Ce qui montre et pourquoi ils donnent un frottis pour l'oncocytologie?

Mélanome

L'oncocytologie est l'une des méthodes de laboratoire qui a trouvé sa large application dans le domaine de la gynécologie..

Il vous permet d'obtenir le résultat de l'état du col de l'utérus sur sa section externe, le canal cervical, ainsi que dans la zone des organes génitaux externes. La méthode se caractérise par une simple prise du matériel, ainsi que la capacité d'évaluer rapidement l'état des tissus.

À quoi sert un frottis en oncocytologie??

Actuellement, le problème du cancer du col de l'utérus occupe un rôle de premier plan avec le processus oncologique des glandes mammaires parmi toutes les maladies oncologiques des femmes.

Le cancer du col est particulièrement agressif et en même temps un faible degré de manifestations cliniques. Malheureusement, un grand nombre de cancers du col de l'utérus est déjà détecté à un stade avancé, lorsque les chances de survie sont considérablement réduites. C'est pourquoi l'État et la société des obstétriciens-gynécologues ont développé un programme de détection précoce de la pathologie du cou.

Pour cela, il est recommandé à une femme de consulter régulièrement un gynécologue même sans se plaindre du système reproducteur. Dans ce cas, un examen et un diagnostic de l'état de l'utérus, du vagin, du col de l'utérus et des glandes mammaires sont effectués.

Pour le diagnostic de pathologie cervicale, la méthode principale, la plus fiable et la plus sensible, est un frottis en oncocytologie. Elle est réalisée dans tout établissement hospitalier et chaque spécialiste du profil correspondant est formé à la bonne prise du matériel nécessaire.

Indications pour un frottis

L'oncocytologie est une méthode de dépistage pour la détection précoce des processus malins dans le col de l'utérus, ainsi que dans les parties supérieures du système reproducteur féminin.

C'est pourquoi la prise d'un frottis est effectuée pour toutes les représentantes féminines, à partir de 18 ans, sous réserve de la présence d'une activité sexuelle. Ou ce sont des filles d'un âge précoce qui sont également venues voir un gynécologue et qui vivent déjà sexuellement.

La procédure est réalisée non en présence d'indications, mais dans le but possible de prévenir la pathologie cancéreuse.

Les indications obligatoires dans lesquelles le matériel est prélevé pour l'oncocytologie sont:

  • Enregistrement d'une femme à la clinique prénatale sur la grossesse.
  • La présence d'érosion sur le col de l'utérus.
  • Identification de l'infection à papillomavirus conjugué.
  • Hérédité chargée pour le cancer du col utérin.
  • Ainsi qu'une clinique de dysfonctionnement menstruel ou d'apparition de taches du tractus génital pendant l'activité sexuelle ou au repos.
  • Sites suspects dans la région génitale externe pour le cancer.

À quelle fréquence devez-vous prendre un frottis?

  1. Normalement, sans la présence de facteurs de risque ou d'indications, un frottis d'oncocytologie est administré aux femmes de moins de 30 ans une fois au cours d'une année civile. Si, selon les résultats des études précédentes, le matériel est obtenu de manière insatisfaisante ou avec la présence d'éléments pathologiques, alors l'étude est réalisée plus souvent, comme le médecin le juge nécessaire, en fonction du processus.
  2. Après avoir atteint l'âge de 30 ans, il est démontré qu'il prélève un frottis pour l'oncocytologie deux fois par an. Cela est dû à un risque accru de maladie cervicale..
  3. Les femmes appartenant au groupe à risque, un frottis d'oncocytologie doivent être prises plus souvent. Le régime d'accouchement est déterminé par le gynécologue, en fonction du facteur aggravant. Parmi les facteurs de risque figurent:
    • Fumeur.
    • La présence d'états d'immunodéficience, pas toujours de nature virale.
    • La présence de processus infectieux dans la région génitale.
    • Carence en vitamine A et C.

Oncocytologie pour les personnes âgées

Les femmes ménopausées doivent être particulièrement attentives à leur santé.

Un point positif dans ce cas est le risque réduit de développer un processus oncologique sur le col de l'utérus. Cela est largement dû au fait que la régulation hormonale de l'organe est réduite et que le risque de troubles déshormonaux est beaucoup plus faible.

Deux options d'analyse:

  1. Si une femme n'a pas de maladies de fond ou de facteurs de risque de cancer du col de l'utérus, et depuis plusieurs années (au moins trois), elle est régulièrement enduite pour l'oncocytologie et n'a pas de changements dans sa composition cellulaire, ainsi que la ménopause persistante, puis un frottis pour l'oncocytologie autorisé à prendre tous les deux ans.
  2. Si une femme ne visite pas régulièrement un spécialiste, dans les analyses précédentes, il y avait une identification du processus inflammatoire, même en l'absence d'une composition cellulaire modifiée, un frottis d'oncocytologie est effectué une fois par an jusqu'à ce que des résultats positifs soient obtenus pendant trois ans..

Oncocytologie et grossesse

Cette période est très responsable pour toute femme, en outre, une forte restructuration a lieu dans le corps et pas toujours tous ses systèmes continuent de fonctionner harmonieusement. Différents types de problèmes peuvent survenir, notamment le système endocrinien.

Caractéristiques de l'oncocytologie pour les femmes enceintes:

  1. Pendant la grossesse, le risque de développer des maladies, qui peuvent être attribuées à une pathologie oncologique, augmente considérablement. C'est pourquoi, lorsqu'une femme se présente dans une clinique prénatale pour établir une grossesse ou s'inscrire, le médecin prend le matériel pour l'étude, effectuant la procédure de prélèvement d'un frottis pour l'oncocytologie.
  2. Un moment obligatoire est la précision de prendre un frottis et d'expliquer à la femme que dans certains cas, il peut y avoir du sang ou des taches qui ne menacent pas la vie de l'enfant.
  3. Il est recommandé de faire un frottis d'oncocytologie lors de la planification de la naissance d'un enfant, afin d'éviter des moments effrayants pour une femme, ainsi que d'exclure les difficultés d'obtention de matériel.

Types d'oncocytologie

Actuellement, il existe plusieurs façons d'obtenir du matériel cellulaire en déterminant l'oncocytologie.

Parmi eux, les plus courants en gynécologie sont:

  • Prélèvement puis coloration avec la méthode Leishman. C'est la méthode la plus simple et en même temps utilisée dans la plupart des institutions budgétaires du pays.
  • Prendre un frottis, puis le colorer selon Papanicolaou. Une méthode plus susceptible d'obtenir le résultat le plus précis. Dans le même temps, le niveau de sa complexité peut être plusieurs fois plus élevé que le précédent, et la coloration est l'une des plus difficiles. Il est courant dans les institutions commerciales, car la fourchette de prix et la difficulté de mise en œuvre sont plus chères.
  • Méthode de cytologie liquide. Il s'agit de l'une des dernières méthodes nouvelles et précises de prélèvement de matériel pour l'oncocytologie. Actuellement, seul un petit nombre d'établissements médicaux privés ou de grands hôpitaux sont diagnostiqués. Cela est dû aux coûts économiques élevés et à l'introduction récente de la méthode dans la pratique. Mais en même temps, cette oncocytologie est un avantage incontestable par rapport aux autres, car la quantité de matière obtenue est plusieurs fois supérieure aux précédentes. Cela est dû à l'introduction du contenu dans un récipient avec un milieu liquide, où toutes les cellules obtenues sont précipitées. Ensuite, purifiez les cellules obtenues et étudiez-les..

