Maladies oncologiques

Carcinome

Les astrocytomes sont des gliomes cérébraux primaires. L'incidence de ce type de cancer est de 5 à 7 personnes pour 100 000 habitants par an. Le nombre principal de patients est composé d'adultes de 20 à 45 ans, ainsi que d'enfants et d'adolescents. L'astrocytome cérébral chez les enfants est la deuxième cause de décès après la leucémie.

Astrocytome: symptômes et traitement

Selon la classification internationale (CIM 10), les astrocytomes sont des néoplasmes malins du cerveau. Ils occupent 40% de toutes les tumeurs neuroectodermiques qui proviennent du tissu cérébral. Du nom, il devient clair que les astrocytomes des astrocytes se développent. Ces cellules remplissent des fonctions importantes, notamment le soutien, la différenciation et la protection des neurones contre les substances nocives, la régulation de l'activité des neurones pendant le sommeil, le contrôle du flux sanguin et la composition du liquide intercellulaire.

Une tumeur peut survenir dans n'importe quelle partie du cerveau, le plus souvent l'astrocytome cérébral est localisé dans les hémisphères cérébraux (chez l'adulte) et dans le cervelet (chez l'enfant). Certains d'entre eux ont une forme nodale de croissance, c'est-à-dire qu'une frontière claire avec des tissus sains peut être tracée. Ces tumeurs se déforment et déplacent les structures cérébrales, leurs métastases se développent dans le tronc ou les 4 ventricules du cerveau. On trouve également des variantes diffuses à caractère infiltrant de croissance. Ils remplacent les tissus sains et entraînent une augmentation de la taille d'une partie distincte du cerveau. Lorsque la tumeur passe au stade de métastase, elle commence à se propager le long de l'espace sous-arachnoïdien et des canaux du liquide cérébral.

L'incision montre que la densité des astrocytomes est généralement similaire en densité à la substance du cerveau, la couleur est grise, jaunâtre ou rose pâle. Les nœuds peuvent atteindre 5 à 10 cm de diamètre. Les astrocytomes sont sujets à la formation de kystes (en particulier chez les petits patients). La plupart des astrocytomes, bien que malins, se développent lentement, en comparaison avec d'autres types de tumeurs cérébrales, ils ont donc de bonnes prévisions.

Le risque de contracter cette maladie est chez les personnes de tout âge, en particulier les jeunes (contrairement à la plupart des types de cancer, qui surviennent principalement chez les personnes âgées). La question est de savoir comment se protéger des tumeurs cérébrales.?

Astrocytome cérébral: causes

Les scientifiques ne savent toujours pas pourquoi le cancer du cerveau se produit. Seuls les facteurs contribuant aux transformations pathologiques sont connus. Il:

  • rayonnement rayonnement. L'effet prolongé du rayonnement associé aux conditions de travail, à la pollution de l'environnement, ou même utilisé pour traiter d'autres maladies, peut conduire à la formation d'un astrocytome cérébral;
  • maladies génétiques. En particulier, la sclérose tubéreuse (maladie de Bourneville) est presque toujours à l'origine de l'apparition d'un astrocytome à cellules géantes. Des études sur des gènes qui suppriment la tumeur ont révélé que des mutations du gène p53 se sont produites dans 40% des cas d'astrocytome et dans 70% des cas de glioblastome, les gènes MIAS et EGFR. L'identification de ces lésions empêchera la maladie des formes malignes de l'AGM;
  • l'oncologie dans la famille;
  • les effets des produits chimiques (mercure, arsenic, plomb);
  • le tabagisme et la consommation excessive d'alcool;
  • immunité affaiblie (en particulier pour les personnes infectées par le VIH);
  • lésions cérébrales traumatiques.

Bien sûr, si une personne, par exemple, a été exposée à des radiations, cela ne signifie pas qu'elle développera nécessairement une tumeur. Mais, une combinaison de plusieurs de ces facteurs (travail dans des conditions nocives, mauvaises habitudes, mauvaise hérédité) peut être un catalyseur pour l'apparition de mutations dans les cellules du cerveau.

Types d'astrocytomes cérébraux

La classification générale des tumeurs cérébrales divise tous les types de tumeurs en 2 grands groupes:

  1. Subtentorial. Situé au fond du cerveau. Il s'agit notamment des astrocytomes cérébelleux, que l'on retrouve très souvent chez les enfants, ainsi que du tronc cérébral.
  2. Supratentoriel. Situé au-dessus de la marque cérébelleuse dans les parties supérieures du cerveau.

Dans de rares cas, un astrocytome de la moelle épinière se produit, qui peut être le résultat de métastases cérébrales.

Le degré du processus malin

Il existe 4 degrés de malignité des astrocytomes, qui dépendent de la présence d'une analyse histologique des signes de polymorphisme nucléaire, de la prolifération de l'endothélium, de la mitose et de la nécrose.

Le grade 1 (g1) comprend des astrocytomes hautement différenciés, qui ne présentent qu'un seul de ces signes. Il:

  • Astrocytome piloïde (pilocytaire). Cela prend 10% du total. Ce type est diagnostiqué principalement chez les enfants. L'astrocytome pilocytaire a généralement la forme d'un nœud. Il est situé plus souvent dans le cervelet, le tronc cérébral et les voies optiques..
  • Astrocytome sous-épendymaire à cellules géantes. Ce type survient souvent chez les patients atteints de sclérose tubéreuse. Particularités: cellules de tailles gigantesques à noyaux polymorphes. Les astrocytomes sous-épendymaires ont l'apparence d'un nœud tubéreux. Situé principalement dans les ventricules latéraux.

Les astrocytomes du 2e degré de malignité (g2) sont des tumeurs relativement bénignes qui ont 2 signes, généralement un polymorphisme et une prolifération endothéliale. Des mitoses simples peuvent également être présentes, ce qui affecte le pronostic de la maladie. En règle générale, les tumeurs g2 se développent lentement, mais à tout moment, elles peuvent se transformer en tumeurs malignes (elles sont également appelées borderline). Ce groupe comprend toutes les variantes d'astrocytomes diffus, qui infiltrent le tissu cérébral et peuvent se propager dans tout l'organe. Ils sont retrouvés chez 10% des patients. Les astrocytomes diffus du cerveau affectent souvent des départements fonctionnellement importants, ce qui rend impossible leur retrait.

Parmi eux:

  • Astrocytome fibrillaire;
  • Astrocytome hématocytaire;
  • Astrocytome protoplasmique;
  • Pléomorphe;
  • Variantes mixtes (astrocytome pilomixoïde).
  • Les formes protoplasmiques et pléomorphes sont rares (1% des cas). Les variantes mixtes sont des tumeurs avec des zones de fibrilles et d'hématocytes..

Les astrocytomes du 3ème degré de malignité g3 sont anaplasiques (atypiques ou dédifférenciés). Elle survient dans 20 à 30% des cas. Le nombre principal de patients est composé d'hommes et de femmes de 40 à 50 ans. L'AGM diffuse est souvent transformée en une forme anaplasique. Il y a des signes de croissance infiltrante et d'anaplasie cellulaire sévère..

