Un pas de plus

Mélanome

Le développement de tumeurs malignes peut se produire n'importe où dans le corps humain. Cette pathologie et ce système urinaire de personnes de sexes et d'âges différents ne passeront pas, mais selon les statistiques, les hommes et les femmes qui sont plus susceptibles de développer un cancer du rein après cinquante ans de vie. En règle générale, une tumeur rénale est formée de cellules épithéliales tubulaires atypiques.

La survenue d'un tel processus est difficile à expliquer, mais les causes relatives de l'apparition du carcinome épidermoïde du rein ou de l'hypernephrome sont plus chez l'homme que chez la femme:

  • processus inflammatoires chroniques dans le système rénal;
  • déformations congénitales et acquises des organes urinaires;
  • Déséquilibre hormonal;
  • usage prolongé de médicaments;
  • conséquences du mal des radiations;
  • contact constant avec des substances toxiques sur le lieu de travail avec une nocivité accrue;
  • l'utilisation d'un grand nombre d'aliments et de boissons avec des substituts chimiques pour les composants alimentaires naturels (aliments hémodifiés).

Une attaque de cancer affecte les reins, qu'il s'agisse d'un organe droit ou gauche. Avec la croissance rapide de la tumeur, les deux reins peuvent être affectés en même temps, mais cela se produit dans de rares cas. En apparence, le cancer du rein peut ressembler à de petits nodules focaux et à d'énormes tumeurs épithéliales dans n'importe quelle partie du parenchyme rénal. Le rein, en même temps, devient tubéreux, et avec la pathologie de l'organe prélevé, tout un arc-en-ciel de variétés est observé au milieu du rein. La décoloration du parenchyme s'explique par un changement constant du pH de l'urine excrétée et se déplaçant le long des tubules rénaux, car la destruction du tissu rénal par le cancer perturbe l'équilibre acido-basique du système rénal.

Le cancer du rein peut se développer sous la forme d'adénomes alvéolaires, tubulaires et papillaires, qui sont considérés comme des lésions précancéreuses et peuvent être bénins au cours du cours. La forme du carcinome épidermoïde du rein dépend du type de formation. Une telle tumeur peut être alvéolaire, cellule fusiforme, cellule granulaire avec un ton clair et foncé. Il existe parfois des signes de croissance cancéreuse tels que sarcome, fibrome, lipome et hémangiome. Le cancer du rein est appelé tumeur de Gravitz en médecine..

Le développement d'un processus malin dans n'importe quel organe chez les femmes et les hommes est presque toujours compliqué par des métastases, c'est-à-dire le transfert de cellules cancéreuses à travers les systèmes circulatoire et lymphatique vers d'autres organes et tissus. Les métastases du cancer du rein sont généralement envoyées au tissu pulmonaire avec un seul foyer, à l'organe hépatique, aux os du bassin, des membres, de la colonne vertébrale et du cerveau. Chez les femmes, une tumeur rénale peut parfois envoyer des métastases aux organes génitaux, aux ovaires et à l'utérus, et chez l'homme, à la prostate, aux testicules et à la vessie. De plus, chez les hommes, le cancer du bassin rénal et de l'uretère sous forme de papillome et de cancer papillaire, qui a le caractère de descendre dans les parties inférieures du système urinaire masculin à travers le tractus lymphatique, est plus susceptible de se produire. L'éducation rénale oncologique est activement distribuée dans les glandes surrénales et le tissu périnéphrique, ainsi que dans le système musculaire du dos et de l'abdomen d'un homme ou d'une femme.

La présence, le stade de développement, la taille, les métastases et la germination du cancer du rein sont classés selon le titre TNM, où l'oncologie est indiquée par T et Tx, sans déterminer la formation primaire - T0. La taille du cancer dans une petite forme est indiquée par le système T1, et l'augmentation du parenchyme du rein, de son bassin et de sa coupe est indiquée par le titre T2. Les signes de germination d'une pathologie maligne dans la fibre périnéphrique ou les vaisseaux sanguins après le parenchyme rénal sont déterminés par la désignation T3. Avec des symptômes de lésions des organes du système génito-urinaire et de la paroi musculaire de l'abdomen, le T4.

Le transfert de cellules atypiques à travers le système lymphatique des reins est estimé par le titre N.Les signes de dommages aux ganglions lymphatiques par le cancer du rein, collecteurs régionaux et lymphatiques, indiquent une augmentation de la classification de N1 à N4. Pour établir un titre fiable, il n'est parfois possible qu'après l'ablation du ganglion lymphatique affecté.

Les signes de propagation à distance du cancer sous forme de métastases sont déterminés par le code - M. Leur présence est indiquée par le code-M1, et vice versa - M0 et le manque de visibilité des métastases-Mx.

Une image des symptômes d'un processus malin dans le rein

Les symptômes d'une pathologie maligne en développement peuvent être notés dans la détérioration générale de l'état du corps. Le patient peut se plaindre de fatigue, de faiblesse, d'indifférence à manger et donc de perte de poids corporel. Parfois, la pathologie peut entraîner une augmentation de la pression artérielle et de la température en fin de journée.

L'un des symptômes courants de l'oncologie de l'organe urinaire est l'apparition de caillots sanguinolents dans l'urine (hématurie). Un patient peut remarquer une hématurie par accident et accepter une condition telle que le résultat de la consommation d'aliments ou de boissons teints, car il n'y a aucune sensation d'autres signes de la maladie. L'apparition de sang dans l'urine peut être observée à court et à long terme et avec une intensité variable des sécrétions. Un tel symptôme peut s'arrêter aussi soudainement qu'il a commencé. Mais une personne qui note occasionnellement l'apparition d'une hématurie doit absolument consulter un médecin pour une cystoscopie afin d'exclure le développement précoce d'un cancer du système urinaire.

Le symptôme ultérieur d'hématurie est considéré comme l'apparition de douleurs dans le bas du dos et le bas de l'abdomen. La nature de la douleur s'exprime par une sensation de tiraillement dans le dos et la colonne vertébrale, dont l'apparition est observée à tout moment de la journée, et surtout après un effort physique et une sursaturation en fluides. Cette douleur est également déterminée sous la forme de coliques rénales et différenciée avec d'autres pathologies du système urinaire. Seulement dans ce cas, il convient de noter qu'avec le cancer du rein, la douleur commence à tourmenter le patient après l'apparition de sécrétions sanglantes dans l'urine, ce qui n'est pas typique des maladies inflammatoires de l'organe..

Les symptômes du prolapsus du rein peuvent être déterminés par échographie et après palpation du bord inférieur de l'organe, qui est immobile. Cette position du rein peut être avec une tumeur dans son segment supérieur. Si à la palpation, il est possible de sentir la tubérosité du parenchyme rénal dans la partie inférieure, cela signifie qu'il y a une grande formation, avec du tissu périnéphrique impliqué dans le processus, qui est observé dans le processus avancé de la tumeur.

La varicocèle (dilatation de la veine du cordon spermatique du testicule chez l'homme) des deux testicules est également attribuée aux symptômes d'une éventuelle pathologie oncologique du rein, qui se comprime et se développe dans les vaisseaux, perturbant la circulation sanguine.

Méthodes d'examen et de diagnostic de l'hypernephrome

L'absence des symptômes ci-dessus ne signifie pas que la fonctionnalité des reins est physiologique. Certaines formes d'oncologie peuvent survenir de manière latente pendant une longue période et il est difficile de diagnostiquer le cancer du rein au stade initial, ainsi que de le différencier des symptômes d'autres pathologies des organes urinaires.

Aujourd'hui, il existe de nombreuses méthodes de diagnostic pour détecter l'oncologie rénale:

  • Inspection et palpation;
  • Un test sanguin biochimique, qui montre souvent une augmentation de l'ESR et de la polycythémie (viscosité du sang);
  • Analyse biochimique de l'urine, dans le contenu, qui détermine l'érythrocyturie, la leucocyturie et la protéinurie;
  • La cystoscopie est réalisée en présence d'un grand nombre de caillots sanguins dans l'urine;
  • L'étude des équipements radiographiques: tomographie, angiographie, urographie, scanner, lymphadénographie et radiographie panoramique de l'organe et de ses vaisseaux;
  • Une échographie peut détecter une tumeur en développement pouvant atteindre deux centimètres..

