Comment reconnaître les premiers symptômes et signes d'un cancer utérin précoce?

Lipome

Les maladies oncologiques sont aujourd'hui un problème assez urgent. De nombreux cas d'appels de citoyens au centre d'oncologie pour obtenir de l'aide et un diagnostic d'une telle maladie ont été enregistrés..

L'oncologie, malheureusement, peut se propager à tous les organes situés dans le corps humain. Les tumeurs se produisent à divers endroits et peuvent commencer à se développer n'importe où..

Le cancer de l'utérus survient assez souvent chez les femmes aujourd'hui et, selon les statistiques, ce type d'oncologie est l'un des plus courants.

Qu'est-ce que le cancer de l'utérus??

Ce type de tumeur est un néoplasme. Comme vous le savez, les néoplasmes sont malins et bénins.

Une tumeur comme le cancer de l'utérus peut être attribuée au nombre de tumeurs malignes..

La formation d'un tel néoplasme provient tout d'abord de tissus situés dans l'utérus, qui peuvent se propager à toutes les parties du corps.

Le cancer est l'une des maladies les plus courantes et occupe la quatrième place après le cancer du sein, de la peau et du tractus gastro-intestinal..

Statistiques d'incidence

Pour parler de toute maladie oncologique, bien sûr, on ne peut manquer de mentionner des statistiques sur la base desquelles nous pouvons tirer les conclusions appropriées.

Comme mentionné précédemment, le cancer de l'utérus est l'une des dix maladies cancéreuses les plus courantes et se classe au cinquième rang..

Bien sûr, il convient de noter que la survenue de cette maladie, ainsi que la mortalité due à cette pathologie, a considérablement diminué ces dernières années.

Les statistiques montrent que cette pathologie est notée plus souvent dans le développement chez les femmes dont la tranche d'âge est supérieure à 50 ans. Cependant, selon les médecins, les jeunes filles sont également sensibles à cette maladie..

On pensait auparavant que le cancer de l'utérus est l'une des principales causes de décès par tumeur maligne. Les cas de formation d'une telle pathologie ont été réduits à 70%.

Types de cancer utérin

Il existe plusieurs variétés morphologiques de cancer utérin:

  1. Adénocarcinome;
  2. Croissance des cellules squameuses;
  3. Cancer de type squameux glandulaire;
  4. Un adénocarcinome de type cellulaire clair;
  5. Cancer de type séreux;
  6. Cancer mucineux;
  7. Cancer indifférencié.

Causes du cancer de l'utérus

Bien sûr, certaines causes et facteurs qui peuvent aggraver la gravité de cette maladie grave contribuent à la formation d'un cancer de l'utérus..

En tant que tel, la raison exacte pour laquelle le développement et la croissance d'un néoplasme commencent sur l'utérus dans le monde moderne n'a pas été établie et n'a pas été étudiée..

Des études ont clairement montré que les facteurs suivants sont distingués comme facteurs contribuant à la croissance de la formation de cancer:

  • Diabète;
  • fumeur;
  • hypertension;
  • SIDA;
  • infection par le papillomavirus humain;
  • insuffisance menstruelle;
  • maladies sexuellement transmissibles;
  • activité sexuelle à un âge précoce;
  • manque de capacité à avoir des enfants;
  • prendre des contraceptifs;
  • accouchement trop jeune.

L'un des facteurs les plus fondamentaux et peut-être les plus dangereux contribuant à la formation du cancer est l'augmentation du poids corporel..

Un rôle très important dans la survenue d'une tumeur maligne est également joué par certains faits:

  • érosion;
  • processus ulcéreux
  • endométriose utérine
  • cicatrices après l'accouchement;
  • processus inflammatoires.

Méthodes de diagnostic des maladies

Le diagnostic est une étape très cruciale dans tout type de cancer. Il est très important de diagnostiquer la maladie et ce processus doit être organisé correctement.

Les diagnostics incluent:

  1. Examen de routine du médecin.
  2. À l'aide de miroirs gynécologiques, le médecin peut remarquer qu'il y a des changements dans l'apparence.
  3. À l'avenir, le patient doit être envoyé pour une échographie, qui détectera et déterminera la taille et la structure altérée de l'utérus. En outre, l'examen de type échographique détermine la structure et l'épaisseur de l'endomètre.
  4. Souvent, les techniques de curetage et l'analyse histologique du matériel biologique sont utilisées pour déterminer le devenir et la nature de la maladie. Cette procédure est réalisée sous anesthésie générale en milieu hospitalier..

Les symptômes du cancer de l'utérus chez les femmes

Bien sûr, les symptômes jouent un rôle important dans la détermination de cette maladie..

Un symptôme est quelque chose auquel il faut accorder la plus grande attention si le patient sent que quelque chose ne va pas. Il est impératif d'accorder une attention particulière à la santé des femmes de plus de quarante ans.

Malheureusement, le cancer est l'une des maladies dont les symptômes apparaissent aux derniers stades..

Classiquement, les symptômes peuvent être divisés en plusieurs types:

  1. La première étape est les signes et symptômes qui apparaissent avant le début de la ménopause. Supposons qu'une femme soit en période de ménopause. Dans une telle période, le cycle menstruel se perd et se manifeste sous la forme de sécrétions sanguines, qui au fil du temps deviennent de plus en plus petites. Dans une telle période, il convient de porter une attention particulière à l'allocation. Autrement dit, si, auparavant, ils étaient rares, et plus tard encore abondants, c'est le principal signe et symptôme de l'apparition du cancer de l'utérus.
  2. Les signes sont également mis en évidence pendant la ménopause. Dans le cas où la femme a déjà vécu la période climatérique et que le cycle menstruel ne s'est pas manifesté depuis plus de deux mois, tout écoulement de sang et l'ouverture de saignement peuvent devenir des symptômes de cancer.

En fonction de la catégorie d'âge et de la période de ménopause, sous forme de symptômes peuvent survenir:

  • la découverte de saignements;
  • douleur après les rapports sexuels;
  • douleur dans le périnée;
  • douleur dans le bas du dos et le bas de l'abdomen;
  • fatigue et perte de poids soudaine.

Définition du cancer de l'utérus avant la ménopause

Comme indiqué précédemment, il existe des symptômes qui montrent clairement qu'il existe un néoplasme avant le début de la ménopause.

Le plus souvent, dans cette période, les pertes vaginales sont déjà irrégulières et chaque mois, elles apparaissent moins souvent.

C'est durant cette période que les symptômes du cancer de l'utérus peuvent être tous les écoulements avec du sang du vagin.

Manifestation pendant la ménopause

À un moment où une femme a déjà commencé une période de ménopause, à savoir la ménopause, des symptômes peuvent également apparaître, auxquels il convient d'accorder une attention particulière.

En règle générale, une femme n'a pas eu de règles depuis plusieurs mois, les symptômes du cancer peuvent s'écouler avec du sang, quelle que soit leur fréquence d'apparition, la durée et le volume.

Description des stades du cancer de l'utérus et de l'espérance de vie

Il n'y a que quatre stades de cancer utérin:

  1. La première est une tumeur qui n'affecte que le corps de l'utérus. La tumeur est capable de pénétrer dans les stades primaires jusqu'à l'endomètre, le myomètre à la moitié de la profondeur et à plus de la moitié de la profondeur du myomètre.
  2. Le deuxième type est constitué de cellules malignes, qui se trouvent directement dans le col de l'utérus. Ce type de néoplasme peut pénétrer le corps de l'utérus et pénétrer dans les couches profondes du col de l'utérus.
  3. La troisième tumeur est capable de passer au vagin et aux appendices, ainsi qu'aux ganglions lymphatiques. Ce type de tumeur peut donner naissance à la couche séreuse de l'utérus de type externe ou aux appendices adjacents, commencer à se développer dans le vagin, avec des métastases passer dans les ganglions lymphatiques pelviens.
  4. Le quatrième type de cancer de l'utérus avec propagation de métastases se manifeste dans la vessie ou dans la région du rectum et commence également à se propager aux poumons, au foie, aux os et aux ganglions lymphatiques distants.

