Signes de polypes dans l'intestin - 5 principales manifestations de la polypose intestinale et des méthodes de diagnostic

Lipome

Le cancer du côlon est une situation clinique courante au cours des dernières décennies. Dans le même temps, des risques oncologiques peuvent survenir même chez des patients sans cancer chez des proches parents du patient. Près de 75% de toutes les causes de cancer sont des polypes intestinaux. Malheureusement, les polypes intestinaux aux premiers stades de développement sont détectés par hasard lorsqu'ils examinent le corps pour d'autres pathologies. Cela est dû aux risques élevés de malignité des excroissances pathologiques.

Caractéristiques de la pathologie

Les polypes dans diverses parties de l'intestin sont des néoplasmes bénins se précipitant dans la lumière de l'intestin. Avec le développement de plus d'une croissance pathologique, la polypose intestinale se développe.

La structure du polype se compose d'une base (stroma), des jambes et du corps lui-même. Parfois, les polypes n'ont pas de pédicule vasculaire, puis la base passe dans le corps du polype.

Il existe plusieurs théories sur l'apparition de polypes intestinaux, parmi les plus courantes:

Si dans le premier cas la cause est des processus inflammatoires chroniques dans la muqueuse intestinale, alors le second se forme au stade du développement intra-utérin.

Les polypes sont généralement affectés:

  • côlon gauche,
  • sigmoïde,
  • rectum.

La maladie s'accompagne rarement de symptômes vifs aux premiers stades de développement, devenant la conséquence d'une maladie chronique du tube digestif.

Important! Les risques de dégénérescence maligne dans le côlon sont beaucoup plus élevés, car les polypes sont les plus sujets aux dommages, aux ulcérations et à la destruction.

Signes de polypes dans les intestins chez l'adulte

Ce n'est que lorsque le polype se développe que les patients peuvent ressentir les premiers symptômes des polypes. C'est l'impossibilité d'un diagnostic précoce qui conduit souvent à de graves manifestations de pathologie, jusqu'au développement de l'oncologie.

9 signes de polypes intestinaux chez l'adulte:

  1. Douleur dans le bas-ventre (tiraillements, douleurs sourdes, épisodiques);
  2. Gêne, gravité et douleur lors des selles;
  3. L'abondance de mucus dans les fèces;
  4. L'apparition de sang dans les selles du patient:
  5. Violation des selles (diarrhée et constipation);
  6. Ballonnements, signes de dyspepsie;
  7. L'apparition de taches de sang sur les sous-vêtements;
  8. Écoulement humide, l'apparition d'une érythème fessier dans l'espace anorectal;
  9. Douleur et écoulement purulent de l'anus en raison d'une infection.

L'apparition de taches abondantes peut indiquer:

  • dysbiose aiguë,
  • exacerbation de la maladie hémorroïdaire,
  • infections intestinales aiguës.

Des selles liquides aux impuretés atypiques indiquent la même chose. En cas de saignement abondant, les soins d'urgence doivent être appelés.

Dans le contexte de petits saignements internes, une anémie ferriprive se développe souvent. Un test sanguin pour les taux d'hémoglobine indique généralement de faibles taux, malgré l'absence apparente de raisons évidentes..

Des néoplasmes hémorragiques dans l'intestin peuvent survenir avec des dommages à la croissance:

  • torsion des jambes,
  • violation des sphincters anus,
  • ulcération toxique.

Ici, les patients peuvent ressentir une douleur intense caractéristique des hémorroïdes aiguës. Découvrez comment un polype intestinal se manifeste chez un enfant ici.

Remarque! Dans le contexte de la diarrhée, une déshydratation se développe souvent. Cette condition est plus fréquente chez les adolescents..

Les polypes peuvent interférer avec le mouvement normal des matières fécales dans le côlon, ce qui contribue à une augmentation de l'intoxication interne..

Dans ce cas, apparaît:

  • malaise général,
  • la faiblesse,
  • invalidité,
  • la nausée,
  • des vomissements.

Comment les polypes apparaissent dans différentes parties de l'intestin - les premiers symptômes de la pathologie

Avec l'apparition de croissances pathologiques des muqueuses dans diverses parties de l'intestin, des symptômes caractéristiques apparaissent généralement:

  • Rectum. Les croissances ne se manifestent généralement pas pendant des années ou des décennies, compte tenu de la croissance lente des structures polypes. Au fur et à mesure qu'il croît avec les excréments, une quantité abondante de mucus commence à être libérée, repérant.
  • Colon sigmoïde. Les polypes dans l'intestin inférieur contribuent à l'instabilité des selles. La diarrhée et la constipation affectent considérablement l'état des muqueuses. De plus, des ballonnements, des éructations aigres, du mucus, du sang et des écoulements atypiques sont notés lors des selles.
  • Intestin grêle. La localisation dans l'intestin grêle est une situation clinique rare, mais accompagnée de complications dangereuses sous forme d'obstruction intestinale, de saignements abondants, d'inversion intestinale, de changements prolifératifs dans les structures muqueuses de l'organe.
    Dans les cas avancés, l'introduction d'un polype de l'intestin grêle dans d'autres parties de l'intestin a lieu. Aux stades initiaux, il y a des crises de flatulences, des crampes, des nausées et des crises de vomissements indomptables.
  • Duodénum. Les symptômes avec une telle localisation ne manifestent souvent pas de signes spéciaux, mais à mesure que le néoplasme se développe, une obstruction intestinale, une douleur dans le péritoine d'une localisation peu claire, une ulcération du corps du polype et des saignements peuvent se développer.

Si les polypes chevauchent la lumière intestinale, il y a un retard régulier dans la masse alimentaire de l'estomac.

Les manifestations de retard correspondent à des symptômes d'obstruction intestinale:

  • douleur,
  • vomissements d'aliments fraîchement mangés,
  • éclaboussures dans l'abdomen pendant l'auscultation.

Important! Il est impossible de déterminer de manière fiable les croissances pathologiques dans diverses parties de l'intestin uniquement sur la base des plaintes des patients et des manifestations symptomatiques sans diagnostic différentiel.

Mesures diagnostiques

Pour un diagnostic fiable, il est important d'effectuer toute une gamme d'examens, y compris des méthodes de recherche en laboratoire, instrumentales et endoscopiques.

Polypes intestinaux - un domaine de recherche pour les médecins des proctologues, endoscopistes, gastro-entérologues et oncologues.

Après avoir étudié les plaintes et l'examen physique du patient, les manipulations suivantes sont prescrites:

  • Palpation rectale du rectum. Avec les doigts, les sections les plus proches du côlon sont sondées et les causes possibles de l'apparition de symptômes inhabituels (hémorroïdes, inflammation, constipation) sont déterminées.
  • Radiographie. Une étude importante est l'irrigoscopie (rayons X utilisant le contraste). La méthode vous permet de déterminer avec précision les excroissances pathologiques, les composants vasculaires et leur volume. La manière d'introduire du contraste est rétrograde, c'est-à-dire par un lavement dans la lumière rectale. L'inconvénient de cette méthode est l'incapacité à déterminer les plus petits polypes.
    Si les polypes sont situés dans l'intestin élevé, le passage du baryum à travers les intestins est examiné. Pour cela, un agent de contraste doit être bu. Quelques heures plus tard, une série de clichés radiographiques est prise..
  • Endoscopie Il existe deux méthodes principales d'examen endoscopique de l'espace anorectal: la sigmoïdoscopie et la coloscopie.
    La première méthode vous permet d'évaluer l'état de l'intestin, dont les services sont situés à 25 cm plus haut, de prendre du matériel de biopsie, d'évaluer visuellement la structure du néoplasme.
    Dans le deuxième cas, le médecin a la possibilité d'évaluer l'état de l'intestin sur 1,5 m, de prélever un échantillon de biopsie pour examen histologique et cytologique, de retirer immédiatement la croissance pathologique.

