7 sites fréquents de carcinome épidermoïde, ainsi que des méthodes de traitement des tumeurs

Carcinome

Le carcinome épidermoïde se développe à partir des kératinocytes (l'une des variétés de cellules épidermiques - épithélium pavimenteux kératinisant squameux). Affecte la peau et les muqueuses.

Classification histologique

Les cellules cancéreuses épidermoïdes peuvent être transformées en cellules épithéliales cornéennes. De plus, la tendance à la kératinisation est différente selon les patients. Distinguer histologiquement les formes kératinisées et non kératinisées du carcinome épidermoïde de la peau.

Le cancer kératinisant squameux peut être très différencié et peu différencié.

Localisation et symptômes de la tumeur

Cancer épidermoïde de la peau

Le plus souvent, selon les statistiques, les personnes à la peau claire et aux cheveux roux tombent malades. En effet, ce type de peau est le moins protégé contre les rayons ultraviolets. Le carcinome épidermoïde se produit dans les zones de la peau qui sont souvent exposées au soleil pendant une longue période..

Le carcinome épidermoïde de la peau peut se développer dans une zone saine de la peau, mais se développe plus souvent au cours de la progression des conditions précancéreuses: atrophie focale et cicatricielle de la peau après des brûlures et des blessures, à la place des verrues génitales, contre un certain nombre de maladies - lupus érythémateux, psoriasis, scrofuloderme, lupus érythémateux xérodermie, atrophie idiopathique de la peau.

Le plus souvent, les zones touchées se trouvent sur la moitié supérieure du tronc et des bras. La mise au point se présente sous la forme d'une tache rouge ou d'une plaque avec desquamation au centre. Les flocons se décollent facilement de la surface avec l'apparence d'humidité. La plaque se développe et s'élève au-dessus du niveau de la peau, avec l'apparition de zones d'hyperkératose et de prolifération, elle acquiert un aspect marbré hétérogène. La maladie de Bowen se transforme souvent en cancer de la peau squameuse.

Il existe un risque plus élevé de développer un carcinome épidermoïde chez les patients atteints d'immunosuppression, chez les porteurs du VPH ou dans toute forme de maladie.

Le carcinome épidermoïde de la peau par la nature de la croissance peut être exophytique et endophytique. Les difficultés pour diagnostiquer une forme exophytique ne se posent généralement pas - la tumeur ressemble à un nœud solitaire (dans certains cas, il peut y avoir plusieurs nœuds), s'élevant au-dessus de la surface de la peau.

Le nodule se développe avec le temps, devient cahoteux, prenant la forme de "chou-fleur". Les vaisseaux sanguins se développent dans le nœud, ce qui lui permet d'acquérir une couleur violet-rouge ou brune. Parfois, la tumeur a l'apparence d'un foyer rouge jaunâtre ou brun rougeâtre avec des plaques d'hyperkératose et des excroissances verruqueuses à la surface. Cette forme est appelée verruqueuse..

La forme de croissance endophytique est caractérisée par des rechutes et des métastases fréquentes. Un nœud formé sur la peau se développe dans la graisse sous-cutanée et s'ulcère. Le bas de l'ulcère est rugueux, recouvert d'un film blanchâtre. Autour du nœud principal, des nœuds plus petits peuvent se former, également ulcéreux, ils augmentent la zone de la peau affectée. La tumeur se développe rapidement dans les tissus sous-jacents et migre de façon hématogène vers d'autres organes (souvent vers les poumons).

Le traitement chirurgical est utilisé pour les petites tailles de tumeurs. Elle est basée sur l'excision d'une tumeur dans des tissus sains. Les traitements chirurgicaux comprennent l'électrocoagulation et le curetage.

Le traitement chirurgical du cancer de la peau nécessite la formation d'une cicatrice esthétique satisfaisante.

La chimiothérapie, la thérapie photodynamique et l'oxygénothérapie induite par laser sont également utilisées pour traiter le cancer de la peau squameuse..

La thérapie photodynamique est également courante; elle nécessite un traitement supplémentaire de la tumeur avec une substance..

Le pronostic d'une maladie du cancer de la peau à cellules squameuses et sa détection rapide sont relativement favorables. Les tumeurs métastasent rarement et font des rechutes. L'endroit le plus dangereux du foyer principal dans la zone du conduit auditif, l'orbite, derrière l'oreille et dans la zone des plis nasogéniens.

Carcinome épidermoïde du sein

Macroscopiquement, ce cancer est un nœud jaune blanchâtre avec des cavités à l'intérieur qui déterminent la taille de la formation.

Les cellules tumorales ont des noyaux aux couleurs vives, de différentes formes et tailles, situés dans des groupes séparés ou aléatoires. Entouré de cellules inflammatoires ou de cellules nécrotiques. Certains d'entre eux peuvent kératiniser.

Carcinome épidermoïde de la cavité buccale

Plus de la moitié des cas de maladies de la cavité buccale sont des cancers de la langue. Puisque la raison principale est l'alcool et le tabagisme, la plupart des hommes atteints de cette forme de cancer sont des hommes. L'hygiène buccale squameuse et les maladies buccodentaires inflammatoires sont un facteur de risque de carcinome épidermoïde..

La muqueuse saine se transforme rarement en cancer.

Aux premiers stades, l'évolution de la maladie est asymptomatique. Avec une augmentation de l'éducation en taille, la déglutition, la mastication peuvent être altérées, les changements de la parole.

La détection d'une tumeur de la langue, de la muqueuse buccale, des lèvres est possible à la fois par le patient lui-même et lors d'un examen préventif par le dentiste, au cours duquel le médecin peut gratter la zone de la muqueuse affectée, examiner et détecter les cellules altérées. La clarification de la nature de la tumeur n'est possible qu'après une étude morphologique.

Le cancer de la lèvre inférieure se développe le plus favorablement, se métastase rarement. Le cancer de la lèvre supérieure a un pronostic plus grave, se métastase souvent aux ganglions lymphatiques régionaux.

Carcinome épidermoïde du larynx

Les autres facteurs de risque de développement sont les suivants: sexe masculin (au cours des dernières années, en raison d'une augmentation du nombre de fumeurs, les hommes et les femmes ont été diagnostiqués avec un cancer du larynx avec environ la même fréquence), 30-60 ans, antécédents de maladie à VPH, immunosuppression (y compris le VIH), professionnel nocivité (contact avec des produits chimiques ou des radiations), mauvaise nutrition (manque de vitamines et de minéraux).

Les conditions précancéreuses sont:

  • avec une fréquence élevée de tumeurs malignes: leucoplasie, papillomatose, pachydermie;
  • avec une faible incidence de tumeurs malignes: fibrome, cicatrice après brûlures ou infections.

Le cancer kératinisant squameux se déroule relativement favorablement, se développe lentement et métastase rarement. En revanche, le cancer du larynx à cellules squameuses non kératinisé se développe rapidement et se métastase tôt..