De plus, les degrés de différenciation de la cellule dans le néoplasme diffèrent.

Distinguer un degré suffisamment élevé d'existence de cellules, ainsi qu'un degré de bas grade. Le fait est que plus la différenciation est exprimée, plus le processus de croissance du néoplasme est lent.

En conséquence, la probabilité de métastases diminue. Si le cancer est de bas grade, le pronostic dans cette situation empire.

Durée de vie du patient:

  • Au stade initial, lorsque le néoplasme vient de se former et commence à être peuplé dans le corps utérin, la probabilité de récupération du patient est d'environ 80 à 90%.
  • Au deuxième stade, le cancer commence à pénétrer au-delà des frontières du corps utérin lui-même et contribue ensuite au col de l'utérus. Dans une telle situation, les organes situés à proximité ne sont pas endommagés. La récupération est notée dans 3 cas sur 4.
  • Dans la troisième étape, lorsque le processus d'oncologie commence à se propager aux appendices et directement à la zone du vagin, environ 40% peuvent sortir de cette situation.
  • Au quatrième stade, lorsque la tumeur se développe en dehors de la région pelvienne, la formation commence à pénétrer dans l'intestin et les tissus vésicaux situés dans l'utérus. Pourcentage de survie pas plus de 15%.
Le développement du cancer de l'utérus par étapes (photo)

Métastase

Les métastases commencent à se développer et, généralement, elles pénètrent dans les vaisseaux lymphatiques et les ganglions.

Rester au stade terminal, l'effet est également sur le système veineux humain.

Initialement, la lésion commence à se développer au niveau des ganglions lymphatiques et de sa structure. En règle générale, cela se produit dans les zones iliaques et hypogastriques.

Il est extrêmement rare que les lésions couvrent d'autres organes.

Les métastases se développent également sur le canal du type cervical et, comme déjà mentionné, au-delà des limites du corps utérin.

Avec la méthode de type hémotogénique, à partir de laquelle les métastases commencent généralement à pénétrer dans la zone directement dans la zone de l'appendice.

De plus, la zone vaginale est affectée et, dans certains cas, les reins et le foie, le tissu osseux.

Taux de maladie

Le taux de croissance et de développement est déterminé principalement par le type d'occurrence histologique. De plus, il est nécessaire de prendre en compte la pathologie, la capacité du corps à se battre, le traitement compétent et la catégorie d'âge du patient, l'humeur psychologique et spirituelle du patient.

En tant que tel, vous ne pourrez pas obtenir une réponse exacte et savoir combien de temps le cancer se développera jusqu'à la fin..

Traitement du cancer de l'utérus

Bien sûr, la base d'un traitement compétent est l'intervention chirurgicale, à savoir la chirurgie.

L'opération implique l'ablation du corps utérin en combinaison avec les ovaires.

Très souvent, les médecins prescrivent une telle méthodologie de traitement même après une intervention chirurgicale, une exposition à la radio.

L'exposition à la radio ou la radiothérapie peuvent réduire le risque de rechute. Cependant, cette méthode de traitement n'affecte pas les taux de récupération..

La chimiothérapie est également utilisée. Cette méthode est très demandée en thérapie oncologique..

De plus, de bons résultats ont été observés avec l'hormonothérapie.

Il est nécessaire de déterminer la méthode de traitement appropriée, en tenant compte de certains facteurs. La prévention est la mesure la plus efficace pour prévenir une maladie comme le cancer de l'utérus.

Méthodes et méthodes de traitement

Comme indiqué précédemment, le traitement est possible complet et complet.

Très souvent, les médecins sont obligés de s'entendre sur la méthode chirurgicale pour retirer la tumeur, sur la radiothérapie, la chimiothérapie et l'hormonothérapie.

Intervention chirurgicale

L'intervention chirurgicale est un traitement anticancéreux courant..

Ce type de traitement implique une opération qui implique l'ablation du corps utérin et des ovaires..

Radiothérapie

L'exposition à la radio est également une méthode populaire pour se débarrasser du cancer. Cependant, cette méthode vous permet de vous débarrasser des rechutes en oncologie uniquement..

Malheureusement, ce type d'exposition n'affecte pas les taux de survie des patients..

Thérapie hormonale

Comme vous le savez déjà, les hormones sont un composant assez puissant qui aide à guérir de nombreuses maladies et peut également prolonger la vie des gens..

Pour un tel traitement, Depostat, Farlugal et autres sont utilisés..

Si les métastases sont actives, le traitement progestatif est inefficace.

Dans cette situation, Zoladek est prescrit.

Très souvent, le traitement hormonal combine la chimiothérapie pour obtenir le meilleur effet..

Chimiothérapie

La chimiothérapie est une technique assez courante qui vous permet de vous débarrasser du cancer dans certains cas..

Très souvent, une telle méthodologie de traitement est utilisée avec la propagation étendue de la croissance tumorale.

De plus, avec la nature autonome du néoplasme, si les métastases sont en position active et que la chimie a commencé à se propager,.

Les conséquences du cancer de l'utérus

Il convient de noter immédiatement que le cancer de l'utérus est la condition pathologique la plus dangereuse. S'il n'y a pas de thérapie en tant que telle, ce qui est nécessaire pendant le traitement du cancer, les conséquences de la croissance de l'éducation sont susceptibles d'entraîner la mort.

Souvent, les oncologues suggèrent de retirer l'utérus avec les appendices, avec une partie du vagin et du col de l'utérus.

Différences dans le cancer utérin des fibromes

Le myome est un processus qui représente une augmentation et une croissance des tissus utérins, qui sont formés ultérieurement par certains facteurs traumatiques..

Les avortements fréquents, le curetage, l'inflammation du système génito-urinaire et bien plus peuvent y contribuer..

Il convient de noter que le cancer de l'utérus et les fibromes n'ont aucun rapport l'un avec l'autre. Ces deux pathologies sont complètement différentes et les fibromes ne peuvent en aucun cas évoluer en cancer.

Il convient également de noter que l'oncologie se forme dans la couche épithéliale, une hyperplasie bénigne se trouve dans la couche musculaire.

C'est pourquoi tout patient devrait consulter un gynécologue pour un examen.

Prévention du cancer de l'utérus

Pour la prévention d'une telle maladie, il est nécessaire d'éviter des diagnostics tels que le diabète, l'obésité et l'infertilité..

En d'autres termes, vous devez contrôler votre poids corporel, traiter les fonctions reproductives, s'il y a un tel besoin, et vous débarrasser du diabète, s'il est.

En médecine moderne, une autre mesure de prévention du cancer du col utérin est la vaccination..

Un vaccin contre le cancer du col de l'utérus est un vaccin qui prévient l'infection par le dangereux virus du papillome humain. L'apparition d'une tumeur maligne est provoquée par environ 15 types de VPH, dont les 16e et 18e types sont les plus oncogènes.

En soi, il ne peut pas provoquer le développement de la maladie ni provoquer son exacerbation, cependant, il forme une immunité stable contre tous les types oncogènes de HPV.

Il convient de noter l'importance d'un tel moyen de prévention, car souvent même l'utilisation des méthodes les plus innovantes de traitement d'une tumeur maligne ne donne pas le résultat souhaité, ce qui conduit à la mort.

Par conséquent, il est préférable de prévenir la maladie par la vaccination pour prévenir l'infection, ce que les médecins recommandent aux filles de 12 ans et plus..

Pronostic de survie du patient

Comme indiqué précédemment, dans quelle mesure le taux de survie dépend principalement du facteur auquel le cancer a été détecté.

Plus tôt il y a une raison et que le patient visite le médecin et est en mesure de diagnostiquer le cancer, plus il y a de chances de vivre longtemps et de vaincre le cancer.

Cela indique tout d'abord que vous devez consulter régulièrement un gynécologue et passer les tests et examens requis..

De plus, les médecins recommandent de surveiller la forme physique, de prêter attention à l'activité physique et de contrôler la glycémie.

