Liste des tests pour le cancer du poumon

Carcinome

Le cancer du poumon est une maladie insidieuse difficile à diagnostiquer aux premiers stades en raison de l'absence de manifestations cliniques. Mais certaines études permettront d'identifier les conditions préalables à l'émergence d'un processus pathologique dans le système respiratoire. Le diagnostic préventif augmente les chances de guérison si un cancer est détecté dans les premiers stades.

Indications et efficacité des tests dans le diagnostic du cancer du poumon

Un diagnostic complet, ainsi qu'un certain nombre de tests doivent être effectués s'il existe de tels symptômes et indications:

  1. Toux paroxystique prolongée, avec ou sans expectorations, qui se manifeste sous forme de crises.
  2. La formation d'expectorations purulentes épaisses avec des impuretés de sang et son écoulement abondant.
  3. La présence de maladies oncologiques chez des proches parents.
  4. Conditions de travail dangereuses dans lesquelles une personne est obligée d'entrer en contact avec des substances toxiques qui peuvent pénétrer dans les poumons et perturber son travail pendant une longue période.
  5. Immunité pathologiquement réduite et présence de processus inflammatoires chroniques dans les poumons.
  6. Abus de tabac.
  7. Essoufflement et essoufflement, qui se développent non seulement après l'effort physique, mais aussi au repos.
  8. Fièvre, faiblesse générale, manque d'appétit.
  9. La présence de pannes d'étiologie inconnue en radiographie, ce qui nécessite une étude plus approfondie.
Une toux paroxystique prolongée est une indication pour passer des tests

Les analyses aident non seulement à diagnostiquer l'oncologie, mais aussi à identifier le groupe à risque, ainsi que les circonstances dans lesquelles cette maladie peut se développer avec un mode de vie spécifique du patient. Sur la base d'un test sanguin et des antécédents médicaux, un médecin expérimenté peut soupçonner la possibilité d'un cancer du poumon, qui doit faire l'objet de recherches et d'affinements supplémentaires..

L'efficacité de l'analyse dépend de nombreux facteurs:

  1. Préparation au diagnostic - si le patient suit les recommandations de l'assistant de laboratoire, l'étude montrera les résultats les plus précis.
  2. Stade du processus oncologique - plus la tumeur est prononcée et agressive, plus les indicateurs sont élevés et plus elle est facile à diagnostiquer.
  3. Caractéristiques du laboratoire - l'utilisation de réactifs de mauvaise qualité peut conduire à de faux résultats.

Les analyses de sang montrent une précision maximale dans la détermination du cancer du poumon. Les marqueurs tumoraux et les changements des paramètres biochimiques ensemble donnent une image réelle de l'état du corps et des poumons en particulier.

Types d'analyses et leurs caractéristiques en pathologie

Un certain nombre d'analyses sont distinguées, dont les indicateurs peuvent indiquer la progression du processus oncologique dans le corps.

Tests cliniques

En présence d'un cancer du poumon, une telle clinique de test sanguin est caractéristique:

  • la vitesse de sédimentation des érythrocytes augmente - plus l'indicateur est élevé, plus le processus malin est agressif;
  • une forte baisse de l'hémoglobine à 60-70 unités;
  • leucocytose prononcée dans le contexte de la santé générale normale.

Un test sanguin clinique peut difficilement être considéré comme informatif dans la détection du cancer, mais cette analyse primitive aide à déterminer la présence de processus pathologiques dans le corps, il est donc prescrit sans faute.

Ne faites pas de diagnostic, en vous basant uniquement sur les données d'un test sanguin général. De tels écarts par rapport à la norme peuvent indiquer un certain nombre d'autres maladies non liées au cancer, par conséquent, les conclusions ne doivent être tirées qu'après un diagnostic complet.

Chimie sanguine

La composition chimique du sang avec la progression du processus oncologique change également:

  1. Plusieurs fois la concentration de calcium.
  2. La teneur accrue en α-2-globuline.
  3. Carence en albumine sérique.
  4. L'augmentation du cortisol en dynamique.
  5. Excès de lacto déshydrogénase.

La biochimie dépend de nombreux indicateurs, dont le mode de vie du patient. Selon ces indicateurs, vous ne pouvez identifier que les écarts par rapport aux normes et les causes possibles, mais il est impossible de diagnostiquer correctement.

Test sanguin biochimique - l'un des tests pour le cancer du poumon

Ces tests sont efficaces en combinaison avec l'identification de marqueurs tumoraux qui signalent la présence de cellules atypiques dans le corps. Mais enfin un diagnostic et une détermination des caractéristiques de la thérapie ne permettront qu'une étude approfondie.

La biochimie en dynamique permet d'afficher le taux de changement des processus pathologiques. Cette fonction est utilisée non seulement pour contrôler la croissance tumorale, mais aussi pour évaluer la pertinence de la méthode de traitement utilisée..

Tests immunologiques

Dans le sang de chaque personne, des substances sont synthétisées qui peuvent indiquer le fonctionnement d'un système particulier. Les soi-disant marqueurs tumoraux aident à détecter la présence d'un processus malin, son type et ses caractéristiques. À l'aide de marqueurs tumoraux, ils font non seulement un diagnostic plus précis, mais font également des prédictions concernant le taux de croissance de la tumeur. Ceci, à son tour, aide à choisir la méthode de traitement la plus optimale, ainsi qu'à suivre son efficacité dans le temps..

Les marqueurs tumoraux les plus efficaces qui indiquent un cancer du poumon sont:

  1. NCE– caractérise l'apparition de néoplasmes malins à petites cellules dans les poumons, ce qui affecte la qualité des échanges gazeux.
  2. Le CEA est un marqueur tumoral universel qui donne une réponse précise, qu'il y ait ou non un cancer dans le corps. Un résultat faussement positif peut également se produire en présence de cirrhose du foie, il est donc également utilisé dans l'examen de cette maladie particulière.
  3. CYFRA21-1, SCC - utilisé pour détecter les cellules cancéreuses squameuses.

Les tests immunologiques, comme d'autres types de tests, ont leur propre niveau d'erreur, qui dépend de nombreux facteurs. Par conséquent, la préparation préliminaire et l'évaluation des résultats conjointement avec d'autres études sont importantes..

Etudes morphologiques

Ils sont la dernière étape du diagnostic du cancer du poumon. Ils aident à déterminer le type de cellules cancéreuses, ainsi que leur agressivité. Pour cela, un examen cytologique et histologique est utilisé..

La cytologie aide à obtenir un échantillon de matériel de n'importe quelle partie de la tumeur en utilisant la ponction. Un examen histologique nécessitera une intervention invasive, au cours de laquelle un échantillon de tissu est prélevé..

L'histologie aide à déterminer la composition quantitative et qualitative des cellules. Cette analyse montre quelles cellules forment la tumeur, à quelle vitesse elles se développent et se développent. La cytologie dans ce cas est une méthode de recherche auxiliaire, car elle ne peut pas donner une image complète de ce qui se passe..

En cas de suspicion d'oncologie dans les poumons, le patient est soumis à un test d'expectoration. Cela vous permet de déterminer la présence de cellules atypiques, ainsi que la progression du processus inflammatoire..

