Comment minimiser les effets de la chimiothérapie en oncologie

Teratoma

Le cancer a cessé d'être un diagnostic aussi terrible qu'avant, et la référence à une clinique d'oncologie n'est plus un aller simple. L'utilisation combinée de la chimiothérapie et de la radiothérapie peut guérir le patient, mais a un grand nombre d'effets secondaires et peut endommager considérablement la fonction reproductrice du corps..

Les effets de la chimiothérapie

La chimiothérapie est le traitement des tumeurs malignes par de fortes doses de médicaments toxiques qui agissent sur toutes les cellules en croissance et en division active. La chimiothérapie bloque la reproduction et provoque la mort de ces cellules. Cependant, non seulement les tumeurs se développent rapidement, mais aussi les tissus de la moelle osseuse, les muqueuses du tractus gastro-intestinal, l'épithélium de la peau, des cheveux et des ongles et les cellules germinales.

Les effets secondaires suivants de la chimiothérapie sont causés par des effets nocifs sur ces tissus:

  • chute de cheveux;
  • nausées Vomissements;
  • anémie;
  • fragilité et fragilité des ongles;
  • peau sèche
  • Infertilité temporaire ou permanente
  • constipation et diarrhée;
  • ulcères sur la muqueuse buccale;
  • troubles de la coagulation;
  • immunité diminuée;
  • troubles de la miction;
  • gonflement.

Les cellules endommagées par la chimiothérapie sont restaurées quelque temps après la fin du cours. La durée de la récupération dépend de l'état du corps, de la stabilité des cellules et du type de médicament que le patient a reçu.

Les effets secondaires disparaissent après la fin du traitement, mais certaines conséquences après la chimiothérapie peuvent déranger le patient pendant plusieurs années si les médicaments endommagent le cœur, les poumons, les reins et en particulier les organes reproducteurs.

L'essentiel est que le patient se souvienne et soit pleinement conscient que, malgré les effets secondaires, les médicaments de chimiothérapie peuvent sauver la vie d'une personne et guérir une tumeur maligne. Vous pouvez vous protéger contre certains effets secondaires (par exemple, l'infertilité), et l'alternative à un tel traitement n'est qu'une mort lente du cancer.

Assurez-vous de consulter votre médecin à l'avance sur les effets secondaires et les conséquences de l'action d'un groupe particulier de médicaments. Si des effets secondaires se produisent, le médecin vous prescrira des médicaments qui peuvent atténuer leurs symptômes. Dans un cas extrême, le médecin peut modifier le schéma thérapeutique et remplacer une chimiothérapie par une autre.

L'effet sur la fonction de reproduction dépend largement du sexe du patient. Les préparations des générations précédentes ont provoqué l'infertilité chez les deux sexes, que l'homme ou la femme ait été traité. Les médicaments modernes sont plus susceptibles de provoquer l'infertilité chez les hommes que chez les femmes. Cependant, dans seulement soixante-dix pour cent des cas, les jeunes filles tombent enceintes après une chimiothérapie sans l'aide de reproductologues.

Comment réduire les effets secondaires courants de la chimiothérapie

Chute de cheveux

Tous les médicaments de chimiothérapie ne provoquent pas la calvitie, mais il s'agit d'un effet secondaire courant. Les médicaments affectent l'endroit où se trouve la racine des cheveux - le follicule pileux, perturbant la croissance des cheveux. Progressivement, les cheveux deviennent plus fins et plus faibles et tombent, non seulement sur la tête, mais aussi sur le visage, les membres, sous les bras et sur le pubis.

Pour la plupart, la calvitie est un problème psychologique. Il est particulièrement difficile pour les femmes de perdre de beaux cheveux longs. Les conseils suivants aideront les patients à survivre plus facilement à la perte de cheveux:

  1. Demandez à votre médecin si le schéma thérapeutique prescrit par lui provoque une calvitie. Si oui, il est conseillé de pré-assister à l'achat d'une perruque, cela vous permettra de choisir sa couleur en fonction de votre couleur de cheveux naturelle.
  2. Procurez-vous un shampooing médical pour les cheveux secs et abîmés. Utilisez un peigne doux.
  3. Ne pas effectuer de procédures agressives: ne pas utiliser de bigoudis, fers à friser. En aucun cas faire une permanente - cela ruinera finalement les cheveux déjà affaiblis.
  4. Coupez vos cheveux à l'avance et portez un chapeau. Si vous vous sentez mal à l'aise, contactez vos proches - ils vous soutiendront toujours. Et surtout - rappelez-vous que la croissance des cheveux sera restaurée après la fin du traitement.

Nausée et vomissements

Les nausées et les vomissements au cours d'une chimiothérapie sont associés à des dommages aux médicaments de chimiothérapie de la muqueuse gastrique ou à leur effet sur certaines structures du système nerveux. Cette complication ne se produit pas chez tous les patients et ses manifestations varient en intensité..

Si la nausée vous dérange pendant plusieurs jours, consultez votre médecin. Il vous prescrira un antiémétique qui préviendra ou réduira les nausées..

Pour soulager les nausées et éviter les vomissements, suivez ces conseils:

  1. Réduisez la quantité de nourriture en compensant cela avec la fréquence des repas.
  2. Mangez lentement en mâchant soigneusement les aliments. Boire à petites gorgées.
  3. Évitez les aliments rugueux, sucrés, gras, épicés ou salés.
  4. Ne mangez pas chaud - attendez que les aliments aient refroidi à température ambiante.
  5. Si la nausée vous dérange le matin, avant de vous lever, mangez des biscuits ou buvez un verre de jus clarifié frais sans sucre.
  6. Pour les nausées sévères, essayez de sucer un glaçon ou des bonbons au citron. Cependant, si vous avez des dommages à votre muqueuse buccale, évitez tout acide.
  7. Évitez les odeurs piquantes: cuisson des aliments, fumée de cigarette, parfums. Essayez de ne pas vous cuisiner.
  8. Après avoir mangé, ne vous couchez pas - asseyez-vous dans un fauteuil, regardez la télévision ou lisez un livre pendant quelques heures.
  9. Si vous ressentez une forte fréquence, prenez quelques respirations profondes et essayez de vous coucher.
  10. Ne pas manger ni boire pendant deux heures avant et après la chimiothérapie.

Anémie

La chimiothérapie perturbe la fonction de la moelle osseuse, en raison de laquelle le nombre de globules rouges - globules rouges - diminue dans le sang. Une telle anémie est appelée aplasique..

La fonction principale des globules rouges est due au fait qu'ils contiennent de l'hémoglobine - un pigment rouge capable de transporter l'oxygène des poumons vers d'autres organes du corps. Au cours d'une chimiothérapie, le niveau d'hémoglobine dans le sang diminue, l'apport d'oxygène diminue. C'est ce qui provoque les principaux symptômes de l'anémie: faiblesse, fatigue et irritabilité.

Le corps essaie de compenser la quantité insuffisante d'oxygène dans le sang - la respiration et la fréquence cardiaque deviennent plus fréquentes, des frissons se produisent. Si vous le ressentez, consultez votre médecin.