Comment prend-on un frottis?

Le médecin n'a aucune grande difficulté à collecter du matériel pour l'oncocytologie, car il s'agit d'un mécanisme établi de longue date. Tout le spécialiste a expliqué les nuances qu'il peut rencontrer et qui doivent être prises en compte pour obtenir le résultat le plus fiable..

Afin de prendre un frottis est nécessaire:

  • Le patient doit s'allonger sur une chaise gynécologique. Une pose similaire est standard pour prendre un frottis pour l'oncocytologie..
  • Le médecin expose le col de l'utérus dans les miroirs, de sorte qu'il soit complètement retiré pour examen, et le canal cervical est également bien visualisé..
  • Il faut comprendre que s'il n'y a pas de défauts sur le cou dans la zone du pharynx externe, il suffira de prélever un frottis uniquement sur le canal cervical.
  • Le médecin soigneusement, sans effort ni résistance inutile, l'insère dans le canal cervical et effectue des mouvements de défilement. Leur direction doit être dans le sens horaire et antihoraire.
  • Après cela, la brosse cytologique est retirée et les mouvements d'un personnage en rotation sont effectués sur un verre spécialement marqué. La direction de ces mouvements est particulièrement importante, car toutes les sections du canal cervical doivent être visitées par des cytologistes.

Cas spéciaux

Il y a des cas où il y a des défauts sur le col de l'utérus ou d'autres parties supérieures des voies génitales qui peuvent faire soupçonner un médecin.

Dans de tels cas, un frottis d'oncocytologie peut leur être prélevé:

  • Pour ce faire, de tels mouvements de torsion sont effectués dans une zone suspecte, en tenant compte de la capture de tous les tissus de cette zone.
  • Il est important dans ce cas que de petites traces de sang apparaissent sur la brosse. Cela signifiera la justesse de prendre un frottis, car il y a eu une capture de toutes les parties du site.

Préparation à la procédure

Pour effectuer la procédure de prélèvement d'un frottis d'oncocytologie du col de l'utérus, aucune formation spécialisée n'est requise.

Pour ce faire, rappelez simplement à la femme quelques points importants et simples:

  • Pour prendre un frottis sur l'oncocytologie, vous pouvez venir n'importe quel jour du cycle menstruel, sauf pendant la période de menstruation. La collecte de tissus dans la première phase du cycle menstruel est préférée..
  • S'il y a un processus inflammatoire dans la zone où le frottis sera prélevé, il doit être traité bien à l'avance. Cela est dû au fait que les cellules enflammées peuvent donner un faux résultat et provoquer par la suite des manipulations supplémentaires pour diagnostiquer la maladie.
  • Deux jours avant de prélever des frottis sur le col de l'utérus, vous ne pouvez pas prendre de matériel pour la recherche. Cela peut être la définition des infections sexuellement transmissibles, ainsi que des virus, etc. Dans de tels cas, le matériau est prélevé à l'aide d'une brosse spécialisée, qui peut également être traumatisante pour les tissus..
  • De plus, la journée ne doit pas effectuer d'échographie à l'aide d'une sonde transvaginale. Dans de tels cas, un gel peut apparaître sur la brosse cyto, ce qui empêchera la collecte de matériel cellulaire complet.
  • Il en va de même pour les rapports sexuels, ils doivent être totalement exclus pendant plusieurs jours, quelle que soit la méthode de protection. Des résidus de lubrifiant pour préservatif, des parties de la flore bactérienne d'un homme et du sperme peuvent pénétrer dans le matériau..
  • Dans les trois jours, il n'est également pas recommandé d'utiliser des suppositoires et des crèmes vaginaux, car leurs restes peuvent pénétrer dans le matériau pour la recherche et provoquer un faux résultat..

Déchiffrer les résultats

Décodage d'un frottis et de 5 degrés selon la méthode Papanicolaou:

  • 1 degré. Le phénomène de la norme absolue, dans lequel aucune cellule altérée n'est détectée. Une condition préalable à l'obtention du résultat de ce groupe est l'absence de clinique du processus inflammatoire, ainsi que les conditions pré ou oncologiques.
  • 2 degrés. Obtention de matériel dans lequel la présence de groupes cellulaires uniques modifiés est déterminée. Une telle condition peut être causée par des changements réactifs dans le contexte du processus inflammatoire. Si la présence d'une inflammation est confirmée, le médecin choisit un plan pour un traitement ultérieur ou le choix de méthodes de diagnostic supplémentaires, telles que l'obtention de matériel de biopsie et une étude ultérieure après 3 mois avec un frottis d'oncocytologie.
  • 3 degrés. Obtention de zones de dysplasie ou d'hyperplasie sur fond d'autres cellules non mesurées. Dans de tels cas, une femme doit effectuer un examen histologique et microbiologique supplémentaire. Après 3 mois, un deuxième frottis est prélevé pour une étude témoin..
  • 4 degrés. Identification de la composition cellulaire avec la présence d'éléments génétiques modifiés. Il révèle un ADN altéré dans le matériau résultant. Après avoir reçu ce matériel pour l'oncocytologie, il est recommandé à une femme de se rendre dans une clinique de cancérologie afin de choisir d'autres tactiques.
  • 5 degrés. La présence d'un grand nombre de masses cellulaires avec une composition génétique modifiée. Dans un tel cas, sur la base d'un frottis, l'oncocytologie peut être utilisée pour diagnostiquer une lésion maligne..

Le frottis est normal

Les indicateurs de frottis sont normaux:

  • Après avoir prélevé un frottis sur le col, des cellules représentant un épithélium cylindrique peuvent être obtenues normalement. Une fois étudiés, ils seront sans caractéristiques.
  • Dans certains cas, un épithélium métaplasique peut être détecté, qui est normalement une zone de transition à la jonction de l'épithélium. Parfois, il existe également des cellules de l'épithélium pavimenteux stratifié, qui font partie du col de l'utérus.
  • Le rapport quantitatif de la composante cellulaire peut être différent et il dépendra de la structure du col de l'utérus et de l'endroit où se situe la zone de transition.
  • Si le matériau a été prélevé dans la section vaginale, le matériau est obtenu principalement à partir des sections multicouches du col de l'utérus.

Une condition préalable à l'obtention d'un frottis normal pour l'oncocytologie est la présence d'un composant cellulaire de même structure, composition, forme des cellules. L'appareil génétique doit être inchangé.

Lors de la prise de matériel pendant la grossesse pour l'oncocytologie, un épithélium pavimenteux principalement stratifié est détecté.

Table d'oncocytologie

Classification PapanicolaouNomenclature de la dysplasie
1Statut de la norme
2Atypie légère
3La présence d'une dysplasie modérée
4Dysplasie sévère.
5Processus oncologique

Frottis pendant l'inflammation

Dans certains cas, un frottis d'oncocytologie est prélevé lorsqu'une femme a un processus inflammatoire au cou. Cela peut être dû à une mauvaise préparation de la femme pour un frottis, une résistance au traitement ou à la présence d'un processus inflammatoire chronique avec un traitement inapproprié.