Aide à l'oncologie du système urinaire

Selon les caractéristiques techniques de l'examen d'oncologie rénale et les prévisions ultérieures, une approche spécifique du traitement de la tumeur est utilisée. La méthode la plus courante est la néphrectomie. Cette intervention chirurgicale consiste à éliminer la formation en minimisant les conséquences traumatiques pour l'organe, ainsi qu'à réséquer les veines pour éliminer les caillots sanguins et à enlever le rein affecté avec ses fibres et ses ganglions lymphatiques métastatiques. Pour faciliter le processus d'ectomie de la tumeur, celle-ci est amenée dans un état de nécrose par embolisation de l'artère rénale.

Les foyers de lésions dans d'autres organes qui surviennent pendant les métastases peuvent également être retirés ultérieurement.

Si le processus malin est inopérable, ils ont recours à un traitement hormonal et chimiothérapeutique antitumoral, bien que, selon les prévisions, une telle thérapie soit efficace pour le lait..

L'irradiation est utilisée pour préparer le patient à la néphrectomie et pour aider les patients désespérés à vivre sans la douleur intense caractéristique de la carie tumorale.

L'espérance de vie chez les patients opérés en oncologie aux premiers stades et selon les formes histologiques de cancer du rein est observée de trois à dix ans. La situation est pire chez les patients avec la dernière étape du processus oncologique, ils peuvent vivre un à deux ans..

Après une néphrectomie, les patients se voient attribuer un groupe de personnes handicapées et ils sont enregistrés auprès du centre d'oncologie. Pour vivre et travailler pour ces personnes, il est nécessaire sous la supervision d'un néphrologue, urologue et oncologue.

Le foie et sa santé

Cancer du rein de grade 3

Le cancer du rein est une tumeur maligne qui survient dans les tissus d'un ou des deux reins à la fois. Selon la fréquence de la maladie, une telle pathologie survient chez environ un patient sur dix atteint de cancer. Tout au plus, le cancer du rein est détecté chez les résidents des grandes villes qui ont atteint l'âge de 50 ans ou plus et, en règle générale, chez les hommes - ils sont malades deux fois plus souvent que les femmes.

Parmi un certain nombre de néoplasmes rénaux malins, plus souvent que d'autres (dans 40% des cas), un carcinome à cellules rénales est observé, un peu moins souvent, il s'agit d'un cancer de l'uretère ou du bassin rénal (jusqu'à 20% dans chaque cas) et, le plus rarement, d'un sarcome.

Elle est diagnostiquée chez pas plus de 10% des patients, mais ce type de tumeur est la plus dangereuse - elle se développe très rapidement et de manière très agressive.

Si une telle tumeur est détectée à 3 stades de développement, il n'y a pratiquement aucune chance de guérison.

Causes du cancer du rein

Malheureusement, les causes exactes de la lésion oncologique n'ont pas été entièrement élucidées, cependant, les statistiques médicales prouvent avec confiance qu'un certain nombre de facteurs qui affectent le corps pendant une longue période augmentent considérablement le risque de développer la maladie. Ces facteurs sont les suivants:

  • Excès de poids corporel significatif;
  • Mauvaises habitudes - l'abus d'alcool, et surtout le tabagisme, doublent presque le risque de maladie;
  • Hypertension artérielle;
  • Exposition à des substances agressives, en particulier des séries cancérigènes;
  • Prédisposition héréditaire.

De plus, les personnes à risque comprennent les maladies rénales chroniques, les infections virales, les maladies polykystiques, le diabète sucré et le syndrome d'Hippel-Lindau, qui est une violation très rare de la nature génétique.

Stades de la maladie

Il y a 4 étapes de cette oncopathologie, chacune ayant ses propres caractéristiques:

Le stade 1 est caractérisé par une taille tumorale relativement petite - pas plus de 7 centimètres et par l'absence de métastases, à la fois éloignées et régionales. Si vous avez la chance de diagnostiquer la maladie à ce stade de développement, l'utilisation d'une thérapie complexe adéquate vous permet de compter sur un pronostic favorable.

Le stade 2 diffère du premier par une taille de tumeur plus grande, mais il n'a pas encore été infiltré à travers les parois de l'organe et n'a pas produit de foyers secondaires - métastases.

Stade 3. Le troisième stade de développement du cancer du rein se déroule sous une forme plutôt dangereuse, car la tumeur affecte la glande surrénale, la veine rénale et les cellules périnéphrales, et il existe souvent également des foyers secondaires - dans les ganglions lymphatiques régionaux.

Stade 4. C'est le stade final du développement de la maladie, dans lequel la tumeur s'étend au-delà des limites de l'organe et affecte de grandes zones de tissus et d'organes voisins, et donne en outre un réseau de métastases ramifiées dans tout le corps.

3 étages

La tumeur peut être de n'importe quelle taille, alors qu'elle se développe nécessairement dans les ganglions lymphatiques régionaux et les vaisseaux sanguins du rein et du péritoine. La condition est très grave et dangereuse, mais au stade 3, des métastases à distance et des lésions tumorales d'autres organes ne sont pas encore observées. Si cela se produit, cela signifie que la maladie est passée au stade final -4.

Il est également important de savoir que pour le cancer du rein, le stade 3 prend assez souvent d'autres pathologies rénales moins dangereuses:

  • Abcès du rein;
  • Hydronéphrose;
  • Tuberculose;
  • Polykystique;
  • Paranéphrite;
  • Pierres dans les reins;
  • Tumeurs rétropéritonéales bénignes.

Afin d'établir un diagnostic clair et fiable, vous devez effectuer un examen détaillé du matériel, qui devrait inclure:

  • Test sanguin - malgré le caractère indirect des signes étudiés, une concentration accrue d'urée et de phosphatase dans le sang peut indiquer le développement d'un processus cancéreux;
  • Analyse de l'urine pour le contenu du sang en elle;
  • Ultrason
  • Examen aux rayons X de contraste;
  • Résonance magnétique et (ou) tomodensitométrie;
  • Radiographie thoracique et ostéoscintographie. Ces études nous permettent d'identifier et d'évaluer le degré de développement des métastases dans les tissus osseux et les poumons;
  • Aniographie rénale contrastée.
  • Biopsie.

À l'aide de l'échographie, de la tomodensitométrie, de l'IRM et des rayons X, vous pouvez déterminer l'emplacement de la tumeur, sa taille, sa forme et son degré d'invasion dans les tissus voisins, et la dernière étude, la biopsie, vous permet de déterminer avec précision la nature histologique des cellules cancéreuses. Connaissant leur structure, il est possible de prédire de manière fiable la nature du développement du processus oncologique, ce qui signifie que le bon déroulement de la thérapie médicale.

La plupart des grands spécialistes en oncologie conviennent qu'aux 3 stades de la maladie, les résultats les plus favorables sont obtenus à partir d'un traitement chirurgical en combinaison avec un cours de chimiothérapie ou de radiothérapie.

Traitement chirurgical

Un tel traitement peut augmenter considérablement l'espérance de vie, même dans le cas où la tumeur cancéreuse a produit des métastases régionales. Il existe trois principaux types de traitement chirurgical: néphrectomie radicale et étendue et résection rénale.

Néphrectomie radicale - un rein affecté par une tumeur avec des tissus périrénaux de ses fibres, une glande surrénale, des ganglions lymphatiques adjacents et un fascia de Gerot doit être retiré. L'enlèvement est effectué simultanément - en un seul bloc.

La néphrectomie prolongée est utilisée dans les cas où une tumeur a affecté les organes voisins. Dans ce cas, un retrait supplémentaire des patients de leurs sites est effectué..

La résection rénale est l'opération la moins traumatisante, mais elle n'est possible que lorsque la tumeur est petite (moins de 3 centimètres). Seule une tumeur et une petite zone de tissus adjacente doivent être retirées..