Caractéristiques de la préparation et de la livraison du matériel de recherche

Puisque le sang reflète tous les processus vitaux d'une personne et de son mode de vie, à la veille de la recherche, vous devez préparer:

  1. Refuser de manger des aliments gras, frits et fumés, ainsi que des bonbons et des boissons alcoolisées 3 à 5 jours avant la prise du matériau.
  2. N'utilisez pas de médicaments la veille de la prise du matériel. Si des médicaments sont pris régulièrement, le technicien de laboratoire doit en être informé à l'avance.
  3. Arrêtez de fumer la veille de l'étude.
  4. Dormez bien et ne soyez pas nerveux.
  5. Refuser l'activité physique et le stress.
Avant de passer des tests de dépistage du cancer du poumon, vous devez bien dormir et ne pas être nerveux

Il est recommandé de passer des tests dans les premières heures après le réveil à jeun. Les indicateurs seront donc aussi objectifs que possible.

Le sang est prélevé d'un doigt ou d'une veine, et la biopsie est prélevée à l'aide d'un cathéter spécial avec une aiguille à l'extrémité. Un échantillon histologique nécessite un échantillon de tissu, une chirurgie invasive peut donc être nécessaire..

Prévention et tests de risques

Un groupe à risque est une catégorie de personnes les plus susceptibles de développer un cancer du poumon. Le diagnostic préventif fait partie intégrante de leur vie, ce qui révélera toutes les conditions préalables au démarrage du processus de cancer.

À risque de cancer du poumon:

  1. Les personnes qui vivent dans des conditions environnementales défavorables à proximité de complexes industriels et miniers.
  2. Les personnes dont le travail est associé à un contact fréquent avec des substances toxiques qui peuvent pénétrer dans les poumons avec de l'air inhalé, s'y accumuler et nuire au processus d'échange de gaz naturel.
  3. Si la famille a des cas de cancer en général et de cancer du poumon en particulier.
  4. En présence de maladies respiratoires chroniques, qui conduisent à des charges constantes sur l'immunité locale et générale, et sont également des conditions préalables clés pour le développement de cellules atypiques.
  5. Immunité réduite et maladies respiratoires fréquentes accompagnées de complications.
  6. En présence d'essoufflement, de douleur dans le sternum et d'expectorations souvent sécrétées avec des impuretés de pus et de sang.
  7. S'il existe des pathologies congénitales des poumons qui affectent l'échange gazeux correct.

Ces catégories de population devraient surveiller de plus près leur santé et subir des diagnostics préventifs au moins 2 fois par an, même en l'absence de problèmes de santé.

Il est recommandé de faire un test sanguin général et biochimique, une analyse de l'urine et des expectorations. Des études plus détaillées sont prescrites par le médecin en fonction des indications.

N'ignorez pas la radiographie. Cette méthode de diagnostic est l'une des premières à aider à détecter la présence de néoplasmes dans les poumons. la réduction annuelle du brouillard réduit le risque de complications et augmente les chances d'une issue favorable.

Quels tests pour le cancer du poumon prendre?

Le cancer du poumon est une maladie caractérisée par la multiplication et la prolifération incontrôlées des cellules tumorales issues du tissu pulmonaire. Cette maladie est très dangereuse pour l'homme, car elle est souvent diagnostiquée à un stade avancé. Les tests de dépistage du cancer du poumon aident les spécialistes à voir l'image complète de la maladie et à trouver un traitement efficace..

Signes et symptômes précis du cancer du poumon

La symptomatologie du cancer du poumon n'est pas spécifique et se manifeste principalement chez l'homme avec un processus tumoral commun. Les symptômes exacts du cancer du poumon comprennent:

Au début, juste une toux sèche rare apparaît, dans laquelle les expectorations ne se distinguent pas. Ensuite, les crises commencent à augmenter et à devenir longues, ce qui indique le lien avec la maladie des bronches.

Maladies respiratoires fréquentes:

Les maladies infectieuses des voies respiratoires (en particulier la bronchite et la pneumonie) sont de plus en plus fréquentes. Une respiration sifflante se fait entendre dans les poumons.

Il n'y a pas d'appétit et une personne perd du poids:

Ce symptôme caractérise un cancer du poumon avancé, dans lequel l'avancement de la nourriture à travers l'œsophage devient difficile en raison de métastases dans les ganglions lymphatiques qui le pressent.

Lors de la toux, les expectorations sont libérées avec du sang ou ayant une couleur brune. C'est l'un des symptômes qui poussent immédiatement une personne à consulter son médecin. Il survient après des dommages aux parois des bronches, la destruction des vaisseaux sanguins et des muqueuses des bronches. L'hémoptysie indique également que le cancer du poumon est déjà sous une forme très avancée.

Essoufflement et respiration difficile:

Une personne souffre d'essoufflement, de difficultés respiratoires et d'apparition d'angine de poitrine - il s'agit d'une forme caractéristique de cancer du poumon avancé, lorsque de grandes sections des poumons ne participent plus au processus respiratoire, le lit vasculaire du petit cercle de circulation sanguine commence à se contracter et les structures anatomiques du médiastin peuvent également être compressées..

Douleur dans le sternum et fièvre:

Des sensations douloureuses dans le sternum se produisent dans la partie où la tumeur cancéreuse est située aux stades avancés du cancer. De plus, ce symptôme est souvent perçu comme l'apparition d'une névralgie intercostale. La douleur peut avoir une intensité différente, qui dépend de l'atteinte de la plèvre. De plus, la douleur devient plus forte lorsque la tumeur progresse activement et que les terminaisons nerveuses intercostales entrent dans le processus. Dans ce cas, la douleur devient insupportable et ne s'arrête pas avec les analgésiques..

Sans raison adéquate, une fièvre peut commencer..

Une personne peut perdre connaissance, de graves maux de tête, des étourdissements apparaissent, des écarts d'élocution et une diminution de la vision sont observés.

Quels sont les tests les plus objectifs pour le cancer du poumon aujourd'hui??

Lorsqu'ils effectuent une analyse générale et biochimique du sang, ainsi qu'une analyse des marqueurs tumoraux, les spécialistes peuvent obtenir l'image la plus informative de la santé du patient.

Numération sanguine complète pour le cancer du poumon

Explique aux spécialistes le taux de sédimentation des érythrocytes et le taux d'hémoglobine. Il est impossible de juger sans équivoque du cancer du poumon existant sur la base de l'étude. Les indicateurs indiquent seulement qu'une étude approfondie du patient est nécessaire.

Chimie sanguine

Il peut également indiquer la présence d'une tumeur. Si une personne a un cancer du poumon, la biochimie sanguine montrera un niveau élevé d'α-2-globuline, de calcium, de cortisol, de lactohydrogénase et un manque d'albumine sérique. Cette étude est importante lors de la surveillance des marqueurs de tumeurs sanguines..

L'analyse des marqueurs de tumeur pulmonaire aide à déterminer le taux de croissance de la quantité de certaines substances dans le sang, ce qui aide à prédire la progression de la tumeur. Le coût de l'analyse est significativement élevé, mais les résultats n'indiquent pas toujours la présence d'un cancer. Certains indicateurs peuvent être élevés en raison d'une insuffisance myocardique et d'une hépatite, d'une cirrhose du foie, d'ulcères d'estomac, d'une pancréatite et d'autres pathologies.