Cancer du col utérin de stade 1

Le système reproducteur des femmes est l'une des zones les plus vulnérables du corps. Le col sert de barrière protectrice entre les agents pathogènes et le corps utérin. Sous l'influence de certains facteurs, un néoplasme malin peut se former dans les tissus de l'organe. Le cancer du col utérin est l'une des maladies les plus dangereuses. Pendant longtemps, le processus oncologique est asymptomatique. Le premier signe caractéristique apparaît aux stades 3-4, lorsque la possibilité de récupération est réduite. La maladie touche principalement les femmes après 40 à 45 ans, mais au cours des 5 à 10 dernières années, le cancer est diagnostiqué chez les filles de 20 à 35 ans.

Caractéristiques de la maladie

Le cancer du col utérin est un néoplasme malin formé à partir des génomes de l'épithélium pavimenteux stratifié. Une tumeur peut se former sur la couche superficielle du col de l'utérus ou dans les tissus du canal cervical.

Code CIM-10 pour la pathologie:

  • C53.0 "Cancer du col de l'utérus (partie interne)";
  • C53.1 "Cancer du col de l'utérus (partie externe)".

La zone de connexion de deux fibres tissulaires différentes est considérée comme extrêmement vulnérable pour le développement de l'oncologie. Les formations malignes sont le plus souvent diagnostiquées ici..

On distingue deux types de cancer en fonction du type de cellules impliquées dans la formation de la tumeur:

  • Le carcinome épidermoïde est une tumeur avec présence de génomes squameux. Elle survient le plus souvent - jusqu'à 90% des cas. Il est kératinisé et non kératinisé.
  • L'aspect glandulaire, ou adénocarcinome, est caractérisé par la prédominance d'agents pathogènes de l'épithélium cylindrique. Il est rarement diagnostiqué - jusqu'à 18% du nombre total de cas.

Les formations mixtes sont connues lorsque les deux types d'épithélium sont présents dans la composition. Trois types de pathologie sont distingués en fonction de la différenciation: type hautement différencié, modérément différencié et peu différencié. Le plus dangereux est considéré comme faiblement différencié en raison d'une croissance agressive dans les parties éloignées du corps. La pathologie ne répond pas bien aux procédures médicales, le pronostic du patient est généralement triste.

La cellule squameuse est considérée comme plus favorable, car se développe lentement et répond positivement aux manipulations thérapeutiques.

À risque est une femme en âge de procréer - après 30 ans. Des exemples sont donnés dans la pratique médicale lorsque le cancer a été diagnostiqué chez les filles de moins de 25 ans.

Raisons du développement de la pathologie

Les causes exactes du développement de la maladie ne sont pas encore connues des médecins. Il existe un certain nombre de facteurs, conditions préalables à la formation d'une tumeur maligne. À risque est une personne avec la présence du virus du papillome de type 16 ou 18. Aujourd'hui, les médecins considèrent ce facteur comme la principale cause de formation d'un cancer..

Le virus dans les cellules épithéliales provoque la transformation de génomes normaux, ce qui conduit à la dégénérescence en cellules cancéreuses et à la formation de dysplasie. Après un certain temps, le processus précancéreux dans les tissus du cou se développe en un processus malin. Avec le virus HPV dans le corps, il est recommandé à une femme de subir un dépistage du cancer une fois par an. Cela aidera à identifier la tumeur aux premiers stades de la formation..

Les principales causes de la maladie sont:

  • Contact sexuel sans utilisation de contraception (préservatif).
  • Vie intime précoce - jusqu'à 16 ans.
  • Un grand nombre de partenaires sexuels.
  • La présence de maladies virales.
  • Accouchement fréquent.
  • Avortement plus de 3 fois.
  • Abus d'alcool et tabagisme.
  • Lésion du tissu cervical.
  • Vivre dans une zone défavorisée sur le plan environnemental.
  • Alimentation déséquilibrée - carence en fibres, excès de graisses animales et de glucides.
  • Âge de reproduction.

La maladie survient généralement lorsqu'un certain nombre de facteurs sont combinés en même temps. Vous ne devez pas essayer d'exclure le seul facteur dangereux des mesures préventives - cela n'aidera pas à empêcher le développement de l'oncologie. Une approche intégrée sera nécessaire..

Classification du premier stade du cancer du col utérin

Le cancer du col utérin de stade 1 est divisé en deux sous-étapes principales:

  • type micro-invasif ou stade 1A (T1A);
  • vue macro-invasive ou stade 1B (T1B).

Le cancer micro-invasif du col utérin se forme principalement dans la couche basale de l'épithélium en petites quantités; la tumeur peut être détectée à l'aide d'un équipement puissant à haute résolution. Confirmer le diagnostic préliminaire de l'histologie du matériel biologique obtenu.

Le cancer micro-invasif des stades 1A1 et 1A2 n'est pas détectable visuellement - la taille du néoplasme ne dépasse pas 3 mm. Un néoplasme de grade 1A1 est un stade préclinique du cancer du col de l'utérus, c'est-à-dire la maladie est à la frontière entre la formation d'un stade sévère de dysplasie et un néoplasme visuellement détectable. Les symptômes sont absents à ce stade. Seules des pertes vaginales étrangères sont notées, mais le premier diagnostic montre les pathologies actuelles du système reproducteur - processus inflammatoires, érosion ou dysplasie. L'identification d'une maladie de degré 1A augmente les chances de guérison complète du patient après un traitement.

Le cancer macro-invasif correspond au sous-stade 1B du cancer du col utérin du premier stade. Le stade fait référence à la forme clinique de la pathologie maligne. La taille de la tumeur ne dépasse pas 10 mm et est située dans le cou, mais lors d'une colposcopie avec examen visuel, un sceau suspect est trouvé. Après l'opération d'excision des tissus malades, la femme a une chance de guérir complètement.

On distingue les sous-étapes de la pathologie à 1 degré avec des signes caractéristiques:

  • Une tumeur du premier degré se situe à l'intérieur du cou, sans la dépasser.
  • Le stade 1A ou T1A est un cancer micro-invasif.
  • Le processus de cancer dans la sous-étape 1A1 (T1A1) augmente jusqu'à 3 mm dans le stroma du cou, et sa largeur peut atteindre 7 mm.
  • Le stade 1A2 ou T1A2 est caractérisé par une pénétration profonde dans le stroma jusqu'à 5 mm, mais la taille du néoplasme ne dépasse pas 7 mm.
  • Une tumeur de degré 1B (T1B) est définie comme macroscopique, elle est difficile à déterminer visuellement, mais la profondeur de germination ne correspond pas au stade 1A.
  • Le cancer au stade 1B1 (T1B1) peut être détecté lors d'un examen de routine par un gynécologue, les tailles sont comprises entre 10 et 40 mm.
  • Le joint 1B2 (T1B2) dépasse 40 mm, est considéré comme une tumeur visible.

Signes qui caractérisent le premier stade du cancer du col utérin

Une mortalité élevée par cancer du col utérin est associée à une évolution asymptomatique de la maladie sur une longue période de temps. La maladie se manifeste généralement aux stades 3-4, lorsque le traitement est compliqué par la présence de germes métastatiques. Par conséquent, pour une femme, la détection d'une tumeur au stade 1 garantit une récupération complète.

Le processus précancéreux n'a aucun signe caractéristique permettant de déterminer la maladie. Mais il existe plusieurs symptômes qui aident à détecter les nodules étrangers dans les tissus du cou.

On distingue les symptômes caractéristiques suivants de la pathologie du 1er degré:

  • La maladie de grade 1A est caractérisée par la présence d'un écoulement liquide de la cavité vaginale d'une teinte transparente - ce symptôme est considéré comme le début de la formation d'un cancer invasif. Avec une augmentation de la tumeur et de la germination du stroma, les capillaires lymphatiques sont endommagés, ce qui conduit au développement d'une lymphorrhée.
  • Au stade 1B, la densification cancéreuse continue de propager des cellules anormales profondément dans l'épithélium du cou, qui s'accompagne de pertes vaginales étrangères mélangées à du sang. Parfois, du sang peut apparaître après un contact sexuel.