L'astrocytome g4 de grade 4 est le plus défavorable. Il comprend des glioblastomes du cerveau. Trouvez-les dans 50% des cas. Le nombre principal de patients tombe à l'âge de 50 à 60 ans. Le glioblastome peut être à l'origine de tumeurs malignes des tumeurs malignes du 2e et 3e degré. Ses caractéristiques sont une anaplasie sévère, un fort potentiel de croissance cellulaire (croissance rapide), la présence de sites de nécrose, une consistance hétérogène.

Une nouvelle classification des astrocytomes comprend les astrocytomes diffus et anaplasiques au 4ème degré de malignité en raison de l'impossibilité de leur élimination complète et de la tendance à se transformer en glioblastome.

Les symptômes de l'astrocytome cérébral

L'oncologie cérébrale se manifeste par des symptômes cérébraux et focaux, qui dépendent de l'emplacement et de la structure morphologique de la tumeur.

Les signes courants de l'astrocytome cérébral comprennent:

  • mal de crâne. Elle peut être de nature constante et paroxystique, avoir des intensités différentes. Souvent, des crises de douleur surviennent la nuit ou après le réveil de la personne. Parfois, une zone séparée fait mal, et parfois toute la tête. La cause du mal de tête est une irritation du nerf crânien;
  • nausées Vomissements. Ils surgissent soudainement, sans raison. Les vomissements peuvent commencer lors d'une crise de maux de tête. Elle peut être à l'origine de l'impact de la tumeur sur le centre des vomissements, lorsqu'elle se situe dans le cervelet ou le 4 ventricule;
  • vertiges. Une personne ne se sent pas bien, il lui semble que tout bouge autour, il y a un bruit dans les oreilles, des "sueurs froides" apparaissent, la peau pâlit. Le patient peut s'évanouir;
  • les troubles mentaux. Les néoplasmes dans le cerveau dans la moitié des cas provoquent une variété de perturbations dans la psyché humaine. Il peut devenir agressif, irritable ou passif et léthargique. Certains commencent à avoir des problèmes de mémoire et d'attention, les capacités intellectuelles diminuent. Si la maladie n'est pas traitée, elle peut entraîner une perturbation de la conscience. Ces symptômes sont plus caractéristiques de l'astrocytome du corps calleux. Les troubles mentaux avec des formations bénignes apparaissent tardivement, et avec des infiltrations malignes - précoces, alors qu'ils sont plus prononcés;
  • disques optiques congestifs. Un symptôme qui est présent chez 70% des personnes. Un ophtalmologiste l'aidera;
  • crampes. Ce symptôme n'est pas si commun, mais il peut être le premier signal indiquant la présence d'une tumeur chez une personne. Les crises d'épilepsie avec astrocytomes sont fréquentes, car elles surviennent souvent dans les lésions du lobe frontal, où ces formations se produisent dans 30% des cas
  • somnolence, fatigue;
  • une dépression.

Les maux de tête, les nausées, les vomissements et les étourdissements sont les conséquences de la pression intracrânienne, qui survient tôt ou tard chez les patients atteints d'OGM. Cela peut être dû à l'hydrocéphalie ou simplement à une augmentation du volume tumoral. L'astrocytome malin du cerveau est caractérisé par l'apparition rapide de la pression intracrânienne, avec des tumeurs bénignes, les symptômes augmentent progressivement, c'est pourquoi pendant longtemps une personne ne soupçonne pas sa maladie.

Symptômes focaux de l'astrocytome

L'astrocytome du lobe frontal provoque: parésie des muscles faciaux de la moitié inférieure du visage, crampes de Jackson, perte ou diminution de l'odorat, aphasie motrice, démarche altérée, parésie et paralysie, augmentation, perte ou apparition de réflexes pathologiques.

En cas de lésion du lobe pariétal: altération de la sensation spatiale et musculaire dans la main, astéréognose, douleur pariétale, perte de sensibilité superficielle, autotopnosie, troubles de la parole et de l'écriture.

Gliome du lobe temporal: diverses hallucinations, après quoi des crises d'épilepsie se produisent, aphasie sensorielle ou amnésique, hémianopsie homonyme, troubles de la mémoire.

Tumeurs du lobe occipital: photopsie (hallucinations visuelles sous forme d'étincelles, éclairs de lumière), crises d'épilepsie, troubles visuels, ainsi que synthèse et analyse spatiales, troubles hormonaux, dysarthrie, ataxie, astasie, nystagmus, parésie du regard levé, position de tête forcée, perte auditive et surdité, trouble de la déglutition, enrouement.

Diagnostic de l'astrocytome cérébral

Les plaintes concernant les symptômes décrits ci-dessus sont généralement envoyées au thérapeute. À son tour, il dirige les patients vers un neurologue. Ce spécialiste sera en mesure d'effectuer tous les tests nécessaires pour détecter les signes de cancer. Certains symptômes peuvent même indiquer dans quelle partie du cerveau la tumeur est située. Un diagnostic plus poussé de l'astrocytome vise à confirmer sa présence en obtenant des images du cerveau et en établissant sa nature.

Les principales méthodes d'imagerie utilisées pour déterminer la présence de formations sont l'imagerie par résonance magnétique et calculée. La tomodensitométrie est basée sur l'exposition aux rayons X. Au cours de la procédure, le patient est irradié et simultanément à plusieurs angles, un scanner cérébral est effectué. L'image entre sur l'écran de l'ordinateur.

Pendant l'IRM, un appareil est utilisé qui crée un champ magnétique puissant. Le patient y est placé et des capteurs sont fixés sur la tête, qui captent les signaux et les envoient à l'ordinateur. Après le traitement des données, une image claire de toutes les parties du cerveau dans la tranche est obtenue, de sorte que la présence de tout écart peut être déterminée avec précision. L'IRM vous permet de déterminer les tumeurs bénignes diffuses et petites, ce qui n'est pas toujours possible pour les appareils CT.

Si vous appliquez du contraste (une substance spéciale administrée par voie intraveineuse), vous pouvez alors examiner simultanément le réseau circulatoire, ce qui est très important pour choisir un plan d'opération. Les substances utilisées pour la tomodensitométrie sont beaucoup plus susceptibles de provoquer des réactions allergiques que les substances utilisées pour l'IRM. Il convient également de noter la nocivité de la tomodensitométrie due à l'utilisation des rayonnements. Ces raisons font de l'IRM à contraste amélioré la méthode de diagnostic la plus privilégiée pour les tumeurs cérébrales..

Pour sélectionner le régime de traitement optimal, il est nécessaire d'établir le type histologique de la tumeur, car différents types répondent différemment à la chimiothérapie et à la radiothérapie. Pour ce faire, prélevez un échantillon de tissu de la tumeur. La procédure au cours de laquelle cela se produit est appelée une biopsie. La méthode la plus précise et la plus sûre est une biopsie stéréotaxique: la tête d'une personne est fixée avec un cadre spécial, un petit trou est percé dans le crâne et, sous le contrôle d'un appareil d'IRM ou de TDM, une aiguille est insérée pour la collecte de tissus.

