et gastriques, ce qui est extrêmement dangereux et lourd de décès.

Par conséquent, après une thérapie systémique avec des médicaments anticancéreux, des mesures de réadaptation et de récupération sont essentielles.

Comment augmenter les globules blancs après la chimiothérapie?

Pour restaurer le niveau leucocytaire, il est nécessaire d'effectuer toute une gamme de mesures, sinon le patient développera une immunodéficience aiguë. Recourir habituellement à des médicaments et à une diététique.

Comme mesure supplémentaire, vous pouvez utiliser les recommandations de la médecine traditionnelle, mais uniquement après approbation médicale.

Thérapie médicamenteuse

Pour augmenter les globules blancs après la chimiothérapie, les spécialistes prescriront aux patients cancéreux des médicaments comme Granacite ou Neupogen, qui sont parmi les plus puissants.

Si nécessaire, recourez à des médicaments épargnants tels que l'imunofan ou le polyoxidonium. De plus, parmi les médicaments prescrits, il peut y avoir des médicaments tels que le méthyluracile ou le leucogène, le batilol ou la pyridoxine.

En outre, l'utilisation de Lenograstim ou de Filgrastim, stimule la production de leucocytes de la moelle osseuse..

Aliments

Pour restaurer le niveau de leucocytes, une thérapie diététique est également nécessaire..

  1. Après un traitement de chimiothérapie, les patients atteints de cancer doivent inclure du poisson cuit au four / cuit, des bouillons de bœuf et de poulet, des moules et des légumes frais comme les courgettes ou la citrouille, les carottes ou les betteraves dans le menu quotidien..
  2. Si possible, il est recommandé de manger du caviar et du poisson rouges, du vin rouge, ainsi que des fruits / légumes rouges.
  3. Il est très utile de prendre le petit déjeuner avec du sarrasin, cuit à la vapeur avec de l'eau bouillante le soir, mais non bouilli. Il est bon d'y ajouter du kéfir pour améliorer le goût des céréales.
  4. Il est utile de manger une cuillerée de miel deux fois par jour à jeun.
  5. Les lentilles et la chicorée germées ont également un effet positif sur le nombre de globules blancs. Ils doivent être consommés dans une grande cuillère deux fois par jour..

Remèdes populaires

Parmi les remèdes populaires, il existe également de nombreuses recettes qui aident à normaliser le niveau de leucocytes.

  • Teinture de noix. Les noix sont pelées, placées dans un récipient en verre et versées avec de l'eau. Pendant deux semaines, le contenant est laissé à la lumière, mais retiré de la lumière directe du soleil. Elle est ensuite nettoyée dans une armoire sombre. Prenez l'infusion trois fois par jour pour une grande cuillère pendant un mois.
  • Bouillon d'avoine. Une petite casserole est remplie jusqu'à la moitié d'avoine, et le reste est rempli de lait. Porter le mélange à ébullition, puis laisser mijoter 20 minutes dans le bain. Boire en petites portions 3 à 4 fois par jour.
  • Bouillon d'orge. Deux tasses d'eau versez 1,5 tasse de céréales et faites bouillir à feu doux jusqu'à ébullition deux fois. Buvez du bouillon trois fois par jour pendant une demi-heure avant les repas, 50 ml. Selon les préférences gustatives du patient, du miel ou du sel de mer peut être ajouté au bouillon.

Comment élever des plaquettes?

Si, dans le contexte des effets toxiques des médicaments chimiothérapeutiques, un patient atteint de cancer présente une thrombocytopénie, son sang cesse de coaguler correctement, ce qui met la vie en danger..

Par conséquent, ces patients reçoivent un traitement médicamenteux spécialisé avec des médicaments:

  • Dicinon (Ethamsylate) - un médicament efficace contre la thrombocytopénie et les saignements;
  • Désoxyribonucléate de sodium (Derinat) - la base du produit est constituée d'extraits de lait d'esturgeon, le médicament a une origine naturelle;
  • Corticostéroïdes (glucocorticoïdes) - cela peut inclure des médicaments comme la dexaméthasone ou la prednisolone, qui stimulent la formation de plaquettes.

L'apport de complexes vitaminiques (B + C) et d'oligo-éléments (lysine, magnésium et calcium, zinc) est également indiqué..

Il est utile de manger des noix et des graines, des graines germées, des fruits. Parmi les remèdes populaires, le jus d'ortie, l'achillée millefeuille et d'autres infusions à base de plantes sont efficaces, mais vous ne pouvez pas les prendre vous-même, vous avez besoin de l'approbation d'un médecin.

Augmenter l'hémoglobine

Pour augmenter l'hémoglobine après la chimiothérapie, une diététique obligatoire est recommandée, en se concentrant sur l'utilisation d'aliments riches en fer, B12, acide folique, etc..

Mais un tel régime nécessite des mesures, car avec une teneur excessive en composants ci-dessus, le développement accéléré de structures cellulaires anormales se produira. Par conséquent, le plus souvent, ces éléments sont prescrits sous forme de médicaments.

Si le taux d'hémoglobine tombe en dessous de 80 g / l, la masse érythrocytaire doit être transfusée au patient atteint de cancer.

Les préparations du groupe érythropoïétine comme Neorecomon ou Eprex ont un effet positif sur la récupération des patients. Mais ils sont assez chers, ils ne sont donc pas toujours disponibles pour les patients cancéreux..

Après une cure de médicaments antitumoraux, il est recommandé aux patients ayant un faible taux d'hémoglobine de manger une grande cuillère d'un mélange magique de citron et de figues, de pruneaux et d'abricots secs, de raisins secs et de noix assaisonnés de miel trois fois par jour..

Jus utile de grenade et de radis, betteraves et carottes, pommes, jus de canneberge, etc..

Augmenter les globules rouges

Les structures des cellules érythrocytaires sont produites en continu par la moelle osseuse et sont des globules rouges.

S'ils diminuent (avec l'hémoglobine), une anémie se forme. Des processus anémiques de gravité modérée sont présents chez chaque patient atteint de cancer, par conséquent, une telle condition est considérée comme la norme.

Progressivement, avec la restauration du patient, le niveau de globules rouges et d'hémoglobine se normalisera. Seule une approche intégrée de la rééducation du patient après un traitement chimiothérapeutique permettra au corps de récupérer plus rapidement, notamment le sang.

Décryptage de l'analyse, après la première chimiothérapie

Questions connexes et recommandées

18 réponses

Recherche du site

Que dois-je faire si j'ai une question similaire mais différente?

Si vous n'avez pas trouvé les informations dont vous avez besoin parmi les réponses à cette question, ou si votre problème est légèrement différent de celui présenté, essayez de poser une question supplémentaire au médecin sur la même page s'il est sur le sujet de la question principale. Vous pouvez également poser une nouvelle question, et après un certain temps, nos médecins y répondront. C'est gratuit. Vous pouvez également rechercher des informations pertinentes sur des problèmes similaires sur cette page ou via la page de recherche du site. Nous vous serons très reconnaissants si vous nous recommandez à vos amis sur les réseaux sociaux.

Le portail médical 03online.com propose des consultations médicales en correspondance avec les médecins du site. Ici, vous obtenez des réponses de vrais praticiens dans votre domaine. Actuellement, le site fournit des conseils dans 50 domaines: allergologue, anesthésiste, réanimateur, vénéréologue, gastroentérologue, hématologue, généticien, gynécologue, homéopathe, dermatologue, gynécologue pédiatrique, neurologue pédiatrique, urologue pédiatrique, chirurgien pédiatrique, chirurgien pédiatrique, chirurgien pédiatrique, chirurgien pédiatrique, pédiatre, spécialiste des maladies infectieuses, cardiologue, cosmétologue, orthophoniste, spécialiste ORL, mammologue, médecin, narcologue, neurologue, neurochirurgien, néphrologue, nutritionniste, oncologue, oncologue, chirurgien orthopédiste spécialisé en traumatologie, ophtalmologiste, pédiatre, chirurgien plasticien, psychologue, proctologue, procurologue, proctologue, radiologue, andrologue, dentiste, trichologue, urologue, pharmacien, phytothérapeute, phlébologue, chirurgien, endocrinologue.

Nous répondons à 96,68% des questions..

Comment augmenter rapidement les globules blancs après une chimiothérapie à la maison

La diminution induite par la chimiothérapie du nombre de leucocytes sanguins, ou leucopénie, est l'un des effets secondaires les plus courants en oncologie clinique. La leucopénie est une diminution du niveau de leucocytes à 2 × 10 9 / l et moins..

Des études récentes ont montré que l'incidence de la leucopénie après la chimiothérapie se situe entre 16% et 59%. Le traitement de la leucopénie après la chimiothérapie est obligatoire car cette condition provoque des changements cliniquement significatifs du système immunitaire. Cela affecte négativement la qualité de vie des patients, augmentant l'incidence des maladies infectieuses et les coûts de traitement..

Comment la chimiothérapie affecte la composition du sang

Les médicaments chimiothérapeutiques détruisent non seulement les cellules tumorales, mais également les cellules saines du corps. Les cellules de la moelle osseuse en division active sont les plus sensibles aux effets de la chimiothérapie, tandis que les cellules matures et très différenciées du sang périphérique y répondent moins. La moelle osseuse rouge étant l'organe central de l'hématopoïèse, synthétisant la composante cellulaire du sang, son inhibition conduit à:

  • diminution du nombre de globules rouges - anémie;
  • une diminution du nombre de leucocytes - leucopénie;
  • réduction du nombre de plaquettes - thrombocytopénie.

Une condition dans laquelle il y a un manque de toutes les cellules sanguines est appelée pancytopénie..

Les leucocytes après chimiothérapie ne répondent pas immédiatement. En règle générale, le nombre de leucocytes commence à diminuer 2-3 jours après le traitement et atteint un pic entre 7 et 14 jours.

S'il y a un nombre réduit de neutrophiles, qui sont l'une des variantes des globules blancs, une neutropénie est observée. La neutropénie associée à la chimiothérapie est l'une des réactions myélotoxiques les plus courantes associées au traitement systémique du cancer, en raison des effets cytotoxiques sur les neutrophiles à division rapide..

Les granulocytes matures, y compris les neutrophiles, ont une durée de vie de 1 à 3 jours, ils ont donc une activité mitotique élevée et une plus grande sensibilité aux dommages cytotoxiques que les autres cellules de la série myéloïde avec une période de vie plus longue. L'apparition et la durée de la neutropénie varient considérablement en fonction du médicament, de la dose, de la fréquence des séances de chimiothérapie, etc..

Compte tenu de ces effets secondaires de la plupart des médicaments chimiothérapeutiques, les patients sont soumis à un test sanguin général en dynamique pour surveiller les données initiales des paramètres sanguins et leurs changements au fil du temps.

Pourquoi est-il important d'augmenter le niveau de globules blancs, de globules rouges et de neutrophiles

Un faible nombre de formes différentes de globules blancs dans l'hémogramme indique une immunosuppression du patient. L'inhibition de l'immunité s'accompagne d'une augmentation de la sensibilité du corps aux maladies virales, fongiques et bactériennes. Une diminution du niveau des lymphocytes (en particulier des cellules NK) augmente le risque de récidive tumorale, car ces cellules sont responsables de la destruction des néoplasmes atypiques (malins).

La pancytopénie s'accompagne également de troubles hémorragiques, de saignements spontanés fréquents, de fièvre, de polylymphoadénopathie, d'anémie, d'hypoxie et d'ischémie des organes et des tissus, d'une augmentation du risque de généralisation des infections et de développement de septicémie.