Souvent, les marqueurs tumoraux suivants sont utilisés dans le diagnostic de l'oncologie pulmonaire:

  1. Le CEA est un marqueur tumoral de nature universelle, qui permet de déterminer les maladies oncologiques existantes. Mais le niveau de cet antigène augmente non seulement dans le cancer du poumon, mais aussi dans la cirrhose.
  2. NCE - utilisé pour déterminer les types de tumeurs à petites cellules dans les poumons.
  3. CSC, CYFRA 21-1 - utilisé pour déterminer les variétés squameuses de cancer du poumon.

Une augmentation insignifiante de la concentration d'antigènes dans la composition du sang peut être déclenchée par des processus moins graves que le cancer du poumon.Par conséquent, l'analyse des marqueurs tumoraux doit être effectuée conjointement avec les procédures de diagnostic.

Analyse des expectorations

Aide à détecter les cellules cancéreuses ou atypiques. Dans le cancer du poumon, une analyse cytologique des expectorations montre un résultat positif dans 50% des cas, avec un cancer bronchique central - jusqu'à 88%.

Indications pour l'attribution des données d'analyse

Des tests montrant un cancer du poumon peuvent être effectués avant l'hospitalisation et avant l'apparition des premiers symptômes. Cela aidera à diagnostiquer la maladie à temps et à éviter sa progression. Il est recommandé de passer des tests pour les personnes:

  1. Abuseurs de tabac.
  2. Avoir une prédisposition héréditaire au cancer du poumon.
  3. Travailler dans des sites de production malveillants.
  4. Maladie pulmonaire chronique.
  5. Au contact du radon.
  6. Vivre dans des zones où la situation environnementale est défavorable.

Les personnes à risque devraient prendre le test au sérieux et le faire régulièrement, chaque année. Cela aidera à ne pas déclencher la maladie et à éliminer la tumeur avant qu'elle ne commence à se développer et à métastaser..

Comment se préparer à un test de cancer du poumon? Que souhaitez-vous savoir?

Les analyses de sang doivent toujours être effectuées le matin. Le dernier repas avant la livraison du biomatériau doit être au moins 8 heures à l'avance. Seule l'eau est autorisée.

La semaine avant l'analyse doit être sans prise d'alcool. De plus, une heure avant l'étude n'est pas autorisé à fumer. Pour que le contenu informatif de l'analyse soit le plus élevé et le plus fiable, il est nécessaire de se calmer et de ne pas être nerveux avant la procédure, de bien dormir et d'éviter un effort physique excessif sur le corps.

Il n'est pas recommandé de donner du sang pour analyse après un massage, une physiothérapie, un bain, une radiographie et d'autres diagnostics. Si la personne a déjà reçu le traitement nécessaire, le prochain test sanguin pour les marqueurs tumoraux est effectué au plus tôt trois mois plus tard. Souvent, immédiatement après le traitement, le nombre d'antigènes diminue considérablement. Si cela ne se produit pas, il est nécessaire de revoir complètement le traitement.

Prix ​​des tests de dépistage du cancer du poumon en Ukraine:

  • test sanguin général - 70 hryvnias;
  • test sanguin biochimique - 580 hryvnia;
  • analyse des marqueurs de tumeurs pulmonaires: CEA - 160 hryvnias, NCE - 335 hryvnias, SCC, CYFRA 21-1 - 290 hryvnias;
  • analyse des expectorations - 250 hryvnia.

Prix ​​des tests de dépistage du cancer du poumon en Russie:

  • test sanguin général - 315 roubles;
  • test sanguin biochimique - 3690 roubles;
  • analyse des marqueurs de tumeur pulmonaire: CEA - 805 roubles, NCE - 1650 roubles, SCC, CYFRA 21-1 - 1240 roubles;
  • analyse des expectorations - 845 roubles.

Tous les prix sont indiqués sur la liste de prix officielle du laboratoire Invitro pour l'Ukraine et la Russie (2017).

Quand consulter un médecin?

Une attention médicale urgente est nécessaire si une personne présente au moins l'un des symptômes suivants:

  • toux pendant une longue période, qui ne disparaît pas même après un traitement médicamenteux;
  • douleur intense dans le sternum avec une respiration profonde;
  • voix rauque;
  • l'appétit disparaît et la personne perd brutalement du poids;
  • dyspnée;
  • évolution prolongée des maladies pulmonaires, ainsi que sa rechute bientôt.

La progression de l'oncologie pulmonaire peut provoquer:

  • douleur osseuse
  • faiblesse des membres;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques;
  • des symptômes de nature neurologique, par exemple, lorsque la tête est étourdie;
  • l'apparition de jaunissement sur le visage et les yeux.

résultats

Lorsque les premiers symptômes de l'oncologie apparaissent, vous devez immédiatement contacter un spécialiste. Les tests de dépistage du cancer du poumon les aideront à diagnostiquer la maladie à temps et à prescrire un traitement efficace en temps opportun afin que la tumeur n'atteigne pas un stade avancé et ne devienne pas dangereuse pour la vie et la santé humaine..

Cancer du poumon

Le cancer du poumon est une tumeur qui se développe à partir du tissu tapissant l'intérieur de la surface des bronches, des bronchioles et des muqueuses des glandes bronchiques - l'épithélium. Dans la plupart des cas, le cancer du poumon se développe chez les hommes après 60 ans. Cette maladie est la plus courante de toutes les maladies oncologiques: il y a plus d'un million de nouveaux cas de cancer du poumon chaque année, et ce nombre augmente.

Les symptômes du cancer du poumon

Si une radiographie pulmonaire est effectuée chaque année, dans la plupart des cas, le diagnostic peut être posé à un stade plus précoce, lorsque le pronostic semble le plus optimiste..

Ceci est particulièrement important car il n'y a pratiquement aucun symptôme en raison duquel un cancer peut être suspecté à un stade précoce. La façon dont le cancer du poumon se manifeste dépend de divers facteurs: le stade de développement de la tumeur, sa localisation dans le poumon, les troubles qu'elle provoque, etc. Le cancer du poumon peut être masqué par diverses maladies. Par exemple, cela ressemble parfois à une pneumonie à long terme et difficilement traitable. Une tumeur en croissance peut provoquer une toux, des écoulements muqueux ou des expectorations mucopurulentes. Parfois, il y a un mélange de sang dans les expectorations - cela se produit avec une inflammation de la membrane muqueuse de la bronche affectée. Ces patients ont des douleurs thoraciques, un essoufflement, un enrouement.

En raison du fait que la tumeur sécrète des substances nocives, d'autres symptômes de cancer du poumon apparaissent, qui peuvent être pris pour des manifestations de maladies complètement différentes. Ce sont la fatigue, la capacité de travail réduite, la faiblesse, la fièvre (généralement faible) et la perte de poids..

Symptômes de la tumeur de Pancost

Le cancer de l'apex du poumon (tumeur de Pancost) en raison de la proximité d'autres organes et troncs nerveux provoque souvent des symptômes plus prononcés: faiblesse des muscles de la main, douleur dans la ceinture scapulaire, sur la face avant de la poitrine et entre les omoplates, également dans la zone de la main ou de l'avant-bras ou la sensibilité est perturbée, les muscles s'atrophient. Malheureusement, de tels symptômes désorientent souvent le médecin et une personne passe du temps à traiter l'ostéochondrose cervicothoracique inexistante.

