Endomètre atrophique - ce qui sous-tend la maladie

Carcinome

Atrophie du col de l'utérus, c'est quoi? L'atrophie utérine est le diagnostic le plus souvent posé aux femmes qui ont atteint la cinquantaine. À cet âge, une transition physiologique progressive commence de la maturité féminine à la phase de relaxation physiologique.

À cet âge, les fonctions associées à l'accouchement s'estompent. Ne contournez pas les changements et l'utérus, car ce corps est directement impliqué dans le portage du bébé. À ce stade, cet organisme n'est pas impliqué et les fonctions qui lui sont attribuées ne sont pas demandées..

Dans le contexte des changements de l'activité ovarienne, un flétrissement progressif de l'utérus se produit. Elle revient à peu près au même niveau qu'elle avait avant la puberté. Les premiers signes d'atrophie utérine peuvent devenir perceptibles à l'âge de quarante-huit ans. Dans de rares cas, ce processus peut également être observé chez les femmes plus jeunes. Dans de rares cas, les changements liés à l'âge dans l'utérus commencent à un âge plus avancé..

La période entière d'extinction de la fonction fertile est divisée en plusieurs étapes. À savoir, la préménopause, la ménopause, la postménopause. Et si en préménopause les changements ne font que commencer et ne sont pas très visibles, alors en ménopause ils prennent un caractère plus global.

Il convient de noter immédiatement que tous les changements dans le corps de la femme sont irréversibles. Plus le niveau d’œstrogène dans le sang est bas, plus les organes reproducteurs de la femme s’arrêtent rapidement. Et à la fin, il arrive un moment où la conception et le port d'un enfant deviennent impossibles.

En outre, d'autres organes et systèmes de femmes subissent des changements majeurs. Le processus lui-même peut se produire presque imperceptiblement, ou vice versa, accompagné de tout un tas de sensations désagréables. De nombreux changements peuvent commencer de façon inattendue pour une femme et créer beaucoup de problèmes..

Définition

L'atrophie de l'endomètre est une condition naturelle pour les femmes d'un certain âge. Ce que c'est? Il s'agit d'un état de la muqueuse de la cavité utérine lorsqu'elle s'amincit et diminue de volume avec l'utérus. Il s'agit de l'état normal de la muqueuse pour les femmes après la ménopause, leur endomètre est très mince et ne se met pas à jour. Cela se produit progressivement, sous l'influence du déséquilibre hormonal, lorsque le niveau d'oestrogène, responsable de la mise à jour et de la construction de l'endomètre, diminue. Le processus commence à l'âge de 45 à 50 ans et se termine dans les 5 à 10 ans après la dernière période menstruelle.

Cependant, parfois, cette condition peut également se développer chez les femmes en âge de procréer. Dans ce cas, il est considéré comme une pathologie, ce qui indique une insuffisance hormonale importante. Habituellement, cela s'accompagne également d'un manque de menstruations et conduit potentiellement à l'infertilité, car l'embryon ne peut pas se fixer complètement à la muqueuse atrophiée. Parce que cette condition nécessite un traitement immédiat.

Habituellement, le traitement commence en temps opportun, car la maladie présente une symptomatologie assez prononcée et oblige les patients à consulter un médecin. Le pronostic dans la plupart des cas est favorable..

Nature liée à l'âge de l'atrophie de l'endomètre

À la périménopause, qui dure en moyenne environ 2 ans à compter de la fin des dernières menstruations, la fonctionnalité de la couche endométriale est complètement perdue. La diminution de la production d'hormones sexuelles entraîne des changements physiologiques dans l'endomètre, qui ne peuvent plus se développer et se mettre à jour régulièrement, les menstruations cessent.

Dans les couches utérines, l'intensité du flux sanguin diminue, la norme de l'épaisseur de l'endomètre utérin avec la ménopause est déterminée à un niveau ne dépassant pas 4-5 mm.

Les changements normaux dans les tissus de l'endomètre se caractérisent par les symptômes suivants:

  • distribution inégale des glandes dans le tissu endométrial avec des structures kystiques partiellement arrondies;
  • la présence de sites endométriaux non fonctionnels et de fragments individuels avec des foyers glandulaires-hyperplasiques exposés à une petite quantité d'oestrogène;
  • hétérogénéité dans la densité tissulaire stromale.

L'endomètre de l'utérus se transforme progressivement d'un état d'épithélium transitionnel en atrophique. Il se distingue par de telles caractéristiques:

  • diffère peu de la couche basale, car elle ne subit pas de changements cycliques;
  • a une structure densifiée de nature fibreuse et la présence de sites de tissu conjonctif;
  • contient un petit nombre de glandes tubulaires constituées d'un épithélium cylindrique.

L'atrophie est divisée en plusieurs types. Son caractère est influencé par l'état de la couche endométriale, qui a précédé le début de la ménopause:

  • Le développement d'une forme simple d'atrophie de l'endomètre est observé avec des processus prolifératifs insuffisamment exprimés dans la 1ère moitié du cycle menstruel ou phase sécrétoire. Ensuite, l'image histologique est caractérisée par la présence dans le tissu endométrial de structures fibreuses et d'un nombre limité de glandes.
  • La forme kystique de l'atrophie est plus courante dans les cas où, au cours de la période précédant le début de la ménopause, la femme présentait des signes de modifications dysplasiques glandulo-kystiques. Dans l'image morphologique, l'expansion des glandes à paroi mince sous forme de petits kystes est perceptible.

Avec des changements prononcés dans la nature fibreuse, lorsque le tissu stromal est saturé de zones fibreuses, ils parlent de signes de transformations dégénératives liées à l'âge du tissu endométrial.

Si une femme ménopausée a un écoulement sanglant des voies génitales, vous devriez certainement consulter un gynécologue. Souvent, dans de tels cas, une section de l'épithélium se trouve dans l'endomètre, qui répond à une faible production d'oestrogène. Cette option est possible avec la formation de néoplasmes dans les appendices ou les glandes surrénales, le développement de l'oncopathologie. Ignorer les visites chez un gynécologue par des patients d'âge n'est pas justifié et peut se transformer en une situation où beaucoup de temps sera perdu pour mener une thérapie appropriée.

Les causes

Dans la grande majorité des cas, l'endométrite atrophique se développe à la suite d'un complexe de facteurs internes et externes. De plus, des commissures se forment souvent avec lui, qui deviennent elles-mêmes un facteur provoquant. S'ils sont présents, l'atrophie progresse, plus vite, plus d'adhérences sont disponibles. Ainsi, les causes de ce phénomène sont les suivantes:

  • Avortements fréquents (mécaniques ou spontanés) et accouchements;
  • Curetage de l'endomètre, thérapeutique et diagnostique, après quoi il est mal restauré;
  • Déséquilibre hormonal, qui conduit non seulement à un amincissement de la muqueuse, mais aussi à l'arrêt de son renouvellement cyclique;
  • Dispositifs intra-utérins (avec une mauvaise qualité du produit, une installation inexacte, avec la prédisposition d'un patient, etc.);
  • Toute intervention chirurgicale sur l'utérus et les trompes de Fallope, quelle que soit la méthode.

Les médecins identifient également plusieurs groupes à risque pour cette maladie. Les représentants de ces groupes sont plus susceptibles que tous les autres de subir un tel développement de changements endométriaux après les interventions. Ce sont les personnes atteintes de maladies endocriniennes, en particulier le diabète sucré, les femmes souffrant d'obésité de type morbide, fréquentes dans l'espace post-soviétique, l'hypertension.

Comme mentionné ci-dessus - la cause la plus courante de cette condition est le début de la ménopause. Dans ce cas, le traitement n'est pas nécessaire. Et parmi les femmes en âge de procréer, cette condition n'est pas trop répandue..

Type de frottis atrophique: parakératose

Un frottis sur la cytologie est l'une des études gynécologiques les plus importantes. Pour un gynécologue, c'est le moyen le plus simple et le plus fiable de savoir dans quel état se trouve le col de l'utérus..
Un type de frottis atrophique est un bon moyen fiable de connaître le rapport quantitatif des cellules standard et parabasales. Cette analyse permet d'avoir une image claire de l'état du col de l'utérus, ainsi que de connaître la quantité d'hormones dans les ovaires.

Le type de frottis atrophique (que vous pouvez lire dans cet article) est considéré comme la méthode la plus fiable pour passer des tests gynécologiques de cytologie. Cette méthode est considérée comme très simple et abordable pour tous les segments de la population féminine. Avec son aide, vous pouvez déterminer l'état du col de l'utérus et prendre des mesures thérapeutiques ou préventives ultérieures..

Le type de frottis atrophique pour la cytologie a pour objectif principal - d'identifier les cellules non naturelles et étrangères dans le corps féminin. Habituellement, dans un état normal et sain d'une femme, ces cellules sont absentes. Très souvent, ce sont ces cellules étrangères qui sont à l'origine de l'apparition de tumeurs malignes.

Si le gynécologue vous informe que le résultat de l'analyse n'est pas satisfaisant, ne retardez en aucun cas le traitement. S'il y a des écarts de tout type, subissez immédiatement des recherches médicales supplémentaires pour aider à établir le tableau d'ensemble. Le plus souvent, ces examens aident à détecter le cancer aux premiers stades. Plus tôt vous commencerez le traitement, plus il aura de chances de réussir.

Diagnostiquer cette maladie ne peut être gynécologue qu'après examen. Pour traiter efficacement cette maladie, il est recommandé de restaurer le fond hormonal. Le spécialiste sélectionnera les médicaments en fonction de votre analyse. Dans ce cas, l'hormone œstrogène peut pénétrer dans le corps féminin à l'aide de comprimés, de suppositoires, de pansements ou de pommades. Il est également recommandé de prendre des vitamines et d'augmenter le tonus vaginal à l'aide d'exercices spéciaux..

La parakératose est une maladie du col de l'utérus, à savoir la kératinisation de sa couche muqueuse. Ce phénomène est le plus souvent associé à des facteurs traumatiques. Cela peut inclure une intervention médicale, ainsi que la formation d'infections. Le papillomavirus humain n'est pas exclu.

Pour le traitement de cette maladie, la muqueuse cervicale est grattée et étudiée plus avant pour déterminer la présence de cellules étrangères. La cautérisation au laser des zones endommagées est souvent utilisée. En aucun cas, vous ne devez traiter cette maladie avec des méthodes alternatives.

Symptômes

L'atrophie de l'endomètre présente des symptômes caractéristiques, par conséquent, elle est généralement bien diagnostiquée. Les signes typiques de cette condition sont:

  • Des irrégularités menstruelles, généralement exprimées dans son allongement et son raccourcissement de la période de saignement, et avec le temps, les menstruations peuvent disparaître complètement;
  • Écoulement très rare pendant les menstruations;
  • Infertilité prolongée ou très faible probabilité de grossesse;
  • Des fausses couches fréquentes dans les plus brefs délais (au cas où vous tomberiez enceinte après tout);
  • Au cours de la période climatérique, au contraire, elle peut se manifester par des saignements mineurs, qui ne devraient normalement pas être liés à la ménopause;
  • Gêne pendant les rapports sexuels;
  • Douleur intense dans le bas de l'abdomen, parfois aiguë, associée ou non au cycle menstruel.

La manifestation la plus caractéristique qui se produit avec le fort développement de la pathologie est l'arrêt complet des menstruations. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée à ce stade. À ce sujet, elle est toujours prête à un traitement relativement simple..

Classification

Les synéchies intra-utérines sont classées par structure histologique.

