Cancer du rein

Lipome

Au 21e siècle, l'incidence du cancer a augmenté. Ainsi, le cancer du rein est diagnostiqué en moyenne chez une personne sur 5000. Le taux d'incidence montre que, depuis les années 90 du siècle dernier, la fréquence de l'oncologie a augmenté 1,7 fois pour les hommes et 2 fois pour les femmes.

Il convient de noter que la raison de ces statistiques décevantes n'est pas tant l'augmentation réelle du nombre de cas que le développement des technologies médicales et le diagnostic précoce. Malgré les avancées médicales, la mortalité par tumeurs malignes du rein reste assez élevée. Plus de la moitié des cas de cancer sont détectés par accident, avec une échographie, une tomodensitométrie et une IRM affectées à l'étude dans le cadre d'une autre plainte d'un patient.

Une tumeur rénale détectée à un stade précoce ne constitue pas une menace pour la vie du patient et est bien traitable. Le potentiel de diagnostic moderne permet de détecter des tumeurs de 5 mm.

  • Consultation initiale - 2700
  • Consultations répétées - 1 800
Prendre rendez-vous

Types de tumeurs

  • Coût: 2700 roubles.

Toutes les tumeurs sont divisées en malignes et bénignes. Selon la localisation, ils distinguent: une tumeur du parenchyme rénal, une tumeur du bassin et de l'uretère. Parmi les néoplasmes bénins, le papillome, l'angiome, l'angiolipome sont le plus souvent retrouvés..

Cancer du rein (tumeur maligne du rein) - en fonction de la prévalence du processus est divisé en plusieurs variétés:

  • localisé (la croissance tumorale est limitée, il n'y a pas de métastases);
  • distribué localement (les cellules cancéreuses se trouvent dans les tissus environnants, la tumeur pénètre au-delà de la capsule rénale, y compris dans le lit vasculaire);
  • généralisée (le type de cancer le plus difficile à traiter, caractérisé par des métastases).

Selon la situation clinique particulière, un traitement est prescrit. Avec tout type de tumeur rénale, il suffit que le patient prenne rendez-vous pour un diagnostic à temps et suive les recommandations du médecin. Aux premiers stades, même en oncologie, le pronostic est majoritairement positif.

Causes des tumeurs rénales

  • Coût: 10000 roubles.

Les scientifiques ont encore du mal à nommer toutes les raisons qui peuvent conduire au développement du processus tumoral. Certains facteurs de risque sont connus:

  • Caractéristiques d'âge et de sexe. Le plus souvent, les représentants du sexe fort ont plus de 45 ans.
  • Fumeur. Pour les fumeurs réguliers, les risques doublent.
  • En surpoids. Il a été démontré que l'obésité est en corrélation avec une probabilité accrue de développer un cancer du rein..
  • Hypertension, maladies chroniques du cœur et des vaisseaux sanguins.
  • Insuffisance rénale chronique, insuffisance rénale chronique.
  • Prendre certains médicaments.
  • Facteurs héréditaires: présence de cancer chez les parents de première ligne.

La combinaison de plusieurs facteurs de risque à la fois augmente la probabilité de développer une tumeur à certains moments.

Les symptômes d'une tumeur rénale

  • Coût: 6 000 roubles.

Tous les symptômes d'une tumeur (bénigne et maligne) sont divisés en deux grands groupes: rénal et extrarénal. Les signes de cancer du rein n'apparaissent pas immédiatement; les symptômes peuvent être absents pendant longtemps. L'oncologie généralement avancée est plus prononcée qu'un néoplasme bénin.

  1. Douleur lombaire d'intensité variable.
  2. Sang dans l'urine.
  1. Fièvre (généralement subfébrile, moins fréquemment fébrile).
  2. Hypertension artérielle.
  3. Anémie non associée à d'autres maladies.
  4. Dans un test sanguin clinique: augmentation de l'ESR, leucocytose, érythrocytose.
  5. Phlébeurysme.
  6. Perte de poids non motivée.
  7. Diminution de l'appétit.
  8. Dyspepsie.
  9. Douleur articulaire.
  10. Hypercalcémie.