Au cours du traitement, le patient passe périodiquement un test sanguin. Avec une forte diminution du taux de globules rouges, le médecin vous prescrira une transfusion sanguine ou de globules rouges pour soulager l'état du patient.

Pour gérer la faiblesse et la fatigue, suivez ces conseils:

  1. Augmentez la durée du sommeil nocturne.
  2. Essayez de développer l'habitude de vous interrompre pour une sieste.
  3. Limitez l'activité physique. N'hésitez pas à contacter des parents et amis pour obtenir de l'aide..
  4. Consommez suffisamment de vitamines et de fer.
  5. Ne changez pas de position trop brusquement. Chez une personne dont la concentration d'oxygène dans le sang est réduite, cela peut provoquer des étourdissements et des évanouissements..

Fragilité et fragilité des ongles

Les ongles, comme les follicules pileux, sont vulnérables à la chimiothérapie. De la chimiothérapie, ils s'assombrissent, deviennent cassants, cassants, des rayures blanches longitudinales apparaissent sur eux.

La seule chose qui peut être recommandée au patient lors d'une chimiothérapie est de se couper les ongles rapidement. S'ils commencent à devenir trop foncés ou à exfolier, consultez un médecin - c'est l'un des signes d'une infection fongique..

Peau sèche et squameuse

Les médicaments de chimiothérapie agissent sur les cellules épithéliales de la peau. Par conséquent, au cours du traitement, les patients sont souvent perturbés par la sécheresse et la desquamation de la peau et l'acné. Habituellement, la peau est restaurée après la fin du traitement, mais vous devez en prendre soin - la peau sèche est très facile à craquer et les fissures sont la porte d'entrée de l'infection. Les conseils suivants vous aideront à protéger votre peau:

  1. Si l'acné apparaît sur votre peau, utilisez un savon bactéricide lors du lavage. La personne après les toilettes n'est pas essuyée, mais se mouille, après quoi il est conseillé d'utiliser des hydratants.
  2. Prenez une douche chaude. L'eau froide et chaude endommage la peau..
  3. N'utilisez pas d'eau de Cologne, de parfum ou de rasage contenant de l'alcool..
  4. Utilisez des gants en caoutchouc pour laver la vaisselle et les travaux ménagers..
  5. Protégez votre peau du soleil. Portez des chemises à manches longues en coton à l'extérieur et n'oubliez pas les couvre-chefs.

Si la peau est très irritante, une éruption cutanée ou de l'urticaire est apparue, consultez un médecin - c'est le signe d'une allergie aux médicaments anticancéreux.

Constipation et diarrhée

Les cellules gastro-intestinales sont vulnérables à la chimiothérapie. Par conséquent, un effet secondaire fréquent de la chimiothérapie est la diarrhée. Si la diarrhée dure plus d'une journée ou s'accompagne de douleur, consultez un médecin - il vous prescrira les médicaments nécessaires.

Au cours de la chimiothérapie, le patient se voit prescrire un régime strict et un régime quotidien. Parfois, le corps humain réagit à une diminution de la quantité de nourriture et à une diminution de l'activité motrice par constipation. Si vous ne pouvez pas aller aux toilettes pendant plus de deux jours, informez-en votre médecin. Si nécessaire, il vous prescrira des laxatifs ou un lavement..

Ulcères muqueux

Chez une personne en bonne santé, les cellules de la muqueuse buccale sont rapidement restaurées, elles sont donc vulnérables aux effets de la chimiothérapie. Les médicaments chimiques provoquent une sécheresse buccale, une irritation et des ulcères sur la muqueuse. La stomatite provoque une douleur intense et contribue à l'infection..

Les conseils suivants vous aideront à éviter les blessures à la muqueuse buccale:

  • Avant de commencer le traitement, consultez votre dentiste pour guérir la carie dentaire et les maladies inflammatoires de la cavité buccale. N'oubliez pas que les dents carieuses sont un foyer chronique d'infection streptococcique, qui peut provoquer une intoxication sanguine.
  • Brossez-vous les dents après chaque repas. Utilisez une brosse douce. Consultez un dentiste, il vous aidera à choisir les bons outils et vous expliquera la méthode de brossage doux.
  • Ne vous rincez pas la bouche avec du sel, du soda ou de l'alcool..
  • Ne pas fumer - le tabagisme sèche et irrite les muqueuses de la bouche.
  • Ne mangez pas d'aliments chauds et ne buvez pas de boissons chaudes. Évitez les aliments rugueux, préférant les produits laitiers, les purées de légumes et de fruits et les fruits mous.

Si, au cours d'un traitement anticancéreux, vous avez des ulcères sur la muqueuse buccale, consultez votre médecin. Il vous prescrira les médicaments nécessaires pour accélérer la guérison et réduire la douleur..

Troubles de la coagulation sanguine

Dans un litre de sang adulte, il y a de deux cents à quatre cent milliards de plaquettes. Ce sont de petites plaques de sang qui assurent la coagulation du sang. Ils sont produits par des cellules spéciales de la moelle osseuse rouge - les mégacaryocytes.

Les médicaments de chimiothérapie perturbent la fonction des mégacaryocytes, réduisant le nombre de plaquettes, par conséquent, chez les patients au cours du traitement, le moindre dommage provoque des saignements importants. De plus, sans raison apparente, des ecchymoses peuvent apparaître sur le corps du patient, des saignements de nez ou des gencives qui saignent. Parfois, un mélange de sang apparaît dans l'urine ou les selles..

Le niveau de plaquettes dans le sang d'un patient au cours du traitement est constamment surveillé. Lorsqu'il est réduit à des valeurs critiques, on lui prescrit une transfusion de plaquettes.

Pour éviter les saignements, respectez les précautions suivantes:

  1. Ne prenez pas d'aspirine ou d'autres antipyrétiques sans ordonnance d'un médecin. Ces médicaments fluidifient le sang et augmentent les saignements..
  2. Soyez prudent lorsque vous vous rasez, cuisinez, utilisez des ciseaux et des aiguilles.
  3. Évitez l'exercice - les ecchymoses et les entorses provoquent des hémorragies massives chez les patients souffrant de troubles de la coagulation.
  4. Ne buvez jamais de boissons alcoolisées..

Immunodéficience

La chimiothérapie inhibe la formation de leucocytes dans la moelle osseuse rouge - les cellules par lesquelles le corps humain lutte contre les infections. Ainsi, la chimiothérapie provoque une immunodéficience transitoire.

Au cours du traitement, le patient subit périodiquement un test sanguin général pour surveiller le nombre de globules blancs. Si leur niveau tombe à des valeurs critiques, le médecin vous prescrira les médicaments nécessaires. Dans ce cas, la dose de médicaments de chimiothérapie est réduite et le traitement suivant est reporté à une date ultérieure..