De plus, des tests sanguins, urinaires et fécaux sont obligatoires.

Les tests cliniques généraux permettent:

  1. Exclure le développement d'une inflammation;
  2. Évaluer l'état du foie, des reins, de la microflore de l'estomac.

Les tests fécaux excluent:

  • infestations parasitaires,
  • Infection à Helicobacter pylori,
  • dysbiose.

Important! Le diagnostic final ne peut être établi que par une combinaison de toutes les méthodes de recherche diagnostique, ainsi qu'après exclusion du développement de pathologies présentant des symptômes similaires.

Informations supplémentaires sur les polypes intestinaux dans cette vidéo:

Des signes de polypose des sections intestinales se manifestent individuellement chez chaque patient. L'intensité et la fréquence des symptômes dépendent de la taille de la croissance, de l'âge du patient et du degré d'endommagement des structures muqueuses.

Comment se débarrasser des polypes dans les remèdes populaires intestinaux lus dans notre article ici.

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin directement sur notre ressource.

Polypes dans l'intestin symptômes, traitement, diagnostic

Les polypes dans l'intestin, comme dans tout autre organe creux du corps humain, sont une pathologie très courante. Ce sont des formations bénignes qui se trouvent sur les parois de l'intestin, qui s'y attachent avec une base ou un pied large et font saillie dans la lumière intestinale. Cette formation de tumeurs pathologiques se retrouve chez les enfants et les adultes..

Avec la polypose héréditaire, une tumeur maligne du néoplasme se produit souvent, par conséquent, elle est considérée comme une maladie précancéreuse et ces formations doivent être retirées en temps opportun. Avec les polypes dans l'intestin, les symptômes ne sont pas toujours prononcés, généralement le processus est asymptomatique, avec des polypes dans le rectum, l'érosion se forme parfois, provoquant des saignements, ainsi que des malaises et des démangeaisons dans l'anus, constipation, ballonnements, flatulences. Lorsque les polypes sont infectés, une paraproctite ou des fissures anales peuvent survenir..

Selon les statistiques, 10% de la population de plus de 40 ans ont des polypes dans le gros intestin, dans le rectum, et cette pathologie est 1,5 fois plus fréquente chez l'homme que chez la femme. Étant donné que la malignité se manifeste par des saignements, si vous prenez régulièrement des selles pour du sang occulte et consultez un spécialiste en temps opportun, avec un diagnostic précoce de la maladie dans 85 à 90% des cas, les opérations et le traitement précoces conduisent à une guérison complète et à une longue survie.

Les polypes dans les intestins ont une consistance molle et ont une forme différente: ramifiée, champignon ou sphérique, la couleur peut également être différente - gris rougeâtre, jaunâtre ou rouge foncé, consistance molle avec du mucus en surface. Par le nombre de néoplasmes, les polypes peuvent être multiples (dans 30% des cas), situés dans différentes parties des groupes intestinaux, peuvent être uniques ou familiaux (diffus).

Causes des polypes

À ce jour, en médecine, il n'y a pas de consensus sur les causes des polypes dans l'intestin, car l'étiologie de la polypose n'a pas été étudiée de manière approfondie. Il n'y a que quelques hypothèses sur le mécanisme de formation et l'origine des polypes dans les organes digestifs:

Inflammation chronique dans la paroi intestinale

Il s'agit de la théorie la plus évidente et la plus courante de l'origine des polypes intestinaux. Étant donné que les polypes ne se développent pas dans les tissus sains, les maladies inflammatoires de la muqueuse, qui conduisent à une atrophie plus rapide et au vieillissement de l'épithélium muqueux, sont considérées comme le principal facteur pathogène de la survenue de polypes. Des maladies telles que la fièvre typhoïde, l'entérite, la colite ulcéreuse et la proctosigmoïdite, la dysenterie contribuent à la croissance des néoplasmes bénins. Cela peut être prouvé par le fait qu'après une guérison clinique de la colite ulcéreuse ou de la dysenterie, les excroissances polypes disparaissent chez les patients. On pense également que le début de la polypose intestinale est la dyskinésie intestinale et la constipation persistante. Chez la majorité des patients ayant des antécédents de processus intestinaux inflammatoires, la localisation des polypes était dans les endroits les plus sujets à l'irritation due à la stagnation des matières fécales, dans les lieux de traumatisme accru.

Détérioration générale de la santé publique due aux conditions environnementales

La plupart d'entre nous constatons maintenant une détérioration de l'état de santé de la population du pays, ce qui est particulièrement visible dans le nombre d'enfants en mauvaise santé, parfois gravement malades. Aujourd'hui, les enfants souffrent de maladies dont seules les personnes âgées souffraient auparavant, presque toutes les maladies deviennent plus jeunes. Facteurs supplémentaires qui provoquent l'apparition de polypes, les médecins incluent une alimentation déséquilibrée, abondamment fournie en produits chimiques qui irritent les muqueuses de l'ensemble du tube digestif, une situation environnementale défavorable en général, un mode de vie sédentaire, exacerbé par une personne dans les chambres étouffantes des villes polluées, l'abus d'alcool et de nicotine repas irréguliers.

L'état pathologique des vaisseaux et des organes digestifs

Toutes conditions pathologiques des vaisseaux - varices des organes internes, lésions intestinales ischémiques sur le fond de l'athérosclérose de l'aorte abdominale et de ses branches, thrombose des vaisseaux mésentériques, ainsi que la maladie diverticulaire et toutes les maladies d'autres organes du système digestif affectent l'état de la muqueuse intestinale.

Théorie embryonnaire

Il existe également une théorie de la présence de polypes dans l'intestin, dont les symptômes se manifestent avec l'âge, et l'apparition et les conditions préalables à l'initiation des néoplasmes sont fixées in utero, lorsque, pendant la période prénatale, il y a violation de la formation de la muqueuse gastro-intestinale, en particulier les parois intestinales.

Prédisposition génétique

On pense qu'il existe une prédisposition génétique au développement de polypes intestinaux. Parfois, chez les enfants, les polypes peuvent se développer dans le contexte d'une santé apparemment complète, lorsque certaines parties de l'intestin sont génétiquement programmées différemment et forment des polypes.

Hypersensibilité au gluten et à d'autres réactions allergiques alimentaires

Plus récemment, il y avait très peu de personnes souffrant d'allergies alimentaires, mais aujourd'hui la maladie cœliaque (intolérance au gluten) est assez courante, surtout chez les bébés. Chez les personnes présentant cette particularité, lors de la consommation d'aliments sans gluten, une réponse immunitaire de réponse se développe comme une invasion étrangère du corps, ce qui entraîne des dommages à la muqueuse de l'intestin grêle. Si une personne allergique aux aliments n'exclut pas les produits allergisants de son alimentation, cela peut finalement conduire à des maladies graves causées par une diminution de l'absorption des nutriments - ostéoporose, cancer de l'intestin.

Quelle est la probabilité qu'un polype dégénère en cancer du côlon?