Dans ce cas, lors du diagnostic d'un frottis d'oncocytologie, un changement est détecté, tant dans la composition que dans la structure:

  • Lors de la détermination, il est possible de déterminer un grand nombre de composants inflammatoires principaux - les cellules leucocytaires et leurs résidus à différents stades.
  • Avec une infection spécifique, l'agent pathogène est détecté. Il peut s'agir de trichomonades, de chlamydia, de champignons ou de gardnerella.

Les cellules ont une structure distincte, leur forme est complètement différente jusqu'au traitement et, après le traitement, elles reviennent à leur état normal. Dans certains cas, avec un processus pathologique prolongé ou une condition aiguë, les cellules peuvent être similaires au processus oncologique ou à d'autres conditions.

Résultats négatifs

Lors de l'examen de la composition cellulaire en déterminant l'oncocytologie du frottis, il est possible d'identifier les changements suivants:

  • La présence d'une composition cellulaire atypique, à divers degrés de gravité. Cette condition peut être caractérisée par une dysplasie cervicale. La sévérité modérée ou sévère de la dysplasie est une condition précancéreuse et avec un traitement intempestif du processus inflammatoire, cela peut être le résultat d'un processus oncologique. Dans ce cas, des méthodes de recherche supplémentaires sont nécessaires, notamment invasives, comme une biopsie cervicale. Par la suite, le traitement chirurgical est indispensable et la cryodestruction, la diathermocoagulation, etc. peuvent être une option. Dans un processus dysplasique qui correspond à un processus facile, un traitement est nécessaire, puis une étude de suivi est effectuée pour évaluer la dynamique du cours. En moyenne, elle est réalisée au plus tôt 2 ou 4 semaines après la fin du traitement. Pendant la grossesse, lors de la réception des résultats d'un frottis d'oncocytologie avec des éléments pathologiques, le choix des tactiques dépendra de la durée et de la nature du processus.
  • L'apparition de cellules cancéreuses atypiques. La variante du processus du cancer est différente. Cela dépend du type de cellules pathologiques et de leur affiliation morphologique. Un point important est la présence in situ, c'est-à-dire localisée sur place. Dans une telle situation, il est important d'effectuer un diagnostic et un traitement en temps opportun, afin d'éviter la transition du processus vers un cancer agressif, sujet aux métastases.

Prix ​​d'étude

Dans les conditions des polycliniques d'État, l'étude est réalisée comme prévu lors de la visite d'un gynécologue et totalement gratuite. Si vous souhaitez suivre les procédures plus rapidement et sans file d'attente, le prix dans les cliniques privées variera de 300 à 900 roubles.

Conclusion

C'est sur la base des informations ci-dessus qu'il convient de comprendre qu'un frottis d'oncocytologie est actuellement l'un des résultats les plus fiables de la détection précoce de la pathologie cervicale.

La procédure est accessible au public et est réalisée comme l'une des options d'examen médical et d'examen pour d'autres pathologies..

Commentaires

Examiner s'il est douloureux de faire une analyse pour l'oncocytologie:

Comment déterminer le cancer par analyse? Analyses générales en oncologie, méthodes de diagnostic instrumentales


En oncologie moderne, un diagnostic précoce du processus tumoral joue un rôle énorme. La survie et la qualité de vie des patients en dépendent. La vigilance oncologique est très importante, car le cancer peut se manifester aux derniers stades ou masquer ses symptômes pour d'autres maladies.

Groupes à risque de néoplasmes malins

Il existe de nombreuses théories sur le développement du cancer, mais aucune d'entre elles ne donne de réponse détaillée, pourquoi apparaît-elle néanmoins? Les médecins ne peuvent que supposer que l'un ou l'autre facteur accélère la cancérogenèse (croissance des cellules tumorales).

Facteurs de risque de cancer:

  • Prédisposition raciale et ethnique - Les scientifiques allemands ont établi une tendance: chez les personnes à peau blanche, le mélanome survient 5 fois plus souvent que chez les noirs.
  • Violation du régime alimentaire - le régime alimentaire humain doit être équilibré, tout changement dans le rapport des protéines, des graisses et des glucides peut entraîner des perturbations métaboliques et, par conséquent, la survenue de néoplasmes malins. Par exemple, les scientifiques ont montré qu'une consommation excessive d'aliments hypocholestérolémiants conduit au cancer du poumon, et une surconsommation de glucides facilement digestibles augmente le risque de développer un cancer du sein. De plus, une abondance d'additifs chimiques dans les aliments (exhausteurs de goût, conservateurs, nitrate, etc.), les aliments génétiquement modifiés augmentent le risque d'oncologie..
  • Obésité - Selon des études américaines, le surpoids augmente le risque de cancer de 55% chez les femmes et de 45% chez les hommes.
  • Tabagisme - Les médecins de l'OMS ont montré qu'il existe une relation causale directe entre le tabagisme et le cancer (lèvres, langue, oropharynx, bronches, poumons). Au Royaume-Uni, une étude a été menée qui a montré que les personnes qui fument 1,5 à 2 paquets de cigarettes par jour sont susceptibles de développer un cancer du poumon 25 fois plus élevé que les non-fumeurs.
  • Hérédité - il existe certains types de cancer hérités d'un type autosomique récessif et autosomique dominant, par exemple le cancer de l'ovaire ou la polypose intestinale familiale.
  • Exposition aux rayonnements ionisants et aux rayons ultraviolets - les rayonnements ionisants d'origine naturelle et industrielle provoquent l'activation des pro-oncogènes du cancer de la thyroïde, et une exposition prolongée aux rayons ultraviolets pendant l'insolation (bronzage) contribue au développement d'un mélanome malin de la peau.
  • Troubles immunitaires - une diminution de l'activité du système immunitaire (immunodéficiences primaires et secondaires, immunosuppression iatrogène) conduit au développement de cellules tumorales.
  • Activité professionnelle - les personnes qui entrent en contact avec des agents cancérigènes chimiques (résines, colorants, suie, métaux lourds, glucides aromatiques, amiante, sable) et les rayonnements électromagnétiques entrent dans cette catégorie.
  • Caractéristiques de l'âge de la reproduction chez les femmes - les premières menstruations précoces (moins de 14 ans) et la ménopause tardive (plus de 55 ans) augmentent le risque de cancer du sein et des ovaires de 5 fois. Dans ce cas, la grossesse et l'accouchement réduisent la tendance à l'apparition de néoplasmes des organes reproducteurs

Symptômes pouvant être des signes d'oncologie

  • Plaies cicatrisantes longues, fistules
  • L'excrétion de sang dans l'urine, le sang dans les fèces, la constipation chronique, la forme de fèces en forme de ruban. Dysfonction vésicale et intestinale.
  • Déformation des glandes mammaires, apparition d'un gonflement d'autres parties du corps.
  • Perte de poids dramatique, diminution de l'appétit, difficulté à avaler.
  • Changer la couleur et la forme des grains de beauté ou des taches de naissance
  • Saignements utérins fréquents ou écoulements inhabituels chez la femme.
  • Toux sèche prolongée, non susceptible de traitement, enrouement.