La chimioémobilisation est souvent utilisée pour préparer la chirurgie. Le plus souvent, ce médicament est la doxorubicine en association avec l'hyperthermie et l'hyperglycémie. De telles mesures peuvent réduire la taille de la tumeur et supprimer son activité, ce qui simplifie l'opération et augmente son efficacité..

Souvent, la radiothérapie est introduite dans un cours de traitement thérapeutique - l'irradiation des tissus tumoraux avec un rayonnement de haute énergie qui détruit les cellules cancéreuses, et dans les formes les plus graves de la maladie, la chimioembolisation palliative suivie de l'immunothérapie donne de bons résultats. Ce dernier est simplement nécessaire à la récupération de l'organisme après l'administration de médicaments de chimiothérapie qui provoquent une intoxication sévère.

Prévisions de survie à ce stade

À ce stade, la tumeur cancéreuse infecte de grandes zones de tissu rénal et des ganglions lymphatiques localisés, et se développe souvent dans les organes voisins et produit rapidement des métastases dans des coins éloignés du corps. Le traitement d'une telle tumeur est difficile et le pronostic est mauvais..

Si seuls les ganglions lymphatiques régionaux sont affectés par des métastases, après un traitement adéquat, environ un cinquième de tous les patients ont 5 ans de chance de vivre, mais la question est de savoir combien de patients atteints d'une forme de cancer du rein avec des métastases éloignées vivent, la réponse sera complètement décevante. Le taux de survie à cinq ans de ces patients ne dépasse pas 5%.

Statistiques un peu plus réconfortantes pour les patients qui ont commencé le traitement dans la première phase du stade 3, alors que la lésion cancéreuse n'était pas encore généralisée.

Selon l'histologie des cellules cancéreuses, l'âge du patient, l'état de santé général et la sensibilité de la tumeur aux médicaments utilisés dans le traitement, la survie à cinq ans est de l'ordre de 30% à 70%, et la survie moyenne à deux ans est à peu près la même - environ 70%.

Comme vous pouvez le voir, la maladie est très dangereuse, il est donc très important de l'identifier et de commencer à la traiter dès que possible, et pour cela, vous devez connaître les symptômes de son développement.

Symptômes aux premiers stades

Aux stades précoces, le cancer du rein ne se manifeste pratiquement pas par des signes externes et même lorsque des symptômes désagréables se produisent, ils sont souvent confondus avec des manifestations d'autres pathologies rénales, telles que la pyélonéphrite, la glomérulonéphrite, la dysfonction rénale, la maladie rénale, etc..

Tout cela conduit au fait que le diagnostic de cancer du rein aux premiers stades est un succès, généralement aléatoire. Cela se produit lors des examens prévus, alors ne les abandonnez pas..

Au moins une fois par an, vous devez consulter un néphrologue, et pour les personnes à risque, il est conseillé de subir de tels examens deux fois par an.

Symptômes qui devraient alerter:

  • Le développement de l'hématurie est l'apparition de taches sanglantes dans l'urine. Cela peut se produire de façon continue ou abrupte et abondante. L'hématurie est l'un des symptômes les plus caractéristiques d'une tumeur qui se développe dans le rein, surtout si elle a tendance à s'intensifier;
  • L'apparition dans l'abdomen d'une formation dense, bien palpable;
  • Une augmentation de la température corporelle, des convulsions fébriles sans raison apparente. L'augmentation de température peut être temporaire ou avoir un caractère très stable, avec une augmentation notable le soir et la nuit;
  • Fatigue et faiblesse générale, augmentation de la transpiration, surtout la nuit, diminution du tonus général.

Avec le développement du processus, la tumeur se développe dans les tissus voisins et provoque de graves douleurs au bas du dos irradiant dans le dos. La douleur est douloureuse et la plus prononcée du côté affecté de la tumeur. Ils s'intensifient pendant les périodes d'activation de l'hématurie, car les caillots sanguins entraînent un blocage de la vessie et des troubles urinaires.

Lors de la compression des tissus d'une tumeur croissante des artères sanguines, il y a un dysfonctionnement du système cardiovasculaire, en règle générale, la pression artérielle augmente considérablement et le rythme cardiaque se perd avec le temps.

Il convient également de noter l'expansion possible de la tumeur de la veine du cordon spermatique. Cela est possible lorsque la tumeur a affecté les parois des vaisseaux veineux et dans le cas où le processus est allé loin et que la tumeur a affecté la veine cave inférieure, une expansion marquée des vaisseaux de la paroi abdominale est observée..

Séparément, il convient de noter que les tumeurs rénales chez les enfants se développent sans presque aucun symptôme externe, de sorte qu'elles sont souvent détectées lors de l'examen en raison de soupçons d'autres pathologies.

Un tel développement d'événements est très dangereux, car il peut entraîner une mort subite.Par conséquent, si vous remarquez au moins l'un des symptômes décrits, consultez immédiatement un médecin et subissez un examen détaillé.

Tumeurs du rein: classification, symptômes et méthodes modernes de traitement

Les reins sont des organes qui, imperceptiblement pour les humains, effectuent un travail colossal au quotidien, avec le cœur ou le cerveau.

Les facteurs négatifs agissant sur le corps rendent leurs tissus vulnérables.

Parfois, des groupes de cellules rénales changent de propriétés, commencent à se multiplier de manière absolument incontrôlable, puis une maladie dangereuse se développe - cancer du rein.

Quel est le traitement d'un tel diagnostic et comment apparaissent les signes pouvant indiquer une pathologie insidieuse?

Classification

Tout d'abord, les tumeurs rénales sont divisées en malignes et bénignes. Le premier groupe comprend le carcinome à cellules rénales affectant les tissus du rein lui-même, ainsi que le carcinome à cellules transitionnelles affectant le système pyélocalicéal.

Carcinome à cellules transitionnelles du bassin

Ces pathologies sont caractérisées par de graves violations du foie, des douleurs intenses, l'apparition de métastases qui se propagent à d'autres organes par le flux de lymphe ou de sang. Dans le nombre total de cas de la maladie, ils occupent une position de leader - environ 90%.

Le cancer du rein à cellules claires (pronostic de survie de 30% en cas d'envahissement tumoral au-delà du fascia) est également diagnostiqué assez souvent. Le cancer du rein hypernephroïde se développe à partir des cellules épithéliales du parenchyme.

Les néoplasmes bénins les plus connus sont appelés angiomyolipomes. Ce sont des structures qui comprennent les muscles, le tissu adipeux et les vaisseaux sanguins. Inoffensifs en général, ils peuvent mettre la vie en danger lors de blessures, car ils peuvent provoquer des saignements internes en cas de violation de l'intégrité.

Une personne ne peut pas déterminer de manière indépendante le type de tumeur, car des examens spéciaux sont nécessaires.

Les causes

Presque n'importe qui peut être touché par cette maladie..

Il existe certaines causes de cancer du rein et des facteurs qui augmentent le risque de maladie:

  1. les mauvaises habitudes, en tant que facteur affectant la viabilité et la reproduction des cellules, peuvent parfois augmenter le risque de tumeurs;
  2. exposition aux radiations;
  3. l'abus de drogues, en particulier d'analgésiques;
  4. les lésions rénales contribuent à des changements pathologiques dans leurs tissus;
  5. l'influence de composés chimiques nocifs (amiante, cadmium);
  6. la prédisposition héréditaire augmente non seulement le risque, mais est également la cause de l'apparition de foyers multiples de néoplasmes;
  7. ce diagnostic est plus fréquent avec le surpoids, en particulier chez les femmes.

Pour prévenir le développement d'un cancer, il est nécessaire d'exclure au moins les facteurs qui dépendent du mode de vie d'une personne - mauvaises habitudes, suralimentation, automédication.

Symptômes

Avec le cancer du rein, les symptômes chez les femmes, les hommes et les enfants sont similaires..