Pourquoi les éléments cellulaires du sang sont nécessaires?

Les globules rouges, ou globules rouges, contiennent l'hémoglobine, un pigment de fer, qui est un vecteur d'oxygène. Les globules rouges fournissent un apport suffisant d'oxygène aux tissus corporels, soutenant un métabolisme complet et un métabolisme énergétique dans les cellules. Avec un manque de globules rouges, des changements dans les tissus sont observés en raison de l'hypoxie - apport insuffisant d'oxygène en eux. Des processus dystrophiques et nécrotiques qui perturbent le fonctionnement des organes sont observés..

Les plaquettes sont responsables des processus de coagulation sanguine. Si le patient a un nombre de plaquettes inférieur à 180x10 9 / l, il a une augmentation des saignements - syndrome hémorragique.

La fonction des globules blancs est de protéger le corps de ce qui lui est génétiquement étranger. En fait, c'est la réponse à la question de savoir pourquoi il est important d'augmenter le niveau de leucocytes - sans leucocytes, le système immunitaire du patient ne fonctionnera pas, ce qui rendra son corps accessible à diverses infections et processus tumoraux.

Les leucocytes eux-mêmes selon les caractéristiques microscopiques sont répartis dans les groupes suivants:

Les éosinophiles sont directement impliqués dans l'immunité antiparasitaire et modulent également certains types de réactions d'hypersensibilité. Les granulocytes éosinophiles peuvent à la fois contribuer au développement d'une réaction allergique et agir comme ses inhibiteurs.

La fonction des neutrophiles est une protection antifongique et antibactérienne. Les granules qui contiennent des neutrophiles dans leur cytoplasme contiennent de fortes enzymes protéolytiques, dont la libération conduit à la mort de micro-organismes pathogènes.

Les basophiles sont impliqués dans le processus inflammatoire et les réactions allergiques. Dans leur cytoplasme, ils contiennent des granules avec un médiateur d'histamine. L'histamine entraîne l'expansion des capillaires, une diminution de la pression artérielle et une diminution des muscles lisses des bronches.

Les lymphocytes sont divisés en plusieurs types. Les lymphocytes B produisent des immunoglobulines ou des anticorps. Les lymphocytes T participent à la régulation de la réponse immunitaire: les tueurs de T ont un effet cytotoxique contre les cellules virales et tumorales, les suppresseurs de T inhibent l'auto-immunisation et suppriment la réponse immunitaire, les auxiliaires de T activent et régulent les lymphocytes T et B. Des tueurs naturels ou naturels contribuent à la destruction des cellules virales et atypiques.

Les monocytes sont les précurseurs des macrophages qui remplissent des fonctions régulatrices et phagocytaires..

Que se passera-t-il si le nombre de globules blancs n'augmente pas?

Une augmentation des globules blancs après la chimiothérapie est nécessaire pour prévenir les effets de l'immunosuppression. Si le patient a une leucopénie, en particulier une neutropénie, il sera sensible aux maladies infectieuses..

Les manifestations cliniques de la neutropénie peuvent être:

  • fièvre de bas grade (température sous les aisselles de 37,1 à 38,0 ° C);
  • éruptions pustuleuses récurrentes, furoncles, anthrax, abcès;
  • odinophagie - douleur lors de la déglutition;
  • gonflement et douleur des gencives;
  • gonflement et douleur de la langue;
  • stomatite ulcéreuse - la formation de lésions de la muqueuse buccale;
  • sinusite et otite récurrentes - inflammation des sinus paranasaux et de l'oreille moyenne;
  • symptômes de pneumonie - toux, essoufflement;
  • douleur perrectale, démangeaisons;
  • infections fongiques de la peau et des muqueuses;
  • faiblesse persistante;
  • perturbation du rythme cardiaque;
  • douleur dans l'abdomen et derrière le sternum.

Le plus souvent, les patients viennent avec:

  • malaise soudain;
  • fièvre soudaine;
  • stomatite ou parodontite douloureuse;
  • pharyngite.

Dans les cas graves, la septicémie se développe comme une septicopyémie ou une chroniosepsie, ce qui peut entraîner un choc septique et la mort.

Les principales méthodes d'influence sur la composition du sang après la chimiothérapie

L'option idéale serait d'annuler le facteur qui mène à la leucopénie, mais la chimiothérapie ne peut souvent pas être annulée. Par conséquent, il est nécessaire d'utiliser une thérapie symptomatique et pathogénique.

Comment augmenter rapidement les globules blancs après une chimiothérapie à la maison

À la maison, vous pouvez ajuster le régime alimentaire. La nutrition des globules blancs faibles après la chimiothérapie doit être équilibrée et rationnelle. Il est recommandé de convertir le régime alimentaire de manière à augmenter la quantité des composants suivants:

  • vitamine e,
  • zinc,
  • sélénium,
  • thé vert,
  • vitamine C,
  • caroténoïdes,
  • les acides gras omega-3,
  • vitamine A,
  • yaourt,
  • Ail,
  • vitamine b12,
  • acide folique.

Le choix de ces produits alimentaires qui augmentent le taux de leucocytes dans le sang après la chimiothérapie convient à toute variante d'immunosuppression modérée, ainsi qu'à un usage prophylactique. Elle est corroborée par des études cliniques en relation avec leur effet immunostimulant..

  • La vitamine E, ou tocophérol, se trouve en grande quantité dans les graines de tournesol, les amandes et les noix, le soja. Il stimule la production de cellules tueuses naturelles (cellules NK), qui ont un effet cytotoxique par rapport aux cellules infectées par les tumeurs et les virus. Le tocophérol est également impliqué dans la production de lymphocytes B, responsables de l'immunité humorale - la production d'anticorps.
  • Le zinc augmente le nombre de tueurs de T et active les lymphocytes B. On le trouve dans la viande rouge, le calmar, les œufs de poule.
  • L'effet immunostimulant du sélénium en association avec le zinc (par rapport au placebo) a été prouvé dans une étude à la School of Medicine de l'Université du Maryland. La réponse au vaccin contre la grippe a été étudiée dans ce cas. Beaucoup de sélénium dans les haricots, les lentilles et les pois.
  • Le thé vert contient une grande quantité d'antioxydants et de facteurs qui contribuent à la stimulation de la lymphocytopoïèse..
  • On pense que la vitamine C, riche en cassis et en agrumes, stimule le système immunitaire en influençant la synthèse des globules blancs, la production d'immunoglobulines et l'interféron gamma.
  • Le bêta-carotène augmente le nombre de tueurs naturels, les lymphocytes T, et empêche également la peroxydation lipidique par les radicaux libres. Contenue dans des carottes. De plus, les caroténoïdes ont un certain effet cardioprotecteur et vasoprotecteur..
  • Une grande quantité d'acides gras oméga-3 se trouve dans les fruits de mer et de nombreuses huiles végétales. Nous avons étudié leur effet immunostimulant par rapport à l'incidence des infections virales respiratoires - la fréquence des cas chez les personnes prenant une cuillère à café d'huile de lin par jour a été réduite par rapport aux patients qui n'en ont pas consommé.
  • La vitamine A, ou rétinol, se trouve dans les abricots, les carottes et les citrouilles. Il améliore la production de globules blancs.
  • Les probiotiques contenus dans le yogourt aident à optimiser la vie de la microflore intestinale d'origine et augmentent également le nombre de leucocytes. Des chercheurs allemands ont mené une étude publiée dans la revue Clinical Nutrition. Il a montré que 250 sujets adultes en bonne santé ayant reçu des suppléments de yogourt pendant 3 mois consécutifs présentaient des symptômes du rhume moins courants que les 250 du groupe témoin qui n'en avaient pas. Le premier groupe avait également un taux de globules blancs plus élevé..
  • L'ail a un effet stimulant des leucocytes, qui est dû à la présence de composants soufrés (sulfures, allicine). Il a été observé que dans les cultures où l'ail est un produit alimentaire populaire, une faible incidence de cancer gastro-intestinal est observée..
  • La vitamine B12 et l'acide folique sont recommandés par la US Academy of Nutrition and Diet in Oncology Nutrition. Les experts soulignent l'utilisation de ces vitamines dans la synthèse des globules blancs.

Il existe des opinions selon lesquelles il est possible d'augmenter les globules blancs après une chimiothérapie avec des remèdes populaires, mais cette option convient uniquement aux formes légères et asymptomatiques - sinon la maladie peut être déclenchée. La médecine traditionnelle dans ce cas est basée sur la phytothérapie et recommande les options suivantes pour améliorer la fonction du système immunitaire:

  • décoction / teinture d'échinacée;
  • thé au gingembre classique (avec racine de gingembre râpé, miel et citron);
  • teinture de propolis (15-20 gouttes de teinture dans un verre de lait);
  • un mélange de jus d'aloès, de miel et de cahors dans un rapport de 1: 2: 3;
  • autres tisanes: rose musquée, pomme, camomille.

Bien sûr, pour augmenter les globules blancs après une chimiothérapie en 3 jours avec de la nourriture seule, si leur nombre est fortement réduit, il est impossible.

Si le niveau de leucocytes ne se rétablit pas à temps, et surtout lorsque des symptômes de leucopénie sont observés, l'utilisation d'un traitement médicamenteux rationnel est obligatoire.

Comment augmenter les globules rouges après la chimiothérapie à la maison

Pour traiter l'anémie légère à la maison, vous devez manger des aliments contenant des composés contenant du fer ou des substances qui améliorent son absorption, ainsi que de l'acide folique et de la vitamine B12. Ceux-ci inclus:

  • viande rouge,
  • agrumes,
  • Ribes rouges,
  • grenades,
  • amande,
  • noix,
  • chou.

La médecine traditionnelle suggère d'utiliser les médicaments suivants pour traiter une anémie légère:

  • collection à base de plantes de feuilles de fraises des bois, de baies d'églantier, de racine d'hémoptysie et de medunica - 100 ml deux fois par jour pendant environ 2 mois;
  • jus de betterave au miel - une cuillère à soupe trois fois par jour;
  • raisins secs, pruneaux, abricots secs et miel dans un rapport de 1: 1: 1: 1 - trois cuillères à café trois fois par jour avant les repas.

Comment augmenter les neutrophiles après la chimiothérapie en utilisant des méthodes de médecine traditionnelle

Les groupes de médicaments suivants sont utilisés pour traiter la neutropénie comme un état mortel pour le patient:

  • antibiotiques,
  • agents antifongiques,
  • facteurs de croissance hématopoïétiques.

Les deux premiers groupes de médicaments visent les effets de la neutropénie, à savoir les infections bactériennes et purulentes récurrentes.

Les antibiotiques les plus couramment utilisés pour les infections neutropéniques comprennent, par exemple:

  • imipenem ®,
  • méropénem ®,
  • ceftazidime ®,
  • ciprofloxacine ®,
  • ofloxacine ®,
  • Augmentin ®,
  • céfépime ®,
  • vancomycine ®.

Parmi les agents antifongiques, il est recommandé d'utiliser le voriconazole ® et la caspofungine ®.

Les médicaments qui augmentent directement le niveau de globules blancs dans le sang comprennent des facteurs de croissance. Des facteurs de croissance hématopoïétiques sont introduits pour accélérer la récupération des niveaux de neutrophiles et réduire la durée de la fièvre neutropénique. Les facteurs de croissance recommandés incluent le filgrastim ®, le sargramostim ®, le pegfilgrastim ®.

