Basalioma

Mélanome

Le carcinome basocellulaire cutané ou carcinome basocellulaire est un néoplasme de l'épithélium cutané caractérisé par une tache feuilletée rose qui se produit principalement sur le visage..

Une tumeur est un nodule unique rougeâtre qui s'élève au-dessus de la surface de la peau. Le groupe à risque comprend les personnes âgées à la peau claire, ainsi que les personnes qui s'exposent régulièrement au rayonnement solaire. Chez les enfants et les adolescents, la probabilité de carcinome basocellulaire est presque éliminée..

Le carcinome basocellulaire est le plus favorable en termes de guérison et de survie ultérieure par une tumeur cutanée. Une caractéristique distinctive de ce néoplasme malin est que la tumeur ne métastase pas, elle est donc relativement bien guérie.

Ce que c'est?

Le carcinome basocellulaire (carcinome basocellulaire) est une tumeur maligne de la peau qui se développe à partir des cellules épidermiques..

Il tire son nom de la similitude des cellules tumorales avec les cellules de la couche basale de la peau. Le carcinome basocellulaire présente les principaux signes d'une tumeur maligne: il se développe dans les tissus voisins et les détruit, se reproduit même après le traitement correct.

Contrairement à d'autres tumeurs malignes, le carcinome basocellulaire ne produit pratiquement pas de métastases. En ce qui concerne le carcinome basocellulaire, un traitement chirurgical, une cryodestruction, une ablation laser et une radiothérapie sont possibles. Les tactiques thérapeutiques sont choisies individuellement, en fonction des caractéristiques de la maladie..

Raisons du développement

Malgré de nombreuses années d'étude du carcinome basocellulaire, les causes de l'occurrence ne sont pas définies avec précision. L'apparition de ces tumeurs est le plus souvent associée à des maladies de peau, dont la plupart sont le plus souvent rencontrées par les personnes âgées (après 50 ans). Dans l'enfance et l'adolescence, ils sont très rares et, dans le cas d'un diagnostic de carcinome basocellulaire chez l'enfant, cela est généralement associé à des anomalies congénitales, par exemple le syndrome de Gorlin-Goltz.

Les facteurs qui peuvent contribuer au développement de carcinomes basocellulaires comprennent:

  • rayonnement ultraviolet;
  • rayonnement ionisant;
  • exposition prolongée au soleil;
  • exposition à des substances cancérigènes et toxiques;
  • blessures cutanées (brûlures, coupures, etc.);
  • altération du fonctionnement du système immunitaire du corps;
  • lésions d'infections virales;
  • prédisposition génétique;
  • hérédité.

Il est prouvé qu'une exposition fréquente et prolongée au soleil provoque souvent la majorité des maladies de la peau et le risque de développer un carcinome basocellulaire augmente également. N'ignorez pas la tumeur, même si elle ne gêne pas le patient, le carcinome basocellulaire est dangereux car au cours du développement de la tumeur, il se développe en couches profondes, détruisant ainsi les tissus mous, cartilagineux et osseux.

Classification

Ce type de carcinome basocellulaire de la peau peut affecter les tissus de la peau sous diverses formes, qui ont leur propre stade de développement..

  1. Forme nodulaire. Une tumeur cancéreuse apparaît sur la peau sous la forme d'un nodule dont la taille atteint 3-4 cm. Il se trouve être de couleur perle et forme une érosion à la surface de la peau avec une croûte, qui peut saigner lorsqu'elle est retirée.
  2. Pigmenté. La tumeur apparaît sous la forme d'un ulcère à bords relevés. Habituellement, sa croissance périphérique peut atteindre 0,7 cm.
  3. Ulcératif. Un ulcère gris foncé se forme au centre de la tumeur, augmentant et s'approfondissant lentement. Il détruit les tissus cutanés sains à proximité.
  4. Cicatriciel. Ce néoplasme malin solide a une teinte rose foncé, contrairement aux autres tumeurs, le carcinome basocellulaire cicatriciel n'apparaît pas à la surface de la peau. Au cours du développement, ce type de cancer de la peau se caractérise par l'apparition d'érosions, qui sont marquées et détruisent très rapidement les tissus, provoquant une douleur insupportable pour le patient.
  5. Similaire à la sclérodermie. Par son apparence, il ressemble à une cicatrice atrophique de couleur blanche. La formation maligne est le plus souvent localisée dans diverses parties du visage (nez, joues et front).
  6. Superficiel. Il a différentes nuances et pousse à la surface de la peau de plus de 10 cm de diamètre, recouvert d'une fine croûte érosive. Ce type de cancer de la peau est assez difficile à diagnostiquer, car il est souvent confondu avec l'eczéma ou le psoriasis..
  7. Métatypique. Cette tumeur apparaît sous la forme d'un nœud solitaire, se propageant rapidement. Il s'agit de la seule forme de carcinome basocellulaire capable de métastaser les organes internes et les ganglions lymphatiques..

Symptômes

Les symptômes du carcinome basocellulaire cutané (voir photo) au stade initial apparaissent immédiatement immédiatement après le début de la croissance du néoplasme.

Lieux communs pour l'apparition du carcinome basocellulaire: visage et cou. Les petits nodules rose clair ou chair ressemblent à de l'acné, sont indolores et se développent lentement. Au fil du temps, au milieu d'une plaie aussi discrète, une croûte gris clair se forme. Le basaliome est entouré d'une formation dense sous la forme d'un rouleau à structure granulaire.

Si la maladie n'est pas diagnostiquée au stade initial, le processus est encore aggravé. L'apparition de nouveaux nodules et la fusion subséquente entraînent une expansion pathologique des vaisseaux sanguins et l'apparition "d'astérisques vasculaires" à la surface de la peau. Souvent à la place des ulcères qui se forment dans la partie centrale de la tumeur, des cicatrices se forment. À mesure que la cellule basale se développe, elle se développe dans les tissus voisins, y compris les os et le cartilage, qui se manifestent par la douleur.

  1. La variante nodulaire est considérée comme la variété la plus courante de carcinome basocellulaire, se manifestant par l'apparition d'un petit nodule rosé indolore à la surface de la peau. À mesure que le nodule se développe, il a tendance à s'ulcérer, de sorte qu'un évidement recouvert d'une croûte apparaît à la surface. Le néoplasme augmente lentement de taille, l'apparition de nouvelles structures similaires est également possible, ce qui reflète le type de croissance tumorale de surface multicentrique. Au fil du temps, les nodules fusionnent, formant un infiltrat dense, pénétrant plus profondément dans le tissu sous-jacent, impliquant non seulement la couche sous-cutanée, mais aussi le cartilage, les ligaments, les os. La forme nodulaire se développe le plus souvent sur la peau du visage, des paupières, dans le triangle nasolabial.
  2. La forme nodulaire se manifeste également par la croissance d'une néoplasie sous la forme d'un nœud unique, mais, contrairement à la version précédente, la tumeur n'est pas encline à germer les tissus sous-jacents et le nœud est orienté vers l'extérieur.
  3. L'option de croissance superficielle est caractéristique des formes denses en forme de plaque de la tumeur, lorsque la lésion s'étend sur 1 à 3 cm de large, a une couleur brun rougeâtre et est équipée de nombreux petits vaisseaux dilatés. La surface de la plaque est recouverte de croûtes, elle peut être érodée, mais l'évolution de cette forme de carcinome basocellulaire est favorable..
  4. Le carcinome basocellulaire verruqueux (papillaire) est caractérisé par une croissance superficielle, ne provoque pas de dégradation des tissus sous-jacents et ressemble à du chou-fleur.
  5. La version pigmentée du carcinome basocellulaire contient de la mélanine, ce qui lui donne une couleur foncée et ressemble à une autre tumeur très maligne - le mélanome.
  6. Le carcinome basocellulaire atrophique cicatriciel (de type sclérodermique) ressemble à une cicatrice dense vers l'extérieur située sous le niveau de la peau. Ce type de cancer se traduit par une alternance de cicatrices et d'érosion, de sorte que le patient peut voir des cicatrices tumorales déjà formées et de nouvelles érosions couvertes de croûtes. Comme l'ulcération de la partie centrale, la tumeur se dilate, affectant de nouvelles zones de la peau à la périphérie, tandis que des cicatrices se forment au centre.
  7. La forme ulcéreuse du carcinome basocellulaire est assez dangereuse, car elle a tendance à détruire rapidement le tissu tumoral sous-jacent et environnant. Le centre de l'ulcère coule, recouvert d'une croûte gris-noir, les bords sont surélevés, rose-nacré, avec une abondance de vaisseaux dilatés.