Les signes du cancer du rein peuvent être différents et nombreux:

  1. mal au dos;
  2. colique rénale;
  3. douleur pendant la miction;
  4. hématurie (sang dans l'urine);
  5. transpiration intense;
  6. faiblesse, fatigue;
  7. perte de poids progressive et perte d'appétit;
  8. hypertension;
  9. gonflement du corps;
  10. augmentation de la température;
  11. hypertrophie rénale à mesure que le néoplasme se développe;
  12. en cas de cancer du rein avec métastases - altération du fonctionnement des organes affectés (toux, si des métastases dans les poumons se sont produites en cas de cancer du rein, amertume dans la bouche - avec métastases dans le foie, maux de tête - avec métastases au cerveau).

Si une personne a remarqué des symptômes et des signes de cancer du rein, elle ne devrait pas commencer l'automédication ou devenir déprimée, vous devriez immédiatement contacter un spécialiste pour obtenir de l'aide.

Étapes

Il existe deux approches principales pour caractériser le degré de développement de la maladie..

La classification TNM internationale tient compte de trois facteurs:

  1. évaluation du foyer principal (T) - taille de la tumeur et sa prévalence;
  2. état des ganglions lymphatiques (N);
  3. la présence de métastases (M).

Le cancer du rein de la CIM-10 est classé comme C64, tumeur maligne du bassin rénal - C65.

La seconde, la classification de Robson, identifie 4 stades de cancer du rein:

  1. premier stade asymptomatique. Le patient ne peut toujours pas remarquer les manifestations évidentes d'une perturbation du bien-être et la taille du néoplasme est trop petite pour être détectée directement lors de la palpation. Si un cancer du rein est accidentellement détecté à ce stade, le pronostic est favorable - 90% de la probabilité de guérison et de retour à la vie normale avec un traitement adéquat;
  2. Le stade 2 s'accompagne d'une croissance tumorale, mais n'est pas caractérisé par des signes distincts. Par conséquent, il est difficile d'identifier la maladie sans examens de laboratoire;
  3. le cancer du rein de grade 3 survient avec une augmentation de la tumeur et la propagation des processus pathologiques aux glandes surrénales, aux vaisseaux sanguins et aux ganglions lymphatiques;
  4. Le cancer du rein de stade 4 est caractérisé par une croissance active du néoplasme et la propagation de métastases dans tout le corps, à différents organes et systèmes. L'effet dangereux de la maladie sur la vie et la santé du patient augmente.

Si vous voyez un médecin dès les premiers symptômes qui peuvent déjà survenir au deuxième stade, vous pouvez augmenter les chances de guérison.

Diagnostique

En règle générale, le diagnostic de cancer du rein est déjà effectué avec la manifestation de symptômes évidents, lorsqu'une personne va chez le médecin avec des plaintes.

Très probablement, cela se produira plus tard qu'au premier stade du développement de l'oncologie. Dans certains cas, le diagnostic de la tumeur se fait par hasard, lors d'autres examens.

Si cela s'est produit dans les étapes initiales, le patient a les chances maximales d'une récupération réussie.

Pour identifier et évaluer le degré de cancer du rein, le diagnostic comprend des études telles que:

  1. des analyses de sang;
  2. tests d'urine:
  3. Échographie des reins;
  4. biopsie guidée par échographie
  5. levés radioisotopiques;
  6. radiographie
  7. IRM
  8. CT
  9. néphroscintigraphie;
  10. urographie excrétoire;
  11. urographie rénale.

La liste des examens peut être étendue en cas de suspicion de métastases à d'autres organes.

Pour prescrire un traitement adéquat et efficace, un diagnostic complet est nécessaire, avec un examen complet.

Méthodes de traitement

L'approche du traitement dépend directement des caractéristiques et du degré de développement de la maladie. Le médecin peut utiliser des méthodes chirurgicales et non chirurgicales pour lutter contre la maladie. Afin de décider de l'utilisation de telle ou telle thérapie, il est nécessaire de prendre en compte différents facteurs - l'âge du patient, la négligence de la maladie, la pathologie concomitante, les données de tous les examens effectués.

Méthodes chirurgicales

Selon le degré d'intervention, la résection et la néphrectomie sont distinguées. Dans le premier cas, seule la partie du rein dans laquelle se trouve la tumeur peut être enlevée. Dans le deuxième cas, tout le rein affecté est retiré..

Le médecin ne peut décider de l'ablation complète du rein pour cancer que dans le cas le plus avancé, lorsque cette sortie est le seul moyen de sauver la vie du patient.

Dans une situation plus favorable, avec une taille de tumeur pouvant atteindre 4 cm, le médecin tentera de préserver au maximum la fonction rénale, avec un minimum d'intervention. Mais si le néoplasme est situé à côté de gros vaisseaux sanguins, il ne peut pas être retiré sans néphrectomie, car il ne sera pas possible de sauver la vie du patient.

Les méthodes chirurgicales diffèrent par la technique d'exécution.

Auparavant, les opérations abdominales, qui nécessitaient de grandes incisions cutanées, étaient la seule solution, mais maintenant l'intervention peut être effectuée avec un degré minimal d'envahissement..

Par exemple, l'une des nouvelles façons de lutter contre le cancer est l'utilisation d'un cyber-couteau qui peut détruire les informations héréditaires des cellules tumorales. Plus l’effet sur l’organe et le corps du patient est faible, moins il doit subir de rééducation intensive et longue, ce qui affecte les chances de guérison et le développement de complications..

La laparoscopie est une technique douce, pour laquelle de grandes incisions ne sont pas nécessaires. L'efficacité de l'intervention est très élevée et la fréquence des rechutes (développement tumoral répété) est beaucoup plus faible qu'avec la chirurgie abdominale traditionnelle.

Même si une telle intervention douce n'est pas recommandée au patient en raison de ses caractéristiques individuelles, une ablation par radiofréquence peut être appliquée - destruction de la tumeur par exposition à un instrument spécial inséré à l'intérieur de l'organe. Son épaisseur est petite - seulement environ 4 mm, donc l'effet de l'opération sera minime.

Avec le cancer du rein, le pronostic après prélèvement d'organe est allongé de 5 ans en moyenne..

Méthodes non chirurgicales

De telles méthodes de traitement impliquent une exposition à la tumeur et au corps dans son ensemble sans intervention chirurgicale. Directions principales:

  1. chimiothérapie - dispenser des cours de traitement de la toxicomanie. Leur action pharmacologique peut viser à stopper le développement des vaisseaux sanguins qui alimentent le néoplasme, à bloquer les fonctions de ces vaisseaux sanguins ou directement sur l'activité vitale des cellules cancéreuses;
  2. thérapie ciblée - traitement visant à la destruction des cellules tumorales pathologiques. Un traitement ciblé du cancer du rein peut arrêter la propagation de la tumeur et n'a presque aucun effet sur les tissus sains du rein ou d'autres organes de la personne;
  3. hormonothérapie - utilisation de progestatifs, d'anti-œstrogènes ou d'anti-androgènes pour affecter les récepteurs des cellules tumorales. De nombreux experts notent la faible efficacité de cette méthode..
  4. radiothérapie - exposition à une tumeur par radiation. Vous permet de réduire la douleur et d'améliorer le bien-être du patient pendant un certain temps;
  5. immunothérapie - introduction dans le corps du patient de substances immunitaires actives - interleukine et interféron. Il est rarement utilisé et en comparaison avec d'autres méthodes de traitement (par exemple, une thérapie ciblée) est moins efficace.

Malgré la variété des méthodes de traitement non chirurgicales, la chirurgie pour enlever un rein ou une partie de celui-ci reste le moyen le plus efficace de préserver la santé et la vie du patient.

Il existe un régime pour le cancer du rein. Le traitement du cancer du rein avec des remèdes populaires ne peut pas être une thérapie indépendante, car ils ne sont pas assez efficaces.

Un retard dans la mise en œuvre de méthodes intensives peut entraîner des conséquences tragiques..

Si le médecin considère l'opération comme le seul moyen de traiter, vous ne devez pas la refuser.