  1. Film. Dans ce cas, les patients sont diagnostiqués avec une forme bénigne du syndrome d'Asherman. Le médecin détermine le changement pathologique à l'aide de l'hystéroscopie.
  2. Synéchie intra-utérine fibromusculaire. Après la dissection, ils ont tendance à saigner, car ils sont soudés étroitement à la muqueuse de l'endomètre.
  3. Tissu conjonctif. Les patients ont une forme sévère de syndrome d'Asherman. Pour faire face à une telle formation pathologique, les médecins recommandent une intervention chirurgicale.

Les adhérences peuvent couvrir différentes zones et zones de la cavité utérine, il existe donc une forte probabilité de dommages aux trompes de Fallope. En l'absence de traitement approprié, une atrophie de la muqueuse de l'endomètre et d'autres changements pathologiques se développent.

Diagnostique

La condition est diagnostiquée à l'aide d'un certain nombre d'outils et d'études. Les approches suivantes sont généralement utilisées:

  1. Antécédents médicaux, au cours desquels le médecin découvre les symptômes de la maladie, ainsi que leur durée d'apparition, etc., ainsi que l'état de reproduction, les caractéristiques de la vie sexuelle d'une femme, les maladies gynécologiques (et pas seulement) dans le passé, etc..
  2. Un examen gynécologique à l'aide de miroirs et de colposcopie est effectué afin d'exclure d'autres causes évidentes du développement de symptômes désagréables;
  3. Un test sanguin pour les hormones pour établir les causes indirectes des changements, parfois aussi un test sanguin général et / ou biochimique;
  4. L'échographie vous permet d'évaluer directement l'épaisseur de l'endomètre;
  5. Hystéroscopie pour une évaluation visuelle au besoin.

Le diagnostic est posé sur la base d'un ensemble de données obtenues à l'issue de l'examen. Sur la base de ces données, un traitement est prescrit qui aide à restaurer l'endomètre atrophique.

À quoi ressemble le frottis?

En regardant le frottis à l'œil nu, il est impossible de comprendre que quelque chose ne va pas avec lui. En effet, extérieurement, il ne diffère en rien du frottis d'une jeune femme en bonne santé. Par conséquent, un examen cytologique (type de frottis atrophique) ne peut être effectué qu'à l'aide d'un microscope moderne. Les femmes devraient prêter attention au fait que cela devrait être fait tous les six mois pour maintenir leur santé et leur longévité..

Le type de frottis atrophique (ce que cela signifie peut être lu dans cet article) a l'apparence de cellules parabasales, qui constituent la majeure partie de la masse cellulaire totale. La carence en œstrogènes conduit au fait que le tissu épithélial du vagin ne passe pas dans d'autres types de tissus, et c'est le principal problème.

Les scientifiques ont également remarqué que plus l'atrophie est progressive, plus le noyau des cellules parabasales augmente. Les stades atrophiques les plus profonds permettent de remarquer que le noyau devient si gros qu'il peut déplacer tous les autres éléments vitaux de la cellule. Malgré le fait que le noyau augmente considérablement, la cellule elle-même reste la même..

Complications

Pour une femme en âge de procréer, une telle maladie présente de nombreux dangers et complications. Cela entraîne les conséquences suivantes:

  • Une réduction significative de la probabilité de grossesse, puis, tout à fait, l'infertilité. Cela est dû au fait que l'embryon ne pourra pas se fixer à un endomètre modifié et aminci, et même s'il s'y attache, une fausse couche se produira le plus tôt possible, car le fœtus potentiel ne recevra pas suffisamment de nutriments de l'endomètre et son processus de développement s'arrêtera;
  • Des adhérences se forment presque toujours avec cette maladie. Habituellement, ils sont localisés près des trompes de Fallope et au fond de l'organe. Ils peuvent provoquer une gêne et des douleurs importantes, encore plus entraver la grossesse, etc..

De plus, des symptômes de douleur intenses seront présents, et un inconfort ultérieur lors des rapports sexuels peut apparaître.

Étiologie

L'atrophie de l'endomètre utérin se produit pour des raisons physiologiques (naturelles) et pour diverses maladies du système reproducteur féminin.

Les causes naturelles incluent les changements liés à l'âge conduisant à la ménopause.

Les processus atrophiques dans la muqueuse utérine sont étroitement associés à un signe tel que l'absence de menstruations. Par conséquent, les causes et les facteurs de risque comprennent:

  • sous-développement des glandes sexuelles;
  • tumeurs de l'hypophyse et de l'hypothalamus, entraînant une stimulation insuffisante du développement de l'utérus chez les filles et les filles;
  • malnutrition, malnutrition;
  • stress sévère, activité physique trop intense, grande perte de protéines;
  • syndrome des ovaires épuisés, hypoestrogénisme;
  • ablation des ovaires avec leur tumeur maligne ou suppression de la fonction des médicaments;
  • endométrite chronique sur fond d'avortements répétés, curetage de la cavité utérine.

Thérapie

La principale direction de la thérapie avec ce diagnostic est d'augmenter l'endomètre, de normaliser son état et la fréquence de mise à jour et de restaurer la fonction reproductrice de la femme. Mais, comme déjà mentionné ci-dessus, cette condition doit être traitée exclusivement chez les femmes en âge de procréer. Les méthodes suivantes sont utilisées pour cela:

  • L'hormonothérapie est réalisée avec des préparations d'œstrogènes, qui sont responsables de la croissance de l'endomètre, ou des contraceptifs oraux combinés, qui ont deux composants - l'œstrogène et la progestérone. Le médicament est prescrit sur la base des données d'un test sanguin pour les hormones. La durée du traitement est de deux à quatre mois;
  • Hystéroscopie ou autres opérations légèrement invasives, au cours desquelles le médecin racle l'endomètre pathologique, dissèque les adhérences, cautérise les foyers de destruction, s'ils sont visibles.

Habituellement, ces deux méthodes sont utilisées en combinaison et donnent un assez bon effet. Ainsi, le cours du traitement de cette maladie ne dépasse pas quatre mois.

Hyperplasie ménopausique

De nombreuses femmes ménopausées arrêtent de consulter un gynécologue pour un examen de routine et ne se soucient pas de leur santé. Les maux ou les nausées sont attribués au fond hormonal du corps, ils ne vont donc pas chez le médecin. C'est pendant la ménopause que les femmes développent souvent des maladies graves, des changements pathologiques, des tumeurs bénignes ou malignes.

Pour cette raison, les experts recommandent de consulter régulièrement un gynécologue pour un examen de routine afin de déterminer les maladies et l'atrophie de l'endomètre au stade initial de développement. Le plus souvent, à la ménopause, les patients sont diagnostiqués avec une hyperplasie muqueuse. Il s'agit d'une prolifération excessive et spontanée de l'endomètre atrophique, qui s'accompagne de saignements abondants. La principale raison de cette condition est un changement fréquent du fond hormonal. L'excès de poids corporel, le diabète sucré ainsi que les maladies hypertensives entraînent une atrophie de l'endomètre pendant la ménopause. Si vous ne venez pas chez le gynécologue pour un examen de routine, il existe un risque de développer des tumeurs cancéreuses.

Traitement de forme simple

L'atrophie de la muqueuse de l'endomètre conduit souvent à la formation de tumeurs cancéreuses dans la cavité utérine, de sorte que les femmes doivent consulter régulièrement un gynécologue pour un examen de routine.

Un traitement rapide aidera à prévenir le développement de changements pathologiques graves dans le corps. Si l'hyperplasie endométriale s'accompagne de saignements abondants, les médecins réduisent tout d'abord la quantité de sang perdu, prescrivent des anti-inflammatoires et régulent le cycle menstruel.

Un traitement intempestif entraîne une atrophie grave de l'endomètre. Dans ce cas, le médecin peut décider d'hospitaliser le patient dans un hôpital. Avec la progression d'une forme simple d'hyperplasie endométriale, des polypes se forment sur la muqueuse qui doivent être retirés. Les néoplasmes ont tendance à se reproduire, de sorte que le curetage ne peut pas résoudre complètement un problème aussi grave. Cela est dû au fait que les polypes ont une base en forme de jambe fibreuse.

Pour se débarrasser complètement du problème, on montre aux patients une ablation chirurgicale de l'endomètre atrophique avec la couche basale. Et les femmes se voient également prescrire un traitement avec des médicaments hormonaux qui rétablissent le travail de l'endomètre et normalisent le cycle. Les plus efficaces sont considérés comme des contraceptifs combinés, qui ne doivent être pris que sous la stricte surveillance d'un médecin. Les patients doivent être examinés régulièrement pendant deux ans. La durée du traitement dépend de l'état de santé et de la vitesse de récupération de la femme.

Mesures préventives

Il faut reconnaître que l'hyperplasie endométriale est une pathologie de base pour le développement de processus oncologiques. Et la principale mesure préventive est le respect des règles des examens de routine, ce qui aidera à identifier en temps opportun la maladie et à commencer le traitement.

Vous pouvez prévenir indépendamment le développement de la maladie, en observant pas du tout des règles complexes:

  • utiliser des méthodes contraceptives pour exclure l'avortement médicamenteux;
  • privilégier la contraception hormonale et abandonner la voie intra-utérine;
  • normaliser le poids corporel.

Méthodes de traitement

Lors du diagnostic d'hyperplasie pendant la ménopause, les médecins prescrivent plusieurs méthodes de traitement à leurs patientes..

  1. Thérapie avec des médicaments hormonaux. La posologie correcte des médicaments est établie après un examen complet de l'endomètre atrophié et des ultrasons. Le traitement avec des médicaments hormonaux aidera à prévenir la formation possible de tumeurs cancéreuses et de néoplasmes..
  2. Intervention chirurgicale. Après avoir examiné le patient et évalué l'état, le gynécologue décide de procéder au curetage de l'endomètre atrophique, à la cautérisation au laser ou à l'ablation de l'utérus. L'une de ces méthodes de traitement est effectuée uniquement selon les indications du médecin après examen.
  3. Thérapie combinée Cette méthode de traitement combine l'utilisation de médicaments hormonaux et une intervention chirurgicale. Après un traitement avec des médicaments hormonaux, le volume des manipulations dans la cavité utérine est considérablement réduit. Les médecins peuvent facilement retirer toutes les excroissances pathologiques et les foyers d'endomètre envahi.

Polype placentaire après medabort

L'avortement médicamenteux est une méthode d'avortement. Elle est réalisée dans un établissement médical à la demande du patient, selon des indicateurs médicaux ou sociaux..

Respectez strictement les dates fixées pour un avortement médicamenteux. Cela évitera des complications après un avortement, en particulier la formation d'un polype placentaire.

Dates et types de medaborts:

  • Médicament ou pharmacie (voir vidéo)
  • Mini avortement ou aspiration sous vide d'œufs foetaux.

La durée optimale de la chirurgie: jusqu'à 5 semaines de grossesse (les règles retardées ne doivent pas dépasser 21 jours).

  • Avortement par curetage de la muqueuse utérine.

Cette méthode d'avortement est autorisée pour une période ne dépassant pas 12-13 semaines. Le meilleur moment pour le curetage - grossesse 8 semaines.

Un avortement prématuré et non professionnel crée un risque de saignement utérin, de retrait incomplet de l'ovule fœtal, de retard dans l'utérus des résidus choriaux et de formation d'un polype placentaire après un avortement médicamenteux. Traitement - curetage de la muqueuse utérine.

Si le polype placentaire se forme à nouveau après le curetage de l'utérus, il est traité par un curetage répété.

Atrophie de l'endomètre après la ménopause

La vaginite atrophique postménopausique ou atrophie vaginale est un amincissement des parois du vagin causé par une diminution du niveau d'oestrogène. Se produit le plus souvent après la ménopause.