  • Filgrastim ® (Neupogen ®) est un facteur de stimulation des colonies de granulocytes (G-CSF) qui active et stimule la synthèse, la maturation, la migration et la cytotoxicité des neutrophiles. Son effet a été prouvé en ce qui concerne l'accélération de la récupération des niveaux de neutrophiles et la réduction de la durée de la fièvre neutropénique. Cependant, selon ces études, la durée du traitement antibiotique, la durée du séjour à l'hôpital et la mortalité n'ont pas changé. Le filgrastim est le plus efficace pour la neutropénie sévère et les lésions infectieuses diagnostiquées.
  • Sargramostim ® (Leukine ®) est un facteur de stimulation des colonies de granulocytes-macrophages (GM-CSF) qui favorise la réhabilitation des neutrophiles après la chimiothérapie et la mobilisation des cellules progénitrices du sang périphérique.
  • Pegfilgrastim ® (Neulasta ®) est un filgrastim à action prolongée. Comme le filgrastim, il agit sur les cellules hématopoïétiques en se liant à des récepteurs spécifiques de la surface cellulaire, activant et stimulant ainsi la synthèse, la maturation, la migration et la cytotoxicité des neutrophiles.

Tous les médicaments sont sélectionnés par le médecin traitant. Les schémas thérapeutiques sont attribués individuellement, sur la base des résultats des analyses. Toute thérapie est effectuée sous contrôle strict de laboratoire..

Test sanguin après le tableau des normes de chimiothérapie

Si vous souffrez d'un cancer ou d'un de vos proches, vous pouvez entendre ceci: les taux sanguins sont trop faibles pour la chimiothérapie. Ou après la chimiothérapie, le taux sanguin est insuffisant pour un traitement ultérieur.

Bien sûr, vous vous êtes ensuite demandé ce que cela signifie et pourquoi vous ne poursuivez pas la thérapie. Nous expliquerons ce que c'est que si le taux sanguin est trop mauvais pour la chimiothérapie..

Les cellules cancéreuses se caractérisent par le fait qu'elles se divisent beaucoup plus rapidement et plus souvent que les cellules dont elles sont issues. Ceci est corrigé par la chimiothérapie et la radiothérapie..

En termes simples, la chimiothérapie antinéoplasique (orientée tumeur) cible toutes les cellules à division rapide. Cela se produit avec des substances spéciales qui interfèrent avec cette division cellulaire accélérée et endommagent la cellule. Ces soi-disant agents chimiothérapeutiques ou médicaments cytostatiques sont cytotoxiques et tuent les cellules ou sont cytostatiques et inhibent la propagation ultérieure des cellules. Ainsi, vous essayez d'empêcher la croissance de la tumeur ou même de la laisser disparaître.

  • Agents alkylants (cyclophosphamide, thiotépa)
  • Analogues du platine (cisplatine, carboplatine) brins d'ADN réticulés
  • Les intercalants (doxorubicine, daunorubicine) se lient à l'ADN et empêchent Enism d'attaquer la réplication
  • Les inhibiteurs de la topoisomérase (étoposide, topotécan) perturbent directement ces enzymes
  • Les inhibiteurs de la mitose (vincristine, paclitaxel) se lient à la tubuline de l'appareil fuseau, qui sépare les chromosomes les uns des autres
  • Les antimétabolites (méthotrexate, 5-fluorouracile) sont administrés à la place des bons blocs d'ADN
  1. La chimiothérapie vise à prévenir ou détruire toutes les cellules proliférantes.
  2. L'intervention dans la division cellulaire affecte également la division des cellules souches de la moelle osseuse, qui sont responsables de la formation de sang
  3. Par conséquent, la chimiothérapie peut entraîner une forte diminution du taux de globules rouges, de globules blancs ou de plaquettes
  4. La conséquence en est une anémie, une sensibilité accrue aux infections due à un manque de réponse immunitaire et / ou à une altération de la coagulation sanguine
  5. Si ces numérations sanguines sont trop pauvres pour la chimiothérapie, le traitement est arrêté pour éviter les effets appropriés sur la santé.

Ces mécanismes interfèrent également avec la division des cellules saines normales. Moins la cellule se divise, meilleures sont les chances que la chimiothérapie ne les affecte pas.

Les principaux exemples sont les cellules nerveuses, qui ne se multiplient après une préparation complète que dans des cas exceptionnels. La situation est très différente des cellules, qui ont en tout cas un taux de division relativement élevé, par exemple les follicules pileux ou le tractus gastro-intestinal. Pour cette raison, après la chimiothérapie, les patients perdent leurs cheveux et les nausées et vomissements sont des partenaires constants en chimiothérapie.

De même, les cellules germinales d'un homme et d'une femme sont touchées, c'est pourquoi de nombreux jeunes couples désireux d'avoir des enfants gèlent le sperme avant la chimiothérapie. Dans de nombreux cas, la fertilité après la chimiothérapie est considérablement réduite ou égale à zéro..

Les conséquences pour le système hématopoïétique ne sont pas aussi notables, mais encore plus importantes. Les cellules souches de la moelle osseuse sont parmi les fabricants de cellules les plus assidus du corps humain. Pas étonnant que la chimie puisse avoir un effet dévastateur ici. Les agents cytostatiques inhibent la formation de globules rouges (érythropoïèse), de globules blancs (leucopoïèse) et de plaquettes (thrombopoïèse).

Si lors d'un examen de laboratoire avant une nouvelle session, il est devenu clair que ces numérations sanguines sont trop mauvaises pour la chimiothérapie, le traitement est temporairement suspendu. Parce que si la valeur sanguine correspondante s'aggrave encore plus, les effets sur la santé:

  • Trop peu de globules rouges (érythropénie) entraînent une anémie. La conséquence est le manque d'approvisionnement en oxygène du corps, car le transport des globules rouges est absent. Le premier signe d'avertissement d'une anémie imminente peut être une diminution du nombre de réticulocytes, car ils sont un précurseur immature des globules rouges. Les conséquences de l'anémie sont une efficacité réduite, une fatigue constante et une couleur de peau pâle - beaucoup après la chimie connaissent ces symptômes sans l'importance du sang pour les globules rouges atteignant des niveaux alarmants.
    • Valeur standard pour les globules rouges (ERY, RBC):
      3,9 - 5,3 par picolitre (milliards de millilitres) chez les femmes
      4,2 - 6,0 par picolitre chez les hommes.
    • Valeur standard pour les réticulocytes (RET):
      0,8 - 4,1% chez les femmes
      0,8 - 2,2% chez les hommes
  • Trop peu de globules blancs (leucopénie) signifie trop peu de cellules immunitaires dans le sang. Les conséquences sont une sensibilité accrue aux infections, à la suite de laquelle une inflammation s'accumule dans les gencives, la gorge, le pharynx et l'oreille moyenne. Même de tels symptômes sont probablement familiers à beaucoup..
    • Le nombre de globules blancs
      • Total (LEUK, WBC): 3,8 - 10,5 par microlitre
      • Lymphocytes: 25 - 45% (1500 - 3000 par microlitre)
        granulocytes neutrophiles formant un noyau: 3 à 5% (150 à 400 par microlitre)
      • Granulocytes neutrophiles segmentés: 50-70% (3000-58000 par microlitre)
      • granulocytes éosinophiles: 1 - 4%
      • Monocytes: 3 à 8%
  • Trop peu de plaquettes (thrombocytopénie) entraînent des troubles de la coagulation sanguine avec une tendance accrue aux saignements. Le résultat est un saignement du nez et des gencives, et il est plus facile d'avoir des ecchymoses dès que vous rencontrez quelque chose. En cas de thrombocytopénie sévère, des saignements muqueux et des saignements ponctuels de la peau (pétéchies) se produisent..
    • Numération plaquettaire standard (THRO, PLT): 150-400 par nanolitre (millionième de millimètre).

Bien sûr, vous devez combattre le cancer le plus tôt possible. Si le taux sanguin est trop bas pour la chimiothérapie, le médecin traitant doit évaluer soigneusement le risque:

Il s'agit d'une tumeur ou d'une anémie en croissance et éventuellement métastatique, d'une sensibilité à l'infection et / ou d'un risque de saignement. Une telle solution n'est possible qu'avec une vaste expérience et un instinct confiant pour chaque cas individuel..

Si vous trouvez une erreur, veuillez sélectionner un morceau de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Un test sanguin après la chimiothérapie est très excitant pour le patient, mais ce n'est pas le fait de la collecte de sang qui lui fait peur - ils font toujours la même chose selon la norme de laboratoire, le résultat possible qui détermine la vie du patient pour les deux prochaines semaines et les perspectives pour le prochain cours de chimiothérapie sont inquiétantes.

Les femmes tolèrent la chimiothérapie avec des complications sanguines plus prononcées, le corps masculin réagit moins à la toxicité de la thérapie, qui n'a pas encore été expliquée, et traditionnellement «tournait la flèche» sur les hormones sexuelles.

L'utilisation de la plupart des cytostatiques affecte négativement la formation de sang du patient, certains médicaments tuent plus de cellules sanguines et certains, comme les alcaloïdes de la vinca, ne modifient guère l'analyse. Pour chaque médicament anticancéreux, un pourcentage de la probabilité d'une baisse sévère des globules blancs est déterminé, mais l'utilisation de combinaisons de médicaments, et plus d'une fois sur plusieurs semaines, balaie toutes les prédictions pour un résultat positif - subir une chimiothérapie sans perte de sang..

Les germes sanguins ne sont pas tous endommagés de manière égale par les cytostatiques, les leucocytes qui ne sont pas préparés par la nature pour une longue durée de vie en souffrent le plus - leur durée de vie est légèrement inférieure à deux semaines, et donc instable aux vicissitudes du traitement antitumoral..

Les plaquettes vivent un peu moins, mais un niveau acceptable est soutenu par un grand nombre - elles sont 30 à 40 fois plus que les globules blancs. Thrombocytopénie - une diminution du nombre de plaquettes inférieure à 150000 se développe avec l'utilisation d'un petit nombre de cytostatiques, par exemple le thiophosphamide, commence souvent par une leucopénie, mais la normalisation du nombre de plaquettes est retardée de plusieurs semaines après la fin du cycle de chimiothérapie. Le nombre critique de plaquettes est de 32 à 34 000, lorsque le risque de saignement augmente considérablement.

Le globule rouge - le globule rouge devrait vivre pendant près de 120 jours, seulement après 3-4 mois, il sera remplacé par une jeune cellule de la moelle osseuse, il est donc plus résistant à la chimiothérapie et 2-4 millions d'entre eux circulent dans tout le corps. Anémie - une diminution de l'hémoglobine et du nombre de globules rouges est caractéristique d'un très petit nombre de cytostatiques, en règle générale, plusieurs cycles de chimiothérapie avec des dérivés du platine y conduisent. Les conséquences de l'anémie sont fatales - non seulement la qualité se détériore, mais l'espérance de vie diminue et la sensibilité aux changements de traitement médicamenteux, et avec une anémie profonde, la chimiothérapie est contre-indiquée même pour sauver une vie. La particularité de l'anémie post-chimiothérapeutique dans la teneur normale en fer, c'est-à-dire qu'elle n'est pas carencée en fer, je suis associée à une reproduction insuffisante de la population de globules rouges.