Cela peut-il être évité? Oui. Il suffit de faire attention au syndrome de Horner. En raison de la défaite des ganglions sympathiques cervicaux, la paupière supérieure d'un collyre (ptose), d'un élève (myose) se rétrécit et la transpiration d'un seul côté du visage (anhidrose) est considérablement réduite. En outre, la voix d'une personne peut devenir rauque en raison de dommages au nerf laryngé récurrent.

Symptômes du cancer du poumon périphérique

Dans de rares cas, un syndrome paranéoplasique peut signaler qu'une tumeur est apparue ou a commencé à apparaître dans le corps. Il s'agit d'un complexe de diverses manifestations qui surviennent non pas à cause de l'effet direct de la tumeur sur le tissu, mais à travers la production de diverses substances par les cellules cancéreuses. Avec le cancer du poumon plus souvent qu'avec tout autre cancer, le syndrome paranéoplasique affecte le système nerveux. Cela se manifeste en particulier par des difficultés à marcher, une mauvaise coordination, des problèmes de maintien de l'équilibre, il devient difficile pour une telle personne d'avaler, son discours est brouillé. De plus, il peut y avoir une détérioration de la mémoire, du sommeil, de la vision, etc..

Le syndrome paranéoplasique comprend parfois une augmentation des niveaux de calcium. Dans certains cas, une tumeur peut même produire des hormones qui, dans un corps sain, synthétisent le pancréas et les glandes parathyroïdes, l'hypophyse et l'hypothalamus. C'est pourquoi le médecin doit porter une attention particulière aux signes avant-coureurs afin de procéder à un examen approfondi et, éventuellement, de détecter un cancer du poumon à un stade précoce..

Habituellement, le premier symptôme de la maladie est une toux sèche persistante. S'il s'inquiète depuis plusieurs semaines et n'est pas associé à des maladies allergiques ou infectieuses, vous devez consulter un médecin et passer un examen. Un autre signe précoce est une augmentation de la température corporelle. Habituellement, il est insignifiant, jusqu'à 37,5 degrés, mais persiste longtemps. Les symptômes non spécifiques tels que la fatigue, la faiblesse et les affections fréquentes sont dérangeants. Ces manifestations sont souvent attribuées à la bronchite et à la pneumonie.

Des sifflements se produisent pendant la respiration, la voix devient rauque. Au fil du temps, la toux devient plus douloureuse, pendant laquelle les expectorations disparaissent, dans lesquelles vous pouvez remarquer un mélange de sang. C'est certainement une raison pour subir un dépistage du cancer du poumon..

Il n'y a aucun récepteur de douleur dans le tissu pulmonaire. Par conséquent, dans les premiers stades de la douleur, il n'y aura pratiquement aucune douleur. Ils surviennent périodiquement et passent rapidement. Plus tard, lorsque la tumeur a le temps de se développer fortement, de se propager à la plèvre et aux nerfs intercostaux, des douleurs douloureuses prolongées dans la poitrine inquiètent. Ils peuvent se propager à l'épaule, à l'extérieur du bras.

L'apparition d'un essoufflement indique que la tumeur affecte une grande quantité de tissu pulmonaire, ce qui provoque la contraction de la surface respiratoire. Ce symptôme peut être associé à une pleurésie exsudative..

Types de cancer du poumon

Pour déterminer le pronostic et choisir une méthode de traitement, le médecin doit connaître la structure histologique de la tumeur. Pour ce faire, une biopsie des bronches ou du poumon est effectuée, c'est-à-dire qu'un petit morceau de tissu est prélevé lors de la bronchoscopie (examen de la surface interne de la trachée et des bronches à l'aide d'instruments optiques spéciaux) ou de la thoracoscopie (examen de la cavité pleurale par une perforation de la paroi thoracique). Après cela, un échantillon de tissu spécialement traité et coloré est examiné au microscope et le type de tumeur est déterminé. Il est important d'avoir des «verres» et des «blocs» avec des échantillons de tissus avec vous si vous décidez de demander conseil à une autre clinique afin de pouvoir les voir vous-même et prendre votre décision..

En fonction du type de cellules, on distingue:

  • carcinome à petites cellules (cellule d'avoine, cellule d'avoine combinée, cellule intermédiaire);
  • cancer du poumon squameux ou épidermique (de bas grade, kératinisé, non kératinisé);
  • adénocarcinome pulmonaire (acineux, papillaire, cancer broncho-alvéolaire, cancer solide avec formation de mucine);
  • carcinome à grandes cellules (cellule géante, cellule claire);
  • carcinome épidermoïde glandulaire;
  • cancer des glandes bronchiques (adénocystique, mucoépidermoïde, etc.).

Il existe d'autres variétés plus rares de cancer du poumon - il y en a au moins vingt. Une tumeur peut contenir différents types de cellules. Si les poumons ont des métastases, alors les cellules qui les composent ressembleront aux cellules de la tumeur de la mère.

Dans 40% des cas, les tumeurs malignes du poumon sont représentées par des adénocarcinomes, qui sont formés à partir de cellules productrices de mucus. La plupart du temps, les adénocarcinomes pulmonaires se trouvent chez les fumeurs ou chez les personnes qui ont fumé. Cependant, chez les non-fumeurs, il s'agit également du type de cancer du poumon le plus courant. De plus, c'est l'un des types de tumeurs malignes les plus courants chez les jeunes.>

L'adénocarcinome est une tumeur maligne à croissance relativement lente. Les chances de le trouver dans les premiers stades sont assez élevées. Cependant, ceci est individuel, chez certains patients, un tel cancer se comporte de manière plus agressive.

Pour sélectionner le schéma thérapeutique optimal pour un patient présentant une évolution atypique de la maladie, nous utilisons des bases de données internationales qui incluent des cas provenant de grandes cliniques d'oncologie, des résultats de recherche médicale et des articles scientifiques. En cas de doute sur l'évaluation de l'analyse histologique, nous nous tournons vers nos collègues étrangers: nous numérisons les images des coupes histologiques et les envoyons à la clinique partenaire. Dans les 2 à 5 jours, nous obtenons un deuxième avis d'expert avec une conclusion histologique et une option de schéma thérapeutique.

Grâce aux réalisations de la science, avant même le début du traitement, il est possible de déterminer la sensibilité de la tumeur à la chimiothérapie. L'analyse moléculaire vous permet de développer un plan plus efficace de lutte contre le cancer du poumon. Dans la clinique européenne, nous utilisons exactement une telle approche: elle donne les meilleures chances de réussite du traitement.

Cancer central et périphérique

Mais lors du choix d'un traitement, il est très important de considérer non seulement le type de cellules: l'emplacement de la tumeur est également d'une grande importance. Il existe un cancer du poumon central et périphérique. Avec le cancer central, les grosses bronches (principales, lobaires et segmentaires) sont affectées, avec les bronches périphériques - plus petites.