Un écoulement mineur de l'utérus est considéré comme la norme ou le symptôme d'un processus inflammatoire léger. Des impuretés sanguines peuvent être présentes en présence d'autres maladies - érosion cervicale, polypes ou dysplasie, myome et endométriose. Ces formations pathologiques rendent difficile la détection du cancer du col utérin au stade initial. Seul un médecin hautement qualifié peut déterminer la maladie après une série de procédures de diagnostic ou accidentellement lors de l'examen d'une femme pour une autre maladie gynécologique.

Diagnostic de la maladie

Vous pouvez confirmer le diagnostic à l'aide de différents types de diagnostics. Le cours de la thérapie utilisée dépendra des résultats des tests qui aideront le médecin à évaluer l'état du patient. Une femme soupçonnée de compactage oncologique dans les tissus du canal cervical est envoyée pour un examen approfondi, où les tissus de la zone à problème et le sang sont examinés pour la présence d'un antigène spécifique.

Pour confirmer le diagnostic, des manipulations diagnostiques sont utilisées:

  • Un médecin examine le col de l'utérus à l'aide d'un miroir gynécologique et d'un examen rectovaginal.
  • Prélever un frottis sur le canal cervical pour l'oncocytologie, le test PAP et la présence de cellules malignes.
  • La colposcopie est réalisée en conjonction avec une biopsie de la zone à problème avec curetage de la couche superficielle dans le canal cervical, si nécessaire, curetage de la surface muqueuse dans l'utérus.
  • Une femme est recommandée pour effectuer une biopsie en forme de coin - appliquer une excision électrochirurgicale en utilisant la méthode LEEP ou faire la membrane muqueuse de la zone à problème (les échantillons sont envoyés au laboratoire pour un examen histologique).
  • L'organe malade est étudié par échographie: vérifier la zone pelvienne et la cavité abdominale (prescrite s'il y a un joint de plus de 40 mm).
  • L'imagerie par résonance magnétique et informatique des organes du système génito-urinaire est réalisée à l'aide d'un produit de contraste - cela améliore la qualité des images obtenues, la zone à problème est examinée en couches, ce qui vous permet d'obtenir des informations détaillées sur la tumeur.
  • La tomographie par émission de positrons est nécessaire pour déterminer les germes métastatiques possibles dans le tissu des ganglions lymphatiques et dans d'autres organes..

Le matériel biologique obtenu lors de la biopsie est envoyé au laboratoire pour examen histologique et histoimmunochimique. Les paramètres tumoraux suivants sont déterminés ici:

  • Type de néoplasme malin - adénocarcinome, carcinome épidermoïde, etc..
  • Le paramètre de différenciation de compactage (G) est déterminé.
  • Le degré de germination des cellules atypiques dans le stroma et les autres couches du cou.
  • La présence de cellules atypiques dans les vaisseaux lymphatiques ou sanguins est détectée: lorsqu'elle est marquée sur la fiche de diagnostic, LVSI + indique qu'une tumeur cancéreuse s'est développée dans le tissu vasculaire (considérée comme un pronostic défavorable pour le patient), la valeur LVSI- caractérise l'absence de processus pathologique dans la circulation sanguine (pour une femme signe de bon augure).
  • La présence d'un processus oncologique dans les tissus adjacents du site après la procédure d'excision de la tumeur est détectée.
  • Des paramètres histo-immunochimiques spécifiques sont déterminés..

Le degré de différenciation caractérise la similitude des cellules cancéreuses avec les cellules normales. Plus les cellules anormales sont proches de la structure normale, plus le pronostic est favorable pour le patient. Dans ce cas, le compactage croît lentement, se prête facilement à des manipulations médicales, des métastases sont observées dans des situations isolées.

Le cancer du col de l'utérus détecte 3 degrés de différenciation:

  • G1 - cancer très différencié avec évolution favorable de la maladie: pas de métastases, la prolifération est lente.
  • Le type de tumeur G2 modérément différenciée est une forme de pathologie moins agressive.
  • G3 - une tumeur de bas grade caractérisée par une malignité élevée avec un pronostic défavorable pour une femme.
  • Gx signifie qu'il n'a pas été possible de déterminer le degré de différenciation.

Traitement du cancer du col utérin du 1er degré

Il est possible de déterminer le type de néoplasme oncologique lors de l'examen histologique et de la conisation d'un site suspect. En présence de cellules anormales dans les tissus de la zone opérée, une histologie répétée est réalisée. Parfois, une hystérectomie est prescrite par la méthode de Wertheim - une résection tumorale radicale. Une fois excisé, le corps utérin, l'appareil ligamentaire de l'utérus, les ganglions lymphatiques régionaux sont retirés et captent le brassard vaginal de 20 mm. Après la procédure d'excision, le tissu malade est à nouveau envoyé au laboratoire pour un examen histologique..

Caractéristiques du traitement du cancer du col utérin 1A

Le traitement du cancer micro-invasif du col de l'utérus présente des caractéristiques:

  • Lors de la révélation de la pathologie du LVSI- chez une fille à un jeune âge, il est nécessaire de maintenir la fertilité, une large conisation d'organe.
  • Tumeur LVSI + diagnostiquée à un jeune âge avec la nécessité de maintenir la fertilité - une conisation large du cou avec une lymphadénectomie pelvienne bilatérale et une trachéectomie étendue est prescrite (le cou avec le tissu adjacent et le tiers supérieur du vagin est retiré, une anastomose est appliquée entre le corps utérin et le vagin).
  • Le diagnostic de cancer est LVSI - et il n'y a aucun objectif de maintien de la fertilité - une hystérectomie standard est réalisée avec l'ablation des appendices et du corps utérin.
  • La maladie a été détectée chez une femme à l'âge adulte avec la présence d'autres maladies concomitantes - appliquer une hystérectomie radicale avec ablation du corps utérin avec des appendices.

L'exposition aux radiations est utilisée en conjonction avec la chirurgie ou en monothérapie. Les cours de radiothérapie sont effectués à distance, par la méthode intracavitaire ou combinent les deux méthodes. En cas de diagnostic de cancer micro-invasif du col de l'utérus de degré 1A, les rayons gamma sont souvent utilisés à la place de la chirurgie s'il y a certaines contre-indications ou si la patiente refuse la chirurgie. Les cours de chimiothérapie ne sont généralement pas utilisés à ce stade en raison de la petite taille de la tumeur et de la germination insignifiante dans le stroma de l'organe.

Manipulations thérapeutiques dans la lutte contre le stade 1B du néoplasme

Il n'y a pas de méthodes spécifiques pour le traitement de la pathologie au stade 1B. Le médecin détermine individuellement le déroulement du traitement. Il prend en compte l'âge de la femme, les indications médicales, le bien-être du patient et l'équipement médical de la clinique. La maladie peut être traitée par la chirurgie, l'utilisation conjointe de chimiothérapie et de radiations avec des substances radioactives, et en utilisant les trois méthodes.

L'intervention chirurgicale consiste en l'extirpation radicale du corps utérin selon Meigs - l'utérus est retiré avec les appendices, un tiers du vagin, qui est situé sur le dessus, situé à côté de la fibre, des ganglions lymphatiques et des ligaments utérins cardinaux des parois pelviennes. Les échantillons de tissus atypiques obtenus sont envoyés à un laboratoire pour examen histologique afin de déterminer les procédures postopératoires.

Après la chirurgie, un traitement adjuvant est appliqué, en fonction des résultats histologiques de la progression de la maladie. Les symptômes dangereux après analyse sont:

  • il y a des germes métastatiques dans la région des ganglions lymphatiques;
  • le degré de différenciation est défini comme G3, ce qui complique la position du patient;
  • Diagnostiqué avec LVSI +
  • le néoplasme dépasse la taille de 30 mm;
  • diagnostic de croissance endophytique du compactage atypique - un col de l'utérus en forme de tonneau a été détecté;
  • l'opération a été réalisée avec résection partielle de l'organe malade;
  • les résultats ne reflètent pas l'ensemble de la pathologie.

Si, après histologie, une rechute de la pathologie n'est pas détectée, la femme est simplement sous la surveillance étroite d'un médecin. Le traitement après la chirurgie n'est pas applicable. Si un risque élevé de progression de la pathologie est détecté après une résection radicale, le patient se voit prescrire des cours de radiothérapie avec chimiothérapie. Utilisez habituellement le cisplatine 1 fois en 7 jours pendant toute la période d'exposition aux substances radioactives. La méthode postopératoire dure jusqu'à 6 semaines.