La ménopause est une période de la vie d'une femme qui commence généralement à l'âge de 45 à 55 ans, lorsque les ovaires ne produisent plus d'hormones. La femme arrête ses règles.

Les femmes atteintes d'atrophie vaginale ont plus de risques d'infections vaginales chroniques et de problèmes d'urination. Cela peut également rendre la vie sexuelle désagréable. Selon l'American Association of Family Physicians, jusqu'à 40% des femmes souffrent d'atrophie de l'endomètre après la ménopause.

Les causes

La cause de la vaginite atrophique est une diminution des œstrogènes. Sans cette hormone, le tissu vaginal devient plus mince, moins élastique et facilement blessé. Une diminution des œstrogènes avec le développement d'une atrophie endométriale peut survenir dans les cas suivants:

    • allaitement maternel;
    • ablation des ovaires (ménopause chirurgicale);
    • chimiothérapie pour le traitement du cancer développée à la suite d'un traitement hormonal substitutif;
    • radiothérapie;
    • hormonothérapie du cancer du sein.

Une activité sexuelle régulière aide à maintenir la santé des tissus vaginaux. Il améliore également la santé cardiaque, rétablit la circulation sanguine. Mais à mesure que les relations sexuelles après la ménopause deviennent plus rares, l'amincissement des tissus est plus rapide.

Certaines femmes sont plus susceptibles que d'autres d'avoir une vaginite atrophique. Les femmes qui n'ont jamais donné naissance à des enfants sont plus sujettes à cette condition pathologique..

Les femmes dont la circulation sanguine est altérée, qui ne fournit pas d'oxygène au vagin et aux autres tissus corporels, ont un risque accru de contracter la maladie. En outre, le développement de l'état pathologique est affecté par le tabagisme et les boissons alcoolisées. En raison de ces facteurs, la membrane muqueuse devient plus mince et l'atrophie de l'endomètre.

Symptômes

Les symptômes de l'atrophie vaginale peuvent varier et une femme ne les ressentira pas nécessairement tous en même temps. Ils comprennent:

  • douleur pendant les rapports sexuels ou la dyspareunie;
  • pâleur des lèvres;
  • infections des voies génitales plus fréquentes;
  • sécheresse vaginale et démangeaisons;
  • saignement après un rapport sexuel;
  • perte de libido;
  • sang dans l'urine;
  • incontinence;
  • augmentation de la fréquence des mictions;
  • raccourcissement vaginal.

De nombreuses femmes sont gênées par une atrophie vaginale. Cependant, il s'agit d'une condition très courante qui répond bien au traitement. Un médecin doit être consulté si les symptômes deviennent très prononcés et interfèrent avec la vie quotidienne..

Selon les médecins, près de la moitié des femmes ménopausées présentent des symptômes de vaginite atrophique. Prenez rendez-vous avec un médecin si une femme éprouve des rapports sexuels douloureux, ce qui est autorisé avec des hydratants vaginaux ou des lubrifiants à base d'eau.

Complications

La vaginite atrophique augmente le risque d'infection des femmes par les femmes.L'état pathologique provoque des changements dans l'environnement acide du vagin, ce qui facilite le développement d'infections, de levures et d'autres organismes nuisibles..

La maladie augmente également le risque de développer une atrophie du système urinaire. En conséquence, il y a une sensation de brûlure pendant la miction et la douleur, certaines femmes souffrent d'incontinence.

Diagnostique

Consultez immédiatement un médecin si les rapports sexuels sont douloureux, même avec une lubrification. Vous devriez également consulter un médecin si vous présentez des saignements vaginaux inhabituels, des écoulements, des brûlures ou des douleurs..

Le médecin procédera à un examen, posera des questions sur les antécédents médicaux. Vous devez informer votre médecin de l'utilisation de comprimés ou de produits cosmétiques qui peuvent provoquer ou aggraver les symptômes de la vaginite atrophique..

Une femme devra passer des tests pour étudier l'acidité du vagin. Le médecin peut également prescrire une échographie en cas de saignement d'origine inconnue et un test de diabète pour exclure cette maladie..

Les organes pelviens sont examinés pour les pathologies infectieuses, telles que la candidose, l'endométrite et la vaginose bactérienne. L'atrophie de l'endomètre pendant la période postménopausique rend le vagin plus sensible aux infections par divers champignons, virus et infections.

Le gynécologue doit effectuer un examen physique. Lors du diagnostic, le médecin palpe les organes pelviens et examine le vagin et le col pour détecter les zones endommagées. Le médecin examine les organes génitaux externes pour détecter les signes physiques d'atrophie, à savoir:

  • doublure vaginale pâle, lisse et brillante;
  • perte d'élasticité;
  • manque de poils pubiens;
  • organes génitaux externes minces;
  • distension du tissu utérin;
  • prolapsus des organes pelviens (renflement dans les parois du vagin).

Le médecin peut ordonner un examen plus détaillé pour confirmer ou exclure des maladies. Un frottis vaginal est un examen microscopique d'un tissu prélevé par biopsie sur les parois du vagin. À l'aide d'un frottis, le médecin peut trouver certains types de cellules et de bactéries communes à l'atrophie..

Une bande de papier indicateur est insérée dans le vagin pour vérifier l'acidité. Votre médecin peut également recueillir des pertes vaginales pour ce test..

Traitement

L'hormonothérapie substitutive est l'une des options de traitement de la vaginite atrophique. Les pilules, le gel ou les onguents aident à reconstituer le corps avec des œstrogènes, qui font tellement défaut chez les femmes ménopausées. Les effets secondaires et les risques doivent être discutés avec votre professionnel de la santé avant d'acheter des médicaments..

Des comprimés, des crèmes et des anneaux vaginaux peuvent être insérés à l'intérieur du vagin pour délivrer plus rapidement les œstrogènes dans la zone souhaitée. L'exercice régulier est également important pour améliorer la circulation dans le bassin. Pour atténuer les symptômes de l'atrophie vaginale aidera à changer le mode de vie:

  • Arrêter de fumer. Le tabagisme réduit les niveaux d'oestrogène et augmente le risque de développer une atrophie vaginale, ainsi que d'autres conditions telles que l'ostéoporose.
  • Augmentation de l'activité sexuelle. Des rapports sexuels réguliers augmentent le flux sanguin vers les organes génitaux, ce qui aide à maintenir une bonne santé..
  • N'utilisez pas de produits chimiques ménagers avec des parfums. Les produits aromatisés tels que les poudres, les savons et les déodorants doivent être jetés. Il est également important de noter que certains lubrifiants et spermicides peuvent irriter le vagin et provoquer une sécheresse..

En tant que méthodes alternatives de traitement de l'atrophie vaginale, plusieurs conseils ont été suggérés sur l'alimentation et la supplémentation. L'exclusion de certains aliments aidera à se débarrasser plus rapidement de l'atrophie vaginale..

Atteindre et maintenir un poids et un indice de masse corporelle sains peut également aider à l'atrophie de l'endomètre. Les produits contenant des œstrogènes végétaux ou des phytoestrogènes, tels que le soja, les graines de lin ou les produits à base de soja, doivent être ajoutés à l'alimentation..

Une étude récente montre qu'une diminution de la sécheresse vaginale se produit avec les phytoestrogènes. Vous devez également boire beaucoup d'eau, limiter la caféine et l'alcool..

Populaire

L'atrophie vaginale répond généralement bien à des procédures relativement simples. Plusieurs remèdes naturels ou à la maison sont disponibles pour vous aider à vous sentir mieux..

Les spécialistes ont étudié l'huile d'argousier comme une alternative possible à la thérapie œstrogénique traditionnelle. Cette huile est riche en acides gras essentiels. Les participants qui ont pris ce médicament ont noté une amélioration de l'élasticité des tissus vaginaux et une restauration des zones endommagées.

Vers la fin de l'étude, certains participants ont noté une augmentation de la douleur dans les articulations et l'estomac. On ne sait toujours pas si cela est dû à l'huile d'argousier ou s'il est le résultat d'autres facteurs..

La vitamine E, la vitamine A, le bêta-carotène, les vitamines B et les acides gras oméga-3 sont utiles pour la ménopause, en particulier pour l'atrophie de l'endomètre.

Traditionnel

En plus des médicaments naturels et des changements de style de vie, il existe plusieurs médicaments pour traiter l'atrophie vaginale. En voici quelques uns:

  • Les huiles aqueuses sans glycérine aident à réduire l'inconfort pendant les rapports sexuels.
  • Les hydratants vaginaux peuvent être appliqués tous les 2-3 jours. Leur effet dure plus longtemps que la graisse..
  • La crème topique d'œstrogène appliquée directement sur le vagin soulage les symptômes plus rapidement que si elle était prise par voie orale.
  • Les probiotiques sont des bactéries nécessaires au corps humain. Des études montrent que ces médicaments aident à soulager les symptômes de l'atrophie vaginale. Certaines femmes sont troublées par des problèmes de miction et les probiotiques facilitent ce symptôme..
  • L'œstrogénothérapie systémique est très populaire. Utilisez des patchs cutanés, des implants, des comprimés ou des gels appliqués directement sur la peau.

Cependant, l'œstrogénothérapie systémique a certains effets secondaires potentiels. Ceux-ci inclus:

  • sensibilité des seins;
  • maux de tête;
  • la nausée;
  • dyspepsie;
  • saignement vaginal;
  • douleur abdominale.

Il peut également y avoir un risque accru de développer des caillots sanguins et un cancer du sein avec ce type de traitement. Cependant, les avantages l'emportent généralement sur les risques..

La prévention

Une femme peut contrôler l'atrophie de l'endomètre à la maison, en modifiant simplement son mode de vie. La maladie est traitable. Le pronostic est bon si l'atrophie de l'endomètre est traitée rapidement et que de nouvelles rechutes sont évitées..

L'activité sexuelle régulière est l'une des meilleures mesures pour se protéger contre l'atrophie vaginale. Le sexe augmente le flux sanguin et maintient les tissus sains.

Vous pouvez également essayer d'utiliser des hydratants. En les utilisant avant les rapports sexuels, vous pouvez éliminer la sécheresse et les brûlures. De plus, ces médicaments affectent parfaitement la muqueuse, provoquent le corps à produire une lubrification plus naturelle..

Atrophie de l'endomètre - la norme en ménopause, pathologie nécessitant un traitement, en âge de procréer

L'atrophie de l'endomètre est la réponse du corps à un état hypoestrogénique. Il se manifeste par l'amincissement de la couche interne de l'utérus et l'arrêt de sa croissance cyclique et de son rejet. Cela se produit généralement après l'arrêt des saignements menstruels réguliers, c'est-à-dire pendant la ménopause.

Comment cela peut-il arriver?

Normalement, les processus cycliques de la muqueuse utérine (augmentation de la couche glandulaire, préparation à l'implantation des œufs, puis rejet de la couche fonctionnelle et début des règles) sont régulés par les hormones ovariennes - œstrogènes et progestérone. Ces cycles réguliers des gonades se produisent également sous l'influence de signaux hormonaux provenant de l'hypophyse via l'hormone gonadotrophine. Sa production, à son tour, est régulée par le facteur de libération des gonadotrophines, qui est produit dans une autre partie du cerveau - l'hypophyse.

Pendant la ménopause, la capacité de porter des enfants s'estompe progressivement. En raison d'une diminution du niveau de stimulation hormonale, la croissance mensuelle de la couche glandulaire cesse de se produire. C'est l'une des raisons pour lesquelles il est impossible de tomber enceinte après la ménopause..