Son inconvénient est la durée (environ 5 heures). L'avantage est le risque minimal (jusqu'à 3%) de complications telles que les infections et les saignements. Dans certains cas, une biopsie stéréotaxique est utilisée dans le cadre du traitement et remplace l'opération habituelle. Dans ce cas, une partie du néoplasme sera enlevée, ce qui réduit la pression intracrânienne, après quoi un cours d'irradiation.

En outre, un biomatériau peut être obtenu pendant la chirurgie pour retirer la tumeur, qui survient après la trépanation du crâne. L'échantillon résultant est ensuite envoyé au laboratoire pour l'histologie..

Parfois, les résultats de l'imagerie par résonance magnétique aident, en plus de la localisation et de la prévalence de la tumeur, à déterminer sa nature. Mais le diagnostic d'astrocytome fait de cette manière s'est avéré erroné dans de nombreux cas, donc une biopsie est préférable, mais si elle est impossible à réaliser (par exemple, lorsque la tumeur est située dans des parties du cerveau fonctionnellement importantes, qui comprend l'astrocytome du tronc cérébral), le médecin n'est guidé que par les résultats d'études non invasives.

Vidéo informative: test de la présence d'une tumeur dans le cerveau

Traitement des astrocytes

Le choix des tactiques de traitement dépend du stade de l'astrocytome, de son type, de son emplacement, de l'état du patient et bien sûr de la disponibilité du matériel nécessaire.

Chirurgie

L'ablation chirurgicale de l'astrocytome est la principale méthode de traitement. Étant donné que ces tumeurs se développent plus souvent dans les hémisphères cérébraux, les opérations sont généralement effectuées avec succès. Afin d'accéder à la partie requise du cerveau, une craniotomie du crâne est réalisée: le cuir chevelu est coupé, un fragment de l'os du crâne est retiré et la dure-mère est coupée. La tâche du chirurgien est d'éliminer le néoplasme au maximum avec une perte minimale de tissus sains. Les petits astrocytomes bénins subissent une résection totale, mais les formes diffuses sont totalement impossibles à couper..

Après l'ablation de l'astrocytome, le tissu cérébral est suturé et une plaque spéciale est mise en place pour le défaut osseux. La craniotomie est également utilisée pour la décompression de la pression intracrânienne, du déplacement cérébral et de l'hydrocéphalie. Dans le même temps, le site distant n'est pas mis en place.

L'ablation chirurgicale de l'astrocytome cérébral est très dangereuse. Les résections radicalaires et partielles entraînent la mort de 11 à 50% des patients, selon la gravité de l'état de la personne.

Il existe également un risque de complications:

  • la propagation des cellules tumorales lorsqu'elles sont excisées dans des tissus sains;
  • dommages au cerveau, aux nerfs, aux artères, aux saignements;
  • Œdème GM;
  • infection
  • thrombose.

L'utilisation de l'imagerie par résonance magnétique ou calculée pendant la chirurgie permet de minimiser le risque de conséquences après la chirurgie. Il existe également des traitements alternatifs pour les astrocytes, par exemple la radiochirurgie stéréotaxique, au cours de laquelle la tumeur est exposée à un puissant flux de rayonnement. Cela conduit à la mort des cellules cancéreuses et elles cessent de se diviser. Cette technologie est utilisée dans les installations de couteaux gamma. La procédure peut être effectuée une ou plusieurs fois. La radiochirurgie convient au traitement des tumeurs malignes infiltrantes ne dépassant pas 3,5 cm.

L'ablation du néoplasme peut se faire par des trous percés dans le crâne. Dans ce cas, des équipements endoscopiques ou cryochirurgicaux, des appareils laser et ultrasons sont utilisés. Les trois dernières méthodes ont été inventées il n'y a pas si longtemps, elles concernent des méthodes de traitement mini-invasives, elles peuvent donc être réalisées par des patients inopérables. Une sonde cryogénique avec de l'azote liquide, un laser puissant ou une échographie peuvent détruire les cellules cancéreuses dans des endroits où vous ne pouvez pas obtenir un scalpel. Ces méthodes sont très précises, elles ne provoquent pas de complications telles qu'une résection standard..

Vidéo informative:

Rayonnement et chimiothérapie

Le cancer du cerveau est également traité à l'aide d'un rayonnement radioactif, qui est envoyé au point souhaité et tue les cellules tumorales. La radiothérapie est en deuxième position après la chirurgie, avec son aide, les patients inopérables atteints d'astrocytome sont traités. Pour le 1er degré de malignité, il est rarement utilisé, par exemple, si l'ablation de la tumeur n'était pas complète, l'irradiation aidera à éliminer ses restes. Dans certains cas, il est prescrit avant la chirurgie pour réduire légèrement le néoplasme et améliorer l'état du patient..

Les métastases dans l'astrocytome cérébral sont traitées par irradiation de la tête entière..

Le cours et la dose de radiothérapie sont prescrits par le médecin sur la base des données IRM, qui sont effectuées après la résection, et des résultats d'une biopsie. La dose focale totale peut aller de 45 Gy à 70 Gy. L'irradiation est effectuée 5-6 fois par semaine pendant 2-3 semaines. Il existe également une méthode intracavitaire pour introduire des substances radioactives, c'est-à-dire qu'elles sont implantées dans la tumeur elle-même, augmentant ainsi l'efficacité du traitement..

La chimiothérapie avec astrocytome du cerveau est utilisée beaucoup moins fréquemment en raison des faibles résultats de cette méthode. Les médicaments de chimiothérapie sont divers poisons et toxines qui sont absorbés dans une plus large mesure par les cellules tumorales, ce qui entraîne un ralentissement de sa croissance et de sa mort. Prenez-les sous forme de comprimés ou de compte-gouttes par voie intraveineuse. Préparations pour le traitement des astrocytomes: carmustine, témozolomide, lomustine, vincristine.

La chimiothérapie et la radiothérapie ont un effet négatif non seulement sur les cellules cancéreuses, mais également sur le corps dans son ensemble. Par conséquent, une personne peut souffrir d'une intoxication, qui se manifeste par des nausées et des vomissements, des troubles gastro-intestinaux, une faiblesse générale, une perte de cheveux. Après l'arrêt du traitement, ces symptômes disparaissent. Il y a des conséquences plus dangereuses, telles que la nécrose des tissus et les troubles neurologiques, donc lors du choix d'un schéma thérapeutique, vous devez tout calculer avec précision.

Rechutes et conséquences de l'astrocytome

Après un traitement complexe, une réapparition de la tumeur est possible (rechute). Afin de l'identifier à temps, le patient doit constamment subir un examen préventif et une IRM. Vous devez également faire attention à l'apparition de symptômes cérébraux. Les rechutes avec astrocytome surviennent généralement au cours des deux premières années suivant la chirurgie. Ils nécessitent un traitement répété (cela peut être une intervention chirurgicale, une radiothérapie et une chimiothérapie), ce qui affecte négativement l'espérance de vie du patient.

Les rechutes surviennent plus souvent avec les glioblastomes et l'astrocytome anaplasique. De plus, la probabilité de retour d'une tumeur augmente si sa taille est grande et si l'ablation est partielle. La résection radicale (en particulier les formes bénignes) réduit ce risque au minimum.