La résistance de la membrane érythrocytaire aux influences externes, dont la chimiothérapie, détermine le taux de précipitation, qui est vérifié par la réaction de sédimentation érythrocytaire dans un tube à essai en 60 minutes - ESR. L'ESR augmente avec les défauts des globules rouges, la chimiothérapie peut déformer un globule rouge, mais c'est la reproduction des cellules sanguines de la moelle osseuse qui est plus affectée par les cytostatiques. Dans la plupart des cas, l'ESR après TDM ne change pas beaucoup par rapport à la ligne de base, et souvent parallèlement à la teneur en hémoglobine dans les globules rouges. Contrairement à la croyance populaire, l'ESR répond peu à l'évolution du cancer, mais change activement en cas d'inflammation ou d'infection, accompagnant souvent une tumeur maligne courante. ESR élevé souvent associé à l'anémie.

Les leucocytes composés de cinq fractions réagissent le plus activement à la chimiothérapie: neutrophiles, éosinophiles, lymphocytes, monocytes et basophiles. Les neutrophiles sont les plus sensibles aux cytostatiques, dans l'analyse du sang, ils sont désignés comme des globules blancs coupés et segmentés. Normalement, les neutrophiles devraient être au moins 1 500, c'est-à-dire au moins la moitié de tous les leucocytes, ils sont responsables de la lutte contre l'immunité contre l'inflammation et l'infection.

La diminution de la fraction des lymphocytes représentée par les principaux défenseurs immunitaires des lymphocytes T et des cellules immunitaires des lymphocytes B après la chimiothérapie n'est souvent pas évidente et pas aussi dramatique que les neutrophiles. Une lymphopénie sévère est caractéristique des troubles immunitaires sévères, y compris le VIH / SIDA. Après la chimiothérapie, les patients ont noté une légère augmentation de l'incidence des infections virales respiratoires, mais aucune étude n'a été menée sur le problème, on ne sait pas dans quelle mesure l'impression personnelle est vraie. On pense qu'avec une chimiothérapie réussie pour une tumeur maligne, les indicateurs d'immunité ne font que s'améliorer..

Transaminases sanguines - ALT et AST ne reflètent pas l'effet des médicaments antitumoraux sur les fractions de cellules sanguines, mais l'effet néfaste des cytostatiques et des médicaments immuno-oncologiques sur le tissu hépatique. La chimiothérapie entraîne une hépatite toxique et les médicaments immuno-tumoraux conduisent à une hépatite auto-immune. L'hépatite peut être asymptomatique et se manifester uniquement par un changement du niveau de transaminases, et en fonction de la gravité des lésions hépatiques, l'ALT peut tripler et même plus de 20 fois dépasser la limite supérieure de la normale.

Les globules blancs, à savoir les neutrophiles, après la chimiothérapie peuvent tomber à un niveau critique, qui se transforme en infections graves. Une forme particulière de la réaction inflammatoire généralisée après la chimiothérapie est la neutropénie fébrile, lorsque le patient ne trouve rien d'autre qu'une forte fièvre et un état grave: il n'y a aucun signe objectif de septicémie, de pneumonie et d'inflammation d'autres organes. Ils ne trouvent aucune microflore pathologique dans le test sanguin - tout est stérile, seuls les neutrophiles sont inférieurs à la normale, et le rapport en pourcentage peut rester.

Le degré de neutropénie est divisé comme suit:

  • le nombre absolu de cellules de mille et demi à mille, ce qui n'exclut pas le développement d'une neutropénie fébrile après la chimiothérapie, c'est-à-dire une augmentation unique de la température de plus de 38,5 ℃ ou deux fois en une journée de plus de 38 ℃
  • un degré moyen de mille à 500 cellules;
  • neutropénie sévère ou agranulocytose, c'est-à-dire absence de granulocytes - une baisse du niveau de neutrophiles en dessous de 500.

La stimulation de la leucopoïèse n'est nécessaire que pour la neutropénie fébrile, une diminution asymptomatique de la fraction leucocytaire ne nécessite une correction que chez les patients affaiblis par de multiples maladies chroniques.

Les seuls médicaments efficaces sont les facteurs de stimulation des colonies (LCR), plusieurs d'entre eux visent principalement à stimuler les germes de la formation de sang blanc. Les médicaments activent l'augmentation de la fertilité et du taux de maturation des neutrophiles dans la moelle osseuse, avec l'utilisation initiale du LCR dans le test sanguin, le résultat est visible après quelques heures.

Aucun autre médicament, à l'exception du LCR, n'affecte la reproduction des leucocytes, mais ne contribue qu'à l'élimination rapide des leucocytes déposés de la moelle osseuse, épuisant les ressources sanguines. Le nombre de représentants du sang blanc n'affecte pas la nutrition du patient et les procédures.

L'utilisation de stimulants hématopoïétiques s'accompagne non seulement d'effets indésirables désagréables, mais au fil du temps épuise également les réserves de moelle osseuse, par conséquent, des indications strictes sont déterminées pour le LCR. Le LCR n'est jamais associé à une chimiothérapie, le médicament est administré le lendemain après cytostatique.

En règle générale, l'anémie se développe après des cycles répétés de chimiothérapie et, dans la plupart des cas, ne nécessite pas de mesures urgentes sous la forme d'une transfusion de globules rouges, comme cela est nécessaire avec des saignements abondants.

En termes de gravité, l'anémie est:

  • doux - l'hémoglobine à un niveau de 100-119 grammes par litre, en règle générale, n'affecte presque pas le bien-être, si le patient a un processus de cancer peu commun;
  • le taux moyen d'hémoglobine est de 80 à 99 g / l, le manque d'oxygène transféré dans les tissus se manifeste par une diminution des capacités fonctionnelles du corps, une dyspnée pendant l'exercice et une faiblesse avec une fatigue rapide est possible;
  • l'anémie sévère devient avec une diminution du taux d'hémoglobine de 80 grammes par litre de sang, principalement la santé est affectée, mais des troubles objectifs des organes du système cardiovasculaire sont possibles.

Le niveau d'hémoglobine est augmenté par des injections d'érythropoïétines, elles commencent le traitement avec un degré sévère. Une augmentation de l'hémoglobine a été observée après plusieurs mois de traitement chez seulement 60 à 70% des patients, les érythropoïétines sont particulièrement efficaces en cas d'anémie lors d'une chimiothérapie avec des dérivés du platine.

Le traitement de l'anémie est long - plusieurs mois et souvent dans le contexte des injections de préparations à base de fer. On ne sait pas clairement si les stimulants de l'érythropoïèse modifient la qualité de vie pour le mieux, mais l'utilisation de l'érythropoïétine est également associée à des effets secondaires, particulièrement désagréables et dangereux - augmentation de la coagulation sanguine avec formation de caillots sanguins. En raison de la probabilité de thrombose, le stimulant est contre-indiqué chez les patients ayant une activité motrice limitée et des antécédents de thrombose, n'est pas combiné avec le LCR et certains cytostatiques.

Des analyses de sang - courantes avec une numération des globules blancs et des plaquettes, ainsi qu'une analyse biochimique détaillée, doivent être effectuées avant chaque cycle de chimiothérapie. Avec un cycle long avec des injections hebdomadaires de médicaments, le niveau de neutrophiles doit être vérifié à la veille de l'introduction, car le niveau de leucocytes commence à diminuer de 7 à 10 jours après la première injection de cytostatique.

Le temps pour effectuer un test sanguin de contrôle après la chimiothérapie est guidé par l'état initial et la combinaison de cytostatiques utilisés, c'est-à-dire toujours individuellement, mais au plus tard 5-7 jours après la fin de la chimiothérapie. Un contrôle supplémentaire dépend de la profondeur de la neutropénie; un suivi quotidien des indicateurs n'est pas exclu. Lors de la normalisation du niveau de leucocytes, la prochaine analyse est prévue avant de commencer la chimiothérapie.

Pour plus de fiabilité, tout test sanguin est effectué à jeun et est meilleur le matin après une pause repas de 8 heures. Avant l'analyse, vous devez vous abstenir de fumer pendant quelques heures. Les autres restrictions sont déterminées par le chimiothérapeute traitant.

Dans le test sanguin, tous les indicateurs qui s'écartent de la norme sont importants, car chacun reflète certains changements pathologiques dans le corps. Des erreurs dans la fiabilité des indicateurs sont possibles, mais il faut garder à l'esprit que les changements dans le nombre de cellules sanguines ne sont pas seulement quotidiens mais également toutes les heures, la moelle osseuse n'a pas de pause pour le déjeuner et les jours de congé, elle fonctionne toutes les secondes, donnant naissance à de nouvelles cellules et les faisant croître pour être libérées dans la circulation sanguine.

Les fluctuations des paramètres biochimiques sont plus stables, car elles reflètent l'état des organes et des systèmes d'organes entiers, de sorte que l'étude est effectuée mensuellement, s'il n'y a aucune raison de regarder plus souvent.

Le traitement antitumoral est de nature toxique - la chimiothérapie tue toutes les cellules, tous les tissus normaux ne sont pas capables de résister aux cytostatiques.

Dans chaque cas clinique, le moment de l'administration du médicament de chimiothérapie et sa dose sont déterminés individuellement, en fonction de nombreux critères. Formellement, la chimiothérapie ne peut pas être démarrée à un niveau de leucocytes inférieur à la norme standard, mais avec des neutrophiles supérieurs à 1500, il n'est pas toujours nécessaire de réduire une dose unique d'un médicament de chimiothérapie. Et avec un niveau plus faible de neutrophiles, un traitement supplémentaire est possible, mais avec un suivi attentif et régulier des indicateurs et en présence de LCR dans la réserve.

La limite inférieure d'initiation de la chimiothérapie pour les plaquettes est supérieure à 100 000, pour l'hémoglobine - supérieure à 90 g / l, individuellement, ces limites peuvent diminuer avec une modification de la dose du cytostatique introduit et des intervalles entre les injections. Bien sûr, le degré moyen de diminution, et encore plus grave, est une contre-indication à la chimiothérapie, mais temporaire - jusqu'à la guérison.

Bien sûr, la véracité des indicateurs, en particulier dans le processus de traitement antitumoral, dépend de l'équipement de laboratoire disponible et de la qualité des réactifs, la vitesse de l'étude joue un rôle important. Dans notre clinique, toute recherche correspond au niveau d'expertise, sinon nos employés ne savent tout simplement pas comment travailler.

Tout le contenu iLive est vérifié par des experts médicaux pour assurer la meilleure précision possible et la cohérence avec les faits..

Nous avons des règles strictes pour le choix des sources d'information et nous nous référons uniquement à des sites réputés, à des instituts de recherche universitaires et, si possible, à des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études..

Si vous pensez que l'un de nos documents est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Les cellules saines normales du corps humain se divisent assez lentement, de sorte qu'elles ne sont pas si sensibles à l'inhibition par les cytostatiques - les médicaments de chimiothérapie.

Mais cela ne s'applique pas aux cellules de moelle osseuse qui ont une fonction hématopoïétique. Ils se divisent également rapidement, comme les cellules malignes, et sont donc détruits par la thérapie en raison du taux de division rapide.

La chimiothérapie a de graves effets secondaires sur le système hématopoïétique humain. Le sang du patient après une chimiothérapie est nettement plus pauvre en composition. Cette condition du patient est appelée myélosuppression ou pancytopénie - une forte diminution du sang de tous ses éléments en raison d'une altération de l'hématopoïèse. Cela s'applique au niveau de leucocytes, plaquettes, globules rouges et ainsi de suite dans le plasma sanguin.

Grâce à la circulation sanguine, les médicaments de chimiothérapie sont distribués dans tout le corps et à leurs extrémités - foyers de tumeurs malignes - ont un effet dévastateur sur les cellules cancéreuses. Mais les éléments sanguins eux-mêmes, qui sont endommagés, sont également affectés.