Vidéos connexes

Qu'est-ce que le cancer du rein, combien vivent avec ce diagnostic et comment surmonter la maladie? Réponses dans l'émission télévisée "Live great!" avec Elena Malysheva:

Le cancer du rein chez les enfants et les adultes est une maladie courante et dangereuse, mais une personne malade a toujours la possibilité de se remettre si elle gère correctement son temps et ses opportunités. Une attention médicale immédiate dès les premiers symptômes et un suivi précis peuvent assurer un retour à la normale.

Stades du cancer du rein

Le degré de différenciation (développement) d'une cellule cancéreuse est évalué par son apparence par rapport à une cellule normale et saine. On distingue quatre degrés de cancer du rein..

Le premier degré de cancer du rein est un cancer du rein très différencié - ses cellules sont légèrement différentes des cellules rénales saines, se développent lentement et ont un bon pronostic pour le traitement.

Le deuxième degré de cancer du rein et le troisième degré de cancer du rein caractérisent le cancer du rein comme un cancer du rein modérément différencié. Ce sont les formes les plus courantes de cancer du rein..

Le quatrième degré de cancer du rein est un cancer du rein indifférencié, les cellules tumorales sont très différentes des cellules saines, indiquent un cancer agressif et aggravent le pronostic. Bien que le degré de différenciation des cellules cancéreuses aide à déterminer le pronostic du patient, la plupart des médecins sont sûrs que le stade de développement du cancer du rein est le meilleur indicateur de survie.

L'isolement des stades du cancer du rein permet aux médecins de déterminer la taille et l'emplacement d'une tumeur en utilisant la tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique, des études de laboratoire et cliniques.

Facteurs qui affectent le pronostic du patient:

  • la propagation de la tumeur dans les tissus entourant les reins,
  • germination du cancer du rein dans les organes voisins,
  • germination du cancer du rein dans les ganglions lymphatiques voisins (petites structures semblables à des pois dispersées dans tout le corps qui produisent et stockent des globules blancs),
  • métastases du cancer du rein à distance

TNM - classification du cancer du rein

Cancer du rein de stade 1 - une petite tumeur (moins de 2,5 cm) sans signe d'invasion locale, sans dommages aux ganglions lymphatiques et sans métastases à distance.

Cancer du rein de stade 2 - une tumeur de plus de 2,5 cm sans signes d'invasion locale, sans dommages aux ganglions lymphatiques et métastases à distance.

Cancer du rein de stade 3 - une tumeur de toute taille avec une lésion d'un ganglion lymphatique, une germination dans les glandes surrénales ou dans le tissu rénal environnant, de grosses veines.

Le cancer du rein de stade 4 est un groupe mixte qui comprend:

  • des tumeurs rénales poussent dans les organes voisins;
  • tumeurs rénales avec métastases distantes;
  • tumeurs rénales avec lésions de plusieurs ganglions lymphatiques.

TNM - La classification du cancer du rein utilise également des catégories alphanumériques pour déterminer la zone et l'étendue de la propagation (invasion) du cancer du rein. Considérez-les ci-dessous.

TUMEUR PRIMAIRE (T) - toutes les dimensions sont données dans la plus grande dimension.

Tx - la tumeur rénale primaire ne peut pas être évaluée

T0 - aucun signe de tumeur rénale primaire

T1 - tumeur rénale inférieure à 7 cm, limitée par le rein.

T2 - tumeur rénale de plus de 7 cm, pas au-delà du rein.

T3 - une tumeur rénale se propage à travers les grosses veines ou se développe dans la glande surrénale ou la fibre environnante, mais ne s'étend pas au-delà du fascia de Gerot (la capsule fibreuse qui entoure les reins et les sépare des muscles adjacents).

T3a - une tumeur rénale qui affecte les glandes surrénales et la fibre environnante, mais ne s'étend pas au-delà du fascia de Gerot.

T3b - une tumeur rénale qui se propage aux veines rénales (les principaux vaisseaux qui transportent le sang des reins) ou à la veine cave inférieure sous le diaphragme (un gros vaisseau qui renvoie le sang de la moitié inférieure du tronc vers le cœur).

T3c - tumeur se propageant à la veine cave inférieure au-dessus du diaphragme.

T4 - la tumeur fait germer le fascia de Gerot.

REGIONAL Noeuds lymphatiques (N)

Nx - Les ganglions lymphatiques régionaux ne peuvent pas être évalués.

N0 - pas de métastases aux ganglions lymphatiques régionaux

N1 - métastases dans un ganglion lymphatique régional

N2 - métastases dans plus d'un ganglion lymphatique régional.

MÉTASTASES À DISTANCE (M)

Mx - les métastases ne peuvent pas être évaluées

M0 - pas de métastases éloignées

M1 - des métastases distantes sont détectées

T1Une tumeur rénale de 7 cm ou moins ne fait pas germer une capsule rénale.
T2Tumeur rénale de plus de 7 cm, la capsule rénale ne germe pas.
T3aTumeur du rein, affecte les glandes surrénales et les fibres environnantes, mais ne s'étend pas au-delà du fascia de Gerot.
T3b ou T3cUne tumeur rénale se propage aux vaisseaux rénaux ou à la veine cave inférieure (un gros vaisseau renvoie le sang de la moitié inférieure du corps vers le cœur).T3b est une tumeur rénale qui s'étend jusqu'aux veines rénales ou la veine cave inférieure sous le diaphragme. T3c est une tumeur rénale qui s'étend jusqu'à veine cave inférieure au-dessus du diaphragme.
T4Une tumeur rénale fait germer le fascia de Gerot.

G - Gradation histopathologique du cancer du rein

GX - le degré de différenciation ne peut être estimé G1 - tumeur hautement différenciée G2 - tumeur modérément différenciée

G3-4 - tumeur de bas grade / indifférenciée

Stadification du cancer du rein

Le stade du processus tumoral, reflétant la prévalence anatomique du néoplasme, est le facteur de pronostic le plus important dans le cancer du rein.

Stade du cancer du reinTumeur rénale primaire (T)Ganglions lymphatiques régionaux (N)Métastases éloignées (M)Survie à 5 ans
Étape IT1N0M076%
Étape IIT2N0M067%
Étape IIIT1N1M026-40%
T2N1M0
T3N0, N1M0
Étape IVT4N0, N1M0quinze%
Tout TN2M0
Tout TTout NM1

Urologue Denunin Altunin (Moscou)

L'article est à titre informatif uniquement. Si vous avez des problèmes de santé - ne faites pas d'autodiagnostic et consultez un médecin!

Stade du cancer du rein

Chaque stade du cancer du rein - le développement de néoplasmes malins, a ses propres caractéristiques. En médecine moderne, la classification TNM est acceptée, où T est la présence de la tumeur elle-même, N est la défaite des ganglions lymphatiques, M est l'apparition de métastases.

Un très grand nombre de facteurs cliniques différents affectent l'issue d'une maladie telle que le cancer du rein. Bien sûr, le meilleur pronostic sera toujours chez un patient dont la tumeur ne dépasse pas le rein.

Étant donné que même une propagation et une invasion minimes des organes voisins sont beaucoup plus dangereuses qu'une tumeur. Avec la propagation de la tumeur par capsule de Gerot, le risque de résultat négatif augmente de plus de 25%.

Des prédictions encore plus négatives pour les lésions de la veine cave inférieure et de la veine rénale. Dans ces cas, la survie à deux ans chute encore de 40%..

Cela conduit au fait que les gens se tournent vers le médecin dans un état grave, dans les derniers stades du cancer du rein, alors même qu'une opération radicale ne garantit pas un taux de survie élevé. Des rechutes et des métastases à d'autres organes sont également probables..

Cancer du rein de stade 1

La tumeur a généralement une taille ne dépassant pas quatre centimètres, les ganglions lymphatiques ne sont pas encore affectés. Elle ne va pas au-delà des reins. Les métastases dans d'autres organes ne sont pas détectées dans le corps du patient.