Les patients atteints d'astrocytome g1 après le traitement peuvent même rester en mesure de travailler s'il y a eu une restauration complète des fonctions neurologiques, ce qui se produit dans 60% des cas. Pour la rééducation, il est nécessaire de subir des procédures physiothérapeutiques, des séances de massage thérapeutique et une éducation physique. Une personne apprend à marcher et à bouger, à parler, etc...

Souvent, une régression complète ne se produit pas et 40% des personnes reçoivent un handicap en raison des conséquences suivantes:

  • troubles moteurs, parésie des membres (dans 25%). Pour certains, cela conduit à l'incapacité de se déplacer de façon indépendante;
  • altération de la coordination, incapacité à effectuer des mouvements précis;
  • aggravation de l'acuité visuelle, rétrécissement du champ de vision, difficulté à distinguer les couleurs (chez 15% des patients);
  • l'épilepsie (les crises de Jackson demeurent chez 17% des personnes);
  • les troubles mentaux.

6% ont des troubles des fonctions cérébrales supérieures, en raison desquels une personne ne peut pas communiquer, écrire, lire, effectuer des mouvements simples.

Ces complications peuvent être uniques ou combinées entre elles, avoir des intensités différentes (de légères à très prononcées).

Astrocytome cérébral: pronostic

Au total, le pronostic après chirurgie pour les astrocytes cérébraux n'est pas mauvais: l'espérance de vie moyenne des patients est de 5 à 8 ans. Si l'ablation complète du néoplasme est impossible, le pronostic sera pire. La tendance des tumeurs à devenir plus malignes a un effet négatif sur les taux de survie. Une telle transformation se produit du deuxième degré au troisième en environ 5 ans, et du troisième au quatrième - après 2 ans.

Pour l'astrocytome cérébral pilocytaire, les taux de survie sont de 87% (5 ans) et 68% (10 ans), à condition qu'une résection tumorale radicale soit réalisée. Si l'opération n'est pas complètement supprimée ou si l'opération n'est pas possible, ces chiffres chutent de près de 2 fois. Plus sujettes à la croissance continue de gros astrocytomes, qui ont subi une résection partielle. Pour le cancer anaplasique et le glioblastome, l'espérance de vie moyenne après un traitement complexe est respectivement de 3 ans et 1 an.

Les facteurs favorables incluent le jeune âge, la détection précoce de la tumeur, la possibilité d'élimination radicale et le bon état du patient au moment du diagnostic.

L'astrocytome est un type courant de cancer du cerveau.

Les néoplasmes du tissu glial du cerveau sont parmi les types de tumeurs les plus courants. L'astrocytome est un cancer de différents degrés de malignité qui survient n'importe où dans le cerveau et provoque une mort humaine précoce: il est extrêmement difficile de vaincre une tumeur cérébrale, il est donc important de commencer le traitement le plus tôt possible à partir du moment où une tumeur est détectée.

L'astrocytome est l'un des types de tumeurs les plus courants dans la tête.

Astrocytome - qu'est-ce que c'est

Environ 40% de tous les tissus cérébraux sont appelés neuroglies (un tissu auxiliaire qui assure le fonctionnement normal des cellules nerveuses). L'astrocytome est une tumeur bénigne ou maligne, dont la base sont les astrocytes (cellules en forme d'étoile qui remplissent de nombreuses fonctions utiles). Quel que soit le type de structure histologique, un néoplasme en croissance exerce une pression sur les structures cérébrales, créant de nombreux problèmes pour l'homme.

Causes de la formation de tumeurs

Le principal facteur de risque est une prédisposition héréditaire (génétique): la présence de cas d'oncologie cérébrale dans la famille nécessite la vigilance des proches (il est conseillé de procéder périodiquement à un examen pour le diagnostic précoce du cancer du cerveau). Les facteurs provoquants et contributifs comprennent:

  • exposition aux rayonnements (radiographies fréquentes du haut du corps, étant au centre du rayonnement);
  • neuroinfection virale ou bactérienne (méningite, encéphalite);
  • exposition à des agents cancérigènes chimiques (production nocive);
  • blessures graves à la tête;
  • longue expérience du tabagisme;
  • immunodéficience sévère.

Il est loin d'être toujours possible de déterminer la cause de l'astrocytome: il est important de consulter un médecin le plus tôt possible si des symptômes négatifs liés à l'activité cérébrale apparaissent.

Types d'astrocytome

Une tumeur dans la tête peut être bénigne, mais cela n'améliore pas du tout le pronostic - la taille et la localisation du néoplasme sont plus importantes pour choisir une méthode de traitement. Selon le degré de malignité de l'astrocytome, il peut y avoir 4 types:

  1. Pilocytaire (environ 10%, nœud bénin à croissance lente, le plus souvent trouvé chez les enfants);
  2. Fibrillaire (jusqu'à 10%, tumeurs borderline à croissance diffuse avec des signes minimes de malignité);
  3. Anaplasique (environ 30%, une option défavorable avec un processus malin typique);
  4. Glioblastome (jusqu'à 50%, type de néoplasme extrêmement défavorable).

Jusqu'à 80% de tous les astrocytes sont des tumeurs malignes qui surviennent chez les personnes en âge actif (30 à 50 ans). Les enfants ont souvent des options bénignes, mais selon les statistiques, l'astrocytome est la deuxième cause (après la leucémie) des enfants qui meurent de l'oncologie.

Symptômes des troubles cérébraux

Une tumeur est une tumeur étrangère dans le cerveau. Tous les symptômes sont dus aux principaux facteurs suivants:

  • pression des nœuds sur les structures nerveuses;
  • accumulation de liquide intracérébral;
  • augmentation de la pression intracrânienne;
  • modification de la conduction nerveuse avec formation de symptômes neurologiques et mentaux spécifiques.

Il existe 2 groupes de panneaux:

  1. Général (maux de tête, nausées, vomissements, crampes, étourdissements avec évanouissement, faiblesse, somnolence, troubles mentaux);
  2. Focale (hallucinations, troubles de la vision, de l'ouïe et de l'odorat, parésie et paralysie, troubles de la coordination, problèmes d'élocution, d'attention et de mémoire, troubles hormonaux).

L'astrocytome est une variété de symptômes causés par l'emplacement du foyer tumoral: un neurologue ou un neurochirurgien expérimenté, sur la base de signes typiques, sera en mesure de suggérer où se situe le néoplasme dans le cerveau.

Sur le tomogramme, le médecin verra l'emplacement et la taille du néoplasme

Méthodes de diagnostic de base

Le cerveau est fermé par les os du crâne, la tomographie est donc la base d'un diagnostic réussi. En présence de plaintes typiques et de manifestations neurologiques de troubles cérébraux, le médecin dirigera les études suivantes:

Après avoir découvert un néoplasme, il est nécessaire de choisir l'option de traitement optimale, qui dépend largement de l'histotype de la tumeur, par conséquent, dans tous les cas, une biopsie du néoplasme doit être effectuée.