La couche interne de l'utérus, sans l'effet stimulant des hormones, s'amincira progressivement. Une atrophie des glandes de l'endomètre se produit. Des éléments du tissu conjonctif commencent à prévaloir. Elle n'est accompagnée d'aucune sensation désagréable..

Dans certains cas, avec un effet médicinal ou chirurgical sur le système hormonal ou avec des maladies des organes génitaux, une ménopause artificielle ou précoce se produit, respectivement. Une atrophie de l'endomètre se développe alors à l'âge de la reproduction. Elle peut être temporaire ou irréversible et s'accompagner d'infertilité.

Normalement, le processus décrit commence à l'âge de 45 à 47 ans et se poursuit pendant environ 10 ans après la cessation des menstruations. Des événements atrophiques bien définis sont caractéristiques des femmes âgées.

Développement d'une atrophie de l'endomètre liée à l'âge

Dans l'intervalle entre le début des premiers symptômes de la ménopause et la fin de 2 ans après la dernière menstruation (c'est-à-dire en périménopause), la couche interne de l'utérus perd progressivement ses propriétés fonctionnelles.

Avant le début de la ménopause, un examen histologique du tissu endométrial peut inclure les symptômes suivants:

  • une combinaison d'endomètre non fonctionnel avec une hyperplasie glandulaire faiblement exprimée, qui se développe sous l'influence d'une petite quantité d'œstrogène;
  • la répartition des glandes est inégale, certaines d'entre elles sont des formations arrondies - agrandissements kystiques;
  • les noyaux épithéliaux dans certaines glandes sont situés dans une rangée, dans certains - dans plusieurs;
  • dans différentes zones, la densité inégale du tissu principal - stroma - est déterminée.

Ces changements sont normaux chez les femmes en périménopause..

Après la fin des menstruations, l'épithélium de transition est d'abord déterminé, puis atrophique.

Caractéristique de l'épithélium atrophique:

  • extérieurement, il est presque impossible de le distinguer de la couche basale, c'est-à-dire qu'il ne subit pas de changements cycliques;
  • le stroma est dense, ratatiné, riche en fibres de tissu conjonctif et en collagène;
  • il contient une petite quantité de glandes, elles sont alignées en ligne avec un épithélium cylindrique bas;
  • les glandes ressemblent à des conduits à lumière étroite.

Le développement du processus atrophique dépend de l'état de l'endomètre avant le début de la ménopause:

  1. Si au cours du dernier cycle des phases de prolifération (1ère moitié) ou de sécrétion (2ème moitié du cycle) insuffisamment exprimées ont été observées, une atrophie endométriale simple se développe. De plus, au niveau microscopique, de rares glandes allongées bordées d'épithélium mince et situées dans une base fibreuse dense sont déterminées dans le tissu.
  2. L'atrophie kystique de l'endomètre se développe s'il y a eu des processus prolifératifs irréguliers ou une hyperplasie glandulaire-kystique, c'est-à-dire des processus pathologiques dans la couche interne de l'utérus, avant que le niveau d'oestrogène ne diminue, c'est-à-dire avant la ménopause. Dans le même temps, les glandes expansées à parois minces sont bordées d'épithélium bas.
  3. Chez certains patients, les signes de dégénérescence liée à l'âge sont déterminés: expansion kystique des glandes, les noyaux de l'épithélium sont disposés en plusieurs rangées, ils sont ridés, ils n'ont pas de processus de division. Les changements fibreux (fibreux) sont exprimés dans le tissu stromal.

Ce dernier type de changement est parfois confondu avec des signes d'hyperplasie glandulaire qui surviennent chez les patientes ménopausées.

Si les menstruations se sont arrêtées depuis longtemps et que des taches ont réapparu, au cours de l'étude, au lieu d'une couche muqueuse atrophiée, un épithélium présentant des signes d'influence œstrogénique peut être trouvé. Cette condition survient avec le développement de tumeurs des ovaires ou des glandes surrénales..

Étiologie

L'atrophie de l'endomètre utérin se produit pour des raisons physiologiques (naturelles) et pour diverses maladies du système reproducteur féminin.

Les causes naturelles incluent les changements liés à l'âge conduisant à la ménopause.

Les processus atrophiques dans la muqueuse utérine sont étroitement associés à un signe tel que l'absence de menstruations. Par conséquent, les causes et les facteurs de risque comprennent:

  • sous-développement des glandes sexuelles;
  • tumeurs de l'hypophyse et de l'hypothalamus, entraînant une stimulation insuffisante du développement de l'utérus chez les filles et les filles;
  • malnutrition, malnutrition;
  • stress sévère, activité physique trop intense, grande perte de protéines;
  • syndrome des ovaires épuisés, hypoestrogénisme;
  • ablation des ovaires avec leur tumeur maligne ou suppression de la fonction des médicaments;
  • endométrite chronique sur fond d'avortements répétés, curetage de la cavité utérine.

Atrophie de l'endomètre médical

Avec certaines maladies accompagnées de saignements intenses, les médecins provoquent artificiellement cette condition. Ça peut être:

  • endométriose sévère;
  • fibromyome;
  • cancer du sein
  • chirurgie utérine prévue.

Les gynécologues prescrivent des médicaments qui suppriment l'effet œstrogénique sur la couche interne de l'utérus à différents niveaux. En même temps, des processus atrophiques s'y développent pendant un certain temps. Les principaux groupes de médicaments qui provoquent une ménopause artificielle temporaire:

  • analogues de l'hormone de libération des gonadotrophines (Zoladex, Buserelin Depot, Diferelin, Lucrin Depot, Eligard);
  • inhibiteurs de l'hormone gonadotrophine (Danol);
  • progestatifs (Byzanne).

Médicaments qui suppriment l'influence œstrogénique sur la couche interne de l'utérus

Habituellement, après la fin du traitement chez les femmes en âge de procréer, la muqueuse utérine est restaurée indépendamment ou sous l'influence d'agents hormonaux supplémentaires prescrits..

L'effet du médicament anti-œstrogène Tamoxifen, qui est prescrit aux femmes âgées atteintes d'un cancer du sein, ainsi que d'un cancer de l'ovaire, est intéressant. Avec son utilisation, très souvent l'épaisseur de l'endomètre augmente paradoxalement, malgré l'absence d'effet œstrogénique stimulant. À ce moment, l'examen microscopique révèle une atrophie kystique de la couche fonctionnelle supérieure et une augmentation de l'épaisseur de la couche profonde, c'est-à-dire une hyperplasie stromale. Il est important que dans ce cas, malgré une augmentation du M-Echo, le curetage ne soit pas indiqué pour ces patientes, car il existe toujours un processus atrophique de l'endomètre, et non son hyperplasie.

Manifestations cliniques

Les symptômes de l'atrophie de l'endomètre à la postménopause sont les mêmes quelle que soit sa cause - naturelle ou artificielle:

  • raccourcir la durée et diminuer l'intensité des saignements menstruels, jusqu'à des frottis, mais des écoulements réguliers ou leur absence;
  • infertilité ou fausse couche habituelle;
  • avec atrophie simultanée des muqueuses du col de l'utérus, du vagin, des douleurs lors des rapports sexuels et des taches lors des blessures sont possibles.

La douleur pour cette condition n'est pas caractéristique. Il s'agit d'un processus non inflammatoire et non tumoral, il n'y a pas de contamination microbienne ou d'approvisionnement sanguin excessif.

La douleur peut survenir avec la formation d'adhérences intra-utérines (synéchie) à la suite d'une évolution prolongée de l'endométrite chronique atrophique.

Les adhérences dans l'utérus sont l'une des principales complications résultant des processus atrophiques de la muqueuse. Ils peuvent ne pas se manifester cliniquement. Cependant, ces adhérences présentent un certain danger, si les processus ont été provoqués artificiellement, lors du traitement d'une variété de maladies gynécologiques. Après la restauration du cycle menstruel, ils ne disparaissent pas et peuvent entraîner des difficultés de conception. Dans ce cas, ils sont disséqués lors d'un examen hystéroscopique.

Diagnostique

Le symptôme principal est une diminution du signe échographique "M-écho", reflétant son épaisseur, inférieure à 5 mm. Si une femme a un âge approprié, cela n'est pas dangereux et ne peut pas être traité. Les observations ne nécessitent qu'une combinaison d'atrophie de l'endomètre avec un sérosomètre - l'accumulation de liquide dans la cavité utérine. Une telle condition peut être le premier signe d'une pathologie supplémentaire de la couche utérine interne.

Si des changements atrophiques sont déterminés chez les femmes en âge de procréer et n'ont aucune raison évidente, un examen supplémentaire est nécessaire:

  • examen gynécologique avec évaluation de l'état du col de l'utérus, frottis PAP;
  • tests sanguins pour le niveau de gonadotrophine et d'hormones sexuelles;
  • si nécessaire - hystéroscopie.

Traitement

Le traitement de l'atrophie de l'endomètre est effectué chez les femmes en âge de procréer. Dans d'autres cas, cette condition n'est pas nocive pour la santé du patient..

Les principaux domaines thérapeutiques:

  • création d'un régime protecteur, nutrition adéquate, élimination des charges lourdes;
  • vitamines, agents réparateurs;
  • physiothérapie, cures thermales, bains de boue et de radon dans des sanatoriums gynécologiques spécialisés;
  • hormonothérapie: des agents combinés œstrogène-progestatif sont utilisés pour restaurer les processus hormonaux cycliques et ainsi stimuler la formation de glandes endométriales;
  • dissection hystéroscopique des synéchies (adhérences) qui gênent le cours normal de la grossesse.

L'hormonothérapie au cours dure généralement 3 à 4 cycles, une fois que les processus dans l'utérus sont rétablis et qu'une femme peut devenir enceinte.

La prévention

Afin de prévenir le développement d'une atrophie endométriale à un jeune âge, il est nécessaire:

  1. Mangez bien, ne vous épuisez pas avec un entraînement physique ou la famine.
  2. Évitez l'avortement et les infections génitales.
  3. Observation régulière d'un dispensaire par un gynécologue.
  4. Consultation en temps opportun avec un médecin lors du changement de la nature du cycle menstruel.

Atrophie de l'endomètre: caractéristiques du cours en âge de procréer et chez les femmes ménopausées

Endomètre - muqueuse utérine. Il se compose de cellules épithéliales et de la muqueuse du stroma, qui contiennent des glandes sécrétoires. L'épithélium est pénétré par un nombre important de capillaires..

Son épaisseur varie à différentes phases du cycle, caractérise les capacités reproductives. Normalement, une femme, selon la période, elle mesure 0,2-1,8 cm.

Endomètre sain - une condition indispensable pour la fixation de l'œuf fœtal.

Atrophie de l'endomètre - amincissement de la muqueuse utérine. Il s'agit d'un processus naturel dans la phase pré-ménopause, avec une diminution des niveaux d'oestrogène, la récupération des muqueuses ralentit et s'arrête plus tard. Ce phénomène en âge de procréer est déjà une pathologie due à des troubles hormonaux. Elle conduit à l'infertilité, car l'œuf fœtal n'est pas en mesure de prendre pied sur la paroi utérine.

Les symptômes distinctifs de l'atrophie sont associés à des dysfonctionnements du cycle menstruel, jusqu'à la disparition complète.

L'essence de la pathologie

La couche glandulaire s'épaissit chaque mois, facilitant l'implantation de l'œuf fœtal. Si la conception n'est pas venue, il est rejeté. Cela est dû à l'activité des hormones spéciales d'une femme - les œstrogènes et la progestérone.

À mesure que la ménopause se développe, leur synthèse diminue, la muqueuse ne se renouvelle pas et un processus atrophique se produit. En même temps, la couche s'amincit, elle devient une teinte pâle, à travers elle, les capillaires et les vaisseaux dilatés sont visibles.