Dans ce cas, les oncologues donnent un bon pronostic. Avec un traitement rapide et un traitement complet et approprié du cancer du rein, la survie à cinq ans est de 65 à 95%.

A ce stade, les opérations réalisées par accès laparoscopique sont assez efficaces. La laparoscopie du rein (néphrectomie ou résection laparoscopique du rein) est moins traumatisante que la chirurgie ouverte et permet au patient de retrouver rapidement une vie normale.

Il est important de prendre des mesures d'urgence avant que les cellules cancéreuses ne commencent à se propager à travers les systèmes lymphatique et circulatoire..

La modélisation 3D dans le diagnostic du cancer du rein peut grandement simplifier la tâche du médecin. À l'aide des données obtenues pendant la TDM, il crée une image en trois dimensions. Il peut être statique ou dynamique..

À l'aide du modèle, les chirurgiens étudient les possibilités d'une chirurgie préservant les organes, analysent les risques de complications. Pour effectuer la résection et d'autres opérations mini-invasives, une modélisation tridimensionnelle est nécessaire.

Cancer du rein de stade 2

Au deuxième stade, la taille de la tumeur peut dépasser 7 centimètres. Le pronostic de survie à cinq ans dépasse 65% et peut atteindre 85% avec le bon traitement.

Le tableau clinique est similaire au cas précédent - les ganglions lymphatiques régionaux ne sont pas affectés, il n'y a pas de métastases de cancer du rein dans d'autres organes. Mais la tumeur a déjà germé une capsule rénale.

La deuxième étape est la plus courante chez les patients. Cela est dû au fait qu'au stade initial, les symptômes sont moins prononcés et que les patients ne réalisent même pas qu'il est associé au cancer. En présence de toute maladie concomitante des reins et du système génito-urinaire, le diagnostic est difficile.

Heureusement, au stade 2, le cancer du rein se développe lentement et les méthodes de traitement modernes sont assez efficaces.

Cancer du rein de stade 3

Le cancer du rein de stade 3 (carcinome à cellules rénales) est beaucoup plus dangereux.

Souvent, les ganglions lymphatiques régionaux (ganglions lymphatiques du sinus rénal) sont affectés, la tumeur peut affecter des vaisseaux sanguins importants, la veine cave rénale et inférieure.

À ce stade également, il existe un risque de métastases dans d'autres organes, car les cellules cancéreuses se propagent déjà à travers les systèmes circulatoire et lymphatique.

Les médecins font tout leur possible pour préserver le rein. Cependant, s'il existe un risque sérieux de propagation tumorale, une néphrectomie est réalisée..

Dans la plupart des cas, une opération est indiquée pour retirer le rein, le ganglion lymphatique régional et la glande surrénale. Des opérations plus douces sont effectuées dans les cas où le patient a un rein, ou les deux sont affectés. Dans ce dernier cas, une néphrectomie est réalisée pour un rein et une résection pour le second. Le tissu adipeux environnant peut être retiré.

Si la tumeur affecte la veine cave rénale ou inférieure, les chirurgiens prennent en compte ce facteur lors du choix d'une méthode de traitement..

Cancer du rein de stade 4

La quatrième étape signifie que non seulement les ganglions lymphatiques régionaux sont affectés, mais aussi, probablement, les tissus et organes voisins. Les métastases peuvent être trouvées dans le foie, les poumons, le tissu osseux, la colonne vertébrale, le cerveau. Se propageant avec du sang et du liquide lymphatique, les cellules cancéreuses forment des foyers dans des zones reculées du corps humain.

Les prévisions sont souvent défavorables. La survie à cinq ans ne dépasse généralement pas 20%. Néanmoins, avec le bon choix de traitement, ce chiffre peut être considérablement augmenté..

Le traitement complet du cancer du rein comprend:

  • Embolisation des vaisseaux rénaux alimentant la tumeur. Cette opération peut augmenter considérablement l'efficacité de la néphrectomie. Parfois, une néphrectomie entraîne une résorption des métastases. Le pourcentage de ces cas est faible, mais néanmoins, il y a une chance.
  • L'utilisation de cytokines. Si le nombre de métastases est faible, l'application de la technique donne un résultat positif dans environ 15% des cas. Dans la plupart des cas réussis, des doses d'interféron alfa de 6 à 20 millions d'unités ont été utilisées. Et en combinaison avec l'interleukine-2, une rémission prolongée a été observée chez de nombreux patients.
  • Radiothérapie palliative.
  • Après l'ablation du rein (néphrectomie radicale), une thérapie visant à inhiber le développement des métastases est réalisée).

Cependant, il faut comprendre qu'aux derniers stades de la maladie, les médecins ne peuvent garantir le succès du traitement. Le cancer du rein après une opération effectuée aux étapes 3-4 peut réapparaître. Il s'agit davantage de prolonger la vie du patient et d'améliorer sa qualité..

Cancer du rein: symptômes chez les hommes et les femmes à différents stades

Le cancer du rein est l'une de ces maladies malignes difficiles à reconnaître à un stade précoce. L'absence de symptômes pendant longtemps conduit au fait que le patient apprend sa maladie trop tard.

Types de tumeurs rénales

Le cancer du rein n'est pas le plus courant parmi les pathologies oncologiques. Présent dans environ 4% de la population.

Parmi les variétés de tumeurs rénales, le plus souvent, les médecins doivent traiter le carcinome à cellules rénales. Les néoplasmes du bassin rénal et de l'uretère sont moins fréquents.

La forme la plus dangereuse de la maladie est le sarcome. Heureusement, la maladie est extrêmement rare: environ 10% de tous les cas.

Les symptômes du cancer du rein

Le plus souvent, le cancer du rein se développe chez l'homme, beaucoup moins souvent chez la femme. En raison des caractéristiques physiologiques, les symptômes de la maladie apparaissent différemment selon l'un et l'autre sexe. Notez les symptômes les plus courants des stades, indiquant le développement de la maladie.

Stades du cancer du rein

Cancer du rein de stade 1 chez la femme

Il existe un certain nombre de signes pouvant indiquer le développement d'un cancer dangereux. Chez les femmes, ces symptômes peuvent être:

  • la faiblesse;
  • fatigabilité rapide;
  • nausées fréquentes
  • violation à court terme de la miction;
  • Irrégularités menstruelles;
  • gonflement du visage et des membres, qui est directement associé à des dommages aux canaux rénaux.

Les tests de laboratoire, en règle générale, indiquent la présence d'une anémie chez le patient - une carence en fer. De plus, avec une utilisation prolongée de médicaments contenant du fer, la situation ne change pas. Le niveau reste bas. Ce facteur indique la nécessité d'un examen plus sérieux. Par exemple, la tomodensitométrie. Les patients ne ressentent pas de douleur au premier stade.

Étape 1 chez les hommes

Au premier stade de l'oncologie, les hommes peuvent ressentir les symptômes suivants:

  • prostration;
  • fatigue
  • rétention urinaire;
  • transpiration accrue;
  • diminution des performances;
  • dilatation des veines des membres inférieurs;
  • exacerbation ou développement primaire des hémorroïdes;
  • baisse de la libido

La douleur à ce stade n'est pas non plus caractéristique..

La fatigue peut provoquer le cancer

Signes de l'étape 2 chez les femmes

Dans la deuxième étape, la maladie progresse, l'état du patient s'aggrave. De nouveaux symptômes apparaissent, notamment:

  • opacification de l'urine;
  • miction rare;
  • douleurs douloureuses périodiques;
  • l'apparition dans l'urine de sang et d'impuretés blanches.

Gonflement par ultrasons dans la région rénale affectée.

Signes de l'étape 2 chez les hommes

À ce stade de la maladie, une foule d'autres signes avant-coureurs se joignent au malaise physique général:

  • inconfort dans la région inguinale et lombaire;
  • des douleurs, parfois aiguës, cédant à l'aine ou au coccyx, surviennent à partir du développement de la tumeur;
  • l'apparition de sang et de fibres blanches dans l'urine;
  • lors du sondage du site de localisation, un sceau est détecté;
  • fièvre de bas grade;
  • perte d'appétit;
  • perte de poids;
  • anémie.