La plupart de ces symptômes sont non spécifiques, caractéristiques d'autres maladies. Par conséquent, pour le diagnostic de l'un des symptômes décrits, vous devez consulter un médecin.

Diagnostic d'une tumeur rénale

Un diagnostic à part entière comprend toute une gamme d'examens, qui sont prescrits en fonction du tableau clinique et des plaintes des patients. Dans tous les cas, l'examen commence par la nomination de tests cliniques de sang et d'urine. Si des indicateurs caractéristiques d'une tumeur rénale sont détectés, des examens instrumentaux sont prescrits.

Pour obtenir des informations fiables sur la présence ou l'absence d'un néoplasme et l'état du rein, utilisez:

  • Examen échographique de la cavité abdominale et de l'espace rétropéritonéal. Il est nommé l'un des premiers. L'échographie vous permet de détecter une tumeur rénale, d'évaluer sa localisation et sa taille.
  • La tomodensitométrie ou l'imagerie par résonance magnétique est utilisée pour clarifier les résultats de l'échographie, pour déterminer l'état des tissus environnants, pour examiner les ganglions lymphatiques et pour diagnostiquer les métastases.

Un plan d'examen individuel est prescrit par l'urologue traitant.

Tumeur bénigne et maligne du rein. Tumeur rénale: symptômes et traitement

Des tumeurs rénales bénignes ou cancéreuses surviennent lorsque les tissus organiques commencent à croître pathologiquement. Dans ce cas, la pathologie est déterminée par des mécanismes globaux. Les processus immunitaires dans le corps, errants, donnent un élan à la prolifération incontrôlée des cellules. Les tissus en raison de la division intense des cellules se développent, devenant une tumeur d'un rein ou d'un autre organe.

La mort cellulaire dans le corps humain se produit à chaque seconde. Mais en même temps, ils ne sont pas en mesure de se multiplier de façon incontrôlable. Les cellules mourantes suppriment les processus immunitaires. Avec l'échec des mécanismes qui bloquent le mauvais déroulement des processus biochimiques, la probabilité de néoplasmes dans n'importe quel organe augmente, et les reins dans ce cas ne font pas exception.

Causes des tumeurs rénales

Une tumeur rénale peut apparaître pour plusieurs raisons. Les facteurs provoquants comprennent une prédisposition génétique et des troubles survenus dans le système immunitaire. Les coupables de néoplasmes considèrent l'hérédité et les anomalies associées à l'appareil génétique des cellules.

Ils se développent sous une exposition prolongée aux toxines et à certains médicaments. Les tumeurs apparaissent chez les personnes immunodéficientes. Le déclencheur de l'émergence de néoplasmes est le rayonnement, les rayons UV en excès, le tabagisme, les agents cancérigènes et un certain nombre de produits chimiques agressifs.

Souvent, ils trouvent une tumeur dans le rein gauche (ainsi que le droit) chez les personnes qui sont obligées d'entrer en contact avec des colorants à l'aniline. Cependant, cela ne signifie pas du tout que toutes les personnes travaillant avec des substances nocives auront par la suite un néoplasme, oncologique ou bénin. Pour certaines raisons inexplicables, la maladie n'en affecte qu'une partie. On ignore actuellement quels mécanismes font évoluer les facteurs de risque en tumeurs..

Types de tumeurs rénales bénignes

Les néoplasmes rénaux, tout d'abord, sont divisés en deux grands groupes: malins et bénins. Dans chaque groupe, plusieurs types de tumeurs sont distingués..

Parmi les types bénins, on distingue huit types. Le lipome se développe sur les tissus adipeux. Les cellules glandulaires sont affectées par un adénome. Les excroissances sur le bassin sont appelées papillomes. Des angiomes se forment sur les vaisseaux. Les dermoïdes se développent à partir des tissus épithéliaux. Les lymphangiomes rampent le long des vaisseaux lymphatiques. Une tumeur rénale bénigne peut également être appelée fibrome et myome..

L'élimination des néoplasmes bénins n'est utilisée que dans les cas extrêmes. La chirurgie n'est effectuée que lorsqu'elle devient rationnelle. Les indications de la chirurgie sont des signes tels que la croissance rapide de la tumeur, l'inconfort et la compression des tissus adjacents. Dans d'autres situations, cela ne devrait pas être fait, car les complications survenant après la chirurgie ne seront pas justifiées..