Éviter les infections est assez simple, pour cela, respectez les précautions suivantes:

  1. Ne contactez pas les personnes qui ont remarqué des signes de maladies infectieuses - toux, écoulement nasal, éruption cutanée. Évitez les transports en commun et les endroits avec beaucoup de monde.
  2. Lavez-vous les mains avant de manger et après être allé aux toilettes..
  3. Soyez prudent lorsque vous vous rasez ou coupez des ongles. Il est conseillé de passer à un rasoir électrique pour éviter les coupures..
  4. Brossez-vous les dents avec une brosse à dents douce - cela n'endommage pas tellement les gencives.
  5. Prenez une douche chaude tous les jours. N'utilisez que des éponges douces..
  6. Ne serrez jamais l'acné. Chez une personne dont l'immunité est réduite, cela entraînera une intoxication sanguine..
  7. Si vous vous blessez accidentellement, traitez immédiatement la zone endommagée avec un antiseptique.

Les signes d'infection comprennent de la fièvre, des frissons, une toux, un écoulement nasal, des rougeurs et des démangeaisons autour de la plaie ou du site d'injection. Si vous présentez des signes d'infection, consultez immédiatement votre médecin pour vous donner un traitement antibiotique..

Troubles de la miction

Certains médicaments de chimiothérapie irritent la vessie et altèrent la fonction rénale. Si vous ressentez une douleur ou une sensation de brûlure en urinant, voyez du sang dans l'urine, consultez immédiatement un médecin.

Habituellement, pour éviter l'irritation de la vessie, il suffit de consommer beaucoup de liquides - eau plate, jus. Cependant, il convient de rappeler qu'un cours de chimiothérapie nécessite un strict respect du régime alimentaire et que seul un médecin peut vous prescrire la norme de consommation de liquide par jour.

Il convient de rappeler que certains médicaments de chimiothérapie modifient la couleur de l'urine. Le médecin doit vous avertir pour éviter les mauvaises surprises..

Gonflement

La quantité de liquide dans le corps est régulée par les hormones - vasopressine et aldostérone.Les médicaments de chimiothérapie provoquent des changements hormonaux qui modifient l'équilibre entre le liquide consommé et excrété en faveur de son retard dans le corps. C'est ce qui provoque un gonflement..

En cas d'œdème, informez votre médecin. Il passera en revue son alimentation en limitant la consommation de liquide et de sel et en prescrivant des diurétiques..

Les conséquences de la chimiothérapie pour les hommes

Les médicaments de chimiothérapie affectent les gonades mâles, réduisent le nombre de spermatozoïdes et altèrent leur motilité. De plus, les médicaments agissent sur le matériel héréditaire de la cellule, provoquant des changements dans la structure de l'ADN et des mutations. Médicaments particulièrement dangereux tels que le cyclophosphamide et le cisplatine.

Une chimiothérapie provoque une infertilité temporaire chez quatre-vingt-dix pour cent des hommes. Soixante pour cent d'entre eux ne récupèrent pas la fonction reproductrice. Et à chaque cours, la qualité du sperme se détériorera encore plus, donc les hommes devraient penser à la cryoconservation du liquide séminal à l'avance. Ensuite, après avoir guéri le cancer, le patient aura la possibilité d'avoir des enfants.

Le sperme congelé peut être utilisé à tout moment, il est conservé pendant au moins vingt ans, et les enfants qui en sont nés ne sont pas différents de ceux conçus de manière naturelle..

Un autre problème d'un homme atteint d'oncologie est que son corps est fortement épuisé par l'action des médicaments contre la tumeur et la chimiothérapie. Il y a souvent une diminution de la libido et de la dysfonction érectile, mais le plus souvent ce problème est purement psychologique. Le soutien à une «seconde moitié» attentionnée aidera à surmonter ce problème, d'autant plus qu'après la fin du cours, une érection et une libido sont restaurées..

Cependant, il convient de rappeler que pendant le cours, un homme doit toujours utiliser des préservatifs, même si le partenaire sexuel utilise d'autres méthodes de contraception. Cela est dû au fait que la chimiothérapie est contenue même dans le liquide séminal des hommes. De plus, pendant le cours, la probabilité de concevoir un enfant avec des malformations est très élevée.

Conséquences après la chimiothérapie chez la femme

Les produits chimiques, affectant les ovaires, inhibent la croissance et le développement des follicules, endommagent le matériel héréditaire des cellules germinales et provoquent des troubles hormonaux.

L'effet secondaire le plus courant des médicaments de chimiothérapie est les irrégularités menstruelles et l'arrêt des menstruations. La ménopause peut être temporaire - en raison de déséquilibres hormonaux, et permanente, dont la cause est l'épuisement ovarien.

Le nombre d'œufs chez les femmes est limité. Tout au long de sa vie, elle connaît environ quatre cents cycles menstruels, ce qui signifie que quatre cents follicules passent par le cycle de développement. La chimiothérapie réduit les follicules, provoquant l'épuisement ovarien.

Ici, les conséquences dépendent de l'âge: chez les filles de moins de vingt ans, avec un approvisionnement suffisant en follicules, les menstruations sont rétablies dans 70% des cas. Chez les femmes de plus de trente ans, dont les ovaires sont déjà épuisés, seulement vingt.

Cependant, une grossesse après une chimiothérapie est possible. En prenant soin de la cryoconservation des œufs, des embryons ou du tissu ovarien à l'avance, l'infertilité peut être évitée. Cela doit être fait avant le début du traitement, car même un cours de chimiothérapie altère la qualité des cellules et modifie la structure du matériel héréditaire. Mais même si le patient a pensé à une éventuelle infertilité après le début du traitement, il n'est pas trop tard pour se tourner vers les reproductologues, bien qu'il soit nécessaire de congeler les ovules le plus tôt possible.

Vous pouvez utiliser des œufs enregistrés à tout moment. La durée de conservation du matériau est illimitée et les enfants nés avec des œufs en conserve ne différeront en aucune manière de ceux conçus naturellement.

Il est très important d'utiliser des contraceptifs ou d'exclure les contacts sexuels au cours du traitement afin d'éviter une grossesse non désirée. Une femme doit absolument consulter un médecin à cet égard, car les médicaments de chimiothérapie provoquent des malformations chez les enfants.

Les effets secondaires de la chimiothérapie sur le fœtus en développement sont si forts que si une femme reçoit un diagnostic de cancer pendant la grossesse, le traitement est retardé jusqu'à l'accouchement.

Comment sauver les ovules et le sperme

Tout d'abord, vous devez obtenir les conseils d'un reproductologue. Le patient reçoit ensuite une référence à un spermogramme et un test qui montre comment les spermatozoïdes tolèrent le gel..

Après avoir reçu les résultats, l'homme donne du sang pour le VIH, l'hépatite et la syphilis et, si leurs résultats sont négatifs, donne du liquide séminal. Le stockage du liquide séminal coûte à partir de 3 500 roubles par an, selon la banque de sperme. Il est préférable de contacter des reprobanques spécialisées plutôt que des cliniques de FIV. La Reprobank offre de meilleures conditions de stockage pour les biomatériaux congelés et est beaucoup moins chère.

Le don d'ovules est beaucoup plus difficile. Une femme devra suivre un cours de stimulation hormonale pour obtenir non pas un œuf, mais dix. Ensuite, les ovules sont prélevés dans l'ovaire, sous anesthésie, une fine aiguille est insérée dans le vagin. Dans certains cas, la stimulation hormonale est contre-indiquée, par conséquent, la consultation et l'approbation d'un oncologue sont nécessaires..