Le plus souvent, ce cancer se métastase dans les ganglions lymphatiques régionaux et donne rarement des métastases distantes (poumons, foie, os). Une aggravation du pronostic est que le cancer réapparaît souvent même après une opération radicale.

Le cancer est asymptomatique, mais parfois le patient peut se plaindre de changements dans la voix, d'insuffisance respiratoire et de déglutition. La douleur peut survenir avec la carie tumorale.

Carcinome épidermoïde du corps et du col de l'utérus, du vagin

Il a la plus grande part dans la structure morphologique des tumeurs malignes du col de l'utérus. Le premier est un carcinome épidermoïde modérément différencié, le second est très différencié et le troisième est peu différencié.

L'incidence du carcinome épidermoïde du vagin est très faible, ce qui rend difficile l'étude.

Les facteurs de risque de cancer du col utérin et de toute forme morphologique sont:

  • début précoce de l'activité sexuelle (jusqu'à 16 ans);
  • changement fréquent de partenaire sexuel (4 partenaires sexuels ou plus après l'âge de 20 ans et plus d'un partenaire sexuel de moins de 20 ans);
  • violation de l'hygiène personnelle;
  • maladies vénériennes;
  • vaginite chronique;
  • processus dystrophiques liés à l'âge, colite;
  • hypoestrogénisme postménopausique;
  • tabagisme et malnutrition.

Le patient peut se plaindre d'écoulement sanglant ou nauséabond, de douleurs périodiques, de saignements qui ne sont pas liés au cycle..

Les métastases et les rechutes surviennent chez les patients atteints d'une maladie de stade III, chez les patients présentant une forme de croissance endophytique ou avec la formation d'un cratère à l'intérieur du nœud, chez les patients présentant une forme de cancer non kératinisé. Les rechutes et métastases ne se manifestent le plus souvent pas cliniquement, ce qui explique l'importance d'un examen complet et d'un suivi dynamique des patients atteints de cette pathologie.

Le diagnostic est basé sur les données d'un examen physique, d'un examen cytologique des frottis du col et d'une biopsie de toutes les zones suspectes du col; test sanguin général, test sanguin biochimique, détermination du niveau de SCC sérique; urographie excrétoire, cystoscopie, sigmoïdoscopie, échographie des organes pelviens et des ganglions lymphatiques (dans certains cas, il est nécessaire d'élargir la portée de l'étude et de procéder à une échographie des ganglions lymphatiques inguinaux et supraclaviculaires).

Le diagnostic repose uniquement sur l'examen morphologique d'un échantillon de tissu tumoral. Il convient également de noter qu'en cas de lésion utérine, le cancer squameux glandulaire est souvent diagnostiqué. Il se caractérise par un pronostic défavorable, un débit rapide et un degré élevé d'agressivité.

Carcinome épidermoïde du rectum et du canal anal

Le cancer colorectal en général est l'un des problèmes importants de l'oncologie clinique moderne. Les cancers du canal anal se caractérisent par une croissance rapide agressive et des métastases fréquentes.

Parmi toutes les tumeurs du canal anal, le carcinome épidermoïde a une gravité spécifique plus élevée. On le trouve rarement dans les parties sus-jacentes du rectum et du gros intestin..

Normalement, il n'y a pas d'épithélium épidermoïde dans le rectum, tous les cas de carcinome épidermoïde sont associés à une métaplasie (l'apparition de sections d'un certain type d'épithélium où il ne devrait pas être normal).

On pense que la principale cause du développement d'une tumeur anorectale est l'infection humaine par le type oncogène du virus du papillome humain.

La maladie aux premiers stades est également souvent asymptomatique. Lors d'une visite chez le médecin, le patient peut se plaindre de problèmes de selles, à la fois diarrhée fréquente et constipation), écoulement de l'anus, douleur lors des selles. Sentiment d'un corps étranger. Au fur et à mesure que la tumeur se développe et que des métastases apparaissent, des plaintes provenant d'organes et de systèmes voisins peuvent apparaître (les deux sexes ont une violation de la miction, les femmes peuvent avoir des douleurs et des saignements intermenstruels).

Parmi les méthodes supplémentaires utilisées pour clarifier le diagnostic, on peut identifier: l'irrigoscopie, la coloscopie, la sigmoïdoscopie. Mais le plus souvent, de nombreuses données peuvent déjà être obtenues lors de la palpation ou de l'examen.

La recherche sur le traitement de ce type de cancer est très controversée. Selon un certain nombre de données, un rôle majeur est attribué au traitement chirurgical avec l'ablation d'une partie du rectum et des ganglions lymphatiques régionaux. Selon d'autres études, la méthode chirurgicale provoque des rechutes fréquentes et la chimioradiothérapie est considérée comme la plus efficace, ce qui permet une régression de la tumeur aux premiers stades de son développement.

Étant donné que le carcinome épidermoïde du canal anal provoque souvent des rechutes, les médecins sont passés à un type de traitement complet, qui comprend une variété de méthodes.

Cancer du poumon à cellules squameuses

La classification histologique internationale du cancer du poumon divise le cancer du poumon squameux en groupes:

  • papillaire;
  • cellule claire;
  • petite cellule;
  • cellule basale.

Le nœud tumoral a une couleur grisâtre, brun jaunâtre, il peut y avoir des zones de nécrose ou de cavité à l'intérieur du nœud. Séparément, une forme de cancer de la cavité est isolée..

Les cellules cancéreuses du poumon à cellules squameuses peuvent également être différenciées de façon élevée, modérée et faible. Cellules hautement différenciées de formes et de tailles différentes, les noyaux de ces cellules sont également de formes et de tailles différentes. Il existe des ponts intercellulaires et des sites de kératinisation.

Le cancer modérément différencié a des cellules polygonales, le noyau est coloré avec des colorants d'aniline brillamment, le nucléole est clairement visible. Les cellules ne forment pas de matière cornée, seulement dans certains d'entre eux des ponts kératiniques et intercellulaires peuvent être trouvés.

Le cancer de bas grade ne peut être diagnostiqué que si des cellules qui forment de la kératine ou des ponts intracellulaires se trouvent dans le médicament à l'étude. Les cellules ont une forme ovale, un noyau brillant, dont l'appartenance à un certain type de cancer est difficile à différencier..

Une forme de carcinome épidermoïde du poumon est le carcinome à cellules fusiformes, dont les cellules ont une forme désignée. Les cellules en forme de fuseau peuvent alterner avec des cellules de tout type décrit ci-dessus, puis un tel cancer se mélange.

Un patient au rendez-vous chez le médecin peut se plaindre d'essoufflement pendant l'effort physique ou au repos, d'enrouement de la voix, d'une toux prolongée avec du mucus (le mucus peut être strié de sang), une pneumonie et une bronchite fréquentes sont caractéristiques. Les premières cloches peuvent être des symptômes caractéristiques de tout type de cancer: faiblesse déraisonnable, fièvre constante, perte de poids soudaine (si les mesures appropriées n'ont pas été prises).