Les principaux symptômes du carcinome basocellulaire sont la présence sur la peau des structures décrites ci-dessus qui ne dérangent pas pendant longtemps, mais toujours une augmentation de leur taille, même pendant plusieurs années, impliquant les tissus mous environnants, les vaisseaux sanguins, les nerfs, les os et le cartilage dans le processus pathologique est très dangereux. Au stade avancé de la tumeur, les patients ressentent de la douleur, une altération de la fonction de la partie affectée du corps, des saignements, une suppuration au site de croissance du néoplasme, la formation de fistules dans les organes voisins est possible. Les tumeurs qui détruisent les tissus de l'œil, de l'oreille, pénètrent dans la cavité du crâne et germentent les membranes du cerveau sont d'un grand danger. Le pronostic dans ces cas est défavorable.

À quoi ressemble la cellule basale aux stades initial et avancé peut être vu sur la photo:

Complications

Un long processus tumoral le fait germer jusqu'aux profondeurs du corps, endommageant et détruisant les tissus mous, la structure des os et du cartilage. Le carcinome basocellulaire est caractérisé par sa croissance cellulaire le long du cours naturel des branches nerveuses, entre les couches tissulaires et la surface du périoste..

Non retiré pendant la formation, par la suite ne se limite pas seulement à la destruction des tissus. Le cancer basocellulaire est capable de déformer et de défigurer les oreilles et le nez, détruisant leur structure osseuse et leur cartilage, et aggrave la situation avec un processus purulent, toute infection associée est capable de.

  • a frappé la membrane muqueuse dans la cavité nasale;
  • aller à la cavité buccale;
  • frapper et détruire les os du crâne;
  • s'installer dans l'orbite des yeux;
  • conduire à la cécité et à une perte auditive.

L'implantation intracrânienne (intracrânienne) de la tumeur en progressant à travers les ouvertures et les cavités naturelles est particulièrement dangereuse..

Dans ce cas, les lésions cérébrales et la mort sont inévitables. Contrairement au fait que le carcinome basocellulaire est appelé tumeur non métastatique, plus de deux cents cas de carcinome basocellulaire avec métastases sont connus et décrits..

Diagnostique

Comme mentionné précédemment, le carcinome basocellulaire a plusieurs formes, chacune pouvant être similaire à d'autres maladies. La reconnaissance correcte et opportune de cette tumeur est la clé d'une guérison réussie..

Habituellement, en se concentrant sur les signes cliniques ci-dessus d'une forme nodulaire, il suffit de suspecter un cancer basocellulaire. Cependant, aux stades initiaux de croissance, lorsque la taille de la tumeur ne dépasse pas 3 à 5 mm, il est facile de la confondre avec une taupe ordinaire (surtout si la tumeur est pigmentée), le molluscum contagiosum ou l'hyperplasie séborrhéique sénile. Les cheveux peuvent pousser à partir d'une taupe, ce qui ne se produit pas avec le carcinome basocellulaire.

Une caractéristique distinctive du molluscum contagiosum et de l'hyperplasie séborrhéique sénile est un petit îlot de kératine dans la partie centrale. Si la tumeur a des croûtes, elle peut être confondue avec une verrue, un kératoacanthome, un carcinome épidermoïde de la peau et un molluscum contagiosum. Dans ce cas, la peau doit être soigneusement exfoliée. Avec le carcinome basocellulaire, c'est plus facile. Après que le bas de la plaie est exposé, pour plus de confiance et de confirmation scientifique, il est nécessaire de faire une empreinte de frottis au fond de l'ulcère et de déterminer sa composition cellulaire.

Les carcinomes basocellulaires hautement pigmentés sont facilement confondus avec les mélanomes malins. Pour éviter cela, vous devez savoir que les bords élevés du carcinome basocellulaire ne contiennent presque jamais de mélanine. De plus, la coloration du carcinome basocellulaire est souvent brune et le mélanome a une teinte gris foncé. La forme plate du carcinome basocellulaire peut être confondue avec l'eczéma, les plaques psoriasiques et la maladie de Bowen, mais lorsque vous raclez les écailles du bord de la tumeur, la véritable image de la maladie est révélée.

Ces signes cliniques sont destinés à orienter le médecin vers le diagnostic correct, et sa confirmation ne doit être effectuée qu'après une biopsie, une cytologie ou un examen morphologique de la tumeur.

Lors de la nomination de ces spécialistes, le patient peut se poser les questions suivantes:

  1. Depuis combien de temps l'éducation est-elle apparue?
  2. Comment cela s'est-il manifesté, que la douleur ou les démangeaisons soient présentes?
  3. Existe-t-il de telles formations ailleurs sur le corps? Si oui, où?
  4. Que ce soit pour la première fois que le patient le rencontre ou que des formations similaires soient déjà?
  5. Quel est le type d'activité et les conditions de travail du patient?
  6. Combien de temps en moyenne le patient passe-t-il en plein air?
  7. Applique-t-il les mesures de protection nécessaires contre le rayonnement solaire?
  8. Le patient a-t-il été exposé à un rayonnement excessif? Si oui, où et approximativement quelle était la dose totale?
  9. Le patient a-t-il des parents atteints de cancer?

S'il y a des écailles, elles sont doucement décollées sur une lame de verre, trempées dans une solution spéciale et examinées au microscope. Lorsque la surface de l'ulcère est exposée, une lame de verre y est appliquée, recouverte d'une lamelle et également examinée au microscope. Si la peau au-dessus de la tumeur est intacte, alors la seule façon d'établir un diagnostic précis est une biopsie avec la collecte de matériel tumoral pour analyse.

Comment traiter le carcinome basocellulaire cutané?

La principale méthode de traitement du carcinome basocellulaire au stade initial du nez et d'autres parties du corps a été et demeure l'ablation de la tumeur par chirurgie, après quoi le tissu prélevé est envoyé pour un examen plus approfondi. Le spécialiste élimine non seulement le carcinome basocellulaire, mais également les tissus sains environnants intacts. Après la chirurgie, le patient a besoin d'une observation par un dermatologue spécialisé pour la détection et l'élimination en temps opportun des rechutes.

Les personnes âgées (qui ont un carcinome basocellulaire dans l'oreille ou le nez) peuvent recevoir une chimiothérapie locale (en utilisant des onguents à base de fluorouracile). Pendant le traitement, la survenue d'une rougeur sévère n'est pas exclue. Il est nécessaire d'utiliser la pommade jusqu'au moment où la zone traitée n'atteint pas le stade de régénération. Une pommade immunomodulatrice peut également être utilisée, grâce à laquelle les cellules immunitaires deviennent plus actives, protégeant ainsi davantage la peau des tumeurs.

En cas de refus d'intervention chirurgicale, ou avec une croissance très active du néoplasme, les spécialistes peuvent conseiller la radiothérapie.

Au stade initial de la maladie, le traitement à l'azote liquide (cryothérapie, cryodestruction du carcinome basocellulaire) montre une grande efficacité. Tout d'abord, le tissu malade est congelé, puis la partie tombée est envoyée pour examen histologique.

Récemment, la popularité des approches plus modernes augmente - traitement selon la méthode de Mohs. Habituellement, ils y ont recours lors d'un développement localisé sur le visage. Pendant le traitement, le carcinome basocellulaire est retiré en couches au microscope. Dans ce cas, les tissus intacts ne sont pas affectés, en conséquence, la chance de recevoir divers défauts postopératoires cosmétiques est minimisée..