Pour sauver les œufs permet une méthode spéciale - la vitrification. Il s'agit d'une congélation ultra-rapide, dans laquelle la solution dans laquelle se trouve l'objet ne cristallise pas, mais passe à l'état de verre. C'est la raison du nom - de la langue latine «vitrum» est traduit par verre.

La vitrification n'endommage pas les œufs et vous permet d'en conserver 99% pour une durée illimitée. Il y a des cas où les œufs ont été utilisés pour la fécondation treize ans après la congélation.

Oncologie et grossesse

Si le diagnostic d'infertilité dans un couple est associé aux conséquences de la chimiothérapie et qu'ils n'ont pas donné de biomatériau auparavant à une banque de tissus reproducteurs, ils devront utiliser des ovules ou du sperme de donneur.

Dans ce cas, l'enfant sera similaire à ses parents biologiques, mais si vous faites une liste détaillée des critères et sélectionnez un donneur en fonction d'eux, vous pouvez obtenir la similitude maximale du parent biologique avec ceux qui ont besoin d'un don.

Concevoir un enfant en utilisant du sperme pré-congelé ou donné peut se faire par insémination intra-utérine ou fécondation in vitro. Si une femme a été traitée par chimiothérapie, elle devra utiliser la FIV.

L'insémination intra-utérine est une méthode par laquelle le sperme pré-préparé est introduit dans l'utérus de la femme à travers un cathéter avec une seringue. La probabilité de succès avec cette méthode est de quinze à trente pour cent, selon la clinique. La procédure se déroule en plusieurs étapes:

  1. Stimulation de la croissance folliculaire. À partir du troisième jour du cycle menstruel, la patiente prend des médicaments hormonaux qui stimulent la conversion des follicules en ovule.
  2. Détermination du jour de l'ovulation. À l'aide d'une surveillance échographique continue, le développement des follicules est surveillé et le jour de l'ovulation est déterminé - la sortie de l'ovule de l'ovaire vers la cavité abdominale.
  3. Traitement du liquide séminal. Les spermatozoïdes sont séparés de la partie liquide de l'éjaculat, les plus mobiles et les plus actifs sont sélectionnés, transférés dans un milieu nutritif.
  4. Insémination. Grâce à un cathéter spécial, le sperme traité est injecté dans l'utérus du patient avec une seringue, après quoi il est au repos pendant un certain temps.
  5. Test de grossesse. Si la procédure a réussi, après trois à quatre semaines, le test de grossesse, que la femme fera, sera positif. Ensuite, pour exclure une grossesse extra-utérine, une échographie est effectuée.

La particularité de la FIV est que la fécondation de l'ovule a lieu en laboratoire. La probabilité de succès à la première tentative est de quarante à soixante pour cent, ce qui est nettement plus élevé qu'avec l'insémination intra-utérine. La procédure se déroule en plusieurs étapes:

  1. Fécondation des ovules. Les œufs de donneurs sont fécondés en laboratoire avec le sperme d'un mari ou d'un donneur. Les embryons résultants sont contrôlés pour détecter des anomalies génétiques et, si nécessaire, congelés.
  2. Cultivation. Les embryons testés sont cultivés dans des tubes à essai pendant trois à six jours.
  3. Transplantation. Le dix-septième jour du cycle menstruel, deux embryons sont insérés dans l’utérus de la femme au moyen d’un cathéter mince spécial. Le reste est gelé au cas où le corps du patient rejette les embryons.
  4. Thérapie d'entretien Afin que l'embryon prenne racine normalement, le patient reçoit des injections de médicaments hormonaux.

Si des ovules de donneur sont utilisés pendant la fécondation, une prescription de médicaments hormonaux est prescrite à la patiente pour synchroniser son cycle menstruel avec le cycle du donneur et préparer la muqueuse pour l'implantation. Ceci est important car la synchronisation du cycle incomplète est la principale cause d'échec de la FIV avec un ovule donneur.

Chimiothérapie

La cellule cancéreuse n'a pas de programme de contrôle, selon lequel se produit son développement, sa division, mais elle a la capacité de se rétablir et de se répartir au hasard. En raison de ces propriétés, la tumeur cancéreuse se développe rapidement, les cellules qui se sont séparées de la tumeur pénètrent dans la circulation sanguine vers d'autres organes et tissus, où elles commencent ensuite à se diviser, créant une nouvelle tumeur maligne.

La chimiothérapie est prescrite pour le cancer afin de combattre les tumeurs. La chimiothérapie est l'une des méthodes de lutte contre le cancer, qui est utilisée dans les traitements complexes, peut être effectuée avant ou après la chirurgie. À l'hôpital de Yusupov, le traitement du cancer est effectué en utilisant des méthodes et des médicaments innovants, l'immunothérapie, une thérapie ciblée et d'autres méthodes de traitement..

Qu'est-ce que la chimiothérapie?

La chimiothérapie est un effet médicamenteux sur une tumeur maligne, elle peut être cytotoxique et cytostatique. Ces deux types de chimiothérapie diffèrent par le mécanisme d'action sur les cellules cancéreuses. Le cytotoxique provoque la nécrose tumorale, la mort des cellules cancéreuses. La chimiothérapie cytostatique ralentit la division des cellules tumorales et sa croissance. La chimiothérapie est réalisée pour prévenir les métastases tumorales, pour le traitement des tumeurs malignes en combinaison avec la chirurgie et la radiothérapie.

À l'hôpital de Yusupov, la chimiothérapie est réalisée en administrant des médicaments de différentes manières (chimiothérapie systémique), en introduisant dans la cavité séreuse (chimiothérapie locale), en administrant de grandes doses de médicaments par voie endolymphatique (chimiothérapie régionale). Les patients subissent un traitement par chimiothérapie après un examen complet. En cas d'effets secondaires, les médecins de l'hôpital corrigent les numérations sanguines..

Fonctions du chimiothérapeute

À l'hôpital de Yusupov, des cancérologues et des chimiothérapeutes traitent le cancer. Le traitement avec des médicaments chimiothérapeutiques innovants avec des effets secondaires minimes et des effets toxiques sur le corps est effectué conformément au protocole. Un chimiothérapeute est responsable de la sélection d'un protocole de traitement pour le patient. Les fonctions fonctionnelles d'un chimiothérapeute comprennent l'évaluation de l'état de santé du patient, l'identification des signes d'une maladie maligne, la réalisation de diagnostics, d'examens et de traitements conformément au protocole.

Contre-indications

Les contre-indications à la chimiothérapie dépendent de l'état du patient, il n'y a souvent pas de contre-indications complètes, mais la dose de chimiothérapie doit être réduite. La chimiothérapie ne doit pas être pratiquée pendant la grossesse, en présence d'une maladie infectieuse, après une opération majeure, avec des violations graves du foie et des reins, du cœur, des poumons, de l'épuisement, ainsi que des personnes âgées au corps affaibli, avec une faible numération plaquettaire.