À son tour, quatre types de carcinome pulmonaire périphérique sont distingués:

  • Nœud sous-pleural - cette option comprend la tumeur de Pancost.
  • Noeud intralobar.
  • Formes diffuses et miliaires.
  • Forme de cavité.

De plus, le cancer médiastinal est isolé séparément - ces tumeurs malignes dans les poumons sont généralement petites, mais se métastasent rapidement aux ganglions lymphatiques du médiastin.

L'endroit où la tumeur se développe est également un facteur important dans la détermination des tactiques de traitement. S'il se développe dans la lumière des bronches (cancer exophytique), il peut alors obstruer partiellement ou complètement la lumière. Ensuite, le développement d'une pneumonie secondaire est très probable. Si la tumeur se développe dans l'épaisseur du tissu pulmonaire (cancer endophytique), cela n'affecte pas la perméabilité des bronches pendant un certain temps. Un cancer ramifié se produit également - la tumeur est située autour des bronches et rétrécit uniformément la lumière. Pour enfin avoir une idée de la nature de la croissance tumorale, vous devez retirer le tissu chirurgicalement et l'étudier.

Le cancer périphérique est de trois types principaux:

  1. gonflement rond ou nodulaire;
  2. cancer de type pneumonie - n'a pas de frontières claires et ressemble à la pneumonie dans les symptômes;
  3. cancer du poumon au sommet (tumeur de Pancost).

Il existe également des formes atypiques qui présentent diverses caractéristiques des métastases. Pour évaluer la prévalence du cancer du poumon, la classification TNM est utilisée dans le monde entier. Grâce à elle, il est possible de systématiser diverses situations cliniques, de déterminer les tactiques de traitement, et également de faire un pronostic du développement de la maladie - et tout cela, en fonction des caractéristiques anatomiques de la tumeur.

Cancer du poumon à petites cellules

Le cancer du poumon à petites cellules est le plus malin de tous. Une telle tumeur se développe non seulement rapidement, mais métastase également activement. Il existe un certain nombre d'autres caractéristiques désagréables de ce type de cancer..

  1. Si la tumeur se développe à l'intérieur des bronches, elle peut provoquer une atélectasie («affaissement» d'une partie du poumon) et une pneumonie obstructive (inflammation) avec toux, fièvre et douleurs thoraciques.
  2. Avec la décomposition de la tumeur, il existe un danger de pneumothorax - lorsque l'air pénètre dans la cavité pleurale (cavité étanche à l'air entre les feuilles de la plèvre qui recouvrent la surface des poumons).
  3. Si, dans les derniers stades, la tumeur, qui se propage, implique la plèvre, cela peut provoquer un hémothorax. Avec cette condition, le sang s'accumule dans la cavité pleurale.

Ces situations sont souvent extrêmement dangereuses pour la vie humaine et il est souvent impossible de se passer de soins chirurgicaux urgents..

Stades du cancer du poumon

Le stade du cancer du poumon est déterminé conformément à la classification généralement acceptée du TNM:

  • La lettre T indique la taille de la tumeur primaire. Les désignations sont 1, 2, 3 et 4. Il s'agit d'une très petite tumeur située dans les couches supérieures de la muqueuse des voies respiratoires. T4 - Cancer qui se développe dans les organes voisins.
  • N - la propagation du cancer aux ganglions lymphatiques voisins. N0 signifie qu'il n'y a pas de foyers dans les ganglions lymphatiques. Les nombres 1, 2 et 3 caractérisent différents degrés d'implication des ganglions lymphatiques.
  • M - la présence de métastases distantes. Un des deux nombres peut être attribué à cette lettre: 0 - il n'y a pas de métastases distantes, 1 - des métastases distantes sont détectées.

La classification des stades est quelque peu différente dans le cancer du poumon non à petites cellules et à petites cellules. Dans le NSCLC, en fonction des caractéristiques de T, N et M, cinq étapes sont distinguées, elles sont indiquées par des chiffres romains:

  • Stade 0: "cancer en place", alors que les ganglions lymphatiques ne sont pas affectés et qu'il n'y a pas de métastases à distance. C'est la situation la plus favorable, caractérisée par le meilleur pronostic pour le patient..
  • Stade I: la tumeur est uniquement dans les poumons, ne se développe pas dans les organes voisins, les ganglions lymphatiques ne sont pas affectés et il n'y a pas de métastases à distance.
  • Stade II: avec la tumeur primaire dans les poumons, il existe des foyers dans les ganglions lymphatiques voisins.
  • Stade III: lésions dans les ganglions lymphatiques du médiastin. Ce cancer est appelé localement répandu..
  • Stade IV: une tumeur maligne se propage aux deux poumons, des cellules cancéreuses se trouvent dans le liquide dans la cavité pleurale et la cavité péricardique (péricarde), ou des métastases à distance sont détectées.

Dans le cancer du poumon à petites cellules, le système TMN est également utilisé, mais en pratique clinique, la division en deux étapes est plus importante:

  • Distribuée localement: une tumeur ne se trouve que d'un côté, n'affecte qu'une partie du poumon et les ganglions lymphatiques voisins.
  • Fréquent: le cancer se propage à d'autres organes, il y a des métastases à distance.

Comment reconnaître le cancer du poumon à un stade précoce?

Lorsque le cancer du poumon central est à un stade précoce, il est très difficile à reconnaître. Inspection du thérapeute, les études aux rayons X sont inefficaces. Si vous faites à une telle personne une bronchoscopie avec une biopsie, alors le diagnostic correct peut être posé. Parfois, la tomodensitométrie aide à reconnaître la maladie aux premiers stades..

Si le cancer est périphérique, une biopsie est impossible, car se rendre à un endroit suspect en utilisant la bronchoscopie ne fonctionnera tout simplement pas. Par conséquent, une biopsie à l'aiguille transthoracique est effectuée, c'est-à-dire qu'un morceau de tissu est prélevé à travers une ponction dans la paroi thoracique. S'il y a des foyers dans la zone du médiastin (partie de la cavité thoracique située entre le sternum, la colonne vertébrale, le diaphragme, la plèvre et les surfaces des poumons), une médiastinoscopie est effectuée (examen de biopsie par incision dans le cou). Parfois, il est impossible de se passer de thoracoscopie diagnostique et de thoracotomie (ouverture de la cavité thoracique). Pour clarifier l'étendue de la tumeur, diverses méthodes de diagnostic sont utilisées: échographie, bronchoscopie, tomodensitométrie multispirale, résonance magnétique et tomographie par émission de positons, ainsi que des études sur les radionucléides. Sans cela, il est impossible de choisir la meilleure approche pour traiter un patient particulier..

Ce qui augmente le risque de cancer du poumon?

À l'heure actuelle, la relation entre le cancer du poumon et le tabagisme ne fait aucun doute. Cela est particulièrement vrai pour le carcinome épidermoïde central et à grandes cellules: dans 70 à 95% des cas, ces patients fumaient ou fumaient. Le Centre international de recherche sur le cancer a conclu que les fumeurs sont 10 fois plus susceptibles de développer un cancer du poumon. La fumée de tabac contient une masse de substances cancérigènes. Il s'agit en particulier du polonium 210, des hydrocarbures polyaromatiques (naphtylamine, 2-toluidine, benzpyrène, 4-aminobiphényle), du nickel, de nombreux composés N-nitrosés, etc. Plus une personne fume longtemps, plus ses risques sont élevés. En plus du tabagisme, certains facteurs professionnels affectent négativement la probabilité de développer un cancer du poumon: par exemple, une exposition prolongée à l'amiante et à d'autres substances dangereuses. La probabilité de cancer du poumon dépend également de la pollution de l'air par des agents cancérigènes..