Tactiques thérapeutiques

La meilleure option de traitement est l'ablation chirurgicale de la tumeur. L'astrocytome détecté de petites tailles peut être réséqué par un neurochirurgien sans conséquences pour le patient, mais pas un seul médecin ne peut garantir à 100% la récupération. Il est optimal de réaliser l'opération en utilisant la méthode des ondes radio, dans laquelle il est possible d'éliminer le néoplasme avec un traumatisme minimal pour un tissu cérébral sain. En plus de la chirurgie, une radiothérapie et une chimiothérapie sont utilisées. Le traitement du cancer du cerveau est sélectionné individuellement pour chaque personne.

Prévision pour la vie

L'astrocytome est un type de tumeur dangereux. Facteurs pronostiquement favorables:

  • jeune âge;
  • Stade 1 (pilocytaire);
  • petite taille du néoplasme;
  • emplacement du foyer tumoral loin des centres cérébraux vitaux.

Avec une combinaison de facteurs favorables, l'enfant après l'opération peut vivre une vie longue et heureuse. Mais dans la plupart des cas, le pronostic de l'astrocytome est défavorable - les adultes atteints d'un cancer du cerveau diagnostiqué ne vivent pas plus de 2 à 5 ans. Au stade 1, la survie à 5 ans est d'environ 85%, à 2 - pas plus de 65%, à 3 - aucun des patients ne vit plus de 3 ans, à 4 - 1 an.

Symptômes, méthodes de traitement et pronostic de l'astrocytome cérébral

L'astrocytome est un néoplasme provenant de cellules neurologiques (astrocytes), semblable aux astérisques. Ils sont conçus pour réguler la quantité de liquide intercellulaire. Il se forme dans le cerveau. L'astrocytome peut être bénin et malin. Le néoplasme a la même densité que la moelle..

Description générale et mécanisme du développement de la maladie

La tumeur apparaît en raison d'une mauvaise division des astrocytes. Ce sont des cellules spéciales du système nerveux qui remplissent des fonctions importantes. Ils protègent les neurones des facteurs négatifs qui peuvent les blesser. Les astrocytes fournissent également un métabolisme normal à l'intérieur des cellules du cerveau..

De plus, ils régulent la fonctionnalité de la barrière hémato-encéphalique, contrôlent la circulation sanguine dans les deux hémisphères. Les cellules présentées absorbent les déchets libérés par les neurones. En raison de l'impact de facteurs externes ou internes négatifs, ils changent et ne peuvent normalement pas remplir leurs fonctions.

La perturbation de la fonction des cellules gliales affecte mal l'activité de l'ensemble du système nerveux. Les astrocytomes cérébraux sont les tumeurs les plus courantes. Ils sont localisés dans presque toutes les régions du cerveau. Chez l'adulte, le néoplasme se forme le plus souvent dans les hémisphères cérébraux, chez l'enfant - dans le cervelet.

Les nœuds pathologiques peuvent atteindre de grandes tailles de 5 à 10 cm, des kystes se forment parallèlement à l'astrocytome. Ces tumeurs se caractérisent par une croissance lente, de sorte que le pronostic du traitement est généralement favorable. Les jeunes ont un risque plus élevé d'une telle pathologie que les personnes âgées.

Raisons du développement de la pathologie

La tumeur se développe principalement chez les hommes âgés de 20 à 50 ans, bien que l'âge et le sexe ne soient pas un facteur déterminant. Les causes exactes de l'astrocytome n'ont pas encore été déterminées. Cependant, il existe des facteurs qui contribuent à son éducation:

  • Produits chimiques et raffinage du pétrole. L'empoisonnement chronique avec ces composés entraîne une modification de la plupart des processus métaboliques..
  • Virus hautement oncogènes.
  • Prédisposition génétique.
  • Exposition aux radiations. Il favorise la transformation de cellules saines en cellules malignes.

Elena Malysheva et les médecins nationaux du programme «Vivre en bonne santé!» parler des causes, des symptômes et des méthodes modernes de traitement de la pathologie:

  • Situation environnementale négative dans la zone de résidence.
  • Mauvaises habitudes. La consommation chronique de boissons alcoolisées et de tabac entraîne l'accumulation de toxines dans le corps humain. Ils contribuent également à l'apparition des cellules cancéreuses..
  • Mauvaise immunité.
  • Blessure à la tête.

Classification des tumeurs malignes

Tout dépend de la présence de signes de polymorphisme, de nécrose, de mitose, ainsi que de prolifération endothéliale:

  1. Premier degré (les tumeurs ne présentent qu'un des signes ci-dessus et sont également caractérisées par une forte différenciation).
  • Astrocytome piloïde.
  • Sous-épendymaire (possède d'énormes cellules à noyaux polymorphes, prend la forme d'un nœud, se situe le plus souvent dans la région des ventricules latéraux).
  1. Second degré. Ce sont des néoplasmes relativement bénins qui ont deux signes - la nécrose des tissus et la prolifération (prolifération des tissus) de l'endothélium. Ils affectent des parties fonctionnellement importantes du cerveau..
  • Fibrillaire.
  • Protoplasmique.
  • Hématocytaire.
  • Pléomorphe.
  • Mixte.
  1. Troisième degré - anaplasique.
  2. Quatrième degré - glioblastome.

Un article détaillé sur l'une des variétés d'une tumeur bénigne - l'angiome veineux du cerveau.

Astrocytome péloïde ver cérébelleux à l'IRM

Un type de pathologie distinct est l'astrocytome cérébelleux. Il est plus fréquent chez les jeunes patients. Ses symptômes dépendent de l'emplacement du néoplasme.

Caractéristiques de l'astrocytome piloïde et fibrillaire

L'astrocytome piloïde du cerveau est considéré comme une tumeur bénigne aux limites clairement définies. Le plus souvent, il est localisé dans le cervelet ou le tronc cérébral. Cette pathologie est diagnostiquée principalement chez les enfants. Si le patient n'a pas contacté le médecin au bon moment, alors dans la grande majorité des cas, cette tumeur dégénère en une formation maligne. Si le traitement a été commencé au début du développement de la pathologie, le pronostic de la vie est favorable. La tumeur se développe très lentement et ne réapparaît pratiquement pas après le retrait.

L'astrocytome fibrillaire du cerveau est une forme plus grave de la maladie, caractérisée par une tumeur maligne prédominante. Ce type de tumeur se développe plus rapidement, n'a pas de frontières prononcées. Même un traitement chirurgical ne donne pas un résultat positif à 100%. Un tel astrocytome se développe à l'âge de 20-30 ans, et même après la chirurgie, il peut se reproduire.

Lisez également sur le gliome du cerveau (l'une des maladies tumorales les plus courantes).

Autres types de tumeurs

L'astrocytome anaplasique du cerveau est considéré comme très dangereux. Il se caractérise par une croissance rapide. L'évolution de la pathologie est rapide et le pronostic est défavorable. Étant donné que le néoplasme se développe principalement dans les profondeurs des tissus, un traitement chirurgical n'est pas possible. Cette forme de la maladie se développe chez les patients de 35 à 55 ans..