Après élimination du carcinome basocellulaire (rechute)

Le carcinome basocellulaire est une tumeur sujette à récidive. Cela signifie qu'après l'ablation de la tumeur, le risque de carcinome basocellulaire dans la même zone de la peau après une certaine période de temps est assez élevé. De plus, il y a un risque élevé qu'elle se forme sur une autre partie de la peau.

Selon les résultats des études modernes et des observations de personnes qui ont retiré diverses formes de carcinome basocellulaire, la probabilité de rechute dans les cinq ans est d'au moins 50%. Cela signifie que dans les 5 ans après le retrait, la tumeur se forme à nouveau dans la moitié des personnes.

Les rechutes sont plus probables si la cellule basale distante est localisée sur les paupières, le nez, les lèvres ou l'oreille. De plus, la probabilité de rechute est plus élevée lorsque la tumeur était grande.

La prévention

Pour prévenir le développement d'un carcinome basocellulaire, les mesures prophylactiques suivantes sont recommandées:

  • utilisez un écran solaire spécial avant chaque exposition au soleil;
  • les jours ensoleillés, portez un chapeau et des lunettes de soleil;
  • Ne visitez pas le solarium;
  • éviter l'exposition au soleil pendant la saison chaude à 12-16 heures;
  • avant d'aller à la plage, n'utilisez pas de parfums et déodorants;
  • examens préventifs par un dermatologue.

Prévoir

Le pronostic pour la vie et la santé avec un carcinome basocellulaire au stade initial est favorable, car la tumeur ne donne pas de métastases. Dans les 10 ans suivant l'ablation de la tumeur, 90% des personnes au total survivent. Et parmi ceux dont les tumeurs n'ont pas été retirées dans un état négligé, le taux de survie à dix ans approche de près de 100%.

Une tumeur est considérée comme lancée si son diamètre est supérieur à 20 mm ou si elle a germé dans la graisse sous-cutanée. Autrement dit, si le carcinome basocellulaire au moment de l'ablation était inférieur à 2 cm et ne s'est pas transformé en graisse sous-cutanée, le taux de survie à 10 ans est de près de 98%. Cela signifie que cette forme de cancer peut être complètement guérie..

Qu'est-ce qu'un cancer de la peau dangereux??

L'une des maladies oncologiques les plus courantes est le cancer de la peau et le mélanome. En 2012, le cancer de la peau dans le district d'Ust-Vymesky était le 3ème parmi les maladies cancéreuses. En 2014, parmi la population féminine de la région, un cancer de la peau (les femmes tombent malades plus souvent) a été détecté chez 7% des femmes atteintes de cancer.

Qu'est-ce que le cancer de la peau??

Il existe trois formes principales de cancer de la peau: les cellules basales, les squameuses et les mélanomes. Ces trois types de cancer de la peau sont très différents les uns des autres et peuvent se manifester et «se comporter» de manières complètement différentes..

Le carcinome basocellulaire de la peau se développe chez de nombreuses personnes, mais contrairement au carcinome épidermoïde et au mélanome, il ne donne pas de métastases et, par conséquent, dans la plupart des cas, il ne met pas la vie en danger.
Le carcinome épidermoïde se développe moins fréquemment que le carcinome basocellulaire, mais il s'agit d'une forme de cancer plus agressive qui peut entraîner la mort d'une personne si elle ne reçoit pas l'aide nécessaire à temps..

Le mélanome est le type de cancer de la peau le plus rare et le plus dangereux. Le mélanome peut entraîner la mort d'une personne en quelques mois et ne peut être traité qu'aux premiers stades de son développement..

Quels symptômes et signes peuvent indiquer un cancer de la peau? Comment le cancer peut commencer et à quoi il peut ressembler?

Le cancer de la peau peut ressembler à une taupe, une tache, une verrue, un cal ou une blessure normaux et inoffensifs. À cet égard, à la maison, il est absolument impossible de déterminer avec précision si une formation particulière sur votre peau est cancéreuse ou non..

RAISONS DE LA MALADIE

On considère que l'un des facteurs les plus importants du cancer de la peau est l'exposition aux rayons ultraviolets (UV) (en particulier le spectre UV de la lumière solaire). Bien que les dommages cutanés chroniques causés par les rayons UV soient importants pour le développement d'un carcinome basocellulaire et épidermoïde de la peau, le risque de développer un mélanome est plus susceptible d'augmenter avec une exposition intense périodique (peut-être même unique) au soleil. Cette position est confirmée par le fait que le mélanome cutané survient souvent dans les zones du corps protégées par les vêtements. Il a été établi que le mélanome cutané affecte souvent les personnes qui sont la plupart du temps dans la pièce, mais périodiquement exposées à une exposition intense aux UV (loisirs de plein air sous le soleil). Alors que le cancer de la peau survient dans des zones non protégées.

Visiter un lit de bronzage peut également augmenter vos risques de développer un cancer. Certaines études montrent qu'aux États-Unis seulement, une visite annuelle d'un lit de bronzage provoque plus de 170 000 nouveaux cas de cancer de la peau (principalement un cancer basocellulaire).

Un traumatisme des naevus pigmentés (ecchymoses, écorchures et coupures) est un facteur étiologique important et très fréquent du mélanome cutané..

Des rapports font état d'un éventuel rôle étiologique des rayons des appareils d'éclairage fluorescent, des agents cancérigènes chimiques, en particulier des colorants capillaires, ainsi que des rayonnements ionisants et des champs électromagnétiques puissants.

La recherche a également révélé que le tabagisme peut contribuer au développement du cancer de la peau squameuse..

Les facteurs ethniques influencent l'incidence du cancer de la peau. La tumeur est plus fréquente chez les personnes à peau claire, chez les représentants de la race négroïde, elle survient moins fréquemment..

Le plus souvent, le cancer de la peau et le mélanome surviennent chez les individus avec une petite quantité de pigment dans les tissus (c'est-à-dire avec une peau claire, des cheveux, des yeux), ce qui est combiné avec une sensibilité accrue aux rayons UV. Compte tenu de la couleur de la peau et des cheveux, le risque de développer un cancer augmente 1,6 fois chez les blondes, 2 fois chez les personnes à peau claire et 3 fois chez les rousses.

Ces dernières années, de plus en plus d'importance dans la survenue d'un cancer de la peau a été accordée aux facteurs immunitaires de l'organisme. L'immunosuppression et l'immunodéficience dans le corps augmentent le risque de maladie. De plus, les facteurs endocriniens sont particulièrement importants. En particulier, il a été constaté que la grossesse peut avoir un effet stimulant sur la dégénérescence des naevus pigmentés.

L'effet sur la maladie du sexe, de l'âge et de la localisation anatomique de la tumeur sont étroitement liés. Le mélanome cutané est 2 fois plus fréquent chez les femmes, avec un pic d'incidence survenant à l'âge de 41 à 50 ans; affecte le plus souvent les gens dans la 5e décennie de la vie; la localisation la plus fréquente de la tumeur est la peau des membres et du tronc; chez les femmes, le mélanome primaire est localisé plus souvent sur le visage, les fesses et les jambes, chez les hommes - sur la peau des surfaces avant et latérales de la paroi thoracique, des cuisses, des mains, du talon et des orteils.

De plus, il existe un certain nombre de maladies cutanées héréditaires prédisposant au développement d'un cancer (pigment xérodermie, maladie de Bowen, maladie de Paget et autres).

LA PEAU PEUT-ELLE ÊTRE TRANSMISE PAR HÉRITAGE?
EST-IL INFECTABLE?

La probabilité de développer un cancer de la peau (en particulier un mélanome) peut être largement associée à la prédisposition génétique d'une personne à développer cette maladie..

Le développement d'un carcinome épidermoïde et basocellulaire est moins associé à une prédisposition héréditaire.