L'ESR est un indicateur de la vitesse de sédimentation des érythrocytes dans le sang, qui peut être déterminée en effectuant un test sanguin général. En déchiffrant les données sur l'état sanguin du patient, le dernier chiffre indiquera le niveau d'ESR.

L'analyse est effectuée comme suit: une substance est ajoutée au sang qui empêche sa coagulation, et le tube est laissé en position verticale pendant une heure. La gravité contribue à la sédimentation des globules rouges au fond du tube. Après cela, la hauteur du plasma sanguin d'une couleur jaune transparente, qui s'est formée en une heure, est mesurée - il ne contient plus de globules rouges.

Après la chimiothérapie, l'ESR du patient est augmentée, car un nombre réduit de globules rouges est observé dans le sang, ce qui est causé par des dommages au système hématopoïétique du patient et une anémie prononcée.

[10], [11], [12], [13], [14], [15], [16], [17], [18], [19], [20], [21]

Les lymphocytes sont l'un des groupes de leucocytes et servent à reconnaître les agents nocifs pour le corps et à les rendre inoffensifs. Ils sont produits dans la moelle osseuse d'une personne et fonctionnent activement dans le tissu lymphoïde..

L'état du patient après la chimiothérapie est caractérisé par la soi-disant lymphopénie, qui se traduit par une diminution des lymphocytes dans le sang. Avec l'augmentation des doses de chimiothérapie, le nombre de lymphocytes dans le sang diminue considérablement. Dans le même temps, l'immunité du patient s'aggrave également, ce qui le rend non protégé contre les maladies infectieuses.

Les globules blancs sont des globules blancs, qui comprennent des cellules d'apparence et de fonction différentes - lymphocytes, monocytes, neutrophiles, éosinophiles et basophiles. Tout d'abord, dans le corps humain, les leucocytes représentent une fonction protectrice contre les agents pathogènes d'origine externe ou interne. Par conséquent, le travail des globules blancs est directement lié au niveau d'immunité humaine et à l'état des capacités de protection de son corps.

Le niveau de leucocytes dans le sang après une chimiothérapie est fortement réduit. Cette condition est dangereuse pour le corps humain dans son ensemble, car l'immunité du patient diminue et la personne est exposée aux infections et aux micro-organismes les plus simples, même les plus simples. La résistance corporelle du patient est considérablement réduite, ce qui peut déclencher une forte détérioration de la santé.

Par conséquent, une mesure nécessaire après avoir subi une chimiothérapie consiste à augmenter le niveau de globules blancs dans le sang.

Après une chimiothérapie dans le sang du patient, une forte diminution du nombre de plaquettes, appelée thrombocytopénie, est observée. Cet état de sang après le traitement est dangereux pour la santé du patient, car les plaquettes affectent la coagulation sanguine.

L'utilisation de dérivés de dactinomycine, de mutamivine et de nitrosourée pendant la chimiothérapie affecte beaucoup les plaquettes..

Une diminution du nombre de plaquettes dans le sang se manifeste par l'apparition d'ecchymoses sur la peau, des saignements des muqueuses du nez, des gencives et du tube digestif.

Le traitement de la thrombocytopénie est choisi en fonction de la gravité de la maladie. Le degré faible et moyen de la maladie ne nécessite pas de traitement spécial. Mais un degré sévère de maladie mortelle nécessite l'utilisation d'une transfusion de plaquettes. Avec une diminution du taux de plaquettes dans le sang, le prochain cycle de chimiothérapie peut être retardé ou une réduction de la dose.

Pour augmenter le niveau de plaquettes dans le sang, vous devez recourir à certaines mesures:

  1. L'éthamsylate ou la dicinone sont des médicaments qui augmentent la coagulation sanguine et n'affectent pas le nombre de plaquettes. Ils sont disponibles en comprimés et en solutions injectables..
  2. Derinat - un médicament créé à base d'acides nucléiques de saumon, produit en gouttes ou injections.
  3. Méthyluracile - un médicament qui améliore le trophisme dans les tissus du corps humain et aide à accélérer le processus de régénération.
  4. Prednisolone - un médicament qui est utilisé simultanément avec la chimiothérapie.
  5. Sodecor - un médicament créé sur la base d'un mélange d'infusions d'herbes. Il est utilisé dans le traitement des maladies respiratoires. En même temps, c'est vraiment le médicament le plus efficace pour augmenter le nombre de plaquettes. Littéralement, "devant" - en trois à quatre jours d'utilisation du médicament, le nombre de plaquettes revient à la normale.
  6. Il est nécessaire de prendre des vitamines B, de la vitamine C, des préparations de calcium, de magnésium et de zinc, de la lysine.
  7. L'utilisation de nucléicides dans les aliments - caviar rouge, noix (noisettes, noix et pignons de pin, amandes), graines, légumineuses, graines de sésame et lin, graines de céréales germées, semis frais de légumineuses, baies et fruits contenant de petites graines - fraises, fraises, figues, mûres, framboises, kiwi. Tous les légumes verts en grandes quantités sont également utiles, ainsi que les épices - coriandre, clous de girofle, safran.

Les conséquences de la chimiothérapie sont l'inhibition de l'hématopoïèse, c'est-à-dire la fonction de l'hématopoïèse, qui s'applique également à la production de globules rouges. Le patient présente une érythrocytopénie, qui se manifeste par un faible nombre de globules rouges dans le sang, ainsi qu'une baisse du taux d'hémoglobine, à la suite de laquelle une anémie se développe.

Le taux d'hémoglobine dans le sang devient critique, en particulier après des cycles répétés de chimiothérapie, ainsi qu'avec une combinaison de chimiothérapie et de radiothérapie.

Une augmentation des taux d'hémoglobine après un précédent cycle de chimiothérapie signifie une augmentation des chances de récupération des patients. Étant donné que le taux d'hémoglobine dans le sang affecte directement la survie des patients cancéreux.

L'anémie est une forte diminution du nombre de globules rouges dans le sang - les globules rouges, ainsi que l'hémoglobine - une protéine qui se trouve dans les globules rouges. Chez tous les patients cancéreux, après avoir suivi une chimiothérapie, une anémie légère ou modérée est observée. Certains patients souffrent d'anémie sévère..

Comme mentionné ci-dessus, la cause de l'anémie est l'inhibition du fonctionnement des organes hématopoïétiques, des dommages aux cellules sanguines, ce qui affecte négativement la formule sanguine et sa composition.

Les symptômes de l'anémie sont:

  • l'apparition d'une pâleur de la peau et des cernes sous les yeux;
  • l'apparition d'une faiblesse dans tout le corps et d'une fatigue accrue;
  • l'apparition d'un essoufflement;
  • la présence d'un rythme cardiaque fort ou ses interruptions - tachycardie.

L'anémie chez les patients cancéreux après une chimiothérapie peut durer des années, ce qui nécessite l'adoption de mesures efficaces pour son traitement. L'anémie légère et modérée ne nécessite pas de traitement intensif - il suffit de modifier le régime alimentaire et de prendre des médicaments qui améliorent la composition du sang. En cas d'anémie sévère, il est nécessaire de recourir à une transfusion sanguine ou à une masse de globules rouges, ainsi qu'à d'autres mesures. Cela a été décrit en détail dans les sections sur l'augmentation du niveau de globules rouges et d'hémoglobine..

ALT - l'alanine aminotransférase est une protéine spéciale (enzyme) située à l'intérieur des cellules du corps humain, participant à l'échange des acides aminés qui composent les protéines. L'ALT est présent dans les cellules de certains organes: dans le foie, les reins, les muscles, le cœur (dans le myocarde - muscle cardiaque) et le pancréas.

AST - l'aspartate aminotransférase est une protéine spéciale (enzyme), qui est également située à l'intérieur des cellules de certains organes - le foie, le cœur (dans le myocarde), les muscles, les fibres nerveuses; en plus petites quantités, il contient les poumons, les reins et le pancréas.

Un niveau accru d'ALT et d'AST dans le sang indique la présence d'un degré moyen ou élevé de dommages à l'organe contenant cette protéine. Après une chimiothérapie, une augmentation du nombre d'enzymes hépatiques - ALT et AST - dans le sérum sanguin est observée. Ces changements dans les résultats des tests de laboratoire signifient tout d'abord des lésions hépatiques toxiques.

Les médicaments de chimiothérapie ont un effet déprimant non seulement sur la moelle osseuse, mais également sur d'autres organes hématopoïétiques - la rate, etc. Et plus la dose de médicaments est élevée, plus les résultats des dommages aux organes internes sont visibles et la fonction de formation de sang est également plus inhibée.

[28], [29], [30], [31], [32], [33], [34], [35]

Les patients cancéreux se demandent souvent: comment augmenter les globules blancs après la chimiothérapie?

Il existe plusieurs façons courantes qui incluent:

  1. Prendre des médicaments Granacite et Neupogen liés à des médicaments à fort effet; Leucogen médicament, qui a un niveau moyen d'exposition; Préparations Imunofal et Polyoxidonium, qui ont un effet épargnant sur le corps. Des préparations de facteurs de croissance granulocytaires - Filgrastim et Lenograstim, qui aident à stimuler la production de globules blancs dans la moelle osseuse, sont également présentées. Dans ce cas, il convient de rappeler que seul un médecin peut prescrire un traitement approprié.
  2. Changements dans le régime alimentaire nécessitant l'inclusion dans le régime alimentaire du patient de bouillons de poulet et de boeuf, de moules, de poisson cuit et cuit au four, de légumes - betteraves, carottes, citrouilles, courges.
  3. L'utilisation de poisson rouge et de caviar est recommandée, ainsi qu'en petites quantités de vin rouge naturel. Tous les fruits, légumes et baies rouges sont sains..
  4. Il est utile de manger du sarrasin avec du kéfir pour le petit déjeuner, qui est préparé comme suit. Le soir, la quantité de céréales requise est versée avec de l'eau, le matin du kéfir y est ajouté et le plat peut être mangé.
  5. Le miel a des qualités utiles, il doit être consommé deux fois par jour avant les repas en une quantité de quarante à soixante grammes.
  6. Bon à utiliser la chicorée germée et les lentilles - une cuillère à soupe deux fois par jour.
  7. La teinture de noix contribuera également à augmenter le niveau de globules blancs. Les noix pelées sont placées dans un bocal en verre et versées avec de l'eau. Après quoi, le mélange est insisté sur la lumière, mais pas en plein soleil, pendant deux semaines, puis transféré dans un endroit sombre. Prenez de la teinture trois fois par jour, une cuillère à soupe pendant au moins un mois.
  8. Parmi les boissons, il est recommandé de prendre une décoction d'orge, préparée à partir d'un verre et demi de céréales, brassée dans deux litres d'eau. Le liquide est porté à ébullition, puis bouillir à feu doux jusqu'à ce qu'il soit divisé par deux. Le bouillon est bu une demi-heure avant les repas trois fois par jour, cinquante millilitres. Vous pouvez y ajouter un peu de miel ou de sel marin pour le bénéfice et le goût..
  9. Le bouillon d'avoine est également bon à cette fin. Une petite casserole est à moitié remplie de grains lavés, puis remplie de lait au sommet de la cuve et portée à ébullition. Ensuite, le bouillon est cuit dans un bain de vapeur pendant vingt minutes. Il est pris en petites quantités plusieurs fois par jour..
  10. Cinq cuillères à soupe de cynorrhodons sont hachées et remplies d'eau à raison d'un litre. La boisson est portée à ébullition et cuite encore dix minutes sur un petit feu. Après quoi, le bouillon est enveloppé et infusé pendant huit heures. Pris pendant la journée comme thé.
  11. Le patient doit boire une grande quantité de liquide, qui contient de nombreuses vitamines. Des jus de fruits frais, des boissons aux fruits, de la compote, du thé vert sont recommandés..