Parfois, un traitement conservateur est utilisé sans chirurgie. Ils utilisent la radiothérapie ou traitent une tumeur avec des médicaments du groupe des cytostatiques. Les indications d'un tel traitement sont des signes:

  • l'intervention chirurgicale ne peut être appliquée pour diverses raisons objectives;
  • le patient a refusé l'opération;
  • le néoplasme est au stade 1В2 - dans ce cas, les indicateurs individuels sont pris en compte.

Si un joint est détecté à plus de 40 mm (correspond au stade 1B2 du canal cervical), des cours de chimiothérapie sont prescrits avant la chirurgie. Cela vous permet d'arrêter la croissance de la formation atypique, ce qui contribuera à réduire la taille de la tumeur. Les cours de thérapie sont sélectionnés individuellement. De nombreux facteurs influencent cela - âge, bien-être, type de pathologie et indications médicales.

Période postopératoire

Après le cours de traitement dans la lutte contre le cancer, la patiente doit être sous surveillance médicale pour le reste de sa vie. 2 ans après le traitement ou la chirurgie, une femme doit subir les procédures suivantes tous les 3 mois:

  • du sang est prélevé pour examiner les cellules d'antigène SCC;
  • examen physique par un gynécologue et un oncologue;
  • faire un frottis pour examen cytologique;
  • examen échographique des organes pelviens, de la cavité abdominale et de l'espace rétropéritonéal.

Dans la période de 3 à 5 ans, des manipulations diagnostiques sont effectuées tous les 6 mois. Après 6 ans de traitement, une femme est diagnostiquée une fois par an. La zone du sternum est examinée à l'aide de rayons X chaque année. Lorsque des symptômes suspects apparaissent, le patient est référé pour une tomodensitométrie et une imagerie par résonance magnétique..

Nutrition pour le cancer du col utérin

Pendant la maladie et après un traitement, la nutrition est importante pour une femme. Une alimentation appropriée et équilibrée aidera à rétablir la carence en oligo-éléments et vitamines nécessaires à la récupération. Il existe une liste de produits nocifs et sains.

Avec le cancer du col utérin du 1er degré, il faut exclure:

  • boissons alcoolisées;
  • limiter la consommation de sel;
  • les aliments salés, marinés et en conserve doivent être retirés de l'alimentation;
  • chocolat et produits à base de cet ingrédient;
  • pâtisseries sucrées à base de farine blanche;
  • les boissons gazeuses sucrées ne doivent pas être consommées;
  • la restauration rapide est strictement interdite à consommer;
  • les saucisses de différentes variétés de viande et autres abats doivent être retirées de l'alimentation;
  • l'apport en graisses animales doit être limité;
  • margarine, le beurre est interdit d'utiliser.

Après l'opération et pendant la maladie, vous devez respecter une bonne nutrition - ne cuire les aliments que pour un couple, cuire ou au four. Les légumes sont mieux mangés crus. Il est nécessaire d'augmenter le volume des légumes verts, des fruits et des baies. Les produits utiles sont:

  • viandes maigres - poulet, dinde, lapin;
  • les poissons devraient également choisir maigre - goberge, saumon kéta, etc.;
  • les produits laitiers fermentés doivent être pris à 1%;
  • la viande peut être remplacée par des légumineuses - elles sont plus faciles à digérer et ne nécessitent pas de gros coûts énergétiques;
  • à partir de boissons autorisées thé vert, décoctions et infusions d'herbes médicinales.

Pendant la période de récupération, il est recommandé de surveiller le poids corporel - régulièrement pesé. Fumer en ce moment n'en vaut pas la peine ou le minimiser. Il est utile de se livrer à des exercices de physiothérapie, d'effectuer indépendamment des exercices physiques légers. Une randonnée en plein air est nécessaire tous les jours..

Prédiction de survie à la maladie

Après une hystérectomie radicale, une femme est assurée d'une récupération complète, il est possible de vivre une longue vie. Si le traitement est effectué avec la préservation des organes du système reproducteur, à l'avenir, une femme peut donner naissance à un enfant par des moyens naturels ou par fécondation in vitro.

Le taux de survie au cancer du col utérin dépend du degré de germination dans le stroma des cellules atypiques. Dans certains cas, un cancer invasif du premier degré peut se développer rapidement, ce qui est dangereux en raison de la propagation agressive aux tissus voisins et de la complication du traitement. Il existe des types de pathologie lorsque la tumeur pénètre dans la circulation sanguine et que le processus malin va au-delà du corps et du cou utérins au premier stade..

L'âge du patient affecte considérablement le développement de la maladie. Au cours d'une longue étude de pathologie, il a été constaté que chez les femmes âgées de 20 à 38 ans, la maladie se caractérise par une propagation agressive au premier stade. Cela est souvent observé au cours du traitement..

Chez les femmes après 40 ans, la maladie se développe pendant longtemps sans symptômes prononcés, il n'est donc possible de détecter une tumeur qu'aux stades 3-4. Le cancer se forme lentement, les métastases surviennent plus tard.

En fonction de la localisation du processus oncologique, les prévisions suivantes sont distinguées:

  • Positive dans le pronostic de survie est la localisation dans la zone vaginale du col de l'utérus. La croissance exophytique caractérise l'évolution favorable de la maladie. Dans ce cas, la tumeur se développe à l'extérieur du vagin, ce qui réduit la germination dans les tissus voisins. Dans cette situation, l'opération d'accise de la zone à problème se déroule sans complications.
  • Un pronostic défavorable est un néoplasme avec une localisation dans l'endocervix et une croissance à l'intérieur de l'utérus. La chirurgie dans cette situation a souvent des conséquences désagréables..

En moyenne, les femmes vivent avec un cancer du col de l'utérus du premier degré jusqu'à 5 ans ou plus. Après des manipulations thérapeutiques, la durée de vie du patient est augmentée. Si au cours des 5 premières années aucun nouveau néoplasme n'a été détecté, la durée de vie est augmentée à 10, 15, 25 ans ou plus. Progressivement, une femme peut retrouver son rythme de vie habituel..

L'effet positif des procédures thérapeutiques dépend du type de pathologie et de la localisation du tissu atypique. Fondamentalement, le cancer du col utérin de stade 1 peut être facilement traité et une guérison complète est possible. La tumeur n'a pas le temps de se développer dans les couches plus profondes de l'organe et de se propager aux tissus voisins, ce qui offre une petite zone d'intervention chirurgicale. Cela permet de minimiser les effets secondaires de la radiothérapie, de la chimiothérapie et de la chirurgie..

Les médecins conseillent aux femmes de subir des examens réguliers par un gynécologue tous les 6 mois. Dès les premiers symptômes suspects, vous devez immédiatement consulter un médecin et subir un examen prolongé. Le cancer du premier stade est considéré comme traitable, donc le traitement à ce stade garantit une guérison complète.

Pronostic du cancer de l'utérus du 1er degré

Le cancer de l'utérus est une maladie assez courante dans laquelle les cellules pathogènes détruisent l'endomètre. La mortalité avec une telle maladie est relativement faible, donc si une maladie est détectée dans les premiers stades, il y a toutes les chances d'une guérison complète.

Les processus malins dans l'épithélium utérin représentent un grand danger pour les femmes âgées de 35 à 50 ans, car c'est durant cette période que la probabilité de tomber malade est la plus élevée. Il existe également un certain nombre de facteurs qui peuvent augmenter la probabilité de cancer. Ceux-ci comprennent: le début de l'activité sexuelle à un âge précoce, la présence de papillomavirus dans le sang d'une femme, de mauvaises habitudes.

L'incidence du cancer de l'utérus a considérablement augmenté ces dernières années. On suppose qu'une augmentation aussi rapide du nombre de patients est associée à la ménopause, qui est devenue plus longue.