Les types de tumeurs cérébrales bénignes et malignes sont décrits par un neurochirurgien, candidat aux sciences médicales Andrey A. Zuev:

Symptômes de pathologie

Aux premiers stades de son développement, la tumeur peut ne pas apparaître du tout. En cas de légère léthargie ou de fatigue, la personne ne consulte pas immédiatement un médecin, car elle ne peut même pas imaginer qu'elle forme une tumeur au cerveau. De plus, la tumeur grossit et perturbe le système nerveux. Ensuite, les symptômes généraux suivants apparaissent:

  • Mal de crâne. Il est présent en permanence ou se manifeste par des attaques périodiques. L'intensité et la nature des sensations peuvent être différentes. Le plus souvent, la douleur apparaît le matin ou au milieu de la nuit. Quant à la localisation des sensations désagréables, elles sont localisées dans une partie du cerveau ou s'étendent à toute la tête.
  • Vomissements et nausées. Il n'y a aucune raison à son apparition, mais l'attaque elle-même se produit de manière inattendue.
  • Vertiges. Cependant, le patient apparaît en sueur froide, la peau pâlit. Souvent, le patient perd connaissance.
  • État déprimé.
  • Fatigue et somnolence accrues.
  • Les troubles mentaux. Le patient présente une agressivité, une irritabilité ou une léthargie accrues. Il y a des problèmes de mémoire, une diminution des capacités intellectuelles. L'absence de traitement entraîne une altération complète de la conscience.
  • Crampes. Ce symptôme est considéré comme rare, mais il indique des problèmes avec le système nerveux..
  • Déficience visuelle et vocale.

Les symptômes focaux de la pathologie peuvent également être distingués. Tout dépend de la partie du cerveau endommagée:

  1. Astrocytome cérébelleux. Une telle violation se caractérise par des problèmes de coordination des mouvements, de la marche, de l'orientation dans l'espace.
  2. Région temporale gauche. Il y a une détérioration de la mémoire, de la parole, de l'attention, un changement de goût, l'apparition d'hallucinations. L'odorat et l'ouïe sont également altérés..
  3. Partie frontale. Le comportement du patient change complètement et une paralysie des bras ou des jambes sur une moitié du corps peut également se développer.
  4. La partie pariétale. L'astrocyotome dans ce domaine s'accompagne d'une déficience motrice. Le patient ne peut pas écrire correctement ses pensées sur papier.

Quels sont les symptômes qui devraient vous forcer à consulter un médecin et comment la médecine moderne résout le problème des tumeurs cérébrales, les médecins de l'Institut de recherche en neurochirurgie leur diront. N. N. Burdenko:

Si l'hémisphère droit est affecté, les problèmes de fonction musculaire sont plus prononcés du côté gauche et vice versa.

Caractéristiques du diagnostic de la maladie

Un diagnostic rapide est la moitié du succès. Plus tôt la maladie est détectée, plus elle est susceptible de la traiter rapidement. Pour un diagnostic correct, le patient doit subir un examen approfondi, qui comprend les procédures suivantes:

  • Examen initial et tests neurologiques. Le médecin doit examiner attentivement les antécédents médicaux du patient, recueillir des antécédents médicaux détaillés et enregistrer les plaintes du patient. Un neurologue effectue des tests d'évaluation pour détecter une violation de la fonctionnalité du système nerveux.
  • IRM, tomodensitométrie et tomographie par émission de positons. Ces types d'études sont considérés aussi précis que possible. Ici, vous pouvez déterminer la taille du néoplasme, le degré de sa malignité, la localisation exacte, ainsi que l'efficacité du traitement. Les techniques de diagnostic instrumentales vous permettent d'examiner le cerveau entier en couches. Autrement dit, il y a une visualisation complète de l'organe.

Ceci est la procédure pour l'IRM cérébrale

  • Angiographie. Grâce à l'agent de contraste, le médecin est capable de détecter les vaisseaux qui alimentent la tumeur.
  • Biopsie. Un fragment du néoplasme est nécessaire pour cette étude. Il est impossible de faire un diagnostic précis sans cette procédure..

Caractéristiques de la thérapie

L'astrocytome est considéré comme une maladie mortelle qui nécessite un traitement rapide. Il existe plusieurs méthodes pour lutter contre une telle tumeur cérébrale:

  1. Chirurgical. Le spécialiste doit retirer le tissu affecté avec un risque minimal de complications, bien qu'il soit difficile de prédire quelque chose avec le cerveau. L'opération est réalisée plus souvent dans les premiers stades de l'astrocytome. C'est la principale méthode de thérapie réussie. Pour accéder à la tumeur, il faut couper la peau, retirer une partie du crâne et diviser la coque dure du cerveau. Mais les formes diffuses de pathologie ne peuvent pas être complètement éliminées. De plus, les tissus mous sont suturés, et une plaque spéciale est mise en place de l'os coupé. Des complications graves peuvent survenir après la chirurgie: œdème cérébral, thrombose, infection, lésions des vaisseaux sanguins ou des nerfs, et accélération de la propagation des cellules malignes. Pour éviter les conséquences négatives, l'état du cerveau pendant l'opération est surveillé en permanence par CT ou IRM.

Sur la façon dont la procédure chirurgicale est effectuée, voir la vidéo plus en détail:

  1. Radiochirurgie. Dans ce cas, des faisceaux radio sont utilisés pour éliminer les tissus affectés. Cependant, un tel équipement ne peut être utilisé que si la taille du néoplasme ne dépasse pas 3,5 cm.Des techniques plus récentes sont également utilisées pour l'opération: couteau gamma, endoscopie, cryochirurgie, faisceau laser, échographie.
  2. Thérapie chimique et radiologique. Dans le deuxième cas, le rayonnement est utilisé pour tuer les cellules tumorales. À l'aide de la radiothérapie, le traitement des patients contre-indiqués en chirurgie est effectué. Pour lutter contre la pathologie du 1er degré, cette méthode est utilisée extrêmement rarement, et seulement après ablation de la tumeur. Pour détruire les métastases des astrocytomes, il est nécessaire d'irradier toute la tête. Quant à la chimiothérapie, son efficacité n'est pas très élevée, par conséquent, un tel traitement est rarement utilisé..

Tout traitement sera efficace si une tumeur cérébrale est détectée à temps. Bien que certains types d'astrocytomes entraînent une mort rapide.

Les conséquences et le pronostic de la maladie

Une fois l'ensemble du traitement terminé, la tumeur peut réapparaître, le patient doit donc subir périodiquement des examens préventifs. Vous devez également consulter d'urgence un médecin si une personne présente à nouveau des symptômes généraux de pathologie. En cas de rechute, le patient doit subir un deuxième traitement..

Le plus souvent, la réapparition de la tumeur est caractéristique du glioblastome, ainsi que de l'astrocytome anaplasique. Le risque de rechute augmente si le néoplasme a été partiellement retiré. Plus de 40% des patients deviennent handicapés. Ils sont diagnostiqués avec les complications suivantes:

  • Troubles du mouvement.
  • Parésie et paralysie, qui privent une personne de la capacité de se déplacer.