Types de chimiothérapie

La chimiothérapie peut être de plusieurs types:

  • Chimiothérapie rouge. Il a une toxicité et un pouvoir élevés, contient des préparations du groupe antacycline. Les médicaments de ce groupe sont rouges.
  • Chimiothérapie bleue. Elle est réalisée à l'aide de la mitoxantrone et de la mitomycine, qui sont bleues.
  • Chimiothérapie blanche. Elle est réalisée à l'aide de taxol, tacosel..
  • Chimiothérapie jaune. La chimiothérapie est nommée pour la couleur des médicaments - phénantriplatine, cisplatine et autres. La toxicité des médicaments jaunes est inférieure à celle des médicaments de chimiothérapie rouges.

La chimiothérapie peut être:

  • Adjuvant. Ce type de chimiothérapie est effectué après la chirurgie. Il vous permet d'éliminer les métastases cachées, d'arrêter le développement des cellules cancéreuses.
  • Inadjuvant. Elle est réalisée avant l'opération, avec son aide, la croissance de la tumeur cancéreuse est arrêtée, la probabilité de développer des métastases est réduite, la taille de la tumeur est réduite.
  • Ciblé. Ce type de thérapie vise à affecter certaines molécules des cellules malignes. Cela réduit le risque de mort des cellules normales du corps. Les thérapies ciblées suppriment le développement microvasculaire des tumeurs.
  • Épargnant. Pour cette chimiothérapie, des médicaments avec des effets secondaires minimes sont utilisés..
  • Hyperthermique. Une telle chimiothérapie est effectuée par exposition à des températures élevées sur les cellules tumorales avec des médicaments anticancéreux.
  • Induction. Il est utilisé en cas de contre-indications à une intervention chirurgicale, avec une sensibilité modérée ou élevée du cancer aux médicaments de chimiothérapie. Avec l'aide de la chimiothérapie d'induction, ils réduisent les symptômes du cancer avec un traitement palliatif, sont utilisés pour la leucémie, les tumeurs des cellules germinales des testicules, les lymphomes et d'autres maladies.
  • Dose élevée. Il est utilisé pour traiter différents types de lymphomes, caractérisés par l'introduction de doses élevées de médicaments.
  • Palliatif La thérapie palliative peut améliorer la qualité de vie des patients cancéreux au dernier stade de développement de la tumeur, bloquer les symptômes d'une tumeur maligne, est prescrite aux patients pour soulager la condition après la chirurgie, pour soulager la douleur.
  • "Platine". La chimiothérapie, qui contient du platine, est très efficace et donne souvent de bons résultats après un traitement inefficace avec d'autres médicaments chimiothérapeutiques..

Entraînement

Avant la chimiothérapie, le patient suit une formation. Le médecin recommande d'abandonner les mauvaises habitudes et de limiter autant que possible l'activité physique - le patient reçoit un arrêt maladie pour la durée du traitement. La préparation comprend une protection médicamenteuse du système digestif, des reins, du foie et de la moelle osseuse contre les effets des médicaments de chimiothérapie. Le patient subit un traitement pour des maladies concomitantes, nettoyant le corps des substances toxiques qui se sont accumulées à la suite d'un cancer.

Comment est la procédure

La chimiothérapie est réalisée de différentes manières:

  • Utiliser un compte-gouttes.
  • Injection.
  • Oralement.

Un compte-gouttes, les injections peuvent être administrées des manières suivantes:

  • Par voie sous-cutanée.
  • Par voie intramusculaire.
  • Dans le liquide céphalo-rachidien, pleural, abdominal.
  • Directement à un néoplasme malin.
  • Dans une artère qui mène à une tumeur.
  • Localement.

Un traitement ciblé est effectué à l'hôpital de Yusupov sous la supervision d'un oncologue, si le traitement est effectué par perfusion de médicaments. Il n'a pas d'effet grave sur le corps du patient et la plupart des patients restent actifs pendant le traitement. Souvent, une thérapie ciblée est réalisée en combinaison avec d'autres méthodes, ce qui augmente considérablement les chances de guérison. Avant d'effectuer une thérapie ciblée, les médecins mènent une étude des caractéristiques moléculaires d'une tumeur maligne - cela aide à influencer efficacement la tumeur et les métastases.

Effets

La chimiothérapie n'est pas seulement une tendance positive lorsque l'arrêt de la croissance et la destruction de la tumeur sont arrêtés, ainsi que les effets secondaires qui se produisent chez différents patients avec différents degrés de gravité. Dans la plupart des cas, une perte de cheveux, des nausées, des étourdissements, des vomissements, une perte d'appétit, une perturbation du tube digestif, des modifications de l'hémogramme sont notées. Après le traitement, les effets secondaires disparaissent après un certain temps, les cheveux poussent, les nausées et d'autres conséquences désagréables passent. En cas d'effets secondaires graves, le médecin réduit la dose du médicament ou annule la chimiothérapie. La chimiothérapie rouge est la plus agressive, qui associe plusieurs médicaments à une exposition intense..

Efficacité

L'efficacité de la chimiothérapie réside dans la possibilité de répandre le médicament dans tout le corps, ce qui vous permet d'affecter non seulement le foyer principal du cancer, mais également les métastases tumorales. La chimiothérapie est effectuée en cours, ce qui permet aux cellules saines de récupérer pendant la dormance. Les médicaments sont sélectionnés individuellement en fonction du type de tumeur, de l'état de santé du patient et d'autres facteurs..

Étant donné que les cellules cancéreuses deviennent résistantes aux médicaments, la chimiothérapie est utilisée en combinaison avec d'autres méthodes dans le traitement du cancer. La chimiothérapie représente un danger pour la vie du patient lors de la prescription de doses élevées de médicaments. Les médecins de l'hôpital de Yusupov ont mis au point des schémas thérapeutiques de microdose efficaces pour les médicaments de chimiothérapie conçus pour plusieurs cours.

On pense que le patient est en voie de guérison, si son appétit s'améliore, le patient prend du poids, son humeur s'améliore, sa douleur diminue, l'examen montre une diminution de la taille de la tumeur maligne.

Récupération des patients

La récupération du corps du patient a lieu en fonction de la durée du traitement et des doses de chimiothérapie reçues. Les cheveux commencent à pousser, l'utilisation de suppléments vitaminiques aidera à une restauration rapide des cheveux. Pendant cette période, il n'est pas recommandé de teindre les cheveux dans une couleur différente - les produits chimiques dans la peinture aggraveront l'état du patient. Un régime doit être observé, le patient est contre-indiqué dans les cornichons, les aliments frits et fumés, les aliments à haute teneur en matières grasses. Pas de café, chocolat, alcool autorisé.

Après la chimiothérapie, le patient doit être plus à l'air libre, se promener, si nécessaire, demander l'aide d'un psychothérapeute, d'un psychologue. À l'hôpital de Yusupov, des patients atteints de cancer sont en cours de réadaptation. Des spécialistes diversifiés, oncologues, psychologues, rééducateurs, thérapeutes, aident les patients. Une ambiance conviviale s'est créée à l'hôpital, des services confortables sont au service du patient. La récupération après la chimiothérapie se déroule dans une atmosphère d'attention et d'attitude chaleureuse du personnel hospitalier.