À ce stade, la maladie est traitable, car la tumeur est encore petite. Une thérapie correctement choisie peut donner un résultat positif et conduire à une guérison..

Étape 3 chez les femmes

Au troisième stade, la tumeur cancéreuse grossit, grossit.

Les signes de cancer du rein au stade 3 sont des douleurs douloureuses

Un certain nombre d'autres s'ajoutent aux symptômes ci-dessus:

  • l'urine sent la pourriture;
  • miction extrêmement rare;
  • douleur fréquente dans les hanches et le bas du dos.

Les patients en oncologie commencent à éprouver des difficultés de mouvement.

Étape 3 chez les hommes

La condition physique du patient à ce stade s'aggrave quotidiennement. Des manifestations telles que:

  • hémorragie vasculaire, accompagnée d'une détérioration de l'état général;
  • expansion des veines sur les organes génitaux;
  • gonflement des testicules, exacerbation des hémorroïdes;
  • souvent l'atrophie du testicule, lequel dépend de quel côté l'oncologie s'est développée dans le rein gauche ou droit;
  • infertilité - à la suite d'une défaillance du système reproducteur

La tumeur dans cette période prend de grandes tailles. Elle affecte les vaisseaux sanguins, les tissus et tous les organes adjacents. Mais, ce qui est caractéristique, ne va pas au-delà de la capsule fasciale. La tumeur se propage à l'un des ganglions lymphatiques. Il n'y a plus de métastases à ce stade.

Tumeur propagée en 4 stades de cancer du rein

Cancer du rein de stade 4

Les symptômes à ce stade chez les femmes et les hommes sont similaires. C'est le stade final, ainsi que le plus dangereux de la maladie. La propagation active du foyer provoque une douleur intense et persistante chez le patient. Les caillots sanguins et le pus prédominent dans l'urine. Dans les zones ouvertes de la peau, des ulcères apparaissent spontanément, qui se développent instantanément. Une odeur putride apparaît.

Dans une étude en laboratoire, il y a une forte augmentation des hormones. La pression artérielle peut soudainement augmenter ou diminuer. Les métastases se propagent à tous les organes: foie, poumons, système squelettique.

Cela provoque des symptômes individuels pour chaque zone: une toux suffocante douloureuse due aux poumons affectés, une jaunisse avec le foie affecté, une douleur articulaire atroce avec des dommages au système osseux.

Le patient a l'air épuisé.

En conclusion, quelques recommandations utiles. Vous devez écouter votre corps, ne pas ignorer les symptômes qui, à première vue, semblent frivoles. Ne vous diagnostiquez pas. Il est préférable de contacter des médecins professionnels. Après tout, l'oncologie du rein, identifiée au stade initial, est traitée avec succès.

Regardez la vidéo: Comment vaincre le cancer du rein

Cancer du rein - symptômes, causes, stades, diagnostic, traitement, pronostic

Brève description de la maladie

Dans la structure des maladies oncologiques, le cancer du rein occupe la 10e place, mais il convient de garder à l'esprit que ces dernières années, le nombre de patients souffrant de tumeurs malignes des reins a triplé..

Les hommes tombent plus souvent malades que les femmes, ce qui est apparemment dû à la propagation du tabagisme parmi la population masculine et à des conditions de travail plus dangereuses.

Le fait que le traitement du cancer du rein soit de plus en plus exigé par les jeunes est particulièrement troublant, même si auparavant, cette maladie touchait principalement les personnes âgées..

La forme la plus courante de la maladie est le carcinome à cellules rénales. Il représente plus de 40% des cas signalés. Les formations dans le bassin rénal et l'uretère (20% chacune) sont beaucoup moins courantes. Les sarcomes (formations mésenchymateuses) ne représentent pas plus de 10% du nombre de cas signalés.

Les causes de la maladie

Le cancer du rein, dont les symptômes se trouvent actuellement chez les personnes de tout âge, survient en raison des facteurs suivants:

  • troubles au niveau génétique, en particulier, la perte d'un segment du troisième chromosome;
  • Syndrome d'Hippel-Lindau et autres maladies héréditaires;
  • conditions d'immunodéficience;
  • apport non contrôlé de diurétiques, en particulier de diurétiques;
  • Diabète;
  • la malnutrition avec une prédominance d'aliments gras et frits;
  • rayonnement ionisant;
  • Le tabagisme est l'une des principales raisons pour lesquelles une personne développe un cancer du rein. Les métastases chez les fumeurs sont beaucoup plus nombreuses et la maladie elle-même se déroule généralement très sérieusement. En général, les fumeurs contractent un cancer du rein 60% plus souvent que ceux qui ne sont pas dépendants de la nicotine et ne communiquent pas avec les fumeurs.

Stades du cancer du rein

La gravité de la maladie est déterminée en comparant les cellules saines et malades..

Stade I - les cellules tumorales sont légèrement différentes des cellules normales et saines du tissu rénal. Le cancer se développe lentement, des prévisions favorables.

Stade II - modérément différencié - la forme la plus courante de cancer. Les cellules saines et malades ont des différences distinctes, mais la tumeur se développe encore lentement et est traitable.

Stade III - la tumeur s'étend au-delà des reins, affecte les ganglions lymphatiques voisins.

Stade IV - cancer du rein indifférencié. Les cellules affectées diffèrent considérablement des cellules saines, indiquant une forme agressive de la maladie. Au stade IV, le cancer du rein métastases aux organes voisins (poumons, foie) et aux ganglions lymphatiques distants. Le traitement du cancer du rein à ce stade est considérablement difficile, voire totalement impossible.

Il convient de noter qu'en mettant en évidence les stades du rein, les médecins peuvent non seulement classer la maladie, mais également déterminer la taille de la tumeur, sa localisation, augmentant ainsi le taux de survie des patients.

Cancer du rein - métastases

Dans les stades ultérieurs, la tumeur est sujette aux métastases par les voies hématogènes et lymphogènes. Le plus souvent, les métastases sont détectées dans les poumons, puis dans les os, le foie et le cerveau. Les lésions cérébrales sont les plus caractéristiques du stade IV.

Symptômes du cancer du rein

Aux stades précoces, le cancer du rein peut être complètement asymptomatique. La présence d'une tumeur peut être déterminée soit au hasard, soit en présence de signes indirects séparés. À mesure que le processus tumoral se développe, les symptômes apparaissent beaucoup plus clairement. Les principaux sont:

  • la présence de sang dans l'urine;
  • gonflement dans la région lombaire, palpé par la palpation;
  • faiblesse, perte de poids, manque d'appétit;
  • détérioration de l'état général;
  • une forte augmentation de la température sans raison apparente;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • anémie;
  • douleur rénale.

Diagnostic de la maladie

Le cancer du rein, dont les métastases ont pénétré dans les organes voisins et les ganglions lymphatiques distants, est diagnostiqué assez facilement. Une situation différente survient aux premiers stades de la maladie, lorsque les symptômes du cancer du rein sont facilement confondus avec des signes d'autres maladies. Les méthodes modernes d'imagerie médicale jouent un rôle énorme dans le diagnostic correct:

  • diagnostic aux rayons X;
  • échographie;
  • imagerie par résonance magnétique;
  • scintigraphie radio-isotopique.

De plus, une biopsie et une analyse d'urine sont prescrites aux patients..

Traitement du cancer du rein

Le choix du traitement dépend du stade du cancer du rein, de la taille de la tumeur, de la présence de métastases et de certains autres facteurs importants. Dans la plupart des cas, les médecins utilisent une intervention chirurgicale, et l'opération est prescrite même avec des métastases, car cela peut prolonger considérablement la vie du patient.

Aux stades précoces, le cancer du rein, dont les symptômes sont absents ou légèrement manifestes, peut être guéri par des opérations de préservation des organes, mais même dans ce cas, l'extraction de thrombus tumoraux et l'ablation des ganglions lymphatiques régionaux, à l'exclusion des métastases, sont une condition préalable..