Types de tumeurs rénales malignes

Les néoplasmes cancéreux du rein sont divisés en six types. Les reins sont affectés par le fibroangiosarcome, le liposarcome. Le sarcome est détecté sur le bassin. Les patients souffrent d'un cancer de la tumeur, des cellules et des cellules squameuses Williams. Le cellulaire a un degré d'agressivité assez élevé. Elle est caractérisée par des métastases transitoires dans les organes voisins.

Ne vous flattez pas du sarcome, il survient peu de temps après la formation de métastases, et elles se propagent rapidement. Comme vous pouvez le voir, une tumeur maligne du rein est un néoplasme plutôt grave. Avec un diagnostic prématuré, les prévisions sont décevantes. Les chances de vie des patients sont minimes. Détectées aux premiers stades, les tumeurs rénales cancéreuses sont immédiatement retirées par chirurgie. La chirurgie prolonge la vie d'une personne.

Symptômes de néoplasmes rénaux malins

Avec le cancer du rein, on note une fièvre, une pression artérielle élevée, des douleurs dans le dos, qui ne peuvent pas être expliquées par un traumatisme. L'état des patients est caractérisé par une faiblesse et un gonflement des chevilles et des jambes. Ils perdent rapidement du poids. Des traces de sang sont présentes dans leur urine.

Symptômes de formations rénales bénignes

Une tumeur bénigne d'un petit rein n'exerce pas de pression sur le tissu rénal, il n'y a donc pas de symptômes en tant que tels. Des formations tentaculaires perturbent le fonctionnement de l'organe et s'accompagnent de certains signes. Les patients notent une température élevée, qui reste de l'ordre de 38 ° C..

Leur bien-être laisse à désirer. Ils se plaignent de faiblesse, de perte d'appétit, de perte de poids soudaine. Les patients sont épuisés par des douleurs qui piquent. Les coliques les harcèlent dans la région d'un rein malade. Les gens souffrent de douleurs douloureuses qui se propagent le long du bas du dos dans la zone de l'organe affecté.

Une tumeur bénigne du rein s'accompagne d'une anémie, d'un gonflement des jambes. Chez les patients, une varicocèle est observée, la pression augmente. Les globules rouges se déposent à un rythme accru. L'éducation ressentie à la palpation.

Traitement de l'éducation rénale bénigne

Dans les néoplasmes rénaux pathogènes, contrairement aux analogues bénins, une destruction tissulaire locale et des foyers de croissance sont notés. Des cellules similaires se trouvent dans d'autres tissus. La propagation des cellules cancéreuses dans tout le corps est appelée métastase..

Les néoplasmes simples (kystes) n'ont pas besoin de traitement. Les patients sont invités à subir des examens préventifs, à ne pas avoir froid et à se méfier des infections. Le traitement est administré si des complications surviennent en raison d'une pyélonéphrite et d'une insuffisance rénale..

Jusqu'à un certain point, ils essaient de traiter de manière conservatrice une tumeur rénale. Les symptômes et le traitement sont toujours interconnectés. La prescription médicale dépend des signes de pathologies apparues. Les néoplasmes peuvent s'accompagner de processus inflammatoires, d'anémie, d'hypertension et d'autres complications.

Les tumeurs de petite taille sont libérées du fluide par vidange par ponction. L'intervention chirurgicale est utilisée lorsque la formation a serré les voies urinaires, le tissu organique, la cavité tumorale a été infectée et un abcès s'est produit. Les indications de la chirurgie sont: la rupture du néoplasme, sa grande taille et son développement rapide.

Traitement du cancer du rein

Ils traitent une tumeur maligne du rein, dont les symptômes se manifestent principalement - par la chirurgie. La résection est réalisée lorsque sa faisabilité est évidente. Avec une intervention chirurgicale, un rein, du tissu adipeux entourant l'organe affecté est retiré. L'uretère émanant du rein peut également être retiré..