Les mythes et la vérité sur la chimiothérapie

La chimiothérapie est-elle «dépassée»? Parce que ça fait plus mal que ça aide? Et dans les cliniques progressistes, le cancer est-il traité depuis longtemps sans «chimie»? Commentaires sur un résident de l'École supérieure d'oncologie du CNRC Oncologie eux. N.N. Petrova Katerina Korobeynikova.

Mythe un: la chimiothérapie est inefficace

À l'appui de cette opinion, ils citent une étude citée sur Internet par le professeur de l'Université de Harvard John Cairns, qui aurait été publiée dans Scientific American et le Journal of Clinical Oncology en 2004, selon laquelle la chimiothérapie n'aide réellement que 2,3 à 5% cas. Mais c'est la «chimie» qui provoque la «résistance tumorale, qui s'exprime en métastases».

Photo de verywell.com

À propos du mythe

Pour parler de l'efficacité de la chimiothérapie "dans le cancer", il faut préciser que le concept "d'oncologie" comprend de nombreuses maladies différentes.

Il existe un neuroblastome chez l'enfant ou un chorioncarcinome utérin. Ils peuvent être complètement guéris avec une chimiothérapie. (La cure signifie que la personne n'a pas de rechute depuis 5 ans).

Il existe des tumeurs très sensibles à la chimiothérapie - le sarcome d'Ewing, le cancer de la prostate et le cancer de la vessie. Avec la chimiothérapie, ils peuvent être contrôlés - une guérison est possible, au moins une rémission à long terme peut être obtenue.

Il existe un groupe intermédiaire - cancer de l'estomac, cancer du rein, sarcome ostéogénique, dans lequel une diminution de la tumeur due à la chimiothérapie se produit dans 75 à 50% des cas.

Et il y a un cancer du foie, du pancréas. Ces tumeurs sont insensibles à la pharmacothérapie, mais elles utilisent maintenant d'autres méthodes de traitement - elles opèrent ou irradient. Et pourtant, il y a le cancer du sang - un concept que les patients appellent la leucémie aiguë et le lymphome. Ils se développent généralement selon d'autres lois..

Même avec un stade avancé de cancer avec métastases, le pronostic dépend beaucoup du sous-type de tumeur que vous avez..

Par exemple, le sous-type hormono-sensible du cancer du sein, même avec des métastases, peut être très bien contrôlé..

Par conséquent, tirer des conclusions sur la «chimiothérapie du cancer en général» est tout simplement incorrect.

Récemment, l'approche du traitement des patients cancéreux est de plus en plus individualisée. Il a longtemps été dit: "Vous avez un cancer - quelle horreur!", Ensuite: "Vous avez un cancer d'un certain organe - c'est mauvais." Et maintenant, le médecin examinera attentivement le «passeport» de la tumeur des marqueurs histochimiques et immunogénétiques et les caractéristiques de la tumeur qui ont été données au patient lors de l'examen histologique (une telle étude de la tumeur est maintenant incluse dans les normes d'examen) et, en fonction de cela, choisira des tactiques de traitement.

À propos de la source

"C'est la première fois que j'entends parler de John Cairns, professeur à l'Université de Harvard, que vous mentionnez." Le seul médecin praticien nommé John Kearns, qui a été trouvé sur Internet, est un neurologue-radiologue qui s'occupe de problèmes cérébraux. Et tous ses articles sont consacrés spécifiquement au cerveau et à l'IRM, il n'a rien écrit sur la chimiothérapie.

Il est possible qu'il s'agisse d'un médecin et biologiste moléculaire britannique John Cairns, qui a pris sa retraite depuis 1991 - il est né en 1923. Kearns est l'auteur des livres Cancer: Science and Society (1978) et Life and Death: A Look at Healthcare, Molecular Biology, Cancer and the Prospects of the Human Race (1997).

Il a étudié le cancer, a travaillé dans divers laboratoires au Royaume-Uni et en Australie. Il a été professeur à la Harvard University School of Health de 1980 à 1991. Mais les années de vie et de travail de John Kearns suggèrent que dans ses écrits, il se référait aux statistiques de survie des années 1970-1980 et ne pouvait pas être publié dans des revues scientifiques au début des années 2000..

Et si nous parlons de ce John Cairns en particulier, nous ne pouvons parler que de recherche obsolète en oncologie.

Dans les années 1970, la situation était différente et depuis lors, l'efficacité des médicaments a radicalement changé. Le "Journal of Clinical Oncology" n'est pas inclus dans le nombre de publications faisant autorité modernes. Et d'importantes études révolutionnaires, à l'origine de discussions scientifiques, sont publiées dans plusieurs publications. Il est suspect non seulement que les données aient été publiées dans une seule revue, mais que l'échelle de cette publication ne soit pas si grande pour de telles déclarations de haut niveau.

Scientific American est un magazine américain de science populaire. Il donne des articles et des revues scientifiques populaires sur la science en général, et pas seulement sur la médecine. Et il n'y a aucune confiance en lui en tant que publication publiant les résultats de la recherche scientifique..

Une étude sceptique similaire de la chimiothérapie a récemment publié le portail geektimes.ru. Il dit: «Entre 2009 et 2015, 48 médicaments antitumoraux différents ont été approuvés. Parmi ceux-ci, 10% sont efficaces et 57% n'ont donné aucun effet. » Le nom du chercheur, Hussein Nasi, a été cité..

J'ai commencé à comprendre, à trouver l'article original, et il s'est avéré: les chercheurs n'ont évalué que deux paramètres - la survie à cinq ans et la qualité de vie. Mais en même temps, ils ont mélangé des maladies très différentes - cancer de l'estomac, cancer du poumon et hématologie - cancer du sang. Mais les indicateurs de ces localisations tumorales sont très différents, le mécanisme d'action des médicaments est également différent, et différents indicateurs de survie seront un signe de l'efficacité du médicament. Et les chercheurs viennent d'obtenir "la température moyenne à l'hôpital".

Mythe deux: avec un certain nombre de diagnostics, la durée de vie sans chimiothérapie est plus longue qu'avec la chimiothérapie

Photo de time.com

Internet dit que cela a été prouvé par un certain MD Alan Levin et le professeur Charles Mathieu. Et «en fait», la plupart des patients sous chimiothérapie meurent précisément de «chimie» et non de cancer.

- Je n'ai pas trouvé d'informations à l'appui que les médecins portant de tels noms (ils le sont, mais ils ne sont pas des oncologues) ont exprimé une telle opinion.

Aujourd'hui, la Russie, comme les pays d'Europe et les États-Unis, évolue progressivement vers les normes de la médecine factuelle. Dans ce système, toutes les preuves sont évaluées sur une échelle spécifique. Et encore moins confiance - aux arguments de la série "Le professeur Ivanov a dit".

En médecine factuelle, des descriptions détaillées de divers cas de guérison sont nécessaires, fiables et confirmées par des certificats et des documents.