Clarifier le diagnostic après une radiographie pulmonaire, une bronchoscopie avec une biopsie d'un morceau d'une zone suspecte de l'épithélium de la trachée et des bronches.

Dans les premiers stades, une opération radicale est effectuée, ce qui peut conduire à une guérison complète. La chimiothérapie et la radiothérapie sont également possibles..

Traitement du carcinome épidermoïde

Comme déjà mentionné ci-dessus, le traitement du carcinome épidermoïde de toute localisation ne se résume pas au choix d'un groupe spécifique de méthodes, mais est effectué dans un complexe: traitement chirurgical et thérapeutique.

Le traitement chirurgical consiste à retirer l'organe, une partie de l'organe et les ganglions lymphatiques régionaux. Mais il convient de rappeler que le volume de l'intervention chirurgicale dépend du stade de la maladie et de la possibilité d'une thérapie conservatrice (préopératoire et postopératoire).

Le traitement symptomatique joue un rôle important dans le traitement du carcinome épidermoïde aux stades avancés (III-IV). Il consiste dans le soutien psychologique du patient et des proches, l'élimination de la douleur, l'élimination du syndrome hémorragique (saignement). Cela comprend également une nutrition nutritive, équilibrée en protéines, lipides, glucides, riche en vitamines et en ions nécessaires à l'organisme. De plus, la thérapie symptomatique comprend la lutte contre l'infection et le maintien de la fonction de tous les systèmes corporels..

résultats

Le carcinome épidermoïde est une tumeur maligne de la peau et des muqueuses provenant des kératinocytes. Les cellules tumorales sont capables de former de la matière cornée. Le cancer le plus malin non kératinisant et faiblement différencié, le moins - kératinisant, hautement différencié.

Les facteurs de risque de carcinome épidermoïde dans la plupart des cas sont le tabagisme ou la consommation d'alcool, l'exposition à des agents cancérigènes (en tant que risques professionnels), l'exposition aux rayonnements et à la lumière du soleil. Un rôle important est joué par les affections précancéreuses (maladie de Bowen), les maladies auto-immunes (lupus érythémateux, par exemple) et les infections virales (virus du papillome humain de type oncogène).

Les principales méthodes de traitement du carcinome épidermoïde à différents endroits sont légèrement différentes, mais sont toujours utilisées en combinaison les unes avec les autres. Le pronostic et l'évolution de la maladie dépendent de l'emplacement, du stade et des caractéristiques morphologiques de la tumeur.

Cancer de la peau épidermoïde: pronostic vital, méthodes de traitement, formes et types de maladies

Le cancer de la peau épidermoïde est un groupe de néoplasmes malins qui se développent à partir des kératinocytes de la couche épineuse de l'épiderme cutané et sont capables de produire de la kératine.

Le pronostic de la vie dans le carcinome épidermoïde de la peau est caractérisé par les statistiques suivantes: au cours des 5 premières années, 90% des personnes survivent, dont la taille de l'éducation est inférieure à 1,5-2 cm, et si ces tailles sont dépassées et que le néoplasme se développe dans les tissus sous-jacents, seulement 50% des patients.

Qu'est-ce que le cancer de la peau squameux?

Ce type de cancer, comme le carcinome épidermoïde de la peau, peut apparaître dans n'importe quelle partie de celui-ci. Une caractéristique distinctive de tous les types de cette pathologie est la vitesse de développement..

La base de la formation d'un carcinome épidermoïde de la peau est une couche épineuse, y compris des cellules de kératonocytes. En règle générale, un néoplasme malin affecte les zones non protégées, qui sont plus sujettes aux rayons ultraviolets. Le plus souvent, la lésion est localisée sur la lèvre inférieure..

Le néoplasme malin se caractérise par une évolution agressive, dans laquelle il y a une infiltration active des couches inférieures de la peau et la propagation de métastases.

Dans une plus large mesure, la pathologie affecte les personnes à la peau claire. Habituellement, la pathologie se manifeste chez les personnes âgées à l'âge de 60 à 65 ans. L'apparition de la maladie chez les enfants est de nature génétique.

Cancer du poumon chez les femmes enceintes

La survenue d'un cancer du poumon à cellules squameuses chez la femme enceinte est souvent associée au tabagisme, passif ou actif, moins souvent la survenue d'un cancer du poumon peut être déclenchée par d'autres facteurs..

Souvent, des signes spécifiques peuvent être absents pendant longtemps et n'apparaître que lorsque le carcinome commence à se propager localement dans l'organe et les structures voisines.

Avec le développement d'un cancer du poumon à cellules squameuses chez une femme enceinte, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • veines saphènes prononcées sur la poitrine;
  • gonflement du visage et du cou;
  • troubles dysphagiques;
  • dyspnée;
  • arythmie.

Lors du diagnostic du cancer au cours du premier trimestre de la grossesse, l'avortement est recommandé pour réduire la menace pour la santé de la mère et du fœtus, puis effectuer un traitement complet de la maladie. Aux stades ultérieurs de la grossesse, le traitement dépend de la décision de la femme enceinte - si elle décide d'accoucher, et le développement de la pathologie ne permet pas de retarder le traitement jusqu'à une date ultérieure, une intervention chirurgicale est effectuée. La radiothérapie et la chimiothérapie sont exclues, ce qui réduit considérablement l'efficacité de la chirurgie. Les tactiques attendues peuvent parfois être utilisées..

Le pronostic de la maladie chez la femme enceinte est individuel dans chaque cas.

Classification

La pathologie a ses propres variétés. Lors du classement, différents facteurs sont pris en compte.

Parmi eux, les suivants:

  • taille du néoplasme;
  • Taux de croissance;
  • différenciation cellulaire;
  • taux de kératinisation.

Les critères ci-dessus sont importants dans le traitement. Grâce à ces indicateurs, il est possible de prédire le succès du traitement, d'éviter les rechutes, d'améliorer la qualité de vie des patients.

Le cancer des cellules squameuses est faible et très différencié, kératinisant et non. Vous trouverez également dans la littérature médicale une description des quatre stades de la maladie.

Dans le sens de la croissance, le cancer est divisé en formes endovitiques et exophytiques. Dans le premier cas, les cellules cancéreuses se propagent profondément dans la peau et dans le second cas, sa couche externe est affectée..

La classification de la tumeur en fonction du degré d'approfondissement ou d'envahissement est importante. Il est d'usage de faire la distinction entre la forme pré-invasive et la forme invasive.

Cancer in situ

Cette espèce pré-invasive se distingue par l'absence d'un processus d'approfondissement dans le tissu. Les cellules sont atypiques. La tumeur des spécialistes fait référence au cancer au stade zéro.

Le carcinome in situ est précédé de divers types de kératoses. Si vous n'effectuez pas de traitement de conditions précancéreuses, elles dégénèrent en un néoplasme malin.

Érythroplasie de Keir

Cette forme pré-invasive est une plaque localisée sur les organes génitaux. Les limites de l'éducation sur le cancer sont claires. La pathologie est caractérisée par un développement lent..