Quels polypes peuvent devenir malins? Près de 75% de tous les polypes de l'intestin appartiennent à ces types de néoplasmes; ils sont appelés adénomes ou polypes adénomateux. Selon le comportement des cellules polypes au microscope, en médecine, il est habituel de subdiviser les adénomes en sous-types - ceux-ci sont glanduleux-villeux, villeux et glandulaire (tubulaire). Les tubulaires sont moins sujets à la malignité, lorsque, comme les adénomes villeux, conduisent très souvent à une dégénérescence oncologique.

En outre, les facteurs prédisposant à la dégénérescence des polypes en tumeur maligne sont la taille, en règle générale, plus le polype est grand, plus le risque de malignité est élevé. Si le néoplasme atteint 2 cm, le risque augmente de 20%, donc même les plus petits polypes doivent être éliminés lorsqu'ils sont détectés. En plus des adénomes, il existe d'autres types de polypes. Les polypes hamartomiques, inflammatoires et hyperplasiques sont ceux qui n'ont pas de potentiel oncologique.

  • Les types de polypes intestinaux les plus dangereux qui dégénèrent en cancer sont les adénomateux
  • Plus le polype est grand, plus le risque de malignité est élevé
  • Après 50 ans, il est recommandé à chaque personne de subir une sigmoïdoscopie ou une coloscopie flexible afin de confirmer ou d'exclure la présence de polypes. Si les polypes ne sont pas détectés pendant la coloscopie, le diagnostic suivant peut être effectué après 5 ans
  • Si un polype adénomateux est détecté et retiré chez un patient, il doit être examiné régulièrement à l'avenir afin d'identifier et d'éliminer de nouveaux polypes
  • Aujourd'hui, il existe des tests génétiques qui peuvent déterminer le syndrome héréditaire du cancer de l'intestin (syndrome de Lynch, syndrome de Turkot, syndrome de Gardner, syndrome de polypose adénomateuse familiale) pour commencer le dépistage par coloscopie ou sigmoïdoscopie flexible et arrêter le développement du cancer du côlon en temps opportun.

Symptômes des polypes dans les intestins

Dans la plupart des cas, s'il y a des polypes dans l'intestin, il n'y a aucun symptôme. Malheureusement, les polypes ne présentent pratiquement aucun signe, symptôme ou manifestation clinique spécifique afin de reconnaître à temps le début du processus pathologique et de savoir avec certitude qu'il s'agit d'une polypose. La gravité et la présence de toute symptomatologie dépendent directement du nombre, de la taille, de la localisation des polypes, ainsi que de la présence ou de l'absence d'un processus oncologique.

1. Avec des adénomes villeux dans les fèces, il peut y avoir beaucoup de mucus, ainsi que des saignements.
2. Parfois, les gros polypes entraînent des crampes douloureuses, une constipation fréquente et ressemblent à des symptômes d'obstruction intestinale, s'accompagnent de sécrétions sanguines et muqueuses, d'une sensation de corps étranger dans l'anus, de douleurs dans l'iléon et le bas-ventre.
3. Souvent, la présence d'autres maladies concomitantes du tractus gastro-intestinal s'accompagne de symptômes mixtes, qui peuvent également être associés à des polypes, il n'est donc pas rare que des tumeurs soient découvertes accidentellement lors d'un examen pour d'autres pathologies..
4. Dans près de 90% des cas, dans les 5 à 15 ans, dans le contexte des polypes villosités adénomateux, le cancer colorectal se développe.
5. Les symptômes tels que la constipation et la diarrhée sont certains des symptômes des polypes, car ils entraînent une altération de la motilité intestinale. Particulièrement souvent, les gros polypes conduisent à la constipation, car ils réduisent la lumière intestinale et conduisent à la congestion, formant une obstruction intestinale partielle.
6. S'il y a des douleurs dans les intestins, l'abdomen, cela peut indiquer un processus inflammatoire associé..
7. Le symptôme le plus dangereux d'un polype dans l'intestin est un saignement de l'anus, et vous devriez immédiatement consulter un médecin, car cela peut indiquer une pathologie maligne. Plus un diagnostic est établi tôt, plus les chances de succès du traitement sont grandes..

Diagnostic de la maladie

Étant donné qu'il existe un risque élevé de dégénérescence en cancer dans les polypes intestinaux et que les symptômes ne peuvent pas se manifester aux premiers stades de la croissance du néoplasme, dans la plupart des pays développés, après 40 ans, chaque personne passe des excréments pour déterminer le sang caché. Cette méthode de laboratoire peut aider à détecter le sang lorsqu'il n'est pas visible visuellement, car les particules de sang, se mélangeant aux matières fécales ne sont pas perceptibles. Cependant, ce n'est pas le principal, mais une méthode d'examen supplémentaire, car un résultat négatif des matières fécales pour le sang occulte n'exclut pas la présence d'un polype, et un positif ne confirme pas.

Parmi toutes les méthodes modernes de diagnostic de l'état des organes internes, vous pouvez bien sûr utiliser l'IRM et la TDM, qui contribuent à la détection des polypes dans l'intestin. Pour le diagnostic de la sigmoïde et du rectum, la sigmoïdoscopie est utilisée, ce qui vous permet d'inspecter visuellement la paroi intestinale avec un rectoscope. Les proctologues recommandent fortement que, après 50 ans, subissent une sigmoïdoscopie flexible tous les 3 à 5 ans.

Parfois, un examen numérique du rectum vous permet de détecter les polypes de la section terminale du rectum ou du canal anal, ainsi que de diagnostiquer les fissures anales, les hémorroïdes, les tumeurs et les kystes du tissu pararectal.

L'irrigoscopie est un examen radiographique du gros intestin avec un agent de contraste qui peut détecter des polypes de plus de 1 cm dans le côlon.

L'étude la plus informative du gros intestin permet la coloscopie. Il s'agit de la technique la plus optimale, qui vous permet d'identifier les polypes, d'aider à l'étude de la muqueuse de la paroi intestinale et peut également identifier d'autres maladies. Si un polype a été détecté lors de l'examen endoscopique, au cours de la procédure, le médecin prélève un échantillon de biopsie pour effectuer un examen histologique et cytologique.

Les polypes doivent être différenciés des autres pathologies, telles que:

  • Tumeurs d'une étiologie épithéliale, généralement sans tige et de grandes tailles
  • Lipome - survient souvent dans le côlon à droite et atteint souvent de grandes tailles
  • Angiomes - tumeurs d'étiologie vasculaire qui provoquent des saignements sévères
  • Myome ou tumeur de la couche musculaire, ce qui est extrêmement rare et conduit à une altération de la perméabilité intestinale
  • L'actinomycose du côlon affecte le plus souvent le caecum
  • La maladie de Crohn se manifeste parfois par une pseudopolyose et est localisée dans le gros intestin.

L'examen histologique est de la plus haute importance pour déterminer la nature de tout néoplasme dans l'intestin..

Traitement des polypes intestinaux

Il n'y a pas de traitement médical conservateur des polypes dans les intestins. Parfois, pendant l'endoscopie du rectum, les polypes peuvent être enlevés dans l'intestin s'ils sont petits et bien situés. Dans d'autres cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Si le polype est situé bas dans le rectum, il peut être retiré par voie transanale..

Si de petits polypes sont détectés pendant la coloscopie, lors d'une procédure endoscopique, ils peuvent être retirés à l'aide d'une électrode en boucle, par électro-excision, lorsque le néoplasme est pressé avec une électrode. Dans certains cas, la polypectomie peut provoquer une perforation de la paroi intestinale et peut être compliquée par des saignements. Dans tous les cas, les polypes intestinaux retirés sont examinés histologiquement. Si les résultats de l'histologie donnent une conclusion positive sur la présence de cellules cancéreuses, recourir à la résection de cette section de l'intestin.