À un jeune âge, une modification du fond hormonal dans le corps ou la prise de certains médicaments entraîne une ménopause prématurée.

L'endomètre ressemble à ceci:

  1. L'hyperplasie endométriale glandulaire est peu développée.
  2. Les glandes sont placées au hasard, certaines d'entre elles transformées en formations kystiques arrondies.
  3. Les noyaux de l'épithélium sont inégalement répartis.
  4. Modifications de la densité tissulaire, présence de stroma (réseau tridimensionnel caractéristique).
  • échec du cycle menstruel;
  • leucorrhée rare les jours critiques ou absence complète;
  • infertilité, fausses couches au début du premier trimestre;
  • douleur pendant les rapports sexuels;
  • douleur dans le bas-ventre.

Si des changements surviennent avant le début de la ménopause, la femme reçoit un diagnostic de variante kystique d'atrophie. Les principaux signes de pathologie sont les glandes hypertrophiées. En même temps, la synéchie et l'atrophie sont détectées.

Synechiae - prolifération chaotique du tissu conjonctif, état aggravant. Cela conduit à une violation de la perméabilité des trompes de Fallope, le début du processus adhésif. Il y a une douleur, aggravée par les menstruations, un écoulement maigre. L'aménorrhée se développe moins souvent.

Groupes à risque

À un âge reproductif, l'endomètre atrophique est une conséquence de lésions muqueuses lors des manipulations suivantes:

  • avortement sous vide, curetage, y compris à des fins de diagnostic;
  • élimination des polypes, kystes et autres tumeurs bénignes;
  • installation de la marine;
  • chirurgie des trompes et / ou de l'utérus.

Le groupe à risque comprend les femmes qui ont connu une baisse des niveaux d'oestrogène dans le cadre d'un déséquilibre hormonal après les procédures suivantes:

  • ablation des ovaires;
  • chimiothérapie
  • radiothérapie;
  • hormonothérapie du cancer du sein.

Cette pathologie est plus souvent observée chez les femmes nullipares, ainsi que chez les patients diabétiques obèses. Stress physique et émotionnel excessif, perte de poids importante sur le fond des régimes alimentaires, mauvaises habitudes - le tabagisme, l'alcoolisme se reflètent négativement dans l'état de santé.

Environ 50% des femmes de plus de 45 ans présentent des symptômes de développement d'atrophie liée à l'âge: inconfort pendant les rapports sexuels, sécheresse et brûlure dans le vagin, saignements après les rapports sexuels et augmentation de la fréquence des mictions. Ils ont un risque accru d'infections des voies génitales. La plupart de ces problèmes peuvent être résolus en choisissant le meilleur traitement..

Le type de maladie dépend de l'état de la fonctionnalité de la couche endométriale avant le début de la ménopause.

Caractéristiques caractéristiques de l'épithélium atrophique:

  • non soumis à des changements à différentes périodes du cycle;
  • le stroma est froissé, compacté, contient un volume accru de fibres et de collagène;
  • le nombre de glandes diminue, elles sont situées en couche mince, acquièrent la même hauteur avec un épithélium cylindrique;
  • les glandes ressemblent à des tubes à lumière fine.

L'endomètre atrophique a les variétés suivantes:

Le contrôle est nécessaire pendant toutes les phases de la ménopause. La ménopause n'est pas une raison pour refuser de subir des examens réguliers, y compris l'examen, l'UAC, un frottis, une échographie transvaginale effectuée par la buse à travers le vagin, les tubes à rayons X / l'utérus. Après avoir reçu les résultats, le médecin sélectionnera un traitement si nécessaire.

Facile

L'atrophie de l'endomètre est la réaction du corps féminin aux changements des niveaux hormonaux. Vous pouvez en parler si au moins un an s'est écoulé après les règles. La stimulation hormonale diminue, la croissance mensuelle de la couche glandulaire ne se produit pas, l'épaisseur de la muqueuse diminue.

En observant la couche utérine au microscope dans les tissus, vous pouvez remarquer les glandes de forme allongée, une fine couche épithéliale. Avec la ménopause complète, ce processus n'est pas pathologique.

Cystique

Les glandes expansées sont bordées d'une seule couche d'épithélium cylindrique ayant une épaisseur plus petite. L'amincissement et l'inflammation causés par une carence en œstrogènes chez les femmes ménopausées peuvent entraîner la libération de sang d'intensité variable.

Les femmes souffrant d'hypertension y sont particulièrement sujettes..

Il est nécessaire de rechercher la cause de ce phénomène, car il est souvent un signe de survenue de néoplasmes bénins ou de malignité des trompes de Fallope ou du col de l'utérus. Les tumeurs des ovaires se développent généralement dans la phase postménopausique. S'ils sont malins, une ablation chirurgicale des ovaires est effectuée.

Changements dans l'endomètre pendant la ménopause

L'endométrite atrophique en phase climatérique est la norme. Mais le phénomène inverse - épaississement de la couche - peut être un signe de pathologie.

L'hyperplasie de l'endomètre est toujours un processus pathologique, accompagné d'une prolifération de la muqueuse utérine. Si son développement n'est pas arrêté, il affecte les fibres musculaires. La couche se développe normalement au milieu du cycle et laisse le corps avec des sécrétions, s'il n'y avait pas de conception.

Avec le développement de la ménopause, le processus de reproduction cellulaire est perturbé, la couche basale se développe davantage, l'excrétion physiologique ne se produit pas. Il y a un dysfonctionnement de l'activité de nombreux systèmes, peut-être des cellules tissulaires malignes.

Variétés de phénomènes hyperplasiques:

  1. Glandulaire - les glandes situées dans l'endomètre croissent et se déforment. L'épaisseur est maximisée.
  2. Kystique - avec la croissance de la couche, un trou dans la glande de sortie est bloqué, des kystes se forment. Ce processus est très dangereux, il peut provoquer le développement de l'oncologie..
  3. Basal - un type de maladie assez rare, la couche interne pénètre profondément dans l'utérus.
  4. Focal (polypous) - la formation de polypes, excroissances sur la jambe.
  5. Atypique - causé par un changement brutal et non caractéristique des cellules de l'endomètre et sa pénétration dans d'autres tissus. Cette variété est très dangereuse, va souvent en oncologie. La thérapie n'existe pas, l'utérus est retiré chirurgicalement.
  6. Combiné.

Le principal symptôme de la maladie est des saignements ou des saignements vaginaux, quels que soient leur volume, leur durée et leur fréquence d'apparition.

Cela s'accompagne de faiblesse, de fatigue, de sauts de la pression artérielle, d'une diminution de la capacité de travail et de maux de tête. Doit visiter un spécialiste deux fois par an.

Le médecin procédera à un examen sur la chaise, prélèvera des frottis pour la présence de cellules atypiques, si nécessaire, prescrira des diagnostics instrumentaux.

Formation hypoéchogène dans l'ovaire

L'échographie vous permet de détecter de nombreuses pathologies féminines aux premiers stades. Les tissus de différentes densités donnent une image couleur différente à l'écran.

La formation hypoéchogène est une partie d'un organe qui a une densité acoustique inférieure à celle du tissu environnant. Le plus souvent, ce sont des kystes ou des tumeurs - des cavités à parois minces remplies de liquide. Le kyste est rarement attaché à l'ovaire ou sur la jambe.

Ce n'est pas un diagnostic, l'éducation peut être:

  • kyste;
  • gonflement
  • kyste échinococcique;
  • follicule normal dans la phase intermédiaire du cycle.

Lors du diagnostic, le médecin définit la taille, la structure et les limites de l'inclusion. Chez une femme en phase de procréation, la structure des ovaires est hétérogène, contrairement à celles qui connaissent une ménopause.

Les kystes sont classés en fonction de la cause de leur formation:

  1. Folliculaire - le follicule est agrandi, a des parois minces, est rempli de liquide. Surface lisse, diamètre inférieur à 8 cm.
  2. Le kyste du corps jaune est une sphère d'un diamètre d'environ 7 cm avec une surface lisse, remplie d'un liquide jaune-rouge.
  3. L'endométrioïde (chocolat) est formé en raison de la mutation des cellules endométriales. Il a des parois épaisses remplies de liquide brun foncé. Ce type de pathologie est l'une des conséquences de l'endométriose. Les tissus mous de la muqueuse utérine et les caillots sanguins peuvent entraîner la formation de cavités.
  4. Dermoïde - une formation bénigne, dure longtemps sans presque aucun signe évident.
  5. Mucineux - multi-chambre, y compris le mucus épais.

Les kystes ovariens peuvent atteindre de grandes tailles, prendre une forme maligne. Si vous ressentez des douleurs dans le bas de l'abdomen, des sécrétions brunes du vagin, des menstruations irrégulières, vous devez subir un examen médical.

Caractéristiques de la ménopause

En préménopause, l'activité des ovaires commence à s'estomper, le nombre d'ovules qui peuvent féconder diminue. En raison d'une diminution des niveaux hormonaux, le nombre total de follicules diminue, tandis que les œufs ne parviennent pas à maturité. Il y a des changements notables dans la couche endométriale à différentes phases du cycle, elle perd sa capacité de croître avec les fluctuations des niveaux hormonaux.

Le développement de la ménopause (le dernier règlement, après quoi la fonction reproductrice s'estompe enfin) est indiqué par l'arrêt des menstruations. La muqueuse utérine diminue, caractérisée par des changements atrophiques. Après l'arrêt des menstruations tout au long de l'année, l'épaisseur de la couche endométriale chez les femmes ménopausées reste constante.

La production d'hormones, l'activité des ovaires et la formation d'ovocytes cessent. La prochaine étape de la vie d'une femme arrive - la postménopause. Le corps est reconstruit, il s'habitue à vivre en l'absence d'hormones sexuelles. L'endomètre devient plus mince, le processus atrophique se déroule en douceur. L'épaisseur est d'environ 5 mm..

Si la couche épithéliale continue de croître, malgré le début de la ménopause, nous parlons d'hyperplasie. La survenue de saignements ou d'écoulement maigre des lèvres est observée avec une épaisseur de plus de 8 mm. Pendant longtemps, la pathologie ne se manifeste pas, mais le processus progresse, une éducation bénigne peut changer de caractère.

Atrophie pendant la ménopause

Le climax est un processus physiologique naturel associé à la fin de la période de reproduction de la vie d'une femme. Initialement, la synthèse des œstrogènes diminue, ce qui affecte la régularité et la nature des menstruations.

Le niveau d'oestrogène est un facteur décisif dont dépend l'état de l'épithélium du vagin et de l'utérus. La ménopause peut durer jusqu'à 10 ans, aboutissant à la ménopause - la dernière menstruation. Vous pouvez en parler si pendant un an ou plus il n'y a pas de mois.

  • Au stade suivant, la restructuration hormonale se termine, les ovaires cessent leur activité, le niveau d'oestrogène est réduit au minimum.
  • Tous les organes génitaux changent l'apparence de:
  • l'utérus est de taille réduite;
  • les noyaux de l'épithélium sont disposés en rangées, il est froissé, le processus de division est absent;
  • le tissu stromal présente des modifications fibreuses;
  • la lumière du col de l'utérus diminue en taille, le canal cervical se rétrécit, des synéchies peuvent s'y former;
  • le vagin sec augmente, la surface devient plus mince;
  • l'arc vaginal est faible, les plis sur les parois sont absents;
  • des zones sans épithélium ou des zones lâches avec des adhérences apparaissent;
  • saignement possible;
  • le volume des glandes mammaires change;
  • les poils pubiens diminuent.

La croissance du tissu conjonctif progresse et atteint un maximum après le développement de la ménopause.