Les statistiques montrent que cette forme de cancer est généralement diagnostiquée chez les hommes qui n'ont pas de circoncision du prépuce du pénis. Au fil du temps, le processus pathologique devient invasif avec des métastases.

Maladie de Bowen

Cette condition pré-invasive est caractérisée par l'apparition de plaques sur le corps, qui se caractérisent par une croissance lente. Leur surface est croustillante et écaillée. Les facteurs provoquant le développement de la pathologie comprennent le traitement à long terme avec des médicaments contenant de l'arsenic.

Forme invasive

Une telle pathologie se développe sur les zones ouvertes de la peau et des lèvres. Dans 70% des cas, il s'agit d'un cancer du visage. La muqueuse génitale et l'anus peuvent également être affectés..

Souvent, le déclencheur du développement de la maladie est la présence d'une forme pré-invasive, une cicatrice d'une brûlure, un ulcère trophique et une pigmentation altérée de la peau. Le néoplasme malin est plus souvent diagnostiqué chez les personnes à la peau claire..

La forme invasive est caractérisée par des métastases. Dans ce cas, le cancer est généralement subdivisé en différenciation élevée et faible. Dans la première forme, une kératinisation est notée et dans la deuxième forme, un carcinome se développe..

Kératinisation

Le cancer de la peau squameux kératinisé est caractérisé par un seul néoplasme nodulaire ou plaque sur le visage ou le corps. La structure morphologique de la papule est caractérisée par une densité et des couches cornées. Les bords sont allongés. La tumeur peut être ronde ou polygonale rose, jaune ou rouge..

Carcinome

Le carcinome est une tumeur, qui est généralement située dans le visage, les oreilles et les taches chauves chez l'homme. Chez la femme, elle se développe dans le bas de la jambe.

Sur ce sujet

Pronostic du carcinome basocellulaire cutané

  • Natalya Gennadyevna Butsyk
  • 10 décembre 2020.

Lors d'un examen physique, les symptômes d'insolation sont généralement détectés:

  • peau sèche;
  • la présence de taches de rousseur;
  • expansion capillaire;
  • pigmentation.

En présence de métastases lors de la palpation, une augmentation des ganglions lymphatiques voisins est déterminée. Il n'y a pas de sensations douloureuses. Si un cancer s'est formé dans la région des ulcères trophiques ou des cicatrices, il devient alors plus difficile de diagnostiquer la maladie.

Basalioma

Cette forme de cancer est un petit nodule qui distingue la douceur de la surface et la "ceinture perlée". Dans certains cas, un néoplasme brun se développe sous la forme d'une plaque plate dont les bords sont élevés.Les tumeurs ne sont pas inhérentes aux métastases, elles se développent lentement. S'il n'est pas traité, endommage la peau et les tissus voisins..

Carcinome squameux

Le carcinome épidermoïde est un néoplasme malin. Ce type se caractérise par un degré élevé de propagation des métastases..

En règle générale, la tumeur est localisée dans le visage, les oreilles, la lèvre inférieure et le haut des bras. A la palpation, une dureté est notée. L'éducation peut être couverte d'ulcères et de croûtes. Il diffère par une croissance plus rapide que le carcinome basocellulaire..

Forme non cornifiée de bas grade

Ce type suppose la présence de papules ou de nœuds. La peau est couverte d'une éruption cutanée, dont les granules rouges sont facilement blessés et poussent.

La morphologie des papules est charnue. Visuellement, ils ressemblent à des ulcères avec des bords mous et une nécrose au fond. Les granulés sont souvent en croûte. Une telle tumeur cancéreuse est généralement localisée dans la région génitale. C'est très rare au visage et au tronc..

La pathologie est provoquée par l'érythroplasie de Keir ou la maladie de Bowen. Lors d'un examen médical, la douceur de la formation oncologique est notée. Il se distingue par sa forme irrégulière.

Les métastases se propagent aux ganglions lymphatiques voisins. L'examen du patient révèle un faible taux de différenciation des cellules cutanées et l'absence de kératinisation.

Image morphologique

Selon la direction et la nature de la croissance, les types de carcinome épidermoïde suivants sont distingués:

  1. Exophytique, poussant en surface.
  2. Endophyte, caractérisée par une croissance infiltrante (se développe dans les tissus plus profonds). C'est un danger en termes de métastases rapides, de destruction du tissu osseux et des vaisseaux sanguins, de saignement.
  3. Mixte - une combinaison d'ulcération avec une croissance tumorale profondément dans les tissus.

La micropréparation examinée au microscope se caractérise par une image commune à toutes les formes de cette maladie. Il consiste en la présence de cellules similaires aux cellules de la couche spiculaire, qui poussent profondément dans les couches dermiques. Les caractéristiques sont la prolifération des noyaux cellulaires, leur polymorphisme et une coloration excessive, l'absence de connexions (ponts) entre les cellules, une augmentation du nombre de mitoses (division), la gravité des processus de kératinisation dans les cellules individuelles, la présence de brins cancéreux impliquant des cellules de la couche d'épiderme en forme de colonne vertébrale et la formation de ce qu'on appelle, "Perles en corne." Ces derniers sont des foyers arrondis d'excès de kératose avec présence simultanée de signes de kératinisation incomplète au centre des foyers.

Conformément à l'image histologique distinguer:

  • cancer squameux de la peau kératinisant (hautement différencié);
  • forme indifférenciée ou cancer non kératinisé.

L'arrangement aléatoire de groupes de cellules épithéliales pavimenteuses atypiques avec leur croissance en couches plus profondes du derme et du tissu sous-cutané est commun aux deux formes. La gravité de l'atypie dans différentes cellules peut être différente. Elle se manifeste par un changement dans la forme et la taille des noyaux et des cellules elles-mêmes, le rapport des volumes du cytoplasme et du noyau, la présence d'une division pathologique, un double ensemble de chromosomes, de nombreux noyaux.

Carcinome épidermoïde hautement différencié

Il se caractérise par l'évolution la plus bénigne, une croissance lente et une propagation progressive vers les tissus profonds. Les signes de kératinisation sont déterminés à la fois en surface et en vrac.

La tumeur kératinisante peut prendre la forme de formations multiples, mais, en règle générale, elle est unique, solide, jaunâtre ou rouge. Sa forme est ronde, polygonale ou ovale, avec parfois une dépression au centre. Lors d'une inspection visuelle, le néoplasme peut ressembler à une plaque, un nœud ou une papule, dont la surface est recouverte d'écailles dures et denses de l'épithélium cornéen. Dans la partie centrale, un ulcère ou une érosion est souvent déterminé avec des bords kératinisés denses s'élevant au-dessus de la surface de la peau. La surface érosive ou ulcéreuse est recouverte d'une croûte. Lorsqu'une pression est appliquée sur une tumeur à partir de ses parties centrales ou latérales, les masses cornées se séparent parfois.