Si quelqu'un de votre famille proche a un cancer de la peau (en particulier un mélanome), assurez-vous de contacter un dermatologue, un oncologue afin qu'il puisse examiner votre peau. Encouragez d'autres parents à le faire.

Le cancer de la peau n'est pas contagieux.

PEUT ENFANT CANCER DE LA PEAU?

Le cancer de la peau peut se développer chez une personne de tout âge. Cependant, il se développe rarement chez les enfants, surtout si l'enfant a moins de 9-10 ans.

Si l'un des proches parents de l'enfant a un cancer de la peau (en particulier un mélanome) et que l'enfant a déjà 10 ans, assurez-vous de le montrer à un dermatologue, un oncologue pour un examen de routine.

PRÉVENTION DES MALADIES

Vous pouvez réduire considérablement la probabilité de développer cette maladie si vous suivez ces règles simples..

Essayez de limiter votre exposition au soleil, refusez un bronzage fort et visitez le solarium. Les rayons du soleil peuvent être l'un des principaux facteurs qui déclenchent le développement d'un cancer de la peau..

Si l'un de vos proches a un cancer de la peau, assurez-vous de consulter un dermatologue, un oncologue afin de vérifier vos grains de beauté..

Si vous avez moins de 40 ans, il est conseillé de contacter un dermatologue pour un examen de routine une fois tous les 3 ans. Si vous avez plus de 40 ans - ce sera la bonne décision de contacter un dermatologue pour un examen une fois par an.

Malheureusement, les marqueurs du cancer n'ont pas encore été développés, dont la présence dans le sang pourrait indiquer la présence d'un cancer de la peau.

ILYA POPOV,
oncologue de l'hôpital du district central d'Ust-Vymesky.

Bazalioma: photos, symptômes, traitement, stades et pronostic de la vie

Le carcinome basocellulaire est une tumeur formée à partir des cellules basales du derme. Il appartient au groupe des cancers de la peau. La nature du carcinome basocellulaire est maligne. Il se développe uniquement à la surface de la peau du visage et sur la tête. Malgré la nature maligne, le carcinome basocellulaire ne métastase pas. La maladie est facile à traiter.

Caractéristiques de la maladie

Le carcinome basocellulaire cutané (carcinome basocellulaire) ressemble à des plaies ouvertes à la surface de la peau. Récemment diagnostiqué chez 80% des patients après 50 ans. Chez les jeunes et les enfants est très rare. Les hommes sont plus susceptibles que les femmes d'avoir cette maladie..

La maladie se développe uniquement sur le derme de n'importe quelle zone de la peau. Habituellement situé sur le nez, autour de l'œil - dans la paupière supérieure ou inférieure, l'oreille, le front, le cuir chevelu, la région temporale. Il se produit sur la joue, sur la peau du cou, la lèvre supérieure, sur l'épaule, sur le bras, dans le dos. Plus souvent trouvé sur le visage - jusqu'à 90% de tous les cas. Dans d'autres cas, il est fixé sur la jambe ou le bras et le corps.

Le carcinome basocellulaire est une tumeur maligne. Un néoplasme se développe sans la présence d'une capsule et d'une membrane spécifique. Les cellules malignes pénètrent immédiatement dans les tissus, provoquant la destruction de structures saines. La germination se produit à la fois en profondeur et en largeur, ce qui s'accompagne de l'expansion du foyer affecté. Pénétrant dans les profondeurs, le nœud peut affecter les tissus adipeux sous-cutanés. Il existe un lien direct entre la largeur du nœud et la germination en profondeur - plus la zone de la zone externe du néoplasme est large, plus la couche cutanée est affectée profondément.

La maladie pénètre rapidement profondément dans la couche cutanée, mais sa taille n'augmente que de 5 mm par an. Par conséquent, il est considéré comme progressant lentement, ce qui signifie qu'il peut être facilement durci. La différence entre la pathologie des autres est l'absence de germes métastatiques dans d'autres zones de la peau. Pour cette raison, les médecins attribuent la pathologie indiquée aux néoplasmes limites - cela signifie que la maladie est bénigne et maligne à la fois..

Un nœud forme une cellule mutée à partir de la couche basale du derme. Étant donné que l'épithélium cutané et la couche basale sont présents sur la peau, le carcinome basocellulaire peut se développer exclusivement sur la peau du corps. La tumeur ne peut pas se former sur les tissus des organes internes avec d'autres zones.

Extérieurement, la maladie ressemble à une petite tache, une taupe ou un naevus sur la peau, augmentant progressivement de taille. Avec le processus de croissance au centre, une petite indentation se développe avec un ulcère, recouvert d'une croûte. Une surface inégale avec la présence de sécrétions sanguines est visible sous la fine couche de croûte. Le carcinome basocellulaire peut être confondu avec une plaie, mais la tumeur elle-même ne guérit jamais. L'ulcération peut disparaître pendant un certain temps, mais réapparaît.

La pathologie survient généralement chez l'adulte après 40 ans. Récemment, un carcinome basocellulaire a été diagnostiqué chez les enfants et les adolescents..

Code de la CIM-10 en pathologie C44 "Autres néoplasmes malins de la peau".

Les causes de la maladie

Les causes du développement de néoplasmes malins, alors que les médecins ne sont pas exactement connus. Les scientifiques identifient un certain nombre de facteurs qui peuvent provoquer la formation d'un carcinome basocellulaire. Les raisons incluent:

  • Exposition prolongée à la lumière directe du soleil.
  • Bronzage de longue durée.
  • Chez les personnes à la peau claire, le carcinome basocellulaire se développe souvent..
  • Peau sujette aux coups de soleil et aux taches de rousseur.
  • Exposition professionnelle aux composés industriels d'arsenic.
  • Boire des métaux très lourds et de l'eau d'arsenic.
  • Exposition de divers éléments cancérigènes au corps - à partir de suie, de bitume, de cire de paraffine, de goudron avec du goudron et d'autres produits pétroliers.
  • Inhalation de substances après combustion de schiste bitumineux.
  • Troubles du système immunitaire.
  • Maladie du gène de mutation chromosomique - albinisme.
  • La présence dans le corps du virus - xérodermie pigmentée.
  • Syndrome de Gorlin-Holtz.
  • Exposition à la peau des rayonnements ionisants.
  • Brûlures chimiques, cicatrices et ulcères cutanés.
  • La vieillesse est considérée comme un facteur important dans le développement du carcinome basocellulaire..
  • Maladies précancéreuses - corne cutanée, leucopénie, kératose actinique et autres.

Les médecins recommandent de traiter les lésions précancéreuses de la peau - cela empêchera la formation de carcinome basocellulaire et d'autres nodules dangereux - mélanome ou cancer de la peau squameuse. Les personnes âgées devraient être examinées par un dermatologue chaque année..

Types de maladies

Les médecins classent la maladie selon la structure externe avec la croissance du néoplasme et selon la structure interne. Les praticiens utilisent généralement une classification basée sur l'apparence et la taille. La structure interne s'intéresse davantage aux histologues. Les résultats histologiques sont utilisés pour étudier scientifiquement cette maladie..