Un niveau d'arguments plus sérieux est celui des méta-analyses, c'est-à-dire la combinaison de plusieurs études déjà menées en une seule, lorsque leurs résultats sont additionnés et examinés ensemble.

Et enfin, un argument très sérieux est les résultats d'un essai clinique randomisé. Le nombre de patients y est différent, mais dans la plupart des cas, il existe un groupe contrôlé par placebo qui est traité selon la norme, mais sans nouveau médicament.

Une telle étude est réalisée en utilisant la méthode «en double aveugle» - pour la pureté des résultats, ni le patient ni le chercheur qui l'observe ne savent quelle combinaison particulière de médicaments ceci ou ce patient reçoit, y a-t-il un nouveau médicament qui est testé parmi ses médicaments.

Ainsi, les déclarations de spécialistes individuels doivent être traitées avec prudence.

Photo de npr.org

La chimiothérapie est un traitement. Et, comme tout traitement, il a des effets secondaires. Ils viennent de n'importe quel médicament, ils viennent après la chirurgie.

La chimiothérapie elle-même est également différente selon l'objectif. La chimiothérapie préopératoire est utilisée avant la chirurgie pour minimiser la taille de la tumeur et rendre la chirurgie aussi économe que possible..

Le but de la "chimie" postopératoire est d'éliminer les cellules tumorales individuelles qui peuvent encore circuler dans le corps..

Mais parfois, la chimiothérapie est palliative. Il est utilisé lorsque la tumeur est lancée, avec plusieurs métastases, et il est impossible de guérir le patient, mais il est possible de ralentir la progression et d'essayer de contrôler la tumeur. Dans ce cas, la chimiothérapie est destinée à donner du temps au patient, mais, en règle générale, elle l'accompagne jusqu'au bout. Et puis il peut sembler que le patient est décédé non pas d'un cancer, mais de «chimie», bien que ce ne soit pas le cas..

De plus, avec la «chimie» préopératoire ou postopératoire, les médecins observent souvent le patient non seulement au moment où il reçoit des compte-gouttes avec des médicaments, mais aussi entre les cours. Par conséquent, les décès sont rares.

Qui dirige le patient oncologique

En Russie, ils se tournent de plus en plus vers la pratique lorsque la décision sur la façon de traiter un patient est prise par une commission multidisciplinaire. Il comprend un chimiothérapeute, un chirurgien oncologue, un radiologue, un radiologue, un radiologue et un pathologiste (pathomorphologue, médecin qui détermine les types de tumeurs).

Des réunions spéciales de ces équipes ont lieu dans les grands centres fédéraux; si le patient est traité dans un dispensaire moins évolutif, avant de commencer le traitement, il rendra visite à chacun de ces médecins séparément.

Troisième mythe: la chimiothérapie cause des dommages irréparables au foie, au système hématopoïétique, au système nerveux et aux muqueuses

- La chimiothérapie affecte vraiment les systèmes de base de la vie humaine.

Le principal mécanisme d'action de la chimiothérapie est l'effet sur le mécanisme de division cellulaire. Les cellules tumorales cancéreuses se divisent très rapidement, par conséquent, en agissant sur la division cellulaire, nous arrêtons la croissance tumorale.

Mais, en plus de la tumeur, le corps possède de nombreuses autres cellules à division rapide. Ils sont dans tous les systèmes qui sont activement mis à jour - dans le sang, dans les muqueuses. Les médicaments de chimiothérapie qui n'agissent pas de manière sélective agissent sur ces cellules..

Après la chimiothérapie, la numération sanguine attendue du patient baisse. Typiquement, le pic de la chute se produit du septième au quatorzième jour, car la "chimie" vient d'agir sur toutes les cellules qui étaient dans le sang périphérique et la nouvelle moelle osseuse n'est pas encore développée.

La baisse se produit en fonction du médicament utilisé; certains d'entre eux agissent principalement sur les plaquettes, d'autres sur les leucocytes et les neutrophiles, et d'autres sur les globules rouges et l'hémoglobine.

Le traitement de chimiothérapie se déroule en cycles. Selon le schéma de chimiothérapie, une personne peut recevoir, par exemple, trois jours de compte-gouttes de chimiothérapie, et les prochains seront dans 21 jours. Cet écart est appelé «un cycle», il est donné spécifiquement pour restaurer le corps du patient.

Avant chaque nouvelle séance de chimiothérapie, l'état du patient est surveillé, ils regardent ce qui lui est arrivé pendant cette période - ils font un test sanguin clinique et biochimique.

Jusqu'à ce qu'une personne se rétablisse, un nouveau cycle de traitement ne commence pas.

Si, en plus d'abaisser la numération sanguine à un certain niveau, rien de «mauvais» ne s'est produit entre les «produits chimiques», l'image du sang se rétablira. Une goutte de plaquettes excessive constitue une menace de saignement, une transfusion de plaquettes est administrée à un patient présentant de tels indicateurs.

Si les globules blancs responsables du système immunitaire sont tombés et qu'une personne a contracté une sorte d'infection, une toux a commencé, un nez qui coule et la température a augmenté, des antibiotiques sont prescrits immédiatement afin que l'infection ne se propage pas. Habituellement, toutes ces procédures sont effectuées en ambulatoire..

Entre les cours de chimiothérapie, le patient est dirigé par un oncologue du dispensaire ou de la clinique d'oncologie régionale.

Avant le tout premier cycle de chimiothérapie, il faut expliquer au patient toutes les complications possibles, parler de chaque médicament et de ses effets; et le patient peut consulter son oncologue.

La pondération des risques est le point de départ de la chimiothérapie. Le médecin et le patient choisissent entre les dommages que la chimiothérapie peut causer et les avantages qui peuvent en découler - à savoir, prolonger la vie pendant des décennies, parfois.

C'est un moment clé pour décider d'utiliser des médicaments de chimiothérapie: si nous comprenons que lors de la prescription d'un médicament particulier, le taux de réussite sera inférieur aux effets secondaires, alors cela n'a tout simplement aucun sens de l'utiliser.

Les principales complications de la chimiothérapie:

- baisse de la numération formule sanguine

- ulcération des muqueuses et nausées et diarrhées associées

- perte de cheveux et ongles cassants.

Cet effet s'explique par le fait que la chimiothérapie cytostatique agit non seulement sur les cellules tumorales, mais sur toutes les cellules du corps qui se divisent rapidement. Lorsque l'effet du médicament cesse, la division cellulaire reprend et les zones endommagées sont restaurées.

De plus, certains médicaments qui ont un effet toxique sur le corps ont des complications spécifiques. (Certains des médicaments de chimiothérapie sont à base de platine - c'est un métal lourd).

Les médicaments de chimiothérapie toxiques peuvent provoquer un certain nombre de symptômes neurologiques - maux de tête, insomnie ou somnolence, nausées, dépression, confusion. Parfois, il y a une sensation d'engourdissement des membres, «chair de poule». Ces symptômes disparaissent après l'arrêt du médicament..