Cancer de la peau squameux non kératinisé

Il a un caractère plus malin bien sûr, par rapport à la forme précédente, se manifeste par une croissance infiltrante rapide dans les couches profondes du derme, des métastases plus rapides et plus fréquentes aux ganglions lymphatiques régionaux.

Avec cette forme, l'atypisme cellulaire et de nombreuses mitoses de nature pathologique avec une légère réaction des éléments structuraux du stroma sont prononcés. La kératinisation est généralement absente. Dans les cellules, les noyaux en décomposition ou hyperchromiques (trop colorés) sont déterminés. De plus, avec une forme de cancer indifférenciée, les couches de cellules épithéliales qui ressemblent à des nids sont séparées de la couche épidermique, la kératinisation est absente ou légèrement exprimée.

Les principaux éléments de la tumeur sont représentés par la granulation de formations molles "charnues" du type papules ou nœuds avec des éléments de prolifération (végétation). La localisation la plus fréquente est les organes génitaux externes, beaucoup moins souvent - le visage ou diverses parties du corps.

Le néoplasme peut être unique ou multiple, a une forme irrégulière et acquiert parfois une ressemblance avec le chou-fleur. Il se transforme rapidement en saignement facile avec peu d'érosion par contact ou en ulcère à fond nécrotique recouvert d'une croûte brun rougeâtre. Les bords de l'ulcère sont mous, dépassent la surface de la peau.

Causes de pathologie

La principale raison du développement de la forme squameuse du cancer, les experts considèrent un fond génétique défavorable. Mais la maladie peut être à la fois héréditaire et acquise. Il existe un certain nombre de facteurs provoquant l'apparition d'une tumeur..

Ceux-ci inclus:

  • âge avancé;
  • teint clair;
  • manque d'utilisation des écrans solaires;
  • travailler dans une production industrielle dangereuse;
  • maladies de la peau;
  • diminution des défenses corporelles.

Un certain nombre de maladies précédant l'apparition du cancer sont également notées. Sans traitement approprié, ils sont capables de dégénérer en néoplasme malin. Parmi eux, il convient de noter les dermatoses, les lésions pustuleuses de la peau, les plaies.

Diagnostic du carcinome épidermoïde du poumon

Aux fins du traitement, un diagnostic complet est effectué, qui comprend:

  • prise d'histoire;
  • examen physique du patient lorsque le médecin tape et écoute les poumons;
  • Rayons X ou tomographie, qui aident à déterminer l'emplacement de la tumeur, sa taille et le degré de prévalence des métastases;
  • bronchoscopie;
  • fluorographie;
  • biopsie et analyse des marqueurs tumoraux, donnant une image complète de la maladie. Ils aident à établir le degré d'implication dans le processus de l'organisme entier..

Symptômes

Les étapes initiales du processus malin, en règle générale, ne préoccupent pas le patient. Progressivement, le néoplasme prend une forme asymétrique. Il se caractérise par une tubérosité et une augmentation de diamètre.

Les symptômes suivants sont notés:

  • douleur de la zone affectée par la tumeur;
  • une augmentation du volume des ganglions lymphatiques;
  • la présence d'un œdème;
  • démangeaisons et brûlures de la peau;
  • manque de sensibilité de la zone affectée;
  • douleur dans la zone de formation de la croissance;
  • relâchement ou ramollissement de la tumeur;
  • sensation constante de fatigue;
  • hyperémie de la peau près de la zone touchée;
  • manque d'appétit;
  • excrétion sanguine.

Il convient de noter un signe frappant de carcinome. En présence de ce type de tumeur, une odeur désagréable naît d'un cancer.

Traitement traditionnel

Les guérisseurs traditionnels proposent de nombreuses recettes pour le traitement du cancer, y compris le carcinome verruqueux.

Cependant, le recours à ces méthodes de traitement n'est possible qu'après consultation avec l'oncologue traitant. Vous ne devez en aucun cas refuser de traiter le carcinome avec un médicament officiel en faveur d'un traitement à base de plantes.

Un bon effet est l'utilisation de teintures de la racine de la chélidoine. La racine de la plante doit être déterrée, bien lavée et séchée. Broyer de n'importe quelle manière (dans un mélangeur, sur une râpe, etc.) et presser le jus à travers une étamine. Versez le jus dans un bocal en verre foncé, versez la même vodka dans le même volume que le jus. Fermez le pot et réfrigérez pendant 20 jours. Prendre 4 fois par jour, en remuant une cuillère à café de teinture dans un demi verre d'eau. Après 15 jours d'administration, la dose est augmentée à une cuillère à soupe.

Extérieurement, avec le carcinome verruqueux, il est recommandé d'utiliser l'extrait d'herbe de pruche. Cinq grammes d'extrait sont dilués dans un verre d'eau de chaux, utilisés pour une application sur les formations dans le carcinome.

Diagnostique

En présence des symptômes ci-dessus, vous devez immédiatement contacter un spécialiste. Un oncologue effectuera une étude appropriée de la zone altérée de la peau et collectera une anamnèse. Le patient devra subir un ensemble d'examens.

Inspection initiale

Elle est réalisée à l'aide d'un appareil optique spécial d'un dermatoscope, qui vous permet d'obtenir une image agrandie de la zone affectée de la peau. Le spécialiste analyse l'état de toutes les couches de l'épiderme, étudie la structure des cellules.

Cette méthode permet d'identifier une tumeur, d'évaluer le degré de différenciation des cellules et d'indiquer la profondeur des dommages aux couches cutanées.

Siascopy

La syoscopie est une méthode progressive pour l'étude des néoplasmes sur la peau. Elle est réalisée par siaskaner. Une image tridimensionnelle d'une tumeur est observée par un spécialiste sur un écran de contrôle.

La syoscopie permet d'examiner la zone affectée de la peau sans cribler de tissu pour une étude plus approfondie en laboratoire

Méthodes de diagnostic supplémentaires

L'examen histologique des particules de néoplasme permet de caractériser la structure du spinaliome. Le diagnostic à l'aide d'outils est utilisé par les oncologues pour détecter les lésions cancéreuses secondaires et étudier les ganglions lymphatiques. En règle générale, l'IRM, la TDM et la radiographie sont utilisées..

résultats

Le carcinome épidermoïde est une tumeur maligne de la peau et des muqueuses provenant des kératinocytes. Les cellules tumorales sont capables de former de la matière cornée. Le cancer le plus malin non kératinisant et faiblement différencié, le moins - kératinisant, hautement différencié.

Les facteurs de risque de carcinome épidermoïde dans la plupart des cas sont le tabagisme ou la consommation d'alcool, l'exposition à des agents cancérigènes (en tant que risques professionnels), l'exposition aux rayonnements et à la lumière du soleil. Un rôle important est joué par les affections précancéreuses (maladie de Bowen), les maladies auto-immunes (lupus érythémateux, par exemple) et les infections virales (virus du papillome humain de type oncogène).