Selon l'apparence et la croissance de la tumeur, les variétés suivantes sont distinguées:

  • Un type de néoplasme nodulaire-ulcératif se produit dans la zone des paupières, sur l'œil - dans les coins internes, sur le nez et sur la joue entre les plis. Au stade initial, la cellule basale ressemble à un petit nœud sur la peau. La couleur du nodule est de n'importe quelle nuance de rouge et de rose. La surface recouvrant le nodule est très mince. Il pousse lentement. Avec le processus de croissance, la zone malade est recouverte d'ulcères avec une cavité interne remplie d'une substance sébacée avec une croûte. Progressivement, la forme nodale se déforme. Autour de l'accumulation de capillaires sanguins est perceptible. Le bord de la tumeur prend la forme d'un rouleau de teinte nacrée. En croissance, le néoplasme détruit les couches voisines de la peau.
  • Une forme solide (nodulaire ou à gros grains) se forme selon le même principe que nodulaire-ulcéreuse. La forme nodulaire diffère de la précédente en ce qu'elle se développe au-dessus de la surface de l'épiderme sous la forme d'un demi-cercle régulier, augmentant lentement en taille. La couleur est rose clair ou jaune. Les capillaires sanguins sont tracés sous le nœud.
  • L'aspect perforant se produit dans les zones sujettes à des blessures systématiques. Ressemble extérieurement à un nodule-ulcératif, mais le degré de lésion ulcéreuse est plus élevé. Toute la surface est recouverte d'une fine croûte, laissant une petite zone sur les bords non couverte d'ulcères, et avec la présence de vaisseaux sanguins. Taux de croissance élevé.
  • La croissance des cellules basales verruqueuses au-dessus de la peau, ressemble à un chou-fleur. Il ressemble à une tumeur multiple formée de nodules semi-circulaires. Le néoplasme est plus clair que la peau à l'ombre, sans formation ulcéreuse. Les vaisseaux sanguins ne sont pas visibles. Le nœud est très dense.
  • Les cicatrices pigmentaires ou plates peuvent avoir une teinte brune ou noire, semblable à une taupe. La circonférence de la tumeur a un bord spécifique de petites formations similaires à un collier. En cours de croissance, le centre est couvert d'ulcères, du mucus purulent le remplit. Progressivement, la zone malade guérit, laissant une cicatrice. En conséquence, une tache sombre apparaît avec la présence de cicatrices à l'intérieur.
  • La forme semblable à la sclérodermie est similaire à un nœud avec une texture dense d'une teinte pâle dépassant de la surface de la peau. Une tumeur sclérosante forme une plaque avec une fine croûte de peau d'une teinte pâle avec des capillaires sanguins clairement visibles. Parfois, une ulcération au sein de la plaque peut survenir..
  • La forme de surface se développe comme une plaque plate avec des nuances de rouge ou de rose. Aux bords du néoplasme, de petits nodules sont présents, formant une clôture perlée. La tumeur se développe lentement - pendant de nombreuses années sans déranger personne.
  • Le cylindre, ou tumeur de Spiegler, se produit sur la tête - sur le cuir chevelu. Composé de nombreuses formations semi-circulaires denses se développant sur la peau. La couleur de la tumeur est rose-violet. Dans les tailles, elle varie de 10 mm à 100 mm.
  • Des formes adénoïdes se forment dans les glandes. Rappelle le tissu de l'épithélium glandulaire, composé de nombreux nodules kystiques. Les cellules sont remplies de substance basophile..

L'histologie distingue les types suivants - carcinome basocellulaire multicentrique, sclérodermique et fibroépithélial superficiel.

Signes de la formation de la maladie

La formation maligne lors de la formation sur le site cutané augmente constamment en taille. Parfois, des tumeurs basocellulaires de plus de 100 mm sont fixées. Les symptômes de la pathologie aux premiers stades de la formation ne sont pas prononcés - une petite bulle de teinte gris rosé apparaît sur la peau. À la palpation, il se sent comme une formation dense, recouverte d'une croûte sur le dessus.

Parfois, avec un carcinome basocellulaire, une zone érosive peut être observée qui pénètre profondément dans la couche cutanée. Les signes d'une telle pathologie sont la présence d'ulcérations centrales. Si la croûte se sépare du nodule, saignement notable des centres d'ulcération. Autour de la zone touchée, il y a une bordure de bulles transparentes. Le foyer se déplace constamment à l'intérieur de la couche épidermique et la couche de surface commence à se décoller.

La maladie se présente sous deux formes - elle peut se développer au-dessus du derme ou se déplacer vers l'intérieur. Des plaques de différentes tailles se forment progressivement sur la peau. Le développement de pathologies internes peut détruire les structures osseuses.

Stades de développement de la maladie

La maladie au cours du développement est divisée en cinq étapes:

  • Le stade zéro est caractérisé par la formation d'une cellule cancéreuse dans le corps, mais sans signe de formation de naevus.
  • Au 1er stade, une tache de surface se développe jusqu'à 20 mm.
  • Au stade 2, le naevus commence à atteindre 50 mm.
  • Le stade 3 est caractérisé par la germination dans la profondeur du derme et l'ulcération en surface.
  • Le stade 4 est déterminé par la grande taille du néoplasme, la présence d'ulcérations multiples et la destruction de la structure osseuse.

De plus, les médecins utilisent parfois une classification différente:

  • Le stade initial (t1n0m0) est similaire en signes au zéro et aux premiers stades - cela signifie que la tumeur ne dépasse pas 20 mm sans la présence d'ulcérations.
  • Stade élargi (t2n0m0) - il y a des premiers signes d'ulcération, les dimensions ne dépassent pas 50 mm.
  • L'étape terminale est caractérisée par une grande taille et une pénétration profonde dans la peau.

Complications possibles de la pathologie

Ce néoplasme ne forme pas de germes métastatiques, il se développe dans une zone de la peau. Mais à partir d'un carcinome basocellulaire, des effets secondaires peuvent survenir et entraîner la défaillance de certains organes. Il y a des exemples de décès. Cela est dû à la germination profonde des cellules malignes..

La formation de l'oreillette, de l'œil, du tissu cérébral provoque des troubles du fonctionnement - perte auditive avec vision, troubles nerveux. Le carcinome basal se propage profondément dans l'os, provoquant sa destruction. La formation dans la zone du doigt peut conduire à une destruction complète. L'oncologie multifocale est dangereuse avec de multiples dommages au corps, ce qui complique le traitement et le diagnostic de la maladie. Plusieurs foyers peuvent rendre difficile l'identification de la zone la plus dangereuse qui menace la vie humaine. De la germination dans le tissu des cellules du cerveau, une personne peut mourir.

Diagnostic de pathologie

Le carcinome basocellulaire évolue souvent de manière similaire au mélanome. Il diffère du mélanome par la structure interne des cellules et en l'absence de germes métastatiques. Au premier signe de formations suspectes, vous devriez consulter un médecin. Seul un médecin peut distinguer et reconnaître une formation bénigne d'une espèce dangereuse pour la vie humaine.

Pour clarifier le diagnostic, il est nécessaire de subir un examen en utilisant des méthodes de laboratoire et instrumentales. Les diagnostics incluent les méthodes suivantes:

  • Un médecin effectue un examen physique avec des antécédents médicaux.
  • La dermatoscopie révélera la structure de la tumeur - les méthodes dermatoscopiques sont souvent insuffisantes pour poser un diagnostic.
  • Le patient devra subir un test sanguin et urinaire général pour détecter des anomalies dans le corps.
  • L'histologie étudie la structure interne du nodule - une petite zone de la zone affectée est requise.
  • La cytologie révèle des agents pathogènes spécifiques dans l'étude d'un frottis ou d'un grattage..
  • Une échographie avec CT et radiographie est nécessaire pour une germination profonde de la formation dans l'os et le cartilage.

Traitement

Pour le traitement du carcinome basocellulaire, le retrait est effectué en utilisant différentes méthodes. La formation d'une tumeur à la surface du derme peut être éliminée en utilisant plusieurs méthodes. Le traitement implique l'utilisation de méthodes chirurgicales et conservatrices. La thérapie conservatrice consiste en une exposition aux rayons gamma, à la chimiothérapie, aux onguents thérapeutiques et aux lotions. L'excision chirurgicale est possible en utilisant plusieurs méthodes.