Méthodes de traitement

Le traitement de l'atrophie de l'endomètre est prescrit aux femmes en phase de reproduction.

  1. Régime d'épargne, alimentation saine, élimination de l'effort physique excessif.
  2. Moyens généraux de renforcement.
  3. Physiothérapie, cure thermale.
  4. Thérapie hormonale. Des médicaments ou OK combinés sont utilisés, y compris les œstrogènes et / ou la progestérone. La prise d'hormones minimise le risque de néoplasmes. Le traitement dure de 2 à 4 mois.
  5. Dissection hystéroscopique des adhérences.

L'hormonothérapie est associée à l'hystéroscopie, avec une approche intégrée, la récupération se produit en 3-4 mois. Le pronostic est généralement favorable, un traitement adéquat permettra de restaurer les fonctions reproductives, de réduire le risque de pathologies gynécologiques.

Afin de prévenir la survenue prématurée d'une telle pathologie, il est important de bien manger, d'éviter les efforts physiques intenses, d'éviter les avortements et de consulter régulièrement un gynécologue. Le traitement aide à prévenir de graves problèmes gynécologiques.

Atrophie de l'endomètre après la ménopause

La vaginite atrophique postménopausique ou atrophie vaginale est un amincissement des parois du vagin causé par une diminution du niveau d'oestrogène. Se produit le plus souvent après la ménopause.

La ménopause est une période de la vie d'une femme qui commence généralement à l'âge de 45 à 55 ans, lorsque les ovaires ne produisent plus d'hormones. La femme arrête ses règles.

Les femmes atteintes d'atrophie vaginale ont plus de risques d'infections vaginales chroniques et de problèmes d'urination. Cela peut également rendre la vie sexuelle désagréable. Selon l'American Association of Family Physicians, jusqu'à 40% des femmes souffrent d'atrophie de l'endomètre après la ménopause.

Les causes

La cause de la vaginite atrophique est une diminution des œstrogènes. Sans cette hormone, le tissu vaginal devient plus mince, moins élastique et facilement blessé. Une diminution des œstrogènes avec le développement d'une atrophie endométriale peut survenir dans les cas suivants:

    • allaitement maternel;
    • ablation des ovaires (ménopause chirurgicale);
    • chimiothérapie pour le traitement du cancer développée à la suite d'un traitement hormonal substitutif;
    • radiothérapie;
    • hormonothérapie du cancer du sein.

Une activité sexuelle régulière aide à maintenir la santé des tissus vaginaux. Il améliore également la santé cardiaque, rétablit la circulation sanguine. Mais à mesure que les relations sexuelles après la ménopause deviennent plus rares, l'amincissement des tissus est plus rapide.

Certaines femmes sont plus susceptibles que d'autres d'avoir une vaginite atrophique. Les femmes qui n'ont jamais donné naissance à des enfants sont plus sujettes à cette condition pathologique..

Les femmes dont la circulation sanguine est altérée, qui ne fournit pas d'oxygène au vagin et aux autres tissus corporels, ont un risque accru de contracter la maladie. En outre, le développement de l'état pathologique est affecté par le tabagisme et les boissons alcoolisées. En raison de ces facteurs, la membrane muqueuse devient plus mince et l'atrophie de l'endomètre.

Symptômes

Les symptômes de l'atrophie vaginale peuvent varier et une femme ne les ressentira pas nécessairement tous en même temps. Ils comprennent:

  • douleur pendant les rapports sexuels ou la dyspareunie;
  • pâleur des lèvres;
  • infections des voies génitales plus fréquentes;
  • sécheresse vaginale et démangeaisons;
  • saignement après un rapport sexuel;
  • perte de libido;
  • sang dans l'urine;
  • incontinence;
  • augmentation de la fréquence des mictions;
  • raccourcissement vaginal.

De nombreuses femmes sont gênées par une atrophie vaginale. Cependant, il s'agit d'une condition très courante qui répond bien au traitement. Un médecin doit être consulté si les symptômes deviennent très prononcés et interfèrent avec la vie quotidienne..

Selon les médecins, près de la moitié des femmes ménopausées présentent des symptômes de vaginite atrophique. Prenez rendez-vous avec un médecin si une femme éprouve des rapports sexuels douloureux, ce qui est autorisé avec des hydratants vaginaux ou des lubrifiants à base d'eau.

La vaginite atrophique augmente le risque d'infection des femmes par les femmes.L'état pathologique provoque des changements dans l'environnement acide du vagin, ce qui facilite le développement d'infections, de levures et d'autres organismes nuisibles..

La maladie augmente également le risque de développer une atrophie du système urinaire. En conséquence, il y a une sensation de brûlure pendant la miction et la douleur, certaines femmes souffrent d'incontinence.

Diagnostique

Consultez immédiatement un médecin si les rapports sexuels sont douloureux, même avec une lubrification. Vous devriez également consulter un médecin si vous présentez des saignements vaginaux inhabituels, des écoulements, des brûlures ou des douleurs..

Le médecin procédera à un examen, posera des questions sur les antécédents médicaux. Vous devez informer votre médecin de l'utilisation de comprimés ou de produits cosmétiques qui peuvent provoquer ou aggraver les symptômes de la vaginite atrophique..

Une femme devra passer des tests pour étudier l'acidité du vagin. Le médecin peut également prescrire une échographie en cas de saignement d'origine inconnue et un test de diabète pour exclure cette maladie..

Les organes pelviens sont examinés pour les pathologies infectieuses, telles que la candidose, l'endométrite et la vaginose bactérienne. L'atrophie de l'endomètre pendant la période postménopausique rend le vagin plus sensible aux infections par divers champignons, virus et infections.

Le gynécologue doit effectuer un examen physique. Lors du diagnostic, le médecin palpe les organes pelviens et examine le vagin et le col pour détecter les zones endommagées. Le médecin examine les organes génitaux externes pour détecter les signes physiques d'atrophie, à savoir:

  • doublure vaginale pâle, lisse et brillante;
  • perte d'élasticité;
  • manque de poils pubiens;
  • organes génitaux externes minces;
  • distension du tissu utérin;
  • prolapsus des organes pelviens (renflement dans les parois du vagin).

Le médecin peut ordonner un examen plus détaillé pour confirmer ou exclure des maladies. Un frottis vaginal est un examen microscopique d'un tissu prélevé par biopsie sur les parois du vagin. À l'aide d'un frottis, le médecin peut trouver certains types de cellules et de bactéries communes à l'atrophie..

Une bande de papier indicateur est insérée dans le vagin pour vérifier l'acidité. Votre médecin peut également recueillir des pertes vaginales pour ce test..

Traitement

L'hormonothérapie substitutive est l'une des options de traitement de la vaginite atrophique. Les pilules, le gel ou les onguents aident à reconstituer le corps avec des œstrogènes, qui font tellement défaut chez les femmes ménopausées. Les effets secondaires et les risques doivent être discutés avec votre professionnel de la santé avant d'acheter des médicaments..

Des comprimés, des crèmes et des anneaux vaginaux peuvent être insérés à l'intérieur du vagin pour délivrer plus rapidement les œstrogènes dans la zone souhaitée. L'exercice régulier est également important pour améliorer la circulation dans le bassin. Pour atténuer les symptômes de l'atrophie vaginale aidera à changer le mode de vie:

  • Arrêter de fumer. Le tabagisme réduit les niveaux d'oestrogène et augmente le risque de développer une atrophie vaginale, ainsi que d'autres conditions telles que l'ostéoporose.
  • Augmentation de l'activité sexuelle. Des rapports sexuels réguliers augmentent le flux sanguin vers les organes génitaux, ce qui aide à maintenir une bonne santé..
  • N'utilisez pas de produits chimiques ménagers avec des parfums. Les produits aromatisés tels que les poudres, les savons et les déodorants doivent être jetés. Il est également important de noter que certains lubrifiants et spermicides peuvent irriter le vagin et provoquer une sécheresse..

En tant que méthodes alternatives de traitement de l'atrophie vaginale, plusieurs conseils ont été suggérés sur l'alimentation et la supplémentation. L'exclusion de certains aliments aidera à se débarrasser plus rapidement de l'atrophie vaginale..

Atteindre et maintenir un poids et un indice de masse corporelle sains peut également aider à l'atrophie de l'endomètre. Les produits contenant des œstrogènes végétaux ou des phytoestrogènes, tels que le soja, les graines de lin ou les produits à base de soja, doivent être ajoutés à l'alimentation..

Une étude récente montre qu'une diminution de la sécheresse vaginale se produit avec les phytoestrogènes. Vous devez également boire beaucoup d'eau, limiter la caféine et l'alcool..

Populaire

L'atrophie vaginale répond généralement bien à des procédures relativement simples. Plusieurs remèdes naturels ou à la maison sont disponibles pour vous aider à vous sentir mieux..

Les spécialistes ont étudié l'huile d'argousier comme une alternative possible à la thérapie œstrogénique traditionnelle. Cette huile est riche en acides gras essentiels. Les participants qui ont pris ce médicament ont noté une amélioration de l'élasticité des tissus vaginaux et une restauration des zones endommagées.

Vers la fin de l'étude, certains participants ont noté une augmentation de la douleur dans les articulations et l'estomac. On ne sait toujours pas si cela est dû à l'huile d'argousier ou s'il est le résultat d'autres facteurs..

La vitamine E, la vitamine A, le bêta-carotène, les vitamines B et les acides gras oméga-3 sont utiles pour la ménopause, en particulier pour l'atrophie de l'endomètre.

Traditionnel

En plus des médicaments naturels et des changements de style de vie, il existe plusieurs médicaments pour traiter l'atrophie vaginale. En voici quelques uns:

  • Les huiles aqueuses sans glycérine aident à réduire l'inconfort pendant les rapports sexuels.
  • Les hydratants vaginaux peuvent être appliqués tous les 2-3 jours. Leur effet dure plus longtemps que la graisse..
  • La crème topique d'œstrogène appliquée directement sur le vagin soulage les symptômes plus rapidement que si elle était prise par voie orale.
  • Les probiotiques sont des bactéries nécessaires au corps humain. Des études montrent que ces médicaments aident à soulager les symptômes de l'atrophie vaginale. Certaines femmes sont troublées par des problèmes de miction et les probiotiques facilitent ce symptôme..
  • L'œstrogénothérapie systémique est très populaire. Utilisez des patchs cutanés, des implants, des comprimés ou des gels appliqués directement sur la peau.

Cependant, l'œstrogénothérapie systémique a certains effets secondaires potentiels. Ceux-ci inclus:

  • sensibilité des seins;
  • maux de tête;
  • la nausée;
  • dyspepsie;
  • saignement vaginal;
  • douleur abdominale.

Il peut également y avoir un risque accru de développer des caillots sanguins et un cancer du sein avec ce type de traitement. Cependant, les avantages l'emportent généralement sur les risques..

La prévention

Une femme peut contrôler l'atrophie de l'endomètre à la maison, en modifiant simplement son mode de vie. La maladie est traitable. Le pronostic est bon si l'atrophie de l'endomètre est traitée rapidement et que de nouvelles rechutes sont évitées..

L'activité sexuelle régulière est l'une des meilleures mesures pour se protéger contre l'atrophie vaginale. Le sexe augmente le flux sanguin et maintient les tissus sains.

Vous pouvez également essayer d'utiliser des hydratants. En les utilisant avant les rapports sexuels, vous pouvez éliminer la sécheresse et les brûlures. De plus, ces médicaments affectent parfaitement la muqueuse, provoquent le corps à produire une lubrification plus naturelle..