Dans les stades ultérieurs, il est conseillé d'effectuer une néphrectomie radicale (ablation du rein, y compris lorsque la tumeur se propage dans les organes voisins) ou une néphrectomie laparoscopique (permet un clipping d'organes plus précis et réduit ainsi la période de récupération, mais nécessite un équipement spécial et un personnel de clinique hautement qualifié ) La radiothérapie, l'hormonothérapie et la chimiothérapie dans le traitement du cancer du rein ne sont pratiquement pas utilisées, car elles présentent une faible efficacité. L'immunothérapie utilisant l'interleukine-2, l'alpha-interféron et le 5-fluorouracile aide à augmenter la période de survie.

Quelques mots sur la probabilité de guérir avec succès le cancer du rein. Le pronostic dans ce cas dépend du stade du processus tumoral et du degré de différenciation des cellules cancéreuses. Si les métastases ont affecté la veine rénale, le pronostic est mauvais. La même situation se développe avec des métastases dans des ganglions lymphatiques distants. Dans tous les autres cas, les prévisions sont plus ou moins favorables..

Vidéo de YouTube sur le sujet de l'article:

Cancer du rein

Le cancer du rein est une tumeur maligne qui se forme dans un ou les deux reins. Cette maladie occupe la 10e place en termes de prévalence, alors que le plus souvent la maladie survient chez les citadins âgés de 50 à 70 ans. Les hommes sont à risque: ils sont 2 fois plus susceptibles d'avoir un cancer du rein.

Parmi toutes les tumeurs malignes du rein, la plus courante est le carcinome à cellules rénales (dans 40% des cas), les lésions de l'uretère et du bassin rénal sont moins fréquemment enregistrées et le sarcome est le plus rare (dans moins de 10% des cas).

La science ne peut pas nommer de manière fiable les causes menant à cette maladie, mais elle détermine assez précisément les facteurs contribuant à son développement:

  1. en surpoids.
  2. Tabagisme (le risque augmente de 50%).
  3. Hypertension artérielle.
  4. Conditions de travail nocives (travail avec des produits chimiques).
  5. Polykystose rénale.
  6. Diabète.
  7. Infections virales.
  8. Hémodialyse rénale prolongée.
  9. Prédisposition génétique, maladies rares (syndrome de von Hippel-Lindau).

Cancer du rein: symptômes

Actuellement, environ 50% de toutes les tumeurs rénales sont diagnostiquées par hasard, avec une échographie planifiée en l'absence totale de symptômes.

Les symptômes caractéristiques de la maladie sont désormais moins courants..

  1. Sang dans l'urine (hématurie). Son apparence peut être soudaine et abondante..
  2. Douleurs dans le dos et le bas du dos: ces plaintes sont liées à la germination d'une tumeur dans les organes voisins ou au blocage de l'uretère.
  3. Compaction dans l'abdomen (palpation palpe une tumeur).
  4. Une augmentation de la température et de la pression artérielle (cette dernière peut être causée par une compression des artères ou la production d'une tumeur rénine).
  5. Varicocèle.
  6. Perte de poids, faiblesse générale, anémie, sueurs nocturnes et fatigue excessive.

Malheureusement, souvent les signes de cancer du rein n'apparaissent pas immédiatement, la maladie se poursuit sous une forme asymptomatique pendant une longue période. C'est pourquoi il est si important de subir un examen préventif régulier, de faire une échographie et de faire un test sanguin et urinaire.

Diagnostic du cancer du rein

Le diagnostic du cancer du rein implique toute une gamme de manipulations différentes, ce qui vous permet d'établir le diagnostic correct avec une précision maximale.

  1. L'échographie est la méthode de diagnostic la plus abordable.
  2. L'étalon-or pour le diagnostic des tumeurs rénales est la tomodensitométrie avec contraste. La tomodensitométrie donne une image complète de la position de la tumeur, de sa taille, de son stade clinique et de sa croissance dans les organes adjacents.
  3. Une analyse d'urine révèle une impureté de sang dans l'urine.
  4. Un test sanguin vous permet d'identifier les signes indirects de la maladie: anémie, taux élevés de phosphatase alcaline, urée sanguine, etc..
  5. L'IRM pour le diagnostic des tumeurs rénales est utilisée moins fréquemment que la TDM; la principale indication de l'IRM est une contre-indication à la TDM.
  6. Une biopsie des tumeurs rénales est effectuée pour confirmer le diagnostic et déterminer d'autres tactiques de traitement. Malheureusement, dans certains cas, une biopsie d'une tumeur du rein est non invasive, pour cette raison, cette étude est maintenant rarement réalisée.
  7. Pour déterminer les métastases dans les poumons et les os du squelette, la radiographie pulmonaire et l'ostéoscintigraphie sont utilisées..
  8. Angiographie rénale - une étude aux rayons X avec un agent de contraste.

Sur la base de quelles sont les manifestations du cancer du rein, de l'état du patient et des résultats des tests préliminaires, le médecin choisit certaines méthodes de diagnostic du cancer du rein pour former l'image la plus objective.

Stades du cancer du rein

Il existe 4 stades de cancer du rein, caractérisés par un pourcentage différent de guérison (la probabilité d'une guérison réussie est plus élevée dans les premiers stades):

  1. Cancer du rein de stade 1. La taille de la tumeur peut atteindre 7 cm, il n'y a pas de métastases, les cellules cancéreuses sont situées exclusivement dans le tissu rénal. Avec un traitement rapide et adéquat du cancer du rein, la probabilité de guérison est de 80 à 90%.
  2. Cancer du rein de stade 2. La tumeur mesure plus de 7 cm, mais est limitée par le rein lui-même.
  3. Cancer du rein de grade 3. La tumeur peut ne pas encore s'étendre au-delà de la capsule rénale, mais se propage à la glande surrénale ou au tissu paranéphrique ou la tumeur se propage à la veine rénale / veine cave.
  4. Cancer du rein de grade 4. Une tumeur fait germer une capsule rénale.

Traitement du cancer du rein

Le traitement du cancer du rein est basé sur plusieurs méthodes généralement acceptées qui sont utilisées individuellement ou globalement. Le médecin traitant, en fonction du type de tumeur, du stade clinique de l'âge et du bien-être du patient, des contre-indications existantes et d'autres facteurs, peut recourir à diverses méthodes de traitement.

Le moyen le plus efficace de traiter le cancer du rein est l'ablation chirurgicale de la tumeur. La néphrectomie radicale est l'ablation complète du rein affecté, généralement avec le tissu périrénal environnant, les ganglions lymphatiques et parfois la glande surrénale. Si la taille de la tumeur ne dépasse pas 7 cm, une résection partielle du rein est réalisée.

En plus de la méthode traditionnelle, dans laquelle l'ablation du rein ou sa résection est effectuée par une grande incision, il y a une laparoscopie. Dans ce cas, la tumeur est enlevée ou réséquée à l'aide d'instruments spéciaux insérés dans la cavité abdominale par de petites incisions (2 cm) La méthode laparoscopique est associée à une incidence plus faible de complications..

De plus, la rééducation des patients est plus rapide.

Un autre traitement des tumeurs rénales est la cryoablation. L'essence de la méthode est de geler la tumeur à l'aide d'une cryosonde spéciale insérée dans la tumeur.

La tumeur subit une congélation et une décongélation alternées, ce qui conduit finalement à la mort des cellules cancéreuses.

Cette méthode est la moins traumatisante pour le patient et est indiquée lorsque la chirurgie n'est pas possible, tumeurs des deux reins et tumeur d'un seul rein.

Un traitement médicamenteux (chimiothérapie, hormonothérapie ou immunothérapie) est prescrit si un cancer du rein avancé est diagnostiqué (stade 4), lorsque la chirurgie n'est pas possible.

Prévention du cancer du rein

Pour prévenir le cancer du rein, il est important d'arrêter de fumer, de contrôler son poids et d'avoir une alimentation équilibrée (avec une prédominance de fruits et légumes). Ainsi, un mode de vie sain est la principale méthode de prévention de cette maladie..