L'opération d'élimination est utilisée pour les grandes formations à germination profonde dans le derme sous anesthésie locale. Par conséquent, après l'excision de la zone malade, le patient rentre chez lui. La suppression est possible par les méthodes suivantes:

  • L'utilisation d'un laser vous permet d'éliminer les néoplasmes difficiles à atteindre avec un minimum de dommages aux tissus sains. Il reste une petite cicatrice, il n'y a aucun risque d'infection de la plaie. Lors de l'utilisation d'un laser, la possibilité de rechute est minimisée..
  • La cryodestruction consiste à geler la tumeur avec de l'azote liquide, ce qui entraîne la mort et la destruction des cellules malignes. Réalisé sous anesthésie. Recommandé pour les femmes en raison d'une cicatrice imperceptible.
  • Pour traiter la pathologie par irradiation avec des rayons gamma, commencez quand elle ne peut pas être éliminée par d'autres méthodes. Assigné plusieurs cours jusqu'à disparition complète.
  • La méthode d'électrocoagulation utilise une décharge de courant haute fréquence. Une cautérisation de la zone affectée avec un minimum de dommages est effectuée..
  • La chimiothérapie utilise des onguents d'agents antitumoraux - 5-fluorouracile, imiquimod, méthotrexate ou colchamine. L'outil est appliqué sur un point sensible - après un certain temps, les cellules malignes meurent. Les médecins considèrent que cette méthode est douce, car ne cause pas de dommages massifs aux cellules saines.
  • La thérapie photodynamique consiste à exposer la tumeur à des éclairs de lumière avec l'administration interne d'une substance photosensibilisante. Après PDT, une petite cicatrice reste. Permet également de retirer un néoplasme difficile à atteindre.

Parfois, un traitement combiné est utilisé - plusieurs méthodes sont utilisées simultanément. Il est utilisé pour traiter des pathologies complexes situées au plus profond du derme..

La méthode à appliquer deviendra claire après avoir reçu tous les résultats d'examen nécessaires. Tient également compte de l'âge et du degré de dommages au site.

Pronostic de la maladie

Le pronostic de la pathologie est favorable. Le taux de survie avec un traitement adéquat dépasse 90%. Les personnes atteintes de formes précoces de traitement du carcinome basocellulaire vivent en moyenne jusqu'à 10 ans ou plus.

Dans la pratique médicale, il y a des cas d'apparition d'un nouveau nodule au même endroit, ce qui nécessite une thérapie répétée. Pour prévenir les rechutes, il est recommandé de vous faire examiner régulièrement par un médecin après le traitement. Parfois, un régime spécial est prescrit au patient. Une alimentation équilibrée aide à soutenir le corps et à stimuler le système immunitaire.

Basalioma

Le carcinome basocellulaire est une tumeur qui se développe à partir de cellules cutanées situées dans la couche basale de l'épithélium. Le néoplasme est sujet à une croissance infiltrante et peut se développer dans les tissus environnants, provoquant leur destruction et donnant des métastases. Cependant, ce processus est très lent et peut prendre des années, donc une cellule basale appelée tumeur semi-maligne.

Formes de carcinome basocellulaire

  • Forme nodulaire-ulcéreuse de carcinome basocellulaire. La maladie commence par la formation de nodules denses, clairement définis et dominant la surface de la peau. Ils peuvent être gris, roses ou jaunâtres. Progressivement, ils augmentent, la peau au-dessus d'eux devient plus fine et devient comme nacrée. Ensuite, ils fusionnent les uns avec les autres et forment une plaque avec des bords surélevés et une cavité à l'intérieur. Progressivement, cet approfondissement se transforme en un ulcère qui se recouvre d'une croûte. À son tour, il croît également, infiltrant et détruisant les tissus sous-jacents, à la suite de quoi la plaque commence à ressembler à un cratère avec des bords très denses qui ressemblent à du cartilage. À mesure que le néoplasme se développe, la destruction des tissus sous-jacents se produit..
  • Carcinome basocellulaire grossier. Cette espèce se développe à partir d'un seul nodule, qui, en augmentant de taille, acquiert l'apparence d'un hémisphère d'un diamètre allant jusqu'à 3 cm ou plus. Sa surface peut être lisse, mais la présence d'écailles n'est pas exclue. Avec la croissance du carcinome basocellulaire, la destruction commence à sa surface - un ulcère apparaît, d'où s'écoule la décharge ovocytaire.
  • Forme infiltrante. Il se caractérise par l'évolution la plus maligne, car il pousse initialement «à l'intérieur» du tissu, le détruisant. Les limites claires de cette forme de carcinome basocellulaire sont très difficiles à déterminer.
  • La forme papillomateuse ou verruqueuse du carcinome basocellulaire est caractérisée par des néoplasmes qui ressemblent à des papillomes.
  • Carcinome basocellulaire superficiel. Au stade initial, il a l'apparence d'une tache rose. Progressivement, il grandit, s'épaissit et se transforme en plaque. Les nodules sont formés le long de ses bords, qui augmentent également en taille et forment un rouleau lors de l'égouttage. Le centre du néoplasme «s'affaisse» et change de couleur pour devenir plus foncé. La tumeur n'est pas sujette à une croissance infiltrante, mais avec de grandes tailles, l'infiltration dans les tissus sous-jacents est toujours possible.
  • Carcinome basocellulaire de type sclérodermique. Ce type de tumeur se manifeste par la formation d'une plaque jaunâtre ou blanchâtre. En grandissant, ses bords sont érodés et croustillants. Lorsqu'ils sont séparés, une réaction inflammatoire se produit. De plus, des kystes remplis de calcifications peuvent se développer dans l'épaisseur de la tumeur..
  • Carcinome basocellulaire fibreux. Cette tumeur commence par la formation d'un nodule qui, avec une augmentation de taille, se transforme en plaque. Sa couche superficielle s'amincit et les vaisseaux sanguins peuvent être vus à travers elle.
  • Basaliome du turban. Ce type de néoplasme est le plus souvent localisé sur la tête. Il a l'apparence d'hémisphères de couleur cyanotique. En taille, ils peuvent atteindre 10 cm de diamètre. En outre, il existe plusieurs de ces entités.

Localisation

Le plus souvent, le carcinome basocellulaire est localisé dans les zones exposées de la peau exposées au soleil. Chez les résidents de la bande mi-climatique, il s'agit de la zone du visage et des mains. Dans le même temps, la tumeur «aime» les plis naturels de la peau, elle se retrouve donc le plus souvent au niveau des ailes du nez et des plis nasolabiaux, sur les lèvres, dans les coins de la bouche et des yeux. Sur les mains, il se situe le plus souvent sur les plis des doigts et dans les espaces interdigitaux.

Quel est le danger du carcinome basocellulaire?

En général, la croissance basale des cellules lentement et avec un retrait en temps opportun n'est pas mortelle. Mais s'il atteint une grande taille, il peut y avoir une destruction profonde des tissus sous-jacents, jusqu'aux muscles et aux os. Cela augmente la probabilité de métastases. Dans de tels cas, les risques de décès sont élevés..

Facteurs de risque de fièvre basale

  • Type de peau claire.
  • Cheveux roux ou blonds.
  • Longue exposition au rayonnement ultraviolet.
  • Exposition cutanée aux radiations.
  • Blessure chronique de la peau, par exemple, frottement avec des vêtements ou des chaussures inconfortables.
  • Exposition cutanée aux agents cancérigènes chimiques, y compris les produits chimiques ménagers.

Le développement d'un carcinome basocellulaire peut être dû à une prédisposition génétique. Cette pathologie est appelée syndrome de Gorlin. Les symptômes suivants en sont caractéristiques: foyers multiples de carcinome basocellulaire, pathologie endocrinienne, troubles squelettiques et activité mentale. La pathologie commence à se manifester à un jeune âge.

Étapes

  • La première étape comprend des carcinomes basocellulaires ne dépassant pas 2 cm.
  • Le deuxième stade est exposé lorsque la cellule basale dépasse 2 cm, mais il n'y a pas d'infiltration des tissus sous-jacents.
  • À ce stade, il y a une invasion du tissu sous-jacent, ou des métastases satellites ou régionales.
  • Étape 4 - il y a des métastases éloignées.