Atrophie de l'endomètre utérin - endométrite atrophique

Chaque mois, les mêmes processus se produisent dans le corps d'une femme. La couche glandulaire de l'utérus augmente de sorte qu'en cas de fécondation de l'ovule, l'embryon peut se fixer à la paroi de l'organe et commencer à recevoir la nutrition nécessaire à la croissance et au développement.

Si cela ne se produit pas, les menstruations commencent - la couche accumulée de l'endomètre est jetée comme inutile. À ces étapes, le rôle principal est joué par les hormones sexuelles - œstrogènes et progestérone.

Grâce aux signaux transmis par l'hypophyse, les gonades fonctionnent bien. La gonadotrophine est responsable de la transmission des informations. Avec une insuffisance hormonale ou pour d'autres raisons, lorsque l'endométrite atrophique commence, la fonction fertile diminue, l'endomètre n'augmente pratiquement pas.

L'atrophie de la muqueuse utérine se produit non seulement pour des raisons naturelles, mais peut également être causée par de nombreuses maladies. Il existe un groupe de conditions dans lesquelles l'endomètre s'atrophie à tout âge:

  • sous-développement des gonades;
  • tumeurs de l'hypophyse et de l'hypothalamus, entraînant un développement insuffisant de l'utérus chez les filles;
  • malnutrition, stress sévère, exercice trop intense (en particulier les sports de force), perte élevée de protéines;
  • syndrome d'épuisement ovarien, donc pas assez d'oestrogène est sécrété;
  • faibles niveaux d'oestrogène en raison d'un traitement hormonal;
  • ablation des ovaires pour les néoplasmes malins;
  • endométrite chronique due à des avortements répétés;
  • kystes utérins.

Fille avec un haltère

L'atrophie de l'endomètre peut également être déclenchée par certains médicaments, en particulier les cytostatiques (médicaments anticancéreux) et les médicaments prescrits pour les saignements intermenstruels. Dans le deuxième cas, le corps du patient est injecté en ménopause artificielle..

Maladies qui utilisent des tactiques similaires:

  • endométriose sévère;
  • fibromes utérins;
  • processus cancéreux dans les glandes mammaires;
  • planification de la chirurgie gynécologique.

Cancer du sein

Liste des médicaments (recommandations européennes) qui provoquent l'atrophie:

  • Zoladex;
  • Diferelin;
  • Eligard;
  • Lucrin;
  • Buséréline (un groupe de médicaments basés sur le facteur de libération de gonadotrophine);
  • Vizanne (progestatifs);
  • Danol (un médicament qui inhibe la production de gonadotrophines).

Lorsque le traitement avec ces médicaments est arrêté, le gynécologue prescrit d'autres médicaments hormonaux qui restaurent la couche endométriale, sauf si, bien sûr, le corps a suffisamment de force pour récupérer.

Chez les femmes plus âgées atteintes d'un cancer de l'ovaire ou du sein diagnostiqué, le traitement est au tamoxifène (directives européennes). L'ingrédient actif inhibe (inhibe) la production d'oestrogène, mais assez souvent, en prenant ce médicament, au contraire, l'endomètre commence à se développer.

Lors de l'examen microscopique, l'épaississement de la couche basale et de l'endomètre kystique supérieur atrophique est déterminé - il s'agit d'une hyperplasie stromale.

Groupes à risque

Catégories de femmes les plus susceptibles de développer une atrophie de l'endomètre:

  • Maladie ovarienne.
  • Obésité, toujours associée à des troubles métaboliques, production hormonale.
  • Diabète sucré des premier et deuxième types. Il forme un environnement favorable aux processus atrophiques dans les organes génitaux dus à la microangiopathie (destruction des parois des microvaisseaux), à la neurodestruction.
  • La gamme des causes étiologiques de l'état pathologique de l'endomètre comprend une augmentation constante de la pression artérielle. Le spasme vasculaire provoque des changements locaux dans le flux sanguin, altérant l'apport sanguin à la muqueuse utérine.
  • Traitement par radiation, méthodes chimiothérapeutiques, hormones.

Méthodes de traitement

Le traitement de l'atrophie de l'endomètre est prescrit aux femmes en phase de reproduction.

  1. Régime d'épargne, alimentation saine, élimination de l'effort physique excessif.
  2. Moyens généraux de renforcement.
  3. Physiothérapie, cure thermale.
  4. Thérapie hormonale. Des médicaments ou OK combinés sont utilisés, y compris les œstrogènes et / ou la progestérone. La prise d'hormones minimise le risque de néoplasmes. Le traitement dure de 2 à 4 mois.
  5. Dissection hystéroscopique des adhérences.

L'hormonothérapie est associée à l'hystéroscopie, avec une approche intégrée, la récupération se produit en 3-4 mois. Le pronostic est généralement favorable, un traitement adéquat permettra de restaurer les fonctions reproductives, de réduire le risque de pathologies gynécologiques.

Afin de prévenir la survenue prématurée d'une telle pathologie, il est important de bien manger, d'éviter les efforts physiques intenses, d'éviter les avortements et de consulter régulièrement un gynécologue. Le traitement aide à prévenir de graves problèmes gynécologiques.

Le traitement de l'atrophie de l'endomètre est effectué chez les femmes en âge de procréer. Dans d'autres cas, cette condition n'est pas nocive pour la santé du patient..

Les principaux domaines thérapeutiques:

  • création d'un régime protecteur, nutrition adéquate, élimination des charges lourdes;
  • vitamines, agents réparateurs;
  • physiothérapie, cures thermales, bains de boue et de radon dans des sanatoriums gynécologiques spécialisés;
  • hormonothérapie: des agents combinés œstrogène-progestatif sont utilisés pour restaurer les processus hormonaux cycliques et ainsi stimuler la formation de glandes endométriales;
  • dissection hystéroscopique des synéchies (adhérences) qui gênent le cours normal de la grossesse.

L'hormonothérapie au cours dure généralement 3 à 4 cycles, une fois que les processus dans l'utérus sont rétablis et qu'une femme peut devenir enceinte.

Pour les femmes âgées, avec un cours normal de la ménopause, un traitement avec cette condition n'est pas nécessaire. Mais le gynécologue aidera à soulager d'autres symptômes désagréables pendant la ménopause. Par exemple, des hydratants non hormonaux à action prolongée sont utilisés pour éliminer les voies génitales sèches. En cas de problèmes graves dans la région génitale, un traitement hormonal substitutif est sélectionné.

La tâche du traitement des femmes en âge de procréer consiste à augmenter l'épaisseur de l'endomètre, à normaliser son état et sa fréquence de récupération, ainsi qu'à restaurer la fonction de reproduction.

Pour les jeunes femmes avec un diagnostic confirmé, le traitement est sélectionné individuellement, en fonction de la cause de la maladie.

  • Normalisation du mode de vie. Si possible, les causes de la pathologie sont éliminées, par exemple, le régime se normalise, le nombre d'entraînements diminue, etc..
  • Traitement médicamenteux non hormonal. Elle est réalisée en présence d'inflammation dans l'utérus. Pas basique.
  • Traitement avec des médicaments hormonaux qui stimulent la restauration de la couche endométriale. Il existe de nombreuses hormones combinées à faible dose d'origine artificielle. L'effet positif caché de cette thérapie est l'effet prophylactique contre le cancer. Un traitement hormonal doux n'est possible qu'avec une sélection rigoureuse des doses et des types d'hormones, ainsi que des médicaments qui améliorent les processus naturels de sécrétion hormonale dans le corps.
  • Thérapie au laser La technique la plus récente est le traitement au laser qui améliore la régénération de la muqueuse. Après la procédure, les tissus deviennent plus élastiques et mieux hydratés. L'amélioration se produit après environ 3 mois.
  • La chirurgie minimalement invasive. Un traitement commun pour l'endomètre atrophique. Le type d'intervention est déterminé en fonction de la gravité de la maladie. Le gynécologue peut simplement gratter l'endomètre pathologique, enlever les polypes, les kystes, etc..
  • Hystérectomie. Dans les cas les plus difficiles, une hystérectomie est pratiquée - prélèvement d'organe.

Les méthodes ci-dessus peuvent être combinées. Une hormonothérapie substitutive appropriée réduit considérablement le nombre de chirurgies. L'utilisation de médicaments monophasiques dans la période postopératoire peut éliminer complètement la maladie et la propagation des foyers atrophiques à l'avenir.

La durée de tout type de traitement est déterminée par le niveau de santé initial de la femme, la gravité de la réponse au traitement. Le pourcentage de résultats favorables de la maladie est de 80:20.

Mais vous devez comprendre qu'un traitement efficace n'est possible qu'au stade initial de la pathologie. Avec une atrophie complète de l'endomètre, les fonctions des organes ne peuvent pas être restaurées.

Par conséquent, vous devez contacter les spécialistes avec cette question à temps.

Bien sûr, vous pouvez supporter ce processus - dans de nombreux cas, il n'est pas dangereux pour la vie, mais la pratique montre que de plus en plus de femmes profitent de l'opportunité d'un traitement parce qu'elles ne veulent pas renoncer à une vie pleine.

Sur la pathogenèse des processus hyperplasiques de l'endomètre chez les femmes ménopausées

Il est connu que l'une des causes des taches pathologiques de la cavité utérine dans la période postménopausique peut être les processus hyperplasiques de l'endomètre.

Selon les croyances existantes, une telle condition de l'endomètre est causée par une hyperestrogénie absolue ou relative et les patients doivent être traités avec des médicaments de type progestérone. Cependant, dans certains cas, cette thérapie ne donne pas l'effet positif attendu..

La plupart des auteurs attribuent cela à des changements morphologiques dans les ovaires..

Mais cette explication ne peut pas être considérée comme exhaustive, car chez une partie importante des patientes opérées pour des processus hyperplasiques après un traitement inefficace à la progestérone, l'étude du médicament chirurgical révèle des modifications atrophiques des ovaires correspondant à l'âge. À cet égard, il nous semble approprié d'examiner d'autres mécanismes pathogénétiques possibles de la survenue de processus hyperplasiques endométriaux chez les femmes ménopausées.

L'un des signes morphologiques importants des changements hyperplasiques de l'endomètre est la prolifération de l'épithélium glandulaire, qui, très probablement, peut être causée non seulement par l'influence excessive des estérogènes.

Un certain nombre d'auteurs pensent que tout tissu atrophique est facilement sensible à l'influence de tout stimuli non spécifique, car il s'agit d'un tissu à fonction réduite ou absente. Dans ce cas, un irritant non spécifique conduit à une hyperplasie diffuse de l'épithélium et du stroma, puis au développement de changements prolifératifs focaux.

Tout facteur pouvant provoquer une inflammation peut être un irritant non spécifique. Il est clair que les changements décrits ci-dessus peuvent concerner tout tissu vieillissant, y compris l'endomètre et l'endocervix chez les femmes ménopausées.

Certains auteurs suggèrent que l'endométrite chronique primaire survient souvent après la ménopause, car l'endomètre atrophique mince est un bon moyen pour la croissance bactérienne..

Avec une durée suffisante de la maladie, une fibrose stromale et une hyalinisation des fibres se produisent, tandis que les glandes peuvent dans ce cas être dilatées kystiquement en raison du blocage des canaux excréteurs. Cela peut donner l'impression d'un endomètre épais, bien que l'épithélium de la glande de revêtement soit mince.

La clinique et le diagnostic de tels changements ne sont pas bien compris. Les études détaillées disponibles sont consacrées à l'endométrite chronique non spécifique chez les patients en âge de procréer..