Les principales méthodes de traitement du carcinome épidermoïde à différents endroits sont légèrement différentes, mais sont toujours utilisées en combinaison les unes avec les autres. Le pronostic et l'évolution de la maladie dépendent de l'emplacement, du stade et des caractéristiques morphologiques de la tumeur.

Nous avons fait beaucoup d'efforts pour que vous puissiez lire cet article, et nous serons ravis de vos retours sous forme d'évaluation. L'auteur sera ravi de voir que ce matériel vous a intéressé. remercier!

Traitement

L'utilisation d'une méthode thérapeutique en présence d'un carcinome épidermoïde de la peau dépend du stade du processus pathologique. En utilisant une méthode spécifique de traitement d'une tumeur, l'oncologue prend en compte le type de lésion cancéreuse.

Les experts ne donnent un pronostic positif que si le patient a une forme initiale de la maladie. Si la zone du processus pathologique est grande et que les métastases sont diagnostiquées, le pronostic est mauvais. Dans ce cas, l'état général du corps du patient et son âge jouent un rôle important..

Classification des types de carcinome épidermoïde du col de l'utérus

Selon la forme et l'orientation de la pathologie, les types de carcinome épidermoïde suivants avec des signes caractéristiques sont distingués:

  1. Forme de plaque. Il peut être caractérisé par l'apparition de tubercules sur la peau d'une couleur rouge foncé, qui saignent souvent à la palpation.
  2. Forme nodale. Le néoplasme est localisé à la surface du derme, ressemble extérieurement à une capsule, serré à la palpation.
  3. Forme ulcérative. Ce sont les soi-disant "cratères" avec des bords surélevés, qui ont une structure lâche, ont tendance à saigner.

Au cours du processus pathologique, un carcinome épidermoïde se produit:

  1. Kératinisé. C'est plus courant. Après la mutation, les cellules épithéliales meurent et sur la peau il y a des croûtes caractéristiques de couleur jaune ou brune.
  2. Non kératinisé. Il se caractérise par une croissance rapide, une mutation des cellules de la couche épineuse, l'épithélium affecté ne meurt pas.

La classification dépend du degré de différenciation de la pathologie. Dans la pratique médicale, il peut y avoir des types:

  1. Cancer hautement différencié (carcinome) - un type de cancer dans lequel l'atypicité de la cellule est minime.
  2. Cancer modérément différencié - est un stade intermédiaire entre un carcinome hautement différencié et un cancer faiblement différencié. Dans ce cas, une situation survient lorsqu'il est difficile d'établir la place initiale du foyer de la pathologie en raison du fait qu'une structure cellulaire différente est observée.
  3. Cancer de bas grade - la différence entre une cellule saine et atypique est observée aux niveaux tissulaire et cellulaire. Lors de la formation d'une oncologie par une espèce peu différenciée, on peut faire le pire pronostic de survie pour un patient.

La classification des espèces est appliquée:

  • Cancer kératinisant squameux du col utérin - avec ce type de carcinome de bas grade, une agressivité accrue est observée par rapport au corps du patient. L'accumulation de foyers de cellules atypiques se développe avec une tendance à la kératinisation des cellules épithéliales situées en dessous.
  • Cancer du col de l'utérus squameux non kératinisé - moins agressif. L'épithélium sous les foyers ne survit pas au stade de la kératinisation. Le développement se produit sans kératinisation de l'épithélium.

Le carcinome épidermoïde du col se caractérise par deux formes:

  1. Cancer invasif. La forme s'accompagne d'un processus inflammatoire aigu lorsque le néoplasme pénètre à travers les parois du col de l'utérus dans la cavité organique, le tissu adjacent.
  2. Cancer non invasif - la tumeur ne quitte pas le col de l'utérus.
  3. Microinvasive.

Complications

La présence de métastases est inhérente à une tumeur cancéreuse. Il pénètre dans les tissus, contribuant à leur destruction. Un gonflement sur le visage s'étend aux oreilles, aux yeux et aux sinus. Les patients perdent l'ouïe et la vue. Souvent, une personne est touchée par une sinusite ou une méningite.

Les métastases dans les lésions du visage affectent les ganglions lymphatiques situés dans le cou, les aisselles et l'aine. Un signe clair de leur implication dans le processus pathologique est la densité et la grande taille. A la palpation, ils ne font pas mal et sont mobiles.

Au fil du temps, le ganglion lymphatique croît avec le tissu, ce qui contribue à la perte de sa mobilité. Le patient se plaint de douleur. Le processus se termine par la destruction du ganglion lymphatique. Un ulcère se forme sur la peau au-dessus..

Mélanome de la peau. Pas un cancer, mais pire.

Le pire mélanome prédit. Il est associé à de nombreux contes et légendes urbaines sur les dangers de l'élimination des taupes. Vous pouvez mourir même d'une très petite tumeur, en raison de la forte probabilité d'apparition de métastases, même après une ablation chirurgicale en temps opportun (et tout traitement). Parmi les cancers de la peau, le mélanome est répandu à la 3e place. Il existe plusieurs variétés de taupes qui se transforment en mélanome. Il existe également un groupe de formes précoces de mélanome, dont certaines existent depuis de nombreuses années. Plus en détail sur les précurseurs du mélanome, la photo montre notamment les premiers signes de cancer de la peau. Les signes possibles de mélanome comprennent un changement dans l'apparence de la taupe ou l'uniformité de sa couleur. Il est nécessaire de consulter un médecin (oncologue, dermatologue, chirurgien) si la taupe change de taille, de forme ou de couleur, a des bords inégaux, une forme irrégulière, des démangeaisons, des suintements ou des saignements.

Le mélanome nodulaire a un éclat brillant, une élévation au centre, contrairement à la variété pigmentée du cancer de la peau basocellulaire. La photo est également similaire à un angiome blessé..

Mélanome superficiel de la peau. Il a une coloration inégale, des contours flous. En apparence, il est presque impossible de le distinguer du naevus dysplasique. Toutes les lésions cutanées comme celle-ci doivent être supprimées..

La prévention

La principale mesure préventive dirigée contre la pathologie est le traitement rapide des dermatoses précédant le cancer. Les mesures préventives comprennent l'élimination des facteurs de risque menant au cancer.

Les principales mesures comprennent:

  • traitement rapide des maladies qui provoquent le développement d'un cancer;
  • assurer la protection de la peau contre les effets nocifs des rayonnements ultraviolets;
  • l'utilisation de crèmes spéciales pour prévenir le dessèchement de la peau;
  • protection des cicatrices contre les dommages secondaires;
  • manipulation soigneuse des produits chimiques qui contiennent des cancérogènes;
  • éviter les personnes touchées par le cancer de la peau, exposition directe au soleil;
  • visites régulières à l'oncologue et traitement des affections précancéreuses par cryodestruction;
  • l'utilisation de rétinoïdes dans les onguents;
  • inspection mensuelle de la peau.

Le carcinome épidermoïde se développe à partir des kératinocytes (l'une des variétés de cellules épidermiques - épithélium pavimenteux kératinisant squameux). Affecte la peau et les muqueuses.