Avec la polypose diffuse et familiale, en particulier en combinaison avec le syndrome de Gardner (ostéome osseux), avec des tumeurs d'autres tissus, les polypes dans l'intestin sont traités par résection du gros intestin, reliant l'anus à l'extrémité libre de l'iléon.

Après l'ablation des gros polypes, les rechutes surviennent souvent après 1 à 3 ans.Par conséquent, après la chirurgie, la coloscopie est répétée un an plus tard et le diagnostic endoscopique est effectué tous les 5 ans. Polypose familiale, ainsi que plusieurs polypes, les grandes formations présentent le plus grand risque de malignité.

Il n'existe pas encore de prévention du développement de polypes dans l'intestin, seul un diagnostic annuel opportun après 40 ans, en particulier en présence de parents atteints d'un cancer intestinal, peut déterminer la présence de polypes oncogènes aux stades précoces. Et une détection plus précoce des cellules cancéreuses et leur élimination dans 90% des cas conduisent à la guérison.

Polypes intestinaux

Les polypes dans l'intestin sont des tumeurs bénignes qui peuvent se former chez absolument chaque personne. Malgré leur nature, ils appartiennent à une condition précancéreuse. À ce jour, il n'y a pas de données sans ambiguïté concernant le contexte de ce qui provoque la formation de polypes. Néanmoins, les cliniciens identifient plusieurs facteurs prédisposants - la survenue d'une inflammation chronique dans le tube digestif, la pathologie vasculaire et une prédisposition génétique.

La complexité du diagnostic réside dans le fait que la maladie présente des symptômes bénins et non caractéristiques, qui sont représentés par des douleurs dans le bas-ventre, un trouble de l'acte de défécation, des éructations et des nausées.

Pour poser le bon diagnostic et effectuer un diagnostic différentiel, un large éventail d'examens instrumentaux et d'autres mesures seront nécessaires.

Un polype dans l'intestin doit toujours être retiré chirurgicalement - il n'y a pas d'autre tactique de traitement. Cependant, après l'excision, ils ont recours à des méthodes de traitement conservatrices..

Étiologie

Une maladie similaire n'est pas rare parmi les pathologies gastro-entérologiques. Le plus souvent, il est diagnostiqué chez les personnes de plus de quarante ans, mais la possibilité de l'apparition d'une telle maladie chez les personnes d'une catégorie d'âge plus jeune et même chez les enfants n'est pas non plus exclue. Il est à noter que chez les hommes, les polypes se forment une fois et demie plus souvent que chez les femmes.

Le mécanisme et les causes du développement de la maladie ne sont pas bien connus aujourd'hui, cependant, les experts du domaine de la gastro-entérologie identifient plusieurs facteurs prédisposants, parmi lesquels:

  • l'inflammation chronique des parois de cet organe est l'hypothèse la plus évidente de la survenue de polypes intestinales, car elles ne peuvent pas se former dans les tissus sains;
  • la présence de dysenterie, d'entérite, de proctosigmoïdite, de colite ulcéreuse ou de fièvre typhoïde dans l'histoire de la maladie humaine. Dans de tels cas, l'apparition de tumeurs bénignes peut devenir une complication, car dans leur contexte, il y a une accélération de la régénération de l'épithélium, ce qui est lourd de sa croissance incontrôlée;
  • constipation chronique et dyskinésie intestinale;
  • l'influence de conditions environnementales défavorables, à savoir le manque d'air frais dans les lieux de résidence humaine;
  • mauvaise alimentation - de longues pauses entre les repas peuvent contribuer au développement de polypes, suivies d'un repas copieux. Pour cette raison, il est très important de suivre un régime après avoir retiré le polype;
  • manque d'exercice - alors que dans la vie d'une personne il n'y a pas assez d'activité physique. Cela peut être dû à des conditions de travail spécifiques, à la paresse ou à une maladie grave antérieure;
  • abus à long terme de mauvaises habitudes;
  • les maladies des vaisseaux sanguins, en particulier les veines diverticulaires ou variqueuses, ainsi que l'athérosclérose;
  • un large éventail de pathologies du tube digestif, affectant l'état de santé intestinale. Le plus souvent, l'ulcère du duodénum ou de l'estomac, la gastrite de toute nature, la cholécystite et la pancréatite conduisent à la maladie principale;
  • hérédité accablée - dans ce cas, même chez un enfant en parfaite santé, des signes de polypes sont détectés;
  • violation de la structure de certaines zones de l'intestin pendant le temps où le fœtus se développe à l'intérieur de l'utérus;
  • intolérance individuelle à l'un ou l'autre produit alimentaire - dans la grande majorité des cas, une sensibilité accrue au gluten peut conduire à une polypose. Dans ce cas, le système immunitaire perçoit une telle substance comme un agent étranger, dans le contexte duquel il existe une violation de la structure de la muqueuse intestinale;
  • la présence de néoplasmes malins ou bénins dans cet organe;
  • exposition prolongée à des situations stressantes ou à un stress nerveux.

Classification

Selon le nombre de néoplasmes bénins, il existe:

  • polypes simples - sont caractérisés par le fait qu'ils peuvent être complètement asymptomatiques pendant une période de temps assez longue. Cependant, ils répondent bien au traitement et ont un pronostic plus favorable;
  • plusieurs polypes dans l'intestin - tandis que des tumeurs peuvent survenir dans diverses parties de cet organe et atteindre de grandes tailles. L'élimination de ces polypes est effectuée en utilisant une opération ouverte et implique parfois une excision de la zone affectée de cet organe.

Selon leur structure histologique, les polypes sont divisés en:

  • glandulaire ou tubulaire - ces polypes sont moins susceptibles de dégénérer en tumeur cancéreuse;
  • glanduleux-villeux - ont souvent la forme d'un nœud sur une large tige. Ils se caractérisent par le fait que, avec le moindre dommage, une hémorragie abondante peut survenir. De plus, ils se transforment assez souvent en une forme maligne;
  • fibreux - ne se compose pas de la couche supérieure de l'épithélium de cet organe, comme un polype glandulaire, mais comprend des cellules du tissu conjonctif;
  • adénomateux - dans ce cas, la tumeur a une forme ronde, une densité élevée et n'est pratiquement pas différente d'une membrane saine. De plus, ce type de polype appartient à la catégorie des formations sujettes à transformation en oncologie..

Symptomatologie

Dans la grande majorité des situations, les polypes dans l'intestin sont complètement asymptomatiques. Même si une expression de toute symptomatologie est observée, elle n'est pas spécifique, car elle ne fournit pas suffisamment d'informations pour établir le bon diagnostic.

La gravité des symptômes dépendra de plusieurs facteurs:

  • le nombre de polypes;
  • le cours des affections concomitantes;
  • la présence de l'oncologie.

Ainsi, les signes suivants d'un polype dans l'intestin sont distingués:

  • douleurs périodiques et crampes dans le bas-ventre;
  • une sensation de satiété dans l'estomac;
  • nausées, qui se terminent rarement par des vomissements;
  • la frustration des selles - peut s'exprimer par la diarrhée ou la diarrhée, ainsi que par l'alternance de tels symptômes. Dans la grande majorité des cas, lors d'une enquête diagnostique, la présence de constipation est révélée, par la nature de l'obstruction intestinale;
  • la présence dans les fèces d'impuretés de sang ou de mucus;
  • rots fréquents;
  • une légère augmentation de la température;
  • niveau insuffisant de potassium dans le sang - un tel signe est détecté par des tests de laboratoire et se produit le plus souvent en raison de la présence de gros polypes qui sécrètent une grande quantité de sels et de fluides. Dans de tels cas, la diarrhée apparaît au premier plan;
  • douleur dans les intestins - indique l'ajout d'une inflammation.