Symptômes

Comme mentionné précédemment, dans la première étape, vous pouvez récupérer complètement sans risque de rechute et sans retirer l'utérus. Le seul "écueil" est qu'il n'est pas toujours possible de détecter des signes de développement tumoral, même si certains symptômes devraient inquiéter la fille:

  • Modification des sécrétions muqueuses. Ils deviennent plus abondants et s'accompagnent de douleurs tiraillantes dans le bas-ventre (bien que parfois la douleur puisse indiquer l'approche des menstruations). En raison de la propagation des cellules cancéreuses, les sécrétions se mélangent avec du pus et du sang, acquièrent une odeur piquante spécifique.
  • Douleur La douleur dans le bas de l'abdomen s'aggrave le soir et peut ressembler à une colique rénale.

Les causes

On sait que le cancer du col utérin et de l'utérus est associé à une sécrétion excessive de l'hormone œstrogène. De tels facteurs pourraient provoquer sa production:

  • Grossesse tardive.
  • Infertilité, aménorrhée, insuffisance hormonale.
  • Ménopause tardive.
  • Hypertension artérielle.
  • Obésité.
  • Maladies du système endocrinien.
  • Contrôle des naissances.
  • Cicatrices et érosion dans la cavité utérine.
  • Papillomavirus, infection par le VIH.
  • Maladies chroniques du système génito-urinaire.
  • Cancer du sein relatif, ou présence de cette maladie chez des parents (génétiquement transmis).

Traitement

Le traitement du cancer utérin de stade 1 est très efficace et la récidive tumorale est très rare. Les principales méthodes de traitement utilisées sont:

  • Intervention chirurgicale. La méthode chirurgicale a deux options pour résoudre le problème: l'excision complète de l'utérus ou l'ablation de la muqueuse uniquement (endomètre). Les contre-indications de la procédure sont les maladies vasculaires. Dans ce cas, les médecins peuvent prescrire une radiothérapie. Des complications dues à la toxicité des radiations peuvent parfois survenir..
  • Cryocoagulation. Par exposition à basse température, la formation est gelée, puis complètement éliminée. La méthode n'est efficace que dans la première étape et en l'absence de métastases.
  • Médicaments hormonaux. Un traitement assez efficace pour le cancer de l'utérus au premier stade. L'action des médicaments peut viser à la fois à réduire la sécrétion d'hormones féminines et à supprimer les œstrogènes..
  • Chimiothérapie. Cela implique l'introduction dans le corps de la femme de médicaments qui arrêtent la division des cellules pathogènes. Parmi les inconvénients de la chimiothérapie, on peut distinguer les effets secondaires, car le médicament affecte également les cellules saines..

Prévoir

Au premier stade du cancer, le taux de survie atteint presque 100%. Tout dépend de la profondeur de l'épithélium de la muqueuse et de la propagation de la maladie à d'autres endroits. Si une femme a retiré l'utérus et les appendices (ce qui arrive souvent à ce stade), vous ne pouvez pas vous inquiéter de la récurrence de la tumeur. Parfois, pour l'élimination complète de l'oncologie, un effet complexe sur les zones touchées est nécessaire: ablation chirurgicale avec radiation.

Est-il possible de sauver des organes et de se passer de chirurgie?

La probabilité que l'ablation des ovaires et de l'utérus ne soit pas nécessaire est suffisamment faible. La chirurgie préservant les organes augmente considérablement le risque de rechute. Il existe de rares cas où les cancers sont localisés localement et peuvent être éliminés sans affecter les organes, mais il existe une forte probabilité de malignité à l'avenir..

Malgré ce risque, la chirurgie préservant les organes ne nécessite pas l'utilisation de médicaments hormonaux, ce qui est nécessaire après l'ablation des ovaires. Vous pouvez également essayer de tomber enceinte dans quelques années, bien que cela soit très dangereux pour la mère et le bébé.

L'ablation d'organes a le plus grand effet, car les rechutes n'apparaissent que dans de rares cas..

Prévision de survie à cinq ans

Le premier stade du cancer de l'utérus est divisé en 1A et 1B. Ce dernier est transféré plus difficile, par conséquent, le taux de survie est de 85 à 90%. Pour les patients de stade 1A, lésion carcinomateuse) le pronostic est plus rassurant, puisque le taux de survie atteint 95-98%.

Ceux qui ont un sarcome ne vont pas si bien. Le sarcome fait référence à des tumeurs malignes plus agressives. La survie avec un sarcome atteint 55-60%. Mais le sarcome est assez rare: seulement dans 4-5%.

Grossesse et accouchement dans le cancer

Les statistiques montrent que le pourcentage de femmes enceintes diagnostiquées avec un cancer du col utérin de stade 1 est de 5%. Dans de tels cas, la femme se voit proposer d'interrompre immédiatement la grossesse, car le fœtus ne pourra pas se développer normalement dans de telles conditions et la tumeur utérine ne fera que progresser.

Une exception est la fin de la grossesse. Ensuite, une césarienne est réalisée et l'enfant est placé dans un incubateur.

À propos du cancer de l'utérus chez la femme: symptômes, signes, pronostic de la vie à différents stades

Les maladies oncologiques dans le système reproducteur féminin sont assez courantes, l'une des pathologies les plus courantes de ce type est le cancer de l'utérus, également appelé cancer de l'endomètre ou muqueuse utérine.

Dans cet article, vous en apprendrez plus sur la pathologie, ce qu'elle est, quels sont les premiers signes et symptômes du cancer et si elle peut être guérie..

Le concept de cancer, statistiques

Le cancer du corps utérin est scientifiquement appelé carcinome utérin ou cancer de l'endomètre utérin, ce sont toutes des définitions du même processus tumoral malin qui se développe dans la couche épithéliale interne de l'organe génital féminin.

Selon les statistiques de la Russie, plus de 16 000 femmes apprennent chaque année le cancer de l'utérus, et chaque année ce chiffre ne fait qu'augmenter. Le plus souvent, la maladie affecte le beau sexe après 60 ans, mais 40% des femmes tombent malades avant la ménopause. Au cours des dix dernières années, le pourcentage de filles de moins de 30 ans qui ont subi une oncologie similaire a augmenté.

Parmi les maladies oncologiques féminines, ce type de cancer arrive en deuxième position après le cancer du sein, mais comme il se caractérise par le développement rapide de symptômes, qui oblige la femme à consulter un médecin, dans 90% des cas, la tumeur est diagnostiquée à un stade précoce.

Causes et facteurs de risque

Dans la plupart des maladies oncologiques, il n'est pas possible de déterminer exactement ce qui cause ce processus, il en va de même pour le cancer de l'endomètre. On l'appelle souvent la «maladie de la civilisation», car les principaux facteurs de risque de cancer comprennent des conditions de vie et environnementales défavorables, ainsi qu'une mauvaise nutrition. Il est difficile de nommer les causes exactes du cancer de l'utérus, mais il existe des facteurs en raison desquels son activité peut être déclenchée:

  • apparition tardive de la première menstruation;
  • apparition tardive de la ménopause, après 55 ans;
  • absence prolongée d'ovulation;
  • infertilité due aux pathologies endocriniennes;
  • ovaire polykystique ou tumeur des appendices, soumise à l'influence des niveaux hormonaux;
  • problèmes d'excès de poids;
  • Diabète;
  • hormonothérapie à long terme à base de préparations d'œstrogènes, sans ajout de progestatifs;
  • traitement avec des médicaments anti-œstrogènes (tamoxifène);
  • manque d'intimité ou de grossesse;
  • prédisposition héréditaire.

Le cancer survient également en raison de déséquilibres hormonaux, lipidiques et glucidiques complexes..

Dans 70% des cas, les femmes reçoivent un diagnostic de pathologie hormono-dépendante, dans laquelle, en plus des troubles ovulatoires, il y a l'obésité, le diabète et une augmentation de la production d'œstrogènes dans ce contexte..

Ces hormones améliorent le processus de reproduction cellulaire, leur croissance et la modification de leurs propriétés d'origine. Au fil du temps, l'hyperplasie devient maligne, provoquant une affection précancéreuse et un cancer par la suite. Ce type de cancer est souvent associé à des tumeurs dans les intestins, les ovaires et les glandes mammaires. Ces néoplasmes se développent lentement et sont sensibles aux progestatifs. Le pronostic des tumeurs hormono-dépendantes dans l'utérus est relativement favorable..