Est-il possible de réduire le risque?

La meilleure façon de réduire la probabilité de développer un cancer du poumon est d'arrêter de fumer et d'éviter la fumée secondaire. Selon les rapports, après 10 ans sans fumer, les risques deviennent minimes. Si une personne travaille dans une industrie «nocive», il est impératif de protéger les voies respiratoires du contact avec la poussière d'amiante et les métaux lourds.

Métastases pulmonaires

Environ un patient sur cinq présentant des métastases pulmonaires développe une toux, une hémoptysie, un essoufflement, des douleurs thoraciques, une fièvre à des valeurs faibles et une perte de poids. Souvent, l'apparition de ces symptômes suggère que le processus est allé assez loin. Dans la plupart des cas, les métastases peuvent être détectées par radiographie, qui est effectuée deux fois par an après le traitement de la tumeur primaire. Si des métastases sont trouvées, il est nécessaire de mener une série d'études importantes pour sélectionner la méthode de traitement la plus appropriée. Nous parlons d'informatique, de résonance magnétique et de tomographie par émission de positrons des organes thoraciques, ainsi que de bronchoscopie.

Différentes étapes du traitement du cancer du poumon

Aux premiers stades, la chirurgie est le principal traitement du cancer du poumon. Si la tumeur est petite, vous pouvez retirer la petite partie du poumon dans laquelle elle se trouve - effectuez une résection en forme de coin ou une segmentectomie. Dans la plupart des cas, ils effectuent une lobectomie (ablation du lobe du poumon) ou une pneumectomie (ablation de tout le poumon) - cela aide à réduire le risque que les cellules cancéreuses restent dans le poumon, ce qui peut ensuite provoquer une rechute.

L'intervention chirurgicale peut être complétée par un cours de chimiothérapie, radiothérapie. Si l'on soupçonne que le cancer aurait pu se propager aux ganglions lymphatiques voisins, ils sont également supprimés..

À partir du stade III, l'ablation chirurgicale de la tumeur n'est pas toujours possible. Cependant, chez certains patients, une chirurgie cytoréductrice peut être effectuée, au cours de laquelle le chirurgien essaie de retirer autant de tissu tumoral que possible..

Avec un cancer du poumon inopérable aux stades ultérieurs, les principales méthodes de traitement sont la chimiothérapie, la radiothérapie, l'immunothérapie.

En savoir plus sur le traitement et la chimiothérapie du cancer du poumon à la Clinique européenne.

Que montre un test sanguin pour le cancer du poumon?

Le cancer du poumon est l'une des pires maladies en oncologie, le risque de décès dans le diagnostic de la maladie est très élevé. Chaque année, près de 1,5 million de personnes meurent de cette maladie..

Tout d'abord, une petite familiarisation avec cette maladie, avant d'envisager un test sanguin pour le cancer du poumon, car la plupart des gens ne soupçonnent même pas qu'ils sont en danger. Dans près de 90% de tous les cas, la cause du cancer est le tabagisme. La fumée de tabac contient environ 3 000 produits chimiques différents, dont des cancérogènes très dangereux, ils provoquent le développement de tissus cancéreux. Les personnes à côté du fumeur inhalent également de la fumée toxique dans leurs poumons et sont des fumeurs passifs, donc elles risquent également le cancer du poumon.

Causes et signes de la maladie

Le risque d'apparition de la maladie augmente dans certaines conditions de travail, par exemple au contact de l'amiante, de l'uranium, du chrome, de l'arsenic et de diverses autres substances toxiques. Le cancer pulmonaire peut commencer à se développer en raison d'une pollution accrue de l'atmosphère, par exemple, des émissions d'échappement excessives des voitures, des gares et des usines polluent fortement l'air. De plus, la cause de l'oncologie peut être un processus inflammatoire chronique dans les bronches. La dépendance à l'alcool, une mauvaise nutrition, un mode de vie sédentaire augmentent parfois les risques de développer un cancer. Les chances de contracter un cancer sont améliorées si une personne est malade parmi ses proches.

Dans les premiers stades, le cancer n'est pas perceptible chez l'homme, sans aucune manifestation. De plus, des symptômes tels que:

  • essoufflement et enrouement;
  • toux régulière;
  • faiblesse générale du corps.

Dans les étapes ultérieures, le patient ressentira une douleur dans la poitrine, avec une entrée profonde, la douleur s'intensifie. Le bout des doigts devient plus épais. Une perte de poids soudaine, un rhume persistant, une pneumonie et une bronchite peuvent devenir un signe très alarmant. Dans les dernières étapes, cela commence à déranger:

  • douleur dans les os, les articulations;
  • certaines parties du visage sont paralysées;
  • la voix devient plus rauque;
  • difficulté à avaler.

Si tous les symptômes ci-dessus se produisent, vous devez contacter l'hôpital.

Indications pour l'examen

Un test sanguin pour le cancer du poumon est la méthode la plus connue pour déterminer la maladie. Cependant, cette analyse n'est pas en mesure de donner une image générale de l'état du patient aux premiers stades de l'oncologie. En conséquence, les spécialistes ont trouvé d'autres tests de cancer du poumon..

Une solution au problème a été trouvée récemment. Il s'agit d'un test sanguin spécial qui peut déterminer la présence de structures protéiques qui apparaissent dans le corps dès le début du développement de la tumeur. Certaines des substances protéiques ont une structure unique et ne se trouvent que dans le diagnostic du cancer. D'autres protéines sont des marqueurs universels des maladies oncologiques et sont diagnostiquées avec divers processus tumoraux..

Test sanguin

Voyons quels tests sanguins sont nécessaires pour une tumeur, le plus courant est un test sanguin général pour le cancer du poumon. Il est capable de déterminer si le niveau de vieilles plaquettes et ESR est élevé, s'il y a de nouveaux globules blancs et rouges dans le sang.

Un test sanguin pour la biochimie, si des problèmes de cancer sont détectés, montre un certain résultat, à savoir que le niveau de globuline dans le sang augmente et que l'albumine sérique diminue, tandis que le niveau de cortisol et de calcium dans le sang d'une personne augmente considérablement.

Ensuite, une analyse pour déterminer, en termes simples, des marqueurs oncologiques - une substance dont le niveau augmente avec le développement de diverses tumeurs malignes. Il est important de savoir que cette analyse donne une chance de prédire le type de cancer avant même l'apparition de signes primaires de son apparition..

Si nous parlons de tumeurs malignes dans les poumons, les données suivantes peuvent indiquer leur développement:

  • marqueur oncologique universel;
  • détection de la cytokératine 19, cela vous permet de déterminer la tumeur épidermoïde;
  • la présence de certains niveaux de neuroénolase;
  • marqueur oncologique CA-125;
  • détecter certains niveaux d'antigène cancéreux;

Ce qui détermine un test sanguin

Un test sanguin permet de déterminer:

  • diverses métastases et leur emplacement exact;
  • détection rapide de la récidive tumorale, suivi de son traitement;
  • formation de poumons malins aux premiers stades de développement;
  • la formation est maligne ou non.