Principes généraux pour le diagnostic des néoplasmes malins

Après être allé chez le médecin, le patient doit obtenir des informations complètes sur les tests qui indiquent un cancer. Il est impossible de déterminer l'oncologie par une analyse sanguine, elle n'est pas spécifique par rapport aux néoplasmes. Les études cliniques et biochimiques visent principalement à déterminer l'état du patient atteint d'une intoxication tumorale et à étudier le travail des organes et des systèmes.
Un test sanguin général d'oncologie révèle:

  • leucopénie ou leucocytose (élévation ou diminution des globules blancs)
  • déplacement des leucocytes vers la gauche
  • anémie (faible taux d'hémoglobine)
  • thrombocytopénie (plaquettes faibles)
  • augmentation de l'ESR (ESR constamment élevé de plus de 30 en l'absence de plaintes graves - cause d'alarme)

L'analyse générale de l'urine en oncologie est assez informative, par exemple, avec le myélome dans l'urine, une protéine Bens-Jones spécifique est détectée. Un test sanguin biochimique vous permet de juger de l'état du système urinaire, du foie et du métabolisme des protéines.

Changements dans l'analyse biochimique de divers néoplasmes:

IndiceRésultatRemarque
Protéines totales
  • Norme - 75-85 g / l

il est possible à la fois son excès et sa diminution

Les néoplasmes améliorent généralement les processus cataboliques et la dégradation des protéines, inhibent non spécifiquement la synthèse des protéines.
hyperprotéinémie, hypoalbuminémie, détection de paraprotéine (gradient M) dans le sérum sanguinDe tels indicateurs permettent de suspecter un myélome (plasmacytome malin).
Urée, créatinine
  • taux d'urée - 3-8 mmol / l
  • norme de créatinine - 40-90 μmol / l

Les niveaux d'urée et de créatinine augmentent

Cela suggère une dégradation accrue des protéines, un signe indirect d'intoxication cancéreuse ou une diminution non spécifique de la fonction rénale.
Augmentation de l'urée avec la créatinine normalePourriture des tissus tumoraux.
Phosphatase alcaline
  • norme - 0-270 PIÈCES / l

Augmentation de la phosphatase alcaline de plus de 270 unités / l

Il parle de la présence de métastases dans le foie, le tissu osseux, le sarcome ostéogénique.
Croissance enzymatique dans le contexte d'AST et d'ALT normauxEn outre, les tumeurs embryonnaires des ovaires, de l'utérus, des testicules peuvent ectopiques placentaires isoenzyme phosphatase alcaline.
ALT, AST
  • norme ALT - 10-40 PIECES / l
  • Norme AST - 10-30 U / l

Augmentation des enzymes au-dessus de la limite supérieure de la normale

Il indique une dégradation non spécifique des cellules hépatiques (hépatocytes), qui peut être causée par des processus inflammatoires et cancéreux..
Cholestérol
  • la norme de cholestérol total est de 3,3 à 5,5 mmol / l

La diminution est inférieure à la limite inférieure de la normale

Parle de néoplasmes malins du foie (puisque le cholestérol se forme précisément dans le foie)
Potassium
  • norme de potassium - 3,6-5,4 mmol / l

Une augmentation des niveaux d'électrolyte à des niveaux normaux de Na

Cachexie du cancer

Un test sanguin d'oncologie comprend également une étude du système hémostatique. En raison de la libération de cellules tumorales et de leurs fragments dans le sang, il est possible d'augmenter la coagulation sanguine (hypercoagulation) et la microthrombose, qui empêchent le mouvement du sang le long du lit vasculaire.

En plus des tests pour déterminer le cancer, il existe un certain nombre d'études instrumentales qui aident à diagnostiquer les néoplasmes malins:

  • Radiographie de topographie en projection directe et latérale
  • Radiographie de contraste (irrigographie, hystérosalpingographie)
  • Tomodensitométrie (avec et sans contraste)
  • Imagerie par résonance magnétique (avec et sans contraste)
  • Méthode aux radionucléides
  • Échographie Doppler
  • Examen endoscopique (fibrogastroscopie, coloscopie, bronchoscopie).

Cancer de l'estomac

Le cancer gastrique est la deuxième tumeur la plus courante dans la population (après le cancer du poumon).

  • Fibroesophagastroduodenoscopy - est une méthode d'or pour le diagnostic du cancer gastrique, est nécessairement accompagnée d'un grand nombre de biopsies dans différentes zones du néoplasme et de la muqueuse gastrique inchangée.
  • Radiographie de l'estomac en utilisant le contraste oral (mélange de baryum) - la méthode était très populaire avant l'introduction des endoscopes dans la pratique, elle permet de voir sur la radiographie un défaut de remplissage de l'estomac.
  • Examen échographique des organes abdominaux, TDM, IRM - utilisé pour rechercher des métastases dans les ganglions lymphatiques et d'autres organes du système digestif (foie, rate).
  • Test sanguin immunologique - montre un cancer gastrique aux premiers stades lorsque la tumeur elle-même n'est pas encore visible à l'œil humain (CA 72-4, CEA et autres)
Étude:Facteurs de risque:
à partir de 35 ans: examen endoscopique tous les 3 ans
  • hérédité
  • gastrite chronique avec une faible acidité
  • ulcère gastrique ou polypes

Diagnostic du cancer du côlon

  • L'examen des doigts du rectum - détermine le cancer à une distance de 9-11 cm de l'anus, vous permet d'évaluer la mobilité de la tumeur, son élasticité, l'état des tissus voisins;
  • La coloscopie - l'introduction d'un endoscope vidéo dans le rectum - visualise l'infiltration du cancer jusqu'au lambeau de bauginium, permet une biopsie des zones suspectes de l'intestin;
  • Irrigoscopie - radiologie du gros intestin par double contraste (contraste-air);
  • Échographie des organes pelviens, TDM, IRM, coloscopie virtuelle - visualiser la germination du cancer du côlon et l'état des organes adjacents;
  • Détermination des marqueurs tumoraux - CEA, C 19-9, Sialosyl - TN
Recherche:Facteurs de risque:Facteurs de risque pour le rectum et le côlon:
A partir de 40 ans:
  • examen rectal numérique une fois par an
  • Dosage immunologique du sang occulte dans les selles une fois tous les 2 ans
  • coloscopie une fois tous les 3 ans
  • sigmoïdoscopie une fois tous les 3 ans
  • plus de 50 ans
  • adénome du côlon
  • polypose familiale diffuse
  • rectocolite hémorragique
  • la maladie de Crohn
  • précédent cancer du sein ou des organes génitaux féminins
  • cancer colorectal chez les parents de sang
  • polypose familiale
  • rectocolite hémorragique
  • colite spastique chronique
  • polypes
  • constipation avec dolichosigma

Cancer mammaire

Cette tumeur maligne occupe une place de premier plan parmi les néoplasmes féminins. Ces statistiques décevantes sont en partie dues à la faible qualification des médecins qui examinent de manière non professionnelle les glandes mammaires..