Les patients après un cours de chimiothérapie sont perplexes par la question: comment augmenter l'hémoglobine après la chimiothérapie?

Vous pouvez augmenter les niveaux d'hémoglobine des manières suivantes:

  1. Un régime spécifique, qui doit obligatoirement être convenu avec le médecin traitant. La nutrition du patient doit inclure des substances qui normalisent la composition du sang, à savoir: le fer, l'acide folique, la vitamine B12, etc. Il convient de garder à l'esprit que la teneur excessive de ces composants dans les aliments peut entraîner une prolifération accélérée des cellules malignes. Par conséquent, la nutrition d'un patient atteint de cancer doit être équilibrée et les éléments ci-dessus sont prescrits par le médecin traitant sous forme de médicaments..
  2. Si le taux d'hémoglobine est tombé en dessous du niveau de 80 g / l, un spécialiste prescrira une procédure de transfusion de globules rouges.
  3. Vous pouvez empêcher une forte baisse des taux d'hémoglobine par transfusion de sang total ou de globules rouges avant la chimiothérapie. Une mesure similaire est nécessaire immédiatement après la fin du traitement. Mais il ne faut pas oublier que les transfusions sanguines fréquentes (ou ses composants) conduisent à une sensibilisation du corps du patient, qui se manifeste par la suite par l'apparition de réactions allergiques après la procédure de transfusion sanguine transférée..
  4. Augmente efficacement les érythropoïétines d'hémoglobine. Ces médicaments stimulent le développement des globules rouges, ce qui affecte l'accélération de la production d'hémoglobine (à condition que le corps dispose de toutes les substances nécessaires à cela). À l'aide d'érythropoïétines, l'effet se fait directement sur la moelle osseuse de manière sélective. Les résultats de l'action des médicaments deviennent visibles quelque temps après le début de leur utilisation, il est donc conseillé de les prescrire immédiatement après la détection d'une anémie. Ces médicaments sont chers, parmi lesquels Eprex et Neorecormon sont considérés comme abordables pour nos patients..
  5. Vous pouvez utiliser un mélange spécial «savoureux», qui est préparé comme suit. Les noix, les abricots secs, les raisins secs, les pruneaux, les figues et le citron sont pris à parts égales. Tout est soigneusement broyé dans un mélangeur et assaisonné de miel. Ce "médicament" est pris une cuillère à soupe trois fois par jour. Le mélange est conservé dans un bocal en verre avec un couvercle au réfrigérateur.
  6. Manger des légumes verts, en particulier du persil, de l'ail, du bœuf bouilli et du foie, est bon pour l'hémoglobine.
  7. Des jus de fruits fraîchement préparés, de grenade, de betterave et de radis sont bons..
  8. Vous devez utiliser un mélange de jus frais: betterave et carotte (cent grammes de chaque jus); jus de pomme (une demi-tasse), jus de betterave (un quart de tasse), jus de carotte (un quart de tasse) - prendre deux fois par jour à jeun. Un mélange d'un verre de jus de pomme, de jus de canneberge maison et d'un quart de verre de jus de betterave soulève également bien l'hémoglobine.

La chimiothérapie est connue pour être utilisée exclusivement pour le traitement du cancer. Dans ce cas, le corps reçoit un empoisonnement non seulement du côté de la maladie, mais aussi de la procédure elle-même. Après cela, il y a des violations de presque tous les organes vitaux du corps humain. Par conséquent, le patient a besoin d'une période de réadaptation appropriée, ce qui aidera à rétablir la santé.

Une telle période n'est pas moins importante que le traitement du cancer lui-même. Les problèmes les plus courants pour se remettre d'une chimiothérapie sont:

  • un changement dans l'état et la formule sanguine générale;
  • violation du système digestif;
  • dommages toxiques au foie et à d'autres organes;
  • détérioration générale du bien-être;
  • amincissement sévère des cheveux.

Quant au sang lui-même, une modification de sa formule entraîne une dégradation importante de la coagulabilité. En effet, tous les médicaments agissant sur les cellules tumorales réduisent la production de plaquettes dans le cerveau. Pour tout cela, après la chimiothérapie, le taux d'hémoglobine, les globules rouges diminuent. Par conséquent, les grenades, les pommes rouges, le bœuf et diverses teintures à base de plantes doivent être présentes dans l'alimentation du patient. Cet aliment accélérera le processus de récupération du sang après la chimiothérapie.

Les médecins n'excluent pas la récupération des médicaments comme une alternative suffisamment bonne à la médecine traditionnelle. D'une part, cette méthode est la plus efficace dans les formes aiguës de la maladie. Cela s'applique également aux patients qui n'ont pas toléré la chimiothérapie. Dans ce cas, il est très difficile de restaurer le sang et le travail de tous les organes sans médicaments appropriés. Ce sont des médicaments des groupes de stéroïdes, d'antihypoxants, d'antioxydants et de diverses vitamines spéciales..

Très souvent également, des anti-inflammatoires sont ajoutés au système pour détruire une éventuelle inflammation des organes. Il convient de noter que bon nombre de ces méthodes médicales de récupération ne sont d'aucune utilité et recourent à des méthodes naturelles. Il peut s'agir de phytothérapie et de phytothérapie.

En médecine, il existe des critères spéciaux par lesquels l'état du sang dans le corps est observé avant et après la chimiothérapie. Il s'agit d'un test sanguin général, d'une analyse biochimique et d'une formule leucocytaire. Ce groupe de tests vous permet de surveiller l'état de santé du patient et d'évaluer l'état à un moment donné..

Après la chimiothérapie, il n'est pas toujours possible de laisser des germes de sang normaux, qui apparaissent le plus souvent déjà quelque temps après la procédure. Les patients qui ont réussi à transférer le premier stade de la maladie devront transférer le second. Cela dure généralement une semaine. À ce moment, il y a un gonflement, une infiltration, ce qui conduit à une nécrose et à une destruction ultérieure des tissus du tractus gastro-intestinal. Cette période est caractérisée par la mort des germes de moelle osseuse et des troubles métaboliques. En conséquence, tous les patients cancéreux souffrent d'anémie, de leucopénie, d'ecchymoses et, dans certains cas, de saignements internes des organes. Pour éviter cela, le seul moyen est une transfusion sanguine ou une greffe de moelle osseuse.

Souvent, l'apparition de patients cancéreux est un problème du système cardiovasculaire, en particulier de fortes chutes de pression telles que la dystonie et d'autres troubles. En outre, il n'y a aucune exception au risque de thrombophlébite, de cardiotoxicité, d'insuffisance cardiaque et de CIVD. Dans de tels cas, comme une restauration du corps et du sang, en particulier, des médicaments spéciaux sont prescrits après la chimiothérapie.

Étant donné qu'un cours de chimiothérapie entraîne une diminution significative des globules blancs, tout traitement après la procédure vise à augmenter leur nombre. Les globules blancs sont responsables de la recherche et de la destruction opportune de divers champignons et virus dans le sang humain.

Avec une forte diminution du nombre de leucocytes, en règle générale, il y a une augmentation de la température à 38 degrés, une éruption cutanée, un mal de gorge, une diarrhée et une rougeur autour des plaies apparaissent. Les plaquettes responsables de la coagulation sanguine souffrent également lors de la chimiothérapie. Après leur réduction significative, le patient peut se plaindre de rougeurs et de saignements des gencives, d'hémorragies gastriques et de saignements utérins. Dans de tels cas, vous devez être extrêmement prudent, car de tels symptômes peuvent entraîner la mort du patient.

  • Vitamines B, C et acide folique;
  • utilisation régulière d'acides aminés, de méthionine et de lécithine;
  • La vitamine B12 augmente très bien les globules blancs et accélère leur activité.

Dans de tels cas, n'oubliez pas la possible intolérance individuelle du corps à certains médicaments. Par conséquent, avant utilisation, il est nécessaire de consulter un médecin et d'effectuer une analyse appropriée avant et après la chimiothérapie.

Pour augmenter les plaquettes, vous devez:

  • forte consommation de calcium, zinc, potassium et magnésium;
  • il est utile de prendre de la lysine, de l'acide folique et de l'acide ascorbique.

Les oligo-éléments ci-dessus peuvent être obtenus en prenant des compléments alimentaires. Ceci est très important, car ce sont les plaquettes qui sont responsables de la coagulation sanguine. Et pour les patients cancéreux, cet indicateur est l'un des principaux. Cela est particulièrement vrai pour la période de rééducation après la chimiothérapie.

Les lymphocytes et les globules blancs visent à protéger le corps contre les bactéries et les virus. Par conséquent, leur quantité normale et nécessaire est très importante pour la vie. Lorsque le corps manque de lymphocytes, cela affaiblit considérablement le corps du patient après la chimiothérapie. La récupération des plaquettes et des leucocytes dans le sang est la partie principale et intégrante de la période de rééducation.

L'état sanguin dépend directement de la force de notre immunité. Par conséquent, son rôle est assez important. Pour augmenter cet indicateur, les patients doivent prendre des immunomodulateurs spéciaux. En règle générale, ils sont contenus dans certains additifs biologiques. Il peut s'agir, par exemple, de compléments alimentaires - Ursul, Nutrimaks, Bisk et bien d'autres. Ces médicaments sont riches en glycosides et en bioflavonoïdes - des substances végétales qui empêchent le développement de tumeurs et augmentent l'efficacité du traitement à partir du développement de tumeurs possibles. D'autres médicaments ont également très bien fonctionné - Antiox, contenant des immunomodulateurs supplémentaires et des antioxydants au sélénium.

En règle générale, le régime alimentaire principal après la chimiothérapie doit être prescrit par le médecin traitant. Cela est dû aux caractéristiques individuelles de chaque patient. Afin d'augmenter les globules blancs et les plaquettes dans le sang humain, il est recommandé de manger un certain nombre de certains produits, qui à leur tour augmentent le niveau de ceux-ci et d'autres cellules vitales. Cela peut être le double de la consommation de viande (boeuf), de protéines, de fruits rouges (grenade, pomme), ainsi que de nombreuses autres vitamines supplémentaires.

N'oubliez pas que certains produits sont strictement interdits aux patients après une chimiothérapie. Ces produits sont le plus souvent tous interdits à chacun de différentes manières, en fonction des résultats des analyses et de leur propre pénurie de certaines cellules. Étant donné que la chimiothérapie affecte considérablement le travail du tractus gastro-intestinal, les médecins recommandent de suivre un régime alimentaire approprié afin de ne pas provoquer à nouveau l'apparition de nausées, de vomissements et de diarrhée..

Si vous faites attention à la médecine traditionnelle, c'est-à-dire à certaines plantes dont l'action est dirigée vers la restauration générale du sang et l'état de santé humaine après la chimiothérapie. Ces plantes comprennent l'aloès, la médunica, le plantain et autres. C'est l'extrait d'aloe vera qui aide à ralentir le développement des métastases assez rapidement, ce qui est particulièrement important pour les patients cancéreux pendant la rééducation.