Il convient de noter que chez les enfants, les symptômes des polypes dans l'intestin seront plus prononcés que chez les adultes, et le processus pathologique se développera plus rapidement.

Diagnostique

Afin de diagnostiquer les polypes intestinaux, il ne suffit pas qu'un gastro-entérologue dispose d'informations sur les signes cliniques, en plus des examens de laboratoire et instrumentaux seront nécessaires. Il en résulte que le diagnostic a une approche intégrée qui comprend:

  • l'étude par le clinicien de l'histoire de la vie et des antécédents médicaux du patient et de sa famille immédiate pour détecter le facteur étiologique le plus caractéristique;
  • effectuer un examen physique approfondi;
  • une enquête détaillée du patient - cela aidera à faire un médecin une image complète de l'évolution de la maladie. Dans ce cas, il est très important d'informer le spécialiste de toutes les manifestations cliniques, car même les plus petits détails sont importants pour confirmer le diagnostic;
  • études en laboratoire - limitées à la mise en œuvre d'une analyse générale et biochimique du sang, ainsi que l'étude microscopique des selles. Cela permettra d'identifier les signes caractéristiques de la présence d'inflammation et d'impuretés sanguines dans les selles;
  • les examens instrumentaux du patient - la coloscopie et la sigmoïdoscopie, l'irrigoscopie et la sigmoïdoscopie sont considérés comme les plus informatifs. Les deux dernières procédures aideront à détecter un polype du côlon ou du côlon sigmoïde.

De telles mesures diagnostiques aident non seulement à poser le bon diagnostic, mais également à effectuer un diagnostic différentiel. Les polypes intestinaux doivent être distingués de:

  • angiomes et lipomes;
  • fibromes et tumeurs non épithéliales;
  • actinomycose et maladie de Crohn.

Traitement

Quelle que soit sa structure histologique, tout néoplasme bénin dans l'intestin est soumis à une excision chirurgicale.

Les méthodes les plus courantes pour éliminer les polypes dans l'intestin sont les suivantes:

  • excision transrectale;
  • polypectomie endoscopique - une telle procédure mini-invasive est indiquée pour la localisation de la tumeur dans les zones proximales de cet organe. Si l'éducation a atteint de grandes tailles, elle est éliminée en partie;
  • électroexcision - le polype est retiré à l'aide d'une boucle électrique;
  • colotomie - une opération de résection intestinale est nécessaire en cas de formation de polypes laineux ou avec une tumeur maligne;
  • entérotomie - une telle intervention est nécessaire pour les polypes de petites tailles, qui sont attachés à la paroi de cet organe avec une jambe. Dans ce cas, la partie affectée de l'intestin est coupée avec un couteau électrique, la tumeur est enlevée et le trou est suturé;
  • résection segmentaire - est prescrite pour la détection de polypes de grand volume sur une large base.

Après avoir effectué l'une des opérations ci-dessus, les patients doivent suivre les règles de récupération prescrites par le médecin traitant:

  • prendre des médicaments pour arrêter les symptômes des polypes dans les intestins chez les adultes et les enfants;
  • respectez un régime économe;
  • utiliser la médecine traditionnelle.

Un régime après élimination des polypes dans l'intestin comprend plusieurs étapes:

  • le premier - dure trois jours après l'intervention. Le premier jour, un jeûne thérapeutique est indiqué, après quoi vous pouvez boire un bouillon de légumes ou des fruits cuits à base de fruits non sucrés, de bouillon de riz ou de gelée;
  • le deuxième - commence le troisième jour après l'opération - le menu est élargi avec des céréales liquides cuites à l'eau, des variétés de viande et de poisson allégées, il est conseillé de les cuire à la vapeur;
  • le troisième - commence deux semaines après l'opération et se termine environ quatre mois après la sortie. Dans le même temps, il est très important de manger souvent et fractionnellement, pour enrichir le menu avec des produits laitiers et des œufs.

La liste des ingrédients autorisés et interdits, ainsi que d'autres recommandations concernant la nutrition, sont fournies par un gastro-entérologue.

Le traitement des polypes dans les intestins avec des remèdes populaires implique l'utilisation de:

  • écorce de chélidoine et de chêne;
  • centaurée et calendula;
  • viburnum et hypericum;
  • chaga et raifort;
  • propolis et miel.

Prévention et pronostic

Dans le contexte du fait que les symptômes et le traitement des polypes intestinaux sont les mêmes pour chaque personne, les mesures préventives seront alors courantes. Ceux-ci inclus:

  • rejet complet des dépendances;
  • maintenir un style de vie actif;
  • un contrôle minutieux de la nature de la nutrition;
  • dans les premiers stades de diagnostiquer et de traiter toute pathologie gastro-intestinale;
  • plusieurs fois par an pour subir un examen de routine par un gastro-entérologue.

Le diagnostic et le traitement précoces des polypes dans l'intestin permettent non seulement d'obtenir un pronostic favorable et une guérison complète, mais également d'éviter des complications telles que la transformation d'une tumeur en cancer.

Causes et symptômes des polypes dans l'intestin, traitement et ablation

Les polypes dans l'intestin sont des néoplasmes bénins qui sont souvent localisés sur ses parois internes, comme dans d'autres organes creux. Ces excroissances se forment à partir de l'épithélium glandulaire et font saillie dans la lumière des intestins, parfois elles sont maintenues sur la jambe, et parfois elles sont absentes, puis elles parlent de polypes sur une large base.

Les polypes intestinaux sont classés comme maladies précancéreuses, car ils subissent souvent une dégénérescence maligne (en particulier avec la forme héréditaire de la polypose). Par conséquent, lorsqu'ils sont trouvés dans les intestins, les médecins recommandent sans équivoque l'ablation chirurgicale. La difficulté de diagnostiquer la maladie réside dans le fait que les polypes donnent des symptômes bénins, bien qu'il soit parfois possible de soupçonner leur présence selon un certain nombre de signes cliniques (ballonnements, constipation, démangeaisons et sensation de corps étranger dans l'anus).

La consistance des formations est molle, quant à la forme, elle peut être variée: sphérique, ramifiée, en forme de champignon. Le plus souvent, des excroissances se forment dans le rectum ou dans la partie inférieure du côlon. Dans l'intestin supérieur, les polypes sont extrêmement rares. Par exemple, seulement dans 0,15% des cas, ils sont détectés dans le duodénum. Leur couleur varie, peut être rouge foncé, gris rougeâtre, avec une teinte jaune. Parfois, du mucus se trouve à la surface des polypes.

Selon les statistiques, la polypose intestinale est une maladie courante. Environ 10% des personnes qui ont franchi la ligne à 40 ans ont des tumeurs bénignes dans leurs intestins. De plus, chez les hommes, ils se forment 1,5 fois plus souvent. Plus la pathologie est détectée rapidement, plus les chances de prévenir sa malignité sont élevées. Souvent, cela aide à faire un test sanguin occulte dans les selles. Lorsque l'opération d'élimination des polypes de l'intestin est effectuée en temps opportun, dans 90% des cas, elle devient la clé de la survie humaine.