  • Palpation de la glande - vous permet de déterminer la tubérosité et le gonflement de l'épaisseur de l'organe et de suspecter le processus tumoral.
  • La radiographie du sein (mammographie) est l'une des méthodes les plus importantes pour détecter les tumeurs non palpables. Pour un plus grand contenu d'information, un contraste artificiel est utilisé:
    • pneumocystographie (élimination du liquide de la tumeur et introduction d'air dans celle-ci) - permet d'identifier les formations pariétales;
    • ductographie - la méthode est basée sur l'introduction d'un produit de contraste dans les conduits laiteux; visualise la structure et les contours des conduits et les formations anormales à l'intérieur.
  • Échographie du sein et dopplerographie - les résultats des études cliniques ont prouvé la grande efficacité de cette méthode dans la détection du cancer microscopique intraductal et des tumeurs abondantes de l'approvisionnement en sang.
  • Imagerie par résonance magnétique et informatique - vous permet d'évaluer la germination du cancer du sein dans les organes voisins, la présence de métastases et les dommages aux ganglions lymphatiques régionaux.
  • Tests immunologiques pour le cancer du sein (marqueurs tumoraux) - CA-15-3, antigène embryonnaire cancéreux (CEA), CA-72-4, prolactine, estradiol, TPS.
Recherche:Facteurs de risque:
  • à partir de 18 ans: 1 auto-examen mensuel du cancer du sein
  • à partir de 25 ans: examen clinique une fois par an
  • 25-39 ans: échographie une fois tous les 2 ans
  • 40-70 ans: Mammographie une fois tous les 2 ans
  • hérédité (cancer du sein maternel)
  • première naissance tardive
  • début tardif et précoce des menstruations
  • absence d'enfants (pas de lactation)
  • fumeur
  • obésité, diabète
  • plus de 40 ans
  • dysfonction ovarienne
  • manque de vie sexuelle et orgasme

Cancer du poumon

Le cancer du poumon est en tête des néoplasmes malins chez les hommes et il est cinquième parmi les femmes dans le monde..

  • Radiographie pulmonaire
  • Tomodensitométrie
  • Angiographie IRM et IRM
  • Échographie transœsophagienne
  • Bronchoscopie avec une biopsie - la méthode vous permet de voir de vos propres yeux le larynx, la trachée, les bronches et d'obtenir du matériel pour examen à l'aide d'un frottis, d'une biopsie ou d'un rinçage.
  • Cytologie des expectorations - le pourcentage de détection de cancer au stade préclinique en utilisant cette méthode est de 75 à 80%
  • Ponction tumorale percutanée - indiquée pour le cancer périphérique.
  • Examen de contraste de l'œsophage pour évaluer l'état des ganglions lymphatiques de bifurcation.
  • Vidéo thoracoscopie diagnostique et thoracotomie avec biopsie des ganglions lymphatiques régionaux.
  • Test sanguin immunologique pour le cancer du poumon
    • Cancer à petites cellules - NSE, REA, Tu M2-RK
    • Cancer à grandes cellules - SCC, CYFRA 21-1, CEA
    • Carcinome épidermoïde - SCC, CYFRA 21-1, CEA
    • Adénocarcinome - REA, Tu M2-RK, CA-72-4
Recherche:Facteurs de risque:
  • 40-70 ans: une fois tous les 3 ans, une tomodensitométrie en spirale à faible dose des organes thoraciques chez les personnes à risque - risques professionnels, tabagisme, maladies pulmonaires chroniques
  • fumer plus de 15 ans
  • début précoce du tabagisme de 13 à 14 ans
  • maladies pulmonaires chroniques
  • plus de 50-60 ans

Cancer du col utérin

Le cancer du col utérin est détecté chez environ 400 000 femmes par an dans le monde. Le plus souvent diagnostiqué à des stades très avancés. Ces dernières années, il y a eu une tendance à rajeunir la maladie - elle survient souvent chez les femmes de moins de 45 ans (c'est-à-dire avant la ménopause). Diagnostic du cancer du col utérin:

  • Examen gynécologique dans les miroirs - ne révèle que des formes visibles de cancer à un stade avancé.
  • Examen colposcopique - l'examen du tissu tumoral au microscope est effectué à l'aide de produits chimiques (acide acétique, solution d'iode), qui permettent de déterminer l'emplacement et les limites de la tumeur. La manipulation s'accompagne nécessairement d'une biopsie de tissu cancéreux et sain du col utérin et d'un examen cytologique.
  • CT, IRM, échographie des organes pelviens - est utilisé pour détecter la germination du cancer dans les organes voisins et le degré de sa prévalence.
  • Cystoscopie - utilisée pour l'invasion du cancer du col utérin dans la vessie, vous permet de voir sa muqueuse.
  • Analyse immunologique du cancer du col utérin - SCC, CG, alpha-foetoprotéine; l'étude des marqueurs tumoraux en dynamique est recommandée
Recherche:Facteurs de risque:Facteurs de risque pour une autre oncopathologie gynécologique:
  • à partir de 18 ans: Examen gynécologique chaque année
  • 18-65 ans: test Pap tous les 2 ans
  • à partir de 25 ans: échographie des organes pelviens une fois tous les 2 ans
  • de nombreux avortements (conséquences)
  • plusieurs naissances
  • nombreux partenaires, changement fréquent de partenaires
  • érosion cervicale
  • début plus précoce de l'activité sexuelle
  • cancer de l'ovaire - hérédité, irrégularités menstruelles, infertilité
  • cancer utérin - tardif (après 50 ans, ménopause, obésité, hypertension, diabète sucré

Recherche sur le cancer de l'utérus

  • Palpation du corps utérin et examen vaginal bimanuel - vous permet d'évaluer la taille de l'utérus, la présence de bosses et de bosses, la déviation de l'organe par rapport à l'axe.
  • Curetage diagnostique de la cavité utérine - la méthode est basée sur le curetage à l'aide d'un outil spécial - une curette - la paroi interne de l'utérus (endomètre) et son examen cytologique ultérieur pour les cellules cancéreuses. L'étude est assez informative, dans les cas douteux elle peut être réalisée plusieurs fois en dynamique.
  • CT, IRM - réalisée pour toutes les femmes dans le but de définir le stade et le degré du processus de cancer.
  • Échographie (transvaginale et transabdominale) - en raison de son caractère non invasif et de sa facilité d'exécution, la technique a été largement utilisée pour détecter le cancer de l'utérus. Une échographie identifie les tumeurs jusqu'à 1 cm de diamètre, vous permet d'examiner le flux sanguin tumoral, le cancer germant dans les organes adjacents.
  • L'hystéroscopie avec une biopsie ciblée - est basée sur l'introduction d'une caméra spéciale dans la cavité utérine, qui affiche une image sur un grand écran, tandis que le médecin peut voir chaque zone de la muqueuse utérine et effectuer une biopsie de formations douteuses.
  • Tests immunologiques pour le cancer de l'utérus - malondialdéhyde (MDA), gonadotrophine chorionique, alpha-foetoprotéine, antigène embryonnaire cancéreux.