De plus, le patient aggrave la coordination, la vision (il y a des problèmes non seulement avec l'acuité, mais aussi avec la discrimination des couleurs). La plupart des patients développent une épilepsie, ainsi que des troubles mentaux. Certaines personnes sont privées de la possibilité de communiquer, lire et écrire, effectuer des mouvements simples. L'intensité et le nombre de complications peuvent varier..

La prévention

S'il n'y a rien à faire concernant la prédisposition héréditaire, alors d'autres facteurs négatifs peuvent être combattus. Afin de réduire le risque de développer la maladie, il est nécessaire de suivre les recommandations des spécialistes:

  1. Mangez rationnellement. Il vaut mieux refuser les plats nocifs, les produits contenant des conservateurs, des colorants ou autres additifs. Il vaut mieux donner la préférence aux aliments cuits à la vapeur, manger plus de légumes et de fruits.
  2. Arrêtez de boire et de fumer.
  3. Utilisez des complexes de vitamines et tempérez le corps pour renforcer l'immunité.
  4. Il est important de vous protéger contre le stress qui a un effet négatif sur le système nerveux..
  5. Il est conseillé de changer de lieu de résidence si la maison se trouve dans une zone défavorisée pour l'environnement.
  6. Évitez les blessures à la tête.
  7. Subir régulièrement des examens préventifs..

Si une personne a une tumeur au cerveau (astrocytome), ne tombez pas immédiatement dans le désespoir. Il est important de vous mettre en place pour un résultat positif et d'écouter les recommandations des médecins. La médecine moderne peut prolonger la vie des patients cancéreux et parfois soulager complètement la pathologie.

Astrocytome anaplasique

Qu'est-ce que l'astrocytome anaplasique?

L'astrocytome anaplasique est une tumeur maligne rare du cerveau..

Les astrocytomes sont des tumeurs qui se développent à partir de certaines cellules du cerveau stellaires appelées astrocytes. Les astrocytes et les cellules similaires forment le tissu qui entoure et protège les autres cellules nerveuses situées dans le cerveau et la moelle épinière. Ensemble, ces cellules sont appelées cellules gliales et les tissus qu'elles forment sont appelés tissus gliaux. Les tumeurs qui proviennent du tissu glial, y compris les astrocytomes, sont collectivement appelées gliomes..

Les symptômes de l'astrocytome anaplasique varient en fonction de l'emplacement spécifique et de la taille de la tumeur. La cause spécifique de cette tumeur est inconnue..

Les astrocytomes sont classés selon un système de notation développé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les astrocytomes sont de quatre types, selon le taux de reproduction cellulaire et la probabilité qu'ils se propagent (pénètrent) dans les tissus voisins.

Les astrocytomes de degré I ou II ne sont pas malins et peuvent être appelés tumeurs de faible qualité. Les astrocytomes de degré III et IV sont malins et peuvent être appelés astrocytomes de malignité élevée. L'astrocytome anaplasique fait référence à l'astrocytome du degré III. L'astrocytome de grade IV est connu sous le nom de glioblastome multiforme. Les tumeurs de degré inférieur peuvent éventuellement se transformer en tumeurs de malignité plus élevée..

Signes et symptômes

Les symptômes de l'astrocytome anaplasique varient en fonction de l'emplacement exact et de la taille de la tumeur. La plupart des symptômes sont le résultat d'une pression accrue dans le cerveau. L'astrocytome anaplasique se développe généralement lentement, mais peut également se développer rapidement..

Une pression accrue dans le cerveau peut être causée par la tumeur elle-même ou le blocage d'espaces remplis de liquide dans le cerveau appelés les ventricules, ce qui conduit à une accumulation anormale de liquide céphalorachidien dans le cerveau. Les symptômes couramment associés aux astrocytomes anaplasiques comprennent:

  • maux de tête;
  • léthargie;
  • somnolence;
  • vomissement
  • changements de personnalité ou état mental.

Dans certains cas, vous pouvez également rencontrer:

  • crampes
  • problèmes de vue;
  • faiblesse des bras et des jambes, entraînant des problèmes de coordination.

Des symptômes plus spécifiques concernent la zone du cerveau où se trouve la tumeur. Les astrocytomes anaplasiques peuvent se développer dans n'importe quelle zone du système nerveux central, bien que dans la plupart des cas, ils se trouvent dans une grande partie arrondie du cerveau (cerveau), qui occupe la majeure partie du crâne. Le cerveau est divisé en deux moitiés, appelées hémisphères cérébraux. Des astrocytomes anaplasiques peuvent se développer dans les lobes frontaux, temporaux, pariétaux et occipitaux du cerveau.

Une tumeur dans le lobe frontal peut provoquer des problèmes de mémoire, des changements de personnalité et d'humeur et une paralysie (appelée hémiplégie) du côté du corps opposé à la tumeur. Les tumeurs du lobe temporal peuvent provoquer des convulsions, des problèmes de mémoire, de coordination et d'élocution. Les tumeurs du lobe pariétal peuvent causer des difficultés de communication par l'écriture (agrafia), la motricité fine ou des anomalies sensorielles telles que des picotements ou des brûlures (paresthésie). Les tumeurs du lobe occipital peuvent entraîner une perte de vision.

D'autres endroits communs pour les astrocytomes anaplasiques comprennent la partie du cerveau qui contient le thalamus et l'hypothalamus (diencéphale), la partie inférieure du cerveau près de l'arrière du cou, qui contrôle les mouvements et l'équilibre (cervelet), et la moelle épinière.

Les tumeurs du diencéphale peuvent provoquer des maux de tête, de la fatigue, une faiblesse des bras et des jambes, des problèmes de vision et des déséquilibres hormonaux. Les tumeurs du cervelet peuvent provoquer des maux de tête, des changements de personnalité ou de comportement et des problèmes d'équilibre. Les tumeurs de la moelle épinière peuvent causer des maux de dos, des troubles sensoriels tels que des picotements ou une sensation de brûlure (paresthésie), une faiblesse et des troubles de la marche.

Causes et facteurs de risque

La cause exacte de l'astrocytome anaplasique est inconnue. Les chercheurs suggèrent que les anomalies génétiques et immunologiques, les facteurs environnementaux (par exemple, l'exposition aux rayons ultraviolets, à certains produits chimiques, aux rayonnements ionisants), l'alimentation, le stress et / ou d'autres facteurs peuvent jouer un rôle décisif dans la survenue de certains types de cancer..

Les scientifiques mènent des recherches fondamentales en cours pour en savoir plus sur les nombreux facteurs pouvant conduire au cancer..

Les astrocytomes sont plus fréquents dans certains troubles génétiques, notamment la neurofibromatose de type I, le syndrome de Li-Fraumeni et la sclérose tubéreuse. À l'exception de ces maladies rares, la grande majorité des astrocytes ne sont pas transmis à la progéniture avec une plus grande fréquence.

Les chercheurs pensent que certaines personnes peuvent avoir une prédisposition génétique à développer un astrocytome. Une personne qui est génétiquement prédisposée au trouble est porteuse du gène (ou des gènes) de la maladie, mais il ne peut être exprimé que s'il est provoqué ou «activé» dans certaines circonstances, par exemple, en raison de certains facteurs environnementaux.