Symptômes des polypes dans les intestins

Il est souvent impossible de soupçonner la présence d'un polype pour certains symptômes, ce qui est associé à l'absence de manifestations cliniques spécifiques de la pathologie. Le degré de leur gravité dépend de la taille de la formation, de l'endroit exact où ils se trouvent dans l'intestin et également de la survenue ou non de leur malignité..

Parmi les symptômes possibles des polypes dans l'intestin:

Isolement du mucus et du sang, qui est le plus souvent observé en présence d'adénomes villeux;

Si les polypes sont de taille impressionnante, alors le patient se plaint de douleurs périodiques qui se contractent dans la nature. Ils se produisent dans le bas-ventre. De plus, du mucus et du sang sont observés et une constipation se produit, se traduisant par une obstruction intestinale. Souvent avec de gros polypes, une personne ressent une sensation de corps étranger dans l'anus;

Parallèlement aux polypes, le patient présente souvent d'autres pathologies du tube digestif, qui lui font subir un examen complet, au cours duquel un néoplasme est accidentellement détecté;

Le développement d'un cancer colorectal se produit 5 à 15 ans après la formation d'un polype adénomateux villeux. La malignité survient dans 90% des cas;

Les symptômes évidents des polypes sont des perturbations constantes du péristaltisme. Il peut s'agir à la fois de diarrhée et de constipation. Plus la formation est grande, plus la constipation se produit souvent, à mesure que la lumière intestinale se rétrécit. En conséquence, une obstruction intestinale partielle se forme;

Le patient peut ressentir une sensation de plénitude gastrique, des éructations et des nausées;

Avec l'apparition de douleurs dans l'intestin, le début du processus inflammatoire peut être suspecté;

Une raison urgente de contacter un médecin est l'apparition de saignements de l'anus. Il s'agit d'un symptôme assez grave et peut indiquer un processus malin dans l'intestin;

Si le polype a une longue jambe, il peut faire saillie de l'anus, bien que ce soit assez rare;

L'hypokaliémie est le résultat d'une perturbation de l'intestin due à la présence de gros polypes dans celui-ci avec des processus en forme de doigt. Ils sécrètent une quantité importante de sel et d'eau, stimulant ainsi une diarrhée abondante. Cela entraîne une baisse du taux de potassium dans le sang.

Causes des polypes dans les intestins

La médecine moderne ne dispose pas de données non ambiguës sur l'étiologie de la polypose intestinale.

Cependant, certaines théories suggèrent le mécanisme du développement de la maladie:

Inflammation chronique de la paroi intestinale. Il a été établi que les polypes ne peuvent pas commencer à se former dans les tissus sains. Par conséquent, une telle hypothèse concernant la cause de leur apparition semble la plus évidente. Les processus inflammatoires qui se produisent dans la muqueuse provoquent une régénération plus rapide de l'épithélium, ce qui peut entraîner une croissance incontrôlée. En outre, les scientifiques soulignent la relation entre la formation de polypes intestinaux et des maladies telles que la dysenterie, la colite ulcéreuse, la fièvre typhoïde, l'entérite, la proctosigmoïdite. La base de cette hypothèse est la disparition des récidives de polypose après élimination de ces maladies. De plus, la constipation et la dyskinésie intestinale peuvent provoquer la croissance de polypes. Il s'est avéré que les excroissances polypes se trouvent plus souvent à la place de l'intestin où les selles étaient stagnantes et où il y avait des microtraumatismes;

Problèmes de santé mondiaux dans la majorité de la population associés à la dégradation de l'environnement. Il est assez difficile de ne pas remarquer l’affaiblissement de la santé des gens modernes. Cela est particulièrement vrai pour les enfants. Le nombre de bébés atteints de pathologies congénitales sévères est en constante augmentation. De nombreux enfants souffrent de maladies qui étaient auparavant inhérentes aux personnes âgées seulement. La formation de polypes est également influencée par des facteurs tels que la consommation d'aliments contenant des produits chimiques, l'inactivité physique, le manque d'air frais dans les conditions de vie en ville, l'abus d'alcool, le tabagisme, la violation du régime alimentaire;

Pathologie du système digestif et des vaisseaux sanguins. L'état de la muqueuse intestinale dépend largement des vaisseaux sanguins. Varices et maladies diverticulaires, l'athérosclérose est affectée négativement. La pathologie du système digestif (ulcère gastrique, gastrite, pancréatite, cholécystite et autres) ne peut qu'affecter la santé intestinale;

La génétique. On pense que l'hérédité pesée influence le développement de la maladie. Cela est confirmé par le fait que, même dans le contexte de la santé absolue, des excroissances polypes se trouvent chez certains enfants. Les scientifiques expliquent ce fait avec un programme génétique qui fait fonctionner différemment certaines parties de l'intestin;

Théorie embryonnaire. Les scientifiques émettent l'hypothèse que les zones de l'intestin dans lesquelles se produisent la formation de polypes ont été incorrectement formées au cours du développement intra-utérin. Les symptômes de la maladie commencent à se manifester un peu plus tard en raison de l'influence de facteurs négatifs supplémentaires;

Allergie alimentaire, intolérance au gluten. Si, il y a quelques décennies à peine, un problème comme l'intolérance au gluten était rare, de plus en plus d'enfants souffrent de cette forme d'allergie alimentaire. Lorsque des produits contenant cette protéine pénètrent dans l'organisme, le système immunitaire commence à y réagir violemment. Elle perçoit le gluten comme un agent étranger, ce qui entraîne des dommages à la muqueuse tapissant les intestins. Si vous ignorez une réponse immunitaire inadéquate, une personne est confrontée à de graves problèmes de santé, notamment le cancer de l'intestin et le développement de l'ostéoporose.

En plus du fait qu'il existe des causes communes de développement de polypes dans l'intestin, les facteurs les plus probables de leur formation dans différents services ont été avancés, par exemple:

Les excroissances de polypose rarement formées dans le duodénum résultent le plus souvent d'une gastrite avec une acidité accrue, une cholécystite ou une cholélithiase. L'âge des patients varie de 30 à 60 ans;

Encore moins souvent, des formations sont détectées dans la cavité de l'intestin grêle. Dans le même temps, ils sont associés à des polypes dans d'autres parties de l'intestin et de l'estomac, plus souvent diagnostiqués chez les femmes âgées de 20 à 60 ans. L'apparition de croissances peut être déclenchée par de multiples facteurs, parmi lesquels le processus inflammatoire est à l'origine;

Les formations trouvées dans le côlon sont le plus souvent le résultat d'une hérédité négative..

Quelle est la probabilité qu'un polype dégénère en cancer du côlon?

Environ 75% de toutes les formations polypes trouvées dans l'intestin possèdent la capacité de malignité. Ces excroissances sont appelées adénomateuses. Afin de déterminer le sous-type d'un polype adénomateux, il est nécessaire de l'étudier au microscope. Les polypes peuvent être tubulaires, glanduleux-villeux ou simplement villeux. Le pronostic le plus favorable en termes de malignité est donné par les formations tubulaires. Polypes villeux - les plus dangereux et dégénèrent le plus souvent en cancer.

Le fait que le polype menace la malignité est également affecté par la taille de la formation. Plus il est grand, plus le risque est élevé. Lorsque la croissance en volume dépasse 20 mm, la menace est aggravée de 20%. Étant donné que même les plus petits polypes augmenteront régulièrement, ils doivent être retirés immédiatement après la détection.

Il existe également de telles variétés de polypes qui ne sont pas menacées de malignité - ce sont des hyperplasiques, des inflammatoires et des hamartomes.

Les formations adénomateuses sont les plus dangereuses. Ils ont un potentiel malin élevé..