En conséquence, une analyse de sang préserve la santé humaine et peut lui sauver la vie, en particulier pour les personnes qui n'ont qu'une tumeur maligne des poumons. C'est cette analyse qui permet aux médecins de connaître à temps les futures maladies du patient. Après cela, les personnes soupçonnées d'oncologie sont envoyées pour d'autres examens pour confirmer le diagnostic, ainsi le patient a une chance de guérison.

Tests préventifs

En raison du fait que les symptômes de l'oncologie sont déjà évidents dans les dernières étapes, les médecins conseillent aux gens de faire des tests sanguins pour le cancer du poumon à des fins de prévention. Ces analyses sont les plus pertinentes pour les personnes à risque, à savoir:

  • gros fumeurs;
  • les personnes constamment exposées à des gaz toxiques;
  • les personnes en contact avec des produits chimiques dans leur travail;
  • vivre dans de mauvaises conditions environnementales, par exemple, dans les grandes villes industrielles où l'atmosphère est polluée par des gaz toxiques;
  • les patients atteints de maladies pulmonaires chroniques;
  • le facteur héréditaire joue également un rôle important.

Dans tous les cas ci-dessus, vous devez passer des tests au moins une fois tous les 2 ans.

Test sanguin pour le cancer du poumon

L'oncologie des poumons est une maladie très courante. Selon certaines statistiques, ce cancer se situe dans l'un des trois premiers endroits par rapport à la prévalence des types d'oncologie. Plus de deux millions de nouveaux cas de développement de ce cancer sont enregistrés chaque année dans le monde. L'OMS classe vingt-trois types de pathologies pulmonaires oncologiques. Chez l'homme, selon les statistiques, l'oncologie pulmonaire est observée plus souvent que chez la femme.

Cependant, l'une des principales causes du développement de ce type de cancer est le tabagisme, et les non-fumeurs peuvent également développer une tumeur maligne pulmonaire. Pour identifier cette maladie, il est nécessaire de subir un examen en temps opportun, dont l'un des principaux paramètres est la délivrance de tests sanguins. En cas de suspicion de cancer pulmonaire, il faut prescrire au patient:

- Un test sanguin général pour déterminer si le nombre d'anciennes formes de plaquettes et d'ESR est augmenté, si de jeunes globules blancs et rouges sont observés (cet effet peut être causé par une anémie observée lors de la métastase d'un néoplasme malin dans la moelle osseuse), éventuellement une éosinophilie, une leucocytose.

- Un test sanguin biochimique qui, avec l'oncologie pulmonaire, montre les paramètres suivants: alpha-2 globuline augmente, albumine sérique diminue, le taux de calcium, de cortisol et de lactodéshydrogénase dans le sang du patient augmente.

- Analyse des marqueurs environnementaux, c'est-à-dire des substances dont le niveau dans le sang du patient augmente en présence du développement d'une maladie maligne. Il est important de comprendre que l'analyse des marqueurs oncologiques permet de suggérer un certain type d'oncologie avant même l'apparition des symptômes caractéristiques d'une maladie maligne particulière.

Si nous parlons de cancer du poumon, le développement de la maladie est mis en évidence par des indicateurs tels que:

1. marqueur tumoral universel CEA;

2. détection de la cytokératine 19, suggérant une oncologie pulmonaire squameuse;

3. une augmentation de la neuroénolase (NCE), suggérant un cancer à petites cellules;

4. la présence de certains niveaux d'antigène embryonnaire cancéreux, indiquant un possible adénocarcinome pulmonaire;

5. bien sûr sur le marqueur CA 125;

6. antigène polypeptidique tissulaire (TPA).

Qui est le plus susceptible de subir des tests sanguins prophylactiques pour le cancer du poumon

Comme les symptômes de l'oncologie pulmonaire ne commencent à apparaître qu'aux stades assez tardifs du développement de la maladie, il est fortement recommandé de subir des tests sanguins préventifs pour le cancer du poumon, et plus précisément, avec le développement possible de ce type d'oncologie. En conséquence, ces analyses sont nécessaires pour les personnes à risque, ce qui comprend:

  • Fumeurs des deux sexes;
  • Les personnes, dans le cadre de leurs activités professionnelles, sont régulièrement en contact avec des pesticides et des métaux lourds;
  • Des personnes vivant dans une atmosphère écologiquement défavorable, respirant l'air pollué des grandes villes;
  • Hommes et femmes systématiquement exposés au radon;
  • Certaines maladies chroniques du système respiratoire, telles que les foyers de pneumosclérose, la maladie pulmonaire obstructive chronique et d'autres;
  • Hérédité - dans les familles où un cancer du poumon a déjà été observé, le risque de développer cette maladie chez les proches parents du patient augmente considérablement.

Dans tous les cas mentionnés, les analyses ci-dessus doivent être effectuées au moins une fois tous les trois ans.

Des tests sanguins pour le cancer du poumon aideront:

  • Détecter le néoplasme pulmonaire malin à un stade précoce;
  • Déterminez si le néoplasme résultant est malin ou bénin;
  • Déterminez s'il y a des métastases et où elles se trouvent exactement;
  • Identifier en temps opportun la récidive d'une tumeur existante, surveiller son traitement.

Ainsi, la réalisation de ces tests peut sans aucun doute sauver la santé et sauver la vie d'une personne qui a développé un néoplasme malin des poumons, car ils lui permettront de confirmer les soupçons à temps et de diriger le patient vers d'autres examens appropriés et le traitement le plus approprié dans un cas particulier.

Demandez à un médecin un oncologue

Si vous avez des questions à poser aux oncologues, vous pouvez les poser sur notre site internet dans la rubrique consultation

Diagnostic et traitement de l'oncologie dans les centres médicaux d'Israël informations détaillées

Inscrivez-vous à la newsletter Oncologie et restez à jour avec tous les événements et nouvelles dans le monde de l'oncologie.

11 marqueurs majeurs du cancer pour l'oncologie du cancer du poumon

Oncomarkers en médecine sont généralement appelés enzymes, dont le développement se fait par le biais de tumeurs malignes. Les oncomarqueurs sont formés par des tumeurs et pénètrent dans le corps humain, où ils sont détectés par des techniques de diagnostic en laboratoire. La détermination de marqueurs tumoraux dans le biomatériau du patient indique la présence d’une maladie oncologique. Cette option pour identifier la pathologie est l'une des plus populaires et des plus efficaces.Par conséquent, nous découvrirons davantage ce que sont les marqueurs du cancer du poumon..

Tests de marqueurs tumoraux: lorsqu'ils sont indiqués pour examen

Les marqueurs oncologiques de l'oncologie du cancer du poumon sont détectés en présence des symptômes suivants:

  1. Symptômes de toux, avec manifestation de signes de crachats avec des particules de sang.
  2. Perte de poids et appétit sans raison apparente..
  3. Une augmentation de la température corporelle, accompagnée de l'absence de diverses maladies.
  4. Baisse des performances.