Populations affectées

Les astrocytomes anaplasiques affectent les hommes plus souvent que les femmes. La fréquence exacte de ces tumeurs est inconnue. L'astrocytome anaplasique et le glioblastome multiforme toucheraient 5 à 8 personnes sur 100 000 dans la population générale. Les astrocytomes anaplasiques sont plus fréquents chez l'adulte que chez l'enfant. Chez l'adulte, l'astrocytome anaplasique se développe généralement entre 30 et 50 ans. Les astrocytomes et les tumeurs apparentées (oligodendrogliomes) sont les tumeurs cérébrales primaires les plus courantes chez l'adulte.

Chez les enfants, l'astrocytome anaplasique se développe généralement entre 5 et 9 ans. Les tumeurs malignes (c'est-à-dire l'astrocytome anaplasique et le glioblastome multiforme) représentent environ 10% des tumeurs de la tige du système nerveux central chez les enfants. Les astrocytomes dans leur ensemble représentent plus de la moitié de toutes les tumeurs primaires infantiles du système nerveux central. La plupart des astrocytomes (environ 80%) chez les enfants de bas grade.

Troubles similaires

Les symptômes des troubles suivants peuvent être similaires à ceux de l'astrocytome anaplasique. Les comparaisons peuvent être utiles pour le diagnostic différentiel..

Les autres tumeurs cérébrales doivent être distinguées des astrocytomes anaplasiques. Ces tumeurs comprennent les tumeurs métastatiques, les lymphomes, les hémangioblastomes, les craniopharyngiomes, les tératomes, les épendymomes et les médulloblastomes.

Des conditions supplémentaires qui peuvent ressembler à un astrocytome anaplasique comprennent l'inflammation des méninges entourant le cerveau et la moelle épinière (méningite) et la pseudotumeur du cerveau (hypertension intracrânienne bénigne).

Diagnostique

Le diagnostic d'astrocytome anaplasique est basé sur une évaluation clinique approfondie, une histoire détaillée du patient et diverses méthodes d'imagerie, y compris la tomodensitométrie (TDM) et l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

Pendant les tomodensitogrammes, un ordinateur et des rayons X sont utilisés pour créer un film montrant des images dans le contexte de certaines structures tissulaires.

L'IRM utilise un champ magnétique et des ondes radio pour obtenir des images de coupes transversales d'organes et de tissus individuels du corps. Ces techniques d'imagerie peuvent également être utilisées pour évaluer la taille, l'emplacement et l'expansion de la tumeur et pour faciliter les futures interventions chirurgicales..

L'ablation chirurgicale et l'évaluation microscopique (biopsie) des tissus de la tumeur sont utilisées pour finaliser le diagnostic..

Méthodes de traitement standard

La gestion thérapeutique des patients atteints d'astrocytome anaplasique peut nécessiter les efforts coordonnés d'une équipe de médecins spécialistes, tels que des médecins spécialisés dans le diagnostic et le traitement du cancer (oncologues médicaux), des spécialistes de l'utilisation des rayonnements pour le traitement du cancer (radio-oncologues), des chirurgiens, des neurologues, des infirmières en oncologie et autres professionnels de la santé.

Les procédures et interventions thérapeutiques spécifiques peuvent varier en fonction de nombreux facteurs, tels que:

  • localisation de la tumeur primaire;
  • le degré de tumeur primaire (stade) et le degré de malignité;
  • si la tumeur s'est propagée aux ganglions lymphatiques ou à des sites distants (ce qui est rare dans les astrocytomes);
  • l'âge humain et la santé générale;
  • etc. les facteurs.

Les décisions concernant l'utilisation d'interventions spécifiques doivent être prises par les médecins et les autres membres de l'équipe de santé en étroite consultation avec le patient, sur la base:

  • spécificités du cas;
  • une discussion approfondie des avantages et risques potentiels;
  • les préférences des patients;
  • et autres facteurs pertinents.

Les trois principales formes de traitement de l'astrocytome anaplasique sont:

  1. intervention chirurgicale;
  2. radiothérapie;
  3. chimiothérapie.

Ces traitements peuvent être utilisés seuls ou en combinaison les uns avec les autres. Dans la plupart des cas, le traitement initial est une intervention chirurgicale visant à retirer le plus de tumeur possible (résection). Parfois, seule une partie d'une tumeur peut être retirée en toute sécurité car les cellules malignes peuvent se propager aux tissus cérébraux environnants..

Comme la chirurgie ne peut souvent pas éliminer complètement la tumeur, la radiothérapie et la chimiothérapie sont généralement utilisées après la chirurgie pour poursuivre le traitement..

L'irradiation postopératoire pour le traitement des maladies résiduelles connues ou possibles est souvent utilisée pour les astrocytomes anaplasiques. Si la chirurgie initiale n'est pas possible en raison de la localisation spécifique et / ou de la progression du cancer, le traitement peut inclure uniquement des radiations.

La radiothérapie détruit ou endommage principalement les cellules à division rapide, principalement les cellules cancéreuses. Cependant, certaines cellules saines (par exemple, les follicules pileux, la moelle osseuse, etc.) peuvent également être endommagées, ce qui entraîne certains effets secondaires. Ainsi, pendant une telle thérapie, le rayonnement traverse les tissus malades à des doses soigneusement calculées pour détruire les cellules cancéreuses tout en minimisant l'exposition et les dommages aux cellules normales. La radiothérapie vise à détruire les cellules cancéreuses en stockant de l'énergie qui endommage leur matériel génétique, en empêchant ou en ralentissant la croissance et la reproduction des cellules cancéreuses..

La thérapie avec certains médicaments anticancéreux (chimiothérapie) peut également être utilisée pour traiter les personnes atteintes d'astrocytome anaplasique. Un seul agent chimiothérapeutique a été approuvé pour le traitement des adultes atteints d'astrocytome anaplasique, et aucun n'a été approuvé pour une utilisation chez les enfants. La plupart des agents chimiothérapeutiques n'ont montré qu'une efficacité limitée dans le traitement des personnes atteintes d'astrocytome anaplasique..

La Food and Drug Administration (FDA) a approuvé le témozolomide (Temodar) pour le traitement des adultes atteints d'astrocytome anaplasique qui ne répond pas à d'autres formes de thérapie (astrocytome anaplasique réfractaire).

Prévisions: taux de survie et espérance de vie

Selon l'American Cancer Society, le pourcentage de personnes atteintes d'astrocytome anaplasique qui vivent 5 ans après le diagnostic est:

  • 49 pour cent pour les personnes âgées de 22 à 44 ans;
  • 29 pour cent pour les personnes âgées de 45 à 54 ans;
  • 10 pour cent pour les personnes âgées de 55 à 64 ans.

Il est important de se rappeler que ce ne sont que des valeurs moyennes. Plusieurs facteurs peuvent affecter la survie, notamment:

  • la taille et l'emplacement de votre tumeur;
  • si la tumeur a été enlevée complètement ou partiellement chirurgicalement;
  • si la tumeur est nouvelle ou récurrente;
  • santé générale du patient.

Votre médecin peut vous donner une meilleure idée du pronostic en fonction de ces facteurs..