L'action du plantain vise à normaliser les processus moteurs et sécrétoires du tube digestif. Il aide également à guérir les larmes internes et les saignements. La pulmonaire, à son tour, aide à inhiber la croissance des tumeurs malignes et est riche en divers oligo-éléments. En prenant de telles herbes dans un complexe, vous pouvez très bien aider votre corps dans la lutte pendant la période de rééducation après la chimiothérapie. Mais dans tous les cas, n'oubliez pas une consultation supplémentaire avec un médecin, car certaines méthodes de traitement peuvent tout simplement ne pas vous convenir..

Des études scientifiques récentes documentent le rôle de la chimiothérapie dans le contrôle des symptômes, la prévention des complications, la prolongation de la vie et l'amélioration de la qualité de vie des patients atteints d'un cancer avancé [11,12,13,14]. La chimiothérapie palliative (PCT) peut augmenter la survie en présence de métastases à distance pendant des mois et des années [5,6,7,8,9,10]. Non moins important, et dans certains cas, la tâche principale consiste à améliorer ou à maintenir un niveau de qualité de vie acceptable chez les patients atteints d'une maladie avancée. L'une des caractéristiques du PCT est la durée de son utilisation: le traitement à un certain intervalle peut être effectué en quantités illimitées, tout en ayant un effet positif. Dans de tels cas, la question des effets secondaires du traitement vient au premier plan: les médicaments cytotoxiques sont connus pour avoir des effets toxiques prononcés sur presque tous les organes et systèmes vitaux [1,3,4] et, par conséquent, il est certainement difficile de parvenir à une bonne qualité de vie en présence d'effets secondaires graves. En pratique, dans le traitement des cytostatiques, l'intoxication tumorale est remplacée par un médicament et, par conséquent, le traitement peut faire plus de mal au patient que la maladie elle-même. Pour cette raison, contrairement à la chimiothérapie curative (standard), dans le traitement palliatif, la prévention des complications immédiates et différées a un rôle primordial.

Malgré le fait qu'avec l'aide d'un traitement d'accompagnement et la modification individuelle des schémas thérapeutiques, il est possible de minimiser les principaux effets secondaires du PCT, il reste une certaine menace lors de la prescription de chimiothérapie à des patients à un stade avancé de cancer. L'indication du PCT doit nécessairement prendre en compte l'état fonctionnel initial du patient et déterminer les éventuelles violations. Souvent, un chimiothérapeute refuse de pratiquer une PCT afin d'éviter une détérioration de l'état général du patient [2].

But de l'étude. L'objectif de l'étude était d'évaluer et de caractériser les principaux effets secondaires de la chimiothérapie palliative en analysant la dynamique des indicateurs de l'état fonctionnel du corps pendant le traitement.

Matériel et méthodes. L'étude comprenait des données de tous les patients atteints de cancer du sein métastatique (BC) et d'ovaires (OC) qui ont reçu un traitement de chimiothérapie palliative au Département d'oncologie pédiatrique et de chimiothérapie du Centre national d'oncologie du ministère de la Santé de la République d'Arménie de 2008 à 2011. Au total, 320 cours de traitement ont été dispensés à 70 femmes (en tenant compte des admissions répétées) - 160 cours dans chaque groupe. La tranche d'âge se situait entre 32 et 74 ans, la moyenne d'âge était de 55 ans.

Tous les patients ont subi un traitement de chimiothérapie. Le choix des régimes a été effectué sur la base de protocoles internationaux, en tenant compte de la disponibilité des médicaments dans la clinique. Les cytostatiques suivants ont été le plus souvent utilisés dans les JO: le cisplatine dans 139 cours (86,8% de tous les cours dans les JO), la cyclophosphamide dans 127 cours (79,3%), la doxorubicine dans 68 cours (42,5%), le gemzar dans 27 cours (16,8% ) Dans le cancer du sein, le ratio des principaux médicaments était le suivant: fluorouracile - 115 cours (71,8% de tous les cours sur le cancer du sein), cyclophosphamide - 112 cours (70%), doxorubicine - 73 cours (45,6%), cisplatine - 43 cours (26,9%). Dans la grande majorité des cas, les schémas étaient multicomposants (polychimiothérapie): dans 131 cours (40,9% de tous les cours), une combinaison de deux médicaments a été utilisée, dans 166 cas (51,8%) les schémas comprenaient trois composantes.

Presque tous les schémas thérapeutiques ont fait l'objet de modifications individuelles, en fonction de l'état fonctionnel du patient. Les types de modifications suivants ont été le plus souvent utilisés: une réduction des doses de cours de cytostatiques a été effectuée pour 272 patients (85% de tous les patients), le pourcentage moyen de réduction était de 20% de la dose prescrite par le schéma; dans 275 cas (86%), des préparations de composés ont été administrées à différents jours; un allongement du cours dû à une augmentation des intervalles entre les injections a été réalisé chez 194 patients (60,6%). Pour tous les patients, la chimiothérapie a été réalisée dans le contexte d'une thérapie d'accompagnement avec utilisation obligatoire d'agents antiémétiques et de détoxication..

Immédiatement avant le début de chaque cours de chimiothérapie, sur la base des données d'examen, des plaintes et des examens de laboratoire et instrumentaux, une image a été faite à la fois de l'état général du corps dans son ensemble et de l'état fonctionnel des organes et systèmes individuels, en particulier de la moelle osseuse, du cœur, du foie et des reins. Pour analyser la dynamique des paramètres fonctionnels des patients tout au long du traitement, les plus informatifs et relativement facilement disponibles ont été sélectionnés parmi un large éventail de critères: l'état fonctionnel général exprimé sur l'échelle de Karnowski, le niveau d'hémoglobine dans le sang (indicateur du bien-être du patient et de l'activité de la moelle osseuse), le nombre de globules blancs neutrophiles (indicateurs de l'activité de la moelle osseuse), taux de créatinine sanguine (indicateur de la filtration rénale), transaminases hépatiques - ALT et AST (fonction hépatique), données - ECG (fonction cardiaque). Ces critères ont été comparés pour tous les cours consécutifs avec un intervalle ne dépassant pas 4-5 semaines.

Résultats. Lors de l'analyse des données sur l'activité fonctionnelle des patients, il a été constaté que le score moyen sur l'échelle de Karnowski avant le début de la chimiothérapie et à la sortie en moyenne pour les deux groupes était le même - 81% (correspond à un état général relativement satisfaisant du patient). La différence de localisation ne différait pas significativement. Lorsque l'on compare le même indicateur à la toute première admission (le PCT n'a pas encore été effectué) et à l'admission subséquente, il y a une légère augmentation du point de pourcentage moyen - 81% et 83%, respectivement. Sur la base des données réalisées, on peut affirmer que l'activité fonctionnelle des patients au cours de la PCT reste stable et s'améliore dans une certaine mesure tout au long du traitement.

L'étape suivante a été la comparaison des indicateurs de laboratoire.

La quantité d'hémoglobine et de leucocytes a été déterminée à la fois au début du cours et à la sortie, les indicateurs restants - uniquement à l'admission. Le taux d'hémoglobine moyen à toutes les recettes était de 111 g / l, au moment du congé - 108 g / l. Le nombre moyen de leucocytes est respectivement de 5,5 et 5,4 mille / μl. Il n'y avait pas de différence significative en nombre selon la localisation. Ces chiffres indiquent la stabilité des indicateurs de l'analyse générale du sang au cours des traitements.

Le tableau 1 montre le nombre moyen d'indicateurs de tests sanguins généraux et biochimiques avec admission ultérieure.

Numération sanguine séquentielle moyenne

La diminution induite par la chimiothérapie du nombre de leucocytes sanguins, ou leucopénie, est l'un des effets secondaires les plus courants en oncologie clinique. La leucopénie est une diminution du niveau de leucocytes à 2 × 10 9 / l et moins..

Des études récentes ont montré que l'incidence de la leucopénie après la chimiothérapie se situe entre 16% et 59%. Le traitement de la leucopénie après la chimiothérapie est obligatoire car cette condition provoque des changements cliniquement significatifs du système immunitaire. Cela affecte négativement la qualité de vie des patients, augmentant l'incidence des maladies infectieuses et les coûts de traitement..

Les médicaments chimiothérapeutiques détruisent non seulement les cellules tumorales, mais également les cellules saines du corps. Les cellules de la moelle osseuse en division active sont les plus sensibles aux effets de la chimiothérapie, tandis que les cellules matures et très différenciées du sang périphérique y répondent moins. La moelle osseuse rouge étant l'organe central de l'hématopoïèse, synthétisant la composante cellulaire du sang, son inhibition conduit à:

  • diminution du nombre de globules rouges - anémie;
  • une diminution du nombre de leucocytes - leucopénie;
  • réduction du nombre de plaquettes - thrombocytopénie.

Une condition dans laquelle il y a un manque de toutes les cellules sanguines est appelée pancytopénie..

Les leucocytes après chimiothérapie ne répondent pas immédiatement. En règle générale, le nombre de leucocytes commence à diminuer 2-3 jours après le traitement et atteint un pic entre 7 et 14 jours.

S'il y a un nombre réduit de neutrophiles, qui sont l'une des variantes des globules blancs, une neutropénie est observée. La neutropénie associée à la chimiothérapie est l'une des réactions myélotoxiques les plus courantes associées au traitement systémique du cancer, en raison des effets cytotoxiques sur les neutrophiles à division rapide..

Les granulocytes matures, y compris les neutrophiles, ont une durée de vie de 1 à 3 jours, ils ont donc une activité mitotique élevée et une plus grande sensibilité aux dommages cytotoxiques que les autres cellules de la série myéloïde avec une période de vie plus longue. L'apparition et la durée de la neutropénie varient considérablement en fonction du médicament, de la dose, de la fréquence des séances de chimiothérapie, etc..

Compte tenu de ces effets secondaires de la plupart des médicaments chimiothérapeutiques, les patients sont soumis à un test sanguin général en dynamique pour surveiller les données initiales des paramètres sanguins et leurs changements au fil du temps.

Un faible nombre de formes différentes de globules blancs dans l'hémogramme indique une immunosuppression du patient. L'inhibition de l'immunité s'accompagne d'une augmentation de la sensibilité du corps aux maladies virales, fongiques et bactériennes. Une diminution du niveau des lymphocytes (en particulier des cellules NK) augmente le risque de récidive tumorale, car ces cellules sont responsables de la destruction des néoplasmes atypiques (malins).

La pancytopénie s'accompagne également de troubles hémorragiques, de saignements spontanés fréquents, de fièvre, de polylymphoadénopathie, d'anémie, d'hypoxie et d'ischémie des organes et des tissus, d'une augmentation du risque de généralisation des infections et de développement de septicémie.

Les globules rouges, ou globules rouges, contiennent l'hémoglobine, un pigment de fer, qui est un vecteur d'oxygène. Les globules rouges fournissent un apport suffisant d'oxygène aux tissus corporels, soutenant un métabolisme complet et un métabolisme énergétique dans les cellules. Avec un manque de globules rouges, des changements dans les tissus sont observés en raison de l'hypoxie - apport insuffisant d'oxygène en eux. Des processus dystrophiques et nécrotiques qui perturbent le fonctionnement des organes sont observés..

Les plaquettes sont responsables des processus de coagulation sanguine. Si le patient a un nombre de plaquettes inférieur à 180x10 9 / l, il a une augmentation des saignements - syndrome hémorragique.