Diagnostic du cancer de la vessie

  • Palpation de l'organe à travers la paroi abdominale antérieure ou bimanale (à travers le rectum ou le vagin) - ainsi, le médecin ne peut déterminer que des tumeurs d'une taille suffisamment grande.
  • Échographie des organes pelviens (transurétrale, transabdominale, transrectale) - révèle la prolifération du cancer de la vessie au-delà de ses limites, des dommages aux ganglions lymphatiques voisins, des métastases aux organes adjacents.
  • Cystoscopie - un examen endoscopique qui vous permet d'examiner la membrane muqueuse de la vessie et de biopsier une zone tumorale.
  • Cystoscopie par spectrométrie - avant l'examen, le patient prend un réactif spécial (photosensibilisateur), qui contribue à l'accumulation d'acide 5-aminolévulinique dans les cellules cancéreuses. Par conséquent, pendant l'endoscopie, le néoplasme émet une lueur spéciale (fluorescence).
  • Cytologie des sédiments urinaires
  • CT, IRM - les méthodes déterminent le rapport du cancer de la vessie et de ses métastases par rapport aux organes voisins.
  • Oncomarkers - TPA ou TPS (antigène polypeptidique tissulaire), BTA (Bladder Tumor Antigen).

Cancer de la thyroïde

En raison de l'augmentation des rayonnements et de l'exposition humaine au cours des 30 dernières années, l'incidence du cancer de la thyroïde a augmenté de 1,5 fois. Les principales méthodes de diagnostic du cancer de la thyroïde:

  • Échographie + dopplerographie de la glande thyroïde - une méthode plutôt informative, non invasive et sans exposition aux radiations.
  • Imagerie par résonance magnétique et calculée - est utilisée pour diagnostiquer la propagation du processus tumoral au-delà de la glande thyroïde et identifier les métastases dans les organes voisins.
  • La tomographie par émission de positrons est une technique tridimensionnelle, dont l'utilisation est basée sur la propriété du radio-isotope, pour s'accumuler dans les tissus de la glande thyroïde.
  • La scintigraphie aux radio-isotopes est également une méthode basée sur la capacité des radionucléides (plus précisément, l'iode) à s'accumuler dans les tissus de la glande, mais contrairement à la tomographie, elle indique la différence dans l'accumulation d'iode radioactif dans les tissus sains et tumoraux. L'infiltrat cancéreux peut prendre la forme d'un foyer «froid» (n'absorbant pas l'iode) et «chaud» (dépassant l'absorption d'iode).
  • Biopsie par aspiration à l'aiguille fine - permet une biopsie et un examen cytologique ultérieur des cellules cancéreuses, révèle des marqueurs génétiques spéciaux du cancer de la thyroïde hTERT, EMC1, TMPRSS4.
  • Détermination de la protéine galectine-3 liée à la lectine. Ce peptide participe à la croissance et au développement des vaisseaux de la tumeur, à ses métastases et à la suppression du système immunitaire (y compris l'apoptose). La précision diagnostique de ce marqueur dans les néoplasmes malins de la glande thyroïde est de 92 à 95%.
  • La rechute du cancer de la thyroïde se caractérise par une diminution des taux de thyroglobuline et une augmentation de la concentration des marqueurs tumoraux EGFR, HBME-1

Carcinome œsophagien

Le cancer affecte principalement le tiers inférieur de l'œsophage, généralement précédé d'une métaplasie et d'une dysplasie intestinales. Le taux d'incidence moyen est de 3,0% pour 10 000 habitants..

  • Étude du contraste aux rayons X de l'œsophage et de l'estomac à l'aide de sulfate de baryum - recommandé pour clarifier le degré de perméabilité de l'œsophage.
  • Fibroesophagogastroduodenoscopy - vous permet de voir le cancer de vos propres yeux, et une technique vidéoscopique avancée affiche une image du cancer de l'œsophage sur un grand écran. Au cours de l'étude, une biopsie du néoplasme est obligatoire avec diagnostic cytologique ultérieur.
  • Imagerie par résonance magnétique et calculée - visualiser le degré de croissance tumorale dans les organes voisins, déterminer l'état des groupes régionaux de ganglions lymphatiques.
  • Fibrobronchoscopie - doit être effectuée lors de la compression du cancer de l'œsophage de l'arbre trachéobronchique et vous permet d'évaluer le degré de diamètre des voies respiratoires.

Oncomarkers - diagnostic immunologique des néoplasmes

L'essence du diagnostic immunologique est la détection d'antigènes tumoraux ou de marqueurs tumoraux spécifiques. Ils sont assez spécifiques pour des types spécifiques de cancer. Un test sanguin pour les marqueurs tumoraux pour le diagnostic primaire n'a aucune utilité pratique, mais vous permet de déterminer la survenue précoce d'une rechute et de prévenir la propagation du cancer. Il existe plus de 200 types de marqueurs du cancer dans le monde, mais seulement environ 30 ont une valeur diagnostique..

Les médecins ont de telles exigences pour les marqueurs tumoraux:

  • Doit être très sensible et spécifique.
  • Le marqueur tumoral ne doit être attribué que par les cellules tumorales malignes, et non par les propres cellules du corps
  • Le marqueur tumoral doit pointer vers une tumeur spécifique
  • La numération globulaire des marqueurs tumoraux devrait augmenter à mesure que le cancer se développe

Classification des marqueurs tumoraux

Tous les marqueurs tumoraux: cliquez pour agrandir

Par structure biochimique:

  • Oncofetal et oncoplacental (CEA, CG, alpha-foetoprotein)
  • Glycoprotéines associées aux tumeurs (CA 125, CA 19-9. CA 15-3)
  • Kératoprotéines (UBC, SCC, TPA, TPS)
  • Protéines enzymatiques (PSA, énolase spécifique aux neurones)
  • Hormones (calcitonine)
  • Autre structure (ferritine, IL-10)

Par valeur pour le processus de diagnostic:

  • Le principal - il est inhérent à une sensibilité et une spécificité maximales pour une tumeur particulière.
  • Mineur - a une petite spécificité et sensibilité, est utilisé en combinaison avec le marqueur tumoral principal.
  • Supplémentaire - détecté avec une variété de néoplasmes.

Méthodes de diagnostic et tests pour le cancer du col utérin

Le deuxième cancer le plus fréquent chez les femmes est le cancer du col utérin. Cette pathologie a déjà dû rencontrer de nombreuses femmes à travers le monde. Plus souvent, la maladie est diagnostiquée chez les femmes qui ont franchi la ligne des 40 ans, les filles de moins de 25 ans ne rencontrent pas la maladie si souvent. Un diagnostic précoce du cancer du col de l'utérus aux premiers stades permet un traitement efficace qui peut donner un résultat positif..

Définition du cancer par les symptômes

Il est presque impossible de détecter un cancer du col de l'utérus dans les premiers stades. Le danger de la pathologie est qu'elle est asymptomatique pendant longtemps. Lorsque les premiers signes de la maladie apparaissent, on peut déjà dire que la maladie est passée au stade actif. Le traitement du cancer du col de l'utérus est positif si une tumeur cervicale est diagnostiquée dans les premiers stades.

Les signes communs du cancer du col de l'utérus peuvent être distingués, ce qui permet de le diagnostiquer aux premiers stades..