Parfois, pendant la chirurgie, des opérations de préservation d'organes sont effectuées. S'il a été possible de détecter une tumeur rénale à un stade précoce, l'opération est réalisée avec sa conservation, à condition que la personne ne puisse pas être laissée sans organe affecté par le cancer. La progression de la maladie dans cette situation ne joue pas un rôle décisif. Le déroulement de la résection est dicté par le fait que le second rein restant n'est pas capable de faire face seul aux fonctions d'excrétion des produits métaboliques.

Avec de telles interventions chirurgicales, le rein est partiellement éliminé. Le résultat d'une telle intervention se distingue peu de la néphrectomie radicale (ablation complète d'un organe). Cependant, il est clair qu'après une chirurgie préservant les organes, la probabilité de rechute est beaucoup plus élevée. En effet, lorsqu'une tumeur est excisée, il y a une chance de conserver les cellules pathologiques.

De plus, le traitement utilise une thérapie immunitaire et hormonale. La radiothérapie aide à soulager l'état des patients..

Le pronostic du traitement des néoplasmes malins

Le pronostic du traitement du cancer du rein est déterminé par son stade. Avec un diagnostic précoce et un traitement immédiat, le taux de survie est élevé. Une tumeur rénale précoce, dont les symptômes et le traitement sont déterminés, après l'ablation donne une chance de survie à cinq ans à 80% des patients. Avec des excroissances dans la veine cave inférieure (deuxième stade) après la chirurgie, une chance de vivre pendant cinq ans ou plus apparaît chez 50% des personnes qui ont eu un cancer du rein.

Le cancer de la veine rénale (au deuxième stade) en période postopératoire garantit cinq ans de vie à 60% des patients. Si la participation du tissu adipeux est notée dans le processus oncologique (et nous parlons déjà de la troisième étape), alors après l'opération, jusqu'à 80% des opérés survivent. Lorsque les ganglions lymphatiques régionaux sont affectés (au troisième ou au quatrième stade), la survie à cinq ans est minimisée - le nombre de chanceux ne dépasse pas 5 à 20%.

Les néoplasmes germés dans les tissus adjacents et métastasés permettent à seulement 5% des patients de survivre. Lorsqu'une tumeur rénale en germination est détectée, un traitement chirurgical est reconnu par la plupart des médecins si des métastases individuelles sont détectées. La durée de vie des personnes opérées est prolongée et sa qualité s'améliore.

Quelle est la différence entre les néoplasmes malins et bénins

Dans les néoplasmes rénaux pathogènes, contrairement aux analogues bénins, une destruction tissulaire locale et des foyers de croissance sont notés. Des cellules similaires se trouvent dans d'autres tissus. La propagation des cellules cancéreuses dans tout le corps est appelée métastase..

Avec des excroissances bénignes, le pronostic du traitement est favorable. Ils ne menacent pratiquement pas la vie des patients. Ces néoplasmes se développent lentement, ils ne sont pas sujets à rechuter. Ils n'ont pas tendance à se développer dans les tissus adjacents. La tumeur bénigne du rein a la capacité de se résorber.

Cependant, la nature bénigne de l'éducation est un phénomène conditionnel. Parfois, des situations surviennent dans lesquelles les cellules du néoplasme se développent en organes cancéreux, se développant activement et affectant les organes proches et éloignés.

Une grosse tumeur du rein, serrant le tissu, interfère avec la miction, perturbe le fonctionnement des organes génitaux et provoque une douleur qui irradie vers le périnée et les jambes. Un néoplasme bénin est constamment surveillé. Une tumeur à croissance rapide est rapidement retirée..

Types de tumeurs dans les reins: symptômes, traitement et pronostic

Les néoplasmes dans les reins sont très fréquents. Aux stades initiaux, les symptômes sont pratiquement absents et une tumeur ne peut être détectée que par un examen échographique..

Il peut être de nature bénigne ou maligne. Il est très important de surveiller le développement de la tumeur en dynamique afin d'identifier en temps opportun la dégénérescence possible et de procéder à l'ablation chirurgicale.

Dans cet article, nous examinerons en détail les raisons du développement de telles formations, les principaux symptômes et méthodes de traitement.

Informations générales sur la maladie

Une tumeur rénale est un processus pathologique dans lequel un tissu organique change. Ces phoques peuvent être bénins ou malins..