Prévision et prévention

Pour éviter le développement d'un carcinome épidermoïde, les médecins rapportent des mesures de prévention efficaces, en particulier pour les patients à risque d'hérédité en oncologie. Il est recommandé de procéder systématiquement à un diagnostic complet du corps afin de détecter les néoplasmes dangereux, de répondre à temps aux modifications de la structure du derme. Des mesures préventives supplémentaires pour tous les segments de la population sont présentées en détail ci-dessous:

  • un rejet complet de toutes les mauvaises habitudes, une surveillance attentive de la nutrition et un mode de vie habituel;
  • éviter une exposition prolongée au soleil, doser l'arrivée des rayons ultraviolets sur la couche supérieure - l'épiderme;
  • traiter en temps opportun la dermatite de tous types et l'eczéma, car ces maladies s'accompagnent d'une affection cutanée précancéreuse.

La survie à cinq ans dans le cancer squameux non kératinisé dépend de facteurs tels que:

  • Stade de développement de l'oncologie.
  • Âge du patient.
  • Emplacement de la tumeur.
  • La justesse de la thérapie.
  • Identification d'autres maladies.
  • Conformité des patients aux prescriptions médicales.

Si le traitement est commencé dès les premiers stades, la plupart des patients ont une chance de récupérer. Avec des diplômes ultérieurs, le pronostic est défavorable.

Pour prévenir le développement du cancer, les gens doivent être plus attentifs à leur santé, ne pas la détruire par de mauvaises habitudes, un mode de vie sédentaire, vivant dans une situation environnementale défavorable. Chaque année, vous devez subir un examen médical pour identifier et éliminer en temps opportun les processus pathologiques dans le corps.

Localisation et symptômes de la tumeur

Cancer épidermoïde de la peau

Le plus souvent, selon les statistiques, les personnes à la peau claire et aux cheveux roux tombent malades. En effet, ce type de peau est le moins protégé contre les rayons ultraviolets. Le carcinome épidermoïde se produit dans les zones de la peau qui sont souvent exposées au soleil pendant une longue période..

Le carcinome épidermoïde de la peau peut se développer dans une zone saine de la peau, mais se développe plus souvent au cours de la progression des conditions précancéreuses: atrophie focale et cicatricielle de la peau après des brûlures et des blessures, à la place des verrues génitales, contre un certain nombre de maladies - lupus érythémateux, psoriasis, scrofuloderme, lupus érythémateux xérodermie, atrophie idiopathique de la peau.

Le plus souvent, les zones touchées se trouvent sur la moitié supérieure du tronc et des bras. La mise au point se présente sous la forme d'une tache rouge ou d'une plaque avec desquamation au centre. Les flocons se décollent facilement de la surface avec l'apparence d'humidité. La plaque se développe et s'élève au-dessus du niveau de la peau, avec l'apparition de zones d'hyperkératose et de prolifération, elle acquiert un aspect marbré hétérogène. La maladie de Bowen se transforme souvent en cancer de la peau squameuse.

Il existe un risque plus élevé de développer un carcinome épidermoïde chez les patients atteints d'immunosuppression, chez les porteurs du VPH ou dans toute forme de maladie.

Le carcinome épidermoïde de la peau par la nature de la croissance peut être exophytique et endophytique. Les difficultés pour diagnostiquer une forme exophytique ne se posent généralement pas - la tumeur ressemble à un nœud solitaire (dans certains cas, il peut y avoir plusieurs nœuds), s'élevant au-dessus de la surface de la peau.

Le nodule se développe avec le temps, devient cahoteux, prenant la forme de "chou-fleur". Les vaisseaux sanguins se développent dans le nœud, ce qui lui permet d'acquérir une couleur violet-rouge ou brune. Parfois, la tumeur a l'apparence d'un foyer rouge jaunâtre ou brun rougeâtre avec des plaques d'hyperkératose et des excroissances verruqueuses à la surface. Cette forme est appelée verruqueuse..

La forme de croissance endophytique est caractérisée par des rechutes et des métastases fréquentes. Un nœud formé sur la peau se développe dans la graisse sous-cutanée et s'ulcère. Le bas de l'ulcère est rugueux, recouvert d'un film blanchâtre. Autour du nœud principal, des nœuds plus petits peuvent se former, également ulcéreux, ils augmentent la zone de la peau affectée. La tumeur se développe rapidement dans les tissus sous-jacents et migre de façon hématogène vers d'autres organes (souvent vers les poumons).

Le traitement chirurgical est utilisé pour les petites tailles de tumeurs. Elle est basée sur l'excision d'une tumeur dans des tissus sains. Les traitements chirurgicaux comprennent l'électrocoagulation et le curetage.

Le traitement chirurgical du cancer de la peau nécessite la formation d'une cicatrice esthétique satisfaisante.

La chimiothérapie, la thérapie photodynamique et l'oxygénothérapie induite par laser sont également utilisées pour traiter le cancer de la peau squameuse..

La thérapie photodynamique est également courante; elle nécessite un traitement supplémentaire de la tumeur avec une substance..

Le pronostic d'une maladie du cancer de la peau à cellules squameuses et sa détection rapide sont relativement favorables. Les tumeurs métastasent rarement et font des rechutes. L'endroit le plus dangereux du foyer principal dans la zone du conduit auditif, l'orbite, derrière l'oreille et dans la zone des plis nasogéniens.

Carcinome épidermoïde du rectum et du canal anal

Le cancer colorectal en général est l'un des problèmes importants de l'oncologie clinique moderne. Les cancers du canal anal se caractérisent par une croissance rapide agressive et des métastases fréquentes.

Parmi toutes les tumeurs du canal anal, le carcinome épidermoïde a une gravité spécifique plus élevée. On le trouve rarement dans les parties sus-jacentes du rectum et du gros intestin..

Normalement, il n'y a pas d'épithélium épidermoïde dans le rectum, tous les cas de carcinome épidermoïde sont associés à une métaplasie (l'apparition de sections d'un certain type d'épithélium où il ne devrait pas être normal).

On pense que la principale cause du développement d'une tumeur anorectale est l'infection humaine par le type oncogène du virus du papillome humain.

La maladie aux premiers stades est également souvent asymptomatique. Lors d'une visite chez le médecin, le patient peut se plaindre de problèmes de selles, à la fois diarrhée fréquente et constipation), écoulement de l'anus, douleur lors des selles. Sentiment d'un corps étranger. Au fur et à mesure que la tumeur se développe et que des métastases apparaissent, des plaintes provenant d'organes et de systèmes voisins peuvent apparaître (les deux sexes ont une violation de la miction, les femmes peuvent avoir des douleurs et des saignements intermenstruels).

Parmi les méthodes supplémentaires utilisées pour clarifier le diagnostic, on peut identifier: l'irrigoscopie, la coloscopie, la sigmoïdoscopie. Mais le plus souvent, de nombreuses données peuvent déjà être obtenues lors de la palpation ou de l'examen.