  1. La faiblesse, le développement de l'anémie, une fatigue accrue et constante sont les premiers signes qu'une maladie se développe dans le corps. Ces symptômes peuvent s'accompagner d'une augmentation déraisonnable de la température corporelle. Il monte à 37-38 degrés et se maintient à ce niveau. La combinaison de ces symptômes devrait provoquer une visite chez le médecin.
  2. Écoulement vaginal qui apparaît entre les menstruations. Ils peuvent être blancs, sanglants, avoir une teinte verte ou jaune. Ils peuvent avoir une odeur désagréable ou en être dépourvus. L'abondance des rejets est différente dans chaque cas. La décharge peut apparaître après l'intimité, l'effort physique, les selles. Aux derniers stades de la maladie, l'écoulement dégage une odeur âcre et désagréable. Cela est dû à la décomposition du tissu tumoral..
  3. Avec le développement de la maladie, des douleurs apparaissent localisées dans le bassin, le sacrum, le rectum. En outre, l'inconfort peut être dans l'abdomen, dans le bas du dos. Certaines femmes notent que la douleur apparaît dans la région de la cuisse gauche. Les experts notent que les crises de douleur persistantes et incessantes sont l'un des principaux signes d'une maladie..

Une femme peut remarquer indépendamment tous ces signes, si elle est attentive à sa santé. Ignorer les symptômes inquiétants aggravera la situation. Une tumeur en expansion provoque un dysfonctionnement des intestins, de la vessie.

Qu'est-ce qui cause le cancer

Le cancer du col utérin est un cancer très courant. Mais, malgré cela, la maladie n'est toujours pas entièrement comprise. Les spécialistes ne peuvent pas répondre sans ambiguïté, ce qui contribue à l'apparition d'un néoplasme malin. De ce fait, des difficultés surviennent dans le travail préventif et la détection d'une maladie à un stade précoce.

Les experts disent que la présence du papillomavirus humain dans le corps d'une femme augmente considérablement le risque de développer la maladie. Après les études, le virus a été détecté chez 57% des femmes ayant subi cette pathologie..

Il existe un certain nombre de facteurs qui augmentent le risque de développer la maladie:

  1. vie sexuelle promiscuité;
  2. faible niveau de vie social et économique des femmes;
  3. grossesse précoce;
  4. première naissance jusqu'à 16 ans;
  5. blessures du col de l'utérus;
  6. l'herpès des organes génitaux externes;
  7. utilisation à long terme de contraceptifs hormonaux;
  8. fumeur.

L'épithélium multicouche tapisse le col de l'intérieur, lorsque le virus pénètre dans le corps de la femme, il provoque un changement dans la structure des cellules de la couche utérine interne. Les cellules épithéliales passent progressivement par le stade de la malignité - devenant malignes.

Un spécialiste peut parler d'un diagnostic précis après qu'une femme a subi un examen complet, en passant les tests nécessaires. Si le cancer du col de l'utérus est détecté au stade initial, il y a de fortes chances d'arrêter le développement de la maladie, pour parvenir à la récupération du patient.

Le traitement du cancer du col de l'utérus est possible aujourd'hui. Les spécialistes utilisent des méthodes thérapeutiques efficaces et modernes pour éliminer la maladie.

Comment identifier le cancer de l'utérus

Le diagnostic précoce du cancer du col utérin est compliqué par le fait que la maladie peut se dérouler en secret, sans donner de symptômes alarmants. Un spécialiste peut parler du développement de la maladie pendant l'examen et après un examen cytologique. Il est possible de détecter l'oncologie, car le processus de transformation du tissu épithélial en état précancéreux peut prendre jusqu'à 2 à 10 ans. Pendant cette période, la femme visite le gynécologue, subissant des examens préventifs annuels.

Le spécialiste doit prescrire des examens pour le cancer de l'utérus, qui confirment ou réfutent le diagnostic. Ils sont effectués de manière globale, selon les analyses qu'une femme a réussies, un spécialiste peut détecter les changements précancéreux..

Un ensemble de mesures diagnostiques est nécessaire pour que le médecin ait la possibilité de connaître exactement le stade de développement de la maladie, d'élaborer un plan de traitement individuel pour la femme.

Inspection visuelle

Lors d'un examen gynécologique, le spécialiste utilise un miroir gynécologique. Visuellement, il peut voir que la couleur de la muqueuse a changé, voir la présence de symptômes, de croissances.

Le gynécologue peut détecter une pathologie au stade initial de développement, ce qui augmente l'efficacité de la thérapie prescrite.

Une forme invasive de cancer du col utérin peut être diagnostiquée lors d'un examen gynécologique. Les experts identifient également lors de l'examen un cancer cervical endophyte miroir. Dans ce cas, il y a un joint, une augmentation du cou, il y a des expressions du pharynx cervical externe.

Pendant l'examen, le médecin peut voir des zones nécrotiques grises avec des néoplasmes tubéreux rouges sur le col - cela indique une forme exophytique du développement de la maladie.

L'examen gynécologique est la principale méthode de diagnostic du cancer aux stades précoces, ce qui aide à arrêter et à éliminer la maladie..

Dépistage

Le dépistage est une analyse réalisée lors d'un examen gynécologique. Le spécialiste prélève un frottis, l'envoie au laboratoire pour subir une étude du matériel au microscope.

Un frottis d'oncologie vous permet de déterminer la présence ou l'absence de cellules anormales dans le matériel résultant. Toujours dans le processus de recherche, vous pouvez déterminer l'apparence des structures cellulaires. Le plus souvent, le dépistage se fait au milieu du cycle mensuel - c'est le moment le plus favorable pour l'étude. Un jour avant de passer des tests, une femme ne doit pas utiliser de contraceptifs spermicides lubrifiés et des suppositoires vaginaux. Ils compliqueront considérablement l'étude du biomatériau obtenu.

Colposcopie

Le diagnostic du cancer de l'utérus peut être effectué à l'aide d'un colposcope, un appareil spécialisé. Cette méthode de diagnostic vous permet d'obtenir des informations précises, elle est totalement sans danger pour les femmes. La colposcopie est réalisée pour clarifier le diagnostic de suspicion de cancer du col utérin. Elle est réalisée après la fin des menstruations jusqu'au moment de l'ovulation.

La colposcopie n'a pas de conséquences désagréables. Il peut être annulé dans de tels cas:

  • dans les 2 mois après la naissance;
  • dans un délai d'un mois après l'interruption artificielle de la grossesse;
  • dans les 2-3 mois après la chirurgie effectuée sur les tissus du col de l'utérus;
  • pendant les menstruations, des saignements de nature différente;
  • s'il y a une inflammation étendue, qui s'accompagne d'un écoulement purulent.

Si ces contre-indications ne sont pas présentes, le spécialiste procède à une colposcopie..

Hystéroscopie

Pour examiner le canal cervical, un spécialiste peut prescrire une hystéroscopie. La procédure est réalisée en ambulatoire, une anesthésie est utilisée. L'hystéroscope, qui est une sonde fibrooptique, est inséré dans le col de l'utérus, et le spécialiste a la possibilité de l'examiner, d'effectuer toutes les manipulations.

Biopsie et ses types

Une biopsie permet une étude détaillée d'un fragment de tissu prélevé sur une femme pour analyse.