Diagnostique

Le carcinome basocellulaire fait référence à une tumeur de localisation superficielle, il peut donc être détecté par examen de la peau. Ne manquez pas les néoplasmes suspects et à temps pour soupçonner leur nature maligne aide la dermatoscopie - examen de la zone cutanée sous grossissement. Des technologies spéciales sont également en cours de développement qui vous permettent de suivre la dynamique des tumeurs cutanées avec la préparation d'un cartogramme détaillé.

Tout diagnostic oncologique nécessite une confirmation morphologique. Pour ce faire, une biopsie est réalisée - un fragment du tissu tumoral est prélevé, envoyé au laboratoire, disséqué et examiné au microscope..

Avec la pathologie cutanée, les types de biopsie suivants sont utilisés:

  • Incisionnel - un petit morceau de la tumeur est coupé avec un scalpel, affectant les tissus sains. Cette méthode est utilisée pour les grands carcinomes basocellulaires..
  • Biopsie excisionnelle - l'ensemble du néoplasme est complètement retiré, avec capture de tissus sains. Une telle intervention est possible si la tumeur est petite, pas plus de 1 cm.

Si la cellule basale est située dans le visage, une biopsie n'est pas recommandée pour des raisons esthétiques. Dans de tels cas, un examen cytologique peut être supprimé lorsque des raclures sont prélevées à la surface de la tumeur ou que son contenu est perforé..

Pour rechercher des métastases en utilisant des méthodes conventionnelles d'imagerie médicale - CT, échographie, IRM. S'il y a des preuves de dommages aux ganglions lymphatiques, ils sont perforés et le matériel envoyé pour la cytologie.

Méthodes de traitement

Les principales méthodes de traitement du carcinome basocellulaire sont la chirurgie et la radiothérapie. Le choix de la méthode sera déterminé par l'emplacement du néoplasme. De plus, d'autres méthodes d'élimination peuvent être utilisées: chimiothérapie locale, thérapie photodynamique, etc..

Ablation chirurgicale du carcinome basocellulaire

La chirurgie est le traitement privilégié du carcinome basocellulaire car elle permet de contrôler le caractère radical de l'intervention. Les méthodes suivantes sont utilisées:

  • Ablation classique - la tumeur est excisée avec un scalpel échancré de 0,5 à 1 cm sur ses bords.La plaie est suturée avec des sutures cosmétiques et le matériel retiré est envoyé pour un examen histologique. Si les pathomorphologues concluent qu'il n'y a pas de cellules malignes aux bords tranchants, le traitement est considéré comme radical et aucune autre mesure n'est requise. Cependant, cette méthode est problématique à utiliser si la cellule basale est située dans le visage et surtout sur les paupières, le nez ou l'oreillette..
  • Curetage avec électrocoagulation. Dans ce cas, la cellule basale est grattée avec une curette et le bas de la plaie est cautérisé avec un électrocoagulateur. Après la guérison, une cicatrice blanchâtre reste.

La chirurgie supprime également les métastases régionales dans les ganglions lymphatiques. Habituellement, au cours de cette opération, le tissu adipeux est excisé autour des nœuds affectés..

Radiothérapie du carcinome basocellulaire

Si un traitement chirurgical n'est pas possible, une radiothérapie est prescrite. Compte tenu de la bonne sensibilité du carcinome basocellulaire aux effets des rayonnements ionisants, l'efficacité de ce traitement atteint 90%. La radiothérapie est effectuée en longs cours pendant plusieurs semaines. Dans ce cas, des séances d'irradiation sont effectuées quotidiennement pendant 5 jours, puis font une pause de 2 jours afin de restaurer des tissus sains. Les indications de la radiothérapie sont les conditions suivantes:

  1. L'âge des personnes âgées.
  2. Localisation peu pratique du carcinome basocellulaire en termes d'ablation chirurgicale - visage, en particulier nez, lèvres, paupières et oreilles.
  3. Risques élevés de rechute après l'ablation chirurgicale.

Chimiothérapie

La chimiothérapie locale et systémique peut être utilisée pour traiter le carcinome basocellulaire. La chimiothérapie locale est utilisée pour traiter les formes superficielles de la maladie. Il implique l'utilisation de pommades contenant des médicaments antitumoraux, par exemple le fluorouracile.

La thérapie systémique est utilisée pour les carcinomes basocellulaires récurrents persistants et en présence de métastases à distance. Dans le cadre du traitement, des médicaments sont prescrits qui agissent sur des processus qui assurent la reproduction incontrôlée des cellules malignes. Pour le carcinome basocellulaire, l'efficacité des médicaments du groupe des inhibiteurs de la voie de signalisation Hedgehog est prouvée, il s'agit du Wismodegib et du Sinidegib.

La thérapie photodynamique

La thérapie photodynamique est une méthode relativement nouvelle mais très prometteuse pour le traitement des néoplasmes malins des localisations superficielles. Son efficacité est basée sur la destruction sélective de cellules pathologiquement altérées, qui se produit à la suite d'une réaction photochimique qu'un photosensibilisant entre sous l'action de la lumière avec une certaine longueur d'onde.

Dans le traitement du carcinome basocellulaire, le photosensibilisateur est appliqué superficiellement sous la forme d'une pommade ou d'une application. Ensuite, la tumeur est exposée à une lampe émettant de la lumière de paramètres prédéterminés. En conséquence, la cellule active la production de radicaux libres qui endommagent les membranes et les organites, entraînant la mort du néoplasme sous forme de nécrose. Quelques jours plus tard, une croûte se forme à sa place. Quand elle tombe, une peau jeune se forme à sa place. La thérapie photodynamique donne un très bon effet thérapeutique et un résultat esthétique. Il est recommandé pour le traitement du carcinome basocellulaire superficiel du visage et des mains..

Complications et pronostic du carcinome basocellulaire

Nous avons déjà dit que le carcinome basocellulaire fait référence aux tumeurs semi-malignes. Il pousse lentement et donne rarement des métastases. Avec un traitement rapide, le pronostic est favorable. Les rechutes se développent chez moins de 10% des patients. La situation est pire chez les patients atteints de carcinome basocellulaire de grande taille ou présentant une forme d'infiltration de la maladie. Ils ont un risque élevé de rechute et de métastases à distance. De plus, ces formes de carcinome basocellulaire peuvent dégrader les tissus sous-jacents, entraînant une défiguration de l'apparence, le développement de saignements, une inflammation chronique et une altération de la fonction du segment affecté..

Le cancer est-il contagieux pour les autres: démystifier les mythes

Depuis les temps anciens, les gens se sont habitués au fait que presque toutes les maladies sont contagieuses, c'est-à-dire qu'elles ont leurs propres agents pathogènes qui peuvent être transmis d'une personne à une autre par l'air, la nourriture ou l'eau. Par analogie avec d'autres maladies, beaucoup ont commencé à attribuer de telles propriétés aux pathologies oncologiques. Il semblait qu'une maladie aussi redoutable, comme le cancer, qui a coûté la vie à des millions de personnes sur toute la planète, ne pouvait se produire d'elle-même. Pour résoudre la question de savoir si le cancer est contagieux, nous nous tournerons vers la médecine officielle pour obtenir de l'aide et examinerons plus en détail le mécanisme du développement tumoral.

Qu'est-ce que le cancer et certains mythes à son sujet

L'un des mythes les plus courants sur le cancer est la croyance selon laquelle le cancer est une maladie relativement nouvelle. Cela a été pensé au début du 20e siècle. Cependant, avec le développement de la médecine, il a été constaté que des changements tumoraux dans les os ont été observés chez des personnes de 5000 à 7000 ans avant JC. En témoignent les fouilles archéologiques et les résultats d'un certain nombre de méthodes d'analyse.

L'origine du terme «cancer» a plusieurs hypothèses. Selon l'un, on pense que le nom de la maladie a été donné par Hippocrate, établissant une analogie avec la ténacité de la maladie et un taux de mortalité élevé chez les patients. Selon une autre hypothèse, un tel terme a pris racine au début du XIXe siècle, lorsque des échantillons de tumeurs ont été étudiés sous les premiers microscopes puissants. Certains types de sarcomes sous forme de préparations ressemblent à des griffes de ce crustacé.