La recherche sur le traitement de ce type de cancer est très controversée. Selon un certain nombre de données, un rôle majeur est attribué au traitement chirurgical avec l'ablation d'une partie du rectum et des ganglions lymphatiques régionaux. Selon d'autres études, la méthode chirurgicale provoque des rechutes fréquentes et la chimioradiothérapie est considérée comme la plus efficace, ce qui permet une régression de la tumeur aux premiers stades de son développement.

Étant donné que le carcinome épidermoïde du canal anal provoque souvent des rechutes, les médecins sont passés à un type de traitement complet, qui comprend une variété de méthodes.

Facteurs affectant le processus oncologique

Comme pour d'autres types de cancer, le cancer du col de l'utérus n'a pas de cause déclencheuse. Pour la transformation des cellules initialement saines en une forme atypique, une certaine combinaison de facteurs négatifs est requise, ce qui conduit à un mauvais style de vie ou à des circonstances objectives du processus de vie d'une femme. Lorsque les effets décrits ci-dessous sont combinés, un cancer est susceptible de se produire..

Ces facteurs comprennent:

  • Âge supérieur à 40 ans (le facteur est basé sur des indicateurs statistiques chez les patients).
  • Consommation illimitée d'alcool et de tabac.
  • Maladies chroniques de l'appareil reproducteur et de l'utérus, en particulier, non guéries à temps.
  • L'usage de drogues.
  • Immunité affaiblie.
  • L'absence d'un partenaire sexuel permanent, ainsi que leur changement chaotique. Il y avait un risque accru de tumeur s'il y avait des contacts avec plus de 8 hommes différents.
  • Hygiène génitale.
  • Avortement (avortement).
  • Fausse couche.
  • Début de l'activité sexuelle avant l'âge de 16 ans. Avec ce facteur, une charge se pose sur les tissus immatures du système reproducteur adolescent, ce qui augmente le risque de dégénérescence cellulaire mutationnelle.
  • Le papillomavirus humain (VPH) est une maladie virale qui est considérée comme le principal facteur déclencheur affectant le processus oncologique (cancer épithélial) du système reproducteur féminin. Transmis au moment du contact sexuel.
  • Autres maladies sexuellement transmissibles.
  • Réception de contraceptifs hormonaux oraux. Avec une utilisation prolongée de ces agents pharmacologiques, le fond hormonal dans le corps de la femme est perturbé, ce qui entraîne des dysfonctionnements et des dysfonctionnements des cellules des organes internes. Peut provoquer la formation d'une tumeur à l'intérieur du col de l'utérus.
  • Régimes permanents non contrôlés par la médecine et famine. Parce que le corps ne reçoit pas de nutriments, de vitamines et d'oligo-éléments, il y a donc un risque de dommages dus à l'augmentation des radicaux libres. Une cellule du système reproducteur d'une femme les absorbe et une mutation se produit.

Tous ces facteurs sont considérés comme oncogènes et peuvent provoquer le développement d'une pathologie oncologique dans le col de l'utérus. Pour la détection rapide d'une pathologie probable, il est recommandé de consulter régulièrement un médecin pour des mesures de diagnostic. Dans le cas des tumeurs, la détection précoce de la maladie est la clé du rétablissement..

Aux premiers stades, l'oncologie est complètement guérie, la fonctionnalité du système reproducteur féminin est préservée. Dans le cas des stades avancés, le risque de conséquences graves pour la santé d'une femme est aggravé, voire mortel. Il est important de surveiller votre propre santé, de connaître les symptômes probables de la pathologie et, si cela se produit, de consulter un spécialiste.

Caractéristiques du traitement

La méthode de traitement est choisie en fonction de la prévalence du processus, de son type, du niveau de différenciation des cellules cancéreuses. L'âge du patient et la localisation de la tumeur cutanée sont également pris en compte..

Le principal objectif du traitement du carcinome cutané est l'élimination radicale. Elle est principalement réalisée chirurgicalement, par excision de tissus altérés par la pathologie. L'intervention est réalisée avec la capture de 1 à 2 centimètres de tissus d'apparence saine. La réalisation de l'opération, en capturant au minimum les tissus sains et en éliminant au maximum toutes les cellules du cancer de la peau, permet d'effectuer un examen microscopique peropératoire de la zone marginale de la zone à éliminer. L'excision du cancer de la peau peut être réalisée à l'aide d'un laser au dioxyde de carbone ou au néodyme, ce qui réduit les saignements lors de l'intervention et donne un excellent résultat cosmétique..

Des néoplasmes relativement petits (un à deux centimètres) avec un degré insignifiant de croissance tumorale dans les tissus environnants, un curetage, une électrocoagulation ou une élimination au laser peuvent être utilisés. Si une électrocoagulation est effectuée, il est conseillé de capturer des tissus sains de 5 à 10 millimètres. Des formes superficiellement minimalement invasives et très différenciées de cancer de la peau peuvent être soumises à une cryodestruction lorsque des tissus sains sont capturés à 2-2,5 centimètres. La cryodestruction ne permettant pas l'examen histologique du matériel prélevé, elle ne peut être effectuée qu'après une biopsie préliminaire, lorsque la différenciation élevée et la faible prévalence du néoplasme sont confirmées..

Le cancer de la peau qui s'étend sur une petite zone peut être guéri efficacement avec une radiographie rapprochée. Pour soigner les néoplasmes superficiels et en même temps grands, ils utilisent l'irradiation avec un faisceau d'électricité. Après l'élimination de la tumeur, la radiothérapie est prescrite aux personnes présentant une probabilité accrue de métastases et de rechute de cancer de la peau. Il est également utilisé pour supprimer les métastases, ainsi qu'une méthode palliative pour l'oncologie inopérable..

L'utilisation d'un traitement photodynamique est autorisée, dont l'irradiation est réalisée avec l'introduction d'un photosensibilisateur. Un effet positif dans le carcinome basocellulaire permet une chimiothérapie locale utilisant des cytostatiques.

Diagnostic histologique

Le diagnostic histologique d'une tumeur cutanée est réalisé sur le matériel obtenu après élimination du néoplasme ou par biopsie cutanée. S'il n'y a pas de violation de l'intégrité de la peau sur le nœud tumoral, le matériel de biopsie est prélevé par la méthode de ponction. S'il existe des preuves, une biopsie des ganglions lymphatiques est effectuée. Grâce à l'histologie, la présence de cellules atypiques, leur origine (glandulaire, mélanocytes, basale, plate) et le niveau de différenciation sont déterminés.

Dans le processus de diagnostic du cancer de la peau, dans certains cas, il est nécessaire d'exclure son origine secondaire, c'est-à-dire la présence d'une tumeur primaire dans les organes internes. Cela est particulièrement vrai pour les adénocarcinomes cutanés. Pour ce faire, une échographie des organes de la cavité péritonéale, une radiographie pulmonaire, une TDM des reins, une scintigraphie squelettique, une urographie de contraste, une TDM et une IRM du cerveau de la tête, etc..