Le biomatériau peut être pris de plusieurs façons..

  1. Biopsie colposcopique - elle est réalisée lors d'un examen de routine par un gynécologue. Un colposcope est inséré dans le col de l'utérus, à l'aide d'un manipulateur, un spécialiste sépare un morceau de tissu, qui sera examiné. La procédure est indolore. Dure environ 30 secondes.
  2. Biopsie en forme de coin - la procédure peut varier selon la technique:
  • la biopsie en boucle est une méthode traumatique qui peut provoquer des cicatrices sur les parois du col de l'utérus. Dans le processus de prise de biomatériau, le médecin introduit un manipulateur en forme de boucle, en faisant passer une décharge de courant à travers lui. Cela vous permet d'exfolier un fragment de tissu pathologique;
  • cryoconisation - la méthode est similaire à une biopsie en forme de boucle, mais au lieu du courant, le spécialiste utilise de l'azote liquide. Cela vous permet de geler et de séparer un morceau de tissu du col de l'utérus;
  • biopsie par ondes radio - un spécialiste utilise un couteau à ondes radio pour séparer un morceau de tissu.
  1. La biopsie de curetage consiste à gratter avec une curette (instrument gynécologique) un petit morceau de tissu du col de l'utérus.

Les résultats de la biopsie confirment ou nient la présence d'un cancer.

Une échographie réalisée avec une suspicion de cancer du col utérin permet au spécialiste de voir sur le moniteur que l'utérus a pris une forme en forme de tonneau, on peut voir que les ganglions lymphatiques régionaux sont agrandis. Un contour irrégulier du col est également visible à l'échographie..

Selon l'échographie, le médecin examine l'état du col de l'utérus, la perméabilité du canal cervical, compare les résultats avec les indicateurs normaux disponibles. Une étude diagnostique peut être réalisée de 3 manières:

  1. à travers le rectum (transrectalement) - un lavement nettoyant est effectué au préalable en 6 heures;
  2. à travers la paroi de l'abdomen (transabdominal) - le patient boit 1 litre d'eau 1 heure avant l'étude, un régime sans scories est également observé pendant une journée;
  3. par le vagin (par voie transvaginale) - l'étude ne nécessite pas de préparation spéciale.

Si au cours de l'étude il y a un écart par rapport à la norme, le spécialiste peut prescrire des méthodes de diagnostic supplémentaires.

Cystoscopie et rectoscopie

Un néoplasme malin qui ne se prête pas à la chirurgie nécessite des recherches supplémentaires. Le spécialiste effectue une cystocospie pour voir comment la tumeur s'est propagée et si la germination est présente dans la vessie.

La méthode de diagnostic permet au spécialiste de choisir une méthode de thérapie. La cystoscopie est obligatoire après une radiothérapie préopératoire. Une rectoscopie est effectuée pour voir à quel point la tumeur s'est développée et à quel point elle a affecté le rectum..

Comment s'appelle un test du cancer du col de l'utérus?

Le test de Papanicolaou est aujourd'hui un test mondialement reconnu qui peut diagnostiquer le cancer du col de l'utérus à ses débuts. Un spécialiste lors de l'examen prélève du biomatériau sur la muqueuse du col de l'utérus. Pour cela, une brosse Wallach ou une spatule spéciale est utilisée. Le biomatériau résultant pour de nouvelles recherches est transporté au laboratoire. Pour ce faire, il est placé dans un conteneur spécial.

En laboratoire, le biomatériau résultant est examiné au microscope après avoir été coloré avec des colorants spéciaux. Au cours de l'étude, le spécialiste détermine s'il y a ou non des cellules anormales dans le matériel biologique résultant et indique également avec précision la présence de la maladie. Avec ce test, le cancer du col de l'utérus est diagnostiqué aux premiers stades lorsqu'il est traitable..

Les experts recommandent de faire régulièrement ce test pour les femmes qui ont atteint l'âge de 21 ans.

Pour que le résultat soit fiable, une femme doit préparer, assurez-vous de signaler les médicaments hormonaux pris, les COC, le cas échéant. Un certain nombre de recommandations devraient être suivies:

  • 48 heures avant l'étude, le contact sexuel vaginal est interdit;
  • pendant cette période, vous ne pouvez pas mettre de suppositoires vaginaux, de douche, utiliser des tampons, les médicaments préférés qui doivent être introduits dans le vagin ne peuvent pas être utilisés;
  • si une femme a une cervite, alors avant de faire une analyse, elle doit être guérie.

Si des résultats anormaux ont révélé la présence de cellules anormales, une colposcopie est en outre prescrite à une femme.

Le diagnostic en temps opportun d'une affection précancéreuse vous permet d'arrêter le développement de la maladie à temps, en l'éliminant complètement avec des méthodes de traitement conservatrices.

CT et IRM

La détermination du cancer du col utérin est possible en utilisant des méthodes de recherche supplémentaires. Les spécialistes prescrivent souvent l'IRM, les résultats de cette étude montrent clairement à quel point le processus oncologique est répandu. L'état des organes voisins est également évalué. Grâce à cela, le médecin prescrit le traitement nécessaire.

La tomodensitométrie présente un inconvénient - elle montre approximativement la même densité des organes pelviens. Cela peut faire que le cancer soit appelé tissu adipeux. Si cela se produit, le spécialiste et le patient perdent le temps nécessaire pour traiter la pathologie.

Dosages des marqueurs tumoraux

Un oncomarker est une substance spéciale dans le sang d'une femme qui peut indiquer la présence d'un cancer en développement. Avec le cancer du col utérin, le marqueur tumoral SCCA est augmenté - antigène de carcinome épidermoïde. Son niveau élevé indique un stade avancé de pathologie. Dans ce cas, la maladie sera difficile à répondre au traitement. Au cours du traitement, le spécialiste doit constamment surveiller les indicateurs marqueurs. S'il y a une augmentation après le premier traitement, nous pouvons conclure que la pathologie se reproduit.

La livraison de l’onocomarker ne nécessite pas de préparation particulière. La seule chose qu'une femme doit savoir, c'est qu'une analyse doit être effectuée à jeun. Le dernier repas doit avoir lieu 8 heures avant le marqueur de présence. Une femme doit avertir le médecin des médicaments qu'elle prend. Si possible, vous devez refuser de prendre des médicaments pendant une semaine pour l'administration du marqueur tumoral. L'analyse n'abandonne pas si le patient souffre d'un certain nombre de maladies de la peau. Vous devez d'abord éliminer ces maladies, puis effectuer une analyse pour le marqueur tumoral.

De plus, la femme doit passer un certain nombre de tests pour d'autres marqueurs tumoraux:

  1. antigène embryonnaire cancéreux (REF);
  2. polypeptide spécifique au tissu.

La totalité des résultats de l'analyse permet au spécialiste d'évaluer l'état du patient et de choisir la bonne thérapie, ce qui donnera un résultat positif.

Le cancer du col utérin est une pathologie grave courante qui peut détruire la vie et la santé d'une femme. Seule une attention particulière à vous-même, des examens réguliers et le passage des méthodes de diagnostic nécessaires peuvent vous protéger contre la pathologie ou l'arrêter au tout début..