Ces derniers sont beaucoup plus fréquents chez les hommes, en particulier chez les personnes âgées (après 60 ans). Très souvent, des tumeurs rénales sont diagnostiquées chez l'enfant (tumeur de Wilms). Il existe de nombreux types de néoplasmes qui dépendent de l'endroit où ils sont localisés:

Étiologie et pathogenèse

La véritable cause du développement de néoplasmes dans les reins est inconnue, chaque cas est complètement individuel. Les médecins mettent en évidence les principaux facteurs qui provoquent le processus de changements dans les tissus du corps:

  • prédisposition génétique;
  • les maladies génétiques (par exemple, Bourneville-Pringle, Hippel-Lindau);
  • système immunitaire faible;
  • consommation excessive d'alcool et de tabac;
  • la malnutrition, qui comprend les produits cancérigènes;
  • exposition aux rayons radioactifs;
  • activités professionnelles liées aux substances agressives et toxiques (production de peintures et vernis, construction, industrie chimique, etc.).

L'impulsion pour le développement peut être: traumatisme aux organes, processus inflammatoires dans le système urinaire.

Les scientifiques ont découvert qu'avec un mauvais fonctionnement du système endocrinien, le risque de développer une tumeur augmente plusieurs fois.

Types d'enseignement

Selon la nature de l'occurrence et l'emplacement, plusieurs types de formations dans les reins sont distingués. Ils peuvent être présents dans un et les deux organes..

Bénin

Ces formations sont diagnostiquées avec des changements dans le bassin ou le parenchyme dans les reins.

Cela comprend les adénomes, les lipomes, les fibromes, les myomes, les hémangiomes, les myxomes, les papillomes, les léiomyomes et les angiomes. Les trois derniers types de formations se réfèrent uniquement au bassin des reins.

Tous ces types de phoques ont une structure encapsulée dure; ils ne se développent pas dans les tissus et organes voisins..

Cependant, dans le même temps, les médecins recommandent de procéder à un examen régulier pour surveiller le développement de la tumeur en dynamique.

Malin

Cette forme est considérée comme très dangereuse, il est totalement impossible de prédire son évolution..

Un examen histologique dans les tumeurs malignes révèle une teneur élevée en cellules cancéreuses. Ces tumeurs se développent très rapidement et nécessitent une élimination immédiate après détection.

Ils peuvent être localisés dans le bassin rénal (densités de cellules de transition, squameuses, muqueuses-glandulaires, sarcomes) ou dans le parenchyme (formations de cellules rénales, variétés de sarcomes (avec cellules fibreuses, myomes et lipomes), tumeurs Williams).

Autres formes

En plus de ces deux formes de formation dans les reins, il y a aussi des joints de cellules cancéreuses dans la vessie.

Son danger réside dans le fait que dans les premiers stades de développement il n'y a pas de symptômes, ils ne commencent à apparaître que dans les stades ultérieurs, lorsque même l'opération n'apporte aucun résultat.

La manifestation du tableau clinique

Aux tout premiers stades de développement, les symptômes prononcés sont absents ou si faibles que le patient n'y prête pas attention. À mesure que la tumeur se développe, des signes désagréables commencent à apparaître..

Etapes du cours

Les symptômes les plus courants d'une tumeur rénale lors de la visite à l'hôpital sont la présence d'impuretés sanguines dans l'urine, la palpation des phoques et une douleur intense dans l'abdomen. D'autres signes incluent:

  • température corporelle élevée;
  • aggravation de l'état, somnolence sévère, manque d'appétit;
  • le développement d'une anémie due à des effets toxiques accrus de la tumeur sur la moelle osseuse du patient;
  • ESR élevé;
  • saute dans la tension artérielle;
  • coliques fréquentes dans les reins;
  • symptômes caractéristiques du développement de métastases.

Les hommes reçoivent un diagnostic de varicocèle - c'est le processus consistant à serrer une veine dans les testicules en raison d'une grosse tumeur ou du déplacement d'un rein d'un endroit naturel. De plus, aux stades ultérieurs, les patients notent:

  • l'apparition d'un gonflement sévère dans les membres inférieurs;
  • la présence de caillots sanguins;
  • violation des processus métaboliques (en particulier les composés protéiques);
  • l'apparition de la toux (spotting des poumons en présence d'un processus métastatique);
  • douleur articulaire et diminution du taux de calcium dans le corps;
  • perturbation du foie et d'autres organes affectés par les cellules cancéreuses.