Les grands polypes dégénèrent de manière maligne avec un plus grand degré de probabilité.

La coloscopie, la sigmoïdoscopie et la sigmoïdoscopie sont des procédures de diagnostic qui sont obligatoires pour le passage régulier des personnes de plus de 50 ans qui ont une hérédité dangereuse. Si des excroissances ne sont pas détectées, la prochaine fois, il est recommandé de se rendre à la clinique dans deux ans;

Après avoir éliminé la formation adénomateuse, une personne est soumise à un examen régulier pour identifier de nouveaux polypes dans l'intestin;

La médecine moderne a des tests spéciaux pour diagnostiquer une prédisposition héréditaire au développement du cancer de l'intestin. Cette technique permet de prévenir en temps opportun la dégénérescence oncologique des polypes.

Diagnostic d'un polype dans l'intestin

Le stade précoce de la maladie ne donne pas de symptômes vifs, de sorte que la plupart des pays développés ont introduit une livraison annuelle obligatoire de matières fécales pour détecter le sang caché. Cette analyse vous permet de détecter même des particules de sang invisibles qui sortent avec des matières fécales lors des selles. Néanmoins, même un résultat de test négatif ne peut pas indiquer qu'il n'y a clairement pas de polype dans l'intestin.

Des techniques telles que l'IRM et la TDM peuvent détecter des excroissances dans certaines parties de l'intestin. Pour les diagnostiquer dans le rectum et le côlon sigmoïde, il est plus approprié de subir une sigmoïdoscopie à l'aide d'un rectoscope. Cet appareil permet de visualiser plus en détail la paroi intestinale. De plus, les proctologues donnent une recommandation pour le passage prophylactique de la sigmoïdoscopie tous les 5 ans. Cela doit être fait par toutes les personnes de plus de 50 ans..

La recherche sur les doigts est un autre moyen de détecter les croissances polypes, les fissures, les tumeurs, les kystes et les hémorroïdes dans le rectum terminal et dans l'anus..

L'irrigoscopie permet de visualiser des formations dépassant une taille de 10 mm. Elle est réalisée en introduisant un produit de contraste dans le gros intestin et en effectuant des images radiologiques.

Cependant, la coloscopie est la méthode la plus moderne et la plus informative pour le diagnostic de polypose. Il permet d'obtenir des informations sur toutes les pathologies de l'intestin, et si un polype est détecté, vous pouvez le biopsier immédiatement. La biopsie résultante est envoyée pour examen histologique et cytologique.

Il est important que le médecin ne prenne pas le polype pour une autre éducation similaire:

Angiome. Il s'agit d'une tumeur qui a plusieurs vaisseaux et se manifeste souvent par des saignements sévères;

Le lipome est une petite tumeur, choisissant souvent la bonne partie du côlon comme emplacement de localisation;

Le myome, qui provoque une obstruction intestinale, est diagnostiqué assez rarement;

Tumeur non épithéliale, qui n'a pas de jambes et atteint en même temps une taille impressionnante;

La maladie de Crohn peut provoquer une pseudopolypose, qui se trouve dans la partie supérieure du gros intestin;

Actinomycose affectant le caecum.

Différencier le type d'enseignement aide principalement l'histologie.

Questions et réponses populaires

Dois-je retirer les polypes de mes intestins? La réponse à cette question est sans ambiguïté positive. Tout polype doit être retiré, sinon son traitement est impossible.

Est-ce que l'estomac fait mal avec des polypes dans les intestins? Des crampes peuvent survenir avec de gros polypes. Dans ce cas, le bas-ventre et la région iliaque sont douloureux. De plus, des douleurs abdominales peuvent apparaître dans le contexte d'une inflammation jointe..

Les polypes intestinaux sont-ils retirés lors de la rectoscopie? Lors de ce test de diagnostic, de petites formations bien situées peuvent être retirées. Dans toutes les autres situations, une intervention chirurgicale est requise..

Traitement des polypes dans les intestins

Une fois le polype différencié avec précision, le médecin décide de la méthode d'élimination. Quant au traitement médical, il n'est pas pratiqué, car il n'est pas en mesure de sauver le patient de la prolifération. Dans certains cas, des médicaments sont indiqués, mais cette mesure est temporaire et vous permet de préparer le patient pour l'opération à venir. Cela est particulièrement vrai pour les patients dont le système immunitaire est affaibli et à un âge avancé..

Pour réduire les ballonnements, des médicaments du groupe des antiflatulants, par exemple la siméthicone, sont prescrits. En présence de douleur intense, il est recommandé de prendre des antispasmodiques, par exemple, No-shp.

Élimination des polypes dans l'intestin

Quelle que soit la taille des formations, chacune d'elles doit être supprimée. Après cette procédure, un examen microscopique est effectué pour la présence de cellules atypiques.

Les moyens les plus populaires pour éliminer les excroissances dans les intestins sont:

Excision du polype transrectal

La procédure est réalisée à l'aide de ciseaux ou d'un scalpel. De cette façon, il est possible de retirer du corps uniquement les polypes situés à proximité de l'anus. Ils ne doivent pas être éloignés de plus de 10 cm du début de l'anus, bien qu'une distance de 6 cm soit considérée comme optimale pour une telle opération.

Une anesthésie locale est administrée au patient. Le plus souvent, Novocain 0,25% est utilisé pour cela. L'anesthésie générale est utilisée extrêmement rarement. Après le début de l'anesthésie, le médecin à l'aide d'un miroir spécial pousse le canal anal et enlève le polype.

Lorsque la formation a une jambe, un clip Billroth est utilisé, avec lequel la jambe est pincée. Le défaut formé sur la muqueuse doit être suturé. Un maximum de 3 nœuds avec une couture catgut est suffisant pour cela. Il ne nécessite pas de retrait et après un mois est complètement absorbé. Si le polype est attaché sur une large base, l'ablation est effectuée en découpant le néoplasme de la zone d'une muqueuse saine à l'aide d'une incision ovale.

Dans le cas où les excroissances sont situées à plus de 6 cm, mais à moins de 10 cm de l'entrée de l'anus, la technologie de fonctionnement est quelque peu modifiée. À l'aide d'un miroir rectal, le canal anal s'ouvre et est ensuite étiré par les doigts jusqu'à ce qu'il soit complètement détendu. Ensuite, un miroir gynécologique plus grand est introduit, vous permettant de détourner la paroi intestinale sans polype. Ensuite, un court miroir est introduit et le patient doit pousser. Cela vous permet de rapprocher la formation et donne au médecin la possibilité de la capturer à l'aide d'une pince Billroth allongée ou d'une pince terminale. Le médecin retire le miroir court, une anesthésie supplémentaire est introduite dans la base du polype, puis il est retiré.

Polypectomie endoscopique

Il est conseillé d'appliquer cette méthode d'élimination du polype si les formations sont situées dans les parties médianes (proximales) de l'intestin. Une telle intervention chirurgicale fait référence à des méthodes chirurgicales mini-invasives qui peuvent être utilisées dans l'état de sommeil médicamenteux du patient. Pendant la procédure, un endoscope est inséré dans l'anus, à l'aide duquel un polype est trouvé. Après sa détection, le néoplasme est retiré à l'aide d'instruments endoscopiques. Ensuite, le médecin s'assure qu'il n'y a pas de saignement et, si nécessaire, effectue une coagulation répétée. Le polype est retiré du corps du patient à l'aide d'un endoscope..