La probabilité de ce type de cancer augmente avec les facteurs suivants:

  • infertilité, ménopause tardive, saignement intermenstruel;
  • kystes folliculaires dans les ovaires, técomatose;
  • problèmes d'excès de poids;
  • troubles hormonaux dus à la cirrhose, à l'adénome surrénalien ou à un traitement inapproprié aux œstrogènes.

Chez 30% des patients, une version autonome de la pathologie est diagnostiquée. Le plus souvent, un tel cancer se développe chez les femmes dans la période postménopausique, lorsque les ovaires et l'endomètre s'atrophient complètement. Le taux de croissance de la tumeur ne dépend pas du niveau hormonal, elle se développe rapidement en profondeur dans les tissus et les vaisseaux lymphatiques, a un caractère malin.

Il existe plusieurs étapes de formation d'un néoplasme malin dans l'utérus:

  • pas d'ovulation, les niveaux d'oestrogène augmentent sous l'influence de facteurs provocateurs;
  • des polypes et des processus hyperplasiques dans l'endomètre apparaissent;
  • des troubles précancéreux se produisent, comme une atypie avec des changements hyperplasiques dans l'épithélium;
  • la tumeur pénètre peu dans le myomètre;
  • forme prononcée de pathologie.

Comment classer

Il existe plusieurs critères de classification du cancer de l'endomètre:

  • la taille de la tumeur;
  • selon le degré de pénétration dans les muscles;
  • selon le degré de croissance dans les organes voisins;
  • par la présence d'une lésion des ganglions lymphatiques et la présence de métastases distantes.

Les étapes sont classées selon le système TNM et selon le classifieur de la Fédération Internationale des Obstétriciens et Gynécologues (FIGO).

Si les cellules cancéreuses ne germent pas au-delà de la couche utérine interne, une telle tumeur est appelée pré-invasive et est désignée comme carcinome in situ, Tis. C'est l'étape zéro.

Selon le classificateur FIGO, on distingue 4 stades du cancer de l'utérus:

  1. Le néoplasme se développe exclusivement dans l'utérus:
  • Ia - la tumeur se développe dans la couche utérine interne;
  • Ib - la tumeur affecte jusqu'à la moitié de l'épaisseur du myomètre;
  • Ic - néoplasme pénétré dans la membrane séreuse de l'utérus.
  1. À 2 degrés, une tumeur maligne affecte le col de l'utérus:
  • IIa - les cellules cancéreuses ne se trouvent que dans la couche glandulaire;
  • IIb - la tumeur affecte les couches profondes du cou.
  1. Le stade 3 de la maladie affecte le vagin, les ovaires et les ganglions lymphatiques:
  • IIIa - la couche séreuse externe de l'utérus et des appendices est affectée;
  • IIIb - il y a des cellules cancéreuses dans le vagin;
  • IIIc - avec un cancer de grade 3, des métastases dans les ganglions lymphatiques pelviens ou presque aortiques peuvent survenir.
  1. Cancer de grade 4 avec métastases:
  • IVa - des métastases apparaissent dans l'urée et le rectum;
  • IVb - des métastases apparaissent dans les poumons, le foie, les tissus osseux et les ganglions lymphatiques distants.

Les tumeurs se distinguent également par le degré de maturité cellulaire. Plus leur différenciation est prononcée, plus la croissance du néoplasme est lente et moins il y a de chance de métastases. Si le cancer est peu différencié, le pronostic empire.

Selon la croissance de la tumeur, le cancer peut être exophytique (se développe dans la cavité utérine), endophytique (se développe dans les parois musculaires de l'utérus) ou avoir une structure mixte.

Les tumeurs cancéreuses se distinguent également par leur type morphologique:

  • adénocarcinome;
  • cancer à cellules claires;
  • squameux;
  • squameux glandulaire;
  • séreux;
  • mucineux;
  • indifférencié.

Métastase

Les cellules cancéreuses sont transportées le long des voies lymphatiques, à travers les vaisseaux sanguins et dans la cavité abdominale. Initialement, des métastases dans le cancer de l'utérus peuvent survenir dans les ganglions lymphatiques pelviens les plus proches. À un stade précoce, le néoplasme ne se propage aux ganglions lymphatiques que dans 1% des cas. Si la tumeur se développe dans le myomètre, le cancer se métastase dans 6% des cas. Avec des dommages plus profonds aux tissus des parois utérines et du col de l'utérus, les ganglions lymphatiques répondent aux métastases chez 25% des patients.

À des stades ultérieurs, les cellules cancéreuses pénètrent dans les poumons, les os et le foie par le système circulatoire. Sur le péritoine et l'omentum, des métastases d'implantation peuvent se produire lorsque la tumeur se développe dans la couche utérine externe et affecte les trompes de Fallope.

Diagnostique

Une étude de dépistage spéciale pour détecter le cancer aux premiers stades n'est pas fournie, les experts estiment qu'il suffit de consulter un gynécologue chaque année. Si un cancer de l'endomètre est suspecté, le gynécologue peut prescrire des examens supplémentaires. Le diagnostic de la maladie peut inclure les activités suivantes:

  • tests de détection de marqueurs tumoraux (CA 72-4, CA 125, antigène embryonnaire cancéreux, hCG);
  • examen cytologique, dont le matériel est le contenu de l'utérus obtenu par aspiration. Une seringue spéciale est injectée dans l'utérus, ce qui fait une clôture de son contenu. L'aspirat prélevé est examiné au microscope pour la présence de cellules cancéreuses. La méthode convient aux stades avancés du cancer. Est-il visible aux premiers stades? Pas toujours, par conséquent, un certain nombre d'études supplémentaires sont nécessaires;
  • L'échographie peut non seulement confirmer le diagnostic aux stades avancés, mais aussi déterminer les signes de la tumeur aux stades précoces, lorsque leur taille ne dépasse pas 2 cm.Les résultats de l'échographie sont déchiffrés exclusivement par le médecin traitant. Une attention particulière à l'échographie doit être portée à l'écho M (réflexion de la couche interne de l'utérus, qui diffère selon son épaisseur). Chez une femme en âge de procréer, la valeur de l'écho M ne peut pas dépasser 10-16 mm, pendant la ménopause - 3-4 mm. Tout excès de cette valeur peut indiquer la présence de pathologies endométriales;
  • IRM Ce type de diagnostic est utilisé lorsque la maladie s'est propagée au-delà de l'utérus et s'est développée dans d'autres organes. L'imagerie par résonance magnétique vous permet de reconnaître le cancer en présence de fibromes dans l'utérus, dans ce cas, l'échographie ne sera pas informative;
  • hystéroscopie avec biopsie. La procédure vous permet d'évaluer visuellement l'état de l'endomètre à l'aide d'un appareil optique spécial. Au cours de l'étude, une biopsie est prélevée sur des sites suspects et, à la fin de l'examen, la cavité utérine est guérie, suivie de l'administration du matériel pour l'histologie;
  • l'examen immunohistochimique révèle la sensibilité de la tumeur à l'hormonothérapie. Au cours de l'étude, le nombre de récepteurs d'oestrogène et de progestérone est déterminé par analyse immunochimique.

Comment cela se manifeste

Il est assez difficile de reconnaître la maladie à un stade précoce, car les symptômes du cancer de l'utérus ne sont pas spécifiques. Le stade initial se manifeste également par un trouble menstruel banal, la présence d'infections ou un déséquilibre hormonal avec la ménopause. Les premiers symptômes du cancer de l'endomètre sont l'infertilité, la dysfonction ovarienne et les saignements utérins..

Si le cancer commence à se développer pendant la ménopause, les femmes peuvent souvent avoir des saignements intenses ou ponctuels. Une attention particulière doit être portée à la nature des pertes vaginales, si elles sont trop fines et abondantes ou ont des impuretés pus, vous devez toujours consulter votre médecin. Chez les jeunes filles, la tumeur se manifeste par de lourds saignements mensuels et intermenstruels. Mais le plus souvent, le néoplasme se développe sans aucun signe.