Méthodes de diagnostic

Lorsque des signes de développement du processus tumoral apparaissent, le patient est envoyé pour donner du sang et de l'urine pour une analyse générale et biochimique.

De plus, une échographie des reins et une tomodensitométrie sont obligatoires..

Ces méthodes sont considérées comme les plus informatives, elles aident à établir la taille exacte et l'emplacement de l'éducation.

Le traitement est effectué par un urologue et un oncologue.

Thérapies

Après avoir obtenu les résultats de l'examen, une décision est prise sur la méthode de traitement d'une tumeur rénale. Le plus souvent, le patient subit une ablation chirurgicale de cette formation. Il est important de noter que ces tumeurs sont mal exposées aux rayonnements et à la chimiothérapie..

Voies traditionnelles

Cette méthode est utilisée si le patient a tourné aux derniers stades de développement et que l'opération n'apporte aucun résultat..

En règle générale, une cure de médicaments hormonaux et les principes ciblés de la chimiothérapie sont prescrits..

Ces derniers incluent l'introduction de médicaments spéciaux qui agissent sur des molécules spécifiques dans les cellules tumorales.

En outre, le médecin peut prescrire des médicaments pour stabiliser la pression ou soulager le processus inflammatoire. Cette thérapie ne garantit pas la récupération du patient, elle aide simplement à maintenir une vie normale.

Intervention chirurgicale

Deux types de retrait chirurgical sont effectués:

  • néphrectomie de manière radicale. Dans ce cas, le patient est complètement retiré de l'organe, des ganglions lymphatiques autour de lui et des glandes surrénales;
  • la résection rénale est réalisée lorsque la taille de la formation ne dépasse pas 7 cm, l'organe n'est pas complètement retiré.

Les deux types d'intervention chirurgicale sont effectués par laparoscopie, de sorte que la période postopératoire se déroule dans la plupart des cas sans complications. Cependant, si la taille de la tumeur dépasse 10 cm, le patient subit une chirurgie abdominale.

Traitement à différents stades

Si la formation rénale est petite, les médecins peuvent prescrire une radiothérapie ou l'introduction de produits chimiques spéciaux qui infectent les cellules cancéreuses.

Le patient perd en fait son immunité. Ce type de thérapie est également pratiqué pour les tumeurs qui ne peuvent pas être retirées chirurgicalement. En règle générale, le traitement est effectué en plusieurs cours avec un intervalle de 30 à 45 jours.

ethnoscience

L'utilisation de remèdes populaires en cas de tumeurs malignes est absolument inutile.

Par conséquent, avec les premiers symptômes, il est préférable de consulter un médecin que de s'automédiquer.

Complications et pronostic

Dans le cas d'une nature bénigne de la formation, il y a un risque de sa transformation en une tumeur maligne, par conséquent, il est recommandé de surveiller le développement de la dynamique.

Après l'ablation de la tumeur avec le rein (sous réserve de diagnostic aux premiers stades), le patient peut vivre jusqu'à 5 ans, cela s'applique également aux patients au deuxième stade du cancer (avec lésion de la veine cave). Au début du processus de métastases dans d'autres organes, la survie des patients n'est pas supérieure à 5%.

Mesures préventives

Il est presque impossible de prédire le développement d'une tumeur rénale. Il est recommandé de surveiller l'alimentation, de limiter la consommation d'alcool et de produits du tabac, de faire régulièrement de l'exercice.

Pour identifier les formations possibles dans le corps, il est recommandé de passer des tests et de subir une échographie des organes abdominaux. Malheureusement, le cancer du rein est très courant aujourd'hui. Un nombre suffisant de facteurs pour son développement, dans la plupart des cas, est une prédisposition génétique.

L'insidiosité de cette maladie réside dans le fait que dans les premiers stades il n'y a pas de symptômes et que le patient se rend chez le médecin trop tard. En règle générale, les patients subissent une ablation chirurgicale de la tumeur avec l'organe. Le pourcentage de longue durée de vie après cela est très faible..