Quatrième mythe: les métastases ne poussent pas à partir de zones non supprimées de la tumeur, mais à partir de "cellules souches cancéreuses", que la chimie ne tue pas de toute façon

Photo de independent.co.uk

- Les causes des métastases dans différentes tumeurs sont très différentes, exactement comment les métastases surviennent, nous ne savons pas encore. La seule chose que nous savons maintenant, c'est qu'il n'y a pas de «cancer des cellules souches». Une tumeur dans ses divers fragments et cellules métastatiques est une formation très hétérogène, où toutes les cellules sont différentes, elles se divisent rapidement et mutent rapidement..

Mais dans tous les cas, la chimiothérapie affecte toutes les métastases, où qu'elles se trouvent. L'exception est les métastases dans le cerveau, où tous les médicaments ne pénètrent pas.

Dans ces cas, un traitement spécial est prescrit ou une injection spéciale de médicaments dans le canal rachidien.

Il existe même de telles tumeurs dans lesquelles il est impossible de trouver le foyer principal, c'est-à-dire que tout ce que nous voyons dans le corps est des métastases. Mais le traitement est toujours prescrit et, dans de nombreux cas, il est mené à bien.

Qui fait la "chimie"

«Oncologue» est le nom général d'un certain nombre de spécialités. En Russie, après avoir effectué une résidence en oncologie, un diplômé peut devenir chimiothérapeute - spécialiste du traitement du cancer ou chirurgien oncologue - médecin qui n'opère qu'avec des tumeurs cancéreuses. Un radiologue - spécialiste en radiothérapie - et un pathologiste sont des spécialités distinctes.

Dans la classification occidentale des médecins, ils sont tous unis par la spécialité "oncologue médical".

Mythe 5: la chimiothérapie est une méthode soutenue par l'industrie pharmaceutique.

En fait, il y a longtemps, il existe des médicaments plus efficaces, inoffensifs et moins chers, mais on n'en parle pas, ils ont peur de s'effondrer le marché pharmaceutique

- Il me semble que ce mythe existe également concernant d'autres maladies, notamment le VIH.

Les «médicaments alternatifs» qui sont pris par les patients cancéreux, au mieux, se révèlent être des herbes inoffensives, à partir desquelles il n'y a aucun effet notable. Hélas, c'est pire. Par exemple, les patients commencent parfois à boire des médicaments «miraculeux» à base d'un mélange d'huiles différentes, car l'huile est un produit très lourd pour le foie. En conséquence, le patient provoque littéralement une inflammation du foie, et nous ne pouvons pas démarrer le cycle de chimiothérapie, car la «chimie» affecte également le foie. Et c'est bien si le patient nous dit au moins ce qu'il prenait, et nous pouvons comprendre que cela a aggravé la situation. Mais le traitement est finalement reporté, son efficacité diminue.

En outre, un certain nombre de nouveaux médicaments pour le traitement du cancer du sein, par exemple, sont désormais basés sur des ingrédients à base de plantes. Par exemple, la préparation de trabectine contient un extrait spécialement traité de tulipes de mer.

Ainsi, parfois, les médicaments que les patients prennent pendant le traitement officiel sont «naturels» par eux-mêmes.

Quant à «l'argent géant de l'industrie pharmaceutique», certains médicaments de chimiothérapie, comme le méthotrexate, sont des médicaments très anciens et développés depuis longtemps qui coûtent littéralement un sou. Aucun «effondrement» ou «boom de l'industrie» ne menace de diminuer ou d'augmenter leur production. Dans tous les cas, les patients en Russie reçoivent des médicaments gratuits pour l'oncologie.

Nouveaux médicaments contre le cancer

Récemment, en plus des cytostatiques - des médicaments de chimiothérapie qui agissaient sur tout le corps, de nouveaux médicaments sont apparus. Il s'agit d'une nouvelle génération de médicaments de chimiothérapie - médicaments ciblés et médicaments basés sur un principe d'action fondamentalement différent - immunothérapie.

Un médicament ciblé est un médicament qui n'affecte pas tout le corps, mais cible les cellules tumorales. Dans le même temps, c'est important - les molécules d'un médicament ciblé spécifique ne peuvent se fixer qu'aux récepteurs cellulaires d'un certain type de tumeur. Le sous-type spécifique de la tumeur est déterminé par analyse génétique lors de recherches en génétique moléculaire..

Les préparations immunitaires affectent le système immunitaire de l'organisme et les mécanismes immunitaires d'une tumeur dans son noyau. En conséquence, le corps active sa propre immunité, qui commence à combattre les cellules cancéreuses..

Cependant, pour recevoir une immunopréparation et un médicament ciblé, le patient doit avoir une tumeur avec certaines caractéristiques, ces médicaments n'affectent pas toutes les tumeurs, mais leurs mutations spécifiques. Le pathologiste et le généticien moléculaire doivent noter le passeport tumoral en détail, et écrire dans le rendez-vous que le patient a besoin de ce médicament particulier.

L'hormonothérapie est une méthode relativement nouvelle, mais ici le cercle des indications est déjà plus étroit - la tumeur doit être hormonosensible. On pense que les tumeurs du sein et de la prostate répondent mieux à l'hormonothérapie, bien qu'ici les hormones ne peuvent être utilisées que pour certaines indications..

Soit dit en passant, un autre mythe est associé à l'hormonothérapie: le plus souvent, il est utilisé sous forme de comprimés, et les patients croient que les comprimés ne sont pas un «traitement» pour une maladie comme le cancer.

Puis-je me passer de chimiothérapie

Si la tumeur est sensible et répond à une immunothérapie ou à une hormonothérapie, il est possible de traiter un patient cancéreux sans chimiothérapie.

Sans chimiothérapie, les hormones seules traitent parfois, par exemple, le cancer du sein. Bien qu'il soit clair que les hormones ne sont pas non plus inoffensives, elles ont leurs propres complications..

En même temps, il faut comprendre: nous inventons de nouveaux médicaments, mais les cellules cancéreuses mutent et s'y adaptent également..

Même chez un patient qui avait précédemment reçu un traitement sans «chimie», la tumeur peut évoluer et devenir insensible aux médicaments qui inhibent sa croissance..

Dans ce cas, la chimiothérapie est utilisée comme traitement d'urgence..

Par exemple, une patiente atteinte d'un cancer du sein prend des hormones pendant longtemps et la tumeur ne se développe pas. Soudain, elle se sent faible, des métastases apparaissent dans le foie, son état général empire, sa numération sanguine change. Cette condition est appelée «crise viscérale». Dans ce cas, nous effectuons plusieurs cycles de chimiothérapie, remettons le corps dans un état où la tumeur recommence à répondre aux hormones, puis le patient revient au schéma de traitement précédent.

Nous ne pouvons pas nous passer de chimiothérapie au niveau actuel de développement en oncologie..

Mais en même temps, nous développons tout un domaine appelé «traitement d'accompagnement» - avec la chimiothérapie, le patient reçoit tout un ensemble de médicaments qui peuvent réduire les nausées, accélérer la récupération des cellules sanguines et normaliser les selles. Ainsi, les effets secondaires désagréables de la chimiothérapie peuvent être considérablement réduits.