Si l'excroissance est importante, elle ne doit pas être entièrement supprimée, mais en partie. Cette procédure est appelée lumping. Il s'agit d'une technique assez compliquée, au cours de laquelle une explosion de gaz intestinaux peut survenir, ainsi qu'une perforation de la paroi intestinale si la brûlure est trop sévère. Par conséquent, seul un proctologue ou endoscopiste spécialement formé peut effectuer une telle opération. Après avoir retiré un gros polype de plus de 20 mm, le patient doit subir une endoscopie répétée un an plus tard. Une personne n'est pas radiée par un proctologue et tous les 3 ans doit subir cette procédure visant à identifier une éventuelle rechute de la maladie.

Electroexcision

Un rectoscope est inséré dans la cavité rectale. Sur celui-ci, une boucle électrique est réalisée vers le polype. Elle se jette sur un polype, le courant la traverse. La température de la boucle augmente, le tissu épithélial se réchauffe. En conséquence, la tumeur reçoit une brûlure thermique et devient nécrotique. Lorsque la boucle est resserrée, la formation est coupée et ressortie.

Cette méthode présente plusieurs avantages, tout d'abord, elle vous permet de prévenir le développement de saignements, car il y a une coagulation instantanée des vaisseaux sanguins.

Colotomie ou résection intestinale

L'opération est indiquée pour la détection de polypes dans le côlon sigmoïde, ainsi que pour le diagnostic d'entités laineuses à base large. La procédure nécessitera l'introduction d'une anesthésie générale. Ensuite, le médecin effectue une incision dans la région iléale gauche et l'intestin est retiré dans la lumière formée. Le site polype est palpé et ouvert. Au préalable, une pulpe molle restrictive est appliquée sur les zones saines. La tumeur et la partie de la muqueuse sur laquelle elle se trouve sont excisées, puis des points de suture sont placés à cet endroit. L'intestin lui-même est suturé en deux rangées et la paroi abdominale antérieure en couches.

Entérotomie

Intervention chirurgicale visant à éliminer les polypes de petite taille et attachés à la jambe. En fonction de la partie de l'intestin ayant subi une prolifération pathologique, on distingue la duodénotomie (duodénum), l'iléotomie (iléon) et la junotomie (jéjunum). La partie nécessaire de l'intestin grêle est disséquée avec un scalpel ou un couteau électrique, le polype est retiré et le trou résultant est suturé. Le plus souvent, l'opération n'entraîne pas de complications, car la lumière avec une entérotomie standard se rétrécit légèrement.

Résection segmentaire de l'intestin grêle

L'opération est indiquée lorsque de gros polypes se trouvent dans l'intestin grêle ou si leur base est large. Toute la zone dans laquelle la prolifération est localisée est excisée. Les extrémités de l'intestin se rejoignent et une anastomose intestinale se forme. Souvent, une telle intervention devient une cause de troubles digestifs à l'avenir, car le patient souffre de "syndrome de l'intestin court".

Quant au pronostic de récupération, il est favorable si la formation a été détectée aux premiers stades et rapidement éliminée de l'organisme. Plus les polypes sont longs dans l'intestin et plus leur taille et leur quantité sont grandes, plus ils risquent de dégénérer en tumeur maligne. La probabilité de rechute reste assez élevée même après l'ablation complète de la tumeur, elle s'élève à 30%. Par conséquent, il est si important de suivre le patient et de subir un examen régulier.

Régime après élimination des polypes dans l'intestin

La rééducation du patient après l'opération dépend principalement de son alimentation. La récupération comprend plusieurs étapes et doit se dérouler selon certaines règles..

Après l'opération, la première étape du régime commence. Elle dure 3 jours après l'intervention. Le patient n'est pas autorisé à boire ou à consommer de la nourriture dans les 24 premières heures. Lorsque ce temps est écoulé, une personne peut étancher sa soif. Le volume maximal de liquide pris en une seule fois ne doit pas dépasser 50 ml. De plus, le patient pourra boire du bouillon de légumes ou de la compote de fruits à base de fruits non sucrés. Après encore 12 heures, le bouillon de riz, un bouillon de viande faible ou une gelée sont autorisés. Vous pouvez également diversifier le menu strict du patient après la chirurgie avec une décoction de rose musquée. Ces limitations sont dues au fait qu'il est nécessaire d'éliminer la motilité intestinale et de réduire sa fonction excrétrice. La bile et les enzymes digestives produites peuvent nuire à l'état des sutures et des tissus endommagés..

La deuxième étape du régime commence trois jours après l'intervention. Si le patient se sent bien, son régime alimentaire peut être élargi par l'introduction de céréales liquides, de soufflé à la viande (de viande maigre), de soupes muqueuses et d'œufs à la coque. Quant aux céréales, la préférence devrait être donnée au millet, à la farine d'avoine et au riz. Lorsqu'un nouveau produit est introduit, il vaut la peine de surveiller attentivement le bien-être du patient. Si, après l'ingestion de l'un ou l'autre plat, il y a une augmentation de la formation de gaz, ou des sensations douloureuses apparaissent, il est important de refuser un tel aliment. La deuxième étape du régime vise une augmentation séquentielle de la charge sur les intestins opérés. À ce moment, le patient doit normaliser les selles. Vous devez suivre un tel régime jusqu'à la sortie de l'hôpital.

La troisième étape se produit deux semaines après l'opération. Au cours des quatre prochains mois, le patient devra suivre un régime d'épargne.

Le médecin doit familiariser le patient avec les règles de base de la nutrition:

Il est important de respecter le régime. Si les produits entrent dans le corps en même temps, cela permettra aux enzymes de commencer à être produites à l'avance. Dans ce cas, le processus de digestion ne sera pas si difficile pour les intestins en convalescence;

Une nutrition partielle est nécessaire. Cela améliorera la fonction motrice intestinale, réduira la charge sur elle. Le nombre de repas ne doit pas être inférieur à 6, mais de petites portions doivent être consommées;

Il est important de ne pas permettre les processus de fermentation dans l'intestin, car ils peuvent provoquer le développement d'une péritonite. Pour cela, il convient d'abandonner l'inclusion de légumineuses dans l'alimentation. La restriction comprend les noix, les asperges et les champignons;

Pour prévenir la constipation, le patient doit recevoir une quantité suffisante de liquide. Son volume dépend du poids corporel du patient et est en moyenne de 3 litres. Assurez-vous d'inclure les premiers cours au menu;

Plus la nourriture est grasse, plus la bile est sécrétée. Son contenu excessif affecte négativement le processus de régénération des tissus intestinaux;

Il est important de refuser de prendre des aliments trop grossiers qui peuvent blesser les intestins. Les produits doivent être soigneusement cuits ou cuits au four;

Il vaut la peine d'ajouter des produits laitiers, des œufs et de la viande maigre à l'alimentation. Tous contiennent des protéines, ce qui contribue à la restauration rapide des tissus;

Les aliments aigres, épicés et frits sont totalement interdits. Cela est dû à leur capacité à irriter chimiquement les intestins..

Le menu doit être conçu et structuré de manière à répondre pleinement aux besoins de la personne en voie de guérison. Ceci est important à faire malgré les limitations. La motilité intestinale normale est la clé des selles régulières. Cela aide à prévenir la dysbiose et la constipation et, par conséquent, dans une certaine mesure, réduit le risque de reconstitution des polypes.

Auteur de l'article: Volkov Dmitry Sergeevich | cm. chirurgien, phlébologue

Éducation: Université d'État de médecine et de médecine dentaire de Moscou (1996). En 2003, il a reçu un diplôme du Centre de formation et de médecine médicale pour la gestion du président de la Fédération de Russie.