Un test de cancer peut également être attribué non seulement pour déterminer la présence d'une pathologie, mais également pour surveiller les résultats du traitement. La rationalité du traitement thérapeutique n'est visible qu'en comparant les résultats initiaux avec les résultats finaux.

Types de marqueurs tumoraux: ce qu'ils sont

Les cellules cancéreuses ou mutantes se forment par divers troubles qui se forment lors de la division ou de la différenciation des cellules saines. Le processus d'apparition des cellules cancéreuses est appelé atypisme et les cellules cancéreuses sont appelées atypiques. Les cancers diffèrent des cellules à part entière par leur structure et leur métabolisme..

Au cours du métabolisme, la formation de nombreux composés à l'intérieur ou à la surface des cellules cancéreuses qui contribuent à la formation de la tumeur. Le marqueur cancéreux du cancer du poumon peut être non seulement une conséquence des néoplasmes, mais aussi une conséquence normale de la vie humaine. Les marqueurs tumoraux idéaux comprennent les composés caractérisés par:

  1. La présence de 100% de spécificité en oncopathologie.
  2. La capacité de déterminer aux premiers stades de la pathologie.
  3. Taux de décroissance élevé, grâce auquel il est possible de déterminer l'efficacité des traitements conservateurs.
  4. Hétérogénéité de la tumeur. Il indique la présence de cellules de maturité variée dans la tumeur.

Les marqueurs oncologiques sont souvent déterminés par une analyse de sang, et moins fréquemment avec l'urine, l'exsudat et la biopsie. Les substances suivantes agissent comme marqueurs tumoraux du carcinome:

  • les hormones
  • les enzymes;
  • protéines plasmatiques;
  • antigènes et anticorps.

C'est important de savoir! Jusqu'à présent, aucun marqueur tumoral idéal n'a été établi qui permettrait avec 100% de certitude de juger de l'évolution du cancer. Cependant, au cours de nombreuses années de pratique clinique, environ 20 composés ayant une signification diagnostique suffisamment élevée ont été trouvés.

Comment identifier les marqueurs tumoraux

Le cancer du poumon, en fonction de la morphologie, de l'évolution clinique et de la sensibilité aux rayonnements et à la chimiothérapie, est divisé en les types suivants:

  • Petite cellule. Ce type est également appelé carcinome à petites cellules..
  • Cellules non à petites cellules, qui comprennent: adénocarcinome, carcinome épidermoïde, ainsi que cancer à grandes cellules.
  • Type mixte ou histologique.

Les principales valeurs pour l'identification du type histologique de cancer du poumon sont considérées:

  1. Dans le cancer à petites cellules: NSE et ProGRP;
  2. Adénocarcinome ou carcinome à grandes cellules: CYFRA 21.1, CEA.
  3. Carcinome épidermoïde: SCCA, CYFRA 21.1 et CEA.
  4. Type histologique non détecté: CEA, CYFRA 21.1, NSE et ProGRP.

L'identification du niveau des indicateurs ci-dessus pour l'oncologie est réalisée en utilisant un dosage immuno-enzymatique pour le cancer du sang. Nous dévoilerons plus en détail les caractéristiques de ces indicateurs.

  1. Oncomarker NSE. La valeur du marqueur tumoral NSE dans le sang dépassant 100 μg / l, nous devrions parler du développement d'un carcinome pulmonaire à petites cellules. Ce marqueur est utilisé pour détecter le carcinome à petites cellules, ainsi que pour diagnostiquer d'autres types de cancer: cancer du foie, lymphome, cancer du poumon non à petites cellules.
  2. ProGRP. Un indicateur spécifique du carcinome non à petites cellules. En raison de la grande sensibilité de cet indicateur, il est utilisé pour le diagnostic du cancer du poumon aux stades précoces. La grande importance du cancer du poumon est détectée par un niveau élevé de ProGRP, qui dépasse la valeur de 200 ng / L. Si la valeur de cet indicateur atteint 300 ng / l, la probabilité de développer un carcinome à petites cellules est élevée. Le développement d'un cancer à petites cellules peut être jugé avec une concentration de marqueur de plus de 500 ng / l.
  3. CYFRA 21.1 et SCCA. Le diagnostic de l'oncologie implique l'utilisation d'un marqueur tumoral appelé CYFRA 21.1. Son principal avantage est une grande sensibilité dans le développement de types de pathologies cancéreuses non à petites cellules. Comparé à CYFRA 21.1, le marqueur tumoral SCCA est moins sensible. Cependant, pour le diagnostic de carcinome épidermoïde, la signification du SCCA est beaucoup plus élevée, car même avec une valeur supérieure à 2 μg / l, on peut juger de la présence de ce type de cancer.
  4. Antigène CEA. Une augmentation de l'antigène CEA dans le sang se produit avec le développement d'un adénocarcinome et d'un cancer à grandes cellules. Si la valeur de l'antigène CEA dépasse 10 μg / L, la probabilité de développer un adénocarcinome ou un carcinome à grandes cellules est élevée.

Pour un certain nombre de marqueurs tumoraux supplémentaires pour le diagnostic de la pathologie sont utilisés:

C'est important de savoir! Les statistiques indiquent que même des valeurs de test négatives ne peuvent garantir l'absence de cancer. Dans ce cas, il est important de recourir à un examen complet du corps du patient.

Un certain nombre de techniques supplémentaires pour détecter le cancer du poumon à cellules squameuses comprennent: la radiographie, la biopsie ou la bronchoscopie.

Caractéristiques de l'étude

Le médecin peut orienter le patient vers des tests sur les marqueurs tumoraux de la maladie bronchique, de la pneumonie, de la toux périodique, etc. Toute maladie infectieuse peut provoquer le développement de processus cancéreux dans les poumons..

Avant de passer des tests pour les marqueurs tumoraux, il est nécessaire de se préparer à l'étude:

  1. 3-5 jours avant l'analyse, il est nécessaire d'exclure la consommation d'alcool, de fumer des cigarettes et de revoir votre alimentation.
  2. Arrêtez d'utiliser des médicaments en avisant un spécialiste à l'avance.
  3. Abandonnez l'exercice.
  4. L'analyse doit être prise à jeun. L'état du patient doit être calme et mesuré.
  5. Pendant l'analyse, le patient ne doit pas avoir de maladies virales, car cela peut affecter le contenu informatif de l'analyse.

Une augmentation de l'un ou l'autre indicateur des marqueurs tumoraux indique non seulement le type histologique de la tumeur, mais également la présence de métastases. Plus tôt la pathologie est détectée, plus la probabilité de guérison réussie pour le patient est élevée.

C'est important de savoir! Le prélèvement sanguin pour l'étude des marqueurs tumoraux est effectué directement dans une veine le matin à jeun.

Après avoir identifié la pathologie, il est important de recourir rapidement au traitement. Le traitement du cancer dépend de divers facteurs, dont le principal est le stade de développement. La chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie sont les principales méthodes de traitement du cancer du poumon. Après la chimiothérapie, des tests répétés de marqueurs tumoraux sont effectués, grâce auxquels il est possible de déterminer l'efficacité du traitement effectué..

En conclusion, il convient de noter que l'analyse des marqueurs tumoraux est un point clé pour déterminer le cancer chez l'homme.