La fonction des globules blancs est de protéger le corps de ce qui lui est génétiquement étranger. En fait, c'est la réponse à la question de savoir pourquoi il est important d'augmenter le niveau de leucocytes - sans leucocytes, le système immunitaire du patient ne fonctionnera pas, ce qui rendra son corps accessible à diverses infections et processus tumoraux.

Les leucocytes eux-mêmes selon les caractéristiques microscopiques sont répartis dans les groupes suivants:

Les éosinophiles sont directement impliqués dans l'immunité antiparasitaire et modulent également certains types de réactions d'hypersensibilité. Les granulocytes éosinophiles peuvent à la fois contribuer au développement d'une réaction allergique et agir comme ses inhibiteurs.

La fonction des neutrophiles est une protection antifongique et antibactérienne. Les granules qui contiennent des neutrophiles dans leur cytoplasme contiennent de fortes enzymes protéolytiques, dont la libération conduit à la mort de micro-organismes pathogènes.

Les basophiles sont impliqués dans le processus inflammatoire et les réactions allergiques. Dans leur cytoplasme, ils contiennent des granules avec un médiateur d'histamine. L'histamine entraîne l'expansion des capillaires, une diminution de la pression artérielle et une diminution des muscles lisses des bronches.

Les lymphocytes sont divisés en plusieurs types. Les lymphocytes B produisent des immunoglobulines ou des anticorps. Les lymphocytes T participent à la régulation de la réponse immunitaire: les tueurs de T ont un effet cytotoxique contre les cellules virales et tumorales, les suppresseurs de T inhibent l'auto-immunisation et suppriment la réponse immunitaire, les auxiliaires de T activent et régulent les lymphocytes T et B. Des tueurs naturels ou naturels contribuent à la destruction des cellules virales et atypiques.

Les monocytes sont les précurseurs des macrophages qui remplissent des fonctions régulatrices et phagocytaires..

Une augmentation des globules blancs après la chimiothérapie est nécessaire pour prévenir les effets de l'immunosuppression. Si le patient a une leucopénie, en particulier une neutropénie, il sera sensible aux maladies infectieuses..

Les manifestations cliniques de la neutropénie peuvent être:

  • fièvre de bas grade (température sous les aisselles de 37,1 à 38,0 ° C);
  • éruptions pustuleuses récurrentes, furoncles, anthrax, abcès;
  • odinophagie - douleur lors de la déglutition;
  • gonflement et douleur des gencives;
  • gonflement et douleur de la langue;
  • stomatite ulcéreuse - la formation de lésions de la muqueuse buccale;
  • sinusite et otite récurrentes - inflammation des sinus paranasaux et de l'oreille moyenne;
  • symptômes de pneumonie - toux, essoufflement;
  • douleur perrectale, démangeaisons;
  • infections fongiques de la peau et des muqueuses;
  • faiblesse persistante;
  • perturbation du rythme cardiaque;
  • douleur dans l'abdomen et derrière le sternum.

Le plus souvent, les patients viennent avec:

  • malaise soudain;
  • fièvre soudaine;
  • stomatite ou parodontite douloureuse;
  • pharyngite.

Dans les cas graves, la septicémie se développe comme une septicopyémie ou une chroniosepsie, ce qui peut entraîner un choc septique et la mort.

L'option idéale serait d'annuler le facteur qui mène à la leucopénie, mais la chimiothérapie ne peut souvent pas être annulée. Par conséquent, il est nécessaire d'utiliser une thérapie symptomatique et pathogénique.

À la maison, vous pouvez ajuster le régime alimentaire. La nutrition des globules blancs faibles après la chimiothérapie doit être équilibrée et rationnelle. Il est recommandé de convertir le régime alimentaire de manière à augmenter la quantité des composants suivants:

  • vitamine e,
  • zinc,
  • sélénium,
  • thé vert,
  • vitamine C,
  • caroténoïdes,
  • les acides gras omega-3,
  • vitamine A,
  • yaourt,
  • Ail,
  • vitamine b12,
  • acide folique.

Le choix de ces produits alimentaires qui augmentent le taux de leucocytes dans le sang après la chimiothérapie convient à toute variante d'immunosuppression modérée, ainsi qu'à un usage prophylactique. Elle est corroborée par des études cliniques en relation avec leur effet immunostimulant..

  • La vitamine E, ou tocophérol, se trouve en grande quantité dans les graines de tournesol, les amandes et les noix, le soja. Il stimule la production de cellules tueuses naturelles (cellules NK), qui ont un effet cytotoxique par rapport aux cellules infectées par les tumeurs et les virus. Le tocophérol est également impliqué dans la production de lymphocytes B, responsables de l'immunité humorale - la production d'anticorps.
  • Le zinc augmente le nombre de tueurs de T et active les lymphocytes B. On le trouve dans la viande rouge, le calmar, les œufs de poule.
  • L'effet immunostimulant du sélénium en association avec le zinc (par rapport au placebo) a été prouvé dans une étude à la School of Medicine de l'Université du Maryland. La réponse au vaccin contre la grippe a été étudiée dans ce cas. Beaucoup de sélénium dans les haricots, les lentilles et les pois.
  • Le thé vert contient une grande quantité d'antioxydants et de facteurs qui contribuent à la stimulation de la lymphocytopoïèse..
  • On pense que la vitamine C, riche en cassis et en agrumes, stimule le système immunitaire en influençant la synthèse des globules blancs, la production d'immunoglobulines et l'interféron gamma.
  • Le bêta-carotène augmente le nombre de tueurs naturels, les lymphocytes T, et empêche également la peroxydation lipidique par les radicaux libres. Contenue dans des carottes. De plus, les caroténoïdes ont un certain effet cardioprotecteur et vasoprotecteur..
  • Une grande quantité d'acides gras oméga-3 se trouve dans les fruits de mer et de nombreuses huiles végétales. Nous avons étudié leur effet immunostimulant par rapport à l'incidence des infections virales respiratoires - la fréquence des cas chez les personnes prenant une cuillère à café d'huile de lin par jour a été réduite par rapport aux patients qui n'en ont pas consommé.
  • La vitamine A, ou rétinol, se trouve dans les abricots, les carottes et les citrouilles. Il améliore la production de globules blancs.
  • Les probiotiques contenus dans le yogourt aident à optimiser la vie de la microflore intestinale d'origine et augmentent également le nombre de leucocytes. Des chercheurs allemands ont mené une étude publiée dans la revue Clinical Nutrition. Il a montré que 250 sujets adultes en bonne santé ayant reçu des suppléments de yogourt pendant 3 mois consécutifs présentaient des symptômes du rhume moins courants que les 250 du groupe témoin qui n'en avaient pas. Le premier groupe avait également un taux de globules blancs plus élevé..
  • L'ail a un effet stimulant des leucocytes, qui est dû à la présence de composants soufrés (sulfures, allicine). Il a été observé que dans les cultures où l'ail est un produit alimentaire populaire, une faible incidence de cancer gastro-intestinal est observée..
  • La vitamine B12 et l'acide folique sont recommandés par la US Academy of Nutrition and Diet in Oncology Nutrition. Les experts soulignent l'utilisation de ces vitamines dans la synthèse des globules blancs.

Il existe des opinions selon lesquelles il est possible d'augmenter les globules blancs après une chimiothérapie avec des remèdes populaires, mais cette option convient uniquement aux formes légères et asymptomatiques - sinon la maladie peut être déclenchée. La médecine traditionnelle dans ce cas est basée sur la phytothérapie et recommande les options suivantes pour améliorer la fonction du système immunitaire:

  • décoction / teinture d'échinacée;
  • thé au gingembre classique (avec racine de gingembre râpé, miel et citron);
  • teinture de propolis (15-20 gouttes de teinture dans un verre de lait);
  • un mélange de jus d'aloès, de miel et de cahors dans un rapport de 1: 2: 3;
  • autres tisanes: rose musquée, pomme, camomille.

Bien sûr, pour augmenter les globules blancs après une chimiothérapie en 3 jours avec de la nourriture seule, si leur nombre est fortement réduit, il est impossible.

Si le niveau de leucocytes ne se rétablit pas à temps, et surtout lorsque des symptômes de leucopénie sont observés, l'utilisation d'un traitement médicamenteux rationnel est obligatoire.

Pour traiter l'anémie légère à la maison, vous devez manger des aliments contenant des composés contenant du fer ou des substances qui améliorent son absorption, ainsi que de l'acide folique et de la vitamine B12. Ceux-ci inclus:

  • viande rouge,
  • agrumes,
  • Ribes rouges,
  • grenades,
  • amande,
  • noix,
  • chou.

La médecine traditionnelle suggère d'utiliser les médicaments suivants pour traiter une anémie légère:

  • collection à base de plantes de feuilles de fraises des bois, de baies d'églantier, de racine d'hémoptysie et de medunica - 100 ml deux fois par jour pendant environ 2 mois;
  • jus de betterave au miel - une cuillère à soupe trois fois par jour;
  • raisins secs, pruneaux, abricots secs et miel dans un rapport de 1: 1: 1: 1 - trois cuillères à café trois fois par jour avant les repas.

Les groupes de médicaments suivants sont utilisés pour traiter la neutropénie comme un état mortel pour le patient:

  • antibiotiques,
  • agents antifongiques,
  • facteurs de croissance hématopoïétiques.

Les deux premiers groupes de médicaments visent les effets de la neutropénie, à savoir les infections bactériennes et purulentes récurrentes.

Les antibiotiques les plus couramment utilisés pour les infections neutropéniques comprennent, par exemple:

  • imipenem ®,
  • méropénem ®,
  • ceftazidime ®,
  • ciprofloxacine ®,
  • ofloxacine ®,
  • Augmentin ®,
  • céfépime ®,
  • vancomycine ®.

Parmi les agents antifongiques, il est recommandé d'utiliser le voriconazole ® et la caspofungine ®.

Les médicaments qui augmentent directement le niveau de globules blancs dans le sang comprennent des facteurs de croissance. Des facteurs de croissance hématopoïétiques sont introduits pour accélérer la récupération des niveaux de neutrophiles et réduire la durée de la fièvre neutropénique. Les facteurs de croissance recommandés incluent le filgrastim ®, le sargramostim ®, le pegfilgrastim ®.

  • Filgrastim ® (Neupogen ®) est un facteur de stimulation des colonies de granulocytes (G-CSF) qui active et stimule la synthèse, la maturation, la migration et la cytotoxicité des neutrophiles. Son effet a été prouvé en ce qui concerne l'accélération de la récupération des niveaux de neutrophiles et la réduction de la durée de la fièvre neutropénique. Cependant, selon ces études, la durée du traitement antibiotique, la durée du séjour à l'hôpital et la mortalité n'ont pas changé. Le filgrastim est le plus efficace pour la neutropénie sévère et les lésions infectieuses diagnostiquées.
  • Sargramostim ® (Leukine ®) est un facteur de stimulation des colonies de granulocytes-macrophages (GM-CSF) qui favorise la réhabilitation des neutrophiles après la chimiothérapie et la mobilisation des cellules progénitrices du sang périphérique.
  • Pegfilgrastim ® (Neulasta ®) est un filgrastim à action prolongée. Comme le filgrastim, il agit sur les cellules hématopoïétiques en se liant à des récepteurs spécifiques de la surface cellulaire, activant et stimulant ainsi la synthèse, la maturation, la migration et la cytotoxicité des neutrophiles.

Tous les médicaments sont sélectionnés par le médecin traitant. Les schémas thérapeutiques sont attribués individuellement, sur la base des résultats des analyses. Toute thérapie est effectuée sous contrôle strict de laboratoire..