Les signes de la maladie au troisième ou au quatrième stade seront plus prononcés. Le principal symptôme tardif est une douleur dans le bas-ventre, le bas du dos et le coccyx. La douleur provoque une compression des plexus nerveux et la croissance de la tumeur dans la membrane séreuse de l'utérus.

Le dernier stade du cancer peut se manifester par les symptômes suivants:

  • le secret du vagin a des impuretés de pus et une odeur de viande pourrie, la couleur ressemble à des morceaux de viande;
  • si la formation s'étend jusqu'au col, le col se rétrécit ou se ferme et le pus s'accumule dans la cavité corporelle;
  • le néoplasme peut comprimer d'autres organes. Si elle presse le rectum ou le côlon sigmoïde, la constipation se produit, du mucus et du sang apparaissent dans les selles. Si cela affecte l'uretère, des problèmes de miction peuvent survenir;
  • aux stades ultérieurs du cancer, les métastases peuvent affecter les os, tandis que des douleurs et des fractures pathologiques se produisent, avec des dommages au foie, une jaunisse et le patient perd soudainement du poids;
  • les dommages aux organes pelviens s'accompagnent d'une ascite.

Si le cancer de l'endomètre est diagnostiqué chez les femmes ménopausées, une ablation complète de l'organe génital est le plus souvent prescrite..

Quel est le danger

Les cancers sont dangereux pour la santé humaine, quel que soit l'organe dans lequel ils se développent. Le pire résultat du cancer de l'utérus pour une femme est fatal.

Afin de prévenir les complications et la propagation du processus oncologique à d'autres organes, les experts recommandent souvent l'ablation de l'utérus ainsi que des appendices, d'une partie du vagin et du cou. Mais cela ne joue plus un rôle important, car une telle méthode de traitement est principalement prescrite aux femmes qui sont sorties de l'âge de procréer et qui ont déjà des enfants adultes.

Comment traiter le cancer de l'utérus

Le traitement du cancer de l'utérus est effectué de manière globale et peut inclure les mesures suivantes:

  • méthode chirurgicale;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie;
  • hormonothérapie;
  • observation après traitement.

De nombreuses femmes en âge de procréer souhaitent savoir si le cancer est traité sans chirurgie.

C'est vraiment possible, mais seulement à un stade précoce et si la tumeur est sensible aux médicaments hormonaux.

À des stades plus avancés, une opération est effectuée pour retirer l'utérus ainsi que les appendices, et les ganglions lymphatiques et les tissus voisins qui sont affectés par les cellules cancéreuses peuvent également être retirés en cours de route. Le résultat de l'opération dépendra de la santé générale du patient et de la présence de pathologies concomitantes..

Les femmes âgées atteintes de maladies du foie, des reins et du cœur n'ont pas d'utérus retiré, la radiothérapie est utilisée pour lutter contre le cancer et les tissus adjacents à l'utérus sont également exposés aux radiations. Le traitement du cancer de l'endomètre sans enlever l'utérus est également possible avec des médicaments chimiothérapeutiques (doxorubicine, cisplatine), cette stratégie de traitement est choisie lorsque le stade du cancer est avancé et s'il y a des contre-indications à la chirurgie.

Combien vivent avec le cancer de l'utérus

Le pronostic de guérison dépendra du stade de la maladie et de la méthode de traitement choisie par le gynécologue. Ainsi, le taux de survie au cancer de l'utérus du 1er degré est supérieur à 90%, tandis que 80 à 90% des patientes récupèrent complètement.

Le cancer de stade 2 est caractérisé par la pénétration de cellules cancéreuses à l'extérieur du corps de l'utérus, auquel cas 3/4 des patientes se rétablissent après l'opération. Le cancer de stade 3 réduit considérablement l'espérance de vie de 60% des patients, seulement 40% d'entre eux ont une chance de guérison complète. Le stade 4 avec métastases affecte non seulement l'utérus et les ganglions lymphatiques voisins, la tumeur se développe dans l'urée, les intestins et d'autres organes.

Le quatrième stade du cancer de l'endomètre est le plus dangereux, pas plus de 15% des patientes ne pourront vivre longtemps après la chirurgie à ce stade.

En général, la durée de vie d'une femme après le traitement d'un néoplasme dans le corps de l'utérus dépendra du degré de début du traitement, de la santé générale de la patiente et de nombreux autres facteurs connexes.

À quelle vitesse se développe

Le taux de croissance d'un néoplasme dans le corps utérin dépend de son type histologique, de la présence de maladies concomitantes, de la force et de l'intensité de la résistance anticancéreuse du corps, de l'adéquation du traitement, de l'âge de la femme et d'autres facteurs.

Il est impossible de dire la période de temps exacte pendant laquelle le néoplasme oncologique va finalement se développer..

Médecine douce

Le traitement avec des remèdes populaires contre le cancer, quel que soit l'organe dans lequel ils se développent, est inacceptable. Même les plus efficaces, selon les guérisseurs populaires, les recettes ne sont pas en mesure d'éradiquer une tumeur déjà développée. Les remèdes populaires ne peuvent que soulager la condition, mais pas l'éliminer.

Cancer utérin et grossesse

La présence d'une formation maligne dans le corps de l'utérus chez une femme enceinte est presque impossible à détecter. Pendant la grossesse, la tumeur arrête le plus souvent sa croissance, mais elle augmente la probabilité de fausse couche, de décollement du placenta, de mort fœtale et de saignement sévère. Dans de tels cas, l'accouchement d'urgence peut être effectué suivi d'une extirpation utérine..

De nombreuses femmes souhaitent savoir s'il est possible de devenir enceinte après le traitement de tumeurs cancéreuses. Comme le montre la pratique, la plupart des tentatives de concevoir un enfant après un traitement complet avec un bon effet et une thérapie hormonale supplémentaire visant à restaurer la fin de la fonction de reproduction pendant la grossesse.

Mesures préventives

La prévention du cancer de l'endomètre est la suivante:

  • traitement des processus inflammatoires et des infections dans les organes du système reproducteur;
  • la présence d'au moins une grossesse;
  • allaitement prolongé du bébé;
  • activité physique, lutte contre le surpoids.

Qu'en est-il de la nutrition

La nutrition pour le cancer de l'utérus doit être complète et variée..

Glucides raffinés, le sucre doit être exclu de l'alimentation, les aliments contenant des graisses animales doivent être limités. Vous devez également réduire la consommation d'aliments frits et en conserve, d'épices, de chocolat et d'autres produits qui irritent le système digestif. Le régime devrait comprendre de grandes quantités d'aliments laitiers et végétaux..

Le thé vert, les betteraves, les tomates, le curcuma et le soja aideront à faire face à la tumeur. Le contenu de ces produits dans l'alimentation doit être augmenté..

Commentaires

Étant donné que le cancer est une maladie assez courante, sur Internet, des critiques de patients malades sur le traitement de cette pathologie et sur d'autres conséquences. En voici quelques uns:

L'année dernière, on lui a diagnostiqué un cancer de l'endomètre, stade 1c, agressivité 3. L'utérus a été enlevé avec les appendices, un an a passé, l'état de santé général s'est amélioré;

Margarita, 38 ans

Ma mère a reçu un diagnostic d'adénocarcinome de stade 2 en 1991, puis une opération a été immédiatement effectuée, suivie d'une radiothérapie. Maintenant, la mère a 73 ans, en vie, pratiquement en bonne santé, mais ce sont déjà des changements liés à l'âge, mais elle a depuis longtemps oublié le cancer;

Angelina, 56 ans

Quand ils ont découvert le cancer, la ménopause vient de commencer. Tous les organes reproducteurs et une partie du vagin ont été immédiatement retirés. L'irradiation a eu lieu après l'opération, elle a été difficile pendant les six premiers mois, mais après 3 ans, l'état est revenu à la normale. Maintenant, j'essaie de marcher davantage, de prendre une douche de contraste, de bien manger et d'observer le régime alimentaire. J'espère que je n'entendrai plus jamais parler d'oncologie.