La médecine moderne affirme que le cancer est une maladie polyétiologique qui a de nombreuses causes et facteurs prédisposants, mais a un mécanisme de développement. Les facteurs de prédisposition les plus fiables et les plus importants comprennent:

      • facteurs génétiques, hérédité,
      • cancérogènes chimiques,
      • impact physique (rayonnement, température, etc.),
      • traumatisme tissulaire chronique,
      • virus,
      • surpoids.

Malgré la validité de ces raisons, le facteur clé qui conduit à la dégénérescence des cellules de normales à malignes, capables de division incontrôlée, n'est toujours pas clair.

Au milieu du siècle dernier, les soi-disant oncogènes étaient clairement définis. Ils se sont avérés être des coupes d'ADN humain qui, dans un état normal, contrôlaient la croissance des tissus. Dans des conditions défavorables pour la cellule, ces gènes sont devenus le point de départ au début de la cancérogenèse - la croissance et le développement d'une tumeur cancéreuse.

Contexte de l'étiologie virale du cancer

Pour la première fois, la théorie selon laquelle le cancer est une maladie virale et peut être infecté se retrouve dans les années 30. Peu de temps avant, en 1911, le scientifique américain Peyton Routh annonçait la nature virale de certains sarcomes chez les poulets. Le virologue américain J. Bishop a ajouté de l'huile sur le feu. En 1979, il découvre le premier oncogène cellulaire (scr). La structure de scr était similaire au gène du sarcome de poulet, et sa mutation a conduit à la formation d'une tumeur maligne.

Tout cela a conduit au fait que des rumeurs persistantes ont commencé à circuler: le cancer est une maladie virale. Et jusqu'à présent, chaque oncologue de sa pratique a entendu au moins une fois cette question des proches des patients: est-il possible de contracter le cancer d'un patient comme un virus, le cancer est-il contagieux pour les autres? Examinons de plus près le problème.

Mécanismes de développement des tumeurs

À ce jour, on ne sait pas avec certitude quelles sont les causes du cancer. C'est pourquoi la médecine ne peut pas prévenir le cancer. Et c'est pourquoi des préjugés, des mythes et des questions surgissent dans la société, que les patients cancéreux soient contagieux. Il ne nous reste plus qu'à diagnostiquer la maladie le plus tôt possible et à commencer à la combattre. Il existe plusieurs suggestions pour lesquelles une tumeur maligne se produit..

Le cancer peut provoquer des mutations cellulaires spontanées, des facteurs héréditaires, des effets chimiques et radioactifs. Sur les cinq théories existantes de la cancérogenèse (la théorie selon laquelle le cancer se développe à partir d'une cellule tumorale), une seule est virale. Après de nombreuses recherches dans les années 40. le virologue Lev Zilber a conclu que les structures virales ne sont présentes dans les tumeurs qu'à un stade précoce.

Ainsi, le virus, s'il est impliqué dans le processus pathologique, puis indirectement. Les cellules tumorales se multiplient sans la participation du virus! Selon les statistiques, chez les porteurs d'oncovirus, le cancer se retrouve dans un maximum de 0,1%. Pour qu'une personne infectée par le virus développe un cancer, trop de facteurs doivent coïncider.

À ce jour, la médecine connaît plusieurs types de virus qui sont impliqués dans 15% de toutes les tumeurs chez l'homme. Le HPV (papillomavirus humain) se transmet principalement par contact sexuel, mais une voie de contact d'infection est possible par microdommages à la peau et au papillome proprement dit sur les organes génitaux externes. Les virus de l'hépatite B et C sont à l'origine de près de 80% des cancers du foie. Mais pas parce que le cancer s'infiltre avec le virus.

L'inflammation virale chronique du foie entraîne le développement d'une cirrhose, qui à son tour perturbe la croissance cellulaire normale. Le virus d'Epstein-Barr est transmis par la salive. Presque chacun d'entre nous a ce virus. Le mécanisme de l'apparition éventuelle d'un cancer dans cette infection est mal connu..

De plus, le virus de l'herpès humain de type 8 est encore mal connu, il est le plus souvent associé au SIDA. Avec un fort affaiblissement du système immunitaire, le corps n'est pas en mesure de résister même au rhume. Dans ce contexte, l'apparition d'un cancer n'est pas exclue. Mais cela n'est pas directement lié au virus lui-même ou au SIDA. Virus de la leucémie à cellules T humaines - Un virus très rare est transmis d'une personne à une autre par transfusion sanguine, rapports sexuels ou allaitement. Les médecins ne doutent pas que le patient soit infecté par le cancer! Les oncologues, les infirmières et les autres employés des services d'oncologie ne sont pas plus souvent touchés par l'oncologie que toutes les autres personnes. Autrement dit, ne soyez pas infecté par leurs patients.

Le cancer est-il contagieux pour ceux qui vous entourent? Réponse de l'oncologue et expériences intéressantes des médecins

La sécurité de la communication avec les patients cancéreux est confirmée par des expériences. Au début du XIXe siècle, le chirurgien français Jean Albert a isolé un extrait d'une tumeur maligne du sein et l'a introduit sous la peau de lui-même et de trois volontaires. Au site d'injection, une inflammation aiguë a été observée, qui est passée après quelques jours. Albert a ensuite répété l'expérience - le résultat était le même.

Une expérience similaire a été mise en place par l'italienne Carla Fonti au milieu du XXe siècle. Une de ses patientes souffrait d'un cancer du sein extrêmement négligé. La tumeur est sortie et des ulcères ont recouvert la peau. Fonti a transféré la décharge de ces ulcères à sa poitrine. Après quelques jours, la peau a montré tous les signes de cancer, mais un diagnostic et un suivi attentifs de l'évolution de la maladie ont montré que cela n'avait rien à voir avec l'oncologie. Très probablement, l'inflammation a été déclenchée par des bactéries des surfaces ulcéreuses.

Et enfin, de nos jours, les scientifiques ont reçu de nouvelles preuves de l'impossibilité d'une infection humaine par le cancer. En 2007, les résultats d'observations intéressantes ont été publiés en Suède. Les médecins ont analysé 350 000 procédures de transfusion sanguine qui ont été effectuées en 1968-2002.

Plus tard, un cancer a été détecté chez 3% des donneurs, mais aucun des receveurs n'avait de cancer. Ainsi, le cancer n'est pas non plus transmis par le sang. Encore une fois, le cancer n'est pas une maladie virale et la question de savoir si le cancer est contagieux est liée à la mythologie plutôt qu'à la médecine. Une maladie oncologique se développe individuellement dans le corps et ne pénètre pas dans le corps par un virus ou un contact avec les patients..

Le cancer n'est pas transmis d'une personne à l'autre, comme le diabète ou l'hypertension n'est pas transmis.

Le cancer est contagieux ou non: conclusions

Une autre conclusion importante qui surgit après l'analyse des expériences de médecine ci-dessus est que la composante génétique dans le développement d'une tumeur maligne a beaucoup plus de poids que le virus ou tout autre. Cela signifie que l'entrée de tout virus (associé à l'oncologie) dans le corps humain jouera un rôle presque nul dans le développement de la maladie, tandis que l'erreur dans le code génétique est la clé.

En termes simples, la plupart des experts modernes conviennent que la prédisposition génétique d'une personne au développement d'une tumeur particulière est plus importante que les autres raisons prises ensemble.

Ainsi, la question de savoir si le cancer est contagieux, la réponse de l'oncologue est sans équivoque - non. Et l'opinion contraire s'applique aux préjugés et aux mythes des grottes. Ce problème devient particulièrement pertinent si l'on se souvient qu'une personne atteinte d'un cancer est psychologiquement déprimée, a besoin d'une communication étroite avec l'environnement, son soutien. Par conséquent, de tels mythes ne feront que nuire au patient et à ses proches.