Les données de la littérature et nos propres observations suggèrent que chez les patientes présentant des conditions similaires de l'endomètre, sur la base de l'évolution clinique de la maladie (repérage récurrent de l'utérus chez les femmes ménopausées) et des résultats de l'examen histologique (glandes hyperplasiques individuelles), un diagnostic clinique erroné de l'hyperplasie endométriale glandulaire est souvent effectué et une hormonothérapie traditionnelle est souvent effectuée et une hormonothérapie traditionnelle est effectuée, qui, en règle générale, est inefficace, ce qui indique son incohérence avec la pathogenèse de la maladie. Tout cela nous a permis de supposer que dans cette catégorie de patients, la thérapie pathogénique devrait consister à utiliser des médicaments qui n'ont pas d'effets anti-œstrogéniques, mais anti-inflammatoires, réparateurs et anabolisants..

Nous avons examiné 46 femmes ménopausées. Tous les patients se plaignaient de rares taches de l'appareil génital, 10 d'entre eux avaient une leucorrhée et 6 avaient de la douleur. Une combinaison des trois symptômes était présente chez 2 patients.

L'âge moyen des patients était de 60,1 ans, l'âge moyen de début des ménarches était de 14,9 ans, soit.

était supérieure à celle de la population, l'âge moyen de la ménopause était de 49,5 ans, la période postménopausique moyenne au moment de l'enquête était de 11,6 ans.

Le nombre moyen de grossesses était de 4,2, aucun patient n'ayant une infertilité primaire. Aucun des patients au cours de leur vie n'a changé de poids de façon spectaculaire.

  • Dans l'histoire des patientes examinées, il y avait des indications de processus inflammatoires de l'endomètre (en 8), de l'endocervix (en 10), des appendices utérins (en 6), du vagin (en 6), endurés en âge de procréer, de nombreuses manipulations intra-utérines, en particulier l'interruption artificielle de la grossesse, le diagnostic curetage, et chez 4 patients - pour le traitement des saignements utérins dysfonctionnels selon Grammatikati.
  • Des symptômes récurrents ont été observés chez 38 patientes, 12 femmes dans le passé ont été traitées sans succès avec du capronate de 17-alpha-hydroxyprogestérone pour une hyperplasie endométriale récurrente.
  • Parmi les maladies concomitantes, en plus de la pathologie liée à l'âge «normale», l'anémie la plus courante de gravité modérée (26 femmes).
  • L'examen clinique n'a révélé aucun trouble métabolique endocrinien prononcé chez les patientes: chez 24 femmes - 0 point par rapport à la variante I pathogénique des processus hyperplasiques, chez 22–1 points, chez 10 d'entre eux en raison de l'obésité, qui était de nature universelle, chez 12 - myome utérin interstitiel chez 12 -, dont la taille n'a pas dépassé la taille de l'utérus pendant une grossesse de 7 semaines.

Lors d'un examen gynécologique, les fibromes utérins ont été déterminés chez 12 patients, dans 6 - un processus d'adhésion dans la zone des appendices utérins, dans 4 - prolapsus des parois du vagin et du col de l'utérus. Chez d'autres patients ayant subi un examen gynécologique, aucune pathologie n'a été détectée. Le symptôme de la «pupille» était absent chez tous les patients. 28 femmes avaient également une hyperémie et une polypose de l'urètre.

L'examen cytologique des frottis vaginaux a révélé une réaction I-II de l'épithélium vaginal chez tous les patients, mais l'examen cytologique de l'aspiration et du rinçage de la cavité utérine a révélé une prolifération de l'épithélium glandulaire chez les 46 patients, dont 10 étaient prononcés. De plus, chez 10 des 46 patients, des signes individuels d'atypie cellulaire ont été détectés. Dans le contenu de la cavité utérine chez 16 patients, les éléments de l'inflammation (macrophages, histiocytes, cellules en état de lyse) ont également été déterminés dans 12 - masses sans structure et éléments de décomposition cellulaire.

Lorsque l'hystérographie chez 28 des 46 patients a reçu une image radiographique caractéristique du processus hyperplasique de l'endomètre - irrégularité, dentelure des contours non élargie et parfois légèrement réduite de la cavité utérine. Dans ce contexte, 8 patients ont montré des défauts de remplissage plus prononcés.

Une hystéroscopie avec curetage diagnostique séparé a été réalisée chez 32 patients. Lors de la détermination des indications d'hystéroscopie, les résultats des curetage diagnostiques précédents et nos études ont été pris en compte. Par hystéroscopie, 24 patientes ont révélé un endomètre mince sur toute la longueur, en 4 - petites excroissances polypes, en 4 - polypes endométriaux sur le fond de la muqueuse atrophique.

Étant donné l'absence de signes cliniques et biologiques d'hyperestrogénie, ainsi que les signes révélés du processus inflammatoire chez 28 patientes, nous avons suggéré que chez d'autres femmes, la cause de la prolifération de l'épithélium de l'endomètre est le processus inflammatoire chronique de l'endomètre.

À cet égard, nous avons effectué un traitement local et général avec les 46 patients avec des médicaments qui ont des effets anti-inflammatoires, réparateurs et anabolisants. Pour une utilisation locale sous la forme d'instillations intra-utérines, du dimexidiméthylsulfoxyde, des préparations enzymatiques (chymotrypsine, lidase, RNase, DNase), l'hydrocortisone ont été utilisées.

En l'absence de contre-indications, les patients ont été prescrits par voie intramusculaire au prodige. Pour stimuler les processus anaboliques dans l'endomètre, des stéroïdes anabolisants ou une hormonothérapie substitutive cyclique ont été utilisés conformément aux dosages correspondant au niveau d'hormones dans le cycle menstruel naturel.

Le cours de traitement a consisté en 8 instillations intra-utérines effectuées tous les deux jours, injections prodigieuses les mêmes jours. La réception de stéroïdes anabolisants ou d'une hormonothérapie cyclique s'est poursuivie jusqu'à 3 mois. L'effet clinique a été évalué 2 semaines et 3 mois après la fin de l'instillation.

Des études de contrôle ont été réalisées en même temps: au bout de 2 semaines, une étude cytologique des aspirats de la cavité utérine, et au bout de 3 mois, un radioisotope et une étude cytologique.

Tous les patients ont reçu un effet clinique positif..

Lors de la première étude cytologique de contrôle, les résultats suivants ont été obtenus: la prolifération de l'épithélium glandulaire a été préservée chez 16 patients, dont 1 avait un processus hyperplasique prononcé, des signes individuels d'atypie cellulaire ont été trouvés chez 4, des éléments inflammatoires chez 15, des masses sans structure et des éléments de décomposition cellulaire chez 11 patients. Ainsi, au cours de la première étude de contrôle, une diminution de la prolifération et de la stabilité des composants inflammatoires a été notée, cependant, la fréquence des signes cytologiques de dégradation cellulaire a augmenté.

Dans la deuxième étude cytologique de contrôle, les résultats suivants ont été obtenus: la prolifération de l'épithélium glandulaire a été préservée chez 4 patients, des éléments d'inflammation ont été trouvés chez 6 patients, des masses sans structure et des éléments de décomposition cellulaire ont été trouvés chez 4 patients. Aucun signe cytologique de processus hyperplasique sévère n'a été observé chez aucun patient. Chez 32 patients ayant une étude cytologique de l'aspiration de la cavité utérine, aucun changement pathologique n'a été noté.

Nos résultats nous ont permis de suggérer une variante possible de la pathogenèse des processus hyperplasiques endométriaux, qui n'a pas encore été discutée dans la littérature..

Dans la période postménopausique, il y a une atrophie régulière liée à l'âge des organes génitaux externes et internes.

Dans ces conditions, toutes ou presque toutes les barrières biologiques qui empêchent l'infection de pénétrer dans les organes génitaux internes sont altérées ou absentes..

En conséquence, chez certaines femmes ménopausées, en particulier avec des antécédents gynécologiques surchargés, le développement de l'endométrite chronique et de l'endocervicite dans le contexte de l'endométrite atrophique et de l'endocervix devient très probable..

Comme on peut le voir, le développement ultérieur de ce processus peut se dérouler de différentes manières: un processus inflammatoire purulent destructeur, souvent avec le développement de pyomètres, ou un processus inflammatoire productif de longue durée avec des changements dégénératifs-prolifératifs, une réparation altérée et une différenciation des structures cellulaires.

Il ne peut être exclu que les données obtenues par nous et d'autres auteurs sur l'activité proliférative de l'épithélium glandulaire chez une partie significative des patientes ménopausées atteintes d'une atrophie endométriale histologiquement établie s'expliquent par des changements dégénératifs-inflammatoires.

On sait que l'existence prolongée de cellules en prolifération active, en l'occurrence les cellules de l'endomètre, quelle que soit la cause de la prolifération, facilite la mise en œuvre d'un hypothétique facteur oncogène.

Il est clair que la thérapie avec des médicaments ayant un effet semblable à la progestérone ne peut être efficace que si la prolifération est causée par l'hyperestérogénie.

Si la prolifération est causée par un processus inflammatoire dans le contexte de l'atrophie, la progésinothérapie, à notre avis, n'est pas justifiée, car elle exacerbe les processus cataboliques dégénératifs dans l'épithélium endométrial.

Sur la base de ce qui précède, nous pouvons supposer les étapes suivantes dans le développement de processus hyperplasiques postménopausiques dans le contexte de l'atrophie endométriale: 1) atrophie de l'endomètre et de l'endocervix, 2) endométrite atrophique chronique et endocervicite, dans lesquelles les éléments de l'inflammation et une certaine prolifération de l'épithélium glandulaire sont déterminés par une prolifération cytologique 3) change avec la formation de micropolypes; l'hystéroscopie dans ces cas révèle une atrophie et des sections polypoïdes de l'endomètre, avec examen cytologique, prolifération prononcée de l'épithélium glandulaire, avec hystérographie, signes d'un processus hyperplasique, 4) polypes de l'endomètre ou endocervix.

Selon S.Ficcavento, le diagnostic cytologique d'un polype ou d'une polypose d'hyperplasie dans le contexte de l'atrophie endométriale est très difficile, car dans ces cas, le même tableau cytologique est observé que pour l'endométrite non spécifique.

La preuve de la validité de notre explication proposée de la pathogenèse des processus hyperplasiques endométriaux chez les femmes ménopausées est la grande efficacité de notre traitement.

Ainsi, chez certaines femmes ménopausées avec écoulement sanglant, les signes cytologiques, radiologiques et endoscopiques du processus hyperplasique de l'endomètre sont apparemment dus à des changements inflammatoires et dégénératifs.

Le traitement par progestérone n'est pas indiqué pour ces patients, car il exacerbe les processus cataboliques dégénératifs de l'endomètre..

L'utilisation d'agents anti-inflammatoires et réparateurs-anabolisants est étayée et efficace sur le plan pathogène..

Un traitement efficace des processus hyperplasiques de l'endomètre se développant dans le contexte de son atrophie peut être une prévention du cancer de l'utérus.

  1. Bodyazhina V. I. maladies inflammatoires chroniques non spécifiques des organes génitaux féminins. - M., 2008.
  2. Bohman Y. V., Samotyya E. E. // Aspects oncologiques de l'anovulation. - Pskov, 2012. - S. 78–87.
  3. Vikhlyaeva E. M. // Endocrinologie gynécologique. - M., 2010.- p. 396-434
  4. Gabunia M.S., Antonova L.V., Breusenko V.G. // Obstétrique et gynécologie - 2011 - n ° 5. - p. 39–42

Termes clés (générés automatiquement): patiente, épithélium glandulaire, processus hyperplasique endométrial, cavité utérine, élément inflammatoire, dégradation cellulaire, processus hyperplasique, changement, postménopause, symptôme.